Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Lun 13 Juin - 12:00

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/06/une-infirmière-pro-vie-exclue-dun-hôpital.html

12 juin 2011

Une infirmière pro-vie exclue d'un hôpital

Margaret Forrester estimait que l'hôpital où elle travaillait ne fournissait pas aux femmes les informations sur les risques de l'avortement ni sur les autres options. Après un processus disciplinaire de six mois, pendant lequel elle a dû défendre sa cause, et est même tombée malade, elle a été jugée coupable de «mauvaise conduite professionnelle».

Elle a parlé du scandale de la culture de pro-avortement dans le corps médical et déclaré que les chrétiens étaient « une cible facile » :

"NHS a une position de pro-avortement qui est une religion laïque. C'est un système de croyance qui est agressivement antichrétien".
Ses difficultés avaient commencé en novembre l'année dernière, lors d'une conversation informelle avec un collègue. Des femmes demandant un avis médical lors d'une « grossesse de crise » ont été conduites à avorter, sans que le corps médical propose d'autres solutions. Mme Forrestera alors montré à son collègue la copie d'une brochure détaillant cinq histoires de femmes traumatisées par un avortement.

Une semaine plus tard, sa direction la suspendait de ses fonctions.
"Il y a une conspiration du silence dans ce pays sur la question de l'avortement. Si nous sommes des professionnels, nous devons vraiment écouter les expériences des patientes."

Posté le 12 juin 2011 à 22h51 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Lun 13 Juin - 12:01

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/06/pressions-internationales-pro-mort-sur-la-pologne.html

12 juin 2011

Pressions internationales pro-mort sur la Pologne

Grégor Puppinck, directeur du Centre Européen pour le Droit et la Justice, a déclaré :

"La souveraineté de l'Etat polonais en matière de limitation de l'avortement est soumise à des pressions politiques de la part des institutions internationales".

Posté le 12 juin 2011 à 21h19 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Mar 14 Juin - 7:04

http://www.ndf.fr/vu-des-etats-unis/13-06-2011/nebraska-lavortement-bientot-interdit-apres-la-20e-semaine-un-referendum-sur-linterdiction-au-mississippi

NOUVELLES DE FRANCE

Alabama : l’avortement bientôt interdit après la 20e semaine. Un référendum sur l’interdiction au Mississippi ?
Par Eric Martin le 13 juin 2011 dans Nos brèves, Vu des Etats-Unis avec 1 Commentaire

Le Nebraska a été le premier Etat américain à interdire l’avortement au-delà de la 20ème semaine de grossesse. Raison invoquée par les partisans de la réforme : le fœtus ressent la douleur au-delà de ce délai. Quatre autres Etats ont adopté une législation similaire 2011, le dernier en date étant l’Alabama, la semaine dernière. Le gouverneur (républicain) de l’Etat doit maintenant la promulguer. Aucune contestation judiciaire n’a pour le moment été enregistrée comme l’espéraient les militants « pro-vie » qui souhaiteraient que la Cour suprême soit du coup amenée à réexaminer sa décision de 1973 (Roe vs Wade) autorisant de facto la pratique de l’avortement aux Etats-Unis. Le mieux, pensent-ils, serait qu’un Etat édicte une loi définissant le commencement de la vie humaine à la conception qui aurait pour effet d’interdire l’avortement. La semaine dernière, la Cour suprême du Mississippi a entendu les arguments des parties sur une initiative référendaire visant à interdire l’avortement. Elle pourrait avoir lieu en novembre 2011 et, en cas de victoire des « pro-vie », donnerais immanquablement lieu à une contestation des partisans de l’avortement devant les tribunaux, et finirais par être portée devant la Cour suprême fédérale.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Jeu 16 Juin - 8:41

http://www.temoins-amour-esperance.org/Francais/Messages_fichiers/Messages_fr-AlanAmes_3.htm

Message à Alan Ames

Dieu le Père, 3 janvier 1995
L'avortement

Jésus veille sur l'humanité depuis qu'elle a été créée et il continuera de veiller sur elle jusqu'à la fin du monde. Il connaît individuellement toutes les âmes, tous les esprits. Il connaît chaque personne en particulier et il donne à chaque individu le nom d'ami. Peu importe ce que chacun fait, il ou elle reste toujours son ami. Mais cela dépend de chacun d'accepter son amitié et de devenir l'amour pour lequel il ou elle a été créé.

Comme Jésus connaît chaque esprit en particulier, imaginez sa douleur quand on met fin à la vie de son ami ici-bas avant même qu'elle n'ait commencé. L'esprit entre dans le corps au moment de la conception. Le corps est là, même si vous ne pouvez le voir à cause de son extrême petitesse, et il est rempli de l'esprit que Dieu a créé pour être cette personne. Cet esprit a tous les sentiments, l'intelligence et l'espérance d'une personne totalement développée, mais les hommes ne comprennent pas cela. Quand l'âme entre dans son corps, elle est déjà parfaite en Dieu, parce qu'elle vient de Dieu. Elle est déjà une parfaite création qui va connaître l'expérience de la vie dans un corps humain, en sorte de pouvoir témoigner librement de son amour pour Dieu. Chaque esprit provient de la gloire de Dieu et il est créé pour retourner à lui dans la gloire en suivant Jésus et en vivant selon les voies de Dieu. Quel don de la part de Dieu qui crée, qui donne, qui aime et finalement ramène à la Maison du ciel ses esprits d'amour, les hommes.

L'homme, avec le temps, est revenu sur les chemins de l'immoralité, il les appelle les « droits individuels ». On ignore les droits des esprits à naître, et on se justifie en disant que les parents ne sont pas prêts à avoir des enfants ou ne peuvent faire face à la dépense qu'ils représentent.

On donne parfois des justifications médicales telles que : elle est trop jeune pour avoir un bébé, son corps n'est pas prêt pour cela, elle ne pourra faire face sur le plan émotionnel ou mental. Ces prétextes et beaucoup d'autres servent à dissimuler le péché qui apporte tant de peine et de souffrance à tous, le péché de l'avortement.

Ce qui devrait être une fête du don de la vie donnée par Dieu, devient, du fait de l'homme, un drame souillé par le péché qui touche tous ceux qui sont impliqués. L'avortement devient aujourd'hui une autre forme de contraception, rendue librement accessible à tous. On le considère comme une solution sans danger dont tous devraient pouvoir disposer. Des centres sont ouverts pour faire la promotion des bienfaits de l'avortement au lieu de promouvoir les bienfaits d'une vie nouvelle pour le monde. Les serviteurs de Satan ont la liberté de se prononcer en faveur de cette abomination. Ils en parlent comme si c'était un don merveilleux pour l'humanité, capable d'en aider beaucoup à résoudre les difficultés économiques et sociales. Ceux qui encouragent ce péché mortel usent de nombreux arguments ingénieux, ils donnent des raisons médicales et sociales pour démontrer pourquoi on doit accepter et faire bon accueil à ce péché. Chacun a la connaissance profondément ancrée en lui que c'est un péché, que cela va à l'encontre du désir de Dieu. Mais nombreux sont ceux qui écoutent les arguments ingénieux des ténèbres et qui laissent s'embrouiller et s'enfouir en eux cette connaissance intérieure. Le message selon lequel ce péché d'assassinat est une chose acceptable ne cesse d'être alimenté par les journaux, la télévision, le cinéma, les groupes mondiaux et les chefs de gouvernement.

Il n'est pas étonnant que beaucoup soient troublés, que beaucoup n'y comprennent rien. Où sont les voix d'amour qui prennent le parti de Dieu ? Elles existent, mais on leur colle l'étiquette de fanatiques ou d'extrémistes, alors qu'en fait c'est le contraire qui est vrai. Pour nuire à ces voix de Dieu, Satan, à l'intérieur de leurs groupes, a placé ses propres serviteurs dont la ruse embrouille les serviteurs de Dieu, sème la confusion autour de leurs paroles et de ce qu'ils font, en les faisant paraître injustes. Si ceux qui prennent la parole en prenant position pour Dieu se souviennent que Dieu est amour et que toutes les actions faites en son nom doivent être des actes d'amour, le monde se mettra à les écouter. Quand ceux qui travaillent pour Dieu utilisent les instruments des ténèbres pour réaliser ce qu'ils veulent, abattre par exemple le personnel des cliniques d'avortement, ils cessent de travailler pour Dieu, ils travaillent pour le Mauvais. Les serviteurs de Dieu doivent apparaître comme des lumières dans les ténèbres et pour cela, ils doivent vivre comme Dieu l'a montré à travers son Fils Jésus. Ne pas pécher, mais aimer, ne pas haïr, mais être simplement miséricordieux, ne pas défendre des intérêts personnels mais aider simplement les autres, ne pas avoir de désir propre, si ce n'est le désir de faire le travail de Dieu.

Avec le temps, le meurtre de bébés ou d'enfants à naître innocents semble perdre de son importance. Plus on fait d'avortements, plus ils apparaissent justifiés. Plus ils sont nombreux, plus les arguments avancés pour les excuser s'affinent. Plus souvent a lieu ce péché, moins il semble en être un.

Réfléchissez au coût de l'avortement, au paiement que réclame ce péché suprême. Pensez pour commencer à la souffrance que l'on fait subir à ce petit être innocent, à la souffrance qu'occasionne la destruction de son corps, parfois déchiqueté et jeté comme un déchet. A ces corps bien formés qui sont parfois arrachés à la chaleur et à la sécurité du sein de leur mère pour n'être plus qu'une chair sans vie dont on ne veut pas, non aimée, à laquelle on refuse la vie. Combien ces petits crient leur désir d'être aimés, d'être désirés et comme ils appellent le Seigneur à l'aide. Maintenant réfléchissez à l'effet produit sur l'esprit de la mère. Peut-être ne se rend-elle pas compte ou ne réalise-t-elle pas le mal qu'elle se fait. C'est parfois plus tard qu'elle devra payer ce qu'elle a fait par des difficultés émotionnelles et psychologiques, des difficultés somatiques, toujours des difficultés spirituelles qui, elles, en arriveront à détruire son être si elle ne demande pas pardon au Seigneur Jésus. Même si la mère ne croit pas qu'elle a mal fait, cela ne change rien au fait que c'est mal et que c'est une insulte à Dieu.
Ceux qui pratiquent cette terrible intervention auront à rendre compte de ce qu'ils font. Ils trouveront tous ceux qu'ils ont détruits auprès du Seigneur, attendant que justice leur soit rendue quand ces corrompus se tiendront devant leur Créateur. Ce sera trop tard alors pour demander miséricorde à Dieu. Il est temps maintenant d'arrêter ces interventions épouvantables et de vous tourner vers votre Dieu en demandant sa miséricorde. Ceux qui les perpétuent savent ce que Dieu leur demande. S'ils n'en tiennent aucun compte, c'est à leurs propres risques.

Ceux qui trouvent des excuses à ces péchés sont tout aussi condamnables que ceux qui les commettent. Ceux qui approuvent le péché y participent. L'encourager, c'est promouvoir le mal, et le promouvoir c'est se détourner de Dieu.

Pourquoi est-ce toujours les plus faibles et les plus vulnérables qui ont à souffrir, habituellement, de la main de ceux qui prétendent leur vouloir du bien. Ceux qui vous « veulent du bien » et qui peuvent promouvoir n'importe quelle forme de péché, et pour n'importe quelle raison, ne sont pas des gens qui vous « veulent du bien ». Ce sont des « fais ce que tu veux » tant que cela ne fait de mal à personne, qui font par exemple la promotion de l'avortement comme quelque chose d'acceptable. Malheureusement cela nuit toujours à quelqu'un, et toujours au faible et au vulnérable.

Ainsi ces gens qui vous « veulent du bien » sont en réalité des serviteurs du péché, des serviteurs du mal, des serviteurs de Satan, même s'ils ne s'en rendent pas compte ou s'ils ne l'admettent pas. Quand ces gens réaliseront la réalité de ce qu'ils font et le mal qu'ils occasionnent, quand ils en demanderont pardon à Dieu en se mettant à réparer le mal qu'ils ont fait, Dieu fera briller sa miséricorde dans leur âme, leur cœur et leur esprit. C'est à eux de choisir le pardon de Dieu et son amour. Ils seront là pour eux à travers Jésus, son divin fils.

C'est leur cœur qui conduira les hommes à trouver les vraies réponses aux péchés qu'ils commettent. S'ils sont capables de laisser percer leurs vrais sentiments à travers la carapace qui recouvre leurs cœurs et leurs âmes, ils en viendront à discerner le bien du mal. On verra l'homme vrai apparaître au fur et à mesure que les couches de cette carapace se détacheront. C'est à l'homme de les enlever avec l'aide de l'amour de Jésus. Si l'humanité ne réexamine pas ce qu'elle se fait à elle-même en massacrant les innocents, il lui faudra régler ses comptes et répondre à leurs cris.

Les innocents ne sont pas seulement ceux que l'on tue par le péché atroce de l'avortement, ce sont aussi ceux qui meurent de faim à cause de l'indifférence de l'homme. Ce sont aussi ceux que l'agression humaine tue en toute innocence à l'occasion des guerres, des génocides et sous des régimes répressifs. Chaque fois que meurt un petit à cause des péchés de l'humanité, une autre dette s'accumule qui devra être remboursée. Chaque fois qu'on refuse à un petit l'occasion d'atteindre une pleine vie en Dieu, une âme crie de désespoir et demande à Dieu pourquoi sa propre famille, la famille humaine la refuse. Chaque fois que l'on torture et tue des enfants, les anges demandent avec amour et insistance que cela finisse. Chaque fois qu'on dit d'une nouvelle vie ici-bas qu'elle est inutile, la Mère de Dieu verse des larmes de sang et entoure ces esprits de ses bras pour les réconforter et les emmener chez Dieu, au ciel. L'homme ne le croit pas, mais chaque fois qu'il pèche, il se rapproche de l'enfer. Chaque péché est un pas de plus qui le rapproche des griffes avides du Mauvais, mais l'humanité ferme les yeux.

Encouragée par Satan, elle commet ces actes épouvantables, ces offenses à Dieu et aux esprits célestes. L'humanité embrasse et accueille le péché, elle fait bon accueil au Mauvais ; mais se réjouira-t-elle de payer quand on le lui demandera ? L'humanité pense-t-elle qu'on ne lui demandera pas de regarder ses péchés en face et d'en assumer la responsabilité ? Quelle astuce de la part du Mauvais que de tromper l'homme ainsi et quelle folie de la part de l'homme que de fermer les yeux devant la réalité des choses ! La réalité, c'est que l'humanité se détruit de ses propres mains, par sa participation volontaire aux plans du Malin. Quelle folie de la part de l'homme de penser que le diable n'existe pas, que Satan n'existe pas ! Quel bon tour lui joue le Malin, mais que l'homme est stupide de se laisser maintes et maintes fois duper par lui !

L'humanité aujourd'hui doit se secouer et se dégager de l'asservissement du péché dont elle a elle-même permis l'existence. Elle peut commencer par aimer les enfants et non les mépriser. Elle peut commencer par les sauver et non les tuer, par encourager la vie et non y mettre fin. Elle peut commencer par ôter de ses épaules la croix qu'elle s'est elle-même imposée et se tourner vers Dieu par la prière en demandant pardon et conseil au Seigneur. Elle peut commencer par se tourner vers Jésus et lui prendre la main pour cheminer avec lui sur le sentier de l'amour.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Jeu 16 Juin - 20:41

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/06/lonu-sinquiète-de-lavortement-massif-des-filles-en-asie.html

15 juin 2011

L'ONU s'inquiète de l'avortement massif des filles en Asie

Le Haut Commissariat aux droits de l'homme, l'ONU Femmes, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds mondial pour l'enfance (Unicef) et le Fonds des Nations Unies pour la population relèvent que la proportion de naissances atteint jusqu'à 130 garçons pour 100 filles dans certains pays d'Asie du sud-est et d'Asie centrale.

"La sélection en faveur des garçons est le symptôme des persistantes injustices sociales, culturelles, politiques et économiques à l'égard des femmes, et une violation manifeste de leurs droits [...] Il y a une énorme pression sur les femmes pour donner le jour à des garçons, ce qui non seulement affecte leurs décisions en matière de reproduction, avec des conséquences sur leur santé et leur survie, mais force aussi les femmes à devoir perpétuer la situation d'infériorité des filles à travers la préférence pour les garçons".

"Les Etats ont l'obligation de s'assurer que ces injustices sont combattues sans exposer les femmes à risquer la mort ou des blessures graves en leur refusant l'accès aux services nécessaires tels que l'avortement sans risque".

En gros, le message de ces agences est le suivant : s'il vous plaît, continuez à avorter, mais pas que des filles !

Posté le 15 juin 2011 à 07h16 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Ven 17 Juin - 21:36

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/06/prière-de-sos-tout-petis-samedi-18-juin-place-saint-michel-.html

16 juin 2011

Prière de SOS Tout-Petits samedi 18 juin Place Saint-Michel

Lu dans Présent :

"Contre le crime de l’avortement, SOS Tout-petits nous invite enfin et surtout à venir prier ce samedi 18 juin Place Saint-Michel (Paris 5e) à 14 h 30. Prière publique de réparation, d’intercession et de conversion. Car « nous voulons Dieu dans les cœurs et dans la Cité ; le respect des plus faibles dès le commencement de la vie ; une politique familiale véritable et un enseignement digne de ce nom ; l’abrogation des lois permettant le meurtre et pervertissant les mœurs. » Renseignements : SOS Tout-petits : 11 rue Tronchet, 75008 Paris. Tél. : 01 47 83 97 42 – 01 40 61 06 28 – www.sos-tout-petits.org."

Posté le 16 juin 2011 à 15h05 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Mer 22 Juin - 16:32

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/06/avortement-réquisition-des-sages-femmes.html

21 juin 2011

Avortement : réquisition des sages-femmes

De Pierre-Olivier Arduin :

"Le 24 mai dernier, l’Assemblée nationale a réformé en première lecture la loi hospitalière du 21 juillet 2009. Parmi les mesures adoptées, l’expérimentation de l’IVG médicamenteuse par les sages-femmes [révélé ici, NDMJ]. La loi portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST) du 21 juillet 2009 avait initialement prévu une expérimentation régionale autorisant les sages-femmes à pratiquer des IVG dites médicamenteuses. Cette disposition, on s’en souvient, avait été annulée par le Conseil constitutionnel pour vice de forme, en l’occurrence parce que la durée de la phase expérimentale ne figurait pas dans le texte.

Avec le soutien appuyé de la gauche et contre l’avis du gouvernement de leur propre majorité – à croire que cela devient une habitude pour certains parlementaires de la droite ! –, les députés Bérengère Poletti et Valérie Boyer (UMP) sont parvenus à faire voter en première lecture un amendement qui réintroduit le même dispositif mais en prenant soin cette fois-ci de préciser que la période expérimentale s’étalera sur deux ans (nouvel article 17 ter insérant l’article L. 2212-10-1 au Code de la santé publique). Raison invoquée dans l’exposé des motifs : mettre à contribution de nouveaux professionnels de santé du fait du manque chronique de médecins pratiquant les IVG. Il faut dire que le nombre d’IVG par RU-486 explose en France, représentant désormais la moitié des 220 000 avortements annuels dans notre pays. Pour les promoteurs du « droit à l’IVG », il est donc nécessaire de réquisitionner de nouveaux personnels pour satisfaire à la demande.

Si le texte est confirmé au Sénat, une région française qui connaît un taux important de recours à l’avortement sera choisie pour que les sages-femmes travaillant aussi bien en établissements de santé publics que privés participent à la mise en œuvre des IVG par voie médicamenteuse. Le dispositif maintient la clause de conscience au bénéfice de la sage-femme, en précisant cependant qu’il est de son devoir « d’informer sans délai l’intéressée de son refus » et de lui communiquer « immédiatement » le nom d’un praticien susceptible de réaliser l’acte. Ce qui revient à contraindre la sage-femme à coopérer à la préparation d’un acte que sa conscience réprouve sans parler des discriminations à l’embauche dont elle pourra éventuellement faire les frais.

L’essence de la profession des sages-femmes est de plus en plus menacée. La loi du 21 juillet 2009 les avait déjà habilitées à prescrire l’ensemble des contraceptifs hormonaux, à poser les implants et insérer les stérilets. La nouvelle loi de bioéthique en a fait les nouveaux prescripteurs des examens de diagnostic prénatal en les obligeant à informer systématiquement leurs patientes de l’existence de ces tests. En les autorisant à pratiquer des IVG, c’est toute une profession qu’on est en train de faire basculer dans le plus grand silence."

Posté le 21 juin 2011 à 10h35 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Mer 22 Juin - 20:33

http://www.laportelatine.org/associations/SOSMamans/JB43/JB43.php

S.O.S Mamans - Journal de bord n° 43
Accès aux pages consacrées à S.O.S Mamans


Journal de bord n° 43 de janvier-février 2011


Lundi 24 janvier 2011

Nous avons « expédié », par nos chemins, notre 67e prostituée enceinte est-européenne vers sa patrie, cette fois-ci une Russe comme dans la plupart des cas. Les bébés des prostituées ont le don providentiel qu’ils arrivent à sauver leurs mamans de la prostitution parisienne, c’est incroyable ! Leur existence même rend leurs mamans, dans cette misérable profession, fort accessible à tout approche de sauvetage. Mais ces sauvetages coûtent très cher, ne serait-ce que le transport immédiat (par camion) qu’il faut financer cash, parfois jusqu’à des villes très éloignées à l’est. Ainsi nous avons réacheminé il y a quelque temps Babouchka jusqu’à Mourmansk sur la mer arctique, et Volga jusqu’à Vladivostok, face au Japon. Chaque fois nous confions une carte téléphonique spéciale France-Russie (50 Euro) aussi bien au chauffeur qu’à la maman, afin qu’ils nous renseignent par un coup de fil, chacun de son côté, qu’ils sont bien arrivés sur place. Nous avions l’idée de demander une subvention pour ce travail à Monsieur Poutine à Moscou ou au patriarche orthodoxe russe à St Petersburg, puisque nous leur procurons des citoyens russes qu’ils désirent si ardemment, ne seraient-ce que 67 mamans et 67 bébés, au total 134 Russes jusqu’à présent. Mais nos efforts pour trouver le contact nécessaire avec ces personnages n’ont pas encore abouti. Il est évident que nous ne pouvons passer pour une telle demande par l’ambassadeur russe à Paris, il ne reste donc que la voie religieuse. Encore un peu de patience !


Mardi 15 février 2011

La banque française où notre compte Sos Mamans (Unec) est domicilié depuis de longues années, nous a sèchement annoncé qu’elle résilierait notre compte. Sur notre demande, pourquoi, étant donné que nous n’avions commis aucune irrégularité, le banquier nous a répondu avec un faux sourire que les banques ont contractuellement ce droit sans donner de justification officielle, mais officieusement il nous a confié que c’est à cause de « différences idéologiques » avec nous. Ah ! Apparemment c’est notre engagement contre l’avortement qui les chagrine. Encore peut-on se féliciter qu’ils ont mis 16 ans pour s’en rendre compte, ce qui nous donne quelque espérance pour la longévité du nouveau compte que nous sommes en train d’ouvrir auprès d’une autre banque.

Pour nos donateurs cela ne change rien, puisque aucun chèque à Sos Mamans (Unec) ne se perd du fait de ce transfert, et ceux qui nous font la grâce d’un virement bancaire mensuel permanent recevront sous peu de nous les détails du nouveau compte, pour leur permettre de modifier auprès de leur propre banque ce virement. Nous vous demandons instamment de faire cette démarche, le moment venu, pour permettre à Sos Mamans de continuer son œuvre auprès des petites mamans et leurs bébés en danger de mort. Pendant cette période critique - entre l’annonce de résiliation et la fermeture effective de notre ancien compte le 23 mars 2011-, nous vivons un temps difficile pour nos interventions humanitaires, puisque notre ancienne banque, en plus, nous a arbitrairement mis divers obstacles sur le chemin, par exemple une réduction sensible du plafond de la carte de crédit dont Sos Mamans (Unec) a l’usage, la fermeture également arbitraire de notre accès par Internet à notre compte etc. Si bien que nous nous sommes posés certaines questions par rapport aux banques. Puisque nous œuvrons dans le domaine humanitaire, pratiquement au niveau de la rue, nous sommes forcés d’utiliser beaucoup d’argent en espèces, car bien de nos petites mamans enceintes (par ex. les mineures, prostituées, esclaves, pauvres) ne disposent d’un compte en banque et ne pourraient donc rien faire avec un chèque ou un virement de notre part. D’ailleurs le directeur de notre banque nous a annoncé, du haut de son fric, quand nous lui demandions une augmentation du plafond mensuel de notre carte de crédit pour pouvoir parer très rapidement à toutes les situations des femmes en détresse : « Mais ne savez-vous donc pas que bientôt il n’y aura plus d’argent liquide, et que tout se fera par carte et par codes? » Ils veulent donc tout contrôler, quitte à faire périr une tranche importante de la population, c’est-à-dire les pauvres ou abandonnés, précisément ceux que Dieu aime en premiers.

Cela pose une question fondamentale dans l’avenir pour les Charités qui œuvrent réellement sur le terrain. Ils veulent donc totalement les contrôler, voire supprimer ! Finalement nous avions l’idée, théorique pour l’instant, qu’il faudrait peut-être inventer une nouveau système financier, SANS BANQUES, pour nous libérer de ce contrôle arbitraire et souvent antichrétien. Tout se ferait cash. Vos dons, vous nous les donneriez en espèces au lieu de nous envoyer des chèques, et nous nous transformerions chaque mois en fourgonneurs d’argent liquide, en petite voiture anonyme, sous le nez des autorités financières, pour ramasser vos oboles. Et la charité pourrait fleurir, avec le seul plafond de la capacité maxi de notre cœur… On reviendra sûrement un jour sur ce schéma, pour l’instant restons encore pour quelque temps avec le système des chèques et virements tel qu’il est. A moins que l’un ou l’autre d’entre vous, quand il veut nous faire un don majeur (500 Euro ou plus), nous fasse signe – comme c’est déjà le cas actuellement - et que nous passerions chez lui pour ramasser ce don en espèces, au moins en région parisienne. Ainsi nous pourrions progressivement nous libérer de ces chaînes mondialistes forcément anti-bébés. De toute façon, tout don, par chèque ou virement ou par donation manuelle, produira un reçu fiscal de notre part, aucun problème de ce côté-là.

Chers donateurs, merci de subir avec nous ces quelques perturbations et de les supporter chrétiennement. Si nous subissons le mépris de ce monde en venant au secours des bébés en danger d’avortement, c’est que nous sommes sur le bon chemin : celui de vraiment les sauver, au point de subir les mêmes attaques qu’eux. Un pompier, ne rentre-t-il pas parfois de ses missions la chemise brûlée et le visage blessé ? Le Christ n’est-il pas mort pour nous en venant à notre secours? Le vrai amour passe par la souffrance. « Personne n’a un plus grand amour que celui qui donne sa Vie pour autrui ». En disant cela Jésus parla, bien sûr, de Lui-même et du chemin qu’Il a librement accepté par Amour, mais aussi de nous et de notre chemin. Allons encore plus loin : Saint Jean de la Croix avait prêché : « Fidèles, vous priez pour ceci ou cela, mais vous oubliez de demander la Croix. Seule la Croix unit au Christ, je vous l’assure ! » Merci aux bébés qui nous sauvent !



Jeudi 17 février 2011

Nous avons rencontré Lila qui attend des triplés. Son propriétaire venait de changer, ce matin, le verrou de la porte blindée de son domicile. Il fallait que Lila débourse sur le champ 250 Euro pour le serrurier. Nous lui avons donné ce qu’il faut pour sortir de ce mauvais coup. Les bébés ne le savent pas, mais il y en a qui, avant leur naissance, combattent pour eux sans craindre problèmes ni efforts : ce sont le plus souvent leurs mamans. Exactement comme Jésus l’a fait pour nous, et encore longtemps avant que nous soyons venus au monde. Nous avons déjà eu des triplets dans la passé, et chaque fois le 3e bébé est mort peu de jours après la naissance, laissant la jeune maman inconsolable. C’est un fait consternant : elles qui étaient prêtes à sacrifier leur bébé(s) au début par l’IVG, elles sont maintenant inconsolables de la perte d’un seul des trois. Voilà le fruit qu’opère le Bon Dieu en quelques mois dans ces âmes. Il sait transformer en peu de jours des êtres humains faibles et coupables en héros de l’amour.


BILAN au 18 février 2011

782 bébés sauvés depuis 1995, dont 43 encore à naître. 18 mamans enceintes actuellement logées en nos studios et chez nos hébergeurs. 6229 Euros en caisse. Pas une seule fois avons-nous dû abandonner pour manque d’argent un bébé en danger de mort: merci à tous nos donateurs, vous faites parti des Bons Samaritains de notre temps, signe du Royaume de Dieu qui arrive !
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Mer 22 Juin - 20:35

http://www.laportelatine.org/associations/SOSMamans/JB44/JB44.php

S.O.S Mamans - Journal de bord n° 44 de mars-avril 2011

Accès aux pages consacrées à S.O.S Mamans


Journal de bord n° 44 de mars-avril 2011


Mercredi 30 mars 2011

Cette fois-ci, « ils » voulaient nous tuer, mais ils n’ont pas réussi, SOS Mamans est toujours là. Mi-janvier notre banque nous annonça la fermeture unilatérale de notre compte bancaire, nous coupa arbitrairement l’accès au compte par Internet, et finalement fit « capturer » la carte de crédit de notre association. La traversée du désert commença, pendant dix semaines, jusqu’à ce que nous puissions disposer à nouveau d’un compte auprès d’une autre banque qui voulait bien accueillir notre association. Pourtant, les bébés à sauver continuaient à frapper à notre porte, 1 à 2 par semaine, et il fallait assurer, coûte que coûte. Impossible d’abandonner un seul bébé en danger de mort, pour des basses raison de manque d’argent (ou d’accès à l’argent). Ainsi nous nous sommes débrouillés pour rester fidèles à nos postes, par tous les moyens financiers possibles pour avoir l’argent liquide nécessaire aux sauvetages. C’est fait, Deo gratias. Depuis début 2011 nous avons pu sauver 14 bébés de l’avortement (dont 4 prostituées de l’est enceintes, ramenées vers leurs familles à l’est), et nous avons eu 13 naissances de bébés sauvés il y a quelques 6 à 9 mois, à un moment quand leur mamans âgées de 16 à 23 ans, pensaient qu’il n’y avait plus que l’avortement pour sortir d’une situation paraissant insupportable et humainement inextricable.

Voici les noms de ces bébés: Ashock, Zoé, Killy, Stim, Hermine, Laverne, Maroud, Nayed, Rodolphe, Nicolai, Noah, Ekaterina, Nadine. Que le Bon Dieu bénisse chacun d’eux pendant toute leur vie ! Quant à la banque française en question, ne nous fâchons pas, mieux encore: pardonnons leur! Ces petites peines - même pour vous chers donateurs par virements bancaires mensuels - font partie des persécutions auxquelles nous nous attendions dès le début de nos sauvetages de bébés. On ne les défend pas vraiment si l'on ne subit pas en quelque sorte le même sort: le mépris, l'abandon, même des visées d'extermination.

Grâce à ces banquiers nous avons la confirmation que nous nous trouvons - nous et vous qui soutenez notre action directe auprès des mamans placées devant le cauchemar de l'avortement - sur le bon chemin, le chemin de l'Amour du Christ pour les plus petits et les plus petites, un chemin qui L'a amené jusqu'à la Croix. "Chers fidèles, quand enfin voulez-vous comprendre que seule la Croix vous rapprochera de Celui qui y est suspendu!" (St. Jean de la Croix).



Vendredi 1 avril 2011

Nous venons de sauver 2 jeunes filles noires, l’une de 13 ans et l’autre de 17 ans. Elles erraient ensemble dans les rues de Paris, effrayées. La plus jeune devait être excisée le lendemain en raison de son père qui s’était mis en colère en entendant qu’elle était enceinte. La deuxième, sœur d’une amie de la première, devait être avortée de force dans les jours qui suivaient par sa famille musulmane. En ces cas il y a danger de mort non pas seulement pour les bébés qu’elles portent, mais pour leur propre vie. Nous les avons accueillies, hébergées, mises en sécurité, bref sauvées. Deux vies sauvées, peut-être même 4 : Dieu soit loué !


Samedi 2 avril 2011

Qu’on veuille bien nous excuser de ne pas pouvoir répondre à toutes les questions que nous recevons par courrier. Voici quelques réponses aux questions qui reviennent le plus souvent :

- Comment est née l'idée de SOS MAMANS? Pendant 6 ans, nous étions une association pro-vie "standard": manifestations et tractages contre l'avortement, lettres aux députés, articles dans les journaux amis, pèlerinages, collectes de signatures... Jusqu'au jour où nous nous rendions compte que nous tournions en rond, et surtout autour de notre propre nombril. Que tout cela ne baissait pas d'un seul avortement ce désastre pour la France, cette offense majeure contre le Créateur, ce suicide collectif "remboursé". Et nous avons décidé d'oublier "le haut" (les députés, les lois, les autorités de toute sorte, y compris religieuses), et de travailler comme le Bon Samaritain dans l'Evangile qui est descendu de son âne et est venu au secours du pauvre diable jeté dans le ravin en s'occupant sérieusement de lui. Il fallait directement faire face aux mamans en détresse, sortir de notre cage d’or, les secourir, les sauver, n'est-ce pas le message de l'Evangile?

- Depuis combien de temps existez-vous? Notre association-mère l'UNEC existe depuis 1989, et nous étions un groupe pro-vie à l'intérieur de l'UNEC depuis le début. Notre "conversion" stratégique, pour ainsi dire, a eu lieu en 1995. Depuis, notre groupe d’aide s'appelle SOS MAMANS, toujours à l'intérieur de l'UNEC qui seule est déclarée en association du type 1901 et qui gère notre action du point de vue administratif.

- Quel est le profil des filles qui sont contraintes d'avorter? Eh bien, on peut dire que nous n'avons jamais rencontré une maman voulant avorter sans s'y sentir contrainte. Par les circonstances, par le manque de ressources, de place, mais surtout par l'attitude de refus de l'entourage. Combien de fois n'avons-nous pas entendu: "Vous êtes les seuls à me soutenir, à m'encourager, à m'aider; tous les autres, y compris ma meilleure copine, me poussent à avorter; pire, mes parents me chassent du domicile, et mon copain, géniteur du bébé, m'a donné des coups violents quand je lui ai annoncé la bonne nouvelle'..." Voici donc le profil: le ventre légèrement bombé, le visage tuméfié, les larmes à peine cachées. Voilà la réalité que nous autres Chrétiens ne voulons pas voir, en évitant la rencontre, exactement comme Jésus l'a dit du prêtre et du diacre qui ont "évité" le pauvre diable laissé pour mort dans le ravin.

- Y a-t-il des différences de comportement entre les jeunes mamans selon leur origines? Non. Toutes ont besoin d'aide. Parfois morale, presque toujours financière. En plus, certaines sont à reloger le soir même, pour sauver leur bébé. Cela pose naturellement plus de problèmes avec des mamans vivant illégalement en France, les immigrées, colorées, mineures... Mais, même si l'on a tous des préférences - comme le Bon Dieu en a en abondance Lui-même -, il reste vrai que face à la VIE nous ne faisons aucune différence. Un bébé est toujours à sauver, au risque de notre propre vie, n'importe sa couleur ou condition. Est-ce qu'un pompier, du haut de son échelle et face aux flammes, prêt à déclencher le jet de sa lance d'eau, pose d'abord des questions inutiles: 'Est-ce qu'il y a des noirs ici? Des sans-papier? Des illégaux?' Non, il met sa lance en route et éteint le feu. C'est ce que nous faisons, « pompiers des bébés ». Nous sauvons la vie, la vie des enfants de Dieu en danger, en un mot: la vie de nos petits frères et soeurs. Sans parler de la vie des mamans que nous sauvons parfois en même temps, surtout dans le cas des prostituées, esclaves, suicidaires, comme cela nous est arrivé des dizaines de fois. Là on peut dire, grâce au bébé la vie de la maman a été sauvée. C'est d'ailleurs la règle générale: ce n'est pas le bébé qui pose problème, non, ce sont les problèmes des adultes que le bébé résout. Combien de mamans, surtout jeunes, ont grâce au bébé changé de vie, renoncé à leurs mauvais copains, structuré leurs vies, abandonné la drogue, l'alcool, appris un métier, retrouvé Dieu? Le vrai missionnaire envoyé par Dieu, c'est le bébé lui-même. Nous avons d'ailleurs pu amener au baptême une quinzaine des bébés sauvés; c'est chaque fois une grande fête. Il faut bien être conscient que d'abord le bébé n'est pas un problème, mais une JOIE, un cadeau tombé du Ciel. Pour bien marquer le coup - devons-nous le dire? - nous buvons parfois dans le café le plus proche une coupe de Champagne pour célébrer l'arrivée d'une nouvelle maman, c'est-à-dire d'un nouveau bébé. Cela met les pendules à l'heure. C'est un petit luxe de 6 Euro que nous payons de nos propres poches. Après cela seulement, on commence à réfléchir avec la maman pour voir comment résoudre les problèmes parfois terribles qui surgissent, comment faire face aux dangers immédiats, au problème de l’hébergement le soir même. Toutes nos petites mamans sont, à ce moment-là, nos meilleurs alliées, partenaires, avocates, amies conniventes. Il n'y a rien à argumenter, elles s'envolent et sont d'accord dès qu'on leur parle de la VIE en leur sein à sauver.

- Combien de personnes participent aux sauvetages? Nos groupes - ils en existent déjà 7 en France et 2 à l'étranger - comprennent normalement 3 personnes, parfois 4. Pas plus. Une 'fourmi de quartier' (ou avion renifleur) qui n'a peur de rien et qui dans sa vie 'en a vu d'autres'. Un ou une comptable qui, patiemment, construit un réseau de donateurs autour du groupe, nous en avons actuellement presque 1000. Ensuite un responsable qui supervise, juge les problèmes à froid, garde le lien avec les donateurs et reste en liaison avec notre groupe à Paris pour s'en sortir ensemble quand des cas extrêmes, voire dangereuses, se présentent. La 4e personne peut arriver plus tard, c'est "Monsieur SOS", généralement un retraité disposant d'une voiture pour aider lors d'un déménagement d'une maman, ce qui arrive régulièrement, et surtout d'un coin dans son garage pour stocker quelques vêtements de bébé, landaus, lits d'enfants etc. La première personne - la fourmi de quartier - est nécessairement une femme. Une femme peut trouver, comprendre, consoler et sauver une nouvelle maman en profonde détresse. Les hommes ont quitté depuis des lustres - la révolution industrielle? - la scène et l'arène de la VIE. Y font front aujourd'hui seules les femmes, surtout quand ça va mal. C'est normal quand on pense que Dieu les a choisies comme co-créatrices: à chaque conception et naissance la Création continue, Dieu ne délaisse pas l'humanité, Il recommence chaque fois de zéro, et cela sous le cœur de la maman. Quel incroyable optimisme de la part de Dieu ! Disons le en paradoxe: sans les femmes, l'humanité serait déjà éteinte. Cela en dit long.

- Combien de sauvetages par an? Au début nous n'avions que 2 ou 3 cas par an. Nous avions plus d'argent que de mamans à aider. Nos yeux étaient encore fermés. Il fallait, petit à petit, les ouvrir, sortir de chez nous, de nos cages d'ivoire bien protégées. Aujourd'hui c'est le contraire: plus de bébés à sauver que d'argent pour aider. Nous vivons ainsi une catastrophe financière presque à chaque fin du mois. Mais quand rien ne va plus, Dieu nous envoie de l'aide. Par exemple la semaine dernière un Monsieur voulait nous parler 'd'une question administrative'. Nous fixions avec difficulté un rendez-vous avec lui. Il a sorti un chèque de 3000 Euro. Cadeau de Dieu! En total nous avons, à ce jour, sauvé 688 bébés, dont 40 encore à naître. La plupart par notre groupe à Paris, mais aussi une trentaine par notre groupe en Normandie, une douzaine par celui en Lituanie, une quarantaine par celui en Géorgie/Caucase où nous avons acquis en 2005 une maison d'accueil, la 'Maison Verte' à Zougdidi. D'autres groupes en France, notamment en Auvergne, Paca, Toulouse, Lyon, Dijon, quoique existant pour certains déjà depuis quelque temps, n'ont pas encore trouvé un seul bébé à sauver. Ils s'y préparent, en essayant d'enlever les poutres de leurs yeux dont parle Jésus dans l'Evangile, et aussi en utilisant ce temps 'vide' pour établir leurs réseaux de bienfaiteurs et de donateurs.

- Taux de réussite? Presque 100 %. Il y a un avortement à signaler en Géorgie d'où notre groupe local rapporte qu'une femme est – poliment - revenue pour dire qu'elle aurait malheureusement fini par avorter son bébé. Et en France nous avions deux de ces femmes. Imaginez la raison pour l’une d’elles? 'Des charismatiques m'ont harassée de façon insupportable par des coups de téléphone répétés disant qu'elles sont à genoux pour moi etc. C'était trop!' Triste témoignage. Agir avec amour ne veut pas dire faire n'importe quoi. Le sauvetage est un métier chrétien qui s'apprend, avec beaucoup de désintéressement, de patience et surtout de délicatesse. Ne s'agit-il pas d'un des domaines les plus intimes de la femme où l'on intervient? Un seul mot, un seul geste déplacé, et tout est perdu.

- Vous suivez les mamans au-delà de la naissance? Oui, normalement nous les suivons en total pendant 10 à 12 mois, surtout financièrement: la période avant la naissance de leur bébé, puis jusque 3 mois après. Mais parfois nous les logeons aussi: les majeures en les plaçant dans un des 4 studios que notre association loue en région parisienne, les mineures chez nos quelques familles d'accueil dans toute la France - et ailleurs en Union Européenne. Ainsi nous logeons en permanence selon les cas entre 15 à 30 mamans, parfois même 40. En un cas nous avons 'suivi' une maman pendant 3 ans, logée dans un de nos studios parisiens, jusqu'à ce qu'elle ait trouvé un appartement HLM, exploit devenant de plus en plus difficile sinon impossible actuellement.

- Budget de votre association? N'en parlons pas, c'est un peu la trésorerie du Bon Dieu. Pour vous donner une idée: en moyenne un bébé sauvé nous « coûte » 1000 Euro. C'est peu par rapport à la valeur inestimable de la vie humaine. 'Une âme vaut l'univers', dit Ste Thérèse d'Avila. Et l'argent est fort répandu sur terre, il suffit de le redistribuer un peu.

- Comment repérez-vous les filles en difficultés? Surtout pas en attendant derrière le téléphone ou l'ordinateur. Non! Mais en 'sortant', c'est-à-dire en allant sur les trottoirs, dans les cafés, pharmacies, métros, laboratoires, et surtout vers les bancs dans les parcs publics. Nous n'attendons pas les mamans, nous allons vers elles. Comme le Bon Samaritain dans l'Evangile.

- Qui sont vos détracteurs? A part certaines banques, personne pour l'instant. Car nous travaillons sans bruit, sans publicité, sans affiches, sans revue, sans bureau, sans salaires. Bref, d'homme à homme, ou plutôt de femme à femme. Par contre nous avons des ennemis: les députés qui maintiennent l'avortement, les autorités de l'état qui le gèrent et le remboursent, les docteurs qui le pratiquent, les pharmaciens qui vendent les pilules avortives, voire les autorités religieuses qui laissent passer ce crime des crimes comme si c'était un problème entre autres. Ce sont les femmes qui aboliront l'avortement, moins les hommes. Nous n'attendons surtout rien des gens haut-placés. Nous travaillons seuls, en partant du bas vers le haut. S'il y avait 1000 groupes de ce genre en France, il y aurait peut-être encore des lois d'avortement, mais plus d'avortements. Résorbons l’avortement « par le bas », par la Charité chrétienne ! Que les païens fassent des lois païennes, rien d'étonnant. Mais que les Chrétiens ne se réveillent pas pour sauver les vies, stopper le génocide, arrêter l'horreur, ce n'est pas normal. C'est finalement un problème entre Catholiques, loin des fauteuils des députés, des barres des tribunaux et d’autres comptoirs pharmaceutiques. Oui, l'avortement est un problème catholique! Il nous provoque et nous défie. Ou nous venons au secours, ou ce sera fini pour tous, y compris nous-mêmes. Quel enjeu!

- Comment vous aider? Nous vous invitons à faire partie de nos sauveteurs par vos prières, vos colis postaux avec des layettes modernes (non tricotées main, cela ne plaît plus), et surtout par vos dons, soit ponctuels soit par virement bancaire mensuel vers notre nouveau compte (généralement entre 10 et 50 E/mois, formulaire disponible). Nos coordonnées: SOS MAMANS (UNEC), BP 70114, F-95210 Saint-Gratien, Tél./Rép. 0134120268, sosmamans@wanadoo.fr, www.radio-silence.tv (rubrique SOS MAMANS).

BILAN au 2 avril 2011 :
788 bébés sauvés depuis 1995, dont 40 encore à naître. 15 mamans actuellement en hébergement par nos soins. 6420 Euros en caisse. Merci à tous les généreux donateurs ! Vous faites parti des Bons Samaritains de notre temps, signe du Royaume de Dieu qui arrive !
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Mer 22 Juin - 20:37

http://www.laportelatine.org/associations/SOSMamans/JB45/JB45.php

S.O.S Mamans - Journal de bord n° 45 de mai 2011

Accès aux pages consacrées à S.O.S Mamans


Journal de bord n° 45 de mai 2011

Jeudi 26 mai 2011

Chaque fois nous tombons des nues, chaque fois c’est plus gros. Négociation avec une de ces ‘mères terribles’ dont nous connaissions déjà une bonne douzaine en leur achetant littéralement les bébés de leurs filles. Voilà une nouvelle de ces ‘mamans’ : sa fille Anaïs – enceinte – a 17 ans.

La ‘mère terrible’, âgée de 40 ans environ, veut ‘vendre’ l’embryon de sa fille à un laboratoire et nous demande 15.000 Euro si nous désirons que le bébé ne soit pas avorté. Nous négocions à 10.000 Euro, en lui donnant 1000 Euro par mois jusqu’à la naissance. Jusqu’à présent, en pareil cas, les ‘prix’ étaient de 5000 Euro pour un embryon mâle, et de 7000 Euro pour un embryon femelle.

Tout cela pour quelques fous furieux qui osent s’appeler ‘chercheurs’, appartenant à cette ‘médecine’ perverse qui est au service de la mort, ou alors à des instituts cosmétiques en quête de crèmes toujours plus performantes.

L’utérus d’un embryon féminin – pensent-ils -, ne serait-ce pas la matière plurivalente idéale pour régénérer n’importe quoi, pas seulement le cerveau des malades Alzheimer, mais aussi la peau des bourgeoises un peu ridées ? Nous avons là Faust devant nous, en 2011. Autrement dit : des adorateurs du diable en personne, et en arrière-cuisine.

Trois considérations :

Le prix pratiqué de 15.000 Euro est exorbitant. Comment expliquer cela ? Selon notre meilleur savoir, nous craignons qu’il s’agit là non plus d’avortons morts, mais d’embryons VIVANTS qui sont vendus par ces mères terribles aux laboratoires. Pour créer des ‘colonies de cellules souches’ à partir d’embryons vivants ? On ose à peine l’imaginer. Cela expliquerait pourquoi ces labos attendent presque jusqu’au moment de la naissance pour ‘prendre livraison’… Achètent-ils des nouveau-nés ? On peut se poser sérieusement la question. Il est vrai que ce trafic est interdit en France, ce qui expliquerait d’une part la flambée des prix pratiqués, et d’autre part qu’ils achètent leur ‘marchandise’ directement auprès des personnes privées, et non pas auprès des avortoirs officiels.
Tout compte fait, nous n’envisageons nullement de payer les 10.000 Euro en entier. Nous règlerons les 1000 Euros mensuels 2 fois seulement, ensuite Carine sera majeure, et nous lui offrirons de séjourner pour le reste de sa grossesse dans une ambiance plus saine, chez une de familles hébergeuses en France ou ailleurs.
Ajoutons ceci : L’Eglise a une longue tradition de ‘rachat’ des esclaves. Des Chrétiens, notamment les ordres des Trinitaires et Mercédaires s’offraient, il y a 2 siècles encore, en échange des esclaves chrétiens quand l’argent ne suffisait pas à leur rachat. Il n’y a que dans le catholicisme que l’on voit cela… Une fois dans la place, à Alger ou ailleurs, ils soutenaient la foi des Chrétiens prisonniers, souvent persécutés pour les contraindre à une conversion forcée. Ainsi l'ordre des Mercédaires fut institué par S.Pierre Nolasque ( + 1256) à Barcelone pour le rachat des captifs, c'est à dire des Chrétiens détenus par les Barbaresques. Aux trois vœux habituels : obéissance, pauvreté, chasteté, les Mercédaires en ajoutaient un quatrième : celui de se constituer en otage, quand c'était pour eux le seul moyen d'accomplir leur mission. Les Chrétiens faits captifs en Espagne occupée par les Maures, ou alors en Méditerranée par les Corsaires, étaient particulièrement à plaindre. Ils étaient vendus comme esclaves aux Musulmans d'Afrique. Les malheureux prisonniers se divisaient en deux classes: la première comprenait le capitaine, les officiers du bâtiment capturé et les passagers avec leurs femmes et leurs enfants; cette première classe était soumise à un travail moins dur que les simples matelots, qu’on vendait publiquement au plus offrant et dernier enchérisseur; les enfants étaient presque tous envoyés au palais du dey ou aux maisons des premières familles, et les femmes servaient les dames maures ou entraient dans les harems. Force était alors de payer rançon pour obtenir leur délivrance.
Grâce à l'héroïsme et la générosité de ces grands Chrétiens, cette mission se poursuivit jusqu'à la disparition de la piraterie. Du XIIIe au XVIIIe siècle, les seuls Mercédaires auraient libéré pas moins de 60.000captifs. Aujourd’hui les avorteurs ont pris le relais des barbares d’antan, en faisant pire : au lieu d’abuser des gens par milliers, ils les tuent par millions. Mais toujours des Chrétiens sont là pour venir à leur secours, serait-ce à un prix abusif, si seulement une vie humaine – créée par Dieu - est sauvegardée !
Chers amis, faisons-nous autre chose face à ces monstrueux nouveaux esclavagistes que sont ces ‘mères terribles’ qui vendent les bébés de leurs propres filles ? Ou face à ces monstrueux ‘chercheurs’ ? Vous êtes tous des Mercédaires, chers donateurs. Imaginez la joie de la jeune maman de 17 ans, cela vous remplira de bonheur pour un bon moment, jusqu’au prochain sauvetage. Bref, Dieu soit loué : un bébé de plus est sauvé ! Cela vaut plus que des milliers de tracts, de vaines paroles ou de soupirs abusés. Champagne !


Cher lecteur, chère lectrice,

Vous faites partie de nos donateurs ou coopérants, et nous nous ferons une joie de partager régulièrement avec vous, par le biais des extraits de notre 'Journal de bord', nos joies et nos peines. Ce 'Journal' devient un monument de l'espérance, prouvant que le crime de l'avortement peut être vaincu par la charité chrétienne.

Nous sommes fiers et heureux de savoir tant de gens (1 000 environ) à nos côtés. Ils font véritablement partie de l'équipe de SOS MAMANS, merci, et en avant !

S.O.S Mamans

Pour tout renseignement, contact ou don :
S.O.S MAMANS (UNEC)
B.P 70114
95210 St-Gratien
Rép/Fax 01 34 12 02 68
sosmamans@wanadoo.fr
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Mer 22 Juin - 20:38

http://www.laportelatine.org/associations/SOSMamans/SOSMamans.php

S.O.S Mamans - UNEC

Retour aux pages consacrées aux associations de Tradition


S.O.S MAMANS (UNEC)


Un appel de S.O.S Mamans (2005)

S.O.S MAMANS (UNEC), un groupe d'action d'aide directe auprès des femmes et jeunes filles confrontées à l'avortement, vient de lancer un APPEL A TOUS LES CHRETIENS :

"La France chrétienne se meurt, petit à petit, rongée par la gangrène de l'avortement, crime contre l'humanité et offense majeure à Dieu. Vous qui êtes baptisés au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit (le seul sacrement commun entre tous les chrétiens), vous priez sûrement que Dieu accorde l'arrêt du massacre des bébés innocents en France et ailleurs, comme Il l'a déjà accordé à la Pologne. Et le Bon Dieu, d'en haut, voire du plus intime de votre âme, vous répond peut-être: "Vas-y, lève toi et agis. En mon Nom sauve ceux qui sont voués à la mort!" Vous répondrez peut-être: "Mais comment, Seigneur?" C'est à cette question que le présent appel essaye de répondre concrètement, dans la limite de nos pauvres forces.

Depuis 10 ans, à Paris, avec un petit groupe de 4 personnes seulement (et entre temps un réseau de plus de 600 donateurs, tricoteuses de layettes et autres bienfaiteurs), nous avons pu sauver 174 bébés de "l'IVG". Nous connaissons leurs noms (sauf pour 42 bébés pas encore nés) et ceux de leurs mamans. Il fallait sortir de nos tours d'ivoire, mettre la main à la pâte, et SAUVER, en allant, comme le Bon Samaritain, directement à leur rencontre. Nous les repérons sur les bancs publics, les trottoirs, dans les cafés, pharmacies, laboratoires médicaux... mais aussi, et de plus en plus, par le moyen si efficace du bouche à l'oreille, car les mamans se donnent elles-mêmes le mot. C'est donc un travail dans l'ombre, invisible au grand public et aux média. Nous sauvons n'importe quel bébé, un peu comme les pompiers qui éteignent le feu dans un étage. Ils ne s'occupent ni de la couleur des personnes sauvées, ni de leur religion, ni de leur fortune. C'est un travail certes dur, mais combien chrétien, et seule la petite équipe ensemble réussit à vaincre tous les obstacles en faisant confiance à Dieu le Créateur de la Vie. Là, pas question de vous tromper: vous êtes sur le bon chemin, celui de la vraie charité. Ce travail se fait par des personnes mûres, sobres, et surtout sans exaltation, et avec une très grande délicatesse envers les femmes rencontrées. Celles-ci sont d'ailleurs nos meilleures alliées, nos meilleures avocates et finalement nos tours dans la bataille; elles sont devenues souvent nos amies. Ce qui est formidable dans ces coeurs de femmes et jeunes filles, c'est que, dès qu'on tend ne serait-ce que le petit doigt pour les aider, ce feu dans leur coeur rejaillit comme une flamme puissante. Combien nous ont dit, surtout les mineures: "Vous êtes les seuls à m'avoir encouragée, car mon copain, ma meilleure amie, mes parents, mon médecin, mon professeur... tous m'ont dit: tu n'as qu'à avorter." Et notre petit encouragement en a fait des porteuses de lumière, de VIE. Le bébé n'est pas un problème, il résout les problèmes. Combien de fois les bébés sauvés ont aidé leurs mamans à faire de l'ordre dans leur vie. Elles en sortent transformées.

S.O.S MAMANS (UNEC), basée en région parisienne, lance une offre à tous les chrétiens (!) pour les aider à constituer un tel groupe d'action dans leur ville ou département. Il suffit de nous inviter à une réunion d'information (15 à 25 personnes), organisée par vous ou une association ou une paroisse dont vous faites partie. Nous viendrons volontiers pour présenter dans un premier temps notre diaporama, avec les photos de dizaines de bébés sauvés et leurs mamans, et pour témoigner comment nous avons fait: aller en toute simplicité et sobriété à la rencontre des mamans en détresse - souvent mineures -, les aider efficacement, entourer petit à petit le groupe SOS d'un réseau de bienfaiteurs... Ensuite vous décidez vous-mêmes comment vous voulez procéder: soit en tant qu'antenne de Paris, soit en tant qu'association indépendante, soit l'un d'abord et l'autre ensuite. Pour cela, il n'y a pas besoin de charismes ou de dons spéciaux. Ni d'être des grenouilles de bénitier. Certains dans nos 7 groupes déjà existants en France et à l'étranger ne sont même pas 'pratiquants', mais ils sont tous baptisés et croient en N.S.J.C.

Nous n'avons d'ailleurs ni bureau, ni salariés, ni revue très 'marketing'. Les sommes collectées vont directement et exclusivement aux femmes en détresse. Pour vous donner une idée, un bébé sauvé nécessite, en tout et pour tout, une aide réelle de 1000 Euro, en moyenne.

Donc ne disons pas, comme certains de nos amis catholiques désabusés en Allemagne: 'Il y a la loi d'avortement, on n'y est pour rien, ils ont la majorité; il ne nous reste plus qu'à prier, à protester et à attendre'. Les catholiques français ont comme un feu sacré dans l'âme, ce feu propre à la fille aînée de l'Eglise qui a déjà inspiré une Clotilde pour convertir son époux royal Clovis, St Louis pour porter la Croix en terre musulmane, Ste Jeanne-d'Arc pour partir de sa bergerie et remettre la France chrétienne debout, Ste Bernadette pour se laisser diriger par la Ste Vierge elle-même, le curé d'Ars pour lutter contre Satan en personne, Ste Thérèse de Lisieux pour enflammer les coeurs de la chrétienté. La suite, c'est vous aujourd'hui, et c'est la même flamme de l'Amour tout dévorant de N.S.J.C. qui brûle dans vos âmes. IL FAUT SE METTRE AU TRAVAIL. Il ne suffit plus de se lamenter. CARITAS CHRISTI URGET NOS (La Charité du Christ nous pousse). L'avortement est un problème chrétien. Que les païens soient païens, quoi de plus normal? Mais que les chrétiens n'agissent pas en chrétiens, ce n'est pas normal. Nous visons une France où il y aura peut-être encore des lois d'IVG, mais plus du tout d'avortement, grâce à la charité réelle des chrétiens toujours majoritairement présents dans ce pays. Nous pouvons régler ce problème seuls, en travaillant 'par le bas', sans recourir ni aux sous ni aux faveurs des autorités de tout genre qui ont prouvé leur inefficacité voire leur connivence et forfaiture par rapport à ce crime des lâches, surtout des hommes. Notre force: 'Où il y aura 2 ou 3 rassemblés en mon Nom, je serai là parmi eux.'

Dans cette attente, in Christo,

S.O.S MAMANS (UNEC)
B.P 70114
95210 St-Gratien
Rép/Fax 01 34 12 02 68
unec@wanadoo.fr
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Sam 25 Juin - 20:26

Gloria Polo le 1er novembre à l'église Saint-Ambroise à Montréal

Source : http://www.cqv.qc.ca/fr/gloria-polo-denonce-lavortement-et-la-contraception-devant-une-salle-bondee-montreal

Glora Polo, à gauche, présente son témoignage en espagnol, et son interprète à droite traduit en français

"Avec l'avortement, un médecin, qui est sensé être un protecteur de la vie, est devenu une prêtre diabolique, qui vient détruire la vie de l'innocent. En faisant ce sacrifice diabolique, il permet à Lucifer d'envoyer ses myriades d'anges de l'enfer à nous, ces anges qui viennent nous attaquer ici. L'attaque luciférienne est si terrible, que beaucoup de théologiens lorsqu'ils décrivent la vie de Jésus, finissent par dire que le diable n'existe pas. Et c'est ainsi que beaucoup de personnes sont jetées dans la confusion.

L'humanité vient à dire que "rien n'est péché." Nous avons oublié le sens du mariage. Lucifer arrive à nous faire croire qu'un mariage entre un homme et un homme est aussi valable que le mariage d'un homme et une femme. Ce qui nous transforme en une société absolument abominable.

Lorsque à quinze ans j'était enceinte pour la première fois, mon corps se préparait à être maman. Je pleurait angoissée. "Qu'est-ce que je vais faire? Mes parents son pauvres!" Comment dire que j'attends un bébé? Mais malgré moi, je sentais un amour très grand pour mon bébé. Quand mon ventre était très grand, mes copines me soufflait des bêtises, elle avait honte de moi pour ne pas m'avoir fait avorter. Quand j'ai dit à mon copain que j'attendais un bébé, je pensais qu'il était pour dire "nous partirons ensemble, nous allons nous marier, nous allons avoir ce bébé." Mais il m'a répondu "mais tu es encore une fillette! Tu n'as que 15 ans! Tu te fais avorter." Et j'ai répondu "Non je ne veux pas, j'aime mon bébé!"

J'ai manqué de courage. Et un jour je me suis retrouvé dans une clinique d'avortement et je pleurais. Le médecin, dans une enveloppe, a reçu son argent: le prix d'une vache. Voilà ce qu'a coûté la vie de mon bébé. On m'a anesthésié, et on a tué mon bébé. Lorsque je me suis réveillée, et que je ne sentais plus mon bébé, j'ai commencé à me haïr moi-même à un tel point que je n'arrivait plus à regagner le sommeil. J'entendais les cris de mon bébé, je voyais comme mon bébé me caresser le visage lorsque je l'ai tué. Je n'ai plus jamais senti de nouveau la paix.

Les gouvernements sont des menteurs lorsqu'ils disent que l'avortement c'est un droit de la femme. Mensonge! Est-ce qu'ils sont allé voir ce que ressent une femme lorsqu'elle tue son bébé? Les femmes qui ne peuvent supporter le poids de leur conscience après avoir tué leur bébé ?

Dans le Livre de la Vie, Jésus m'a montré mon bébé: il était trop grand, mon bébé. Il fallait que le "médecin" le détruise dans mon corps avant d'en faire l'extraction. Moi, j'étais anesthésiée, mais le bébé, lui, ne l'était pas. Et le médecin, sans compassion, avec des pinces, a coupé les jambes du bébé, et le bébé a crié si fort, si fort, que toute la Création est ébranlée. Et après, il a complètement détruit le bébé et l'a sorti morceau par morceau. Dans sa clinique il y avait un stade rempli de démons qui hurlait de joie, se réjouissait de cet avortement. Et vous savez ce qu'est le plus triste de cette histoire? Le médecin ma mis le stérilet, un dispositif abortif dans l'utérus.

Après cet avortement je voulais mourir, je ne voulais plus vivre. Je me suis noyée dans l'alcool, dans la musique, dans l'aérobie et l'exercice, les études, la recherche, je "faisait des choses", tout pour m'anesthésier.

Lorsque je me suis mariée, j'ai fait un foyer désastreux. Tout à l'envers. D'abord des relations avant le mariage, ensuite l'assassinat, et après le mariage. J'avais aussi de temps en temps des hémoragies à part mes règles, je ne savais pas ce que c'était. C'était des hémmoragies très abondantes, donc je suis allé voir le médecin. Selon le diagnostique du médecin, c'était que mon corps rejetait le stérilet. Mensonge! C'était des bébés avortés, des bébés que je continuais à tuer dans mon ventre. Le Seigneur me montra la cruauté de mon coeur: Nous n'avons laissé vivre que deux de nos enfants; Les autres nous les avons assassinés avec le stérilet.

Et Dieu m'a montré l'un des enfants que j'ai tué allait devenir prêtre. C'est tellement cruel...nous sommes devenus tellement cruels...nous tuons des enfants. Et ce péché nous arrache du Coeur du Christ. On encourt l'excommunication. Je ne m'en suis jamais remis: le péché dans ma vie était devenu tellement terrible qu'au bout de quelques années je suis devenue une avorteuse. Je dépensait une grosse somme d'argent pour payer des avortements. L'excuse, c'était que "j'aidais les femmes". J'était aussi promotrice des préservatifs de toutes sortes. Et vous savez ce que le Seigneur m'a montré? Combien d'avortements ont été nécessaires malgré les préservatifs. Un grand mensonge. Et un de mes jeunes patients, malgré l'utilisation de préservatifs, est mort du sida. Et Dieu te fait voir tout cela. Ce que tu as fait, et combien d'âmes que tu as détruit. Combien d'âmes que j'avais détruites à la longue, par mes mauvais conseils. Combien de femmes ont quittés leurs maris, combien de jeunes ont commencés à utiliser les préservatifs, combien d'avortements, et je disais auparavant que j'étais une bonne personne, que je n'avais pas tué ! En réalité, j'étais quelqu'un au service de Lucifer. Quand je faisait la promotion pour que l'avortement soit légal dans mon pays (la Colombie), quand je faisait la promotion du "droit" à l'avortement, à chaque fois qu'on tue un bébé, au nom de ce pays, de cette république, le sang de ce bébé entache tous les citoyens de ce pays. Les seuls qui n'auront pas à répondre de ce sang, sont ceux qui défendent la vie." [applaudissements vigoureux]

Gloria Polo était à Québec hier soir, le 2 novembre, à l'église Saint-Rodrigue (Presbytère St-Rodrigue- 4760, 1Re Avenue, Quebec), et ce soir à 19h00 sera à Beauceville à l'église Saint-François d'Assise.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Sam 25 Juin - 20:28

L'avortement, 1ère cause de mortalité à New York

Lu sur Nouvelles de France :

"Le pourcentage des avortements est proprement effroyable à New York : 41% des grossesses se terminent par un avortement ! Mais j’ignorais totalement les précisions abominables qu’a données hier Jack Smith sur son blogue The Catholic Key Blog, à savoir que, d’après les statistiques officielles du département de la Santé publique de New York pour 2008, la ville a enregistré cette année-là 55 391 décès (toutes causes confondues : de la mort naturelle à l’homicide en passant par les accidents ou les maladies), mais 82 475 avortements (qui ne sont, évidemment, pas comptabilisés dans les “décès” par la ville de New York). Les êtres humains morts des suites d’un avortement à New York représentent donc 149 % des décès causés par une autre raison. Quand une ville avorte de 60 % de son avenir chaque année, c’est qu’elle n’en a plus aucun… Allo, maman, “bobo”."

Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Sam 25 Juin - 20:29

Dr. Michael Russel, Evêque de Wateford and Lismore

(A tous ceux qui se sentent concernés)

Depuis des siècles, on récite le Saint Rosaire en Irlande et dans tous les pays du monde. Il nous vient du ciel et Notre Mère bénie nous le recommande à Fatima.

Le chapelet, tel que nous le connaissons, existe en bois, en verre, en cristal, dans différentes couleurs, formes, tailles et nuances et, récemment, il y en a même qui sentent la rose, les pétales, etc...

Comme à notre époque, l'avortement est répandu, aussi les perles du Chapelet, représentent-elles des gouttes de larmes qui contiennent un petit bébé, à l'intérieur de chaque larme.

Lorsque nous prions avec ce chapelet spécial, nous prions à l'intention de ce bébé non-né. Il nous rappelle le bébé dans le sein de sa mère, qui n'a pas de voix pour parler, qui est sans défense. C'est une créature de Dieu, qui risque d'être tuée par avortement.

Ce Chapelet est, comme tous les autres chapelets, une arme contre Satan. Il fait partie de l'Eglise, il fait partie de la foi,de notre vie dans son combat contre le mal.

Ce Chapelet de l'enfant à naître ne contient rien qui aille à l'encontre de l'Enseignement de l'Eglise. Il encourage la prière pour l'Enfant à naître, il remémore clairement à la personne qui prie pour qui elle prie. La puissance de ce Chapelet est bien documentée et elle mérite la reconnaissance, une reconnaissance bien méritée.

Je reconnais que ce Chapelet de l'Enfant à naître est d'une importance capitale dans notre monde d'aujourd'hui pour la lutte contre l'avortement.

Dr. Michael Russel, Evêque de Wateford and Lismore

Pour mieux connaître cette belle oeuvre :

http://fabienne.guerrero.free.fr/NOUVEAUENTREZDANSLESITEROSAIRE1.htm
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Sam 25 Juin - 20:40

Notre Dame donne au Monde le Rosaire de L’enfant à Naître pour arrêter l’avortement.

L’Image du Rosaire

• Les grains des “Je vous salue, Marie”
représentent des larmes d'un bleu très clair comprenant des foetus à l’intérieur.

• Les grains du “Notre Père” représentent des gouttelettes de sang en forme de croix.

• Le Crucifix est couleur or reluisant.


Les messages contenus dans ce livret émanent de milliers d’autres messages qui furent donnés depuis 1985.

Vous trouverez au verso la référence de deux autres livrets :

- Saint Michel, Bouclier de la Vérité

- La Révélation de nos Coeurs Unis : Les Secrets révélés


CE ROSAIRE EST TRES FRAGILE, TOUT COMME LA VIE HUMAINE L'EST.

PRIEZ ET MANIPULEZ LE AVEC GRAND SOIN.

Veuillez garder ce rosaire dans son étui quand vous ne l’utilisez pas car il le protège.

Notre Dame donne au Monde le Rosaire de L’enfant à Naître pour arrêter l’avortement.

“Je le vous dit solennellement, reconnaissez l’avortement comme la représentation du mal et

l’ennemi de la sécurité dans le monde. Vous n’obtiendrez pas la vraie paix tant que l’avortement ne sera pas renversé.”

Jésus, 5 octobre 2001


“Répandez la dévotion au Rosaire de l’Enfant à naître tout comme l’ennemi répandrait la guerre.

Que cette dévotion entre dans les villes, les nations et au coeur du monde.

Quand vous récitez cette prière spéciale, vous participez au combat dans le sein des mères ainsi que la guerre dans le monde.”

Jésus, 5 mars 2003


LES APPARITIONS

Depuis 1985, Jésus et Notre Sainte Mère apparaissent, presque tous les jours à Maureen Sweeney-Kyle et lui ont donné plusieurs missions à accomplir :


1986-1990

*NOTRE DAME, PROTECTRICE DE LA FOI


1990-1993

PROJET DE MISÉRICORDE

(Des croisades de Rosaires contre l’avortement à travers le pays).


De 1993 à aujourd'hui

Diverses révélations de "MARIE, REFUGE DU SAINT AMOUR" et "les CHAMBRES DES COEURS UNIS".


En 1993, Notre Dame a demandé que cette mission soit connue en tant que "MINISTÈRES DU SAINT AMOUR".


Le 28 Août 1988, notre Dame s'est présentée comme "Gardienne de la foi" à la voyante Patricia TALBOT de Cuenca en Equateur (Amérique du Sud).

En 1991, les Evêques d'Ibarra et de Guayaquil en Equateur ont approuvé le mouvement comprenant l'intitulé "Gardienne de la foi" et par conséquent, le titre, implicitement.


La Visionaire :

Maureen est une femme au foyer et une grand mère très timide et fragile.

Elle a grandi dans la région de Cleveland en Ohio et demeure toujours avec son mari.


En 1993, Notre Dame a commencé les "Ministères du Saint Amour" ; puis elle a demandé à ce que le Ministère se procure une propriété pour en faire un lieu de pèlerinage dans le comté Lorain, en Ohio. Ceci fut accompli en 1995 (115 acres). Maintenant, le site est connu sous le nom de "Maranatha Spring & Shrine", maison des Ministères du Saint Amour, un apostolat laïc oecuménique dont le but est de faire connaître au monde les Chambres des Coeurs Unis.


Directeur spirituel :

En vingt ans, Maureen a eu quatre directeurs spirituels. Tousi étaient des experts en théologie Mariale.


La rencontre, pleine de joie, de la voyante Maureen Sweeney-Kyle avec le Pape Jean-Paul en Août 1999.

Son mari, Don (en bas, à droite ), l’Archevêque Gabriel Ganaka ( en haut, à gauche ) et le Révérend Frank Kenney, son directeur spirituel ( 1994-2004 ) ( en haut, au centre ) ses accompagnateurs lors de cette visite.


Réalisation et Promesses attachées à ce Rosaire


Le 7 Octobre 1997- Fête du Très Saint Rosaire, Notre Dame est apparue à la voyante, Maureen Sweeny- Kyle avec ce Rosaire et lui a dit :

… “Propage cette image que je t’ai montrée aujourd’hui.”


Le 7 Octobre, 1997- Fête du Saint Rosaire

Notre Dame apparaît, vêtue de blanc . Face à elle, suspendu dans l'air, apparaît un rosaire inhabituel.

Les grains du “Notre Père” représentent des gouttelettes de sang en forme de croix.

Les grains des “Je vous salue, Marie…” représentent des larmes d'un bleu très clair comprenant des foetus à l’intérieur.

Le Crucifix est couleur or reluisant.


Notre Dame dit:” Je viens, en louange à Jésus, Mon Fils, comme Prophétesse de ces temps.”

“Le Rosaire que vous voyez est le moyen que le Ciel a choisi pour vous montrer l’arme qui vaincra le fléau de l’avortement. Le Ciel pleure sur la grandeur de ce péché.

L’histoire et l’avenir de toutes les nations ont été changés à cause de cette atrocité contre le don de la Vie qui vient de Dieu.”


“Aujourd’hui, malheureusement, il incombe une grande responsabilité aux laïcs qui se sont consacrés à moi. Je ne peux pas dépendre des dirigeants de l'église pour vaincre l'ennemi par le Rosaire.


Même mes apparitions ont causé la division car Satan fait de gros efforts pour contrecarrer mes plans.”


“Alors, aujourd’hui, en ce jour de ma fête, j’appelle tous mes enfants à s’unir à Mon Coeur. Ne laissez pas l’orgueil vous diviser selon l'apparition vous suivrez.

Devenez un avec la Flamme de Mon Coeur.

Soyez unis par l’Amour et par l’arme de la prière de mon Rosaire.

Le mal de l’avortement peut être contré par vos efforts et avec Ma grâce.”

“Propagez l’image que je vous ai montrée aujourd’hui.”


Les Promesses du Ciel


Trois ans et demi plus tard, ce Rosaire fait à la main, fut terminé et prêt à être distribué.

Notre Dame et Jésus ont donné à Maureen les promesses suivantes concernant ce Rosaire unique.


L’après-midi du 2 Juillet , 2001


Notre Dame se présente comme la Mère des Douleurs.

Elle dit : “Loué soit Jésus. Je vois que vous utilisez le nouveau Rosaire de l’Enfant à naître.

Je t’affirme, ma fille, que chaque “Je vous salue, Marie”, prié avec un Coeur aimant, sauvera de la mort par avortement, une de ces vies innocentes.

Lorsque vous utilisez ce rosaire, rappelez-vous que Mon Cœur douloureux et Immaculé voit sans cesse le péché de l'avortement à chaque instant.

Je vous donne ce sacramental spécial afin d’apaiser Mon Coeur Maternel.”


Maureen demande:

“Sainte Mère, voulez-Vous dire tous les “Je vous salue, Marie…” ou seulement un seul prié sur ce Rosaire de l’Enfant à naître ?”

La Sainte Mère dit : “C’est une grâce spéciale attachée à ce Rosaire. On devrait toujours s'en servir pour prier contre l’avortement. Veuillez, s’il vous plaît, le faire savoir.”

*Note: En tant que sacramental, l’objet doit être béni par un prêtre catholique.


En soirée, le 2 juillet 2001

Notre Sainte Mère est ici en tant que Marie Refuge du Saint Amour.

Elle tient en main le Rosaire de l’Enfant à naître et dit: “Loué soit Jésus.”

“Vous pouvez avoir confiance en utilisant ce Rosaire et en les promesses que je vous ai données qui y sont attachées. Ne soyez pas gênés de propager ce message.”


Le 3 août, 2001

“Je suis votre Jésus, né Incarné. Ayez confiance en Moi. Veuillez dire au monde que chaque “Notre Père” (les grains que Jésus montre à Maureen sont des larmes de sang en forme de croix) récité sur le Rosaire de l’Enfant à naître soulage Mon Coeur très peiné. De plus, il retient le Bras de Ma Justice.”

“La plus grande promesse que Je vous donne pour ce Rosaire est celle-ci :

Chaque Rosaire prié avec le coeur, au complet, sur ses grains, adoucit le châtiment qui est toujours latent, à cause du péché de l’avortement.

Plus tard le même jour :

J’ai dit à Jésus que j’avais une question au sujet de la promesse qu’il a donnée concernant ce Rosaire.

Il est revenu, tout resplendissant, a sourit et a dit :

“Je suis votre Jésus, né incarné. Je connais ta question. Dis-la moi.

Quand J’ai parlé du châtiment qui est latent en raison du péché de l’avortement, Je voulais dire le châtiment que chaque âme mérite en prenant part à ce péché. Je faisais aussi référence au châtiment plus grave qui attend le monde parce qu’il a accepté ce péché.”


“Priez avec le coeur sachant que votre Rosaire M’apaise.”


Le 29 mai 2002

“Je suis votre Jésus né incarné. Je viens pour parler publiquement du Rosaire de l’Enfant à naître. C’est un grand cadeau qui vous est donné par le Ciel par le biais de cette Mission du Saint Amour. Ma Mère a conçu ce chapelet elle-même et il est maintenant reproduit avec son accord.

De nombreuses et importantes promesses sont attachées à ce Rosaire unique qu’Elle a conçu.”

“Dans le monde, il y a ceux qui se sont mis à contrefaire ce Rosaire spécial. Je demande aux fidèles de ne pas se laisser duper.

C’est seulement le Rosaire qui a été donné ici, à travers cette Mission du Saint Amour qui porte en lui les promesses du Ciel.”

“Faites-le savoir”


Le 28 février 2005


“Je suis votre Jésus, né incarné.”

“Voici ce que Ma Mère vous a dit hier soir à propos du Rosaire de l’Enfant à naître :

Si un groupe est rassemblé pour prier, avec le coeur, pour les enfants à naître et que seulement un d’entre eux possède le Rosaire de l’Enfant à naître, J’honorerai chacun des “Je Vous salue, Marie…” de chacune des personnes du groupe de la même façon que s’ils avaient tous en main un Rosaire de l’Enfant à naître.”

De cette façon, Je lève la contrainte du temps qui est nécessaire pour produire suffisamment de chapelets.

Maureen dit : “Merci, Jésus.”


La Victoire du Ciel

Le 2 Février 2002

“Loué soit Jésus. Ma fille, c’est avec docilité que je viens vous dire que Jésus donne au monde, par Mon Coeur Maternel, ce Rosaire de l’Enfant à naître.

La maternité n’a jamais été autant diffamée et dénaturée dans l’histoire de toute l’humanité.

Jamais auparavant, la vie d'un embryon n'avait jamais été autant en danger.

Mais par la récitation fidèle de ce Rosaire que je vous ai présenté, les plans de Satan seront déjoués et la maternité sera une fois de plus élevée à son rang d'honneur.”

“Jésus a choisi ce siècle, de part la Volonté de Son Père, pour un retour à la réalité de la vie dans le sein maternel, qui sera un pas vers Sa Victoire.”


Sainte Mère

Le 18 mars, 2002

Notre Dame apparaît en tant que Refuge du Saint Amour avec beaucoup d’Anges. Ils s'inclinent devant elle.

Elle dit “Loué soit Jésus.”

“Je suis venue pour vous montrer ceci.”


Elle me montre le Rosaire de l’Enfant à naître, entouré d’une belle couronne d’or.


“Ceci est Ma Couronne de Victoire. Voyez et comprenez que ce Rosaire de l’Enfant à naître fait partie intégrante de Ma Victoire, à la fois dans les coeurs et dans le monde.

“Jésus désire que vous le fassiez connaître.”


MESSAGES À PROPOS DE L’AVORTEMENT

Le 14 Octobre 2001

C'est le deuxième service du Dimanche pour prier contre l’avortement.

Jésus est ici avec Son Coeur exposé.

Il dit: “Je suis votre Jésus, né Incarné.”

“Je suis le Souverain Bien qui doit régner dans chaque coeur. Encore une fois, Je viens vous dire que si votre nation renverse l’avortement légal, Je la bénirai largement de ma faveur. Mais si ce péché perdure avec l’approbation nationale, beaucoup lui sera enlevée. Mes frères et soeurs, reconnaissez le mal et priez pour le contrer.

“Je vous bénis avec ma bénédiction du Divin Amour.”


3 JOURS APRÈS L’ATTAQUE TERRORISTE DU 11 NOVEMBRE À NEW YORK

Le 15 septembre 2001.

Le Rosaire est récité à minuit au Lac des Larmes / Lieu de pèlerinage de Notre Dame des Douleurs.

Fêtes de L’Exaltation de la Sainte Croix et de Notre Dame des Douleurs.

Notre Sainte Mère est ici en tant que Notre Dame des Douleurs. Elle dit: “Loué soit Jésus.”

“Chers enfants, pendant cette heure de grande peine, votre Mère du Ciel est debout au pied de la Croix avec vous. Je souffre avec vous pour cette perte insensée de vies . Placez votre peine, profondément, dans lesplaies de Mon Jésus.”


“Le message que je vous donne en tant que nation est le suivant :

Dieu seul est celui qui donne et reprend la vie.

Quand l’homme s'approprie le rôle de Dieu, le monde est changé pour toujours.”


“Un parallèle frappant ressort de cette tragédie nationale. En quelques minutes, le faux sentiment de sécurité dont cette nation jouissait fut enlevé.

Des vies furent détruites. Des morts violentes furent infligées à des innocents. De même, dans le sein maternel, la sécurité du bébé innocent est détruite en quelques minutes. Les mauvais plans de certains amènent la mort.

On appelle cela "avortement", mais c’est semblable au désastre national que votre nation subit et pleure aujourd’hui.

Pourtant, qui pleure avec moi, au pied de la Croix, pour la perte insensée de ces vies innocentes ?

Comme nation, je vous invite et vous supplie de le faire. Ne pleurez pas une tragédie nationale en ignorant l’autre. ”


“Comme les avions devinrent des instruments mortels en pénétrant les édifices d'une façon destructrice, ainsi les instruments des avorteurs envahissent l’utérus, causant la mort.

Dans chaque cas, les terroristes et les participants des avortements pensent être justifiés par un raisonnement compliqué.”

“Mais Mon Fils, le Juste Juge ne raisonne pas de cette façon. Il raisonne avec un Coeur droit. Dans sa Miséricorde Infinie, Il est prêt à pardonner aux coeurs contrits - même aux coeurs coupables d’actes aussi odieux que ceux-ci. Mon Jésus ne pardonne pas à ceux qui ne se repentent pas.

“Mes chers enfants, je viens à vous pour que vous puissiez vous réconcilier avec Dieu. Le chemin de la réconciliation est le Saint Amour.

L’arrogance, la haine et la vengeance ne mènent qu'au jugement de Dieu qui tombe sur les peuples et les nations qui ne vivent pas dans l’Amour.

Je suis donc venu appeler tous les peuples et toutes les nations sous le sceau du Saint Amour.”

“Si vous vivez dans le Saint Amour, c’est-à-dire, si votre coeur est aimant, vous aurez de l’amour autour de vous dans le monde.

Si vous avez le mal dans votre coeur, il se répandra dans le monde autour de vous. Le mal engendre le mal. L’amour engendre l’amour.”

" Très Chers petits enfants, ce soir, plus que jamais, J’ai besoin que vous vous abandonniez à mon Coeur Immaculé qui est le Saint Amour. Lorsque vous commencerez à vivre ces messages et que vous les garderez au plus profond de votre coeur, vous serez sous le sceau du Saint Amour.

C'est un signe spécial de votre prédestination, de votre salut et un signe à Satan que vous m’appartenez. Vous n’avez pas besoin de voyager plusieurs km sur terre ou mer, pour recevoir ce sceau spécial. Ce sceau sera le vôtre quand vous commencerez à vivre ces messages.”

“Ce soir, chers enfants, ma sympathie repose sur vous. Mes prières sont avec vous, et je porte vos demandes au Ciel. Ne craignez rien, Je vous porte dans mes bras, et ce soir, je vous bénis avec Ma Bénédiction du Saint Amour.”


POURQUOI LA TRAGEDIE DU 11 SEPTEMBRE ?

LA VOLONTÉ DE DIEU L'A PERMIT.

Le 20 octobre, 2001

St-Thomas apparaît.

Il dit: “Aujourd’hui, je viens pour louer Jésus, Seigneur et Sauveur. Je viens pour vous expliquer ce que Dieu a permis suivant Sa volonté qui protège la terre à l'image d'un grand parapluie. La Volonté de Dieu protège de tout mal (Volonté ordonnée de Dieu).

Mais Dieu n’intervient pas dans la libre volonté de l’homme.

Alors, lorsque l’homme choisit de s'opposer à la Volonté divine et pèche, c’est comme s'il y avait un trou à l'intérieur du parapluie. Ainsi, la protection du Père ne peut pas s'accomplir, telle qu’Il l’avait planifiée.

Ce “trou” permet à Satan d’entrer et d’exécuter ses desseins.

Alors, vous voyez, Dieu, dans Sa volonté n'a pas choisi cela pour l'humanité, mais l'homme fait des choix que Dieu permet.

Le Père Éternel souffre de grandes douleurs de voir l’homme agréer ainsi au péché.

Notre Mère du Ciel pleure.

Oh! Comme Elle pleure de voir la destruction apportée par le péché.”

“Faites-le savoir.”


Le 7 juillet, 2001


“Je suis votre Jésus, né Incarné.

Je viens aujourd’hui pour aider chacun à comprendre que les lois qui sont régies contre Ma Loi d’Amour sont les fruits de consciences compliqués. Je regarde dans chaque coeur et juge selon ce qu'il contient.”

“C’est l’orgueil qui mène l’âme sur une mauvaise voie.

C’est l’orgueil qui agit contre la vérité.

Du haut du Ciel, sur mon Trône, Je regarde, affligé, ces péchés contre les innocents.

Une telle erreur n’existe pas dans une âme humble, mais seulement dans les coeurs orgueilleux.”


“Ma Mère vous a donné le Rosaire de l’enfant à naître pour contrer cette grande erreur et ce grave péché. Je ne me lasse jamais de l’entendre. C’est un baume pour Mon Coeur blessé.”


Le 6 octobre 2001

Jésus montre Son Coeur.

Il dit: “Je suis votre Jésus, né Incarné.”

“Mes frères et soeurs, les plans de Satan sont contrecarrés dans la vie d'une personne à chaque prière que vous récitez contre l'avortement.

Luttez contre ce crime odieux que représente la mort de l’enfant à naître.

Chaque prière récitée est une réparation envers Mon Coeur angoissé à cause de ce péché.”

“Ce soir, Je vous Bénis avec Ma Bénédiction du Divin Amour.”


Le 12 octobre, 2001


“Je suis votre Jésus né Incarné.

Ma messagère, daigne comprendre que plus l’homme essaie de devenir comme Dieu, plus il sera humilié.

Plus l’humanité assumera le rôle de donner et prendre la vie, plus l’égoïsme et la haine fleuriront dans les coeurs.”


“Encore une fois, Je rappelle au genre humain que ce qu'il y a au plus profond du coeur reflète les pensées les paroles et les actes ; la libre volonté venant du coeur.


C’est pourquoi Ma Mère et Moi dirigeons et pressons l’humanité d'accepter que le Saint Amour possède le coeur des hommes.”


“Le prince des mensonges essaie de décourager chacun d’entre vous à suivre cette voie. Si vous en prenez conscience, vous découvriez facilement ses suggestions.

Ne lui laissez aucune faille qui pourrait lui permettre d’entrer.

“Rappelez vous Mes paroles proclamées aujourd’hui, et daignez les faire connaître.”


Le 5 octobre 2001

Message mensuel à toutes les nations

Ce message a été donné en 3 parties.


Jésus et Notre Sainte Mère montrent leurs coeurs.

Notre Sainte Mère dit: “Loué soit Jésus.”

(Jésus et Notre Sainte Mère sont entourés du Rosaire de l’Enfant à naître. À chaque grain des “Notre Père” se tient un grand Ange.).


Jésus: “Je suis votre Jésus, né Incarné. Je suis venu pour vous demander d’arrêter de tuer la vie que J’ai placé tendrement dans le sein. Chaque vie qui est enlevée change le monde à jamais.”

“Mes frères et soeurs, je viens vers vous aujourd’hui, revêtu de vérité et de transparence. Je ne vous cache rien. Je n’ai d'autre motif que la sécurité, le salut et le bien-être de toutes les âmes du moment de leur conception jusqu’ à leur mort naturelle.

Aujourd’hui, je demande à votre pays de tenir compte de Mon appel qui est l'arrêt de l’avortement légal.

N’attendez pas car Ma solution est votre dernier recours.”

“Je désire que toute l’humanité s’unisse sous le Sceau du Saint Amour - les deux grands commandements qui embrassent tous les commandements.

Oui, il me tarde de placer Mon Baiser d’Amour Divin sur le coeur du monde.

Ainsi, l’avortement cesserait - la guerre finirait et la terreur perdrait son emprise dans le monde.”

“Mes frères et soeurs, lorsque vous ne placez pas Dieu à la première place, et lorsque vous n’aimez pas votre prochain comme vous-même, c’est à ce moment-là vous perdez votre conscience droite qui devient compromise et vous ne pouvez plus différencier le bien du mal. Les lois injustes adoptées par les gouvernements sont le résultat d’un état de confusion.

C’est l’état d'un raisonnement complexte qui mène ce monde à commettre des actes de terreur.

C’est ainsi que les âmes ouvrent leurs coeurs à Satan. Le monde ne peut plus prospérer dans une telle confusion. Petit à petit, Satan établit son anarchie - d’abord dans les coeurs – puis dans le monde.”

“Mais je suis venu vous dire ce que l’adversaire ne veut pas que vous entendiez; c’est-à-dire que chaque Messe que vous assistez, chaque Communion que vous recevez, chaque Heure Sainte que vous faites, chaque prière ou Rosaire que vous récitez, affaiblissent pour toujours l’ennemi dans une âme quelquepart dans le monde.

C’est le chemin de la Victoire, petit à petit - une âme à la fois, persévérant patiemment sur la voie de l'amour Saint.”


“La guerre dans laquelle vous vous engagez ne concerne que les âmes. C’est le bien contre le mal.

C’est pourquoi je viens aujourd’hui dans le but de placer Mon Sceau sur vos coeurs. Mon Sceau est le Saint et Divin Amour. C’est un signe pour Satan que vous m’appartenez spirituellement et qu’il ne peut vous réclamer. Mais je ne peux placer Mon Sceau sur vos coeurs que si vous obéissez aux deux grands commandements de l’Amour. Hâtez-vous de vivre le message et commencez votre voyage à travers les Chambres de Nos Coeurs Unis; ainsi lorsque je reviendrai Victorieux, tous seront dans la Cinquième Chambre de Mon Coeur - Le Royaume de la Volonté Divine.”


“En vérité, je vous le dis, la position de votre nation sur la question de l’avortement légal est un facteur déterminant pour votre sécurité nationale.

Depuis des années, le Ciel veille avec attention car il a vu que la sécurité du bébé dans le sein de sa mère était violée et que sa vie lui était prise.

Solennellement, je vous demande de reconnaître l’avortement comme la représentation du mal et l’ennemi de la sécurité mondiale.

Vous n’obtiendrez pas la vraie paix tant que l’avortement ne sera pas stoppé.

Ne considérez pas Mes paroles d’aujourd’hui comme une menace, mais plutôt comme une grâce.”

“Nous vous bénissons avec la Bénédiction de Nos Coeurs Unis.”


10 septembre 2006

Deuxième service du Dimanche pour prier contre l’avortement.


Jésus est ici montrant son Coeur.

Il dit: “Je suis Jésus, né incarné.”

”Mes frères et soeurs, demain, votre pays fera la commémoration des morts de la tragédie du 11 septembre, il y a cinq ans maintenant.

Certainement, c’est une grande perte, mais qui se lamente sur les pertes de vies, sacrifiées pendant l’avortement, à chaque instant, jour après jour ?

Qui souffre pour la perte de l’innocence en bas âge. Ceci devenant banal partout dans le monde ?”

“Tant qu'il n'y aura pas de respect pour la vie, de la conception jusqu'à la mort naturelle, vous continuerez à voir la violence, le terrorisme et les guerres à votre porte. Si, donc, vous voulez que la violence et le terrorisme cessent, il vous faudra prier pour que chaque vie soit respectée.”

“Je vous bénis avec la Bénédiction du Divin Amour.”


MESSAGES À PROPOS DE LA PRIÈRE

24 avril 1999

“Aujourd’hui, je viens à vous comme votre Jésus, né Incarné. Je voudrais vous instruire sur la prière.

La prière est un refuge ou une arme et un moyen d’union entre la créature avec son Créateur.

Plus l’âme abandonne sa volonté propre à laVolonté de Dieu, plus son union sera profonde en priant.”

“Abandonnez donc vos projets, vos choix, vos désirs. Aucun bien ne vous viendra sauf si ce n’est par Dieu.

Par cet abandon, vous vous engagez dans toutes les vertus - foi, espérance, amour, humilité, simplicité, confiance, douceur et soumission.”

“La prière est une communication avec Dieu, à la fois dans le coeur, sur les lèvres ou dans chaque action qui est abandonnée à la Volonté Divine.”

“Ma Mère prie avec vous lorsque vous récitez le Rosaire. Son Coeur est un canal par lequel vos prières montent au Ciel et la grâce vient à vous par ce même canal.

Son Coeur vous relie à Dieu et à Sa grâce, tout comme une ampoule se connecte au courant électrique.

“Dieu reçoit le sacrifice de la prière et s’en sert comme une épée contre le mal. Il change la prière en grâce qui renverse le mal dans les coeurs.

Réalisez donc que c’est Satan qui tente de vous détourner de la prière.

C’est Satan qui attaque votre coeur et qui vous empêche de soumettre votre volonté à la prière.

“Quels que soient les événements, en toute circonstance, tout dépend de Dieu. Ayez confiance. L’âme qui ne met sa confiance qu'en elle-même est perdue.”

“Pensez à la prière comme un rayon de soleil. Ses

rayons descendent du Ciel. Ils nourrissent les lys et les fleurs. Ils les habillent royalement de lumière. Ainsi parées, les fleurs s’épanouissent et leur beauté glorifie Dieu. L’âme qui s’abandonne à la prière, devient aussi resplendissante aux yeux de Dieu et rend gloire à Dieu.”

“Je vous ai dit, Ma confidente, que la prière est abandon et sacrifice. Mais l’âme doit aussi accepter la façon dont les prières sont exaucées. La petite fleur reçoit ce qu’elle a besoin pour se nourrir et grandir. L’âme, par la prière, reçoit ce dont elle a besoin pour son salut. On doit accepter, avec humilité, la Volonté de Dieu. Si le Père connaît les besoins de la petite fleur, ne connaît-il pas aussi vos besoins? Acceptez ce qu’Il vous envoie avec humilité et reconnaissance, comme la petite fleur qui danse dans la lumière du soleil.”

“Je suis heureuse d’entendre toute prière; Il me fait surtout plaisir d’entendre la prière sincère qui vient du coeur. Ce genre de prière change le monde et les évènements.

Moi, votre Jésus, ce qui me plaît le plus, c'est la prière de la Messe ; le Rosaire vient en second.”

“Suivez-Moi en prière. Je vous conduirai.”


18 septembre 1999

“Je suis venu vous parler de la prière, et en particulier du Rosaire. Je suis votre Jésus, né Incarné. Beaucoup s’abandonne à la prière sans amour dans leurs coeurs. Cela affaiblit la prière, la rendant moins méritoire.

Je vous invite plutôt à renforcer vos prières en vous rappelant l’amour que vous avez dans vos coeurs pour Moi et Ma Mère. Cela Me permet de faire couler des grâces de choix sur vous et sur votre vie.”

“La prière a un effet cumulatif. Je sais d’avance combien de prières seront offertes pour chaque requête.

Ainsi, vous ne savez pas ce qu’un seul “Je vous salue Marie” peut vous apporter.

Un “Je vous salue, Marie” prié avec un coeur aimant a le pouvoir d’arrêter les guerres, ramener l’harmonie à la nature selon le plan de Dieu, convertir un non-croyant, sauver une vocation, délivrer une âme du purgatoire et changer l’avenir à jamais.

Alors, pensez au pouvoir d’un Rosaire complet dit avec Amour.”

“Satan sait que le Rosaire causera sa perte. C’est pourquoi, il s’acharne à décourager son utilisation. Chaque fois que vous récitez, du fond du coeur, un “Je vous salue, Marie”, il est affaibli à jamais, dans quelque lieu et dans quelque âme.”

“Alors, ne vous découragez pas à réciter.

Lorsque votre coeur est rempli de distractions, comprenez que l’adversaire a peur de vos prières.”


“Le Coeur de Ma Mère est consolé par vos efforts de prières. Elle est redevable à tous ceux qui persistent dans la prière, malgré l’opposition.”

“Faites-le savoir.”


Le 28 septembre 1998


Notre Dame apparaît, vêtue de gris bleuté et de blanc. Elle tient dans ses mains, un grand bol.

Elle dit: “Louange, Honneur et Gloire à Jésus.

Ma fille, peut-être que c’est un peu simple, mais je veux comparer la prière avec la préparation d'un gâteau - une tâche que je t’ai souvent vu faire.”

“Le bol est le Saint Amour, parce que sans le bol, il n’y a pas de produit final (le gâteau). La pâte représente les mots de la prière.

Il y a plusieurs ingrédients (plusieurs mots qui représentent un tout). La pâte est placée dans un plat. Le plat représente les intentions de prières, telles que les prières de demandes, d’action de grâces, de louanges, etc. Le gâteau cuit dans un four, ce qui représente l’agir du Saint Esprit dans le coeur pendant la prière. Le produit final, le gâteau, est la prière que les Anges portent au Ciel pour vous.

Pendant ce processus de prières, l’univers est affecté de plusieurs façons. Satan envoie ses cohortes attaquer la personne qui prie. (Il veut faire rater le gâteau - rendre la prière moins efficace.)

Les Anges se battent contre les esprits mauvais afin de permettre à la prière de monter au Ciel. Pendant ce temps, au Ciel, se prépare le glaçage, ou la grâce pour chaque prière offerte. Même un petit gâteau est glacé. Ainsi, même la plus petite prière mérite sa grâce.”


“Je suis toujours présente lorsque vous priez. Je mesure votre respiration, regarde vos lèvres prononcer chaque parole, et vous appelle en la présence de Dieu.

Il en va ainsi avec chaque âme.

Si vous oubliez un ingrédient, Je l’ajoute. J’aime aromatiser vos prières de Mon Amour.

Ainsi, appliquez vous à ne pas faire échouer cette entreprise car Je vous bénis et suis là avec vous, pour faire le gâteau.”

Elle sourit et s’en va.


Le 5 avril 2002

Messages Mensuels à Toutes les Nations

Ce message a été donné en plusieurs parties.


Jésus et Notre Sainte Mère sont là, montant leurs coeurs.

Notre Sainte Mère dit: “Loué soit Jésus.”

Jésus et Notre Dame saluent le Père Kenney (directeur

spirituel de Maureen) en inclinant leurs têtes vers celui-ci, et une lumière du Coeur de Notre Sainte Mère est venue se poser sur le Père Kenney.


Jésus: “Je suis votre Jésus, né Incarné. Mes frères

et soeurs, ne restez plus dans l’incrédulité, car c’est le compromis que Satan vous présente, afin de vous empêcher de vivre le Message du Saint et Divin Amour.

Ne laissez pas, non plus, vos coeurs s’abandonner à la tentation du découragement et de la peur. Mettez votre confiance en Moi - confiez-vous à Ma Miséricorde. Attendez avec joie, la victoire à venir de Nos Coeurs Unis.”

“Je suis venu apporter la paix aux coeurs - aux coeurs qui auront confiance en Ma Miséricorde. Ma Divine Miséricorde s’étend d’âge en âge et d’un horizon à l’autre pour le coeur repentant. Ma Miséricorde descend sur toute l’humanité, non pas seulement pour ceux qui le méritent, mais selon les besoins de chacun.”

“Je voudrais encore rappeller à ceux qui M’aiment d'avoir confiance en Moi. Avoir confiance en Moi, c’est se confier à l'attribut de Ma Miséricorde. Je suis venu pour changer les coeurs de ceux qui ne se repentent pas. Ceux sont eux qui ne regardent pas dans leur propres coeurs. Ils n’essaient pas de gagner leur salut par l’Amour. C’est pourquoi le monde est déchiré en deux par toute sorte de péchés dont la conséquence est la guerre. Si peu de valeur est accordée à la vie humaine, les péchés d’aujourd’hui surpassent dee beaucoup les péchés de Sodome et Gomorrhe.”

“C’est pourquoi le Message et la Mission; dans ce lieu, du Saint et Divin Amour dépassent de loin toutes tentatives à former des coeurs à l’Amour. C’est pourquoi les Messages mettent Satan à découvert - ses pièges et ses tactiques.

Ne soyez pas surpris des croisières que Satan a menées là où il est, ou encore des divers péchés qui viennent maintenant à la lumière.

Ceci ne pouvait plus resté caché.

Même si cela rabaisse ceux qui sont en haut lieu, même dans l’Église, ceci est nécessaire afin que la plaie purulente soit guérie.

Beaucoup de consciences seront maintenant dépouillées de leur compromis.

la Mission ici est le salut des âmes, il doit en être ainsi également dans Mon Église.

La réputation et l’argent ne doivent pas être prioritaires. Tout doit M’être abandonné.”


“Je vous le dis, la plus grande menace pour l’humanité aujourd’hui, n’est pas le terrorisme, ou même certains dirigeants infâmes et insaisissables ou même encore les armes nucléaires. La plus grande menace est le mal caché dans les coeurs qui ne reculerait devant rien pour arriver à ses fins. Je vous le dis, une mauvaise alliance qui se forme dans certains coeurs sera bientôt mise à jour. Ceci n’est pas une guerre pour des territoires ou des frontières, mais une guerre entre le bien et le mal.”

“La Mission ici - quoique oecuménique - continuera d’être un lien fort vers l’Orthodoxie et la Tradition.

Elle deviendra plus forte et assumée comme refuge spirituel au milieu de la confusion. Les frontières de cette Mission s’étendront, dans les coeurs et dans le monde. La langue de l’ennemi sera liée; il trébuchera sur lui-même; il sera perçu comme un lion sans dents et sans griffes - inoffensif face au bien que Ma Mission fera.”

“Le Rosaire de l’Enfant à naître deviendra l’arme de choix, au Ciel et sur la terre, dans la guerre contre l’avortement - alors, préparez-vous en conséquence. Prenez vos armes, enfants de Dieu. Préparez-vous! Les impasses qui ont affectées Ma Mission jusqu’à maintenant seront résolues. Les projets continueront et recommenceront. Ceux qui défendent et appuient cette Mission, je les défendrai et les appuierai. Vos adversaires sont aussi les Miens.

Aujourd’hui, Nous vous bénissons de Notre Bénédiction des Coeurs Unis.”


Le 7 octobre 2002

Saint Thomas d’Aquin apparaît. Il s’incline devant le Tabernacle et dit : “Loué soit Jésus.”

“Notre Sainte Mère m’a envoyé aujourd’hui pour vous parler du Rosaire. Des gens – même des dirigeants de l’Église – le prenne à la légère. Mais le pouvoir du Rosaire n’a pas changé à travers les siècles. Si plus de gens priaient le Rosaire, l’avortement serait reconnu pour ce qu’il est réellement. L’acceptation de l’avortement par n’importe quel dirigeant politique place son pays en danger; ce péché a lui seul apporte la guerre, les désastres naturels, la confusion politique et la crise économique.”

“La dévotion au Saint Rosaire place l’âme sous la protection de Notre Sainte Mère – une place que chacun devraient rechercher en ces temps.

Porter sur soi le Rosaire est un signe à Satan que vous appartenez à Marie.”

“Méditer les Mystères du Rosaire emmène l’âme à être plus proche de Jésus et la porte loin du péché. En ce monde, le Rosaire est une arme tranchante contre le royaume de Satan.”

“Quand l’âme commence la récitation quotidienne du Rosaire, Notre Sainte Mère l’accompagne et l'aide à se sanctifier et à s'engager plus profondément dans la prière.”

“Faites-le savoir.”
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Dim 26 Juin - 6:55

http://www.libertepolitique.com/actualite/54-international/6873-espagnen-atteintes-a-la-liberte-de-conscience

International
Espagne : atteintes à la liberté de conscience
24 Juin 2011

La liberté de conscience du personnel médical est systématiquement violée en Espagne depuis la loi de juillet 2010. L’Association nationale pour la défense du droit à l’objection de conscience (ANDOC) et le European Centre for Law & Justice, ont organisé à Strasbourg une conférence publique au cours de laquelle a été présenté le 22 juin 2011 un rapport sur les violations de la liberté de conscience en Espagne. Une situation qui pourrait devenir celle de la France si les socialistes revenaient au pouvoir en 2012.

L’avortement n’est en effet plus considéré en Espagne « comme une exception au droit à la vie mais comme un droit autonome et opposable au personnel de santé. La législation espagnole se fonde sur le principe erroné que les professions médicales ont l’obligation professionnelle et morale de pratiquer l’avortement, qu’il s’agisse d’avortement "sur demande" (jusqu’à 14 semaines) ou "eugénique" ».

La loi espagnole soumet les objecteurs à une déclaration auprès de l’administration. Celle-ci refuse fréquemment ce droit au motif que la personne n’est pas suffisamment impliquée. Il en est ainsi de nombreux généralistes pourtant confrontés en première ligne à ces demandes. De plus le "Programme d’accréditation des compétences professionnelles", tenant compte du nombre d’avortements pratiqués par année est un moyen de refuser de l’avancement aux personnels objecteurs.

Le rapport précise : « le personnel infirmier ou administratif se voit refuser l’exercice du droit à l’objection de conscience lorsqu’ils sont chargés de remplir les autorisations médicales d’avortement. Dans certaines communautés autonomes, les violations sont plus nombreuses encore. Ainsi, en Andalousie des instructions officieuses sont envoyées aux professionnels de santé les informant du caractère « obligatoire » du droit des femmes à l’interruption volontaire de la grossesse. Le recrutement au sein du Service de santé d’Andalousie est soumis à la condition de ne pas être objecteur de conscience. »

Ces dispositions sont en complètes contradiction avec les normes européennes et internationales sur la liberté de conscience dont voici un bref rappel :

Résolution 1763 PACE du 7 octobre 2010, sur « Le droit à l’objection de conscience dans le cadre des soins médicaux légaux. »
§1 « Nul hôpital, établissement ou personne ne peut faire l’objet de pressions, être tenu responsable ou subir des discriminations d’aucune sorte pour son refus de réaliser, d’accueillir ou d’assister un avortement, une fausse couche provoquée ou une euthanasie, ou de s’y soumettre, ni pour son refus d’accomplir toute intervention visant à provoquer la mort d’un fœtus ou d’un embryon humain, quelles qu’en soient les raisons. »
Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne
Art. 10 §2 : « Le droit à l’objection de conscience est reconnu selon les lois nationales qui en régissent l’exercice. »
Recommandation 1518 PACE (2001) sur l'Exercice du droit à l'objection de conscience au service militaire dans les Etats membres du Conseil de l'Europe
« (…) le droit à l’objection de conscience est une composante fondamentale du droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion reconnu dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et la Convention européenne des Droits de l’Homme. »
Convention d’Oviedo du 4 avril 1997
Art. 12: « Il ne pourra être procédé à des tests prédictifs de maladies génétiques ou permettant soit d'identifier le sujet comme porteur d'un gène responsable d'une maladie soit de détecter une prédisposition ou une susceptibilité génétique à une maladie qu'à des fins médicales ou de recherche médicale, et sous réserve d'un conseil génétique approprié. »
Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées du 13 décembre 2006
Art. 10 « Les États Parties réaffirment que le droit à la vie est inhérent à la personne humaine et prennent toutes mesures nécessaires pour en assurer aux personnes handicapées la jouissance effective, sur la base de l’égalité avec les autres. »
Cour EDH, Tysiac c. Pologne, 20 mars 2007
Il est possible de se fonder sur l’article 9 de la Convention européen des droits de l’Homme afin de justifier une objection de conscience, si l’individu qui objecte participe de manière active ou passive à la procédure en question.
Cour EDH, R. R. c. Pologne, 26 mai 2011
Les États doivent organiser les services de santé de telle manière à garantir à la fois « l’exercice effectif de la liberté de conscience des professionnels de la santé dans leur cadre professionnel » et la faculté pour les « les patients d’accéder aux services auxquels ils ont droit selon la loi applicable. »

////////////////////////////////////////////////////////////////

Commentaire d'Hercule : A Medjugorje, Père Jozo OFM a annoncé il y a trois ans que si l'Espagne de Zapatero continuait à voter des lois contre Dieu, l'Espagne connaîtrait une guerre civile pire que la précédente.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Gloria Constanza Polo - Son Témoignage

Message par Her le Jeu 30 Juin - 12:01

http://www.gloriapolo.com/

TEMOIGNAGE de Mme Gloria Constanza Polo, dentiste à Bogota, (Colombie), foudroyée le 5 mai 1995, lors d’un orage, déclarée cliniquement morte, revenue à la vie. Une vie nouvelle, par la Grâce de l’Infinie Miséricorde de Dieu.(Sur son site internet : www.gloriapolo.com en langue espagnole la totalité d’un entretien qu’elle a accordé à ’Radio Maria’ en Colombie.)

« Dieu m’a donné cette mission, il m’a dit : “Tu vas repartir (sur terre) et tu donneras ton témoignage non pas mille fois, mais mille fois mille fois. Et malheur à ceux qui ne changeront pas après avoir entendu ton témoignage, car ils seront jugés plus sévèrement, comme toi lorsque tu reviendras ici un jour ; de même pour mes oints, les prêtres, car il n’y a pas pire sourd que celui qui refuse d’entendre !”

Afin que tous ceux qui liront et entendront ce témoignage changent leur vie dés aujourd’hui, se mettant en conformité avec les commandements de Dieu. Que le Seigneur nous concède à tous la grâce de la conversion et du salut.

C’était à l’Université Nationale de Colombie à Bogota (le 5 mai 1995). Avec mon neveu, dentiste comme moi, nous préparions une maîtrise. Ce vendredi après-midi, mon mari nous accompagnait car nous avions des livres à prendre à la Faculté. Il pleuvait abondamment et mon neveu et moi-même, nous abritions sous un petit parapluie. Mon mari, vêtu d’un imperméable, approchait de la bibliothèque du Campus. Mon neveu et moi qui le suivions, nous sommes dirigés vers des arbres pour éviter des flaques d’eau. A ce moment-là, nous avons été tous les deux foudroyés. Mon neveu est mort sur le coup ; il était jeune et en dépit de son jeune âge, il s’était déjà consacré à Notre Seigneur ; il avait une grande dévotion à l’Enfant-Jésus. Il portait toujours sa sainte image dans un cristal de quartz sur sa poitrine. D’après l’autopsie, la foudre serait entrée par l’image ; elle a carbonisé son cœur et est ressortie par ses pieds. Extérieurement, l’on n’apercevait aucune trace de brûlure. Pour ma part, mon corps a été calciné de façon horrible, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Ce corps que vous voyez maintenant, reconstitué, l’est par la grâce de la miséricorde divine. La foudre m’avait carbonisée, je n’avais plus de poitrine et pratiquement toute ma chair et une partie de mes côtes avaient disparu. La foudre est sortie par mon pied droit après avoir brûlé presque entièrement mon estomac, mon foie, mes reins et mes poumons. (Aujourd’hui Gloria Polo porte sur son corps, particulièrement ses jambes, les traces de ces grandes brûlures).

Je pratiquais la contraception et portais un stérilet intra-utérin en cuivre. Le cuivre étant un excellent conducteur d’électricité, carbonisa mes ovaires. Je me trouvais donc en arrêt cardiaque, sans vie, mon corps ayant des soubresauts à cause de l’électricité qu’il avait encore. Mais ceci ne concerne que la partie physique de moi-même car, alors que ma chair était brûlée, je me retrouvai à cet instant dans un très beau tunnel de lumière blanche, remplie de joie et de paix ; aucun mot ne peut décrire la grandeur de ce moment de bonheur. L’apothéose de l’instant était immense.

Je me sentais heureuse et remplie de joie, car je n’étais plus sujette à la loi de la pesanteur. A la fin du tunnel, je vis comme un soleil d’où émanait une lumière extraordinaire. Je la décrirai comme blanche pour vous en donner une certaine idée, mais en fait, aucune couleur sur terre n’est comparable à un tel éclat. J’y percevais la source de tout amour et de toute paix.

Alors que je m’élevais, je réalisais que je venais de mourir. A cet instant-là j’ai pensé à mes enfants et je me suis dit : ‘Oh, mon Dieu, mes enfants, que vont-ils penser de moi ? La maman très active que j’ai été, n’a jamais eu de temps à leur consacrer’ ! Il m’était possible de voir ma vie telle qu’elle avait été réellement, et cela m’a attristée. Je quittais la maison tous les jours pour transformer le monde et je n’avais même pas été capable de m’occuper de mes enfants.

A cet instant de vide que j’éprouvais à cause de mes enfants, je vis quelque chose de magnifique : mon corps ne faisait plus partie de l’espace et du temps. En un instant, il m’était possible d’embrasser du regard tout le monde : celui des vivants et celui des morts. J’ai pu étreindre mes grands-parents et mes parents défunts. J’ai pu serrer contre moi tout le monde, c’était un si beau moment ! Je compris alors combien j’avais été trompée en croyant à la réincarnation dont je m’étais faite l’avocate. J’avais l’habitude de “voir” partout mon grand-père et mon arrière grand-père. Mais là, ils m’embrassaient et j’étais parmi eux. En un même instant, nous nous sommes étreints ainsi qu’avec tous les êtres que j’avais connus dans ma vie.

Durant ces moments si beaux hors de mon corps, j’avais perdu la notion du temps. Mon regard avait changé : (sur terre) je faisais la différence entre celui qui était obèse, celui qui était de couleur ou disgracieux car j’avais toujours des préjugés. Hors de mon corps, je considérais les êtres de l’intérieur. Comme c’est beau de voir les gens de l’intérieur ! Je pouvais connaître leurs pensées et leurs sentiments. Je les embrassais tous en un instant tout en continuant à m’élever toujours plus haut et pleine de joie. Je compris alors que j’allais profiter d’une vue magnifique, d’un lac d’une beauté extraordinaire. Mais à ce moment-là, j’entendis la voix de mon mari qui pleurait et m’appelait en sanglotant : “Gloria, je t’en prie, ne pars pas ! Gloria, reviens ! N’abandonne pas les enfants, Gloria”. Je l’ai donc regardé et non seulement je l’ai vu mais j’ai ressenti son profond chagrin. Et le Seigneur m’a permis de revenir bien que ce n’était pas mon souhait. J’éprouvais une si grande joie, tant de paix et de bonheur ! Et voilà que je descends désormais lentement vers mon corps où je gisais sans vie. Il reposait sur une civière, au centre médical du Campus. Je pouvais voir les médecins qui me faisaient des électrochocs et tentaient de me ranimer suite à l’arrêt cardiaque que j’avais fait. Nous sommes restés là pendant deux heures et demie. D’abord, ces docteurs ne pouvaient pas nous manipuler car nos corps étaient encore trop conducteurs d’électricité ; ensuite, lorsqu’ils le purent, ils s’efforcèrent de nous ramener à la vie. Je me posai près de ma tête et je ressentis comme un choc qui m’entraîna violemment à l’intérieur de mon corps. Ce fut douloureux car cela faisait des étincelles de toutes parts. Je me vis intégrer quelque chose de si étroit. Mes chairs meurtries et brûlées me faisaient mal. Elles dégageaient de la fumée et de la vapeur.

Mais la blessure la plus horrible venait de ma vanité. J’étais une femme du monde, un cadre, une intellectuelle, une étudiante esclave de son corps, de la beauté et de la mode. Je faisais de la gymnastique quatre heures par jour, pour avoir un corps svelte : massages, thérapies, régimes en tous genres, etc… C’était ma vie, une routine qui m’enchaînait au culte de la beauté du corps. Je me disais : “J’ai de beaux seins, autant les montrer. Il n’y a aucune raison de les cacher”. De même pour mes jambes, car je croyais que j’avais de belles jambes et une belle poitrine ! Mais en un instant, j’avais vu avec horreur que j’avais passé ma vie à prendre soin de mon corps. L’amour de mon corps avait été le centre de mon existence. Or, maintenant, je n’avais plus de corps, plus de poitrine, rien que d’horribles trous. Mon sein gauche en particulier avait disparu. Mais le pire, c’était mes jambes qui n’étaient que plaies béantes sans chair, complètement brûlées et calcinées. De là, l’on me transporta à l’hôpital où l’on me dirigea d’urgence au bloc opératoire et l’on commença à racler et nettoyer les brûlures. Alors que j’étais sous anesthésie, voilà que je sors à nouveau de mon corps et que je vois ce que les chirurgiens sont en train de me faire. J’étais inquiète pour mes jambes. Tout à coup je passai par un moment horrible : toute ma vie, je n’avais été qu’une catholique “au régime”. Ma relation avec le Seigneur ne tenait qu’à l’Eucharistie du Dimanche, pas plus de 25 minutes, là où l’homélie du prêtre était la plus brève, car je ne pouvais supporter davantage. Telle était ma relation avec le Seigneur. Tous les courants (de pensée) du monde m’avaient influencée telle une girouette.

Un jour, alors que j’étais déjà en Maîtrise dentaire, j’avais entendu un prêtre affirmer que l’enfer comme les démons, n’existait pas. Or c’était la seule chose qui me retenait encore dans la fréquentation de l’Eglise. En entendant une telle affirmation, je me suis dit que nous irions tous au Paradis, indépendamment de ce que nous sommes et je m’éloignais complètement du Seigneur.

Mes conversations devinrent malsaines car je ne pouvais plus endiguer le péché. Je commençais à dire à tout le monde que le diable n’existait pas et que cela avait été une invention des prêtres, que c’était de la manipulation… Lorsque je sortais avec mes camarades de l’université, je leur disais que Dieu n’existait pas et que nous étions le produit de l’évolution. Mais à cet instant, là, dans la salle d’opération, j’étais vraiment terrifiée ! Je voyais des démons venir vers moi car j’étais leur salaire. Des murs du bloc opératoire, je vis surgir beaucoup de monde. Au premier abord, ils semblaient normaux, mais en fait, ils avaient des visages haineux, affreux. A ce moment-là, par une certaine perspicacité qui me fut donnée, je réalisais que j’appartenais à chacun d’entre eux. Je compris que le péché n’était pas gratuit et que le mensonge le plus infâme du démon, c’était de faire croire qu’il n’existait pas. Je les voyais tous venir me chercher. Imaginez ma frayeur ! Mon esprit intellectuel et scientifique ne m’était d’aucun secours. Je voulus regagner l’intérieur de mon corps, mais celui-ci ne me laissait pas entrer. Je courus alors vers l’extérieur de la pièce, espérant me cacher quelque part dans le couloir de l’hôpital mais en fait je finis par sauter dans le vide.

Je tombais dans un tunnel qui me tirait vers le bas. Au début, il y avait de la lumière et cela ressemblait à une ruche d’abeilles. Il y avait beaucoup de monde. Mais bientôt je commençais à descendre en passant par des tunnels complètement sombres. Il n’y a aucune commune mesure entre l’obscurité de cet endroit et l’obscurité la plus totale de la terre que l’on pourrait comparer à la lumière astrale. Cette obscurité-là suscitait la souffrance, l’horreur et la honte. L’odeur était infecte. Quand enfin j’eus fini de descendre le long des ces tunnels, j’atterris lamentablement sur une plateforme. Moi qui avais l’habitude de clamer que j’avais une volonté d’acier et que rien n’était de trop pour moi… là, ma volonté ne me servait de rien ; je ne parvenais pas à remonter. A un certain point, je vis au sol comme un gigantesque gouffre s’ouvrir et je vis un vide immense, un abîme sans fond. Le plus horrible concernant ce trou béant était que l’on y ressentait l’absence absolue de l’amour de Dieu et ce, sans le moindre espoir. Le trou m’aspira et j’étais terrifiée. Je savais que si j’allais là-dedans, mon âme en mourrait. J’étais tirée vers cette horreur, on m’avait saisie par les pieds. Mon corps entrait désormais dans ce trou et ce fut un moment d’extrême souffrance et d’épouvante. Mon athéisme me quitta et je commençais à crier vers les âmes du Purgatoire pour avoir de l’aide. Tandis que je hurlais, je ressentis une douleur très intense car il me fut donné de comprendre que des milliers et des milliers d’êtres humains se trouvaient-là, surtout des jeunes. C’est avec terreur que j’entendais des grincements de dents, d’horribles cris et des gémissements qui m’ébranlèrent jusqu’au tréfonds de mon être. Il m’a fallu des années avant de m’en remettre car chaque fois que je me souvenais de ces instants, je pleurais en pensant à leurs indicibles souffrances. Je compris que c’est là où vont les âmes des suicidés qui, en un instant de désespoir, se retrouvent au milieu de ces horreurs. Mais le tourment le plus terrible, c’était l’absence de Dieu. On ne pouvait pas sentir Dieu.

Dans ces tourments-là, je me mis à crier : “Qui a pu commettre une erreur pareille ? Je suis presque une sainte : je n’ai jamais volé, je n’ai jamais tué, j’ai donné de la nourriture aux pauvres, j’ai pratiqué des soins dentaires gratuits à des nécessiteux ; qu’est-ce que je fais ici ? J’allais à la messe le dimanche… je n’ai pas manqué la messe du dimanche plus de cinq fois dans ma vie ! Alors pourquoi suis-je ici ? Je suis catholique, je vous en prie, je suis catholique, sortez-moi d’ici !”. Tandis que je criais que j’étais catholique, j’aperçus une faible lueur. Et je peux vous assurer qu’en cet endroit, la moindre lueur est le plus beau des cadeaux. Je vis des marches au-dessus du trou et je reconnus mon père, décédé cinq ans auparavant. Toute proche et quatre marches plus haut, se tenait ma mère en prière, baignée par davantage de lumière.

Les apercevoir, me remplit de joie et je leur dis : “Papa, Maman, sortez-moi de là ! Je vous en supplie, sortez-moi de là ! Quand ils se penchèrent vers ce trou, vous auriez du voir leur immense chagrin. A cet endroit-là, vous pouvez percevoir les sentiments des autres et éprouver leur peine. Mon père se mit à pleurer en tenant la tête dans ses mains : ‘Ma fille, ma fille’ ! disait-il. Maman priait et je compris qu’ils ne pouvaient me sortir de là ; ma peine s’accrut de la leur puisqu’ils partageaient la mienne. Aussi, je me mis à crier à nouveau : ‘Je vous en supplie, sortez-moi d’ici ! Je suis catholique ! Qui a pu commettre une telle erreur ? Je vous en supplie, sortez-moi de là” ! Cette fois, une voix se fit entendre, une voix douce qui fit trembler mon âme. Tout fut alors inondé d’amour et de paix et toutes ces sombres créatures qui m’entouraient, s’échappèrent car elles ne peuvent faire face à l’Amour. Cette voix précieuse me dit : “Très bien, puisque tu es catholique, dis-moi quels sont les commandements de Dieu ”.

En voilà un coup manqué de ma part ! Je savais qu’il y avait dix commandements, un point c’est tout. Que faire ? Maman me parlait toujours du premier commandement d’amour. Je n’avais qu’à répéter ce qu’elle me disait. Je pensais pouvoir improviser et masquer ainsi mon ignorance des autres (commandements). Je croyais pouvoir m’en tirer, comme sur terre où je trouvais toujours une bonne excuse ; et je me justifiais en me défendant pour masquer mon ignorance.

Je dis : ‘Tu aimeras le Seigneur ton Dieu par-dessus tout et ton prochain comme toi-même’. J’entendis alors : “Très bien, les as-tu aimés ?” Je répondis :“Oui, je les ai aimés, je les ai aimés, je les ai aimés !” Et il me fut répondu : “Non. Tu n’as pas aimé le Seigneur ton Dieu par-dessus tout et encore moins ton prochain comme toi-même. Tu t’es créée un dieu que tu ajustais à ta vie et tu t’en servais seulement en cas de besoin désespéré. Tu te prosternais devant lui lorsque tu étais pauvre, quand ta famille était humble et que tu voulais aller à l’université. A ces moments-là, tu priais souvent et tu t’agenouillais pendant de longues heures pour supplier ton dieu de te sortir de la misère ; pour qu’il t’accorde le diplôme qui te permettrait de devenir quelqu’un. Chaque fois que tu avais besoin d’argent, tu récitais le chapelet. Voilà quelle était ta relation avec le Seigneur.”

Oui, je dois reconnaître que je prenais le chapelet et j’attendais de l’argent en retour, telle était ma relation avec le Seigneur. Il me fut donné de voir qu’aussitôt le diplôme en poche et la notoriété obtenue, je n’ai pas eu le moindre sentiment d’amour envers le Seigneur.

Etre reconnaissante : non, jamais ! Lorsque j’ouvrais les yeux le matin, je n’avais jamais un merci pour le jour nouveau que le Seigneur me donnait à vivre, je ne le remerciais jamais pour ma santé, pour la vie de mes enfants, pour le toit qu’il m’avait donné. C’était l’ingratitude la plus totale. Je n’avais pas de compassion pour les nécessiteux ! “En fait, tu plaçais le Seigneur si bas que tu avais plus de confiance dans les augures de Mercure et Vénus. Tu étais aveuglée par l’astrologie, clamant que les étoiles dirigeaient ta vie ! Tu vagabondais vers toutes les doctrines du monde. Tu croyais que tu allais mourir pour renaître encore ! Et tu as oublié la miséricorde. Tu as oublié que tu as été rachetée par le Sang de Dieu ! ”On me mit à l’épreuve avec les dix commandements. On me montra que je prétendais aimer Dieu avec mes mots mais qu’en réalité, c’était Satan que j’aimais. Ainsi, un jour, une femme était entrée dans mon cabinet dentaire pour m’offrir ses services de magie et je lui avais dit : “je n’y crois pas, mais laissez ces porte-bonheur ici au cas où çà marcherait. ” J’avais remisé dans un coin, un fer à cheval et un cactus, censés éloigner les mauvaises énergies.

Comme tout cela était honteux ! Ce fut un examen de ma vie à partir des dix commandements. Il me fut montré quel avait été mon comportement vis-à-vis de mon prochain. On me fit voir comment je prétendais aimer Dieu alors même que j’avais l’habitude de critiquer tout le monde, de pointer mon doigt sur chacun, moi la très sainte Gloria ! On me montra aussi combien j’étais envieuse et ingrate ! Je n’avais jamais éprouvé de reconnaissance envers mes parents qui m’avaient donné leur amour et avaient fait tant de sacrifices pour m’éduquer et m’envoyer à l’université. Dès l’obtention de mon diplôme, eux aussi devinrent inférieurs à moi ; j’avais même honte de ma mère en raison de sa pauvreté, de sa simplicité et de son humilité.

En ce qui concerne mon comportement en tant qu’épouse, il me fut montré que je me plaignais tout le temps, du matin au soir. Si mon mari disait “bonjour”, je répliquais : “Pourquoi ce jour serait-il bon alors qu’il pleut dehors.” Je me plaignais aussi continuellement de mes enfants. Il me fut montré que je n’avais jamais aimé ni eu compassion pour mes frères et sœurs de la terre. Et le Seigneur me dit : “Tu n’as jamais eu de considération pour les malades ; dans leur solitude, tu ne leur as jamais tenu compagnie. Tu n’as pas eu compassion des enfants orphelins, de tous ces enfants malheureux.” J’avais un cœur de pierre dans une coquille de noix. Sur cette épreuve des dix commandements, je n’avais pas une demi réponse correcte.

C’était terrible, dévastateur ! J’étais totalement bouleversée. Et je me disais : Au moins on ne pourra pas me blâmer d’avoir tué quelqu’un !

Par exemple, j’achetais des provisions pour les nécessiteux ; ce n’était pas par amour, mais plutôt pour paraître généreuse, et pour le plaisir que j’avais à manipuler ceux qui étaient dans le besoin. Je leur disais : “Prenez ces provisions et allez à ma place à la réunion des parents et des professeurs parce que je n’ai pas le temps d’y assister.” En outre, j’aimais être entourée de personnes qui m’encensaient. Je m’étais faite une certaine image de moi-même.

Ton dieu c’était l’argent, m’a-t-on dit. Tu as été condamnée à cause de l’argent : C’est pour cette raison que tu as sombré dans l’abîme et que tu t’es éloignée de ton Seigneur. Nous avions été effectivement riches, mais à la fin nous étions devenus insolvables, sans le sou et criblés de dettes. Pour toute réponse, je criais : “Quel argent ? Sur terre, nous avons laissé beaucoup de dettes !”

Lorsqu’on en vint au second commandement, je vis avec tristesse que dans mon enfance, j’avais vite compris que le mensonge était un excellent moyen d’éviter les sévères punitions de Maman. Je commençais main dans la main avec le père du mensonge (Satan) et je devins menteuse. Mes péchés augmentaient comme mes mensonges. J’avais remarqué combien Maman respectait le Seigneur et Son Nom Très Saint ; je vis là une arme pour moi et je me mis à blasphémer par Son Nom. Je disais : “Maman, je jure sur Dieu que…”. Et ainsi, j’évitais les punitions. Imaginez mes mensonges, impliquant le Nom Très Saint du Seigneur…

Et remarquez, frères et sœurs que les paroles ne sont jamais vaines car lorsque ma mère ne me croyait pas, j’avais pris l’habitude de lui dire : “Maman, si je mens, que l’éclair me frappe ici et maintenant…” Si les mots se sont envolés avec le temps, il se trouve que la foudre m’a bel et bien frappée ; elle m’a carbonisée et c’est grâce à la Miséricorde Divine que je suis ici maintenant.

Il me fut montré comment, moi qui me disais catholique, je ne respectais aucune de mes promesses et combien j’utilisais futilement le nom de Dieu. Je fus surprise de voir qu’en la présence du Seigneur, toutes ces horribles créatures qui m’entouraient, se prosternaient en adoration. Je vis la Vierge Marie aux pieds du Seigneur qui priait et intercédait pour moi.

En ce qui concerne le respect du Jour du Seigneur, j’étais pitoyable et j’en éprouvais une douleur intense. La voix me disait que le dimanche, je passais quatre ou cinq heures à m’occuper de mon corps ; je n’avais pas même dix minutes d’action de grâce ou de prières à consacrer au Seigneur. Si je commençais un chapelet, je me disais : ‘Je peux le faire pendant la publicité, avant le feuilleton’. Mon ingratitude vis-à-vis du Seigneur me fut reprochée. Lorsque je ne voulais pas assister à la messe, je disais à maman : ‘Dieu est partout, pourquoi devrais-je y aller ?’… La voix me rappela également que Dieu veillait sur moi nuit et jour et qu’en retour, moi je ne le priais pas du tout ; et le Dimanche, je ne le remerciais pas et je ne lui manifestais pas ma gratitude ou mon amour. Par contre, je prenais soin de mon corps, j’en étais esclave et j’oubliais totalement que j’avais une âme et que je devais l’alimenter. Mais jamais je ne la nourrissais de la Parole de Dieu, car je disais que celui qui lit la Parole de Dieu, devient fou.

En ce qui concerne les Sacrements, j’avais tout faux. Je disais que je n’irai jamais me confesser car ces vieux messieurs étaient pires que moi. Le diable me détournait de la confession et c’est ainsi qu’il empêchait mon âme d’être propre et de guérir. La blanche pureté de mon âme en payait le prix chaque fois que je péchais. Satan y laissait sa marque : une marque obscure. Excepté pour ma première communion, je n’ai jamais fait une bonne confession. A partir de là, je n’ai jamais reçu Notre Seigneur dignement. Le manque de cohérence de ma vie avait atteint un tel degré que je blasphémais : ‘La Sainte Eucharistie ? Peut-on imaginer Dieu vivant dans un morceau de pain ?’ Voilà à quoi en était réduite ma relation avec Dieu. Je n’ai jamais nourri mon âme et pis encore, je critiquais les prêtres constamment. Vous auriez du voir combien je m’y appliquais !

Depuis ma plus tendre enfance, mon père avait l’habitude de dire que ces gens-là étaient encore plus coureurs que les laïcs. Et le Seigneur me dit : ‘Qui es-tu pour juger ainsi mes oints. Ce sont des hommes et la sainteté d’un prêtre est soutenue par sa communauté qui prie pour lui, qui l’aime et le seconde. Lorsqu’un prêtre commet une faute, c’est sa communauté qui en est redevable, mais pas lui’. A un certain moment de ma vie, j’ai accusé un prêtre d’homosexualité et la communauté en fut informée. Vous ne pouvez imaginer le mal que j’ai fait !

En ce qui concerne le 4ème commandement, “Tu honoreras ton père et ta mère” comme je vous l’ai dit, le Seigneur me fit voir mon ingratitude vis-à-vis de mes parents. Je me plaignais car ils ne pouvaient m’offrir bien des choses dont disposaient mes camarades. J’ai été ingrate envers eux pour tout ce qu’ils ont fait pour moi et j’en étais même arrivée au point où je disais que je ne connaissais pas ma mère parce qu’elle n’était pas à mon niveau. Le Seigneur me montra combien j’aurais pourtant pu observer ce commandement. En effet j’avais payé les factures du médecin et du pharmacien lorsque mes parents étaient tombés malades, mais comme j’analysais tout en fonction de l’argent, j’en profitais alors pour les manipuler et j’en étais arrivée à les écraser.

J’eus mal de voir mon père pleurer tristement car bien qu’il fut un bon père qui m’avait appris à travailler durement et à entreprendre, il avait oublié un détail important : que j’avais une âme et que par son mauvais exemple, ma vie avait commencé à basculer. Il fumait, buvait et courait les femmes à tel point qu’un jour je suggérai à maman de quitter son mari : ‘Tu ne devrais pas continuer plus longtemps avec un homme comme celui-là. Sois digne, fais-lui voir que tu vaux quelque chose’. Et Maman de répondre :’Non ma chérie, j’ai mal mais je me sacrifie car j’ai sept enfants et parce qu’en fin de journée, ton papa montre qu’il est un bon père ; je ne pourrais pas m’en aller et vous séparer de votre père ; de plus, si je partais, qui prierait pour son salut ? Je suis la seule à pouvoir le faire car toutes ces peines et blessures qu’il m’inflige, je les unis aux souffrances du Christ sur la Croix. Chaque jour je dis au Seigneur : Ma douleur n’est rien en comparaison de votre Croix, aussi, je vous en prie, sauvez mon mari et mes enfants’. Pour ma part, je ne parvenais pas à comprendre cela et je devins rebelle, je commençais à prendre la défense des femmes, à encourager l’avortement, la cohabitation et le divorce.

Quand l’on en vint au 5ème commandement, le Seigneur me fit voir l’assassin horrible que j’avais été en commettant le plus horrible des crimes : l’avortement. De plus, j’avais financé plusieurs avortements parce que je proclamais qu’une femme avait le droit de choisir d’être enceinte ou pas. Il me fut donné de lire dans le Livre de Vie et je fus profondément meurtrie, car une fillette de 14 ans avait avorté sur mes conseils. J’avais également prodigué de mauvais conseils à des fillettes dont trois d’entre elles étaient mes nièces, en leur parlant de la séduction, de la mode, en leur conseillant de profiter de leur corps, et en leur disant qu’elles devaient utiliser la contraception. C’était une sorte de corruption de mineures qui aggravait l’horrible péché de l’avortement.

Chaque fois que le sang d’un bébé est versé, c’est un holocauste à Satan, qui blesse et fait trembler le Seigneur. Je vis dans le Livre de Vie, comment notre âme se formait, le moment où la semence parvient dans l’œuf. Une belle étincelle jaillit, une lumière qui rayonne du soleil de Dieu le Père. Dès que le ventre de la mère est ensemencé, il s’éclaire de la lumière de l’âme. Pendant l’avortement, l’âme gémit et crie de douleurs, et l’on entend un cri au Ciel car il est ébranlé. Ce cri résonne également en enfer, mais c’est un cri de joie ! Combien de bébés sont tués chaque jour ! C’est une victoire pour l’Enfer. Le prix de ce sang innocent libère chaque fois un démon de plus. Moi, j’ai trempé dans ce sang et mon âme devint totalement enténébrée. A la suite de ces avortements, j’avais perdu la conscience du péché. Pour moi, tout était O.K. Et que dire de tous ces bébés à qui j’avais refusé la vie à cause du stérilet que j’utilisais ! Il n’est pas étonnant que j’aie toujours été amère, frustrée, dépressive. Et je sombrais encore plus dans l’abîme. Comment pouvais-je affirmer que je n’avais jamais tué !

Et toutes les personnes que j’ai méprisées, haïes, que je n’ai pas aimées ! Là aussi j’ai été une tueuse parce qu’on ne meurt pas seulement d’une balle de révolver. On peut également tuer en haïssant, en commettant des actes de méchancetés, en enviant et en jalousant.

Pour ce qui est du 6ème commandement, mon mari fut le seul homme de ma vie. Mais l’on me donna de voir qu’à chaque fois que je dévoilais ma poitrine et que je portais des pantalons-léopards, j’incitais les hommes à l’impureté et je les conduisais au péché. De plus, je conseillais aux femmes trompées d’être infidèles à leur mari, je prêchais contre le pardon et j’encourageais le divorce. Je réalisais alors que les péchés de la chair sont affreux et condamnables même si le monde actuel trouve acceptable que l’on se conduise comme des animaux.

Il était particulièrement douloureux de voir combien les péchés d’adultère de mon père avaient blessé ses enfants. Mes trois frères devinrent des copies conformes de leur père, coureurs et buveurs, inconscients du tort qu’ils faisaient à leurs enfants. Voilà pourquoi mon père pleurait avec tant de chagrin en constatant que le mauvais exemple qu’il avait donné s’était répercuté sur tous ses enfants.

Quant au 7ème commandement, - ne pas voler-, moi qui me jugeais honnête, le Seigneur me fit voir que la nourriture était gaspillée dans ma maison pendant que le reste du monde souffrait de la faim. Il me dit : ‘J’avais faim et regarde ce que tu as fait avec ce que je t’ai donné ; comme tu as gaspillé ! J’avais froid et vois comment tu étais esclave de la mode et des apparences, jetant tant d’argent dans des régimes pour maigrir. De ton corps, tu en as fait un dieu !’ Il me fit comprendre que j’avais ma part de culpabilité dans la pauvreté de mon pays. Il me montra aussi que chaque fois que je critiquais quelqu’un, je lui volais son honneur. Il aurait été plus facile pour moi de voler de l’argent, car l’argent, on peut toujours le restituer, mais la réputation !... De plus je dérobais à mes enfants la grâce d’avoir une maman tendre et pleine d’amour. J’abandonnais mes enfants pour aller dans le monde, je les laissais devant la télévision, l’ordinateur et les jeux vidéo ; et pour me donner bonne conscience, je leur achetais des vêtements de marque. Comme c’est horrible ! Quel chagrin immense !

Dans le Livre de Vie, l’on voit tout comme dans un film. Mes enfants disaient : “Espérons que Maman ne rentre pas trop tôt et qu’il y aura des embouteillages car elle est agaçante et râleuse.” En fait, je leur avais volé leur mère, je leur avais volé la paix que j’étais censée apporter à mon foyer. Je ne leur avais pas enseigné l’amour de Dieu ni l’amour du prochain. C’est simple : si je n’aime pas mes frères, je n’ai rien à voir avec le Seigneur ; si je n’ai pas de compassion, je n’ai rien à voir avec Lui non plus.

Maintenant je parlerai des faux témoignages et du mensonge car j’étais devenue une experte en la matière. Il n’y a pas de mensonges innocents, tous viennent de Satan qui est leur père. Les fautes que j’ai commises par la langue étaient vraiment épouvantables. J’ai vu combien j’avais blessé par ma langue. Chaque fois que je cancanais, que je me moquais de quelqu’un ou lui attribuais un surnom dévalorisant, je blessais cette personne. Comme un surnom peut blesser ! Je pouvais complexer une femme en l’appelant : “la grosse”…

Au cours de ce jugement sur les dix commandements, l’on me montra que toutes mes fautes avaient pour cause la convoitise, ce mauvais désir. Je me suis toujours vue heureuse avec beaucoup d’argent. Et l’argent devint une obsession. C’est vraiment triste, car pour mon âme les moments les plus terribles avaient été ceux où j’avais disposé de beaucoup d’argent. J’avais même pensé au suicide. J’avais tant d’argent et je me trouvais seule, vide, amère et frustrée. Cette obsession de l’argent me détourna du Seigneur et fit que je m’échappais de ses mains.

Après l’examen des dix commandements, le Livre de Vie me fut montré. Je voudrais avoir les mots adéquats pour le décrire. Mon Livre de Vie commença lorsque les cellules de mes parents s’unirent. Presque immédiatement, il y eut une étincelle, une magnifique explosion et une âme était ainsi formée, la mienne, créée par les mains de Dieu, notre Père, un Dieu si bon ! C’est vraiment merveilleux ! Il veille sur nous 24h sur 24. Son amour était mon châtiment car il ne regardait pas mon corps charnel mais mon âme et il voyait combien je m’éloignais du salut.

Je voudrais aussi vous dire à quel point j’étais hypocrite ! Je disais à une amie : ‘Tu es ravissante dans cette robe, elle te va si bien ! Mais je pensais en moi-même : ce vêtement est grotesque, et elle se prend pour une reine ! Dans le Livre de Vie, tout apparaît exactement tel qu’il a été pensé, l’on voit aussi l’environnement intérieur de l’âme. Tous mes mensonges étaient exposés et chacun pouvait les voir.

Je faisais souvent l’école buissonnière, car maman ne me permettait pas d’aller là où moi je voulais. Par exemple, je lui mentais au sujet d’un travail de recherche que je devais faire à la bibliothèque de l’université et en fait, j’allais voir au même moment un film porno ou boire une bière dans un bar avec des amis. Quand je pense que Maman a vu défiler ma vie et que rien ne lui a échappé !

Le Livre de la Vie est vraiment très beau. Ma mère avait l’habitude de glisser dans mon panier, des bananes pour mon déjeuner, de la pâte de guava ainsi que du lait car, dans mon enfance, nous étions très pauvres. Il m’arrivait de manger les bananes et de jeter les peaux par terre sans me soucier que l’on pouvait glisser dessus et se blesser. Le Seigneur me montra comment une personne glissa sur l’une de mes peaux de bananes ; j’aurais pu la tuer par mon manque de compassion.

La seule fois de ma vie que je fis une vraie confession avec regret et repentance, fut lorsque une femme me rendit 4500 pesos de trop dans une épicerie de Bogota. Mon père nous avait appris l’honnêteté. En allant au travail, tandis que je conduisais, je me rendis compte de l’ erreur. ‘Cette idiote m’a donné 4500 pesos de trop et maintenant je dois retourner à son magasin’, me dis-je. Il y avait un embouteillage énorme et je décidai de ne pas faire demi-tour. Mais la blessure demeura en moi et j’allai me confesser le dimanche suivant en m’accusant d’avoir volé ces 4500 pesos faute de les avoir restitués. Je n’ai pas prêté attention aux paroles du confesseur. Mais savez-vous ce que le Seigneur me dit ? “Tu n’as pas compensé ce manque de charité. Pour toi, ce n’était que de l’argent de poche, mais pour cette femme qui ne gagnait que le minimum, cette somme représentait l’équivalent de trois jours de nourriture”. Le Seigneur me montra combien elle en souffrit, se privant durant plusieurs jours ainsi que ses deux petits qui eurent faim.

Ensuite le Seigneur me posa la question suivante : “Quels trésors spirituels apportes-tu ?” Des trésors spirituels ? Mes mains sont vides ! ‘A quoi cela te sert-il, ajouta-t-il, de posséder deux appartements, des maisons et des bureaux si tu ne peux même pas m’en apporter ne serait-ce qu’un peu de poussière ? Et tu croyais que tu avais réussi ? Qu’as-tu donc fait des talents que je t’ai donnés ? Tu avais une mission : cette mission, c’était de défendre le Royaume de l’Amour, le Royaume de Dieu’. Oui, j’avais oublié que j’avais une âme ; aussi comment pouvais-je me souvenir que j’avais des talents ; tout ce bien que je n’ai pas su faire, a blessé le Seigneur.

Le Seigneur me parla encore du manque d’amour et de compassion. Il me parla également de ma mort spirituelle. Sur terre, j’étais vivante, mais en réalité j’étais morte. Si vous pouviez voir ce qu’est la mort spirituelle ! (La mort spirituelle, c‘est la perte de l’état de grâce.) C’est comme une âme haineuse, une âme terriblement amère et dégoûtée de tout, remplie de péchés et qui blesse tout le monde. Je voyais mon âme qui, extérieurement, était bien habillée et sentait bon ; mais intérieurement c’était une vraie puanteur et mon âme habitait les profondeurs de l’abîme.

Ce n’est pas étonnant si j’étais aigrie et dépressive. Et le Seigneur me dit : “Ta mort spirituelle a commencé lorsque tu as cessé d’être sensible à ton prochain. Je t’avertissais en te montrant leur détresse. Lorsque tu voyais des reportages, des meurtres, des enlèvements, la situation des réfugiés, tu disais : ‘Pauvres gens, comme c’est triste’. Mais en réalité, tu n’avais pas mal pour eux, tu ne ressentais rien dans ton cœur. Le péché a changé ton cœur en pierre.”

Vous ne pouvez imaginer l’immensité de mon chagrin lorsque mon Livre de Vie se referma. J’avais de la peine pour Dieu, mon Père, de m’être comportée de la sorte car, en dépit de tous mes péchés, de ma saleté, de toutes mes indifférences et de mes sentiments horribles, le Seigneur a cherché à m’atteindre jusqu’au bout. Il m’a envoyé des personnes qui ont eu une bonne influence sur moi. Il m’a protégée jusqu’à la fin. Dieu mendie notre conversion !

Bien entendu, je ne pouvais pas le blâmer de me condamner. De mon propre gré, j’ai choisi mon père, Satan, au lieu de Dieu. Lorsque le Livre de la Vie se referma, je remarquai que je me dirigeai vers un puits au fond duquel il y avait une trappe. Tandis que je descendais là-dedans, je commençais à appeler tous les Saints du Ciel pour me sauver. Vous n’avez pas idée de tous les noms de Saints qui me revinrent à l’esprit, moi qui étais une mauvaise catholique ! J’appelais St Isidore ou St François d’Assise et lorsque ma liste s’épuisa, le silence s’installa. J’éprouvais alors un grand vide et une peine profonde.

Je pensais que tout le monde sur terre, croyait que j’étais morte en odeur de sainteté, peut-être s’attendaient-ils même à demander mon intercession ! Et regardez où j’atterrissais ! Je levais les yeux et mon regard croisa celui de ma mère. Avec une intense douleur, je criais vers elle :’Maman, comme j’ai honte ! J’ai été condamnée, Maman. Là où je vais, je ne te reverrai plus jamais !’. A ce moment, une grâce magnifique lui fut accordée. Elle se tenait sans bouger mais ses doigts se mirent à pointer vers le haut. Deux écailles se détachèrent douloureusement de mes yeux : l’aveuglement spirituel.

Je revis alors en un instant ma vie passée, lorsqu’un de mes patients me dit une fois : “Docteur, vous êtes très matérialiste, et un jour vous aurez besoin de ceci : en cas de danger imminent, demandez à Jésus-Christ de vous couvrir de son sang, parce que jamais Il ne vous abandonnera. Il a payé le prix du Sang pour vous.”

Avec une honte immense, je me mis à sangloter : ‘Seigneur Jésus, ayez pitié de moi ! Pardonnez-moi, donnez-moi une seconde chance !’.

Et le plus beau moment de ma vie se présenta alors à moi, il n’y a pas de mots pour le décrire. Jésus vint et me tira du puits. Il me souleva et toutes ces horribles créatures s’aplatirent au sol. Quand il me déposa, il me dit avec tout son amour : “Tu vas retourner sur terre, je te donne une seconde chance”. Mais il précisa que ce n’était pas à cause des prières de ma famille. “Il est juste de leur part d’implorer pour toi. C’est grâce à l’intercession de tous ceux qui te sont étrangers et qui ont pleuré, prié et élevé leur cœur avec un profond amour pour toi”.

Et je vis beaucoup de petites lumières s’allumer, telles des petites flammes d’amour. Je vis des personnes qui priaient pour moi. Mais il y avait une flamme beaucoup plus grande, c’était celle qui me donnait le plus de lumière et de laquelle jaillissait le plus d’amour. J’essayais de distinguer qui était cette personne. Le Seigneur me dit : “Celui qui t’aime tant, ne te connaît même pas’.” Il m’expliqua que cet homme avait lu une coupure de presse de la veille. C’était un pauvre paysan qui habitait au pied de la Sierra Nevada de Santa Marta (au nord-est de la Colombie). Ce pauvre homme était allé en ville acheter du sucre de canne. Le sucre avait été emballé dans du papier journal et il avait vu ma photo, toute brûlée que j’étais. Lorsque l’homme me vit ainsi, sans même avoir lu l’article en entier, il tomba à genoux et commença à sangloter avec un profond amour. Il dit : “Seigneur Dieu, ayez pitié de ma petite sœur. Seigneur, sauvez-là. Si vous la sauvez, je vous promets que j’irai en pèlerinage au Sanctuaire de Buga (qui se trouve dans le Sud-Ouest de la Colombie). Mais je vous en prie, sauvez-la.”

Imaginez ce pauvre homme, il ne se plaignait pas d’avoir faim et il avait une grande capacité d’amour car il s’ offrait de traverser toute une région pour quelqu’un qu’il ne connaissait même pas ! Et le Seigneur me dit : ‘ C’est cela aimer son prochain’. Et il ajouta : “Tu vas repartir (sur terre) et tu donneras ton témoignage non pas mille fois, mais mille fois mille fois. Et malheur à ceux qui ne changeront pas après avoir entendu ton témoignage, car ils seront jugés plus sévèrement, comme toi lorsque tu reviendras ici un jour ; de même pour mes oints, les prêtres, car il n’y a pas pire sourd que celui qui refuse d’entendre !”

Ce témoignage, mes frères et sœurs, n’est pas une menace. Le Seigneur n’a pas besoin de nous menacer. C’est une chance qui se présente à vous, et Dieu merci, j’ai vécu ce qu’il m’a fallu vivre ! Lorsque chacun d’entre vous mourra et que son Livre de Vie s’ouvrira devant lui, vous verrez tout cela comme moi je l’ai vu. Et nous nous verrons tous comme nous sommes, la seule différence c’est que nous ressentirons nos pensées en la présence de Dieu ; le plus beau c’est que le Seigneur sera face à chacun de nous, mendiant toujours notre conversion afin que nous devenions une nouvelle créature avec Lui, car, sans Lui, nous ne pouvons rien faire.

Que le Seigneur vous bénisse tous abondamment. Gloire à Dieu ! Gloire à Notre Seigneur Jésus-Christ !

Gloria Constanza Polo

Source : http://www.gloriapolo.com/


Dernière édition par Hercule le Jeu 30 Juin - 12:03, édité 1 fois
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Gloria Constanza Polo - Son Témoignage contre l'Avortement

Message par Her le Jeu 30 Juin - 12:02

Gloria Polo dénonce l'avortement et la contraception devant une salle bondée à Montréal
Wed, 11/03/2010 - 11:57 | Georges Buscemi

Lundi soir je me suis rendu à une présentation d'une femme Colombienne, Gloria Polo, à la paroisse Saint-Ambroise près du métro Beaubien. J'était curieux, car j'avais entendu que cette femme témoignait d'avoir été foudroyée et, pendant le temps que dura le coma dans lequel elle a été plongé suite à son foudroiement, elle dit avoir eut une vision de l'enfer, et des gestes qui la meneraient ineluctablement à cette effroyable fin. Et, de tous ces péchés, elle affirma que celui qui la marqua le plus surement pour l'enfer, c'était l'avortement.

En tout cas, je m'attendais à me rendre dans un sous sol d'église où il y aurait au maximum une trentaine de petites vieilles dames et quelques autres indivudus assortis. Mais en passant devant l'église vers l'heure où devait commencer la présentation je me suis rendu compte que les gens ne descendaient pas au sous-sol, mais montaient à l'église.

Imaginez ma surprise lorsque j'ai constaté que l'église était bondée de gens, de jeunes familles, de personnes dans la trentaine et dans la quarantaine, que je ne connaissait pas du tout (sauf pour trois personnes), tous venus pour une présentation fondamentalement contre l'avortement.

Ci-dessous, un extrait de sa présentation :

////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Gloria Polo le 1er novembre à l'église Saint-Ambroise à Montréal
Glora Polo, à gauche, présente son témoignage en espagnol, et son interprète à droite traduit en français

"Avec l'avortement, un médecin, qui est sensé être un protecteur de la vie, est devenu une prêtre diabolique, qui vient détruire la vie de l'innocent. En faisant ce sacrifice diabolique, il permet à Lucifer d'envoyer ses myriades d'anges de l'enfer à nous, ces anges qui viennent nous attaquer ici. L'attaque luciférienne est si terrible, que beaucoup de théologiens lorsqu'ils décrivent la vie de Jésus, finissent par dire que le diable n'existe pas. Et c'est ainsi que beaucoup de personnes sont jetées dans la confusion. L'humanité vient à dire que "rien n'est péché." Nous avons oublié le sens du mariage. Lucifer arrive à nous faire croire qu'un mariage entre un homme et un homme est aussi valable que le mariage d'un homme et une femme. Ce qui nous transforme en une société absolument abominable.

Lorsque à quinze ans j'était enceinte pour la première fois, mon corps se préparait à être maman. Je pleurait angoissée. "Qu'est-ce que je vais faire? Mes parents son pauvres!" Comment dire que j'attends un bébé? Mais malgré moi, je sentais un amour très grand pour mon bébé. Quand mon ventre était très grand, mes copines me soufflait des bêtises, elle avait honte de moi pour ne pas m'avoir fait avorter. Quand j'ai dit à mon copain que j'attendais un bébé, je pensais qu'il était pour dire "nous partirons ensemble, nous allons nous marier, nous allons avoir ce bébé." Mais il m'a répondu "mais tu es encore une fillette! Tu n'as que 15 ans! Tu te fais avorter." Et j'ai répondu "Non je ne veux pas, j'aime mon bébé!"

J'ai manqué de courage. Et un jour je me suis retrouvé dans une clinique d'avortement et je pleurais. Le médecin, dans une enveloppe, a reçu son argent: le prix d'une vache. Voilà ce qu'a coûté la vie de mon bébé. On m'a anesthésié, et on a tué mon bébé. Lorsque je me suis réveillée, et que je ne sentais plus mon bébé, j'ai commencé à me haïr moi-même à un tel point que je n'arrivait plus à regagner le sommeil. J'entendais les cris de mon bébé, je voyais comme mon bébé me caresser le visage lorsque je l'ai tué. Je n'ai plus jamais senti de nouveau la paix.

Les gouvernements sont des menteurs lorsqu'ils disent que l'avortement c'est un droit de la femme. Mensonge! Est-ce qu'ils sont allé voir ce que ressent une femme lorsqu'elle tue son bébé? Les femmes qui ne peuvent supporter le poids de leur conscience après avoir tué leur bébé?

Dans le Livre de la Vie, Jésus m'a montré mon bébé: il était trop grand, mon bébé. Il fallait que le "médecin" le détruise dans mon corps avant d'en faire l'extraction. Moi, j'étais anesthésiée, mais le bébé, lui, ne l'était pas. Et le médecin, sans compassion, avec des pinces, a coupé les jambes du bébé, et le bébé a crié si fort, si fort, que toute la Création est ébranlée. Et après, il a complètement détruit le bébé et l'a sorti morceau par morceau. Dans sa clinique il y avait un stade rempli de démons qui hurlait de joie, se réjouissait de cet avortement. Et vous savez ce qu'est le plus triste de cette histoire? Le médecin ma mis le stérilet, un dispositif abortif dans l'utérus.

Après cet avortement je voulais mourir, je ne voulais plus vivre. Je me suis noyée dans l'alcool, dans la musique, dans l'aérobie et l'exercice, les études, la recherche, je "faisait des choses", tout pour m'anesthésier.

Lorsque je me suis mariée, j'ai fait un foyer désastreux. Tout à l'envers. D'abord des relations avant le mariage, ensuite l'assassinat, et après le mariage. J'avais aussi de temps en temps des hémoragies à part mes règles, je ne savais pas ce que c'était. C'était des hémmoragies très abondantes, donc je suis allé voir le médecin. Selon le diagnostique du médecin, c'était que mon corps rejetait le stérilet. Mensonge! C'était des bébés avortés, des bébés que je continuais à tuer dans mon ventre. Le Seigneur me montra la cruauté de mon coeur: Nous n'avons laissé vivre que deux de nos enfants; Les autres nous les avons assassinés avec le stérilet.

Et Dieu m'a montré l'un des enfants que j'ai tué allait devenir prêtre. C'est tellement cruel...nous sommes devenus tellement cruels...nous tuons des enfants. Et ce péché nous arrache du Coeur du Christ. On encourt l'excommunication. Je ne m'en suis jamais remis: le péché dans ma vie était devenu tellement terrible qu'au bout de quelques années je suis devenue une avorteuse. Je dépensait une grosse somme d'argent pour payer des avortements. L'excuse, c'était que "j'aidais les femmes". J'était aussi promotrice des préservatifs de toutes sortes. Et vous savez ce que le Seigneur m'a montré? Combien d'avortements ont été nécessaires malgré les préservatifs. Un grand mensonge. Et un de mes jeunes patients, malgré l'utilisation de préservatifs, est mort du sida. Et Dieu te fait voir tout cela. Ce que tu as fait, et combien d'âmes que tu as détruit. Combien d'âmes que j'avais détruites à la longue, par mes mauvais conseils. Combien de femmes ont quittés leurs maris, combien de jeunes ont commencés à utiliser les préservatifs, combien d'avortements, et je disais auparavant que j'étais une bonne personne, que je n'avais pas tué! En réalité, j'étais quelqu'un au service de Lucifer. Quand je faisait la promotion pour que l'avortement soit légal dans mon pays (la Colombie), quand je faisait la promotion du "droit" à l'avortement, à chaque fois qu'on tue un bébé, au nom de ce pays, de cette république, le sang de ce bébé entache tous les citoyens de ce pays. Les seuls qui n'auront pas à répondre de ce sang, sont ceux qui défendent la vie." [applaudissements vigoureux]

Gloria Polo était à Québec hier soir, le 2 novembre, à l'église Saint-Rodrigue (Presbytère St-Rodrigue- 4760, 1Re Avenue, Quebec), et ce soir à 19h00 sera à Beauceville à l'église Saint-François d'Assise.

Adresse URL pour retracer cet article:
http://www.cqv.qc.ca/fr/trackback/1216
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Ven 1 Juil - 21:49

http://www.zenit.org/

Espagne : Des avortements dans des hôpitaux cogérés par l’Eglise

Le Vatican rappelle que « les hôpitaux catholiques sont appelés à protéger la vie »

ROME, Vendredi 1er juillet 2011 (ZENIT.org) – Le Vatican a exprimé sa préoccupation quant à la situation par rapport à l’avortement, de certains hôpitaux de Catalogne dans lesquels l’Eglise est impliquée.

Il l’a fait dans une lettre adressée le 6 juin au prêtre de l’archevêché de Barcelone le P. Custodio Ballesteros qui, le mois dernier, avait fait part au dicastère de son inquiétude face à la pratique d’avortements dans ces hôpitaux et devant, selon lui, le silence de l’Eglise locale.

« Le Conseil pontifical pour les Service de santé (la Pastorale de la santé) est conscient de ce défi surtout pour les hôpitaux catholiques, car ils sont tenus de protéger et défendre la vie humaine dans une culture de mort », indique la lettre.

« La situation de certains hôpitaux catalans par rapport à l’avortement », illustrée par le P. Ballesteros dans un dossier volumineux remis au dicastère, « préoccupe l’Eglise universelle », indique le sous-secrétaire du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, monseigneur Jean-Marie Mupendawatu.

Dans sa lettre, écrite à la demande du président du dicastère, l’archevêque Zygmunt Zimowski, et à laquelle Zenit a eu accès, il explique que l’organisme du Vatican avait déjà reçu des informations sur cette situation en Catalogne à d’autres occasions « et que nous avons pu nous entretenir avec les responsables ».

Le Conseil pontifical exhorte ces personnes responsables « à vérifier les faits en détail pour que l’on puisse, dès que possible, chercher des solutions concrètes à d’éventuels problèmes identifiés », ajoute-t-il.

L’Hôpital San Pablo de Barcelone et l’hôpital général de Granollers figurent dans le registre officiel du ministère de la santé comme centres de santé qui ont déclaré des avortements légaux en 2009.

Compte tenu de cette réalité, « la direction de l’hôpital a ordonné au Service de Gynécologie-obstétrique de ne pas pratiquer d’avortements », a rapporté le 21 juin à ZENIT un porte-parole de l’archidiocèse de Barcelone.

Dès août dernier, les représentants du chapitre de la cathédrale de Barcelone à l’hôpital San Pablo ont déclaré qu' « ils se sont toujours prononcés en faveur de la vie humaine dès le moment de sa conception et œuvrent pour que ce principe puisse prévaloir dans les actions de l’hôpital ».

Ils ont expliqué que, dans cet hôpital de Barcelone, « conformément aux principes éthiques qui l’ont inspiré depuis sa fondation, l’interruption volontaire de grossesse (IVG) n’est pas pratiquée, même si exceptionnellement peuvent intervenir des circonstances médicales qui conduisent à des actions susceptibles d’entraîner la perte du fœtus ».

Et ils ont affirmé que, en cas de violation de l’un ou l’autre des principes éthiques et moraux de l’Eglise catholique que le fonctionnement de l’hôpital est tenu de respecter par convention, « les mesures appropriées seront prises en vue de leur respect ».

De son côté, l’évêché de Terrassa a condamné publiquement la réalisation d’avortements dans l’hôpital de Granollers et demandé qu’il soit un centre exempt de ces pratiques, même si pour le moment aucun changement dans ce sens n’a été constaté, a indiqué à ZENIT le secrétaire général et chancelier de cet évêché, Fidel Catalán.

Le même porte-parole affirme qu’il a « consulté ses supérieurs », mais qu’il n’a toujours pas reçu de réponse officielle.

Dans l’administration de l’hôpital San Pablo sont représentés à parts égales l’archevêché, la Ville de Barcelone, et la Generalitat de Catalogne.

Au conseil d’administration de l’hôpital de Granollers, le vice-président est nommé par la paroisse de Sant Esteve de Granollers, relevant de l’évêché de Terrassa, et parmi ses membres figure le curé de cette paroisse.

En vertu de la loi

En Espagne, selon la Loi organique relative à la santé sexuelle et reproductive et à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), entrée en vigueur au mois de juillet dernier, « la prestation sanitaire de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) doit être effectuée dans des centres du réseau de santé publique ou liée par convention à celui-ci ».

La loi stipule que « l’accès à la prestation sera garanti à toutes les femmes » et fixe le délai maximum pour avorter librement à quatorze semaines de grossesse, et à vingt-deux semaines avec une avec prescription médicale.

En outre, cette loi prévoit l’objection de conscience pour les personnes à titre individuel, pas pour les centres.

Dès l’entrée en vigueur de la loi, certains hôpitaux ont été soumis à une pression accrue pour qu’ils réalisent des avortements, a expliqué à ZENIT le vice-président du conseil d’administration du Sant Hospital de La Seu d'Urgell et curé de la paroisse de cette ville des Pyrénées, le P. Xavier Parès.

« Lors d’une réunion du conseil d’administration il y a six mois, un médecin a affirmé que, jusqu’à maintenant, cet hôpital n’effectuait pas d’avortements mais qu’à long terme, il sera contraint de le faire, a expliqué le prêtre -. J’ai dit que nous ne pouvions pas autoriser cette pratique dans un hôpital où l’Eglise siège au conseil d’administration, et tous sont restés silencieux ».

Au conseil d’administration de cet hôpital régional, le vice-président, le secrétaire et deux membres du conseil appartiennent à l’Eglise. « Nous combattrons pour que la vie soit respectée et que ne soient pas pratiqués des avortements », a ajouté le P. Parès.

Le P. Custodio Ballesteros a declaré à ZENIT qu’il a eu des entretiens à Rome avec d’éminents représentants du Vatican qui lui avaient indiqué que si l’Eglise est dans un hôpital, il ne peut pas y avoir d'avortements, et s’il y en a, l’Eglise doit se retirer.

Pour le P. Ballesteros, l’Eglise doit renoncer aux fonds publics pour préserver sa liberté même si cela doit diminuer la quantité de ses hôpitaux.

Les pilules

La distribution de pilules abortives (la RU-486 et la pilule du lendemain) concerne un nombre croissant d’hôpitaux cogérés par l’Eglise.

Pour cette raison, à l’hôpital de Sant Celoni, situé dans le diocèse de Terrassa, le vice-président du conseil d’administration, le père Ignasi Fuster, a démissionné de sa charge en considérant que l’Eglise doit se retirer d’un hôpital où se pratiquent des avortements.

A l’Hôpital San Juan de Dios de Esplugues de Llobregat a été distribuée également la pilule du lendemain avant sa vente dans les pharmacies, a communiqué à ZENIT son aumônier Miguel Martín Rodrigo, délégué de la pastorale de la santé de l’évêché de Sant Feliu.

La religieux a déclaré en même temps que, dans cet hôpital, jamais aucun avortement n’a été pratiqué.

En outre, a-t-il ajouté, l’Ordre des Frères de saint Jean de Dieu a toujours dit qu’il n’y aura pas d’avortements dans l’hôpital et que « la Generalitat nous respecte ».

Dans la liste des Centres de référence d’Attention à la santé sexuelle et reproductive de la Generalitat et d’information pour la réalisation de l’interruption volontaire de grossesse, figurent plusieurs établissements hospitaliers auxquels participe l’Eglise.

Entre autres, figurent l’Hôpital San Juan de Dios de Esplugues de Llobregat, l’Hôpital Residencia San Camilo de Sant Pere de Ribes, le Sant Hospital de La Seu d'Urgell et l’Hospital de Santa Tecla de Tarragona.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Sam 2 Juil - 15:06

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/07/pologne-présidence-de-lue-et-interdiction-de-lavortement.html

01 juillet 2011

Pologne : présidence de l'UE et interdiction de l'avortement

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"En ce jour où la Pologne prend la présidence du Conseil de l’UE, les députés polonais viennent de voter en faveur d’une proposition de loi, issue d’une initiative populaire, pour interdire complètement l’avortement (il est actuellement interdit mais dépénalisé en cas de malformation ou maladie grave du fœtus, grave maladie de la mère, ou grossesse due à des « comportements illégaux »).

Il fallait réunir 100.000 signatures en trois mois. Les auteurs de l’initiative en ont trouvé 600.000 en deux semaines. Avec l’aide active de l’Eglise à tous les niveaux. Les députés ont admis la proposition par 254 voix contre 151 et 11 abstentions. Elle doit désormais aller devant une commission qui la mettra en forme et la renverra devant le Parlement."

Quelle belle nouvelle ! Dans Présent, Jeanne Smits précise :

"Le président de la conférence épiscopale polonaise, Mgr Jozef Michalik, s’est engagé en demandant à tous les hommes politiques polonais de soutenir ce texte historique, affirmant qu’ils auraient, sinon, « le sang des innocents sur les mains ». [...] « Si un parlementaire se déclarant sciemment catholique, avec une foi profonde et une conscience bien formée, devait ne pas soutenir une interdiction totale de l’avortement, il devrait certainement aller se confesser, se convertir, faire vœu de se réformer et se rétracter publiquement, ou même réparer sa mauvaise décision. » « L’épiscopat polonais n’a pas le droit de changer le commandement de Dieu : “Tu ne tueras pas” », a-t-il conclu. [...]

La proposition de loi entend instituer une peine de 3 ans de prison pour les médecins convaincus d’avoir pratiqué un avortement illégal, et jusqu’à 8 ans si l’enfant était viable. Les mêmes peines seraient appliquées à ceux qui pousseraient la femme à avorter ou l’auraient aidée à se procurer un avortement. Aucune peine, en revanche, n’est prévue pour la mère."

Le combat pour la vie n'est pas une illusion.

Posté le 1 juillet 2011 à 18h49 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Dim 3 Juil - 7:06

http://www.osservatore-vaticano.org/relations-avec-les-etats/la-pologne-en-marche-vers-linterdiction-de-lavortement

La Pologne en marche vers l’interdiction de l’avortement
Posté par Vini Ganimara dans Relations avec les Etats le 07 2nd, 2011 | pas de réponse

Une initiative populaire (proposition signée par au moins 100 000 personnes) a conduit les députés polonais à voter en faveur d’une interdiction totale de l’avortement (il est actuellement interdit mais dépénalisé en cas de malformation ou maladie grave du fœtus, grave maladie de la mère, ou grossesse due à des « comportements illégaux ») par 254 voix contre 151 et 11 abstentions.
Le combat n’est pas fini pour autant (la proposition de loi doit désormais aller devant une commission qui la mettra en forme et la renverra devant le Parlement – sans parler de l’Union européenne qui va sans doute « prier » la Pologne de ne pas voter ce texte), mais nous pouvons d’ores et déjà féliciter le peuple polonais et remercier Dieu de cette belle victoire de la vie!

Source: Yves Daoudal
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Dim 3 Juil - 7:14

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/07/la-france-pourrait-manquer-de-médecins-accoucheurs.html

01 juillet 2011

La France pourrait manquer de médecins accoucheurs

Lu dans Monde & Vie :

"L’affaire la plus symbolique de la « judiciarisation » de la médecine reste la bataille qui s’est livrée autour de l’arrêt Perruche, qui introduisit le « préjudice d’être né ». Sa mère ayant contracté la rubéole pendant sa grossesse, Nicolas Perruche naquit sérieusement handicapé. Les parents attaquèrent le médecin et le laboratoire d’analyse en les accusant d’avoir commis une faute en ne diagnostiquant pas la rubéole, ce qui aurait conduit la mère à avorter. Une bataille judiciaire aux multiples rebondissements s’engagea alors, au terme de laquelle la cour de cassation donna raison aux parents. Devant le tollé suscité par cette décision, l’Assemblée nationale vota en 2002 une loi « anti-Perruche », qui, défendue par le ministre de la Santé Bernard Kouchner, interdisait d’être indemnisé pour le préjudice d’être né. Cette loi valut à la France d’être condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme, qui se prononça contre la rétroactivité de la loi anti-Perruche, mais n’en discuta pas le bien-fondé.

D’autres types de préjudices n’en sont pas moins venus s’ajouter à celui de la naissance, comme le préjudice d’agrément qui permet à la fratrie d’un enfant né handicapé de demander une indemnisation, ou le préjudice sexuel si l’enfant est empêché d’avoir une vie sexuelle. En quatre années, de 2006 à 2009, 4000 sinistres, soit un millier par an ont donné lieu à des indemnisations supérieures à 15 000 euros. Le dédommagement moyen s’est élevé à 155333, dans 60 % des cas et 13 dossiers ont été soldés à plus d’un million d’euros (6,65 millions d’euros pour la plus forte condamnation). Or les assurances ne couvrent ce type de sinistres qu’à hauteur de 500000 euros. Sur cet ensemble, les erreurs médicales proprement dites ne représentent que 27 % des cas. Les obstétriciens et les laboratoires se considèrent particulièrement visés et l’on risque de manquer de médecins accoucheurs d’ici 10 ans, les internes évitant cette spécialité."

Posté le 1 juillet 2011 à 08h28 par Michel Janva

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Commentaire d'Hercule : Nous manquons certainement de médecins accoucheurs mais certainement pas de médecins avorteurs. Le problème de ces médecins de la culture de mort, c'est qu'ils sont parjures à leur serment d'Hypocrate. Ainsi ils perdent la grâce du discernement médical et pataugent de plus en plus face aux maladies nouvelles.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Lun 4 Juil - 12:01

http://www.osservatore-vaticano.org/relations-avec-les-etats/avortement-et-trans-sexualisme-en-inde

Avortement et trans-sexualisme en Inde
Posté par Vini Ganimara dans Relations avec les Etats le 07 3rd, 2011 | une réponse
Lu sur le blogue d’Yves Daoudal:

« Les rapports se suivent et se ressemble : en Inde on pratique à grande échelle l’avortement sélectif : on tue les filles, et « plus on est instruit et riche, plus on tue les filles ». Mais on apprend aussi que des parents transforment leurs filles en garçons. La Commission nationale de protection des droits de l’enfant a ordonné au gouvernement du Madhya Pradesh d’enquêter sur des allégations selon lesquelles près de 300 filles d’une même ville auraient été chirurgicalement transformées en garçons contre le paiement d’une somme de près de 2000 £ par leurs parents. »

Prions pour ces malheureuses petites victimes!
Et évitons d’importer les funestes pratiques indiennes en Europe! On commence par l’enseignement de la « théorie du genre » comme étant prouvée scientifiquement, façon France 2011… et on finit en charcutant des petites filles pour en faire des garçons ou inversement.

Le plus sage, c’est de ne pas surtout pas mettre le premier doigt dans l’engrenage et donc de balancer les programmes de l’Education nationale aux orties!
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Mer 6 Juil - 12:25

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/07/rome-rappelle-à-lordre-les-hôpitaux-catholiques-qui-pratiquent-lavortement.html

03 juillet 2011

Rome rappelle à l'ordre les hôpitaux catholiques qui pratiquent l'avortement

Dans une lettre du sous-secrétaire du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, Mgr Jean-Marie Mupendawatu, adressée le 6 juin au prêtre de l’archevêché de Barcelone, le P. Custodio Ballesteros, qui avait fait part au dicastère de son inquiétude face à la pratique d’avortements dans des hôpitaux et devant le silence de l’Eglise locale, le Conseil pontifical pour les Service de santé écrit qu'il

"est conscient de ce défi surtout pour les hôpitaux catholiques, car ils sont tenus de protéger et défendre la vie humaine dans une culture de mort. La situation de certains hôpitaux catalans par rapport à l’avortement préoccupe l’Eglise universelle."

Le Conseil pontifical exhorte les responsables

"à vérifier les faits en détail pour que l’on puisse, dès que possible, chercher des solutions concrètes à d’éventuels problèmes identifiés".

L’Hôpital San Pablo de Barcelone et l’hôpital général de Granollers figurent dans le registre officiel du ministère de la santé comme centres de santé qui ont déclaré des avortements légaux en 2009. Un porte-parole de l’archidiocèse de Barcelone, rapporte que

"la direction de l’hôpital a ordonné au Service de Gynécologie-obstétrique de ne pas pratiquer d’avortements".

L'évêché de Terrassa a condamné publiquement la réalisation d’avortements dans l’hôpital de Granollers et demandé qu’il soit un centre exempt de ces pratiques, même si pour le moment aucun changement dans ce sens n’a été constaté.

Posté le 3 juillet 2011 à 20h07 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Her le Mer 6 Juil - 13:46

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/07/fin-du-remboursement-de-lavortement-par-lassurance-maladie.html

05 juillet 2011

Fin du remboursement de l'avortement par l'assurance-maladie

... c'est ce qui pourrait se passer en Suisse si l'initiative populaire de l'UDC réussit son nouveau pari. Et il n'y a pas de raison pour qu'elle échoue cette fois, après l'interdiction de la construction de minarets et le renvoi des étrangers criminels.

Après la Pologne, cette affaire montre que le combat pour la vie n'est pas une illusion. D'autant que la dépénalisation de l'avortement ne date que de 2002 en Suisse, à la suite d'une "votation" acceptée par 72,2 % des Suisses. Si cette initiative passait en 2012, le nombre d'avortements, selon les partisans de l'initiative, pourrait diminuer d'un demi-millier par an et l'assurance-maladie réaliserait une économie d'environ 20 millions de francs suisses (16 millions d'euros) par an.

Posté le 5 juillet 2011 à 19h22 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de la Vie - L'Avortement : Génocide et Crime contre l'Humanité

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum