Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Avènement du Grand Monarque - Mériter l'Avènement du Roi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avènement du Grand Monarque - Mériter l'Avènement du Roi.

Message par Anne Onime 1 le Dim 19 Juin - 11:05

Bonjour, je vous transmets un message rédigé en réponse à une remarque pertinente de Salomé dans le forum :

http://lepeupledelapaix.forumactif.com/t9359-le-roi-attendu-je-ne-l-imagine-pas-je-le-vois#108937


merci Anne Onime pour ce texte , on est impatient de voir ce roi , mais avant la terre et les coeurs doivent ètre purifiés

Bonjour Salomé, merci de rappeler ce détail de la plus haute importance.

En suivant votre pensée, je ressens et pressens
que l'épreuve pour mériter son avènement est et sera proportionnelle à notre éloignement de la "Réalité Divine de l'Homme, notre Raison d'Être" ... la purification individuelle et collective.

Quand le désespoir arrive à son apogée, mettant nos coeurs à genoux, dans et par une sincère-profonde introspection de ses mauvaises inclinations qui sont responsables de tous les désordres qui règnent, ce passage obligé par la porte du purgatoire, est incontournable, "pour Le mériter"...
Qu'opère, oeuvre en nous, la Divine Grâce du Christ Qui seule nous redresse dans notre limpide et humble hauteur, incline nos âmes dans l'affable Plan Divin ; nos coeurs fondus dans le Sien, délivre, guérit nos âmes, guérit le monde étant unis à tous par et en Lui. Le Christ seul inclut toute l'humanité en un seul Être, par Sa Pureté Originelle.

Le grand changement ne viendra pas de l'extérieur, mais dans et par l'élan de nos coeurs purifiés, piédestal de Son Trône. Nous réunir Là où le Ciel descend sur terre, le Coeur du Christ Roi, l'Amour Universel en Qui tout s'ordonne.

L'Amour Seul est digne du Trône. A nous de l'édifier en nous pour mériter Son Elu, Ses deux Elus unis dans Son Coeur. Avec l'aide de l'Archange Saint Michel et Son Armée Céleste, en nous, Lui vaincra toutes les ténèbres.
avatar
Anne Onime 1

Messages : 12
Date d'inscription : 06/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Mériter l'Avènement du Roi.

Message par Anne Onime 1 le Dim 19 Juin - 13:12

J'ajoute : Le grand changement prendra forme à l'extérieur lorsque nous aurons cédé la place du mal au Bien.
avatar
Anne Onime 1

Messages : 12
Date d'inscription : 06/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Mériter l'Avènement du Roi.

Message par Elyos le Mer 29 Juin - 23:18

Anne Onime 1 a écrit:J'ajoute : Le grand changement prendra forme à l'extérieur lorsque nous aurons cédé la place du mal au Bien.
Anne Onime bonjour,
Je pense que vous avez raison, il faut d’abord le changement intérieur avant que cela émane a l’extérieur,
L’esprit-Saint, on doit le recevoir à un moment donné, il faut s'y préparer du mieux possible,
Mais la lutte est rude car l’adversaire est puissant et fait chuter beaucoup d’entre nous.
Quand on sait qu’ils veulent rendre condamnable des enfants de 13 ans se façon à pouvoir les traduires devant un tribunal et les plonger dans les ténèbres !
Sans Dieu et les siens nous ne pouvons rien faire, je crois que les prières sont notre salut.
Amitiés.
avatar
Elyos

Messages : 34
Date d'inscription : 24/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Mériter l'Avènement du Roi.

Message par Castel le Sam 2 Juil - 19:51

En voilà une drôle d'idée ! L'avènement du Grand Monarque ne se produira pas quand nous l'aurons mérité, mais en pleine tribulation, quand Dieu décidera de nous l'envoyer. Nous devons nous y préparer, oui, mais attendre que la terre soit purifiée auparavant, c'est confondre ce sauveur providentiel avec le Sauveur. Le règne du Grand Monarque, qui est justement celui qui doit nous conduire au travers des épreuves, ne sera pas un eden millénariste mais la fin victorieuse d'une épreuve en préparation d'une autre, l'ultime, dont triompheront ceux qui seront demeurés fidèles au Christ, Notre Seigneur.
avatar
Castel

Messages : 30
Date d'inscription : 20/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Grand Monarque.

Message par Elyos le Sam 2 Juil - 21:38

Castel a écrit:En voilà une drôle d'idée ! L'avènement du Grand Monarque ne se produira pas quand nous l'aurons mérité, mais en pleine tribulation, quand Dieu décidera de nous l'envoyer. Nous devons nous y préparer, oui, mais attendre que la terre soit purifiée auparavant, c'est confondre ce sauveur providentiel avec le Sauveur. Le règne du Grand Monarque, qui est justement celui qui doit nous conduire au travers des épreuves, ne sera pas un eden millénariste mais la fin victorieuse d'une épreuve en préparation d'une autre, l'ultime, dont triompheront ceux qui seront demeurés fidèles au Christ, Notre Seigneur.
BONJOUR Castel
Je ne voie pas écrit dans mon texte ;
L'avènement du Grand Monarque se produira quand nous l'aurons mérité ?
Voyer comme il est difficile de dialoguer, on li un texte et on comprend autre chose ?
Alors pensé, de la à savoir se que dieu nous réserve, il est clair que cela ai impossible !
De plus les prophéties peuvent êtres des ordres a suivre cela dé-pant de qui elle émane et a qui elle s’adresse.
Très cordialement élyos.
avatar
Elyos

Messages : 34
Date d'inscription : 24/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Mériter l'Avènement du Roi.

Message par Anne Onime 1 le Dim 3 Juil - 23:20

Bonjour Elyos, je partage votre pensée Smile . Je crois que Castel s'en prend en fait à moi ( voir le titre du sujet ).


Bonjour Castel, qu'est cet "eden millénariste" dont vous parlez ...? Je n'ai pas connaissance de ce phénomène ou appellation (et n' ai aucun goût pour l'abstraction, ne saurai donc en débattre et m'en abstiendrai.)

L'avènement du futur Roi se produira au milieu du chaos, ça nous le savons (= moi de même) ; et comme il va de soi que nous ne le trouverons pas sur la liste de ceux qui vont se présenter aux prochaines élections présidentielles Laughing et comme de surcroît de ce côté là il va faire très chaud, ce chaos s'approche à grands pas.

Cela dit, nul ne peut être "sauveur providentiel" sans être envoyé, inspiré, guidé par le Sauveur Lui-Même.

Pour ma part, comme pour d'autres amis ici et ailleurs, la préparation à sa venue repose dans le désir profond de son avènement, dans la joie flamboyante, l'espoir vif qui est une force encore méconnue par le plus grand nombre, celle qui agit sans bris et par-delà les apparences.
Etre prêt est tout mettre en oeuvre pour mériter sa venue, et cette action prend sa source dans nos coeurs.
Nous étouffons tous dans ce monde perverti et inhumain. Mais ces épreuves sont nécessité pour purifier nos coeurs ( le bon grain est battu avec l'ivraie et non séparément).
Le mal en nous doit devenir bien, que le Ciel et la terre soient unis et non plus séparés. Voilà la Mission de notre Roi mais aussi de chacun car nous sommes nés pour tenir debout et non être les esclaves de l'orgueil qui a produit toutes ces machinations perverties qui tentent de détruire l'Oeuvre du Christ.
Les vrais enfants du Christ et de Sa Sainte Mère aiment autrui par Leur Amour en eux, sont doux et humbles de coeur, aiment la création et donc la respectent. Ils ne sont pas passifs mais agissent de concert pour un monde bon et beau, sont charitables envers leur prochain et créent l'harmonie autour d'eux. Le futur Roi est l'élu de leur coeur car c'est Son Coeur Qui va le placer sur le trône de France. Père et Frère dans la plus haute distinction terrestre, car unit en Christ, est le roi qui vient bientôt.

Paix et Amour Véritable en chacun de nous est notre devoir d'enfants du Christ. Voilà les fleurs qui orneront son chemin au milieu du chaos pour redresser ce qui a été renversé, l'Ordre Divin.
avatar
Anne Onime 1

Messages : 12
Date d'inscription : 06/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Mériter l'Avènement du Roi.

Message par Castel le Lun 4 Juil - 6:29

Je n'attaque jamais que les idées, pas les personnes. En l'espèce, je voulais tordre le cou à cette fantaisie qui traîne, ici ou là, dans le sillage du millénarisme, qui nous promet un règne du Christ sur terre pendant mille ans avant la fin du monde. La confusion est parfois faite et même entretenue avec le règne du Grand Monarque que vous venez, par ailleurs, de fort bien décrire:
Anne Onyme a écrit:Le mal en nous doit devenir bien, que le Ciel et la terre soient unis et non plus séparés. Voilà la Mission de notre Roi mais aussi de chacun car nous sommes nés pour tenir debout et non être les esclaves de l'orgueil qui a produit toutes ces machinations perverties qui tentent de détruire l'Oeuvre du Christ.
J'ai moi-même été induit en confusion par votre titre: "Mériter l'Avènement du Roi" et la première citation:
Salomé a écrit:on est impatient de voir ce roi , mais avant la terre et les coeurs doivent ètre purifiés
... que vous avez vous-même renforcé, laissant entendre qu'il y aurait dans "l'épreuve pour mériter son avènement" un lien de cause à effet, si bien que nous devrions attendre de l'avoir traversée (d'une part) pour voir le règne du Christ sur terre (d'autre part) qui sont deux éléments contraires à ce que nous savons du règne du Grand Monarque...

A la lumière de votre dernier message, je comprends et rejoins tout à fait votre point-de-vue et je ne résiste pas au plaisir d'en rappeler la percutante conclusion:
Anne Onyme a écrit:Paix et Amour Véritable en chacun de nous est notre devoir d'enfants du Christ. Voilà les fleurs qui orneront son chemin au milieu du chaos pour redresser ce qui a été renversé, l'Ordre Divin.
Que Dieu vous bénisse. Vous, Elyos et tous nos lecteurs.
avatar
Castel

Messages : 30
Date d'inscription : 20/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Mériter l'Avènement du Roi.

Message par Anne Onime 1 le Mar 5 Juil - 12:34

Bonjour Castel

Je vous remercie de tout coeur pour votre conclusion.

Pour le Christ, mille ans sont comme un jour ... et le temps nous joue des tours !

Temps actuel :

Le chaos s'amplifie, les peuples souffrent ... ici et là en silence, ailleurs dans l'émeute et le sang. D'un peuple à l'autre, notre sensibilité de ce que chacun endure est partagée par le plus grand nombre, nous sommes frères et ressentons la douleur des autres. Seul les maîtres du monde s'imaginent pouvoir diviser encore, mais cela ne nous atteint pas. Le bon grain et l'ivraie sont battus ensemble ; le mal est là pour être transformé en bien, par et en nous, et seul le Christ peut cela en et à travers nous. Le monde est en voie de disparaître et l'accouchement de l'innocence se fait dans la douleur.

L' Héritier du trône de France, déjà uni dans Son Coeur au Pape élu, que le Christ a préparé pour relever le plus grand nombre afin de l'aider à franchir La Porte qui ouvre sur le Ciel, en nous rendant notre dignité d'Hommes que seul Son Coeur possède, relèvera notre nation ; les autres nations suivront, il les aidera en cela et nous aussi ; nous serons une seule famille et nos mains seront remplies de nos coeurs. Le Christ nous attend et nous soutient très haut pour mériter notre Ciel sur terre où Il nous attend. Nous devons donc désirer le roi et prier pour que son avènement s'accélère... par notre mérite en nos coeurs, pensées, actes, nous agissons.

Que Dieu vous bénisse cher Castel, et nous tous.
avatar
Anne Onime 1

Messages : 12
Date d'inscription : 06/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Mériter l'Avènement du Roi.

Message par Her le Mar 5 Juil - 12:47

Bonjour à tous,


Au tome 15 de l’Encyclopédie Universalis, à l’article « Millenarisme » de Jacques le Goff, nous lisons à la page 374 :

« Le millénarisme (forme latine de ce que l’on appelle aussi, à partir du grec, chiliasme) est une des formes les plus importantes des doctrines et mouvements eschatologiques qui se sont développés au sein ou en marge de la plupart des religions et notamment du judéo-christianisme. Si des tendances millénaristes se rencontrent dans le judaïsme ancien et l’Ancien Testament (Ps 89,4 : « Mille ans devant tes yeux sont comme le jour d’hier qui a passé » en est peut être une préfiguration, le millénarisme chrétien proprement dit a sa source dans l’Apocalypse, [Chapitre] 20, [versets] 1-15, et spécialement [aux versets] 4-6 : « Puis je vis des trônes sur lesquels ils s’asssirent, et on leur remit le jugement ; et aussi les âmes de ceux qui furent décapités pour le témoignage de Jésus et la Parole de Dieu, et tous ceux qui refusèrent d’adorer la Bête et son image, de se faire marquer sur le front ou sur la main ; ils reprirent vie et régnèrent avec le Christ mille années – c’est la première résurrection. Les autres morts ne purent reprendre vie avant l’achèvement des milles années. Heureux et saint celui qui participera la première résurrection. La seconde mort n’a point pouvoir sur eux, mais ils seront prêtres de Dieu et du Christ avec qui ils règneront mille années » […]. Dans l’Occident chrétien, le millénarisme, après avoir connu une grande vitalité dans le judéo-christianisme et dans le christianisme des trois premiers siècles dominés par des perspectives eschatologiques, est devenu, depuis Saint Augustin, suspect à l’orthodoxie chrétienne. Mais le millénarisme a été le moteur de nombreux mouvements hérétiques au Moyen Age et de certains courants de la Réforme, tel l’anabaptisme. Plus ou moins confiné au 17 ième et 18 ième siècles dans certaines sectes, il a connu au 19 ième et 20 ième siècles un rebondissement spectaculaire dans divers mouvements de révolte des pays colonisés et des contrées du Tiers Monde. On le retrouve probablement un peu, mais le plus souvent sans ses attaches chrétiennes, dans l’idéologie hippie. Son importance historique vient de la conjonction de croyances religieuses et d’aspirations sociales qu’il a fréquemment réalisées. Il a joué un rôle toujours contestataire et souvent révolutionnaire. On peut déceler des éléments millénaristes dans la plupart des révolutions, notamment dans la révolution anglaise du 17 ième siècle, mais même dans celles qui étaient a-religieuses ou antireligieuses, comme la Révolution française et la révolution russe ».

Contenu et potentialités

« Des liens étroits unissent millénarisme et messianisme. Le millénarisme, attente d’un Royaume qui serait le Paradis retrouvé, se place souvent sous la direction d’un chef charismatique, un messie […] mais il peut y avoir des millénarismes sans messie […]. Le millénarisme est l’attente d’un royaume de repos et de paix mais les millénaristes ont souvent recours à la violence pour hâter l’avènement du royaume. En effet, si le millénarisme « arrive » par lui-même et d’un coup, s’il n’a pas, en théorie, à être instauré, les millénaristes cherchent souvent à faciliter ou avancer sa venue par des actions révolutionnaires. Autre contradiction apparente : si le Royaume est situé dans l’avenir, il est en fait conçu comme le retour de l’âge d’or originel. Le millénarisme est presque toujours réactionnaire et révolutionnaire à la fois. Il comprend en général, quoique appelé préliminaires, qui sont surtout des épreuves, annoncées par des signes célestes et terrestres : comètes, météores, pluies de sang, famines, épidémies, tremblements de terre. Ces épreuves sont habituellement orchestrées par un antimesie, l’Antécrist. L’ambiguïté de certaines de ces phases prémilléniales explique ques des interprétations opposées aient été données d’un même personnage par des hommes soumis a des influences millénaristes mais appartenant à des clans ou des partis antagonistes. Ainsi, l’empereur Frédéric II (mort en 1250) était considéré par certains de ses cotemporains, comme l’ "Empereur des derniers jours" destiné à conduire l’humanité vers le millénium et, par d’autres, comme l’Antéchrist ».

Puis à la page 375 dans la section 2 intitulée « Les grands moments du millénarisme chrétien » :

« Le millénarisme, très vivace dans le christianisme des premiers siècles, était profesé aussi bien par des « orthodoxes », tels Irénée de Lyon à la fin du 2 ième siècle et Hippolyte de Rome au début du 3 ième siècle, que par des « hérétiques » comme les montanistes, d’origine phrygienne, et, déjà à la fin du 1 er siècle par certains gnostiques (Cérinthe). Au début du 3 ième siècle, le millénarisme asiate touche des chrétiens africains comme Tertullien. Au début du 4 ième siècle encore, Lactance place le millenium parmi les attraits du christianisme. Mais un courant antimillénaristes se dessinait au sein du christianisme. Il fut d’abord inspiré par le discrédit d’une conception trop terrestre et matérielle de l’ideal chrétien, puis devant la crainte ressentie devant les tendances hérétiques et révolutionnaires des mouvements millénaristes. Origène, au 3 ième siècle, transporta le millenium de la société terrestre dans l’âme individuelle. Après des hésitations, Augustin, au début du 5 ième siècle, interpréta le millénarisme comme une allégorie spirituelle (Cité de Dieu, 20,7), et le poids de son autorité au Moyen Age fut une arme essentielle contre les millénaristes. En 431, le concile d’Ephèse condamna la conception littérale du millenium. Désormais l’Eglise insistera sur la parousie, le Jugement dernier, le second millenium, le millenium céleste ».

De ces considérations historiques apparaît clairement le fait que, pendant 2000 ans et à toutes époques de l’ère chrétienne, des mouvements à caractère sectaire et des dérives humaines se sont développés autour du « Règne des mille années » ou « Millénaire ». C’est la raison pour laquelle l’Eglise, à juste titre, a condamné toutes ces erreurs et graves dérives, en les désignant par le qualificatif de « millénarisme ».

D’un point de vue théologique, nous pouvons noter que la seule apparition du terme « millénarisme » dans le Catéchisme de l’Eglise Catholique se trouve au § 676 :

Cette imposture anti-christique se dessine déjà dans le monde chaque fois que l'on prétend accomplir dans l'histoire l'espérance messianique qui ne peut s'achever qu'au-delà d'elle à travers le jugement eschatologique: même sous sa forme mitigée, l'Eglise a rejeté cette falsification du Royaume à venir sous le nom de millénarisme (Cf. DS 3839), surtout sous la forme politique d'un messianisme sécularisé, "intrinsèquement perverse" (Cf. Pie XI, enc. "Divini Redemptoris" condamnant le "faux mysticisme" de cette "contrefaçon de la rédemption des humbles"; GS 20-21).

Nous pouvons lire dans le Denzinger § 3839 page 812 la très courte section concernant le Millénarisme, sous forme de question-réponse, à la suite du Décret suivant du Saint-Office, daté du 19 (21) juillet 1944 :

« Le prêtre Manuel de Lacunza y Diaz avait écrit vers 1810, sous le pseudonyme de Juan Josafat ben-Ezra, un ouvrage intitulé Venida del Mesias en gloria y majestad, qui fut interdit par le Saint-Office le 6 septembre 1824. Il soutenait un millénarisme mitigé. Contre cette doctrine soutenue à nouveau au 20 ième siècle, le Saint-Office avait pris, dans une lettre du 11 juillet 1941 à l’archevêque José M. Caro Rodriguez du Chili (PerRMOr 31 [1942], 167), une décision qui correspond au décret qui suit.
Ed : AAS 36 (1944), 212 ».

Question : Que faut-il penser du millénarisme mitigé qui enseigne qu’avant le jugement dernier, précédé ou non de la résurrection de plusieurs justes, le Christ notre Seigneur viendra visiblement sur notre terre pour y régner ?

Réponse (confirmée par le souverain pontife le 20 juillet) :

Le système du millénarisme mitigé ne peut pas être enseigné de façon sûre.

Ainsi nous comprenons plus précisément la raison pour laquelle « le millénarisme mitigé ne peut pas être enseigné ne façon sûre ». Il suffit simplement de s’entendre sur les mots, de bien identifier la portée qui leur est conférée, en s’attachant à ne pas parler de « millénarisme » mais plutôt de « millénaire », qui lui, fait intégralement partie du donné biblique. C’est donc une vérité de foi, que personne ne peut nier puisque c’est Dieu Lui-même qui nous en affirme l’existence de ces mille ans de paix puisque Satan sera enchaîné (Cf. Ap 20,1-6).

Il suffit de donner une juste interprétation de ces « mille ans » de paix, en établissant sa correspondance avec le règne glorieux du Christ, comme explicitement mentionné dans les Saintes Ecritures en Ap 20,6 : « Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection! La seconde mort n'a point de pouvoir sur eux; mais ils seront prêtres de Dieu et du Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans ».

Lorsque dans la question formulée ci-dessus, est évoqué que le « Christ notre Seigneur viendra visiblement sur notre terre pour y régner », il apparaît clairement qu’une seconde venue semblable à la première, au sens où le Verbe de Dieu s’incarnerait de nouveau, est totalement à proscrire.

La seconde venue du Seigneur est essentiellement une venue dans les cœurs et dans les âmes et donc par nature invisible et cachée, bien qu’au regard de l’ensemble du « millénaire » biblique, certains évènements comme l’apparition de la Croix glorieuse dans le Ciel (le Signe du Fils de l’Homme selon Mt 24,30) seront visibles par toute l’humanité.

Avec tout le respect que devons à Saint Augustin, nous ne pouvons légitimement pas retenir l’interprétation selon laquelle l’humanité est déjà entrée dans la période du millénaire biblique (en dehors des considérations liées à son symbolisme), au cours de laquelle il doit y avoir la paix, puisque Satan est enchaîné. A regarder un seul instant l’état du monde actel et l’ensemble de l’humanité, c’est loin d’être le cas, bien au contraire ! Par conséquent, cette interprétation qui fait malheureusement encore autorité jusqu’à ce jour, ne peut et ne devrait être logiquement retenue. Le texte biblique quant à lui, est Parole de Dieu, qui par nature est dogmatique. Par conséquent, on ne peut et on ne doit occulter le sens littéral (qui est toujours un « garde-fou ») qui [b]porte indéniablement et intrinsèquement en lui-même la dimension fondamentale de paix qui doit régner pendant les milles ans (symboliques ou non).


Afin d’illustrer mes propos sur le sujet, je me permets de reprendre les excellentes explications données par Mgr Grégori, extraites de l’ouvrage « La venue intermédiaire de Jésus dans les écrits du Nouveau Testament », pages 60 à 62 :

« A partir de Saint Augustin, presque tous les commentateurs du chapitre 20 de l’Apocalypse repoussent catégoriquement notre l’interprétation [celle que nous présentons et retiendrons également dans notre étude par l’ensemble de notre argumentaire], car ils confondent le Millénaire avec le millénarisme, bien qu’ils ne soient pas d’accord quand ils essaient de l’expliquer.

La majeure partie des interprètes suit l’idée de Saint Augustin, selon lequel les « mille ans » sont compris depuis la Résurrection de Jésus-Christ jusqu’à la fin du monde. Il y en a quelques-uns qui retardent le commencement du Millénaire jusqu’à l’édit de Constantin (année 313). Il y en a qui le considèrent comme une allégorie du salut obtenu par quelques juifs dans le cadre de l’ancienne alliance et le situent dans l’Ancien Testament ; et il y en a qui l’interprètent même comme la gloire dont jouissent les bienheureux dans le Ciel, dans l’attente de la future résurrection glorieuse des corps.

Cette divergence générale d’opinions est le signe évident que les différentes interprétations ne donnent pas satisfaction. De fait il y en a, comme Jean-Louis d’Aragon et Alfred Wilkenhauser, qui le reconnaissent ouvertement.

Toutes ces interprétations se heurtent d’une façon éclatante à la nature du Millénaire, tel que le présente l’Apocalypse : une période de temps située entre deux autres périodes, caractérisées par l’influence du démon sur la vie des hommes : par conséquent c’est une période qui ne commence pas par la Résurrection de Jésus-Christ et encore moins par l’édit de Constantin, parce que le démon a continué, même après la Rédemption, sa guerre furibonde contre l’Eglise, avec d’atroces persécutions, des schismes et des hérésies, des idéologies perverses, etc. C’est une période pourtant postérieure à la vie de Jésus-Christ et qu’on ne peut pas situer, par conséquent, dans l’Ancien Testament. C’est une période de l’histoire de l’Eglise et c’est pourquoi on ne peut pas la rapporter à la gloire des bienheureux dans le Ciel. C’est une période durant laquelle le Satan sera emprisonné, ce qui signifie qu’on le réduira à l’impuissance de nuire spirituellement et matériellement aux hommes, période qui aura comme caractéristique la réalisation du Règne du Christ Rédempteur, qui de cette façon pourra avoir, à la fin, les fruits de son œuvre rédemptrice ».

C’est cette ligne directrice présente l’avantage d’une juste et cohérente analyse de nos temps actuels, précédant le « millénaire » d’Ap 20,1-6.

Bien entendu, il s’agit de considérer, qu’à proprement parler cette durée effective de temps peut être réelement d’environ mille années « car rien n’est impossible à Dieu » (Lc 1,37), comme s’avérer purement symbolique, ou même les deux à la fois.

Pour écarter définitivement l’idée que le propos que nous tenons ici n’est pas une forme de nouveau millénarisme, analysons deux interventions majeures du Pape Jean-Paul II, qui énonce clairement que le Retour du Christ Glorieux est proche, et dénonce dans le même temps toute forme de millénarisme :

- extrait de l’homélie prononcée à Beyrouth, le 11 mai 1997 lors de la visite pastorale au Liban :

« Assurément, vos ancêtres ont appris par la prédication apostolique, en particulier par les missions de saint Paul, l'histoire du salut, les événements qui se sont succédé du dimanche des Rameaux au Vendredi saint et au Dimanche de Pâques. Le Christ a été crucifié, mis au tombeau, mais il est ressuscité le troisième jour. Le Mystère pascal de Jésus Christ constitue le coeur même de l'histoire du salut, comme le montre bien, à la Messe, l'acclamation paulinienne après la consécration: « Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus, nous célébrons ta résurrection, nous attendons ta venue dans la gloire». Toute l'Eglise attend sa venue, en Orient et en Occident. Les fils et les filles du Liban attendent son nouvel avènement. Nous vivons tous l'Avent des derniers temps de l'histoire et nous cherchons tous à préparer la venue du Christ, à édifier le Règne de Dieu qu'il a annoncé ».

- extrait de l’homélie du 24 mai 1998 à Turin :

« Pourquoi restez-vous à regarder le ciel ? Ce Jésus …reviendra un jour (Ac 1,11). La question nous est adressée à nous aussi : nous sommes à présent dans le temps de l’attente, agissante et vigilante, du retour glorieux du Christ.
Notre esprit, animé par une vive espérance, se réjouit et appelle : « Viens, Seigneur Jésus » et la réponse rapportée par le livre de l’Apocalypse, remplit de joie notre cœur, comme celui de tout croyant : « Oui, je viens bientôt ! Amen ! (Cf Ap 22,20) ».

Ainsi toute personne qui voudrait lier ces annonces à la notion même de « millénarisme » se condamnerait d’elle-même puisque dans la lettre apostolique « Tertio Milllenio Adveniente » du 10 novembre 1994 nous lisons au § 23 :

« Le pontificat actuel, depuis son premier document, parle du grand Jubilé d'une manière explicite et invite à vivre la période d'attente comme " un nouvel Avent ". Il est ensuite revenu bien d'autres fois sur ce thème, s'y étendant largement dans l'encyclique Dominum et vivificantem. En effet, la préparation de l'An 2000 devient comme une de ses clés d'interprétation. Il n'est certes pas question de se prêter à un nouveau millénarisme, comme certains le firent à la fin du premier millénaire; ce que l'on veut au contraire, c'est de rendre particulièrement attentif à tout ce que l'Esprit dit à l'Église et aux Églises (Cf. Ap 2,7 et suivants), comme aussi aux individus à travers les charismes qui sont au service de la communauté entière. On entend souligner ce que l'Esprit suggère aux diverses communautés, des plus petites, comme la famille, aux plus grandes, comme les nations et les organisations internationales, sans oublier les cultures, les civilisations et les saines traditions. Malgré les apparences, l'humanité continue à attendre la révélation des fils de Dieu et vit de cette espérance, comme en travail d'enfantement, selon l'image utilisée avec tant de force par saint Paul dans la Lettre aux Romains (Cf. Rm 8,19-22 ).

Confortons encore notre argumentation en nous rapportant également au § 8, extrêment significatif, de la lettre du Pape Jean-Paul II « aux religieux et religieuses des familles Montfortaines » du 8 décembre 2003 :

« L'Esprit Saint invite Marie à "se reproduire" dans ses élus, en développant en eux les racines de sa "foi invincible", mais également de sa "ferme espérance" (Cf. Traité de la vraie dévotion, n. 34). C'est ce qu'a rappelé le Concile Vatican II: "Cependant, tout comme dans le ciel où elle est déjà glorifiée corps et âme, la Mère de Jésus représente et inaugure l'Eglise en son achèvement dans le siècle futur, de même sur cette terre, en attendant la venue du jour du Seigneur, elle brille déjà comme un signe d'espérance assurée et de consolation devant le Peuple de Dieu en pèlerinage" (Const. Lumen gentium, n. 68). Cette dimension eschatologique est contemplée par saint Louis-Marie, en particulier lorsqu'il parle des "saints des derniers temps", formés par la Sainte Vierge afin d'apporter dans l'Eglise la victoire du Christ sur les forces du mal (Cf. Traité de la vraie dévotion, n° 49-59). Il ne s'agit en aucune façon d'une forme de "millénarisme", mais du sens profond du caractère eschatologique de l'Eglise, liée à l'unicité et à l'universalité salvifique de Jésus Christ. L'Eglise attend la venue glorieuse de Jésus à la fin des temps. Comme Marie et avec Marie, les saints sont dans l'Eglise et pour l'Eglise, afin de faire resplendir sa sainteté, afin d'étendre jusqu'aux extrémités de la terre et jusqu'à la fin des temps l'oeuvre du Christ, unique Sauveur ».

A la lumière de ces considérations nous pouvons conclure dans la même optique que celle du Saint-Père Jean-Paul II et de tous ses prédécesseurs, qui depuis une centaine d’années ont eu l’intuition du retour du Christ dans un avenir proche, sans pour autant que cela soit assimilé et assimilable à une quelconque forme de millénarisme, qu'il s'agit de ne pas confondre le millénaire de paix d'Ap 20,1-6 et la conception erronée du millénarisme condamnée à raison par la Sainte Eglise.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Mériter l'Avènement du Roi.

Message par Her le Mar 5 Juil - 12:50

Re-Bonjour,

LE MILLENARISME…

POSITION DOCTRINALE SUR LA QUESTION DU RÈGNE DE DIEU
par le R.C. Matthieu, OFM Capucin - Presbytère saint Barthélémy, Nice.


…Dans l'épître de saint Paul à Tite, nous lisons :
"Car elle s'est manifestée, la grâce de Dieu, principe de salut pour tous les hommes ; elle nous instruit à rejeter l'impiété et les convoitises mondaines pour vivre, dans le siècle présent, avec sagesse, justice et piété, en attendant la bienheureuse espérance et la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ…" (Tite. 2 : 11-14).
Note : Si pieux qu'il fût, et ami personnel du Cardinal Feltin, l'abbé Tissier n'échappa guère aux contestations de la doctrine qu'il vivait, prêchait et professait.
Cette doctrine, ses adversaires l'appelaient millénarisme.
Le millénarisme – qu'on dise ce que l'on voudra – est textuellement dans les six premiers versets du chapitre 20 de l'Apocalypse : Satan est enchaîné, le Christ règne avec les saints, - seuls préalablement ressuscités, - pendant mille ans.
Pour rejeter ce millénarisme-là, il faut vaporiser ce texte en allégorie et symbole : c'est ce qu'on a fait sans vergogne.
Pour sa part, M. l'abbé Tissier, avec tout le Nouveau Testament entendu en son sens honnête, disait en résumé : "Le Christ reviendra, au moment de la Parousie, avant le fin du monde, pour instaurer un Règne glorieux. Et regardez bien : les signes de la proximité se précipitent…"
Qui pourrait contester la foi de l'abbé Tissier ?
Au début de l'Eglise, chez les Apôtres, cette conviction se confondait avec la Tradition. Puis, l'événement se faisant attendre, la doctrine cessa d'être commune, mais fut toujours maintenue par une chaîne ininterrompue de mystiques. Dès 1846, Notre-Dame de La Salette la remit en évidence.
Quand parut le modernisme, Loisy jeta l'objection que voici en substance : "Le Christ et les siens attendaient pour bientôt le Règne ; or ils se sont trompés ; au lieu du Règne, c'est l'administration ecclésiastique de l'Eglise qui est venue".
Pour réfuter Loisy, les théologiens, le cardinal Billot en tête, rangèrent définitivement la Parousie dans le tiroir étiqueté "événement de la fin du monde" : ils interdirent à Jésus-Christ de reparaître en force avant le jugement dernier : et pour se donner raison, ils eurent recours à l'exégèse des symboles et allégories, n'admettant, eux, que d'être lus et compris littéralement.
L'abbé Tissier veillait, il creusait et propageait sa lecture de la Bible. Il savait bien qu'un dogme, jusque-là inaperçu, peut sortir, lumineux, de la Bible. Par exemple l'Immaculée Conception. Il avait lu dans le cardinal Billot (traité De Ecclesia, thèse 17), que l'explication des vérités implicitement révélées, demandent du temps et de la piété :
"Rien n'empêche que des dogmes secondaires n'aient pas été prêchés par les Apôtres d'une façon parfaitement claire et instante, ou ne soient pas parvenus expressément, dès l'origine, à toutes les parties de l'Eglise."
Tel n'est pas le cas. Mais voici la suite :
"Rien n'empêche que, dans le trésor profond des Ecritures, ces dogmes soient demeurés et demeurent cachés, comme les perles dans les coquillages, jusqu'à ce que, manifestés en leur temps par une recherche et un soin diligents, ils soient enfin proposés à la foi par le magistère authentique."
Mieux encore. L'abbé Tissier avait retenu une remarque de Suarez au sujet du retour au Paradis terrestre, cher à de nombreux Pères de l'Eglise et que l'abbé Chabauty, à la fin du dernier siècle, devait mettre en thèse :
"On n'a pas trouvé depuis les Pères de raisons nouvelles, ni de nouveaux témoignages par lesquels on ait pu élucider vraiment la question. Néanmoins, lorsque l'Eglise approchera de la fin de ses combats, il se peut que l'Esprit-Saint fasse trouver ces raisons nouvelles et ces arguments meilleurs dans une étude plus approfondie des Ecritures selon le sens littéral, propre et obvie, et des écrits des Pères, selon le même sens." (Commentaires sur la troisième partie de la Somme Théologique, tome II, q. 56, articles 1 et 3 – Disput. 50 section 2)
Sûrement le message de La Salette, tout entier tourné vers les derniers combats de l'Eglise, éveillait l'attention sur la Parousie, mais une telle hostilité systématique s'était acharnée sur son contenu qu'il n'entraîna pas un courant de pensée.
En 1935 parut CELUI QUI REVIENT, de Madeleine et Raymond Chasles ; l'imprimatur, accordé à la première édition, fut refusé dans la suite, et le livre reçut un coup de patte du Père Huby, S.J. (les Jésuites, pourtant dépositaires de la méditation du Règne dans les Exercices de saint Ignace, se réservaient sans doute pour le Theillardisme…)
Vint soudain Pie XII, qui professa, dès 1945, la foi et l"espérance de l'abbé Tissier !
Mais déjà l'orientation néfaste était prise. Un puissant parti de l'Eglise se tournait vers "le social" et considérait "l'eschatologie" comme un obstacle, la voie s'ouvrait à Teillard ; M. l'abbé Tissier aperçu immédiatement la course à Waterloo fatale, qu'il dénonça, et l'hostilité ne le lâcha plus.
A l'archevêché de Paris, Mgr. P. mettait des prêtres en garde contre son influence. Et surtout, dès 1947 lui fut opposé, injustement d'ailleurs, un jugement du Saint-Office.
Alors, pour prévenir toute allusion à une prétendue condamnation, nous citons un exposé, donné dans le COURS MANUSCRIT du 27 décembre 1950, n° 51 et rédigé par un disciple, le P. Matthieu, capucin de Nice, exposé que nous complétons par une mise au point de l'abbé Tissier, datée de 1958.
Ainsi donc, saint Paul nous avertit que, jusqu'à la manifestation de Jésus-Christ, nous auront à lutter pour rejeter l'impiété, etc., c'est-à-dire qu'il n'y aura rien de changé dans l'état présent jusqu'à la manifestation ! Mais ne sera-ce pas le Règne, puisqu'il faut qu'il règne, nous dit saint Paul !
Cependant si nous avions des doutes sur le sens à donner à ces textes, surtout au dernier, nous n'aurions qu'à lire le discours du Pape Pie XII, s'adressant au peuple de Rome le 18 mars 1945 :

"Et maintenant, devant la sainte Croix sur laquelle le Christ, les bras ouverts, vous appelle et vous attend, nous, son indigne vicaire, nous vous conjurons, très chers fils et filles, de renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, et de vivre dans le siècle présent avec tempérance, justice et piété, en attendant cette bienheureuse espérance qui est l'apparition glorieuse de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ" (Tite. 2 : 11-13). Documentation catholique, 3 août 1945, colonne 345.
Détail piquant et amusant : le Pape s'est permis de préciser le texte de saint Paul ! "…en attendant cette bienheureuse espérance qui est l'apparition glorieuse…"
Conclusion : l'objet de notre bienheureuse espérance est tout d'abord l'apparition glorieuse du Christ ! Comme le Règne n'aura pas lieu avant, il faudra bien qu'il ait lieu après !
Quand donc nous disons que le Christ reviendra, et que cette apparition, ce retour, précédera le Règne, nous sommes en très bonne compagnie.
Il y a mieux encore !
Dans son allocution au Sacré Collège, le 24 décembre 1945, le Pape Pie XII disait :
"C'est pourquoi ce Noël reste encore un temps d'attente, d'espérance et de prière au Fils de Dieu fait homme, afin que lui, le Roi pacifique, dont toute la terre désire l'apparition (Ière vêpres, Ière antienne de la Nativité de Notre-Seigneur), donne au monde sa paix." (Documentation catholique, 20 janvier 1945, colonne 34)
1° Il s'agit ici de Noël 1945 ;
2° Ce Noël, comme tous les autres jusqu'ici, est encore un Noël d'attente;
3° Attente de quoi ?
a) de l'apparition du Christ désiré sur toute la terre ;
b) de la paix du Christ qui en sera la conséquence, l'effet, la suite ; autrement dit, "Pax Christi in Regno Christi", ainsi que l'écrivait Pie X.
4° Or une apparition laisse entendre, comprendre et conclure qu'il s'agit de quelque chose de visible.
Conclusion : J'ai le droit, étant de la terre, d'attendre et de désirer l'apparition du Christ, j'ai le droit de lui demander que le fruit de son apparition soit la paix sur la terre, donc son Règne ; j'ai ensuite le droit d'enseigner cela à mes frères.
Mais si cet enseignement est exacte, que devient la note du Saint-Office rapportée par la Documentation catholique du 21 décembre 1947, colonne 1629-1630 ?
Voici le décret du Saint-Office :
"Plus d'une fois, ces derniers temps, on a demandé à la Sacré Congrégation du Saint-Office ce qu'il faut penser du millénarisme mitigé, système enseignant que Notre-Seigneur Jésus-Christ, avant le jugement dernier, précédé ou non de la résurrection de plusieurs justes, viendra sur la terre visiblement pour y régner.
En conséquence, après avoir examiné la chose dans leur assemblée plénière du mercredi 19 juillet 1944 ? les éminentissimes et révérendissimes cardinaux préposés à la portée de la foi et des mœurs, ayant préalablement pris l'avis des révérends consulteurs, ont décidé qu'il faut répondre que le système du millénarisme mitigé ne peut être enseigné avec sûreté. (Acta Apostolicæ Sedis, tome 36, 1944, page 112)
Et le jeudi suivant, 20 du même mois et de la même année, le Très Saint Père Pie XII, Pape par la divine Providence, dans l'audience habituelle accordée à l'excellentissime et révérendissime assesseur du Saint-Office, a approuvé, confirmé cette réponse des éminentissimes Pères et en a ordonné la publication.
Donné à Rome, au Palais du Saint-Office, le 21 juillet 1944.
Jean Pepe, Notaire de la suprême congrégation du Saint-Office."
Avant d'aller plus loin, il est utile de rappeler que l'accord est complet entre le Saint-Office et le Saint-Père et que d'autre part, il semble peu probable que le Saint-Père, ayant approuvé le décret du Saint-Office, le désapprouvât implicitement ensuite.
Or, apparemment, il semblerait qu'il y ait opposition entre le décret du Saint-Office et le discours du Saint-Père aux cardinaux le 24 décembre 1945.
Il semble bien, en effet, grammaticalement parlant, que l'adverbe "visibiliter" porte sur "venturum esse". Toutefois la place occupée par le mot "visibiliter", dans le texte latin du décret, laisse planer un doute. A tel point que la phrase pourrait être interprétée de deux façons :
1° Système enseignant que Notre-Seigneur avant le jugement dernier viendra visiblement sur la terre pour y régner ;
2° Système enseignant que Notre-Seigneur avant le jugement dernier viendra sur la terre pour y régner visiblement.
Dans le premier cas, le décret du Saint-Office viserait la venue visible du Christ, à plus forte raison la visibilité du Christ pendant le Règne ;
Dans le second cas, il n'atteindrait que la visibilité du Christ pendant le Règne, et non pas seulement la venue visible du Christ pour l'inauguration.
La question se pose : est-ce l'apparition du Christ pour inaugurer son Règne qui est visée par le décret et déclarée "peu sûr", ou bien est-ce le Règne du Christ visible ?
A notre humble avis, le décret du Saint-Office s'applique à la visibilité du Christ pendant son Règne.
Notre avis se fonde sur le fait que le Saint-Père, dans son discours aux cardinaux, le 24 décembre 1945, dit : "C'est pourquoi ce Noël reste encore un Noël d'attente, d'espérance et de prière au Fils de Dieu fait homme, afin que lui, le Roi Pacifique dont toute la terre désire l'apparition, donne au monde sa paix."
En disant cela, le Pape n'ignorait point le décret qu'il avait lui-même approuvé ! Bien plus, nous sommes en mesure d'affirmer, d'après le témoignage de Mgr Courbe, que le Pape a déclaré devant les prélats présent à l'ouverture de la Porte Jubilaire, que "le Christ allait revenir dans sa gloire et qu'il l'y verraient avant la fin de ce siècle".
Après ce que j'ai dit de toute cette doctrine, on comprend normalement cette interprétation.
Allons plus loin. Cette doctrine enseignant la visibilité du Christ pendant son Règne est enfantine. Bien plus, elle me paraît contraire à l'Ecriture : "Et lorsque je m'en serai allé et que je vous aurais préparé une place, je reviendrai et je vous prendrai auprès de moi, afin que là où je serai, vous soyez vous aussi." (Jn. 14 : 3)
Notons en passant que le système contraire à celui du millénarisme mitigé ne peut être enseigné avec sûreté. C'est la contrepartie du décret : on ne peut enseigner sûrement que Notre-Seigneur ne reviendra pas. (Pour mettre dans une plus grande clarté le millénarisme mitigé, il faudrait étudier le millénarisme, ce serait trop long ici).
Ainsi donc, le Saint-Office n'a nullement visé l'apparition du Christ pour l'inauguration de son Règne. Ce serait contraire à l'enseignement du Saint-Père lui-même et à la doctrine catholique dont le Saint-Père s'est fait l'écho.
Ce n'est pas tout. Cette interprétation du décret du Saint-Office semble s'imposer encore pour d'autres raisons qui ne sont point négligeables.
En effet, à l'enseignement de l'Ecriture, du Pape Pie XII dans les deux textes cités plus haut, nous pouvons ajouter le témoignage véhément de saint Louis Marie Grignion de Montfort, pour ne citer que lui. Sa canonisation récente, pour qui connaît l'examen rigoureux subi par les écrits des serviteurs de Dieu aux procès de béatification et de canonisation, nous est une garantie que rien, dans son enseignement ou ses écrits, paraîtra contraire à la foi et aux mœurs, mais au contraire, dans la pure conformité à la doctrine catholique.
Or le saint apparaît avec évidence, dans nos temps modernes, comme le prophète et le prédicateur du second avènement.
Je ne cite ici que ce texte de la "Prière embrasée" :
"Toutes les créatures, même les plus insensibles gémissent sous le poids des péchés innombrables de Babylone (Rom. 8 : 19-23) et demandent votre venue pour rétablir toutes choses".
On ne peut être plus clair.
D'ailleurs, il n'y a qu'à lire le Traité de la vrai dévotion à la Très Sainte Vierge, et surtout la "Prière embrasée", pour être fixé.
Si cette doctrine, qui est la nôtre, était douteuse, saint Louis Grignion de Montfort aurait-il connu les honneurs de la canonisation ? Et si encore ce bienheureux était seul de son avis ! Mais il y a des devanciers célèbres : saint Bruno, sainte Hildegarde, Marie des Vallées, Mr de Renty, saint Jean d'Eudes, pour ne citer que ceux-là. Ajoutons la bienheureuse Anne-Marie Taïgi, béatifiée en 1920.
N'y a-t-il pas là – dans ces témoignages - quelque chose de sérieux, consolant, étayant notre doctrine et permettant de nous rassurer sur la pensée de l'Eglise donnée par le Saint-Office et par le Pape Pie XII ?
Avant de terminer, signalons qu'en 1911 paraissait à Rome un ouvrage intitulé INTERPRETATION LITTERALE DE l'APOCALYPSE ET SA CORRESPONDANCE AVEC TOUS LES AUTRES LIVRES DE L'ECRITURE, par le docteur en théologie Ezaguire.
L'auteur y démontre que l'espérance du Règne de Notre-Seigneur sur un monde régénéré par le fait de son intervention personnelle et visible, c'est-à-dire son apparition, fait partie de la doctrine catholique.
Cet ouvrage est pourvu de deux "imprimatur" : l'un du R.P. Lepidi, O.P., secrétaire de la Congrégation de l'Index ; et l'autre, de S.E. Mgr Cepeletti, patriarche de Constantinople.
L'auteur y déclare être venu à Rome non seulement pour y confronter ses conclusions avec l'enseignement du magistère infaillible, mais encore pour s'enquérir auprès de celui-ci de l'opportunité d'une telle publication. Or c'est le Pape saint Pie X, lui-même, qui a donné le certificat d'opportunité.
Le Cardinal Schuster, archevêque de Milan, dans son livre des Sacrements, au commentaire de l'Introït de l'Ascension, tome IV, page 167, écrit :
"Ite veniet ! Ainsi reviendra-t-il ! Voilà notre consolation dans les douleurs et l'isolement de la vie : Jésus s'est éloigné, mais il reviendra certainement.
Cette attente de Jésus doit déterminer, pour ainsi dire, le rythme de notre vie intérieure ; le cœur palpitant et les yeux de la foi fixés là-haut, vers le ciel."
Qu'on nous permette donc de noter que si nous voulons voir cette attente déterminer le rythme de notre vie intérieure, non seulement on peur en faire l'objet d'un cercle d'études, en parler, mais on devrait la crier sur les toits.
Quoi qu'il en soit, disons en terminant, avec saint Louis Grignion de Montfort :
"Tous les justes de la terre ne vous disent-ils pas : Amen, venez Seigneur ! (Apoc. 22 : 20).
"Toutes les créatures, même les plus insensibles gémissent sous le poids des péchés innombrables de Babylone (Rom. 8 : 19-23) et demandent votre venue pour rétablir toutes choses".

R.C. Matthieu, OFM Capucin - Presbytère saint Barthélémy, Nice.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Mériter l'Avènement du Roi.

Message par Her le Mar 5 Juil - 13:03

Re-Bonjour,

Le Grand Monarque viendra quand Dieu, le Père Eternel, le voudra, c'est-à-dire quand nous aurons passé un certain temps de purification nécessaire et, comme le dit Jésus dans les Evangiles, "ce temps sera abrégé (par l'avènement du Grand Monarque) sinon les juste eux-mêmes seraient trompés" par les horreurs et les mensonges de l'antéchrist, c'est-à-dire que le Grand Monarque arrivera au plus profond de la crise quand la situation sera devenue désespérée, c'est à dire après 5 à 7 villes moyennes détruites et 3 grandes métropoles françaises.

A la première grande ville détruite, le Français ne se convertira pas !
A la seconde grande ville détruite, le Français ne se convertira pas encore !
A la troisième grande ville détruite, le Français tombera genou à terre, implorera le nom du Seigneur et la situation sera retournée comme on retourne une crêpe.

La France pourra alors marcher derrière le Grand Monarque son roi et revenir de manière glorieuse à sa Mission de Fille Aînée de l'Eglise.

Et nous vivrons alors 1000 ans de paix, n'en déplaise aux théologiens, car à ce moment là, tout le monde aura compris de quoi je parle plus personne n'osera ramener sa fraise car tout le monde sera passé au crible de la purification et aura retrouvé une humilité évangélique. AMEN.

Pour qui serons encore là à cette époque rajeuniront et ils vivront plus longtemps, et ce sera la Nouvelle Pentecôte.

Meilleures pensées
Hercule
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Début de la mission du GRAND MONARQUE

Message par legm le Ven 8 Juil - 0:32


Le 21 janvier 2012

legm

Messages : 1
Date d'inscription : 03/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Mériter l'Avènement du Roi.

Message par Her le Ven 8 Juil - 10:13

Bonjour LEGM,

Cela fait bien longtemps que je ne m'amuse plus à essayer de deviner des dates possibles pour tel ou tel évènement.

Je ne saurais trop vous conseiller de faire de même. De plus, je vous ai indiqué toute une série d'évènements qui doivent se produire avant l'arrivée du Grand Monarque. Lisez, méditez et priez.

Meilleures pensées
Hercule
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Grand Monarque

Message par Elyos le Ven 8 Juil - 17:22

Hercule a écrit:Bonjour LEGM,

Cela fait bien longtemps que je ne m'amuse plus à essayer de deviner des dates possibles pour tel ou tel évènement.

Je ne saurais trop vous conseiller de faire de même. De plus, je vous ai indiqué toute une série d'évènements qui doivent se produire avant l'arrivée du Grand Monarque. Lisez, méditez et priez.

Meilleures pensées
Hercule

BONJOUR HERCULE,

Cela fait 20 ans que je médite, un grand repos ma été accordé,
Je prie depuis le jour ou j’ai pris conscience de là ou j’étais, la terre,
J’étais bien jeune.
Cela dit j’ai découvert votre site il y a peut de temps et je n’ai pas encore pu tout lire mais je mis attache le plus possible, car ma culture est naturelle, et je suis très heureux de constater que des gens œuvrent pour le bien, je vous en remercie Grandement.
Amitiés Hélios.
avatar
Elyos

Messages : 34
Date d'inscription : 24/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Mériter l'Avènement du Roi.

Message par Elyos le Mer 13 Juil - 21:06

Castel a écrit:Je n'attaque jamais que les idées, pas les personnes. En l'espèce, je voulais tordre le cou à cette fantaisie qui traîne, ici ou là, dans le sillage du millénarisme, qui nous promet un règne du Christ sur terre pendant mille ans avant la fin du monde. La confusion est parfois faite et même entretenue avec le règne du Grand Monarque que vous venez, par ailleurs, de fort bien décrire:
Anne Onyme a écrit:Le mal en nous doit devenir bien, que le Ciel et la terre soient unis et non plus séparés. Voilà la Mission de notre Roi mais aussi de chacun car nous sommes nés pour tenir debout et non être les esclaves de l'orgueil qui a produit toutes ces machinations perverties qui tentent de détruire l'Oeuvre du Christ.
J'ai moi-même été induit en confusion par votre titre: "Mériter l'Avènement du Roi" et la première citation:
Salomé a écrit:on est impatient de voir ce roi , mais avant la terre et les coeurs doivent ètre purifiés
... que vous avez vous-même renforcé, laissant entendre qu'il y aurait dans "l'épreuve pour mériter son avènement" un lien de cause à effet, si bien que nous devrions attendre de l'avoir traversée (d'une part) pour voir le règne du Christ sur terre (d'autre part) qui sont deux éléments contraires à ce que nous savons du règne du Grand Monarque...

A la lumière de votre dernier message, je comprends et rejoins tout à fait votre point-de-vue et je ne résiste pas au plaisir d'en rappeler la percutante conclusion:
Anne Onyme a écrit:Paix et Amour Véritable en chacun de nous est notre devoir d'enfants du Christ. Voilà les fleurs qui orneront son chemin au milieu du chaos pour redresser ce qui a été renversé, l'Ordre Divin.
Que Dieu vous bénisse. Vous, Elyos et tous nos lecteurs.


bonjour castel

La Science Sacrée dit, elle, que le Corps -la Masse-Matière- est Energie. Car effectivement, nous sommes constitués d'atomes. Mais nous ne voulons pas transformer ce corps en bombe atomique. Non. Notre Mission est de transformer la Matière en Lumière. Et ceci s'obtient par la Réforme de la Conscience qui donne la Puissance de l'Esprit.
Amitiés Hélyos.
avatar
Elyos

Messages : 34
Date d'inscription : 24/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vous n'y êtes(peut-être) pas.

Message par Son Exellence le Lun 8 Aoû - 0:24

Selon ma vision.

Finalement ce Grand Monarque "Pape" n'aura d'influence que si Dieu le veut.

Plusieurs sont venue sous ce Nom

On a beau porter tout les sceaux, encore faut-il savoir prendre la vague et y surfer.

Le monde (semble t-il) n'est pas intéressé.

avatar
Son Exellence

Messages : 2
Date d'inscription : 07/08/2011
Age : 49
Localisation : Edmonton, Canada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Grand Monarque

Message par Elyos le Lun 8 Aoû - 10:33


BONJOUR ,

Je suis entièrement de votre avis , ça n’ intéresse personne, le bien en général n’intéresse personne ici bas,
Pour que le bien prenne place il faut d’abord que le mal soit mis à terre,
Et vu la puissance du mal seul dieu peut décider de stoper cette folie,
Les hommes ne s’appartienent plus.
Quand l’esprit saint descendra sur nous, et prendra place en nous, le mal sera éclairé et poussé en dehors de nous et ce sera alors notre moi divin qui parlera,
Pour l’instant les vibrations ici sont trop basses, il faut d’abord que la terre soit purifiée et que les énergies venues du cosmos élevent les vibrassions de la terre, on doit changer de dimension.
Le reste n’est qu’un jeux d’enfant.
Amitiés - ELYOS.
avatar
Elyos

Messages : 34
Date d'inscription : 24/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Mériter l'Avènement du Roi.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum