Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Les Signes des Temps - L'Islam et Nos Frères Musulmans : Le Dialogue Islamo-Chrétien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Signes des Temps - L'Islam et Nos Frères Musulmans : Le Dialogue Islamo-Chrétien

Message par Her le Sam 5 Nov - 6:42

http://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/islam/mgr-aillet-denonce-les-ambiguites-d’un-dialogue-islamo-chretien-2

Mgr Aillet dénonce les ambiguïtés d’un dialogue islamo-chrétien
16 janvier 2011 | Enregistrer sous: Islam | Publié par: Maximilien Bernard

Je découvre sur Le Salon Beige une préface écrite par Mgr Aillet pour un livre traitant de l’islam. J’y lis notamment ceci :

Si nous ne devons pas renoncer à dialoguer avec les musulmans pour favoriser un climat de connaissance mutuelle voire de conscience amicale pour mieux assurer les conditions de la paix et de la cohésion sociale, nous sommes appelés à déceler les ambiguïtés d’un dialogue islamo-chrétien qui évacuerait au nom d’une prétendue tolérance un authentique esprit missionnaire. Je doute que des initiatives comme par exemple celle du partage de l’expérience du jeûne entre chrétiens et musulmans, à l’occasion du Ramadan, fondent en vérité la rencontre. Dans cette perspective, Benoît XVI faisait remarquer aux évêques de France à Lourdes en 2008, que «le dialogue authentique demande comme conditions fondamentales une bonne formation pour ceux qui le promeuvent, et un discernement éclairé pour avancer peu à peu dans la découverte de la Vérité».
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - L'Islam et Nos Frères Musulmans : Le Dialogue Islamo-Chrétien

Message par Her le Sam 3 Déc - 9:11

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/11/les-musulmans-de-france-pourraient-etre-convertis-au-catholicisme.html

24 novembre 2011

Les musulmans de France pourraient être convertis au catholicisme

Jean Sévillia a été interrogé dans Le Point à propos de son dernier ouvrage :

"Peut-on écrire tout ce qu’on veut sur l’islam ?

Non. Il existe un processus d’intimidation intellectuelle. On voudrait associer toute critique de l’islam à du racisme. Or, l’islam est une religion, pas une race.

On a retiré l’article de loi mentionnant \\"le rôle positif de la présence française outre-mer ». A contrario, les colonies ont-elles joué un rôle négatif pour la France ?

Economiquement, elles ont coûté cher à la France. Mais les colonies nous ont ouverts sur le monde. C’est un pan positif.

La Seconde Guerre mondiale est elle trop écrite selon le prisme de la Shoah ?

Le développement de la mémoire de la Shoah a fini par occuper tout l’espace. Alors que cette tragédie universelle s’inscrit au sein de cette autre tragédie de la guerre, qui n’a pas fait que des victimes juives.

Pourquoi ne peut-on plus comprendre la Première Guerre mondiale ?

L’univers mental de ces soldats était différent du nôtre, nous qui vivons dans la concorde internationale, le sentiment européen, une société de confort matériel.

Vous terminez sur l’hypothèse que les musulmans de France pourraient être convertis au catholicisme. Vous y croyez vraiment ?

J’y crois. Je cite le Père de Foucauld : «Il ne s’agit pas de les convertir par la force en un jour, mais tendrement, discrètement.»"

Posté le 24 novembre 2011 à 16h56 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - L'Islam et Nos Frères Musulmans : Le Dialogue Islamo-Chrétien

Message par Her le Lun 5 Déc - 19:54

http://www.ladepeche.fr/article/2011/12/03/1231067-il-n-existe-pas-d-islamisme-modere-selon-jeannette-bougrab-ministre-francaise-d-origine-arabe.html

PUBLIÉ LE 03/12/2011 10:28 - MODIFIÉ LE 03/12/2011 À 10:38 | © 2011 AFP
Il n'existe pas d'"islamisme modéré", selon Jeannette Bougrab, ministre française d'origine arabe

La secrétaire d'Etat à la Jeunesse, eannette Bougrab, le 18 octobre 2011 à Paris Alexander Klein AFP/Archives

Une ministre française d'origine arabe affirme samedi qu'il n'existe pas d'"islamisme modéré" et que des lois fondées sur la charia, la loi coranique, sont "nécessairement une restriction des droits et libertés".

La secrétaire d'Etat à la Jeunesse Jeannette Bougrab réagissait dans un entretien au journal Le Parisien aux succès électoraux des islamistes au Maroc, en Tunisie et en Egypte. Elle est elle-même d'origine algérienne, fille de harki, le nom donné aux supplétifs algériens de l'armée française pendant la guerre d'indépendance.

"C'est très inquiétant", a-t-elle déclaré. "Je ne connais pas d'islamisme modéré".

"Il n'y a pas de charia +light+. Je suis juriste et on peut faire toutes les interprétations théologiques, littérales ou fondamentales que l'on veut, mais le droit fondé sur la charia est nécessairement une restriction des libertés, notamment de la liberté de conscience", a-t-elle ajouté.

Interrogée sur le fait de savoir si le discours de la diplomatie française devrait être plus ferme face aux islamistes portés au pouvoir par les urnes, elle répond: "je ne suis pas ministre des Affaires étrangères. Je réagis en tant que citoyenne, en tant que femme française d'origine arabe".

Le chef de la diplomatie française Alain Juppé prône un dialogue avec les partis islamistes modérés, comme Ennahda en Tunisie ou le Parti Justice et Développement (PJD) au Maroc, à condition qu'ils ne franchissent pas certaines "lignes rouges", que sont le respect des élections, l'Etat de droit, les droits de l'homme et de la femme.

Les présidents tunisien et égyptien "Ben Ali ou Moubarak avaient agité le chiffon rouge des islamistes pour obtenir le soutien des pays occidentaux", poursuit Jeannette Bougrab.

"Mais il ne faudrait pas tomber dans l'excès inverse. Moi, je ne soutiendrai jamais un parti islamiste. Jamais. Au nom des femmes qui sont mortes, de toutes celles qui ont été tuées, notamment en Algérie ou en Iran, par exemple, parce qu'elles ne portaient pas le voile".

Jeannette Bougrab s'insurge aussi contre les Tunisiens de France qui ont voté à environ 30% pour Ennahda aux élections d'octobre. "Je trouve choquant que ceux qui ont les droits et les libertés ici aient donné leur voix à un parti religieux", déclare-t-elle.

"Je pense à ceux qui, dans leur pays, ont été arrêtés, torturés pour défendre leurs convictions. On leur a en quelque sorte volé la révolution", affirme-t-elle.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - L'Islam et Nos Frères Musulmans : Le Dialogue Islamo-Chrétien

Message par Her le Mer 7 Déc - 6:27

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/12/pas-de-démocratie-musulmane-sans-liberté-religieuse.html

01 décembre 2011

Pas de "démocratie musulmane" sans liberté religieuse

Extrait d'une tribune de Stéphane de Sallier Dupin, conseiller régional de Bretagne, dans Valeurs actuelles :

"La démocratie musulmane, comme il y a une démocratie chrétienne, est une idée popularisée par Alexandre Adler dans son ouvrage Rendez-vous avec l’Islam publié en 2005. À l’époque, M. Adler baptisait du nom de “démocratie musulmane” l’AKP au pouvoir en Turquie, en espérant que ce mouvement soit un exemple pour l’ensemble du monde musulman. Y sommes-nous ? [...]

Quels sont les critères à partir desquels il nous sera possible de juger l’évolution des pays d’islam vers une éventuelle “démocratie musulmane” ? Certes, les critères sociétaux serviront d’outils de mesure : l’égalité entre les hommes et les femmes, la question de la polygamie… Ils seront effectivement des marqueurs du chemin vers une “démocratie musulmane” ou vers un nouvel “islam politique”. [...] Mais il est un critère que nos élites se refusent à observer, comme s’il était un critère du passé, alors qu’il conditionne tout le reste. C’est la question de la liberté religieuse. En quoi consiste-t-elle ? c’est la liberté de pratiquer bien sûr, de construire des lieux de culte, de changer de religion, d’en adopter une ou de la rejeter, tout ce qui nous paraît naturel dans nos démocraties occidentales mais qui l’est manifestement moins dans les pays d’islam. Peut-il en effet y avoir une démocratie sans liberté religieuse ? [...] « Ce droit de l’homme, qui est en réalité le premier des droits, parce que, historiquement, il a été affirmé en premier et que, d’autre part, il a comme objet la dimension constitutive de l’homme, c’est-à-dire sa relation avec son Créateur, n’est-il pas trop souvent mis en discussion ou violé ? », rappelait le pape Benoît XVI lors de son discours au corps diplomatique, le lundi 10 janvier 2011.

Pourquoi nos dirigeants occidentaux et notamment français ne sont-ils pas clairs sur ce thème dans leurs propos ? Pourquoi ne disent-ils pas clairement que la liberté religieuse est pour nous un véritable marqueur de l’accès à la démocratie ? Pourquoi se refusent-ils à parler de réciprocité entre les pays où la liberté religieuse est garantie et ceux où elle ne l’est pas ? Pourquoi ne disent-ils pas, au regard de la situation turque, qu’il ne suffit pas d’avoir une Constitution laïque pour que la liberté religieuse soit garantie ? Pourquoi ne disent-ils pas que la destruction d’un lieu de culte contre l’avis de ses usagers, comme en Égypte, n’est pas tolérable ? Pourquoi n’affirment-ils pas qu’interdire les fonctions administratives ou électives sous prétexte de religion différente n’est pas digne d’une démocratie ? Pourquoi n’affirment-ils pas que diffuser la Bible dans le Maghreb ne saurait être ni un crime ni un délit ? [...]"

Posté le 1 décembre 2011 à 19h01 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - L'Islam et Nos Frères Musulmans : Le Dialogue Islamo-Chrétien

Message par Her le Mer 7 Déc - 11:33

http://www.la-croix.com/Religion/Urbi-Orbi/France/Les-autorites-musulmanes-francaises-en-desaccord-sur-la-date-du-jeune-d-Achoura-_NG_-2011-12-06-744233

Urbi & Orbi > France

6/12/11 - 16 H 01
Les autorités musulmanes françaises en désaccord sur la date du jeûne d’Achoura

« Achoura » (littéralement « dix » en arabe) est célébrée le dixième jour du mois sacré de mouharram, premier mois du calendrier musulman. Cette fête du calendrier islamique, mineure pour les sunnites mais qui revêt une importance majeure chez les chiites, est attendue avec ferveur par les musulmans les plus pratiquants.

En effet, selon la Sunna (la tradition), le prophète Mohammed est allé, en 622, à la rencontre des juifs de Médine qui lui auraient expliqué les raisons pour lesquelles ils jeûnent pour Yom Kippour, le jour de l’expiation.

« Un an plus tard, pour confirmer sa filiation spirituelle à la tradition de Moïse, il recommande aux musulmans de jeûner deux jours, les neuvième et dixième jours du mois de mouharram, pour éviter que ne soient confondues les fêtes musulmanes et juives », écrit Kamel Meziti dans Les fêtes de Dieu, Yahweh, Allah (Bayard, 2011). Selon un hadith, jeûner ces deux jours permet d’expier les péchés de l’année écoulée.

PAS DE DATE COMMUNE
Problème, cette année, les responsables musulmans français ne se sont pas accordés sur une date commune du calendrier grégorien.

En pratique, le mois de mouharram débute lorsque peut être observée à l’œil nu la nouvelle lune. « Une fois cette date fixée, il suffit ensuite de compter jusqu’à dix pour savoir quand a lieu l’Achoura », note le site Internet SaphirNews.

Or, si le 26 novembre, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a décrété le premier jour de mouharram, « nouvel an hégirien 1433 », et donc Achoura au lundi 5 décembre, la Grande mosquée de Paris, elle, a fixé sur son site Internet cette fête au « mardi 6 décembre 2011 ». En prenant soin toutefois de préciser en note « qu’un décalage d’une journée est possible ».

Résultat, « nombreux sont ceux qui ont préféré suivre – sous l’impulsion de muftis 2.0 – l’avis de l’Arabie saoudite, qui a déterminé le début de l’an 1433 au dimanche 27 novembre et l’Achoura au mardi 6 décembre, recommandant ainsi de jeûner lundi et mardi », déplore SaphirNews, en pointant « un déficit de communication des fédérations islamiques en France ».

TRIBUTAIRE DES CHOIX OPÉRÉS EN ARABIE SAOUDITE
Dans cette cacophonie, l’Union des organisations islamiques de France a voulu trancher dimanche 4 décembre en s’appuyant sur un avis du « Conseil européen de la Fatwa ». « Conformément aux données astronomiques universelles, la naissance de la nouvelle lune du mois de mouharram a eu lieu le 25 novembre 2011 à 6 h 10 GMT (soit 7 h 10 de Paris). Le premier jour de mouharram 1433 a donc eu lieu le samedi 26 novembre », a-t-elle assuré dans un communiqué.

Aux musulmans pieux, qui ont peut-être jeûné un jour trop tard ou un jour trop tôt, SaphirNews assure que « rien n’est perdu, l’action se valant avec l’intention ».

La journaliste Hanan Ben Rhouma conseille toutefois « aux instances musulmanes de France, au premier chef le CFCM, de réagir plus en amont auprès des croyants à l’occasion de chaque date importante du calendrier islamique afin de ne pas leur permettre d’être tributaires des choix opérés en Arabie Saoudite ou ailleurs dans le monde et éviter une lamentable cacophonie ».

A.-B. H.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Commentaire d'Hercule : Finalement, il est plus confortable, pour nous catholiques, d'avoir une autorité supérieure, le Pape, pour discerner, uniformiser et décider de la bonne conduite de l'Eglise.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - L'Islam et Nos Frères Musulmans : Le Dialogue Islamo-Chrétien

Message par Her le Sam 17 Déc - 8:40

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/12/-islam-en-france-les-fondamentalistes-gagnent-du-terrain-.html

Islam en France : "les fondamentalistes gagnent du terrain"
Posted: 16 Dec 2011 09:43 AM PST
Valeurs Actuelles a organisé un débat entre Xavier Lemoine, maire UMP de Montfermeil, et Abdelhak Eddouk, aumônier musulman sur le thème un islam laïc est-il possible ? Extraits des propos de Xavier Lemoine :

"(...) Il n’y a pas de hiérarchie cléricale dans l’islam, pas de magistère authentique unique. Et cela change tout ! Vous m’avez cité un verset. Soit, je vous crédite de la confiance que vous méritez, mais votre parole ne peut pas engager un autre musulman. Vous savez bien qu’un autre pourra se référer à d’autres versets, à d’autres sourates qui diront exactement le contraire de ce que vous affirmez et qui pourront justifier d’autres comportements. Et chacun peut, en conscience, s’affirmer bon musulman.

Il faudrait aussi que l’on puisse examiner sereinement si les ressorts fondamentaux de l’islam sont compatibles avec le droit positif français tel que la religion chrétienne l’a inspiré. Et l’on verra qu’il y a d’importantes différences sur bien des points. Les représentations de Dieu ne sont pas les mêmes dans la Bible et dans le Coran. Il en découle deux anthropologies, deux modes de vie, deux organisations sociales. La Bible dit que l’homme a été créé à l’image de Dieu, ce qui permet aux chrétiens de conclure à la dignité inaliénable de la personne humaine, notion étroitement liée à celle de sa liberté. Le Dieu du Coran, en revanche, n’a pas fait alliance avec l’humanité : le musulman n’a que les droits que Dieu veut bien lui consentir. Sa dignité lui vient non pas de sa nature mais de sa soumission à la volonté de Dieu et de son appartenance à la Oumma, la communauté des musulmans, qui codifie l’intégralité de sa vie. Ce qui pose la question de la laïcité et de la liberté religieuse…(...)

Le CFCM ne fonctionnera pas mieux tant qu’on n’aura pas résolu trois problèmes : la tutelle qu’exercent les pays étrangers sur les fédérations ; le contrôle des taxes perçues sur l’abattage rituel de la viande (les sommes sont considérables) ; et je crois, quand même, qu’il y a des divergences doctrinales importantes. Je suis allé au salon de l’Union des organisations islamiques de France, au Bourget, qui attire des dizaines de milliers de musulmans. Les hommes d’un côté, les femmes de l’autre… Ne me dites pas que ce n’est pas l’islam. Si cette vision de l’islam devait s’imposer en France, moi je dis : non !(...)"
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - L'Islam et Nos Frères Musulmans : Le Dialogue Islamo-Chrétien

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum