Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Les Signes des Temps - Recrudescence de la Pédophilie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Signes des Temps - Recrudescence de la Pédophilie

Message par Her le Mar 23 Aoû - 8:33

http://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2011/08/la-pedophilie-probleme-numero-un-pour.html

17 août, 2011
La pédophilie : « problème numéro un » pour les enfants stars de Hollywood

Enfin, les déclarations de l'acteur américain Corey Feldman, jadis enfant star puis acteur adolescent à Hollywood et toujours à l'affiche de films de série B, ont été répercutées par les gros médias « sérieux » – et plus précisément dans le programme Nightline de la chaïne ABC News. Cela fait quelque temps qu'il accuse Hollywood d'avoir un « grand secret » : la pédophilie omniprésente.

Lui-même a démarré sa carrière d'acteur de télévision à l'âge de 3 ans ; c'est à 14 ans qu'il a compris quel était le ressort de certaines promotions. Le casting canapé, comme il l'appelle, a cours à tous les niveaux, et même pour les acteurs les plus jeunes. « Je peux vous dire que le problème numéro un de Hollywood était, est et sera toujours la pédophilie «, a-t-il déclaré lors de l'émission.

Lui-même victime d'abus sexuels, dit-il, Corey Feldman explique :

« J'étais encerclé par ces hommes quand j'avais 14 ans. Encerclé. Littéralement. Je ne le savais même pas. Ce n'est que lorsque je fus assez grand pour comprendre ce qu'ils étaient et ce qu'ils voulaient, et ce qu'ils cherchaient à faire… Oh, mon Dieu, ils étaient partout, comme des vautours. »

Ces hommes-là avaient leur propre pouvoir ou des relations avec ceux qui exerçaient les plus grands pouvoir dans l'industrie du cinéma, assure l'acteur, pour qui tout cela a été possible en raison d'une culture du secret qui semble se perpétuer.

De fait ces choses se disent depuis un petit moment mais n'ont pu percer dans la grosse presse que par le biais des blogs de ragots « people », et sans provoquer l'indignation bruyante des médias.

LifeSite, qui répercute ces informations, a interrogé Bob Donohue de la Catholic League. Celui-ci observe :
Les mêmes gros médias qui assurent une hyper-couverture à propos d'un prêtre accusé de gestes « limites » comme d'embrasser une adolescente sur la tête, semblent encaisser avec aplomb les remarques récentes de Corey Feldman sur la prévalence de la pédophilie à Hollywood.
Les catholiques, en particulier, seraient ravis de savoir le pourquoi de cette réaction détachée à l'aveu de Feldman : est-ce parce que les journalistes ont depuis longtemps connaissance d'abus d'enfants répandus à Hollywood et respectent une règle non écrite qui les empêche d'en parler ? Si c'est le cas, leur réaction à l'affaire des prêtres mécréants apparaît décidément artificielle.

© leblogdejeannesmits.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Recrudescence de la Pédophilie

Message par Her le Mar 23 Aoû - 8:40

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/08/la-transparence-du-vatican.html

17 août 2011

La transparence du Vatican

Le Vatican a publié en ligne un ensemble de documents sur un prêtre pédophile américain, d'où il ressort qu'il n'était pas au courant des crimes de ce religieux, réduit ensuite à l'état laïc.

Quelle institution est capable d'en faire autant ?

Posté le 17 août 2011 à 17h38 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Recrudescence de la Pédophilie

Message par Her le Mar 23 Aoû - 9:38

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/08/une-conférence-pour-débattre-des-moyens-de-légaliser-la-pédophilie-.html

18 août 2011

Une conférence pour débattre des moyens de légaliser la pédophilie !

Lu ici (polonais) :

"Aujourd’hui à Baltimore s’ouvre une conférence, avec la participation de chercheurs venant de différents milieu universitaires Etats Uniens, qui se propose de débattre des moyens pouvant amener la légalisation de la pédophilie. Ces savants vont réfléchir sur les moyens de convaincre l’Association Américaine de Psychologie de la nécessité de retirer la pédophilie de la liste des troubles psychiques, tout comme cela fut fait pour l’homosexualité . L’organisateur de la conférence est un groupe de militants pédophiles de l’institution B4U-ACT. Elle regroupe des psychiatres qui contestent le fait que les penchants sexuels d’adultes pour des enfants relèvent d’un trouble psychique devant etre soigné. Participent à cette conférence un certain nombre de représentants du monde universitaire, notamment d’Harvard et de la Johns Hopkins University ainsi que d’écoles supérieures de Louisville et de l’Illinois. [...]

Le B4U-ACT classe la pédophilie comme une simple orientation sexuelle autre et condamne « la stigmatisation » dont elle est l’objet. « Nul ne décide de ses penchants sexuels pour les enfants. La cause en est inconnue. En réalité nul ne connaît non plus les causes des penchants sexuels pour les adultes » - assurent les militants de la légalisation de la pédophilie [C'est le même argument que celui employé par les homosexualistes, NDMJ]."

Posté le 18 août 2011 à 10h24 par Michel Janva

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Commentaire de Jésus : "Evangile selon Saint Matthieu Chapitre 18 : 1 - 10

"En ce moment-là, les disciples s'approchèrent de Jésus et dirent: " Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux? "
Alors ayant fait venir un enfant, il le plaça au milieu d'eux et dit: " Je vous le dis, en vérité, si vous ne changez et ne devenez comme les enfants, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux.
Celui donc qui se fera humble comme ce petit enfant est le plus grand dans le royaume des cieux.
Et celui qui reçoit en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qu'il reçoit.
Mais celui qui scandalisera un de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu'on lui suspende une meule à âne autour de cou et qu'on le précipite au fond de la mer.
Malheur au monde à cause des scandales! C'est une nécessité qu'il arrive des scandales; mais malheur à l'homme par qui le scandale arrive!
Si ta main ou ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le et jette-le loin de toi: il vaut mieux pour toi entrer dans la vie manchot ou boiteux, que d'être jeté, ayant deux mains ou deux pieds, dans le feu éternel.
Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; il vaut mieux pour toi entrer borgne dans la vie, que d'être jeté, ayant deux yeux, dans la géhenne du feu.
Prenez garde de mépriser aucun de ces petits, car je vous dis que leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est dans les cieux".
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Recrudescence de la Pédophilie

Message par Her le Mar 6 Sep - 22:13

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/09/abus-sexuels-le-saint-siège-répond-au-gouvernement-irlandais.html

03 septembre 2011

Abus sexuels : le Saint-Siège répond au gouvernement irlandais

Ce matin, Mgr. Ettore Balestrero, Sous-Secrétaire pour les rapports avec les Etats, a reçu Mme Helena Keleher, Chargé d'affaires de l'Ambassade d'Irlande, afin de lui remettre la Réponse du Saint-Siège au Gouvernement de Dublin sur le Rapport de la Commission d'enquête sur le diocèse de Cloyne. Voici un résumé de la réponse :

"Observations générales sur le Rapport Cloyne: Le Saint-Siège a examiné attentivement ce document, qui présente de graves erreurs dans la façon de traiter les accusations d'abus sexuels sur mineurs par le clergé diocésain. En premier lieu, le Saint-Siège tient à souligner sa répulsion pour les crimes commis dans ce diocèse, et regrette profondément les terribles souffrances que les victimes et leurs familles ont enduré au sein de l'Eglise, où de telles choses ne devraient jamais se produire. Le Saint-Siège est très préoccupé par les conclusions de la Commission quant aux graves lacunes du gouvernement ecclésial et par le traitement inadéquat des dénonciations d'abus. Il est particulièrement inquiétant de constater que ces erreurs se sont produites alors qu'évêques et supérieurs religieux s'étaient engagés à mettre en œuvre les directives élaborées par l'Eglise d'Irlande pour la protection des enfants. Ce malgré aussi les normes édictées par le Saint-Siège pour le traitement des cas d'abus sexuels. En tout cas, ces derniers temps, l'attitude de l'Eglise en Irlande face au problème de l'abus sexuel sur mineurs bénéficie d'une expérience efficace dans la prévention de la récurrence de tels crimes et la traitement des cas qui surviennent.[...]

Le Saint-Siège comprend et partage les sentiments profonds de colère et de frustration face aux conclusions du Rapport Cloyne, exprimés dans le discours que le Premier Ministre M.Enda Kenny a prononcé à la Chambre des députés le 20 juillet 2011. Ceci étant, le Saint-Siège émêt de sérieuses réserves sur certains aspects de cette intervention. En particulier, l'accusation non fondée que le Saint-Siège chercherait à contrecarrer une enquête dans une République souveraine et démocratique, il y a trois ans et non trois décennies. Par ailleurs, un porte-parole du Gouvernement de Dublin a déclaré que M.Kenny n'avait fait référence à aucun incident particulier. En fait, les accusations d'ingérence proférées contre le Saint-Siège sont contredites par ses nombreux rapports, qu'on utilise pour le critiquer. Salués pour leur enquête approfondie sur les cas d'abus sexuels, ces rapports ne fournissent pas la preuve que le Saint-Siège ait interféré dans les affaires intérieures irlandaises ou qu'il ait été impliqué en la matière dans la gestion ordinaire des diocèses d'Irlande ou de congrégations religieuses. On est par contre frappé que dans les informations complètes sur lesquelles s'appuient ces rapports il n'y ait aucune base pour de telles allégations. A cet égard, le Saint-Siège tient à préciser qu'en aucune façon il a entravé ou tenté d'interférer avec une enquête de les abus sexuels commis dans le diocèse de Cloyne. En outre, et en aucune circonstance, le Saint-Siège n'a tenté d'interférer dans le droit civil irlandais ou de gêner les autorités civiles dans l'exercice de leurs fonctions.

[...] Tout en rejetant les accusations, le Saint-Siège accueille dans un esprit d'humilité tous les commentaires et suggestions utiles et objectives avec détermination à combattre le crime hideux de l'abus sexuel commis sur mineurs. Le Saint-Siège tient à affirmer une fois encore que la profonde inquiétude et l'anxiété exprimées par les autorités irlandaises pour les citoyens irlandais en général et par les évêques, prêtres, religieux et laïcs au sujet des actes criminels et des péchés que sont ces crimes commis par des membres du clergé ou des religieux. Le Saint-Siège est également conscient de la colère, de la déception et du sentiment de trahison éprouvé en particulier par les victimes et les familles touchées par ces viles actions, et comment ils ont parfois été traités par les autorités ecclésiastiques. Et si le Saint-Siège tient à réitérer sa peine profonde pour ce qui est arrivé, il espère que les mesures introduites par l'Eglise ces dernières années, universellement comme en Irlande, seront plus efficace pour prévenir la répétition de tels actes et de contribuer à la guérison de ceux qui ont souffert d'abus, en rétablissant aussi la confiance et la collaboration entre les autorités de l'Eglise et l'Etat, ce qui est essentiel pour lutter efficacement contre le fléau de l'abus. Naturellement, le Saint-Siège est conscient que la situation provoquée par des épisodes douloureux ne peut être résolue rapidement ou facilement, et ce bien que beaucoup de progrès ont été accomplis, beaucoup reste à faire."

Posté le 3 septembre 2011 à 15h11 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Recrudescence de la Pédophilie

Message par Her le Mar 6 Sep - 22:17

http://www.zenit.org/index.php?l=french

Irlande : Synthèse de la réponse au Saint-Siège au « Rapport Cloyne »

Concernant les abus sexuels commis par des prêtres sur des mineurs

ROME, Dimanche 4 septembre 2011 (ZENIT.org) – Nous publions ci-dessous une traduction de la synthèse, publiée par la Salle de presse du Saint-Siège, de la réponse du Saint-Siège à Eamon Gilmore, Vice-Premier Ministre d’Irlande et Ministre des Affaires étrangères et du Commerce, concernant le Cloyne Report. Le texte intégral (disponible sur le site du Saint-Siège en anglais) de la réponse destinée au gouvernement irlandais a été remis le 3 septembre dernier par Mgr Ettore Balestrero, sous-secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les Etats, à Ms. Helena Keleher, Chargé d’Affaires, a.i. à l’ambassade d’Irlande près le Saint-Siège.

Le 14 juillet 2011, suite à la publication du Rapport de la Commission d’Enquête sur le diocèse de Cloyne, connu comme Cloyne Report, Eamon Gilmore, Vice-Premier Ministre d’Irlande et Ministre des Affaires étrangères et du Commerce, au cours d’une rencontre avec Mgr Giuseppe Leanza, Nonce apostolique en Irlande, a demandé au Saint-Siège, au nom du Gouvernement irlandais, d’intervenir concernant le Cloyne Report et les considérations formulées sur celui-ci de la part du gouvernement.

Observations générales concernant le Cloyne Report

Le Saint-Siège a examiné avec attention le Cloyne Report, rencontrant des erreurs graves et inquiétantes dans la manière d’affronter les accusations d’abus sexuels sur des enfants et des mineurs de la part de prêtres du diocèse de Cloyne.

Le Saint-Siège désire avant tout réaffirmer sa propre horreur envers les crimes d’abus sexuels perpétrés dans ce diocèse ; il est profondément affligé et a honte de ces terribles souffrances que les victimes et leurs familles ont dû supporter dans l’Eglise de Jésus-Christ, un lieu où cela ne doit jamais arriver. Par ailleurs, le Saint-Siège ne peut cacher sa grave préoccupation pour les conclusions de la Commission concernant les graves manquements dans le gouvernement du diocèse et le traitement inadapté des accusations d’abus. Il est particulièrement inquiétant que de tels manquements aient pu se produire alors que les évêques et les supérieurs religieux avaient pris l’engagement d’appliquer les lignes directrices développées par l’Eglise en Irlande pour garantir la protection des mineurs, et en dépit des normes et des procédures du Saint-Siège relatives aux cas d’abus sexuels. Néanmoins, l’approche adoptée par l’Eglise en Irlande ces derniers temps concernant le problème des abus sexuels sur mineurs bénéficie de l’expérience en cours et se trouve être toujours plus efficace pour prévenir la répétition de ces crimes et traiter les cas qui font leur apparition.

Questions soulevées par le Cloyne Report

Le texte de la réponse du Saint-Siège aborde dans le détail les différentes accusations portées contre lui, qui semblent être principalement fondées sur le compte-rendu et l’évaluation que le Cloyne Report a donnés de la lettre adressée aux évêques irlandais, le 31 janvier 1997, par Mgr Luciano Storero, alors nonce apostolique en Irlande. Cette lettre communiquait la réponse de la Congrégation pour le clergé au document Child Sexual Abuse: Framework for a Church Response (dorénavant, Document Cadre). La Commission d’enquête affirme que cette réponse a fourni un appui à ceux qui n’étaient pas d’accord avec la ligne officielle de l’Eglise et qu’elle a été de peu d’aide, particulièrement en ce qui concerne la dénonciation aux autorités civiles.

Le Saint-Siège désire affirmer ce qui suit en relation à la réponse de la Congrégation pour le clergé :

La Congrégation a décrit le Document Cadre comme un « document d’étude » sur la base des informations fournies par les évêques irlandais, qui ont décrit le texte non comme un document officiel de la Conférence épiscopale irlandaise, mais plutôt comme un « rapport » de la Commission consultative des évêques catholiques irlandais sur les abus sexuels sur mineurs par des prêtres et par des religieux. Ce rapport était alors recommandé « aux diocèses et aux congrégations religieuses comme document cadre pour affronter les problématiques relatives aux abus sexuels sur des mineurs ».

Les évêques irlandais n’ont jamais demandé la « recognitio » du Saint-Siège pour le Document Cadre que, selon le Can. 455 du Code de droit canonique, il aurait été nécessaire de demander uniquement s’ils entendaient faire en sorte que le document soit un décret général de la Conférence épiscopale, avec force d’obligation sur tous ses membres. Néanmoins, l’absence de « recognitio » en soi n’empêchait pas l’application des indications contenues dans le document, étant donné que chaque évêque pouvait l’adopter sans devoir en référer au Saint-Siège. Et cette application est ce qui est généralement arrivé en Irlande.

Les évêques irlandais ont consulté la Congrégation pour résoudre des difficultés relatives à certains contenus du Document Cadre. La Congrégation a conseillé les évêques afin d’assurer que les mesures qu’ils voulaient appliquer se révèlent efficaces et non problématiques d’un point de vue canonique. Pour cette raison, la Congrégation a attiré l’attention sur la nécessité que ces mesures fussent en harmonie avec les procédures canoniques pour éviter des conflits qui auraient pu générer des appels de résultats positifs dans les Tribunaux ecclésiastiques. La Congrégation n’a pas repoussé le Document Cadre. Elle a plutôt voulu assurer que les mesures contenues dans le Document Cadre ne fassent pas obstacle aux efforts des évêques pour appliquer des mesures disciplinaires contre ceux qui étaient coupables d’abus sexuels dans l’Eglise. En même temps, il est important de rappeler la décision du Saint-Siège de 1994 qui accordait une réglementation spéciale aux évêques des Etats-Unis pour le traitement des cas d’abus sexuels sur mineurs dans l’Eglise. Cette réglementation fut accordée aux évêques d’Irlande en 1996 pour les assister pour dépasser les difficultés qu’ils expérimentaient alors (Cf. Partie VI de la Réponse).

La nécessité de suivre le droit canonique pour assurer l’administration correcte de la justice dans l’Eglise n’empêchait en rien la coopération avec les autorités civiles. La Congrégation pour le clergé a exprimé des réserves concernant l’obligation de porter plainte ; mais elle n’a pas empêché les évêques irlandais de dénoncer aux autorités civiles des accusations d’abus sexuels sur mineurs, ni encouragé les évêques à ne pas observer la loi. A ce sujet, celui qui était alors préfet de la Congrégation, le cardinal Darío Castrillón Hoyos, lors de sa rencontre avec les évêques irlandais à Rosses Point, Comté de Sligo, en Irlande, le 12 novembre 1998, a formellement affirmé : « Je désire aussi dire avec une grande clarté que l’Eglise, spécialement à travers ses pasteurs (les Evêques), ne doit en aucune manière faire obstacle au chemin légitime de la justice civile quand celui-ci a été engagé par ceux qui en ont le droit, alors qu’en même temps l’Eglise doit continuer de fonctionner avec ses propres procédures canoniques, dans la vérité, dans la justice et dans la charité envers tous ». Il faut aussi noter qu’à cette époque, non seulement l’Eglise mais aussi l’Etat irlandais s’efforçaient d’améliorer la législation concernant les abus sexuels sur mineurs. A cette fin, le Gouvernement irlandais organisa en 1996 une large consultation sur l’obligation de porter plainte aux autorités civiles et, après avoir pris en considération les réserves exprimées par plusieurs groupes de professionnels et par des personnes de la société civile qui étaient largement en accord avec celles signalées par la Congrégation, il décida de ne pas introduire l’obligation de porter plainte au sein du système juridique irlandais. Etant donné que le Gouvernement irlandais d’alors a décidé de ne pas légiférer sur la matière, il est difficile de comprendre que la lettre de Mgr Storero aux évêques irlandais, qui a été écrite par la suite, ait pu être interprétée comme un instrument qui, en quelque sorte, renversait la loi irlandaise ou faisait obstacle à l’Etat irlandais dans ses efforts pour affronter le problème en question.

Questions soulevées par certains responsables politiques irlandais

Le Saint-Siège désire préciser ce qui suit en relation à certaines réactions de responsables politiques irlandais :

Le Saint-Siège comprend et partage les sentiments profonds de colère et de frustration manifestés publiquement face à ce qui est apparu avec le Cloyne Report et qui a trouvé son expression dans le discours de Enda Kenny, Premier Ministre (Taoiseach), tenu à la Chambre des Députés (Dáil Éireann) le 20 juillet 2011. Toutefois, le Saint-Siège nourrit des réserves significatives sur certains aspects du discours. En particulier, l’accusation selon laquelle le Siège apostolique a tenté « de faire obstacle à l’enquête dans une république souveraine et démocratique, il y a à peine trois ans, et non pas trente ans » est infondée. Du reste, un porte-parole du gouvernement, quand il a été interrogé à ce sujet, a clarifié que Enda Kenny ne se référait à aucun épisode spécifique.

Du reste, les accusations d’ingérence de la part du Saint-Siège sont démenties par de nombreux rapports qui sont aussi utilisés pour le critiquer. Ces rapports, loués pour leur investigation exhaustive des abus sexuels et de la manière dont cela est arrivé ne fournissent pas de preuve que le Saint-Siège ait interféré dans les affaires internes de l’Etat irlandais ou qu’il ait été impliqué dans la gestion ordinaire des diocèses irlandais ou des congrégations religieuses concernant les problèmes des abus sexuels. Ce qui surprend plutôt dans ces rapports et dans les nombreuses informations sur lesquelles ils sont fondés, c’est le manque de documentation qui supportent ces accusations.

A ce sujet, le Saint-Siège désire souligner qu’il n’a en aucune manière fait obstacle ou tenté d’interférer dans certaines des enquêtes sur les cas d’abus sexuels sur mineurs dans le diocèse de Cloyne. Par ailleurs, à aucun moment le Saint-Siège n’a cherché à interférer dans le droit irlandais ou d’entraver les autorités civiles dans l’exercice de leurs fonctions.

Le Saint-Siège désire aussi souligner que le texte du cardinal Joseph Ratzinger, rappelé par M. Kenny, est une citation traitée par le N. 39 de l’Instruction sur la vocation ecclésiale du théologien, publié par la Congrégation pour la doctrine de la foi le 24 mai 1990. Ce texte ne concerne pas la manière dont l’Eglise devrait se comporter au sein d’une société démocratique et a encore moins à voir avec des thématiques inhérentes à la protection de l’enfance, comme l’usage de la citation qu’en fait M. Kenny semblerait le soutenir, mais concerne le service du théologien à la communauté ecclésiale.

Durant sa rencontre avec le nonce apostolique, le Vice-Premier Ministre d’Irlande (Tánaiste) et Ministre des Affaires étrangères et du Commerce, Eamon Gilmore, a affirmé que « parmi les conclusions les plus inquiétantes du Cloyne Report, il y a celle selon laquelle les autorités vaticanes, en décrivant le Document Cadre adopté par la Conférence épiscopale comme un simple ‘document d’étude’, ont fait obstacle aux efforts de l’Eglise irlandaise dans le traitement des abus sexuels sur mineurs commis par le clergé ». Comme cela est précisé dans la Réponse du Saint-Siège, cette expression était fondée que les explications de sa nature fourniées par les évêques irlandais et sur le texte publié. Cela n’entendait en aucune manière disqualifier les sérieux efforts entrepris par les évêques irlandais pour affronter le fléau des abus sexuels sur mineurs.

Quant à la motion passée à la Chambre des députés (Dáil Éireann), le 20 juillet 2011, et au Sénat (Seanad Éireann), une semaine après, qui déplore « l’intervention du Vatican qui a contribué à faire obstacle au Document Cadre pour la protection de l’enfance et aux lignes directrices de l’Etat irlandais et des évêques irlandais », le Saint-Siège désire préciser qu’à aucun moment il ne s’est exprimé que la mesure de protection de l’enfance adoptée par l’Etat irlandais, et encore moins, n’a jamais cherché à lui faire obstacle. Le Saint-Siège observe qu’il n’y a aucune preuves citées dans le Cloyne Report qui permettent de conclure que son « intervention présumée » ait permis de faire obstacle à ces mesures. En ce qui concerne, ensuite, les lignes directrices établies par les évêques irlandais, la Réponse offre des clarifications suffisantes pour montrer qu’elles n’ont aucunement été affaiblies par aucune intervention du Saint-Siège.

Observations conclusives

Dans sa Réponse, le Saint-Siège offre une présentation de l’approche de l’Eglise pour la protection des mineurs, incluant la réglementation canonique qui lui est relative, et fait référence à la Lettre aux catholiques d’Irlande du Saint-Père Benoît XVI, publiée le 19 mars 2010, dans laquelle le souverain pontife indique que l’on attend des évêques irlandais qu’ils coopèrent avec les autorités civiles, qu’ils appliquent pleinement les normes du droit canonique et assurent une application pleine et impartiale des normes de l’Eglise en Irlande pour la protection des mineurs.

La publication du Cloyne Report marque une étape ultérieure dans le chemin long et difficile de contrôle de la vérité, de pénitence et de purification, de guérison et de renouvellement de l’Eglise en Irlande. Le Saint-Siège ne se considère pas étranger à ce processus mais le partage dans un esprit de solidarité et d’engagement.

Le Saint-Siège, tout en rejetant les accusations infondées, accueille dans un esprit d’humilité toutes les observations et suggestions objectives et utiles pour combattre avec détermination le terrible crime d’abus sexuel sur mineurs. Le Saint-Siège désire rappeler qu’il partage la préoccupation profonde et l’inquiétude exprimée par les autorités irlandaises, par les citoyens irlandais en général et par les évêques, prêtres, religieux et laïcs d’Irlande concernant les actes criminels et immoraux d’abus sexuels perpétrés par le clergé et par des religieux. Le Siège apostolique est aussi conscient de la colère compréhensible, de la déception et du sens de trahison expérimenté par ceux, particulièrement les victimes et leurs familles, qui ont été marqués par ces actes lâches et déplorables et par la manière dont ils ont parfois été affrontés par les autorités ecclésiastiques. C’est pourquoi le Saint-Siège désire réaffirmer sa douleur pour ce qui est arrivé. Il souhaite que les mesures que l’Eglise a introduites ces dernières années au niveau universel, tout comme en Irlande, se démontrent plus efficaces pour empêcher la répétition de tels actes et contribuent à la guérison de ceux qui ont souffert de ces abus, tout comme à rétablir la confiance réciproque et la collaboration entre les autorités ecclésiastiques et étatiques qui sont essentielles pour combattre efficacement le fléau des abus. Naturellement, le Saint-Siège sait bien que la situation douloureuse provoquée par les épisodes d’abus ne peut être résolue rapidement ou facilement et que, bien que beaucoup de progrès aient été accomplis, il reste encore beaucoup à faire.

Dès les premiers jours de l’Etat irlandais, et spécialement depuis l’établissement de relations diplomatiques en 1929, le Saint-Siège a toujours respecté la souveraineté de l’Irlande, a maintenu des relations cordiales et amicales avec le pays et ses autorités, a fréquemment exprimé son admiration pour l’extraordinaire contribution offerte par des hommes et des femmes irlandais à la mission de l’Eglise et à l’amélioration des conditions de vie des populations dans le monde entier ; par ailleurs, le Saint-Siège n’a pas manqué d’apporter son soutien à tous les efforts pour promouvoir la paix sur l’île durant les dernières décennies tourmentées. En accord avec cette attitude, le Saint-Siège désire réaffirmer son engagement à un dialogue constructif et à la coopération avec le gouvernement irlandais, naturellement sur la base du respect réciproque, afin que toutes les institutions, tant publiques que privées, religieuses et civiles, puissent coopérer pour assurer que l’Eglise, et la société en général, soient toujours un lieu sûr pour l’enfance et les jeunes.

Traduction : Zenit
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Recrudescence de la Pédophilie

Message par Her le Sam 1 Oct - 7:06

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/09/on-ne-peut-pas-effacer-lappartenance-à-son-histoire.html

On ne peut pas effacer l'appartenance à son histoire
Posted: 22 Sep 2011 10:43 PM PDT
Extrait du traditionnel jeu de questions/réponses entre les journalistes et le Pape dans l'avion qui l'emmenait en Allemagne :

"Sainteté, permettez-nous, pour commencer, une question très personnelle. Dans quelle mesure le pape Benoît XVI se sent-il encore allemand ? Et comment vous rendez-vous compte de l'influence, réelle ou décroissante, de votre origine allemande ?

Hölderlin disait : « La naissance est ce qu'il y a de plus décisif », et je ressens bien sûr aussi cela. Je suis né en Allemagne et mes racines ne peuvent et de doivent pas être coupées. J'ai reçu ma formation culturelle en Allemagne, l'allemand est ma langue et la langue est la manière dont l'esprit vit et agit, et toute ma formation culturelle s'est faite là-bas ! Quand je me consacre à la théologie, je le fais en partant de la forme intérieure que j'ai apprise dans les universités allemandes et je dois malheureusement admettre que je continue à lire plus de livres en allemand que dans les autres langues. Par conséquent, dans ma façon d'être, mon identité allemande est très forte. On ne peut pas et on ne doit pas effacer l'appartenance à son histoire avec sa grandeur et ses faiblesses. Mais pour un chrétien, il faut ajouter quelque chose ; par le baptême, il naît de nouveau, il naît dans un peuple nouveau composé de tous les peuples, un peuple qui comprend tous les peuples et toutes les cultures et auquel il appartient vraiment désormais, sans pour autant perdre son origine naturelle. Quand on assume en plus une grande responsabilité, comme c'est mon cas, puisque j'ai la responsabilité suprême dans ce nouveau peuple, il est évident que l'on s'identifie toujours davantage à ce peuple. La racine devient un arbre qui s'étend dans différentes directions et le sentiment d'appartenir à cette grande communauté de l'Eglise catholique, d'un peuple composé de tous les peuples, devient de plus en plus vif et profond, façonne toute l'existence sans qu'il y ait pour autant un renoncement au passé. Je dirais donc que l'origine demeure, que l'identité culturelle demeure et bien sûr aussi l'amour particulier et la responsabilité particulière, mais inséré et amplifié dans une appartenance plus grande, dans la « civitas Dei » comme dirait saint Augustin, dans le peuple de tous les peuples dans lequel nous sommes tous frères et sœurs.

Saint-Père, ces dernières années il y a eu dans l'Eglise en Allemagne une augmentation des départs de fidèles, notamment à cause des abus commis sur des mineurs par des membres du clergé. Quel est votre sentiment à propos de ce phénomène ? Et que diriez-vous à ceux qui veulent quitter l'Eglise ?

Il faut distinguer avant tout la motivation spécifique de ceux qui se sentent scandalisés par les crimes révélés ces derniers temps. Je peux comprendre qu'à la lumière de ces informations, surtout s'il s'agit de personnes proches, on puisse dire : « Cette Eglise n'est plus la mienne. L'Eglise était pour moi une force de l'humanisation et de la moralisation. Si les représentants de l'Eglise font le contraire, je ne peux plus vivre avec cette Eglise ». Il s'agit là d'une situation spécifique. Généralement, les motivations sont multiples dans le contexte de la sécularisation de notre société. En général, ces départs sont le dernier pas d'une longue chaîne d'éloignement de l'Eglise. Dans ce contexte, il me semble important de se demander, de réfléchir : « Pourquoi suis-je dans l'Eglise ? Suis-jedans l'Eglise comme dans une association sportive, comme dans une association culturelle, etc. où je trouve mes intérêts et s'ils ne trouvent plus d'écho, je m'en vais, ou être dans l'Eglise est une chose plus profonde ? ». Je dirais qu'il est important de reconnaître qu'être dans l'Eglise ne signifie pas faire partie d'une association mais être dans le filet du Seigneur qui pêche de bons et de mauvais poissons des eaux de la mort aux terres de la vie. Il se peut que dans ce filet je me trouve justement à côté des mauvais poissons et je que je le sente, mais le fait est que je ne suis là ni pour les uns ni pour les autres, mais parce que c'est le filet du Seigneur, qui n'a rien à voir avec toutes les associations humaines, un filet qui touche le fondement de mon être. En parlant avec ces personnes je crois qu'il faut aller au fond de la question : qu'est-ce que l'Eglise ? Qu'est-ce que la diversité ? Pourquoi suis-je dans l'Eglise même s'il y a des scandales et des aspects de l'humanité terribles ? Et ainsi reprendre conscience de la spécificité d'être Eglise du peuple de tous les peuples, qui est peuple de Dieu, et ainsi apprendre à supporter aussi les scandales et oeuvrer contre ces scandales en étant justement dans ce grand filet du Seigneur."
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Recrudescence de la Pédophilie

Message par Her le Lun 5 Déc - 22:05

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/11/benoît-xvi-sur-la-pédophilie-que-les-critères-appliqués-à-leglise-le-soient-à-toutes-les-autres-inst.html

26 novembre 2011

Benoît XVI sur la pédophilie : que les critères appliqués à l'Eglise le soient à toutes les autres institutions

Le Saint Père a été clair aujourd'hui en recevant des évêques américains en visite ad limina :

"Il est juste que l'on applique à l'Eglise des critères très exigeants sur ce point, mais ces mêmes critères devraient s'appliquer aussi aux autres institutions, sans exception (...)

J'espère que les efforts consciencieux de l'Eglise pour faire face à cette réalité vont aider la communauté en général à mieux cerner les causes, la fréquence et les conséquences des violences sexuelles, et à lutter de façon plus efficace contre ce fléau qui affecte la société à tous ses niveaux".

Posté le 26 novembre 2011 à 16h11 par Lahire
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Recrudescence de la Pédophilie

Message par Her le Mer 14 Déc - 22:45

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/12/scandale-sexuels-au-sein-de-la-communauté-juive-de-brooklyn.html

14 décembre 2011

Scandales sexuels au sein de la communauté juive de Brooklyn

Vous n'en avez pas entendu parler dans la presse française (il semble que -seul- le journal 20 Minutes en a parlé - la presse italienne est plus prolixe) et pour cause : elle ne concerne pas l'Eglise catholique ! C’est pourtant une affaire criminelle de grande ampleur qui secoue actuellement la communauté juive orthodoxe de Brooklyn. La police new yorkaise enquête sur des abus sexuels subis par au moins 117 enfants. 85 personnes ont déjà été arrêtées pour répondre de ces faits graves de pédophilie. 14 accusés ont déjà reçu des condamnations entre 10 et 20 ans de prison pour des crimes sexuels.

L’enquête, débutée il y a trois ans, se poursuit dans des conditions très difficiles, les nombreuses victimes ayant les plus grandes difficultés à se faire entendre, au sein d’une communauté très fermée qui refuse généralement de collaborer avec l’extérieur. (via)

Posté le 14 décembre 2011 à 10h41 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Recrudescence de la Pédophilie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum