Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Sam 15 Jan - 16:55

– LIBEREZ SOPHIE –

Elle est traitée comme une criminelle par un juge ( ?) en France.
Elle n’est plus libre de venir en Pologne dans son pays, où elle doit s’occuper de la fondation qu’elle crée en faveur des orphelins et des personnes âgées isolées.

Quel est son crime ?

Est-ce d’avoir sauver la vie d’un enfant, de l’avoir sauvé, in-extremis, de l’avortement ?
Ou bien est-ce l’erreur commise par l’officier d’état civil sur son certificat de naissance ?

Certainement pas puisque sur le conseil du chef de la gendarmerie, Sophie, sans avoir reçu de convocation, est allée donner toutes les explications et les preuves de ce qu’elle avançait au juge.

Pour quel crime peut-il donc l’assigner à résidence depuis 7 mois ? Combien de temps encore sera-t-elle prisonnière ?
Est-ce une action criminelle que d’avoir exprimé devant un juge malveillant au comportement grossier, sa douleur d’avoir vu sa mère mourir prématurément en exil et son indignation pour le manque d’humanité de la justice française à cette occasion. Sa petite fille Monika n’avait pas pu la revoir ni avoir de ses nouvelles malgré toutes les démarches faites.

Qui est-elle donc, qu’a-t-elle fait ? Sophie et sa mère adoptive de cœur Andrée RC se sont-elles mises hors la loi pour avoir sans quémander les subsides de l’Etat - et en toute légalité associative - adopté des orphelins, accueilli des malheureux, hébergé, consolé, secouru en France et à l’étranger en vivres et en vêtements par voitures et camions entiers depuis de nombreuses années, ne ménageant ni leurs temps, ni leur peine malgré leurs graves problèmes de santé.
Sont-elles vraiment hors la loi ?

Pourquoi le juge ignorant les si nombreux témoignages de tant de ces enfants et le magnifique curriculum vitae s’acharne-t-il sur deux femmes malades ? (Andrée RC et déjà morte, victime de sa persécution).

Quelles sont ses sources de renseignement ?

- Un père indigne qui depuis quinze ans poursuit sa fille devant les tribunaux - son cas a fait jurisprudence. Il lui est interdit tout contact avec ses petits enfants (qui sont de grands amis de Sophie) tant il a été reconnu néfaste pour eux ?

- Ou bien est-ce le livre odieux écrit par un mythomane pervers, condamné comme tel et comme faussaire ?

Le juge ne peut ignorer qu’il fut recueilli il y a huit ans, par Sophie et Andrée, avec sa femme et ses cinq enfants, pendant six mois ! Logés dans le meilleur appartement, jouissant de la chaude intimité de la famille, cet homme ne s’est pas vanté d’être en fuite, recherché par la police pour escroquerie et perversion, mais par sa façon de, il a su gagner la confiance d’Andrée RC.

Fort malade ainsi que Sophie à cette époque, elle lui confia le secrétariat de sa petite association. Au bout de trois mois il fut retrouvé à l’occasion d’un contrôle routier et incarcéré. Pendant ce temps, son cinquième enfant est né, et sa famille fut particulièrement choyée, jusqu'à sa sortie de prison - mais lui annonça alors qu’il se vengerait avec menace de mort - prétendant avoir été dénoncé par celui qui l’avait le plus aidé.

C’est ainsi qu’avec la complicité du père indigne, il a publié - pièce à conviction pour le juge - qui n’est qu’un tissu de calomnies toutes plus grossières et fantaisistes les unes que les autres :

Il se prétend victime et menacé par une secte qui le poursuivrait depuis des années, mais en fait, depuis des années, les deux compères, forts des renseignements recueillis par l’ex « secrétaire-faussaire » de l’association dénonçaient calomnieusement auprès des administrations, de la police, du fisc, et dès la parution du livre, ils ont utilisés les médias toujours avides de scandales, et le juge de mieux en mieux informé a pris toutes les mesures d’urgence pour détruire cette « secte dangereuse » et il a effectivement détruit la plus belle maison, la plus belle famille qu’il n’était pas même capable d’imaginer.
Il a diligenté une perquisition sauvage de plus de vingt policiers, avec chiens et maître chien, saccagé pendant toute une journée la belle ordonnance de cette maison jusqu'à fracturer les meubles et ont emporté des morceaux de documents.

La plainte qui s’en est suivi - avec appui du maire - a été rejetée « sans fondement » par la procureur.
En même temps, le même juge a enlevé Monika, la fille aînée de Sophie, adoptée depuis 10 ans et handicapée, pour la faire placer par la DASS, au secret, dans une famille d’accueil dont le père a abusé d’elle sexuellement (autre plainte rejetée par le procureur « sans preuves suffisantes »).
L’amie médecin qui depuis plusieurs années participait à la vie de la famille est mise sous tutelle pour « délire chronique » et elle est qualifiée de « débile » par le juge. Des experts psychiatres et psychologues consultés en Pologne avec un traducteur assermenté l’ont trouvé exempte de toute maladie mentale et d’un excellent quotient.

Andrée RC ayant compris à temps le danger encouru, avait mis le bébé à l’abri et en pleine évolution de son cancer, a rejoint Sophie en Pologne où elle était, comme chaque année, allée passer quelques temps, selon qu’elle l’avait d’ailleurs annoncé.

Voici que maintenant, pour Sophie, le juge demande une expertise psychiatrique espérant ainsi lui faire perdre ses droits civiques, la priver définitivement de sa liberté, de ses enfants et de la jouissance de ses biens (sans doute très convoités dans son département).
Heureusement le choix du psychiatre n’a pas été laissé au juge et elle a échappé à ce piège.

Que l’on sache enfin pourquoi Sophie est toujours prisonnière en France !
Quel est son crime ? Sur quelles fabuleuses calomnies lancées par des repris de justice, des médias irresponsables, un père dont le comportement mériterait, lui, un examen psychiatrique.

Sur quelles « preuves » le juge s’autorise-t-il encore à assigner Sophie à résidence ?
A-t-il lancé des perquisitions aussi sauvagement efficaces à travers la France pour découvrir les filières pornographiques, la prostitution et la drogue dans les écoles de son département ?
Sophie avait renoncé à y scolariser Olivier tant les scandales étaient connus.
Le juge seul semblait l’ignorer, comme il veut ignorer l’abus sexuel dont fut victime Monika dans la famille où il l’a fait placer.

Libérez Sophie !... avant qu’il ne soit trop tard !
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Sam 15 Jan - 16:56

L’amour assassiné par la secte de la franc-maçonnerie.
Lettre ouverte au Juge Molé de Bourges

Bien que médecin, entièrement consacrée à sauver la vie humaine, je ne souhaite pas, Monsieur le juge, que vous soyez épargné dans la catastrophe imminente qui menace actuellement le monde.

Depuis des décennies, vous avez fermé les yeux, refusé les enquêtes, classé les dossiers par lâcheté ou complicité avec les puissants. Enquêtes et instructions qui auraient démasqué et démantelé les organisations terroristes qui fleurissent en France.
Par contre, vous n’avez ménagé aucun moyen : intimidation, harcèlement, assignation à résidence, privation de biens... vous dilapidez l’argent de l’Etat en enquêtes administratives et policières, longues et coûteuses, en écoutes téléphoniques injustifiées, pour démanteler une famille honnête, une famille adoptive de cœur, la famille de la Sauldre qui, elle, ne présente, évidemment, aucun danger pour la population !...

Sous un prétexte fallacieux de « combattre les sectes », vous avez pris la place des terroristes en faisant souffrir des innocents qui paient de leur vie votre ignominie...
La monstrueuse machination que vous avez favorisée de votre bienveillance, coûte une mort affreuse à des millions de personnes.

Le temps que vous avez perdu à exterminer la famille de Madame Andrée Renoncé-Chazaux aurait dû être utilisé pour la sécurité de notre Patrie.
Madame Andrée Renoncé-Chazaux et Sophie, elles, n’ont pas perdu un seul moment de leurs vies toutes dévouées au service de la France.

Son (leur) héroïsme devra être reconnu bientôt, et que Justice et Vérité leur soient rendues !

Que chacun puisse en effet juger !
Voyez qui attaque Madame Andrée Renoncé-Chazaux et Sophie !

Comme au temps lointain de la sorcellerie, où tant de personnes périrent, sur la simple dénonciation de personnes envieuses et grossières qui tuaient sans pitié les animaux pour leur plaisir, le premier dénonciateur, Stéphane de Keyser, n’a t-il pas été condamné à la prison pour sévices sur les animaux domestiques ?
Le deuxième dénonciateur est un homme faux, connu des tribunaux pour son acharnement haineux contre sa propre fille et son gendre, pour sa demande d’un droit de visite sur ses petits-enfants dont il est finalement toujours débouté. Il a imaginé et fabriqué la pseudo-secte, créé la rumeur, l’a amplifiée et propagée pendant des années.
Ils ont enfin déclenché les médias et, comme au temps de la sorcellerie, M6 a mis au pilori les victimes innocentes et, par un montage des plus pervers, déchaîné la vindicte populaire contre elles. Et, comme au temps de la sorcellerie, il s’est trouvé des gens d’Eglise et de bons apôtres pour les accabler de leurs calomnies, sans preuves et par dépit. Qu’ont donc fait ces femmes, dont une est déjà décédée ?

Elles ont ouvert leur cœur et leur maison, selon leur habitude, à une famille en détresse, celle de leur dénonciateur. Rien n’était trop beau ni assez confortable pour celle-ci.
Madame Andrée Renoncé-Chazaux a prêté son propre appartement pendant 5 mois, se contentant pour elle-même, en hiver, d’une chambre sans eau chaude. (Il fallait voir courir les enfants vers elle qui toujours leur apportait des friandises).

Cet homme pervers qui ne vivait que d’escroqueries n’en a tiré que jalousie. Sa mythomanie s’est donnée libre cours : se disant héritier d’un château, c’est alors qu’aidé d’un grand-père indigne, il a conçu un plan machiavélique : adroit faussaire (condamné comme tel), il a tenté de gagner de l’argent en publiant un livre aussi médiocre que mensonger sur la maison qui l’avait hébergé avec tant de générosité « La Sauldre ».
Et c’est ainsi que, pendant des années, les deux complices ont créé la rumeur, rassemblé de soi disant preuves, fabriqué des faux, corrompu, dénoncé, et, 6 ans après, fait exploser leur bombe « anti-secte » sur cette famille pleine d’amour, sur cette maison fleurie, accueillante à chaque misère.

À ce moment, Madame Andrée Renoncé-Chazaux et Sophie étaient très malades : Sophie victime d’un traitement iatrogène et gravement atteinte, Madame Andrée Renoncé-Chazaux qui était devenue cancéreuse par la peine, le stress et la fatigue causées par la maladie de sa fille. Son cancer traité avec beaucoup d’efficacité était en rémission, mais très menaçant, lui permettant toutefois une activité importante toute de dévouement.

Il existait entre elle et sa fille un immense amour, un partage parfait. Elle répétait souvent « Pour que ma fille guérisse, je partirais n’importe où, pieds nus s’il le fallait et un seul sac, pour que je sois avec ma petite reine ».
Tendre, chaleureuse, noble, jamais intéressée, se souciant seulement de survivre pour aider les autres. Les pays étrangers connaissent sa générosité. Ainsi était Madame Andrée Renoncé-Chazaux.

Quelle honte pour la France et les Français qui gardent le silence ou même criblent de coups de lance les plaies de Sophie. (Sa maman, au moment de son empoisonnement, tirait son pauvre corps bleu de souffrance pour tous les drogués du monde).
Pauvre monde ! De plus en plus de calomniateurs... jusqu’aux Evêques qui l’accablaient pendant qu’elle convertissait et distribuait ses vêtements aux pauvres. Ce monde qui se déchaînait contre elle, alors que sa mère, malade, exténuée, fuyait en exil, atrocement calomniée par la haine des médias.

Elle, Madame Andrée Renoncé-Chazaux, priait pour la France. Elle, qui pendant la guerre avait risqué sa vie pour sauver tant de prisonniers évadés. Cette grande Dame française qui aurait dû, déjà très malade et chancelante, se justifier devant les jeunes infatués et grossiers délégués par les « anti-sectes ». Elle, la grandiose, comme sa fille aimait à l’appeler et nous aussi.

Français, tout près de vous, vous avez une famille assassinée par la rumeur répandue par un psychopathe sans pitié qui s’attaque aux faibles et aux animaux.
Il s’agit d’une famille exemplaire chrétienne victime d’un montage de M6. L’imagination est très puissante. La Réalité est que la France représentée par le Juge Christian Molé, le procureur et tous leurs acolytes (police, administrations, médias, gendarmerie) se sont ligués contre deux femmes affaiblies alors que la terre brûle. L’injustice est évidente. Tout est basé sur les dénonciations d’un malade mental jaloux, pervers, et, d’un homme aigri et méchant mis en échec par la justice.

Des films pris sur le vif pendant dix ans authentifient mes dires (si quelqu’un désire la voir, une cassette peut être demandée à Sophie : « La vie en famille à la Sauldre et la mort de Madame Chazaux »).

Il faut que cette lettre retienne l’attention des théologiens, des véritables moralistes catholiques.

Il faut que la France rende hommage à Madame Andrée Renoncé-Chazaux, qu’elle soit réhabilitée aux yeux du monde, que sa dépouille soit ramenée en France à Saint Denis où elle a si longtemps œuvré pour la France et pour sa mission divine, qu’elle y soit inhumée avec les honneurs.

Madame Andrée Renoncé-Chazaux, assassinée par la mafia terroriste, des « anti-sectes » et de leurs complices repris de justice, pour la juger et la livrer aux médias, est morte en exil.

Qui va réagir avant qu’il ne soit trop tard ? Et vous, gens du Cher, qui avez gardé le silence… Que de lâcheté là-bas !

Nous voulons organiser la défense de Sophie.

Que ceux qui ne connaissent ni elle-même ni sa mère, leur amour, leur sensibilité et leur histoire tragique, regardent le film de leur vie.

L’amour assassiné par la secte de la franc-maçonnerie.

Docteur Catherine Breuilh


Dernière édition par Hercule le Mar 6 Déc - 8:54, édité 2 fois
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Sam 15 Jan - 16:57

À propos de la liberté religieuse et du respect pour la pratique des gens


Nouvelles de la famille

Ma Mère et moi-même

avons passé tant d'années à soulager
tout ce que les infirmités humaines ont de plus repoussant
et je meurs victime de la perversité de quelques hommes
mais je pardonne à tous ceux qui ont amené ma mort
et celle de ma Maman chérie.

La profession tranquille de la foi catholique
est un crime aux yeux des défenseurs
de la république française une et indivisible.
Quiconque s'y tient n'est plus digne pour eux de soigner,
d'aimer les malades et mérite même la mort.

Ce qui perdit maman devant les hommes
- à cause du coup monté de M6 et autres malfrats,
la glorifia devant Dieu.

On n'attaque pas une femme qui souffre de son cancer,
qui ne quitte plus son lit, qui a chaque jour de la fièvre.

C'est un double crime.

16/01/2002

À la suite d'une indiscrétion, de nombreuses personnes ont entendu dire que Sophie a été élevée par la Sainte Vierge, et ceux qui l'ont approchée ont eu suffisamment de signes extraordinaires.
Comment celle que le Ciel a choisie peut-elle mériter tant de commérages?
On traite mal le Ciel quand on pense qu'il choisit mal ses enfants. Celle qui obtient tant de grâces de guérison. Celle qui prophétise et dont les prophéties se réalisent. Celle dont le sang des Stigmates a été jugé surnaturel par les experts.
Les 19 heures de tournage de M6 ont abouti à quelques minutes d'émission truquée où l'arbre de Noël n'a pas été montré. Où la chaude et joyeuse ambiance d'une famille catholique a été occultée et travestie. Où l’on a mis sur les lèvres de Sophie des paroles d'une autre personne. Où le cancer de Madame Chazaux a été mis en doute par ceux qui le provoquaient. Où l’on a tenté de défigurer définitivement leur face en plaquant sur elles un masque de monstres de fausseté.
On croit davantage à ce que les médias diffusent sur les écrans ou publient dans la presse qu'aux signes donnés par le Ciel. On n'a pas encore compris que ceux qui attaquent les enfants de Marie sont gravement punis.
16/02/2006
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Sam 29 Jan - 17:31

Comment on a fabriqué la secte
et comment Andrée Renoncé Chazaux fut victime de sa bonté

En 1982, André RENONCÉ-CHAZAUX fonde avec le Chanoine Alsacien Charles HAABY l’Association Alsacienne ‘’TOURNESOL’’, pour venir en aide à des personnes ou familles en détresse. Pour réaliser ce projet, elle acquiert en société avec sa fille Sophie, l’Association et des amis, une grande propriété. Pendant des années elle gère merveilleusement cette maison de famille qui vit comme une ruche et les activités de l’Association.

*

En 1990, Andrée RENONCÉ-CHAZAUX était alors installée à La Sauldre dans le Cher. Un ami lui présenta une famille nombreuse en grande difficulté. Le père au chômage, la mère maladive, épuisée par de trop nombreuses grossesses, mais surtout très perturbée par les procès successifs intentés par les grands-parents maternels : leur comportement abusif et inacceptable leur avait fait refuser le droit de visite à leurs petits-enfants.
Le grand-père dénigrait le père auprès de ses employeurs ; n’allait-il pas jusqu’à poursuivre en justice son gendre et sa fille quand ils changeaient d’adresse pour échapper à ses harcèlements. C’est ainsi qu’il fut débouté devant plusieurs juridictions.
Andrée aurait aimé que les problèmes judiciaires de cette famille soient terminés, mais les enfants n’y étaient pour rien. Elle accepta donc d’en pendre deux à La Sauldre et en reçut plusieurs autres en vacances. (Elle avait déjà à la maison deux enfants d’une famille en détresse scolarisés dans les environs).

*

Un peu plus tard, elle-même et sa fille Sophie étant alors très malades : début du cancer du sein chez l’une et empoisonnement pharmaceutique chez l’autre, Andrée RENONCÉ-CHAZAUX fut sollicitée par une autre famille se disant dans une situation dramatique : sans ressources, logés dans une caravane qui prenait l’eau et avec un quatrième enfant à naître. Dans l’état de santé des deux femmes et malgré bien des réticences, cette famille fut accueillie au détriment du confort d’Andrée.
Mère et fille étaient toutes deux épuisées. Le père, beau parleur, très intelligent, proposa son aide. Comme il était totalement inefficace pour les tâches matérielles, on lui confia le secrétariat de l’Association Tournesol. Il profita de la confiance d’Andrée pour copier et garder avec lui tous les documents : fichiers, comptes-rendus d’assemblées, sans compter les correspondances privées et les carnets d’adresses personnels.
Quelques semaines après son arrivée, il fut arrêté et mis en prison. C’est alors que l’on sut qu’il était en fuite, recherché pour de multiples méfaits. Il avait été retrouvé grâce à un contrôle routier.

Il décida en prison de tenter la fortune en écrivant un livre sur « la secte » dont il aurait été la victime. Il aurait mis plus de 10 ans à en sortir. Cette secte était représentée par chaque membre de la famille et par ceux de l’Association confondus à dessein sous le titre unique d’ ‘’Association Tournesol’’.

*
…/…

D’où et quand a-t-il connu le grand-père procédurier ? Il est certain que la science perverse du mythomane et la hargne du perpétuel éconduit se conjuguèrent.

Le grand-père, en faisant passer pour une secte la famille amie de ses enfants, obtiendrait la garde des petits-enfants ôtés à leurs parents sectaires.
Devant le dernier juge d’enfants il exposa son plan. Confronté alors avec son gendre et sa fille et explosant de colère, il annonça qu’il avait financé le livre.
Ce livre, co-écrit avec un journaliste peu scrupuleux, narrait toutes les affabulations du mythomane, caricaturant de la façon la plus odieuse Andrée RENONCÉ-CHAZAUX, tout son entourage et son œuvre.
Avant que le livre parût, pendant 3 ans, ils répandirent ‘’la Rumeur’’, semant le doute auprès des administrations et des gens du pays. Le dossier de l’instruction en témoigne.

*

Il ne restait plus qu’à médiatiser.
Ce fut un coup de maître facile pour celui qui avait volé documents familiaux et archives associatives. Il a employé son talent de beau-parleur et convaincu un directeur de chaîne avide d’audimat ; le sujet était porteur : Dévoiler une secte.
Très facile aussi de s’introduire auprès de personnes pieuses, honnêtes, malades, en désarroi. Le mythomane organisa un parfait scénario avec la jeune et talentueuse journaliste de la chaîne :
Peu après la sortie du livre, cette personne téléphona à Andrée RENONCÉ-CHAZAUX alitée. Elle lui dit son indignation à la lecture de pareilles infamies. Elle tenait à défendre la famille d’Andrée et l’Association Tournesol et elle insista avec émotion.
- Pourquoi ? demanda Andrée très étonnée.
- Parce que je sais qui vous êtes. Il y a plusieurs années ma grand-mère que j’aimais tant m’a fait lire le livre de votre fille « Le Cœur qui Saigne ». Elle le tenait du Père Mandra. Ce livre m’a profondément touchée. Je ne permettrai pas que l’on salisse votre famille de si abominable façon.
Le Père Mandra, saint prêtre aveugle, mort un an auparavant, avait été un grand ami ; Il avait souvent correspondu avec Andrée et Sophie, il avait aidé l’Association.
Chère Andrée, elle était trop honnête et bonne pour imaginer un montage aussi odieux. Elle ouvrit toute grande sa maison à ses assassins.
Une moisson de 19 heures de tournage. Un découpage à l’infini pour 20 minutes d’un reportage truqué, tendancieux, malveillant : Madame CHAZAUX « aurait un cancer » osa même dire la journaliste. A la fin de l’émission plus que lourdement insinuatrice, 4 millions de téléspectateurs étaient invités à juger : « Etait-ce une secte » ?
Il était alors du devoir de l’UNADFI (Association anti-secte financée par le budget de la Nation) d’attaquer au tribunal.
Le soi-disant cancer flamba et Andrée RENONCÉ-CHAZAUX, fuyant la France, mourut six mois après, en exil.

*

Au bout du long procès qui s’ensuivit, l’énorme dossier de l’instruction révéla le montage machiavélique du complot.
Seulement le non-lieu, lui, ne fut pas médiatisé et ‘’la Rumeur’’ continue de planer sur cette famille en deuil et ruinée.

25.09.2010


Dernière édition par Hercule le Dim 16 Oct - 14:47, édité 1 fois
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Sam 29 Jan - 17:36

- ENCORE ! -

L'éminent Docteur parisien Madame Catherine Breuilh, pendant 45 ans de vie professionnelle irréprochable, s'est dévouée pour ses patients jusque dans sa vie privée. Elle ne ménageait jamais son temps pour écouter ses malades, qu'ils soient de situation modeste ou non, elle était là pour eux jusqu'à deux heures du matin, elle ne faisait pas payer les plus pauvres. Elle a été le médecin de l'élite de la France, et de plusieurs personnalités de notre temps mondialement connues pour leur valeur morale. Elle a toujours cherché les thérapeutiques les plus efficaces et fait progresser l'étiologie, encourageant la création de laboratoires. Elle a obtenu de grands résultats par sa formation et ses qualités de Psychologue.

Elle a toujours lutté contre l'avortement. Elle a su persuader bien des mères en détresse de garder leurs enfants. Elle les a aidées jusqu'à ce qu'elles puissent se réjouir d'avoir pris la bonne décision grâce à elle. Certaines sont maintenant d'heureuses grand-mères.

Au moment de prendre sa retraite, elle a connu deux femmes, une mère de famille et sa mère adoptive, exceptionnelles par leur dévouement et leur action en faveur des orphelins, des vieillards, des pays en guerre ou pauvres, et pour le droit des enfants à la vie. Elle s'est prise d'affection pour elles. Cette mère de famille était déjà gravement malade depuis plusieurs années suite à un empoisonnement par "erreur médicale."

La mère de famille avait décidé, héroïquement dans son état de santé, de prendre pour sien un enfant, - il s'agissait d'un enfant de son sang - , contre promesse de la maman qu'il ne serait pas avorté. La maman, qui vivait sous son toit depuis 20 ans, exigeait alors que son nom ne paraisse jamais et d'accoucher sous le nom de celle chez qui elle habitait. Pour que cela puisse se réaliser, elles viennent trouver le Docteur leur amie et lui confient leur souci.

Pas de temps à perdre, confrontée à une situation d'extrême urgence, pour sauver cet enfant, le Docteur prend en toute hâte la décision de les aider. Pour que le projet de ses amies puisse se réaliser, forte de sa conviction profonde et de sa lutte contre l'avortement, le Docteur Breuilh a proposé dans l'urgence de prendre chez elle la maman jusqu'à l’accouchement.
La maman biologique a tenu sa promesse de mener l'enfant à terme. Au moment de l'accouchement en clinique, le Docteur Breuilh les a aidées pour ce noble subterfuge en se servant de sa profession. À la naissance, le Docteur Breuilh a déclaré à la mairie l'enfant sous le nom de la mère de famille grâce à qui il a vu le jour. La mère de famille a ainsi tenu sa promesse de prendre pour sien l'enfant sauvé quoi qu'il advienne.
Quand l'enfant s'est trouvé là, par la suite le papa l'a reconnu et la mère biologique, reconnaissante envers la mère de famille courageuse, a volontiers reconnu les faits. Les deux parents ont confié l'enfant à celle sans qui il ne serait pas né.

7 ans de torture, 7 ans de combat.
La rumeur cruelle des médias, à commencer par M6, montrées du doigt comme criminelles à des millions de téléspectateurs. Et d'abord la mort de la mère adoptive et d'un proche parent de la mère de famille à cause de cette campagne. Des personnalités à l'étranger se sont indignées depuis le début de cette barbare inquisition française.
Les faux témoignages, les dénonciations calomnieuses venant même de personnes de leur propre famille, l'acharnement d'un juge indigne du Tribunal de Bourges, les perquisitions coup de poing pour terroriser, l'exil, puis la garde à vue en voiture blindée, la torture au tribunal, une enfant handicapée arrachée à la famille pour être confiée à un pédophile.
Depuis sept ans, la mère de famille courageuse affaiblie et subissant un double deuil, la mère biologique montrée du doigt et le Docteur Breuilh qui les a aidées, sont poursuivies et harcelées par le Tribunal de Bourges, contrôle judiciaire avec pointage, harcèlement des administrations, harcèlement fiscal etc.

Depuis sept ans l'enfant est privé de papiers d'état-civil et de ses droits naturels, la mère de famille qui l'élève privée d'allocations familiales pour tous ses enfants. Il a fallu que la Pologne, scandalisée de ce qui se passe en France intervienne pour l'état-civil de l'enfant sauvé.

Si elle avait pratiqué des avortements, le Docteur Breuilh serait louée par les autorités. Pour avoir sauvé une vie innocente, elle est sous tutelle depuis sept ans, car cet esprit supérieur est capable de témoigner et de faire savoir. Et la plus grosse partie de sa retraite gagnée en sauvant des vies lui est refusée pour le cas où elle s'en servirait pour se défendre.
Elle a 80 ans, le dos courbé par son inlassable dévouement auprès de ses proches persécutés, par le harcèlement constant qu'elle endure avec eux, fatiguée de souffrir, de faire des démarches, de payer des honoraires .

A 80 ans et dans son état, le Docteur Breuilh est convoquée le 14 décembre, à plus de 500 kilomètres de son domicile, traînée en correctionnelle par le Tribunal de Bourges pour une condamnation définitive.
« - Encore ! »

Ses proches n'ont pas eu la grossièreté de voir cela sans mot dire ni rien faire.
Ses amis qui honorent sa valeur ne supportent pas l'outrage fait à une telle personnalité et à son grand âge.

Le Tribunal de Bourges est sur les pages jaunes et blanches de l'annuaire téléphonique.
Hommes et femmes de cœur, qui maintenant savez, dites aux magistrats ce que vous en pensez.
Presse, journalistes qui avez encore un peu de dignité, cet article est pour vous.

« - Si le Docteur Breuilh est incriminée, c'est qu'il y a une raison.
- En effet, en France trop souvent, les magistrats couvrent des criminels et poursuivent des modèles de vertus civiques justement parce qu'ils ont ces qualités. Voilà la raison. »

Le dos cassé de Catherine Breuilh vous supplie : Faites quelque chose !

Les Amis du Docteur Madame Catherine Breuilh

25 novembre 2005
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Sam 29 Jan - 17:41

Madame le Docteur Catherine BREUILH
Pourquoi et comment –a-t-elle été mise sous tutelle ?

Abréviations : Madame le Docteur Catherine Breuilh : MDCB
Tribunal d'Instance: T.I. ; de Grande Instance :T.G.I.
Portrait du Docteur Breuilh.

D'une famille qui a donné à la France des militaires, des savants et des artistes, des hommes d'honneur.

Plus de 40 ans passés à soulager les souffrances et les misères humaines. Sans distinction de race, de religion, ni de catégorie sociale.
Médecin seule à son cabinet, jour et nuit, elle faisait coucher ses patients s'il venaient de loin, ne faisait pas payer pauvres ni ecclésiastiques.

Immense psychologue.
Formée auprès des plus grands psychologues de notre époque : Delay, Baruk, Widdlocha, Mr et Mme Dolto...; initiée aux méthodes : Vittoz, Schultz, jungienne, Dienal, test de M. Lücher, D. Vannier, Le Senne, psychiatrie orthomoléculaire, etc.
Sa méthode à elle consistait en une longue écoute maternelle, elle que beaucoup appelait "maman-Cathy", compatissante, perspicace, et aidant les personnes à se reconstruire par elles-mêmes.
Oui, grâce à elle, nombre de femmes désespérées ont eu le courage de mettre au monde des enfants non désirés, et l'en ont remerciée.

Oui, les méthodes douces ont progressé grâce à son action à long terme auprès des chercheurs et des confrères.
Étiologue à l'affût de toutes les découvertes médicales pouvant soulager ou guérir, et, après expérimentation judicieuse, démasquant les charlatans, encourageant les laboratoires et les inventeurs.
Elle a soigné des grands de ce monde comme Mitterrand, des personnalités de grande valeur, dont plusieurs connues pour leur intégrité : un conseiller à la cour des comptes et la famille du juge Montgolfier par exemple.
Les générations de familles qui l'ont eue pour médecin en ont été plus que satisfaites.

Mère de famille méritante, elle trouve le temps d'élever, seule, ses trois enfants, de leur donner bonne éducation et excellente situation. Celui de ses enfants qui l'attaque maintenant lui doit d'être devenu chirurgien et directeur de clinique.

En 1993, au moment de sa fin de carrière médicale, elle renonce à une retraite égoïste ; elle choisi de s’occuper des déshérités en se liant d'amitié avec Mme Chazaux et sa fille Sophie, avec qui elle décide de vivre, pour partager avec elles leur amour des pauvres et des orphelins.

I Pour mieux vous protéger.

Octobre 1998 Le livre de calomnies de Stéphane de Keyser et Renaud Marhic reprend les calomnies de R.Marhic sur les méthodes douces considérées en elles-mêmes comme pratique sectaire et attaque ainsi les pratiques familiales où le Docteur Breuilh était influente.

14 février 1999 - émission à scandale de M6, préparant publiquement la mise sous tutelle.

Visage non-grisé, le lieu indiqué.
Un dialogue est truqué pour présenter Mme Breuilh comme escroquée par la famille de ses amis, Mme Chazaux et sa fille Sophie (on a coupé la phrase du début et remplacée par une autre de la journaliste, Agnès Molia, pour inverser le sens de la séquence).

Séquence où Madame Breuilh témoigne de phénomènes mystiques, elle est traitée par la journaliste de "pseudo-scientifique" de manière à ce que le public, dubitatif, ait une mauvaise impression sur elle : folie mystique ou crédulité excessive.

Pierre Mouton est invité à témoigner contre sa mère. L'écran est refusé à son frère André qui garde le respect de sa mère, et défend l'honneur de sa famille en contestant les propos mensonger de son frère, parce qu'il a compris le traquenard.
Pierre prétend avoir la charge de s'occuper de la maison familiale. Or MDCB. avait une part en indivision avec son propre frère, propriétaire, qui a vendu sa part en viager à André, car ni Pierre ni sa soeur Thérèse n'en avaient pris aucune part. À la mort du propriétaire, MDCB. et son fils André en avaient chacun une part en indivision. Mais la journaliste prétend que MDCB. a vendu la maison de famille, alors que c'est son fils André, qui y habitait, qui a dû la vendre.

Pierre prétend que sa mère se coupe de ses enfants alors que c'est le contraire, et que lui-même l’ignore depuis plusieurs années, sans contact et sans même l’informer de la naissance de ses petits-enfants.

Mme Breuilh est en fait accusée de dilapider le patrimoine familial en dépossédant ses enfants au profit d'escrocs. Il faut comprendre que Pierre et Thérèse nés d’un second mariage n’ont rien à voir avec la maison dont dispose André.
Les arguments sont préparés, les personnes sont pressenties, pour un complot parricide pour discréditer le Docteur Breuilh, la mettre sous tutelle et la déposséder de sa liberté et d’une retraite paisible et confortable bien méritée.


Dec1998 Unadfi "situations de dépendance"

19 Mai 1999 Plainte unadfi
Il semble que l'Association et ou les personnes physiques la composant aient obtenu d'une pensionnaire habituelle demeurant à La Sauldre l'obtention de sommes indues, profitant de sa particulière vulnérabilité, de son âge.
L'Association n'a de cesse d'obtenir de MDCB. qui a depuis rompu avec sa famille, la remise de sommes indues et de valeurs, toutes sommes ayant permis notamment l'achat de biens immobiliers d'importance.

25 Mai "pour la tutelle"

de Bourges à paris fuite de documents vers les dénonciateurs et autres et consignes venues du tribunal de Bourges

D236 intérêt des personnes lésées MDCB. et des personnes coupées de leur milieu de vie et de leur dignité. à inverser


Convoc Thérèse demanderessse avant convoc. MDCB.

Certif antidaté p/r à la convoc.
D415 rapport Bogoratz du 21-07-1999 sur examen du 09-07 15 p.
D416 H.p. Ste Anne je vous adresse mon rapport

07-06-1999 TI Paris 14ème Ordonnance d'ouverture d'office de procédure de protection et placement sous sauvegarde de justice. Sur dénonciation et documents, Marianne Azoulay Dahan, Juge des tutelles désigne Docteur René Salinger René P.14ème expert unique ( arrivée chez Dr Salinger le 08-06)
procédure 9901230 cab. 1
(avis du 07-06-1999 posté le 10, reçu le 12)

11-06-1999 désignation de mandataire spécial TERPPA à huis clos
MDCB "n'étant pas en mesure d'administrer ses biens du fait de son état de santé ou de son incurie"(or, ici cas non prévu, celui de la future loi : victime d'"abus de faiblesse") "percevoir seul pensions et traitements, les appliquer" pour elle, recevoir son courrier, faire seul fonctionner ses comptes
(Posté le 16 présenté le 18, retiré le 22)

-débarquement de la terppa au cabinet

23-06-1999 Recours contre décision d'ouverture devant le TGI Paris, (connu le 22 par ce courrier, 15 jours de délai, posté le 23, arrivé le 25 ) "parfaite santé, jouit de toutes ses facultés de discernement" "atteinte aux droits de l'homme"

28-06 audition de Thérèse Mouton par Juge TI 14
28-06-1999 Salinger désigné demande à MDCB confirmation d'accord pour RDV mission d'expertise

Certif antidaté p/r à la convoc.

Entretien Salinger –Thérèse Mouton demanderessse avant convoc. MDCB les papillons et autres pièces à lui remis par Thérèse, venant d' Azoulay ?

Convocation Thérèse par Salinger (version Thérèse)
"À la demande de Thérèse avec l'aval et l'accord du Dr Pierre Mouton" (rapport Salinger)
"climat de subjugation et d'emprise… sous l'influence de Sophie et Andrée( non citées) et de l'Association Tournesol"(rapport Salinger)
version Thérèse de l'amitié entre MDCB Andrée et Sophie "Sophie faisait l'objet de poursuites"
"délire collectif généralisé" (donc Thérèse repentie)
"mystère", "mise en scène mystico-religieuse" "véritable escroquerie"
"irruption de l'Association Tournesol qui a pris en charge Andrée et Sophie!" (anachronisme pour tournesol dont Catherine fera la connaissance en 1994. Andrée créatrice et non bénéficiaire. Sophie n'est plus bénéficiaire de la boîte à lettres)
oct .1998 "sous l'emprise de l "Association Tournesol"(terminologie S.DK. M6) "en proie à un véritable délire mystique"
elle affirme avoir quitté le domicile de sa mère à cause de Sophie 1/ c'est faux, elle était partie avant pendant un an. 2/ à quel âge est-elle partie, puis revenue?quelle a
07-07-1999 incursion 2 membres de la Terppa à l'appartement en absence de MDCB.
09-07-1999 Selon le code de déontologie
D415k Examen Salinger devant témoin Dr Doncieux (membre du Conseil du Morbihan) (expédié aux parties le 21-07, arrivé le 23-07 au TI Paris 14) (R.S.expert devant TGI et cour d'appel de Paris)
"à la demande de MDCB" (version Salinger) ( refus vaut reconnaissance de folie, acceptation idem)
"cabinet de médecine générale-homéopathie"
MDCB
"deux domiciles" Mouton Duvernet et La Sauldre (juridiquement impossible)
"refuse de donner le détail de ses comptes" (il n'est pas comptable)
Il a des informations précises sur l'état de son appartement.(qu'il tient donc de la Terppa qui a cherché à influencer l'expert)
Il a un dossier concernant ou non MDCB :
- Il a et donne les anciens statuts de tournesol
- Il a et donne un document privé de 1994 qu'il estime être un document judiciaire de droit social la concernant.
- Il a et donne une lettre de Sophie de 1989.

"elle garde toute sa confiance en ces deux personnes"Andrée et Sophie.(L'amitié est une folie. La commune appartenance à un groupe maçonnique est-il le seul rapport psychologiquement équilibré ?)
"Une psychopathologie particulière" (dans la mesure où elle ne figure sur aune liste de psychopathologies)
"une structure maniaco-dépressive persistante" héritée "vraisemblablement" par génétique inverse de son fils André (puisque il n'y a pas de maniaco-dépressifs dans ses antécédents, très particulier en effet!)
"délire mystique symptomatique d'une psychose délirante chronique" (prouvé par le fait qu'elle estime être saine d'esprit). (Il va de soi que les phénomènes mystiques sont a priori des délires pour Thérèse, Pierre et René.)
"toujours passée inaperçue" (parce qu'il s'agit d'un faux témoignage d'un Docteur, faux témoignage "masqué par son statut professionnel"

1/"Mesure de protection juridique URGENTE" (= parce que le procès de Bourges est en cours pour qu'elle ne puisse témoigner.)
2/"Devra être une mesure de tutelle". (= parce qu'elle est extrêmement capable)
3/"IL N'EST PAS SOUHAITABLE QUE CETTE AUDITION SE FASSE EN PRÉSENCE D'UNE PERSONNE PARTICULIÈRE"(=sans témoin contre nous)
4/"indispensable...traitement médicamenteux et psychothérapique adapté à son cas avec un médecin spécialisé"(: voir halopéridol, goulag etc. )

Il revendique une mise en dépendance cohercitive de MDCB par son propre groupe d'amitiés particulières, au profit de sa secte.
Pourquoi cet arsenal, réponse
1/p.13 du rapport "Elle a dit-elle reçu "la mission" de s'occuper d'elle (de Sophie) à cause du cancer d'Andrée, la maman de Sophie, pour l'aider (et bientôt la remplacer)
2/ Parce qu'elle est vice présidente de TSL pendant grave maladie de la présidente "alors je suis le gourou de la secte?…"

1/Quel droit a R.Salinger à détenir des documents associatifs et de la vie privée de Sophie et de Catherine ? Viol de vie privée.
2/Comment les a-t-il obtenus ? Recel.
3/ il colporte des mensonges, calomnies malveillantes de proches de MDCB et les transporte en lieu public.
3/L'expertise :
-exige qu'il ne soit pas prévenu ni informé préalablement par les demandeurs publics (Juge Molé) ni privés (Thérèse et Pierre)
- Selon le code de déontologie l'examen médical doit être fait par 2 médecins en même temps
- Il menace MDCB si elle ne répond pas à certaines questions.
Expertise invalide de plein droit.
Le compte-rendu est daté du 07-07.

09-07-1999 Compte-rendu Dr Anne Doncieux (fax reçu le 22) demande autorisation de divulguer au président du conseil de l'ordre

D414 Bourges demande rapport médical à TI Paris 14ième

10-07-1999 Recours (daté du 07) MDCB( N°14176)devant Conseil de l'Ordre Paris ( + double au Conseil National) pour RDV injustifié.
19-07-1999 Rejet par secret. Gen .Dr Hervé Boissin pour absence du diagnostic Salinger en p.j.(reçu le 21))

17-07-1999 Recours (le 1er daté du 07-07 étant revenu par défaut d'adresse) devant le Conseil National (+ double au Conseil de Paris revenu par défaut d'adresse) ( daté du 07-07, reçu le 20 )
22-07-1999 .Refus du président Dr Bernard Glorion (et Mme F. Darmon) pour non désignation de médecin expert contesté, or Dr Salinger était désigné dans le post-scriptum.
Après le 27-08-1999 : 2ème Recours devant ce conseil de Paris : dénonce irrégularités de l'entretien Salinger, le documents que lui a remis Thérèse.

MDCB est restée au chevet d'Andrée qui meurt le 27-08 en Pologne, épuisée, ayant considérablement maigri, elle doit se défendre en justice.

30-08-1999 convocation du TGI de Paris, 1ère chambre, pour le 28-11-1999, pour son recours (dossier 99 144, bureau 320))

Convocation au TI pour le 11 10(manque)
Le 02-10 demande report
15-10-1999 convocation du juge TI Paris 14ème pour le 22-11-1999 (reçue le 23-11)
09-11-1999 ordonnance désignant Dr Bogoratz pour deuxième expertise Azoulay Dahan et greffier O.Ohayon
D 416 k
Impossible le recours en cassation l'avis du jugement délivré par la Terppa deux mois après

2 examen en Pologne
Tous les tests OK Q.I. supérieur à Einstein
3 examen en France.

On ne peut violer la loi qu'on vient de faire


Dernière édition par Hercule le Dim 16 Oct - 14:48, édité 1 fois
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Sam 29 Jan - 17:44

Courrier à un confrère :

Il m'est nécessaire d'avoir votre réponse : acceptez-vous de continuer vos investigations concernant mon état mental ?

Je cours sur mes 82 ans. Je n'ai pas de temps à perdre pour récupérer tant soit peu d'autonomie. Vous pouvez m'y aider puissamment.

Je comprends votre embarras devant les énormes dossiers que vous avez eu à parcourir.
L'accusation de sectaire est tombée; celle de fausse déclaration à l'état-civil est réprimée :3000 euros avec sursis et il n'y a aucune chance que je récidive.

Reste le diagnostic de délire chronique : Suis-je ou non délirante en restant fidèle à une amitié ? En choisissant mon entourage ?

Deux de mes enfants ont préféré me voir sous tutelle et maintenant veulent m'aider à choisir la maison de retraite où je finirai mes jours; à condition que je quitte la famille où je suis actuellement très bien entourée.

Mon fils aîné est prêt à m'accueillir jusqu'à la fin de mes jours si la famille où je suis maintenant ne pouvait plus me garder (personne ne sait qui vit qui meurt).
Or ce fils qui vous a exposé son point de vue est bipolaire (comme il vous l'a précisé) mais son hérédité n'est pas la même que celle de mes deux autres enfants. Son père à lui a manifesté une grande fragilité psychologique toute sa vie, avec des moments d'interruption de travail. Rien de tel dans mes propres antécédents familiaux tant paternels que maternels.

Je vous aurais consulté en privé si cela avait été possible. Je sais par expérience (50 ans de métier) le temps qu'il faut passer pour certains patients sans que la rémunération soit en rapport.
Si vous ne voulez ou ne pouvez pas m'aider, je serai bien obligée de le comprendre. Seulement je ne peux pas attendre plus : le temps joue contre moi, vous le savez.
Si vous renoncez à m'aider, j'aimerais seulement pouvoir faire état de l'examen que m'a fait subir le Docteur DYAN pour me présenter devant le Juge.

J'aurai, pour m'aider, un examen fait en Pologne : deux psychiatres m'ont interrogée ensemble pendant plus d'une heure. Un psychologue m'a fait passer les mêmes tests que le Docteur Dyan avec un Rorchach en plus. D'après leur conclusion, je ne présente aucun trouble mental mais un excellent profil.

Je comprends parfaitement combien cela peut vous être difficile d'aller contre le diagnostic de deux confrères parisiens qui se sont déjà difficilement mis d'accord sur le diagnostic de bipolarité et s'en sortent par un "délire chronique".
Ils avaient les mêmes documents juridiques que vous et il s'agissait de me mettre sous tutelle. Ils ont fait ce qu'ils ont pu pour cela.
Une heure d'interrogatoire chacun où il apparaît que je ne maîtrisais pas bien ma comptabilité. Effectivement, cela aurait été du temps perdu pour moi et je la faisais faire par ma secrétaire et un expert-comptable.

Des années ont passé sans que je me préoccupe de reprendre ma liberté. J'ai dû faire face à des urgences plus graves.
C'est la récente expérience de dépendance, faite à la suite d'un accident, qui m'a enfin décidée à demander une mainlevée en m'appuyant sur une nouvelle expertise, d'où ma demande auprès de vous.

Vous n'avez aucune obligation envers moi.
Je vous remercie de m'avoir déjà reçue et pour le temps passé pour moi.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Sam 29 Jan - 17:46

Catherine Breuilh, le
9, Route d'Azun
65400 GAILLAGOS

P.J. : expertise
à Docteur P. Guillaumot
Pavillon Edelweiss
Centre Hospitalier des Pyrénées
29, Avenue du Maréchal Leclerc
64000 PAU

Je vous remercie pour votre lettre recommandée du 14 Juillet que j'ai reçue le 28 Août ! Savoir que vous l'avez signée le 14 Juillet m'a réconfortée car j'étais étonnée et très désolée de n'avoir pas reçu de réponse de votre part depuis si longtemps (la période des vacances explique sans doute ce retard).

Je vous joins la traduction de l'expertise faite en Pologne où j'ai dû passer plus d'un an aux moments les plus difficiles que j'ai traversés. Je vais essayer de contacter la psychologue qui m'a examinée et de vous faire envoyer la traduction de son expertise si elle l'a encore…

En vous remerciant de tout le travail que je vous donne et pour lequel j'aimerais vous honorer.

P.S. Je n'avais évidemment pas mandaté Mr Barbié pour vous appeler au téléphone. Il n'y a bien bien-sûr aucune menace vous concernant Je n'ai pas apprécié son intervention et le lui ai fait savoir. Je vous prie de l'excuser. C'est un excellent homme mais un ami trop "Saint-Bernard".
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Sam 29 Jan - 17:49

Docteur Catherine BREUILH
9 route d'Azun
65400 GAILLAGOS

à

Docteur GUILLAUMOT


Gaillagos, le 28 juin 2009


Monsieur et Cher Confrère,

Comme vous me l'aviez proposé, je vous prie de bien vouloir m'adresser les conclusions du bilan cognitif que le Docteur Dyan m'a fait passer à votre demande le 1er février 2007.

En vous en remerciant à l'avance, veuillez croire, Monsieur et Cher Confrère, en l'expression de mon meilleur souvenir.

Docteur Catherine BREUILH
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Sam 29 Jan - 17:52

Le Docteur Breuilh raconte

Je connais depuis cinq ans une famille exemplaire qui m'a accueillie comme une soeur alors que j'étais malade et très éprouvée.

Dans leur belle maison j'ai pu admirer avec quel amour les enfants et les anciens étaient entourés par Andrée et Sophie pourtant très malades elles-mêmes :

Sophie sous l'effet depuis des années d'un véritable empoisonnement, fruit d'erreurs médicales graves et condamnée à être souvent couchée en proie à de violentes douleurs. Ancienne sportive de haut niveau (ski, natation, voltige à cheval) elle doit sans cesse lutter pour garder l'équilibre.

Andrée est atteinte d'un cancer évoluant depuis six ans et qui est actuellement métastasé. J'ai pu admirer comment elles savaient accueillir : pour chacun, amis, connaissances ou nécessiteux elles avaient toujours un présent, toujours le plus beau ou le plus utile : gâteries, nourriture, vêtements, argent, sans oublier les fleurs du jardin ! Que de gens ai-je vu repartir après un passage ou un séjour réconfortés, heureux, transformés !

Andrée avait fondé, il y a plus de quinze ans une association pour venir en aide aux orphelins. Tout son dernier été à la Sauldre elle a trié des vêtements collectés, rempli des cartons, étiqueté, listé en vue du camion qui partirait pour les orphelinats de Pologne. Bien que souvent épuisée, elle semblait portée par cette activité ; son état de santé étonnait les cancérologues...

C'est alors qu'en octobre 98 un livre infect paraît qui sans les nommer concerne à l'évidence Sophie et Andrée et toute la famille. L'auteur prétendant être la victime de la « secte ». La fabulation est totale, salissant chaque personne de la façon la plus basse. L'auteur du livre est un homme de triste mémoire : S. R. que six ans auparavant Andrée et Sophie avaient recueilli avec ses quatre enfants, sa femme enceinte et un jeune garçon. Il se disait dans une situation désespérée. Andrée lui avait laissé son appartement pour ne plus loger que dans une seule pièce, et pendant six mois ils avaient profité de tout le confort de la maison, sans contrepartie, et reçu de multiples cadeaux de vêtements souvent choisis parmi les meilleurs que Sophie portait.

Intelligent et beau parleur il avait abusé de la confiance d'Andrée qui l'avait fait nommer secrétaire de l'association, ce qui lui permit hélas de connaître tout le fichier. Il fut vite démis de ce poste car la police vint le chercher au bout de trois mois pour le mettre en prison (il ne s'était pas vanté d'être en « cavale » recherché pour une faillite frauduleuse. Le cinquième enfant est né, toute la famille a pris en charge les autres enfants.

Sortant de prison et persuadé d'avoir été dénoncé par un membre de la famille, il a crié qu'il se vengerait et il a proféré des menaces de mort devant témoins. Il est parti en laissant les lieux prêtés dans un état indescriptible. Depuis, plus de nouvelles, parti se faire secourir par d'autres familles, escroquant et mentant partout, familles traitées dans son livre de façon aussi infâme, soit disant filiales de la « secte » alors qu'aucune relation n'existait entre elles et Andrée et Sophie. Il s'est d'ailleurs vanté à une personne qui s'indignait des mensonges dont son livre est rempli « je sais, mais j'ai besoin de fric ».

Ce pauvre petit faussaire condamné à un an de prison pour « délit de sévices graves envers des animaux domestiques ou apprivoisés » (traitement un peu spéciaux) et falsification de chèques. Il n'aurait pas pu publier sans l'appui et les finances d'un « Délit ». Cet homme, heureusement assez unique en son genre, « chevalier de Notre Dame » honorable confrérie, devant de ce fait être pieux et preux, poursuit sa fille de sa haine, depuis toujours peut-être, en tout cas depuis son mariage, lui faisant procès sur procès. « Détruisant ses amis selon ses propres menaces. Ecoeurée par sa méchanceté sa fille a rompu toute relation. Le droit de visite qu'il réclame depuis près de dix ans auprès des juges d'enfants ne lui est toujours pas accordé. Le malheur a voulu qu'il rencontre S. R. La confiance et la chaude intimité d'Andrée et de Sophie, leur profil exceptionnel fournissaient tous les ingrédients permettant de donner vraisemblance aux calomnies les plus basses et de fabriquer une secte. La Sauldre étant ainsi étiquetée il pourrait lui, chevalier de Notre Dame demander à sauvegarder ses petits enfants qui y venaient souvent avec leurs parents. Andrée et Sophie très choquées par une telle abjection, ne sachant que faire ont reçu d'une journaliste de M6 la proposition très chaleureuse de la défendre, se recommandant d'un prêtre mort, très aimé de Sophie et par lequel elle aurait connu les oeuvres de Sophie. Malgré leurs premières réticences Sophie et Andrée crurent à la promesse verbale que, selon la coutume rien ne serait diffusé sans leur accord « on leur montrerait tout le reportage, leur censure serait respectée, les visages grisés »... Rendez-vous fut pris et c'est donc en grande confiance que M6 est venu pendant trois jours prendre dix neuf heures d'images et d'interview. En janvier la crèche et l'arbre de Noël étaient encore là. Ce fut une fête d'accueil, les enfants ont chanté, les deux cameramen et la journaliste ont été royalement reçus comme les « sauveurs ». Mais aussitôt après, au téléphone, le ton de la journaliste a changé : « Vous m'avez menti, S. R. est à plaindre avec tous ses enfants, ne risque-t-il pas de se suicider ? » Ou bien « Il a des documents accablants contre vous » (on n'a jamais entendu parler que d'un document falsifié. )

Enfin un jour, sans que Sophie et Andrée en aient été averties les programmes de télé ont annoncé la diffusion de « la petite secte à côté de chez vous. »

Une action judiciaire n'a rien pu empêcher et le montage est apparu dans toute sa duplicité : quatre millions de téléspectateurs ont pu voir à visage découvert celles qui avaient toujours voulu rester discrètes, et les voir accusées d'escroquerie, d'intimidation, par un de leurs anciens assistés !

Ce pauvre petit escroc n'aurait pas réussi ce coup de maître sans l'aide de cet autre homme nanti et plein de haine : monsieur « Délit » qui avait besoin de fabriquer une secte pour continuer à persécuter sa fille amie de Sophie et d'Andrée et contre laquelle il est en procès depuis plus de dix ans.

Le montage était fabuleux.

Un seul témoin à charge contre la « secte ». Mon fils cadet jaloux et intéressé qui, depuis quatre ans, avait coupé ses relations avec moi et qui prétend que j'ai coupé toute relation avec mes amis, que j'ai dispersé mes biens (les preuves du contraire seront données en temps voulu). Mais mon fils aîné, présent le jour du reportage de M6, longuement filmé chantant à la guitare, n'apparaît pas une seconde à l'écran. Non plus que ceux ayant à se plaindre des malversations de S. R. (une bonne dizaine), aucun d'eux n'a été interviewé ni filmé. Seuls monsieur « Délit » son compère pleurnichard et d'ailleurs pris en flagrant délit de mensonge et D. le fils de ses bienfaiteurs, détourné et visiblement manipulé par S. R. apparaissent à l'écran.

Montage et omissions graves

Ni crèche, ni sapin de Noël magnifiques au milieu de la pièce principale signant le catholicisme de cette famille. Les coupures ont dû être ardues pour qu'ils n'apparaissent sur aucune prise de vue

Omission du camion en partance pour la Pologne bourré de 230 cartons d'habits et de jouets.

Omission des nombreux amis et d'une association humanitaire voisine venus et prêts à témoigner de leur enthousiasme pour les actions de Sophie et d'Andrée. Ce jour là M6 n'est pas venu au rendez-vous fixé par la journaliste. C'est à croire que S. R. lui-même dirigeait les opérations.

Le cancer d'Andrée s'aggrave de façon alarmante, elle perd plus de quinze kilos, doit être hospitalisée d'urgence. Sophie part précipitamment en cure épuisée par le chagrin et la souffrance, la famille est dispersée, malheureuse.

Bilan du travail « impartial » de M6 D'un côté une famille exemplaire, des enfants heureux épanouis, deux femmes remarquables : Andrée ; trente ans directrice d'une école commerciale renommée de 350 élèves, sténographe parlementaire au Parlement Européen. Ayant pris le risque pendant la guerre, alors qu'elle était secrétaire au ministère des prisonniers et rapatriés de fabriquer des fausses cartes pour les prisonniers évadés. Sophie ; écrivain, journaliste au service de toutes les causes humanitaires.

Toutes deux ont adopté des orphelins et chacun sait qu'une adoption ne s'obtient pas sans beaucoup de vérifications.
Or ces deux femmes exemplaires parce qu'elles ont voulu sauver une famille en détresse se retrouvent au pilori devant toute la France
M6 a choisi de promouvoir un homme mythomane, escroc, capable de battre ses chevaux et de les laisser sans nourriture, capable des pires forfaitures sur une chèvre qu'il a fallu euthanasier, capable de tuer son chien pour fuir et se cacher, capable d'attaquer deux bienfaitrices qu'il sait gravement malades. Les médias se soumettent aux caprices sanglants d'un infâme pour désespérer et anéantir le fruit de vies magnifiques.

Mais c'est qu'un secret de famille (quelle famille n'en a pas ?) n'a pas été dévoilé à la curiosité de la journaliste qui venait « défendre » Sophie et aussitôt la voici, fin limier, sur la trace des « criminels » de la secte.
L'année précédente Sophie avait dissuadé à grand peine une amie très proche d'avorter en lui promettant d'adopter l'enfant... Puis réalisant plus tard que c'était impossible elle accepte de la faire accoucher sous son nom, et quand elle va reconnaître l'enfant à la mairie, l'employé d'état civil commet une erreur de date sur le bulletin de naissance... Le secret de l'état civil est violé par la journaliste qui tente de dissimuler sa faute en faisant croire par un jeu de caméra que les papiers d'état civil lui ont été fournis par le maire du lieu de résidence de Sophie, alors que celui-ci ignorait encore la naissance. C'était la journaliste qui apportait ce document et l'affichait à son tableau. Le maire fut très mécontent de ce subterfuge malhonnête qui le culpabilisait à son tour. Il a écrit une protestation mais cela bien sûr n'a pas été divulgué
Par contre la presse s'est déchaînée, lançant les hypothèses les plus fantaisistes de « trafic d'enfants » (entre autres). Nous n'imaginions pas à quel point les médias pouvaient manquer d'honnêteté, ni leur pouvoir. Sûr de leur impunité.

Travaillés depuis longtemps par la rumeur et par les dénonciations de S. R. et de « Délit » (une première enquête de police nous avait fortement intrigués deux ans auparavant) puis instruit par le livre toutes les instances du département se sont mobilisées, actionnées en bonne partie par les « interview » de la télévision. Nous avons rapidement appris à nos dépends le pouvoir de la DASS, des juges et leur utilisation de la psychiatrie. Soljenitsyne nous en avait parlé mais c'était en Russie, il y a longtemps déjà et c'était le KGB. En France pays de la liberté qui pourrait croire une chose pareille ? Et pourtant la machine à broyer les libertés c'était mise en route.

Depuis des années Andrée et Sophie accueillaient des enfants avec ou sans leur parents pour des séjours plus ou moins long ; la piscine, les excursions, les jeux, le confort de la maison et les menus abondants et savoureux remettaient les plus fatigués rapidement en forme, et quels souvenirs !

Depuis deux ans deux fillettes de santé fragile vivaient à la Sauldre. Leur mère malade amie de longue date les avait confiées à Sophie. Elles étaient scolarisées et partageaient la vie de la maison, et cette situation n'avait fait l'objet d'aucune enquête. Pourtant Sophie et Andrée tour à tour s'absentaient pour des cures et des traitements en France ou à l'étranger pendant parfois plus d'un mois. La vie continuait à la Sauldre grâce aux autres membres de la famille et depuis six ans cela n'avait jamais motivé une surveillance ou une proposition d'aide de la part des administrations. Les enfants de la fille de monsieur « Délit » venaient souvent ainsi que leurs parents et bien d'autres gens (monsieur S. R. peut en témoigner lui qui a profité pendant six mois de cette hospitalité avec toute sa famille).

Aiguillonnés par les interviews de la journaliste de M6 (accompagnée de S. R. ? ), en janvier 99 sont arrivés impromptu quatre représentants des instances de la DASS, le directeur en personne et les représentants des différents secteurs. Président du conseil régional du Cher, de la jeunesse et des sports etc... Andrée et Sophie étaient toutes deux alitées. Nous avons reçu tous ces responsables, ce fut un interrogatoire en règle, ils connaissaient déjà les noms de chaque enfant présent à la maison. Échaudés par les récentes prises de vue de la télévision, nous étions spécialement discrets... Enfin Andrée et Sophie viennent parler très cordialement et mettre les choses au point, l'association ne recevait plus d'orphelins depuis 93 étant donné les problèmes de santé d'Andrée, de plus Sophie ne faisait pas partie de l'association.

Les deux fillettes présentes étaient confiées par leur mère très souffrante car elles avaient elles même des problèmes de santé aggravés par la pollution de la grande ville où habitait leur famille.

Le jeune garçon également confié par ses parents, âgé de seize ans n'était plus scolarisé et pourtant suivait des cours par correspondance.

Après avoir visité les chambres, les sanitaires et la cuisine ils partirent. Pour une deuxième visite (la première dix ans auparavant) nous avons été gâtés ! Quatre personnes de la plus haute importance avaient parcouru quatre vingt kms. Cinq jours après le dix neuf janvier arrive une lettre émanent du conseil régional du Cher demandant un véritable curriculum vitae à Sophie. Celle ci n'ayant nullement l'intention de créer un orphelinat (suggestion du directeur de la DASS) ni d'institutionnaliser d'une façon quelconque sa vie faite de tous les imprévus d'accueil et de déplacements du à sa santé ou à son métier, négligea de répondre à cet interrogatoire visant lui semblait-il des institutions et non des familles comme la sienne. D'autre part étant implantée depuis dix ans dans cette commune sa fille Monika Sarah scolarisée dans un internat spécialisé pour enfants handicapés, son identité était dans tous les dossiers d'allocations, d'assurance maladie. Enfin comme ce fut dit au cours de l'émission de télévision elle avait peut-être la coquetterie de son âge comme beaucoup de femmes et polonaise de surcroît. Le quatre mars trois lettres émanent du même bureau du conseil général du Cher mettaient en demeure (sous peine d'inculpation) de remettre immédiatement les enfants à leur famille respectives, en pleine année scolaire, et toutes les réclamations ne servirent à rien. Madame Gibas n'avait pas donné sa date de naissance ni ses moyens de subsistance, ni ses projets pédagogiques...

A quoi bon venir à quatre examiner une maison magnifique, des enfants heureux aux mains de personnes aussi compétentes que possible.

Madame Chazaux a dirigé une école de 350 élèves pendant trente ans, Sophie Gibas a longuement démontré son enjouement et le soin qu'elle prodigue à chaque enfant. La plupart du temps il y a même un médecin à domicile. Sans égard à la peine de tous, aux difficultés Scolaires probables, à la santé de la maman et des enfants. Monsieur le Président agit en place de tous les parents concernés et responsables. Les enfants appartiennent à l'Etat qui gère les familles. La seule vertu civique vous donnant le droit, révisable à tout moment, d'élever des enfants consiste à remplir les questionnaires distribués par les organismes d'Etat. Questionnaires par lesquels, vos capacités seront évaluées de façon révisable, je ne pense pas que les jeunesses hitlériennes aient été mieux cadrées.

Pour l'instant heureusement qu'aucun Hitler n'a surgi chez nous mais si il y en avait un il disposerait de la machine totalitaire la mieux huilée jusqu'à ce jour. Nous l'avons brusquement compris.

Ces messieurs de Bourges ayant décidé avec les petits « antisecte » de monsieur le député Vivien de nous intenter un procès pour « gagner de l'argent >, ils avaient eu le cynisme de nous l'expliquer quand Andrée les avait reçu espérant leur appui... Après une ou deux heures d'entretien dans le beau salon de la Sauldre, Andrée épuisée répondant à leurs questions, jeunes gens insolents se vantant de toujours gagner leurs procès en choisissant pour adversaires les plus vulnérables ou les plus rentables. En partant ils nous ont dit être convaincus que la Sauldre n'abritait pas une secte, mais peu de temps après ils engageaient une procédure contre nous. Par ce moyen le juge saisi pouvait exercer les pouvoirs dont il dispose pour diligenter une perquisition sauvage à la recherche de preuves contre nous. Car enfin c'était écrit ! Tout un livre ! S. R. et « Délit » l'affirmaient.

Ce juge ne pouvait-il pas faire confiance à ses confrères dont les jugements avaient éclairé les personnalités de ses deux informateurs ?

L'un père dénaturé et procédurier acharné, l'autre faussaire pervers ? Non il s'entête à accréditer leurs écrits et entreprend son travail de démolition.

Cette famille construite autour des enfants : deux adoptés depuis dix ans Sarah et Olivier, un sauvé de l'avortement « le bébé mystérieux ». Cette famille n'a pas le droit de fonctionner comme ça. L'argent vient sans doute de Madame Breuilh, profitons alors de ses enfants pour la faire mettre sous tutelle. Et j'ai la preuve écrite que la perquisition fut diligentée dans ce but en ce qui me concerne. Il ne reste plus qu'à trouver un psychiatre bien informé pour qu'en une petite heure d'interrogatoire il découvre que je suis atteinte de psychose maniaco dépressive. Difficile à prouver et l'expert que je réclame ne confirme pas vraiment, j'ai plutôt un délire chronique mystique. En tout cas monsieur le juge rassurez-vous je suis sous tutelle et ne peut plus disposer que de la moitié de la retraite pour laquelle les cotisations ont été versées, prélevées sur le fruit du travail de plus de quarante de mon mari et de moi-même. Bref je suis une majeure protégée, pas de vous, hélas, monsieur le juge.

Madame Andrée Chazaux et Sophie ont vite mesuré le danger de votre « protection » concernant le bébé. Andrée est donc partie avec lui sans grande illusion sur son propre sort. Son cancer galopait, elle s'était épuisée à chercher les preuves des mensonges du livre infâme, à rassembler tout son travail de dix huit ans d'association. Elle laissait derrière elle tout son univers et partait vers la Pologne amie où la liberté paradoxalement est plus grande qu'en France sur bien des points. Elles ont vu juste puisque Sarah à la garde des cousins de madame Chazaux leur fut retirée de façon illégale. Monsieur le juge peut se mettre lui hors la loi sans problèmes évidemment. Elles n'avaient pas emmené Sarah scolarisée dans un internat pour handicapés pensant meilleur pour elle de finir son année.

La perquisition diligenté par le juge au même moment fut conduite de façon ahurissante : Combien de voitures exactement, De quoi amener quinze policiers armés, le maître chien et son chien. Trois personnes mises en garde à vue durant une journée entière. Seule mademoiselle Hug, 87 ans, leur tient tête, très humiliés.


Dernière édition par Hercule le Dim 16 Oct - 14:49, édité 1 fois
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Sam 29 Jan - 19:37

Association « Honorons la Valeur »
65400 ARGELES-GAZOST

à

Madame le Juge des Tutelles

Argelès-Gazost, le 16 janvier 2011

Affaire : Docteur Breuilh
Levée de Tutelle


Madame le Juge,

Nous apprenons consternés que Madame le Docteur Breuilh a vu sa convocation devant votre juridiction maintenue cette semaine pour mainlevée de tutelle en vue.

Le Docteur Breuilh, à 84 ans, a eu deux fractures du col du fémur (trocanter), et donc elle marche en dandinant, ayant un clou à chaque hanche, à l’aide d’une canne trépied.

Sur ce, elle a fait récemment une chute. Elle a plusieurs côtes cassées. Suite à cela, elle peut définitivement parler, la respiration étant douloureuse. Elle est grandement malade.

En plus 1000 km aller de voyage pour venir se présenter…

Étant sauve l’estime que nous avons pour la Justice et ses représentants, le maintien de sa convocation pour cette semaine, c’est « à notre sens » de la boucherie.

H.L.V.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Sam 29 Jan - 21:54

18 janvier 2011


Une éclaircie


Onze heures moins le quart. Une éclaircie de soleil sur l’immeuble de briques : le Tribunal d’Instance du XIV° arrondissement de Paris.

Le Docteur Breuilh, petite dame aux cheveux noirs, à 84 ans, rayonnante, descend seule le perron. Elle n’a pas sa canne trépied. Elle force à chaque pas sa colonne vertébrale et ses membres perclus comme Jean-Paul II forçait son palais à proférer distinctement malgré le parkinson. Son visage modeste et royal fait oublier son héroïsme. Elle tente d’accompagner son avocat jusqu’au métro. Docteur à vie, elle en a fait le serment au temps où les femmes n’osaient pas entreprendre une carrière de médecin, elle se penche sur l’état de santé de son valeureux et sage défenseur.

Elle hèle un taxi. Elle confie sa victoire à travers son portable. Douze ans de combat. La victoire et la fortune, ses esclaves soumis, son visage reste serein.

Une modeste Juge des Tutelles, au carnet d’audience trop chargé, sans moyens suffisants, a su reconnaître la force d’âme, l’intelligence supérieure, la bonté surhumaine de celle qui s’est humiliée à venir à cette convocation, comme on gravit un calvaire. Les chutes, les fractures, les séquelles d’opérations, les défections de certains amis, la trahison des siens, les soutiens intempestifs, les nuits de veille, les disgrâces de l’âge, rien ne l’a découragée.

Madame le Juge lui avait indiqué simplement la procédure de demande de mainlevée au bénéfice de l’âge (que le Docteur Breuilh repousse de vingt ans par sa vitalité). Le Magistrat de son quartier qu’elle connaît rue par rue, maison par maison, a mis un terme à la cruauté des procédures. Elle a prononcé la « mainlevée au bénéfice de l’âge » après un instant de réflexion profonde et un sourire de tendre compassion.

Le défenseur avait amené une liasse de témoignages, quatre générations de familles reconnaissantes, quatre continents représentés, sans compter les centenaires, les clients qui n’ont pas eu à payer car ils ne pouvaient pas, ceux qui ont été hébergés, les professeurs redevables à la maître-chercheuse et à la maître-trouveuse des guérisons et des consolations, les parents, la logeuse, les inconnus.

Madame le Juge n’est pas satisfaite de ce qu’elle a écrit. DE femme à femme, elle se confie : « Je sais que vous avez été salie par les médias et par une procédure sujette à caution. Tout ce que j’ai pu connaître de vous au cours de nos échanges, et votre promesse de ce jour, contraste violemment avec ce qui m’a été transmis et que je n’aurai pas le temps d’éplucher.

Je me suis posé la question de votre protection, comme si j’étais votre fille. Tous ces détraqués, ces parasites qui vous ont fait des procès, et ainsi vous ont extorqué des sommes indues, en se servant du précédent, du fait que les médias et la Justice vous ont affaiblie, me contrediront-ils ?

La meilleure protection pour que vous ne soyez plus à la merci de quiconque, c’est que vous soyez réhabilitée. Vous m’avez montré, vous avez montré au monde votre capacité et votre haute moralité. Votre meilleure protection, c’est la liberté. Pardonnez à vos contemporains de vous l’avoir si longtemps ôtée.

« Merci Madame, ma carrière de psychologue et de médecin n’est pas terminée, merci pour ceux que je puis encore aider ».

A. Lebrun
in «L’Écho du XVI° »
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Lun 31 Jan - 13:40

INVITATION

Le jeudi 10 février 2011
à partir de 14 heures
au Palais des Congrès à Lourdes
pour la sortie du livre

« Femme de France »

Avec la présence des membres de la famille

Femme de France est la vie hors du commun d’une famille « Andrée Renoncé-Chazaux » :
Sophie Catherine Margaret de la Société des Gens de Lettres de France à Paris.

Andrée Renoncé-Chazaux :
- Grande résistante « dans les réseaux Maurice Pinot »
- Sténographe comptable au Ministère des Finances
- Directrice d’école à moins de 24 ans,
- Directrice d’une école de sténographie à Saint-Denis (« Institut Moderne » plus de
300 élèves)
- Sténographe au Parlement Européen de Strasbourg et fondatrice des Femmes de
France.

Les enfants : Paul 10 ans, Pierre 12 ans, Olivier 23 ans, Monika 26 ans.

- Nous découvrirons un grand résistant polonais Bogdan
- Le Docteur Cathy 85 ans
- L’amour d’une famille unie à Saint-Denis
- Divers demeures
- La rencontre d’Andrée et de Sophie

Vous pouvez vous procurer ce livre : 391 pages, prix 25 euros à l’Association Jésus Marie
Joseph de la Sainte Famille, 34 rue Bagnères, 65100 Lourdes.


Le règlement par chèque ou tout autre moyen à votre convenance, libellé à l’Association JMJ de la Sainte Famille.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Jeu 10 Fév - 2:58

Titre : "FEMME de FRANCE" ;
Auteur : "Sophie Catherine Margaret" ;

Bonjour à tous,

Sophie Catherine Margaret a écrit un livre en hommage à sa mère adoptive de cœur : Madame Andrée Renoncé-Chazaux.
Andrée est cette Maman que Sophie réclamait depuis longtemps à sa "Lilijna" (son Lys : la Sainte Vierge) :

Le livre "Femme de France" raconte la vie hors du commun de Mme Andrée Renoncé-Chazaux et de sa famille de Cœur recomposée de personnes et d’enfants « adoptés ».

Auteur : Sophie Catherine Margaret de la Société des Gens de Lettres de France à Paris.

Andrée Renoncé-Chazaux : Une femme et sa famille profondément ancrée dans notre terroir de la vieille France.

Grande résistance " dans les réseaux Maurice Pinot " ;
Sténographe comptable au Ministère des Finances ;
Directrice d'école à moins de 24 ans ;
Directrice d'une école de sténographie à Saint-Denis ("Institut Moderne" plus de 300 élèves) ;
Sténographe au Parlement Européen de Strasbourg ;
Fondatrice de l'Association des Femmes de France.

Les enfants : Paul 10 ans, Pierre 12 ans, Olivier 23 ans et Monika 26 ans.

Nous découvrirons :
L'amour d'une famille unie à Saint-Denis ;
La rencontre d'Andrée et de Sophie ;
Un grand résistant Polonais Bogdan ;
Le docteur Cathy, 85 ans ;
Les diverses demeures de cette famille…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Court résumé : Dédicace

Je suis restée sidérée par ton absence et maintenant, après dix ans de deuil, je puis commencer enfin à faire connaître les bienfaits que tu as répandus dans notre monde.

Pour comprendre la vie généreuse qu’est la tienne, il faut connaître la souche dont tu es le rameau magnifique. J'ai tellement vécu de tout ce que tu m'as fait connaître de ton pays et de ta famille, que je ne peux plus le garder pour moi, je ne peux plus taire de si belles choses.

Française, grande dame Française enracinée dans la vieille France.

Tu n'as jamais recherché la renommée et, si tu fréquentais des gens exceptionnels, ce n’était pas pour te faire valoir, mais pour partager leurs idéaux, leur sagesse et leur bonté. J'espère que, de ces confidences, jailliront des étincelles qui enflammeront des cœurs généreux.

Il m’est impossible de laisser ces confidences entre nous. Il faut qu’elles illuminent la vie amère de notre siècle.

Ton sourire, que je pleure tant, m'encourage à te dédier cette œuvre, oh ma grande dame Française, Maman chérie.

Il me faut faire connaître la splendeur de ta destinée et comment tu l'as réalisée : fidèlement, courageusement, docile et souveraine. Tu avais de qui tenir !

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

« Femme de France »

Préface par le Professeur Marie-Laure de Zellaen

Une poignante mélopée. Un cri réclamant justice. L'histoire d'une famille innocente et belle, de sa fondatrice hors-pair, détruites avec un acharnement impitoyable.

À la lecture de ces pages, ceux qui ont goûté l'amour et le bonheur de cette maison, ceux qui furent momentanément déconcertés par le battage médiatique criminel, par les jugements téméraires dont elle fut victime, tous découvriront ici comment sont utilisées les ambitions de malfrats, mythomanes et ratés, pour assassiner une héroïne.

Jaloux du bonheur qu'elle leur avait fait partager, ils se sont acharnés à le détruire par leur mensonge. Quand un mythomane est découvert, il se retourne, avec toute la violence de sa haine, contre ses bienfaiteurs. Il s'acharne à faire accréditer ses faux témoignages par tous les médias et les enquêteurs possibles, trop souvent hélas avides de scandales. Ils seront finalement ridiculisés.

Ils sont en fait le jouet de cette puissance occulte qui abhorre les routes de vie, de liberté, de bonheur et d'amour que cette grande dame Française a tracées.

Ce livre permet de faire des découvertes étonnantes sur les arcanes de l'histoire contemporaine où de grands criminels sont finalement de bien piètres individus.

Il est bon, pour l'indifférence et la lâcheté de notre époque, d'être confronté à la conséquence de nos actes en suivant pas à pas le long et douloureux calvaire d'Andrée Renoncé, cette colombe de bonté, naïve et sans défense, sublime dans son absence de rancœur.

Nous ne remercierons jamais assez l'amour filial de son orpheline de nous avoir fait connaître cette montée sublime, s'arrachant pour nous aux pleurs d'un deuil dont nous comprenons mieux qu'il soit inguérissable.

À ceux-là qui n'ont pas entendu les cris de détresse de cette héroïne étouffés par le harcèlement administratif et judiciaire, qu’ils puissent enfin reprendre le flambeau de son œuvre et témoigner de son excellence. Le seul crime dont elle a été punie est d'avoir fait prier pour la France des femmes vaillantes et déterminées, à Notre-Dame-des-Victoires."

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Quatrième de couverture :

"Femme de France" de Sophie Catherine Margaret

"Un malfrat est introduit chez nous... ...et notre histoire commence."

Les autorités n'étaient pas si naïves. Personne n'a cru Dekeyser. Mais ils avaient leur plan. À leurs yeux, il n’était qu’un pion, un mythomane, un imposteur capable d’aller jusqu’à la télévision pour faire connaître le personnage qu’il s’était imaginé. Il a pleinement réussi : il a déclenché les écoutes téléphoniques, les perquisitions policières, le saccage d’une famille dont il prétendait être la victime. Un tel homme est intéressant pour les Renseignements Généraux. Draineur de rumeurs qui propagent le mensonge, assoiffé de sensations, ce parasite, raté et malade est devenu l’espion fabulateur, l’adepte repenti, la victime... Dans la vie privée, tantôt il était « le grand Monarque », tantôt il était le propriétaire d’un château inconnu et bien d’autres personnages. Il fit aussi des conférences pour salir une famille innocente, une « Femme de France » atteinte d’un cancer.
Le but était clair, s'installer dans ce domaine que Maman avait acquis. Il a réussi. La propriété trop belle devait être arrachée à tout prix. Il faut fabriquer une secte, en profitant de la maladie et de la faiblesse de ses occupants ; faire croire que tout le monde a été expulsé pour ce motif. Certaines « autorités » iront même jusqu’à interdire aux agences immobilières de vendre la propriété pour se la réserver.
Il fallait donc absolument que l’on puisse faire croire aux mensonges et aux délires d’un « De Keyser ». Tout est planifié et se déroule comme dans une sordide pièce de théâtre à la Kafka : « Un mythomane conduit le bal ». Mais pour les habitants, la pièce se transforme en tragédie, drame, kidnapping, mort, viol...
Au temps de la sorcellerie, on brûlait en place publique. Aujourd’hui le bûcher est remplacé par le dénigrement, les gardes à vue, les perquisitions, avec le même résultat...
Comme Jacques Cœur à Bourges, comme Jeanne d’Arc à son époque, Andrée Renoncé-Chazaux et sa famille ont souffert.
Voici notre histoire.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Poème : "Debout Maman"

Debout Maman
Ne dors plus
Réveille-toi
Prends courage
Pour cette France que tu as tant aimée.

Entends-tu la flûte
Et la musique des harpes ?
Les troubadours, les poètes ?
Entends-tu la mélodie sacrée
Vers demain ?

Je suis là
Et je t'aime à jamais.

- Sophie -

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Table des Matières :

Femme de France. 7
Préface par le Professeur Marie-Laure de Zellaen. 7
Le Jugement téméraire. 10
Douce France. 11
Première partie SAINT-DENIS. 13
Chapitre 1 La famille de Maman. 15
Ta Mère Marie-Louise, chef d'exploitation. 15
Ton Père Narcisse, héros de guerre. 17
Chapitre 2 Ta petite enfance. 22
Une voix – Un taxi – Un bal 22
Naissance d'Andrée à Saint-Germ
Saint Germain-des-Prés. 24
La vie à Monceau. 25
Chapitre 3 L'amour d'une famille unie à Saint-Denis. 28
Le complot 28
Cosette et la basilique. 29
Tes parents, la boutique, l’école et des présages. 30
L’ami Jeannot et le voisinage. 33
L'adolescence d'Andrée. 34
Le jardin de ton Père. 36
La dame et la communiante. 41
Charité récompensée. 41
Une petite fille. 43
Mes Mamans d’Amour. 43
Chapitre 4 Dans Paris occupé. 45
Mademoiselle Renoncé à 15 ans – La guerre éclate. 45
Deux faits mémorables. 46
Secrétaire de Haute Direction. 47
Dans le réseau Maurice Pinot 49
À la barbe de la Gestapo. 51
Chapitre 5 De ton Père à ton mari Des ministères à l’enseignement De la guerre à la paix. 54
La mort de Narcisse. 55
Chapitre 6 Ta vie de femme. 58
Ouverture de l’institut à Saint-Denis. 58
Attentive à toutes les misères. 59
Pas de favoritisme. 61
La directrice d’école. 63
Précurseur 64
Carrière artistique. 66
Le désintéressement récompensé. 66
Chapitre 7 Dépouillement et éveil spirituel 69
Mort de ta Mère et premier tournant de ta vie. 69
L’apogée de ta carrière et l’appel vers la montagne. 71
Premier pèlerinage à Sainte Marie-Madeleine La Sainte-Baume. 73
Chapitre 8 Des prières, des pèlerinages, une rencontre. 75
Histoire des messages Les Femmes de France. 75
Histoire de la statue de Notre-Dame. 76
Rue du Bac. 78
Encore la statue. 78
De la rue du Bac au Sacré-Cœur - Le Père Louis. 79
Sainte Rita me donne une Maman. 79
Tu étais si majestueuse. 81
Deuxième partie DIVERSES DEMEURES. 83
Chapitre 9 Vers l’Alsace. 85
Je vais chez toi Je vais en pension. 85
Main dans la main. 86
L’Alsace nous ouvre les bras. 87
Visite au Parlement Européen. 89
Recherche d’une nouvelle maison. 90
Le cheval blessé. 91
Pérégrinations et découvertes. 92
Les chapelets. 93
La vie avec toi 95
Mon refuge. 96
Béatitude. 96
Chapitre 10 Construction d’une famille. 98
La France et la Pologne. 98
Quand je ferme les yeux, j'entends ta voix. 98
Mulhouse. 101
Arrivée en France de Papa Bogdan. 102
Le ver luisant 105
Chapitre 11 Fuite vers le Midi 106
Début de la persécution. 106
D'Alsace à Menton. 106
Les valises et l’escalier 107
Sodome et Gomorrhe. 109
Le magnétophone. 110
Que faire ?. 111
Pour tromper l’adversaire. 111
La grêle et les motards. 112
Chapitre 12 À Salles-sur-l’Hers. 114
Monsieur le Chanoine et l'Association Tournesol 114
Une grande famille. 115
Le château de Salles. 117
Confiance en la Providence. 118
Conte de Noël 120
Ici…... 122
Chapitre 13 Notre famille se refait 124
Papa Bogdan… et le Patou Baca. 124
Le héros de l’A.K. 125
Enfance pauvre et carrière de Bogdan. 127
Santé de Bogdan et Maman « sauveteur ». 128
Maman face aux perfidies. 129
L'histoire du chien « Shérif ». 131
Un ouvrier Polonais et notre voyage dans son village. 131
La fille qui ne pleure pas. 133
Chapitre 14 Mauvais présages en Sologne. 135
La Sauldre. 135
La croix blanche. 136
La mort de Fifisia. 139
L'abattage des tilleuls. 140
Dignité. 142
De malheurs en malheurs. 143
Notre ami le hibou. 144
La Sauldre refuge des animaux. 144
Chapitre 15 Notre vie à La Sauldre. 145
Mamie et toi 145
Traditions d’Alsace et de Pologne. 147
Puis-je vous faire visiter ?. 148
Deux invités Bretons. 152
Maman m'aide à rédiger en français. 153
Une Vierge pèlerine. 153
Vierge du mois de mai 155
Chapitre 16 Affectueuse, compatissante, éducatrice. 157
« Maternité ». 157
L'amour de Maman. 157
Tu devines mes souffrances et voles à mon secours. 159
L'institutrice Babcia. 161
Le cœur d’une Mère. 162
Toi…... 162
Troisième partie MALADIE ET PERSECUTIONS. 163
Chapitre 17 Les amis de Maman. 165
Simone et Alain. 165
Les faux amis. 166
Ta couturière. 167
La fermière. 168
Le marchand d’ânes. 168
Des ecclésiastiques. 169
Trois amitiés différentes. 170
Et tant d’autres. 171
La Présidente. 173
Ni la richesse ni la fortune…... 173
Pour un instant de plus. 175
Chapitre 18 En Alsace, les épreuves de l'association Tournesol 176
L'installation. 176
La cabale des dévots. 177
Après plus de quinze ans d’attaques. 178
L’étrange coalition. 179
Chapitre 19 Tu étais sans méfiance. 181
Il te trahira. 181
Chapitre 20 Maladie et Grâces. 183
« L'Ange et le Chasseur ». 183
Médecines naturelles. 197
À la fin de l’automne. 197
Histoires de roses. 197
Et puis, il y a eu cette fois-là. 198
Ma perle vient de tomber malade. 199
Chapitre 21 Souffrances et prédateurs. 201
Le cancer de Maman. 201
Second pèlerinage à la Sainte-Baume. 202
Stéphane Dekeyser et sa famille à La Sauldre. 205
En prison. 208
La justice obéit-elle aux mythomanes ?. 209
Chapitre 22 La Petite Doctoresse et Papa Bogdan. 212
Départ de Stéphane Dekeyser et de sa famille. 212
Arrivée de Docteur Cathy. 213
Papa Bogdan me console et tu le soignes. 214
Promenades en forêt 217
Le poste de radio. 218
Éloge de la petite Doctoresse. 221
Résignation. 224
Chapitre 23 Bogdan nous quitte. 226
Un dernier Noël avec nous. 226
Son retour en Pologne. 227
Chute et hospitalisations. 228
Infructueuses démarches. 229
Dans le coma. 231
Bogdan sauvé par Maman. 232
Pour moi il était immortel 233
L'enterrement La cérémonie à la petite chapelle. 235
Héros ignoré. 238
Tu nous protégeais. 240
Pourquoi tant de haine. 240
Chapitre 24 Charité et Jalousie. 241
Maman organise les camions pour la Pologne. 241
Paul-Denis Toulemonde arrive. Il nous annonce la sortie du livre de Stéphane Dekeyser 241
Dernier Noël à La Sauldre. 243
Agnès Molia et Stéphane Dekeyser complices pour le coup monté de M6. 248
Le comble de la procédure. 255
Le piège d’Agnès Molia. 256
Chapitre 25 Médiabolisation. 258
Le tandem S. Dekeyser – A. Molia invente la secte. 258
14 février 1999 - M6. 261
Les découpages à l’infini. 263
Conséquences : enfants et familles brisés. 264
Des preuves, des photos, des films. 267
Les nuages noirs s'abattent sur La Sauldre. 268
Noël 2002. 269
Lettre ouverte à M6. 269
Quatrième partie TON DERNIER VOYAGE.. 273
Chapitre 26 Inquisition à la française. 275
On nous met au pilori 275
Bannis par des ecclésiastiques. 276
Don Stefano Gobbi 277
Des justiciers de vingt ans. 278
Le plus cher. 281
Mon Jésus. 282
Chapitre 27 Enquêtes et Perquisitions. 284
Nos trésors, nos secrets. 284
Maman et moi quittons La Sauldre. 286
Derrière nous. 287
Notre séjour à Paris. 288
Comment nous sommes passées. 289
Vague de terreur 291
Daniel avant 295
Daniel après. 295
Enquêtes de Police. 296
Qui est le gourou ?. 297
Chapitre 28 Vie en Pologne. 299
L'installation de l'appartement 299
Visites à Olsztyn. 301
Varsovie. 302
En bas de chez nous. 304
Pensionnaire à Gietrzwald. 305
Une Croix tombe dans la forêt 306
Le vent froid de Grünwald. 307
Séjour en sanatorium.. 307
Le chalet forestier à Guzowe Piece. 308
Fifisia, notre petite chienne. 310
Lady : notre second cocker 311
Au chalet (suite et fin) 313
Dernier séjour à Mickiewicza. 314
Ta chute. 315
Petit ruisseau. 316
Chapitre 29 Dernière Hospitalisation. 318
Seule dans le couloir 318
En salle d’urgence. 319
Quelques jours en chambre seule. 320
Arbre de la vie. 323
Chapitre 30 Martyre de Maman. 324
Derniers sacrements, derniers moments. 324
À ton chevet 329
Mise en bière et veillée à la crypte. 330
Mon Noël Éternel 330
Innocente. 332
Quand sous nos pieds tout s’écroule. 333
Mon cœur s’arrêta ici 334
En sortant de l'église une amie me console. 335
La procession au cimetière. 336
Tendrement 336
Juste après. 338
Si bonne qu’elle en était naïve. 338
Un hommage venu de Pologne. 339
Chapitre 31 D’un pays à l’autre. 346
J'ai survécu pour lui 346
Maman et Pio. 346
« Miracle pour la Noël ». 347
La lettre de Monika. 350
Marie Stuart 352
Départ d'un être cher. 353
Chapitre 32 En France, la persécution continue. 355
Que des histoires de douleur 355
On nous a pris Mamie. 355
Depuis l’émission. 356
L’association pourchassée. 357
Internet, village de cancanages. 359
Pauvre Mamie. 359
Plus de place pour l'héroïne. 361
Ma Grandiose. 362
Chapitre 33 Une héroïne, une sainte. 363
Par un rouge-gorge. 363
Inhumée à Saint-Denis. 365
Neuf ans après. 368
Le fil de ta destinée. 369
Des signes qui ne trompent pas. 370
Tout dans le silence. 370
Je t’invite, reviens. 371
Debout Maman. 372
Extraits de son cahier de prières. 373
La Croix de Jésus-Christ... 373
Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus... 374
La consécration à Marie de Saint Louis Grignion de Montfort 376
Autres photos et illustrations. 377
Parmi tes images pieuses. 377
Deux Poèmes. 378
Postface Un double crime et notre histoire commence. 380

Photo 1 : Andrée jeune. 9
Photo 2 : Narcisse et Marie-Louise. 18
Photo 3 : Andrée vers l’avenir 40
Photo 4 : Andrée et Marie-Louise en vacances mais soucieuses. 60
Photo 5 : Andrée lors d’une fête. 70
Photo 6 : Maman, Mamie et moi 100
Photo 7 : Bogdan en uniforme de cavalerie. 103
Photo 8 : Maman à la Méditerranée. 115
Photo 9 : Maman à Superbolquère. 116
Photo 10 : Toi et moi à Superbolquère. 116
Photo 11 : Notre famille se refait 139
Photo 12 : Mamie Suzanne à la Sauldre. 146
Photo 13 : Premiers Noëls heureux pour les enfants. 152
Photo 14 : Danielek et l’angelot 158
Photo 15 : Grand - père et petit-fils. 159
Photo 16 : Apprendre à jardiner avec Mamie. 167
Photo 17 : Daniel et Monika avec Babcia. 172
Photo 18 : Maman en Allemagne pour des soins. 187
Photo 19 : Heureux près de moi 215
Photo 20 : Le bonheur d’avoir grandi 215
Photo 21 : Maman et Docteur Cathy. 220
Photo 22 : Sur la terrasse côté verger 220
Photo 23 : Maman, Docteur Cathy et les enfants. 221
Photo 24 : Dernier Noël avec Bogdan. 227
Photo 25 : Le sapin, la crèche et les enfants. 234
Photo 26 : Unies dans l’épreuve. 237
Photo 27 : Sur le grand canapé du salon. 239
Photo 28 : Du repos, de la lecture. 239
Photo 29 : Départ d’un camion pour la Pologne. 242

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Vous pouvez vous procurer ce livre : 391 pages, prix 25 euros à :

Association Jésus Marie Joseph de la Sainte Famille – n° siret : 504 195 744 00017 –
34 rue Bagnères 65100 Lourdes – Tel : 05 62 42 66 30 - Mob. : 06 22 42 90 72 –
- associationjmj@yahoo.fr - http://missionpourlafrique.jimdo.com/ -

Le règlement par chèque ou tout autre moyen à votre convenance, libellé à l'association JMJ de la Sainte Famille.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Commentaire d'Hercule : Vous trouverez dans ce nouveau livre quelques clefs pour mieux comprendre le premier livre de Sophie Catherine Margaret : "Le Coeur qui Saigne"... et quelques nouvelles clefs pour ouvrir le prochain.


Dernière édition par Hercule le Dim 16 Oct - 14:51, édité 1 fois
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Jeu 10 Fév - 2:59

« Femme de France » à Lourdes - « Si Simple l’Histoire »

Elle est si simple l’histoire. Bernadette, l’enfant la plus pauvre de Lourdes n’a pas encore fait sa communion. En plein hiver, elle va glaner du bois rejeté par le Gave. La Très Sainte Vierge Marie choisit de lui apparaître pour faire un exemple. L’Innocence a choisi l’innocence pour guérir les esprits obscurcis d’orgueil et les corps malades par le recours à Celui qui les a si merveilleusement créés et éveillés. Quelques enfants courageux et de bon sens tiennent tête, quand les notables les torturent pour qu’ils se taisent sur l’apparition du sacré en cette cité. Et le monde entier, flot « innarrêtable » vient là, d’âge en âge, s’agenouiller, se confesser et boire à la source de guérison, chanter reconnaissant que l’Immaculée est bienheureuse.

Si simples les bonds jaillissants du torrent de l’histoire de Lourdes. Une enfant a le cancer, les traitements menacent sa vie encore plus que le mal. Elle marche avec des béquilles, elle a une gangrène à la jambe, le trou montre l’os noirci. Elle a cependant réussi à venir ici. Car elle n’a pour Maman ici-bas que le Saint Lys, la Très Sainte Vierge Marie. Non pour elle-même mais pour pouvoir chanter et répandre la Gloire de cette Maman céleste, elle insiste et crie jour et nuit. Des parfums de rose et de violette envahissent l’hôtel où se déclare la chaleur qui l’investit. Elle se sent guérie. Le médecin qui l’accompagne croit devenir folle : au retour de la Grotte, on retire les bandelettes ; il n’y a même pas de cicatrice ! Un plein avion de spécialistes testent la miraculée : tout ce qu’il y a de plus équilibrée. Des experts du monde entier s’affrontent en deux camps, avant de reconnaître que le fait « déroge aux lois de la nature ».

Si simple que l’Immaculée Conception soit féconde, qu’Elle suscite des « filles » dignes d’Elle-même au fil de l’histoire. Affectueusement, en pitié de l’enfant seule, elle l’a pourvue d’une maman-sur-terre. Mère et fille reviennent donc ici, pèlerines anonymes, pour se ressourcer. Ainsi Sophie-Catherine-Margaret fait dire à l’héroïne de son premier ouvrage : « Elle-même (la Sainte Vierge) m’a donné ici, pour toujours une famille à Lourdes ».

Tout naturellement le même écrivain francophone publie à Lourdes son second ouvrage édifiant « Femme de France ». Son premier livre annonçait en 1984 l’ouverture du mur de Berlin et que le Padre Pio serait reconnu Saint. Le clergé comme les fidèles ont été témoins à la Grotte de ses dons de prophétie. Et son dossier au Vatican mentionne qu’elle n’a jamais été prise en défaut dans ses prédictions.

Dans son second livre, Sophie-Catherine-Margaret raconte, reconnaissante, la vie intime de la Grande Dame Française qui l’adopta, Madame Andrée Renoncé-Chazaux. Et c’est aussi le récit de ce que toutes deux ont vécu en France, limpide et simple pour être lu dans les chaumières comme dans les palais.

Mais alors, d’où viendraient les complications ?
Des « marchands du Temple », cette espèce si souvent décriée, qui entachent la renommée du Sanctuaire, voudraient gagner de l’argent sur le livre au lieu d’en laisser le juste bénéfice à l’auteur ?

L’incompréhensible qui transperce le cœur de l’auteur commence hélas ici : à la Grotte bénie où elle partage les douleurs de la Vierge Marie, où elle vient prier pour les malades, pour ceux qui la liront, et pour ces détracteurs.

Le Recteur du Sanctuaire encourage-t-il l’ouvrage ? Les assidus fervents le divulguent-t-ils par le bouche à oreille dont ils sont coutumiers, au-delà des frontières ? En premier lieu, la chaîne de télé KTO, Radio Présence, la presse et les librairies catholiques, à l’affût de tout fait édifiant, de toute apparition actuelle réelle ou supposée ? Les salles locales de cinéma et de réunion religieuses, les sites Internet catholiques attendent-ils impatiemment et préparent-ils la diffusion multimédia du livre ? Celle qui est auréolée de l’honneur et du mérite d’avoir adopté l’auteur, est-elle là près d’elle pour l’aider dans ses démarches et les relations publiques ? Et sinon pourquoi ?

La propriétaire de l’hôtel de Lourdes, Madame C., qui a été témoin de plusieurs guérisons d’où sont tirés des épisodes du premier livre de Sophie-Catherine-Margaret, est-elle là, où elle vient régulièrement prier, pour témoigner de ce qu’elle a vu ? Et sinon, pourquoi ?


Pourquoi un Evêque, Mgr. Jacques Despierre, a-t-il jugé invraisemblable le surnaturel que contient ce premier livre ? Ne savait-il pas, comme homme, que le vrai est toujours plus invraisemblable que la fiction ? Pourquoi a-t-il mis l’auteur au ban des gens d’église sans enquête ? Qui est gêné par ces dons de Dieu que sont les stigmates ? Nier les méfaits de nos actes mauvais sur ceux qui compatissent à Dieu, pour nier que nous en sommes la cause ? Pourquoi ce responsable d’Eglise a-t-il ajouté foi à la calomnie de son ami le chirurgien célèbre, Henri Joyeux, lui-même dépité d’avoir été semoncé pour son erreur médicale à effets mortels ?

Pourquoi un éditeur, Jules Hovine, à Lourdes représenté, - plusieurs auteurs se sont plaint de ses malhonnêtetés, -, pourquoi n’a-t-il pas honoré son contrat, pourquoi n’a-t-il pas dédommagé l’auteur pour cette rupture de contrat ? Sous prétexte de rumeurs même d’origine ecclésiastique.

Pourquoi deux ecclésiastiques parisiens, Mgrs Vidal et Dupuy, ont-ils accordé l’imprimatur à 4 pages de calomnies contre l’auteur, recopiées pour la plupart du livre d’un repris de justice, multirécidiviste, Stéphane De Keyser, faussaire, escroc, mythomane, pervers polyvalent cruel, indicateur de police au service du dénigrement de la religion catholique et du Pape ?

Pourquoi Mgr. Jacques Perrier, Evêque de Lourdes, suite à ces fumées qui ne provenaient pas des cierges de la Grotte, s’est-il abstenu de prendre la défense de l’une de ses fidèles salie par une émission à scandale ?

Pourquoi la chaîne M6, sulfureuse à l’époque, a-t-elle profité de l’état de santé grave de Madame Andrée Renoncé-Chazaux, en 1999, pour la salir devant des millions de Français ainsi que sa fille adoptive, si bien que Madame Chazaux en est morte au bout de quelques mois ? La mort d’une grande sainte, ayant pardonné à chacun depuis longtemps, environnée de parfums et de signes surnaturels.

Pourquoi les témoignages de Sa Sainteté Jean-Paul II en faveur des deux femmes n’ont-il jamais été pris en compte par les Evêques Français, en particulier à l’occasion de leurs réunions à Lourdes ?

La liturgie ici est-elle simplement un récital de belle saison apte à faire pleuvoir de l’argent pour poncer les pierres du pays ?
Qui craint les parfums célestes ?
Qui redoute d’être affronté aux prophéties le concernant ?
Qui craint de s’abaisser à mettre les doigts dans des plaies qui à cause de lui sont béantes ?

Histoire ancienne, répondra-t-on ? À Lourdes comme ailleurs de l’eau est passée sous le pont, les interlocuteurs ont changé…
À Lourdes, l’histoire est tout aussi simple aujourd’hui. L’opinion de ceux qui s’occupent du Sanctuaire et de ceux qui gravitent autour est maintenant soumise à deux tirs nourris.

D’abord les flèches pleuvent venant d’une actuelle habitante de Lourdes : Mademoiselle Marie-Ange Hernandez.
Cette personne a été tirée de la secte de Puylaurens (Tarn) où sévissait un escroc, un certain Victor Lefevre. Elle en est sortie suite aux conseils de Sophie-Catherine-Margaret et grâce à l’aide de Madame Chazaux, c’est aux archives judiciaires. Mademoiselle Hernandez s’y trouvait suite à un très lourd passé susceptible d’intéresser l’enquête de moralité que pratiquent les officiers de Police sérieux.

Il s’en est suivi 25 ans de correspondance nourrie ponctuée de visites, entre Mlle Hernandez et ses bienfaitrices. Elle a bénéficié de leur amitié fidèle, de leur prière, de multiples aides qu’elle quémandait, elle leur doit son insertion sociale et professionnelle.

Mlle. Hernandez rencontra Monsieur Noël Augé, et devint pour le moins sa femme de ménage. Il était leucémique et son médecin avait averti l’entourage qu’il lui restait peu de jours à vivre. Madame Chazaux alertée par Mlle. Hernandez trouva le produit qui le soigna. Elle se priva pour cela de la réserve dont elle avait besoin pour elle-même. M. Augé est vivant, il habite Lourdes. On verra de quel genre de reconnaissance il témoigne.

Mademoiselle Hernandez, notoirement peu équilibrée suite à une enfance perturbée, n’avait qu’un seul désir : partager la vie familiale de ses bienfaitrices. Cette obsession, irréalisable à cause de ce manque d’équilibre, se transforma en 2008 en manœuvre. Elle salit M. Augé auprès de ses proches, répandant qu’il serait sexuellement trouble (avec des expressions plus triviales de son cru). Elle espérait que Sophie-Catherine-Margaret lui conseillerait de s’éloigner de lui et la prendrait en pitié au point de la recueillir chez elle.

Il n’en fut rien. Se sentant démasquée, Mlle Hernandez, prise de honte, décida de se venger, en appliquant à Sophie-Catherine-Margaret le traitement qu’elle réservait à son compère quelques jours plus tôt.

Conseillée, il est vrai, par quelque personne malhonnête, elle reprit la rumeur semée par De Keyser, l’escroc déséquilibré. Puisqu’il était protégé, et qu’il avait, lui fut-il dit, gagné beaucoup d’argent pour avoir vendu Madame Chazaux et sa fille adoptive à des ennemis du catholicisme.

Elle déposa une plainte contre celle qui, la veille, traversait la neige en voiture, de nuit comme de jour, pour venir à son secours quand elle faisait mine de vouloir se suicider. Elle porta plainte pour escroquerie par l’entremise de M. Augé. Celui-ci oubliait les soins constants reçus depuis des années : il retrouvait sa femme de ménage.

Sophie-Catherine-Margaret refusait constamment l’argent que Mlle Hernandez ne cessait de lui tendre dans l’idée d’être hébergée à vie. Mlle. Hernandez par ailleurs s’infiltrait depuis longtemps dans les amitiés et relations de Sophie-Catherine-Margaret. Il a pu arriver que, exaspérée, cette dernière ait accepté quelque don comme forcée.

Mais maintenant Mlle. Hernandez réclamait telle somme pourtant donnée, réclamait des sommes qu’elle n’avait pas données, lui réclamait des sommes concernant d’autres personnes que Sophie-Catherine-Margaret. Mademoiselle Hernandez porta plainte pour salir mais aussi pour escroquer. L’auteur et son entourage ayant été réhabilités de manière totale en 2005 sur de telles accusations, quels appuis obscurs avaient les deux compères ? Pourquoi la justice de Tarbes et de Lourdes, pourquoi la police de Lourdes, ont-elles fait voie à de telles menées, alors qu’elles connaissaient les faits ? Quel genre de personne sont ici protégées et pourquoi ?

Mlle. Hernandez et M. Augé salissent Sophie-Catherine-Margaret auprès des autorités religieuses et civiles, auprès des prêtres et des personnes qui fréquentent le Sanctuaire, à commencer par les plus influentes, et en public. Pourquoi trouvent-ils en face d’eux des interlocuteurs qui ne s’insurgent pas de cette boue ?

Mlle. Hernandez, d’une manière répétée, crache (et pas au sens figuré), devant témoins, dans le Sanctuaire et en ville, sur Sophie-Catherine-Margaret, la traitant de démon et de putain en public. Elle crache sur elle au moment où elle a le stigmate du Cœur ouvert. Est-il ici plus grande offense et plus douloureux blasphème ?
Pourquoi rien n’est fait pour que cela ne se renouvelle pas ? Quel est le crédit de l’innocence dans la cité de l’Innocence ?

Ce que répond Sophie-Catherine-Margaret, nous en sommes témoins : « Marie-Ange, je te remercie de me faire participer aux offenses que l’on fait ici à la Vierge Marie. Je t’aime et je te pardonne. »

Autre tir de flèches sur le petit monde des responsables du Sanctuaire et de ceux qui y sont influents : certains ouvrages subversifs.
Pierre Pène est décédé rapidement. La Justice Immanente a frappé celui qui, dans son livre sur Lourdes qu’il vendait sur le trottoir à deux pas de la Porte Saint Michel, a sali Saint Michel Garicoïtz, les prêtres du Sacré-Cœur et ceux de la Vierge Marie qui sont Chapelains, en remontant jusqu’à la Madone Elle-même. Au sortir d’un colloque où il fut invité, ces insinuations ont-elles été publiquement rejetées ? Et sinon pourquoi ?

Est-il possible que quelqu’un ait été assez imprudent pour risquer de faire la même fin que M. Pène en publiant ici « L’Autre Lourdes » ! Cet ouvrage subversif puise aux mêmes sources et en rajoute. L’auteur y publie qu’à la Grotte, ce n’est pas la Vierge Marie qui est apparue mais le Démon, l’offensant personnellement en public en donnant à lire qu’Elle serait le Démon. N’y a-t-il personne ici, à Lourdes, pour le contredire en public, et pour prendre en justice la défense de la Madone ?
Cet ouvrage collectif prétend par une phrase tordue à la fin d’un paragraphe, que la condamnation de la secte maçonnique par les Papes n’a pas été maintenue. Pourquoi ici ne défend-on pas le Pape actuel qui l’a maintenue ? Pourquoi n’ose-t-on pas donner la raison de ce maintien ? Qu’il s’agit de la secte la plus dangereuse et la mère de toutes les autres.

Cet ouvrage à la couverture noire qui est « Le Lourdes de l’Autre » sous une apparence d’enquête journalistique, pourquoi comme par hasard s’acharne-t-il surtout sur Sophie-Catherine-Margaret et son éditeur, multipliant mépris et mensonges à leur égard ? Parce qu’elle ose citer une Fraternelle parmi les bourreaux de sa vie ?

Sophie-Catherine-Margaret avait traité Jean Omnes en ami comme écrivain, artiste et philosophe. Pourquoi Jean Omnes s’est-il introduit chez elle sans autorisation et par surprise dans son entreprise de viol de vie privée de famille et de la présenter défigurée et massacrée à la risée et à la vindicte du public des arènes médiatiques de notre temps, dans les boutiques de la région et au-delà ? Pourquoi se cache-t-il depuis à Paris ? Pourquoi Clercs et pèlerins, notre pouce reste-t-il tourné vers le bas en signe de mise à mort ? C’est ça la Messe à la basilique ?

À ces multiples pourquoi, deux réponses se présentent. À Lourdes, l’incompréhensible et le compliqué ont deux ailes noires :

D’abord ceux qui tendent la Sainte Victime à la foule dans l’Ostensoir et ceux qui la révèrent en procession, à quoi leur sert-il de la tendre ou de s’incliner, s’ils ne croient pas au surnaturel qui en est la marque et le fruit ?
Le premier livre de Sophie-Catherine-Margaret précisément nous a donné le goût suave et inimitable du Ciel-sur-terre, le second livre augmente ce florilège du surnaturel. Il est incompréhensible qu’il soit fui ou boudé.
Ensuite les mêmes Pasteurs et les mêmes dévotes et dévots se transforment « en chiens muets » quand la foi, quand l’Eglise, quand ceux qui donnent tout leur cœur à Dieu sont attaqués.

Saluons simplement la sortie tant désirée du livre « Femme de France » à Lourdes.Soyons reconnaissants à la mère de famille en deuil, accablée, malade et ruinée d’avoir trouvé la force d’en être l’auteur, reconnaissants aussi à l’éditeur et à tous ceux qui voudront bien le lire simplement.

Car aussi simple sera l’histoire de Lourdes demain.
Que la Grotte bénie cesse d’être une caverne de dénonciations calomnieuses, de brigandage intellectuel et religieux, et fatalement financiers, que l’innocence puisse y prier filialement l’Innocence, sans être agressée, ni montrée du doigt, ni mise à l’index.
Que la mère de famille, Constance de Rabastens, martyre de l’Inquisition à Toulouse pour avoir mis en garde à l’avance contre les actuels dévoiements, soit publiquement réhabilitée.
Que la Très Sainte Vierge Marie soit honorée à la Grotte et non bafouée en sa personne, en ses guérisons, en ses œuvres immaculément conçues, en ses filles et fils de prédilection accourus de partout.

Fréquenter le parfum de simplicité, même la plus douloureuse, dans ces pages familiales et intimes de vérité et d’émotion, c’est déjà renverser les tables des valeurs de ceux qui donnent le change, de ceux qui volent les assoiffés de Dieu en leur refusant les trésors de vie qu’ils cherchent, c’est déjà et surtout dire adieu à nos lâchetés qui ont consenti à tout cela.
C’est préparer que vienne enfin ici le règne de l’Immaculée Conception selon le vœu du Prince Mirat, et le règne de Jésus-Christ selon le Vœu de sa divine Mère.


Observateurs du petit monde de Lourdes
et admirateurs de l’écrivain Sophie-Catherine-Margaret


Post-scriptum :

Famille Soubirous, que fais-tu du splendide héritage que t’a constitué Saint Bernadette la pauvresse ?
Petit monde de Lourdes et des environs, montre-nous tes enfants de Marie. Qu’as-tu fait de la Confrérie qui soutint la petite voyante dans son combat ?
Le monde entier te regarde. Ainsi l’a établi le metteur en scène, le Maître de l’Histoire.

À quoi bon refuser aux pauvres et aux pèlerins l’accès à des bâtisses trop grandes pour des résidents en si terrible diminution ? Tu te sais soumis à chaque instant aux regards des visiteurs venus de la terre entière.
En premier les plus grands coupables viennent ici dénoncer les noirceurs avant de mourir soulagés. Les miracles et les assassinats filmés ici sont disséminés aux quatre points cardinaux, le visage des justes comme celui des bandits.
Les dossiers, les films qui prouvent ce qui est affirmé dans le livre et dans ce texte sont en bonnes mains à l’étranger, et des rencontres internationales viennent ici faire le point sous le discret manteau bleu des nuits mariales et sous les étoiles de son drapeau.
Pendant que les sites Internet empêchent à quelques attardés de confisquer l’avenir, la dernière page du livre nous avertit « Et notre histoire commence »…


Dernière édition par Hercule le Dim 16 Oct - 14:53, édité 1 fois
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Jeu 17 Mar - 6:32

France – Affaire Madame Andrée Renoncé-Chazaux et Sophie
Appel urgent à tout avocat, à tout défenseur des Droits Humains

Lourdes, le 25-02-2011

« Un mot magique pour gagner un procès, prononcez : SECTE.
Une garde d'enfant contestée, il suffit de dire simplement : "Mon conjoint fait partie d'une secte". Le mot magique est lancé. Il est inutile à l'accusé d'essayer de se justifier en disant que le groupe auquel il adhère n'a rien d'une secte. Les juristes basculent dans une sorte de transe-frayeur les faisant affirmer des choses qu'ils n'ont pas vues (sauf à la télé) et leur faisant s'interdire toute vérification. Tout se passe comme si l'accusé était déjà frappé à mort »

La campagne "anti-secte" des autorités Française a donné lieu en 1999 et ensuite à des réactions indignées de divers autres États et des institutions internationales dont l'OSCE et les institutions européennes.
Mais ici c'est la première fois que l'on s'attaque, non à un groupe, mais à une simple famille pour l'exterminer, ce qui fait craindre pour toutes les autres. On trouve encore un écho de l'effroi causé par cette campagne dans un exposé à Varsovie en 2006 sur l'affaire Madame Andrée Renoncé-Chazaux et famille…

Écoutons plutôt le récit de Sophie sa fille adoptive :

« Ma famille

Je suis écrivain et médecin sans frontière. J'ai vécu en Pologne ma première enfance.

Pendant toutes les guerres m'a famille est venue au secours de la France.
Je suis venue en France pour être soignée, inscrite sous le nom de Zofia Gibas, pour être protégée (en vertu des accords d'Helsinki) car ma famille, aristocratique, était maltraitée par le régime soviétique.
Mes ancêtres se sont battus "pour notre liberté et pour la leur" au prix de leur vie, avec courage.
Mon père, Bogdan Gibas, n'est autre que le célèbre Résistant de l''Armia Krajowa' (A. K.), miraculeusement rescapé des massacres de Katyn. Torturé à la dynamo par les Allemands, il ne trahit pas. Recteur d'Université, physicien, mathématicien, introducteur du scoutisme en Pologne. Il sauva des "villages d'enfants" juifs.
Ma famille a donné un aviateur à la Bataille d'Angleterre, invalide de guerre. D'autres ont fièrement bravé l'occupant Allemand, qui les exécuta. Plusieurs ont donné leur vie dans les combats de Monte Cassino. Mon grand-Père, rescapé de cette bataille, fut au retour déporté en Sibérie.
Mon père avait milité avec le commandement allié du Général Anders (Armia Anders) En représailles il fut torturé par les communistes puis exproprié et maltraité.

Droits humains : Aucune propagande américaine ne fera oublier à aucun Polonais qu'avant l'ouverture du Mur de Berlin les soins étaient gratuits, effectués par des gens mieux formés que chez nous par les remarquables universités polonaises, et sans avoir à montrer ses papiers. Il y avait bien moins de différence entre les gens, tout le monde arrivait à manger et il n'y avait ni chômage ni pègre à la différence d'aujourd'hui.

Ma "Mère Française" Madame Andrée Renoncé-Chazaux

Alors que je me trouvais malade et abandonnée dans Paris, je rencontrai une grande Dame Française Madame Andrée Renoncé-Chazaux, qui me prit pour fille.
Elle a grandi à Saint-Denis, banlieue pauvre s'il en est, souffrant parfois de la faim, les pieds déformés par le manque de chaussures. Féministe depuis l'âge de 14 ans.
Puis, secrétaire de haute Direction auprès de Madame Christine Gouze-Raynal. Grande Résistante à Paris pendant la guerre, se contentant d'un sandwich par jour, celle que j'appelle "ma Mère Française" fabriquait et faisait passer, au péril de sa vie, des fausses cartes pour les prisonniers évadés pour qu'ils puissent rejoindre l' Angleterre.
Puis, fondatrice d'une école réputée de secrétariat médical et de comptabilité, elle s'est consacrée à la promotion des classes populaires de l'après guerre. Elle introduisit en France l'enseignement de la mécanographie; elle améliora les méthodes, développa le téléenseignement et la formation permanente, pendant plus de 40 ans de carrière. Remarquée par le Président Alain Poher, elle fut admise à la Société pour l'Encouragement au Bien. Elle céda l'Institut de formation qu'elle avait créé, Place Saint Georges à Paris, à la Fondation Léo-Lagrange.
Elle fit des prestations remarquées de sténotypie pour les sessions du Parlement Européen à Strasbourg.
Styliste et décoratrice, elle fit connaître en France l'art et le goût canadien, polonais et indien. Parisienne, elle encouragea écrivains, peintres et artistes.
Mais surtout sa bonté était unique au monde. Au cours de ses voyages, elle se pencha sur les orphelins de pays en détresse ou en guerre. Algérie, Liban, Russie, Argentine, etc. Elle en sauva des milliers par ses "adoptions de cœur". Il faudrait raconter, comment, en pleine rue, sous les balles, au Liban, elle réussit à sauver un enfant.
Sa grande générosité en tout mit en péril sa santé. Elle fonda alors un mouvement de féminin de prières pour la France.
Puis elle quitta toutes ses activités, renonçant aux plus hauts salaires.

Notre famille et notre projet

J'ai commencé en France par écrire des articles en faveur des droits de l'homme, des femmes battues et des animaux maltraités.

Madame Chazaux a eu le courage de tout abandonner car, toutes deux, nous avons décidé de refaire la famille de mon enfance et la sienne, avec des membres de nos parentés, et où seraient reçus les vieillards et les orphelins, les pauvres et les opprimés, ainsi que nous l’avons vécu. Grâce à un legs nous avions acquis une propriété où, au calme et dans la discrétion, notre famille se reconstituait.
Avant que ne s'ouvre le mur de Berlin, ma mère adoptive, se penchant sur le sort de Bogdan, l'accueillit et le soigna. Et nous pûmes adopter des enfants venus d'orphelinats Polonais. Ils grandirent par mes soins, avec pour "grands-parents" Bogdan et ma mère, extraordinaires éducateurs, et avec l'aide qualifiée de nos proches. Nous avons accueilli aussi des enfants de familles amies en difficulté, sans compter ceux du voisinage. Notre maison faisait l'admiration de tous ainsi que des autorités.

Pendant "l'État-de-Guerre", sous le gouvernement Jaruselski, Madame Chazaux traversa en voiture dans la neige la Pologne pour amener vivres et vêtements à des villages déshérités près de la frontière Russe. Elle rentra sans rien, après avoir donné ses pantoufles et sa couverture.
Droits humains : À l'heure où, sur le plateau du Larzac, on s'enflammait pour le mouvement Solidarnosc, elle rencontre le Père Jerzy Popielusko. Leur ressemblance et son amour pour les Polonais lui font découvrir de l'intérieur ce mouvement dont les secrets de sa victoire restent encore ici peu connus. Ces valeurs humaines : dignité, bonté et justice, vérité, courage, refus de vengeance, forment charte des droits humains et sont les titres du dernier sermon de ce prêtre, quelques heures avant son assassinat.
Madame Chazaux et moi, nous avons eu la chance de collaborer pendant plusieurs périodes avec Mère Teresa chez elle, à Calcutta.
Le dynamisme sans frontière de ma mère nous a attiré des amitiés et des bienfaiteurs sont venus joindre leurs dons à nos sacrifices personnels.

Droits Humains

La bonté de ma mère et notre enthousiasme débordaient. Madame Chazaux fonda une association pour aider les familles à se reconstituer. On lui doit d'avoir, la première, mis sur pied une formule bienfaisante de régénération sociale : Des orphelins "adoptent" des personnes âgées esseulées sous la protection d'adultes "parentaux".
Aujourd'hui les sessions conviviales de mise en relation des enfants scolarisés avec des personnes âgées se sont vulgarisées dans nos communes. Pourquoi des barbares se sont-ils acharnés à détruire cette "perle sociale"? Pourquoi ne serait-on pas reconnaissant à ceux qui sont à l'origine et pourquoi en revanche nous traite-t-on encore comme des pestiférés ?
L'association fondée par Madame Chazaux en Alsace est de droit alsacien. La France a pris modèle sur le droit alsacien pour son propre droit associatif. La destruction volontaire actuelle du droit associatif alsacien par le gouvernement Français est une atteinte aux droits humains par atteinte au droit social qui les promeut.

Empoisonnée avec chantage

Hélas, j'ai été très tôt empoisonnée par un médecin de campagne qui m'a administré, à doses anormales pendant une durée trop importante, un dangereux médicament, l'Agréal, aujourd'hui interdit et pour lequel des associations de victimes demandent dédommagements. Pour cacher sa faute, le médecin a fait appel à un confrère. Ils ont tenté de me détruire par des traitements encore plus lourds.
Les deux confrères m'ont alors menacée sur mes enfants si je me plaignais. C'est un miracle si j'ai survécu. Mais j'en garde de terribles séquelles à vie. Je dois commander mes jambes pour marcher, j'ai des vertiges, des accès de polynévrite aiguë, mon système hormonal est détraqué avec risques de cancer, mes nerfs rendus hypersensibles…
Ma mère m'a veillée jour et nuit pendant les premiers 7 mois de l'empoisonnement. Sa douleur de compassion a été trop forte. Elle a commencé un cancer
C'est alors que nous avons dû recourir à des médecines douces, à l'étranger la plupart du temps, car la France est le pays le plus obscurantiste.

Droits Humains : Le serment d'Hippocrate comporte l'engagement à ne pas nuire. Le Conseil de l'Ordre est une instance judiciaire chargée de veiller à ce qu'il soit respecté par les médecins et à exclure et dénoncer les criminels qui y contreviennent délibérément. Pourquoi cela n'a pas été fait par aucun des spécialistes qui l'ont su ?

Un détraqué accueilli avec ses enfants nous livre pour de l'argent

Dans cet état, nous avons malgré tout accueilli, sous la pression de notre entourage il est vrai, un détraqué avec sa femme et leurs nombreux enfants. Car il disait n'avoir pas de refuge pour l'hiver, nous avons su après qu'il avait menti. Pour les enfants, Madame Chazaux leur a cédé son propre appartement.
Nous ne savions pas qu'il était recherché par la justice, comme dangereux pervers, escroc et mythomane, ni qu'il était venu pour nous nuire. Quand la police l'a arrêté lors d'un contrôle routier, la prison l'attendait. Il a prétendu que nous l'avions dénoncé. Démasqué dans sa mythomanie et jaloux du bonheur de notre famille, il s'est pris d'une haine folle contre nous. Tout ce qui nous est arrivé par la suite est le fruit de vengeances personnelles.
À peine celui-ci était en préventive, on nous présente un peintre yougoslave qui se prétend naturopathe. Ma mère adoptive aurait tout tenté pour que je sois soulagée. Nous arrivons à le surprendre entrain de confier dans sa langue son projet de faire mourir Madame Chazaux pour avoir le domaine… Démasqué, il dépose plainte contre nous, insinuant que nous ferions partie de l'OTS, dans la presse de l'époque il a trouvé le bon épouvantail. Voilà la base, dans le rapport de gendarmerie à l'origine de ce que nous avons subi : Tout l'appareil de l'Etat de lutte contre les sectes a choisi le faux témoignage d'un criminel, sans jamais vérifier ni chercher à vérifier, en rapportant cette source à chaque étape de la procédure.

Le premier mythomane avait volé chez nous des documents, profitant de la confiance que lui avait accordée Madame Chazaux. Dès son incarcération il cherche à nous faire passer pour secte, il a repris le même motif. Il a falsifié les documents volés pour nous faire accuser. Il s'est servi de listes d'adresses volées pour chercher à nuire. Il a réussi à écrire un livre de calomnies. Il escomptait en tirer de l'argent et ne s'en cachait pas. Il est allé trouver la presse qui s'est empressée de l'utiliser.

Les médias Français nous détruisent

Une émission de télévision sur la chaîne à scandale M6 nous a salis durablement dans toute la France devant des millions de spectateurs. Ma mère fut attaquée en plein cancer, alors qu'elle méritait le Prix Nobel pour ce qu'elle faisait. Ils profitaient du fait que nous étions très affaiblies. Nous avons été attaquées sur de simples commérages.

Droits Humains :

Chacun a droit à sa bonne réputation.
L'opinion publique aux Etats-Unis, traditionnellement attachée au libéralisme religieux, ne comprenait pas cette intolérance des autorités Françaises qui venaient d'entreprendre la plus cruelle des inquisitions et l'OSCE enregistrait ces salutaires mises en garde. Les pays ex-communistes fustigeaient cette trahison, au "pays des Lumières", des valeurs pour lesquelles ils avaient tant souffert.
Nous fûmes réconfortés par les témoignages personnels de soutien du Saint-Père. Par contre les évêques Français étaient aux ordres. Ils venaient de confier l'inquisition interne dans leur église à des institutions et à des groupes qui luttaient contre le christianisme.
L'État créait une inquisition généralisée au moment où le Pape venait d'interdire à jamais cette pratique.
La grande presse s'est déchaînée pour nous traiter de secte. Madame Chazaux et moi, de familles catholiques depuis toujours, nous ne comprenions pas ce qui nous arrivait. Nous étions très proches du Pape Jean-Paul II lui-même ami intime de Bogdan. En fait des groupes obscurs cherchaient à nous détruire.

Droits Humains :

L'Unadfi, qui nous a attaqués la première, prétendait définir ce qu'est une secte et lutter contre. En comptabilité le délit le plus grave n'est pas la fraude, mais la confusion des comptes, parce qu'il les permet tous. On entend par secte un fourre-tout associatif qui permet tous les abus sur les personnes. C'est malheureusement le cas pour l'Unadfi qui mélange tout dans son titre : familles et individus.
Madame Chazaux au contraire était un modèle de clarté, d'ordre en tout et d'intégrité qui ébahit tous ceux qui étaient venus croyant trouver chez nous la confusion.

Trahie par la France et broyée

1789 Charte des droits de l'homme et du citoyen
Moi qui étais venue en France parce que je la croyais : "Pays de la Liberté" et des droits humains, je me voyais affreusement trahie par elle.
Nous étions sur écoutes depuis longtemps et depuis deux ans objet d'une "enquête" gigantesque aux frais des contribuables français. Les "enquêteurs" attendaient seulement un coup médiatique pour frapper à découvert :
Perquisitions sauvages dans plusieurs familles, harcèlement de toutes les administrations en particulier du fisc...Nous étions en France en état de non-guerre et ce qui nous arrivait se montrait pire que toutes les guerres précédentes. Dans un Pays soi-disant libre, les bataillons de sbires briefés, en uniforme de policiers armés jusqu'aux dents, se sont montrés plus cruels que les SS. Ceux qui ont connu la guerre en témoignent.

Droits Humains : La France fit deux étranges réformes, si j'en crois certains juristes et ma douloureuse expérience.

D'abord la procédure pénale devint "inquisitoire" Cela signifie qu'il n'y avait plus besoin d'accuser quelqu'un pour le poursuivre en justice. On pouvait lui faire un long procès sous très lourde surveillance, en espérant que sous la pression il avoue ce qu'il n'a pas commis ? C'est le plus sinistre et le important événement en France sur le sujet depuis plus de 200 ans, depuis que la Reine Marie Antoinette a obtenu que Louis XVI supprime l'Inquisition en France.

Ensuite une loi sur les sectes en vigueur depuis l'an 2000 permet que l'on attaque l'armée, les institutions religieuses, les parents dans les familles, pour avoir exigé l'obéissance, sachant qu'il est quasiment impossible d'en définir l'abus. L'Unadfi est allé chercher la formule dans le fascisme de Mussolini. C'est ce que publie à l'époque l'organisme gouvernemental MILS qui s'occupait des sectes et qui a adopté cette formule. Il s'agissait pour ce dictateur d'éliminer toute concurrence dans la suggestion-sujétion-abusive qu'il exerçait pour son propre compte. Les Italiens outrés font savoir qu'ils ont horreur de cette notion ambiguë.
Problème : Quel est le dictateur, individu ou groupe, qui par ce biais cherche à détruire en France l'État, la religion et la famille, pour se mettre à la place de tout ? Si j'en crois des journalistes, peut-être pourrait-on en savoir plus auprès, s'il existe, de quelqu'un qui serait chef de la sécurité de tous les gouvernements successifs, directeur de loge et pdg d'une compagnie d'écoutes téléphoniques….

Crime contre l'humanité

Maman se sacrifiait au lieu de quémander, elle préférait ne pas demander de subventions pour que rien ne dévie le but de sauver des vies et de reconstituer des familles détruites. Son œuvre venait d'être primée par l'APEF comme la plus performante au service des enfants.
On ne lui pardonnait pas d'être une femme libre. Elle refusait aussi tout recours au public ou au démarchage de masse. 50 familles de bienfaiteurs qui collaboraient avec Maman pour son œuvre au services des orphelins ont subi des pressions à domicile ( de la part notamment de policiers). Les calomnies des médias ont découragé les autres.

Droits Humains : Le résultat est un véritable crime contre l'humanité. Il faut si peu d'argent pour sauver une vie commençante ou menacée dans les pays de la guerre et de la faim. "Fields operators ", nous le savons.
Problème : Est-ce un crime contre l'humanité en temps de guerre ? Qui, en fait, fait la guerre à certains pays en les maintenant dans la misère ?

Mort de mon Père – Madame Chazaux assassinée en plein cancer

D'un seul coup nous avons dû tout abandonner. Une partie de notre famille s'est réfugiée en Pologne où nous allions souvent. Ma Mère y est morte en exil au bout de quelques mois d'atroces souffrances. Elle n'avait pas supporté de voir cette émission de calomnies, son cancer qui était stoppé s'était alors mis à flamber. Elle a fait la mort d'une sainte, ayant pardonné à ses bourreaux.
Vous qui gouvernez, vous voulez laisser qui en France ? Qui va rester ? Ceux grâce à qui vous pouvez encore respirer librement, vous les faites mourir en exil, et les esclavagistes d'enfants et de femmes de tous les pays, les trafiquants de drogue et d'armes, ils ont pignon sur rue aux Champs Élysées, ce sont leurs boutiques de la Butte que vous faites visiter .
C'est tout vu. En France les riches règnent, les pauvres on les écrase.

Bogdan était mort l'année précédente, dans la tristesse en apprenant que quelque chose se préparait contre nous. Lui qui avait résisté au nazisme et aux misères du régime communiste.. La dépouille de Bogdan repose pour l'heure dans une tombe anonyme, en terre étrangère. Et aucun des honneurs auxquels sa vie magnifique prétend ne lui a encore été rendu.


Drois humains et Justice Française :
Magistrats aux ordres - Déni de justice - Dissimulation de preuves – Torture-Maltraitance par harcèlement judiciaire

On nous a fait un procès qui a duré 12 ans, sans aucune accusation, sur la seule base de la rumeur. Moi qui avais été tirée au sort comme juré cette année-là !

Un homme politique, créateur d'une commission gouvernementale, demande à la télévision que les procureurs lancent des procès si personne n'est victime, et un Procureur nous attaque. Manifestement les Tribunaux sont aux ordres.
Le procès a commencé sur une enquête à propos de la scolarisation des enfants. Un décret très sévère venait d'être promulgué. Quand le procureur eut ordonné l'enquête, le décret a été retiré.

Le dossier judiciaire est accablant. Tous les ordres d'enquêter contiennent les mêmes phrases, de forme affirmative, provenant des médias, avant que l'enquête soit effectuée. Déni de justice. Deux juges, parce qu'ils avaient simplement l'intention d'enquêter, sont mutés.

Dissimulation de preuves. Les surabondants témoignages et les documents en notre faveur ne parvenaient pas aux juges ou étaient laissés de côté.
Entre autres, tout était ouvert chez nous et accueillant. Il n'y avait ni barrière ni clôture contrairement à ce qui avait été écrit dans le livre de calomnies. Mais personne n'est venu vérifier que tout était mensonge.

Un fonctionnaire de police me promit que mes droits seraient respectés si je rentrais en France et que je serais traitée "avec les honneurs". Au lieu de cela, à mon retour, j'ai été prise dans une voiture blindée, puis privée d'avocat et torturée odieusement dans les locaux de la gendarmerie et du tribunal. Et c'est moi qui étais soupçonnée d'abus de confiance ?

Nous avons dû aller pointer dans les gendarmeries et les commissariats de police pendant plusieurs années, comme les grands criminels.
Interdiction de sortie du territoire. Interdiction de se rencontrer.
Documents d'identité confisqués.
Rendez-vous obligés avec des psychologues prévenus.
Depuis plus de 10 ans nous sommes sur écoutes…
Enquêtes incessantes.

Un médecin et psychologue éminent mis sous tutelle

Le Docteur Catherine Vallantin-Breuilh, étiopathe et psychologue Parisienne de renommée internationale était notre amie. Elle ne faisait pas payer les pauvres. Elle était venue me seconder quand Ma Mère s'est affaiblie. Elle l'a soignée jusqu'au bout. Elle avait pour relations des personnalités intègres, comme la famille du Juge Mongolfier, dont certaines en fonction dans des Cours de Justice internationales. Sa mise sous tutelle avait été programmée à l'avance, un exécutant imprudent en a laissé sur place la preuve. Elle a eu la douleur de voir deux de ses enfants réclamer cette privation de droits. Il s'agissait pour le complot d'empêcher cet esprit supérieur de témoigner en justice des faits qu'elle connaissait, de la priver de la majeure partie de ses revenus et donc de moyens d'agir.
Il n'y a pas d'exception, quand la procédure est abusive elle est jalonnée des plus grossières irrégularités. Nos avocats n'avaient aucun mal à les repérer.
Catherine Vallantin a passé sa vie à faire avancer les méthodes douce en médecine, à trier ce qui est bon pour écarter les charlatans, à encourager les laboratoires d'analyse. Si elle avait travaillé à ces médicaments qui coûtent cher et dont on s'aperçoit trop tard que leur industrie a des listes de morts sur la conscience, on ne l'aurait pas maltraitée.
Elle est sous tutelle depuis onze ans, privée des deux tiers de ses moyens d'existence, harcelée par des procès successifs, atteinte d'un cancer suite à tout cela. Convoquée ces jours-ci par un Juge à 1000 kilomètres de chez elle, malgré ses opérations après fracture des deux fémurs. Elle subit de plein fouet la maltraitance par harcèlement judiciaire que l'on nous inflige.

Notre gouvernante capturée et décédée

Notre gouvernante, que nous appelions "Mamie", avait été 40 ans aide au prêtre en Alsace. Grande Résistante pendant la guerre, femme de grande culture promue comme telle par ses pairs. Mise sans raison sous curatelle en profitant d'une hospitalisation, elle est morte dans le désespoir. Ceux qui l'ont séquestrée lui avaient fait croire que nous l'avions abandonnée.

Droits Humains : Dans les deux cas le Conseil de l'Ordre a été complice au niveau Français et pas seulement régional de tout cela.
En effet le Docteur Vallantin, membre de ce conseil devait être jugé par ses pairs, seuls compétents. Malgré ses appels à eux, ceux-ci l'ont livrée à des tribunaux politiques.
Notre gouvernante a été placée au secret par une de nos amies membre du Conseil de l'Ordre. Celle-ci a été complice de celui qui a menti à notre Mamie en lui disant que nous l'avions abandonnée. Elle s'est immiscée dans nos affaires de famille.

Koch
Droits Humains : âge et état de santé

En Pologne, le célèbre boucher nazi Koch retenu en prison a été libéré à l'âge de 90 ans parce qu'il était atteint d'un cancer. Et ceux qui ont eu égard n'étaient nullement suspects de complicité !
Quel contraste en France avec ce qui se passe partout ailleurs où l'âge est un objet de respect et où la maladie suspend le châtiment s'il y avait lieu de châtier :
Que ce soit pour ma Mère cancéreuse et âgée, que ce soit pour notre gouvernante, cardiaque et âgée de 90 ans, que ce soit pour le Docteur Vallantin, atteinte d'un cancer et âgée aujourd'hui de plus de 80 ans, non seulement les autorités, les magistrats et les administrations de France n'ont eu aucun égard, mais ces personnes de valeur ont été attaquées, précisément en profitant de leur âge et de leur graves maladies, et à ce moment-là, pour les détruire, parce qu'elles étaient innocentes..

L'enfant deux fois choquée devient épileptique

Monika, mineure adoptée, paralysée d'un côté depuis la plus petite enfance, était une gloire de notre maison. Condamnée d'avance par les spécialistes comme inadoptable et à ne pouvoir marcher de toute sa vie, grâce à nos soins qualifiés elle était devenue capable en toute chose, comme tous les autres enfants et parfois plus : marcher, faire du vélo, cuisiner, etc.
Au mépris de son excellente éducation et de son attachement à nous, elle a été "kidnappée" par les services sociaux, mise au secret. Ils lui ont fait croire que nous l'avions abandonnée. Le motif du rapt est inquiétant : procédure d'urgence parce qu' "il semble que" nous faisions l'objet d'une procédure pénale !
Pendant ce temps sa grand-mère adorée agonisait en la réclamant. Cruauté impitoyable du Juge et des Autorités Françaises : Toutes les démarches pour que l'handicapée puisse venir au chevet de la mourante ont été vaines..

La justice locale mit Monika dans les mains du père d'une "famille d'accueil" qui abusa d'elle alors qu'elle était mineure. Le choc de la mort de ma mère et celui des sévices sexuels l'ont rendue épileptique depuis lors.
Elle avait réussi à nous rejoindre grâce à une intervention diplomatique, mais le mal était fait.

Enfants lynchés et dispersés,

Dès la sortie du livre contre nous, et après l'émission de M6, on vit des motards s'introduire dans la propriété pour lancer des cailloux aux fenêtres et au front de ma Mère. Les camarades d'école de nos enfants leur lançaient pierres et crachats en les traitant de secte. Ils ne comprenaient pas pourquoi, eux qui faisaient l'admiration de tous à la messe le dimanche. Toute leur scolarité ils sont poursuivis ainsi par le lynchage médiatique, les camarades ayant vu des internets ou des émissions hostiles.

Nous avions chez nous quelques enfants confiés par des parents en grave difficulté. Une inspection arriva qui, au lieu de s'intéresser à eux, s'intéressa à notre domaine et ordonna la dispersion des enfants.

Droits Humains : Il est important que les familles puissent s'entr'aider en se confiant les enfants quand elles sont en difficulté. Sous prétexte de contrôle de cette démarche, des organismes qui jamais ne se sont préoccupé des enfants ont ordonné leur dispersion sans motif. Le droit des familles a été lésé, avec conséquences graves sur les enfants. La brigade des mineurs a convoqué des enfants pour témoigner contre leurs parents, on les a poussés à le faire alors qu'ils refusaient de déposer plainte.

« Lost paradise ». Les preuves des mensonges sont à disposition

Les enquêteurs eux-mêmes venus traquer chez nous des malhonnêtetés inexistantes ont dû reconnaître qu'ils avaient volé des bouteilles à la cave en notre absence.
Mais surtout le complot convoitait le domaine réservé aux pauvres pour s'y installer. C'est pour cela qu'ils ont fabriqué avec nous une secte. Ils nous ont terrorisés par harcèlement des institutions et par menaces anonymes. Leur but était de pouvoir dire : Voyez, ils sont partis, c'était bien une secte. Et de s'accaparer la propriété.
Mais ils n'avaient pas prévu ceci : Toute notre vie a été photographiée et filmée. Parce que tout le monde, poètes, écrivains, artistes, chercheurs venaient chez nous et recueillaient les témoignages de ces journées vécues en famille avec nous, pleines de lumière. Les preuves nous les avons et nous les tenons à disposition de qui en fait la demande.
Pour les pessimistes la vie est terrible. Pour nous et pour les enfants la vie était un jeu, un perpétuel enchantement. C'est ce bonheur qui a été piétiné.

Droit des animaux

Nous étions en Sologne. Des rangées de chasseurs tiraient les oiseaux et les biches jusqu'au ras de notre parc, alors qu'ils n'avaient que cet endroit pour se réfugier. Les oiseaux, les écureuils faisaient nid jusque dans notre maison. Les chiens étaient heureux et inoffensifs, ils ont fait de la dépression à attendre notre retour. Voilà ce qui a été piétiné avec leurs bottes et leur fouet de maître-chien.

Enfants démoralisés, traumatisés, désavantagés

Ce qui fait du tort aux services sociaux, c'est d'être utilisés à l'envers. L'assistante sociale qui fait interner celui n'est pas d'accord avec elle. L'aide à l'enfance qui la met entre les mains des violeurs. Le médecin qui vous inocule un virus mortel. La fausse ambulance qui vient pour vous mettre un coup de revolver. Le policier qui vous torture. L'hôpital qui décroche les appareils de votre maman parce qu'elle a bien assez vécu. C'est en France.
Nous avons été menacés, mis au chantage, etc.

Quand il s'avéra que le procès contre nous était truqué, les enfants voyaient des sadiques, des bandits et des profiteurs se faire appeler Mr le Juge, Mr le Préfet. Ils ont été démoralisés : à quoi bon, Maman, ce que tu fais de beau et de bien, à quoi bon prier, puisque les bandits triomphent ?
Enfants traumatisés à vie…Il fallait maintenant que les adultes consacrent leurs énergies à les défendre, au lieu de pouvoir s'occuper d'eux.

Interdit d'exister

Quand tout cela a commencé nous attendions la naissance d'un enfant de mon sang dont les parents n'étaient pas en mesure d'assumer sa naissance et de le reconnaître. Je l'ai pris pour mien contre promesse qu'il ne serait pas avorté et pour qu'il ait un état-civil. Au lieu de me féliciter et de montrer en exemple ceux qui m'ont aidé, j'ai été poursuivie avec acharnement comme criminelle et finalement condamnée. Les Autorités Françaises refusent depuis 12 ans à l'enfant qu'il ait un état-civil, au mépris de tout droit humain.

Droits de l'enfant :

La seule plainte que j'ai déposée personnellement en 1999 c'est pour viol de vie privée. Comme mère de famille j'estime qu'il est impossible d'élever des enfants, de soigner des personnes âgées, de vivre une vie de famille tout simplement sans respect de la vie privée. ( La mère oiseau ne revient plus au nid si l'on a touché les oeufs ou les petits). Voilà le mal qui nous a été fait en nous montrant à 4 millions de spectateurs.

Ensuite les familles n'ont plus leur mot à dire sur l'enfant. La clause qui leur accordait le droit de le déclarer au mieux pour son avenir en tenant compte de "la paix et du bonheur des familles" a été supprimée. C'est l'État qui décide seul du droit de l'enfant alors que c'est moi qui l'élève. Si par contre le commerce juteux des mères porteuses invoque cette clause, on va faire une exception ?

Mère de famille réduite à mendier

Je ne pouvais travailler depuis mon empoisonnement. J'avais droit au RMI, à l'aide au logement et j'avais un enfant en bas âge à m'occuper quand cela a commencé. J'avais droit à des allocations pour mes enfants. Nous fûmes systématiquement sans raison privés de toute aide pendant des années. Je ne peux toujours pas travailler et toute aide continue de m'être refusée. On nous applique les règles destinées aux indésirables les plus dangereux. Qui en souffre ? Ceux qui refusent les aides, ont-ils quelque pensée pour les enfants ?

Droits sociaux :
Ils sont inexistants en France. Les lois se ressemblent. L'article 1 dit qu'on a droit au logement, au minimum vital, etc. Il n'est jamais appliqué. Seuls sont appliqués les articles qui nous mettent dans les mains de commissions locales qui décident à notre place et contre qui on ne peut rien. C'est notre faute s'il y a du chômage etc. Et nous n'avons pas accès à savoir pourquoi nous n'avons droit à rien.
Si ! Comme c'est moi qui élève l'enfant, j'ai droit à des allocations, ce sont les directives du ministère m'a-t-on dit. Eh bien on a fait exception contre nous. La Caf nous a dit qu'on nous refusait tout pour cause d'enquête sur nos états-civils. Combien d'étrangers, naturalisés comme moi ou non ont leur droit social reconnu ici alors qu'ils ont des états-civils poétiques !
Et bien sûr, nos enfants naturalisés doivent souvent recommencer leurs papiers pour faire plaisir au gouvernement Français comme s'ils ne l'étaient pas. Tracasseries bien connues.

Le crime parfait, le bourreau masqué

Profitant de l'une de mes absences, le mythomane dénonciateur était revenu chez nous la nuit voler d'autres documents. Sous couvert de perquisition, les enquêteurs ont volé chez nous des documents importants, qui ne sont pas parvenus chez le Juge, pas plus que les témoignages de notre innocence. À partir de là, il ne fallait pas qu'il reste de témoins de ce qu'ils ont fait. Pour cela, ils ont entrepris de nous détruire.
À peine une attaque finit, une autre commence. Ils se passent les consignes dans l'ombre pour stresser, détruire et étouffer nos voix.
Harcèlement à mort judiciaire et administratif constamment renouvelé. Pour se cacher, ils ont pensé commettre le crime parfait par le stress prolongé.
Des scientifiques ont exploré le mécanisme, comment le stress entretenu et renouvelé détraque le système hormonal en cascade, ce qui produit puis avive le cancer. Aussi scientifiquement des groupes obscurs mais puissants s'acharnent à le produire. La liste s'allonge des inventeurs de médicaments efficaces et de bienfaiteurs de l'humanité assassinés de cette manière. ( Célèbre par exemple est le Professeur de l'Université de Bordeaux, Loïc Le Ribault qui mit au point le bienfaisant "G5". Grâce à ses recherches scientifiques, il avait trouvé l'auteur des crimes de Mourmelon. Le Ribault dut se réfugier à Antigua, puis en Irlande, puis en Suisse. Cancéreux, ils l'ont achevé de peur qu'il ne publie de nouveau. Il compatissait à nous. L'opinion internationale a fait constamment savoir son indignation aux autorités françaises et des cours de justice ont été saisies. )
Il s'agit bien d'une maltraitance à mort sur nous par harcèlement judiciaire.

2005 Non-lieu total

Heureusement, en 2005, un nouveau Juge qui n'avait pas fait partie du complot comprit que nous en étions victimes et que nous étions innocents. Il rendit un verdict de non-lieu général au sujet de toutes les rumeurs de secte et d'escroqueries que les médias avaient répandu, et cela pour chaque personne ou association qui avait été attaquée.


Mais par derrière
Non respect d'une décision de justice.
Il faut savoir que nul n'a osé nous faire figurer sur la liste officielle des sectes publiée par le Parlement. Mais il y a en France, dans les bureaux des "Renseignements Généraux", des listes clandestines de familles à détruire en les épinglant comme "secte". Il y a des listes clandestines de personnes et de familles qui sont interdites de médias en France.

Dérives françaises et recours international

L'horreur qui me touche n'est pas un cas isolé en France, même si elle est inouïe. Par exemple l'affaire d'Outreau a été largement médiatisée jusqu'à l'étranger. De nombreuses personnes sont restées de nombreuses années en prison. Les enfants ont été arrachés aux parents par les services sociaux. Un procès aberrant sur une Rumeur de pédophilie. Cette rumeur a été reconnue infondée. Les personnes ont été tardivement acquittées. La grande presse a fait écho à l'indignation des innocents. Mais on s'est bien gardé, sous l'actuel gouvernement, de poursuivre les criminels qui ont lancé la rumeur ni le Juge qui a détruit des vies sans aucune preuve, ni les policiers qui ont obtenu les aveux qu'ils avaient dirigés. Vies détruites, enfants encore séparés des parents…
Ceux qui nous ont détruits sont impunis. Nous n'avons pas obtenu de dédommagements. Et qui peut nous rendre nos morts ? Quel dédommagement rendrait compte de notre douleur ?
Les sites internet de calomnies échappent à la justice. Quand nous sommes au restaurant MacDonald, à la station de l'autoroute, ou à l'église, on nous reconnaît pour avoir vu notre visage à la télévision ou sur internet, dépeints comme monstres de fausseté.

C'est pourquoi des personnalités indignées, des canaux diplomatiques, des recours devant les cours internationales continuent en notre faveur, stigmatisant ce qui se passe en France et son gouvernement. Selon les observateurs, on a commis ici le plus grand crime possible, le plus odieux de l'histoire de France.

Le mal continue son oeuvre

Des détraqués, voyant que le mythomane dénonciateur est libre de ses mouvements et protégé, ont suivi son exemple et profité de notre faiblesse. Ces parasites nous ont volé des voitures, des meubles. L'un d'eux s'est accaparé une personne âgée de notre maison pour sa pension. Quand nous les démasquons, ils portent plainte contre nous, nous sommes enquêtés et eux sont protégés.
Je ne peux toujours pas travailler et toute aide continue de m'être refusée. Or j'ai une enfant paralysée à qui je ne peux assurer les secours nécessaires. Et ma pauvreté peut servir de prétexte à nous arracher le plus jeune enfant, celui que j'ai sauvé.
Pourquoi assassine-t-on ainsi en France des innocents et pourquoi protège-t-on les bandits, la pègre, la mafia internationale, la prostitution des enfants et des femmes en plein Paris ?

Droits humains
Les Cours de Justice et les avocats.

Dans les bonnes maisons on pouvait lire en arrivant : que nul médecin, que nul huissier n'entre ici. Car c'était signe de ruine.

Des avocats se sont penchés sur notre cas. Mais, que faire ? S'il faut payer un avocat pour nous défendre de quelqu'un qui nous a ruinés, c'est impossible. Certes, nous sommes prêts à de grands sacrifices pour ses honoraires. Mais il faut surtout d’abord qu’il nous défende, et après, s'il gagne, je pourrai le payer comme il doit l’être pour ce qu’il aura réussi.

S'il faut présenter un dossier pour expliquer que l'on est fugitif, menacé physiquement et qu'on n'est plus dans les conditions de présenter un dossier…
C'est pourtant ce qui m'est demandé depuis 12 ans.

Nous avons présenté notre affaire devant de nombreuses cours de Justice, par avocat interposé, ou bien certains de nos amis l'ont fait pour nous.
À La Haye, à Strasbourg, à Genève, à Varsovie, à la Cour du Roi Baudoin, etc.
Il nous a été répondu par de nouvelles demandes de procédure de remplir des dossiers, etc. Pendant que notre vie est menacée.

La Cour de Justice qui vient et qui va juger tout cela en a décidé autrement. Toute personne qui a eu connaissance de notre affaire et qui ne se saisit pas, en son âme et conscience, pour venir aux secours de nos droits, est complice des criminels. Les Cours ont non seulement le droit mais le devoir de se saisir elles-mêmes, cela figure dans leurs statuts.

Quelle est ce Tribunal de Nuremberg imminent ?

D'abord des œuvres cinématographiques sont en cours, des récits des livres, des dossiers ont été essaimés dans le monde. Où chaque lâche et chaque courageux, chaque personne de cœur figure. Lourdes est une ville cosmopolite et des amitiés et des rencontres internationales soutiennent notre combat.

Et si cela ne suffisait pas, le Tribunal de l'Histoire vient à son heure.
Comment se présente-t-il ?

Si la victime pardonne comme l'a fait Madame Chazaux à ses bourreaux, et comme je le fais d'avance, ils n'ont aucune raison de ne pas se dénoncer.

Et même, au moment de mourir, beaucoup se dénoncent d'eux mêmes parce qu'ils ne veulent pas garder cela sur la conscience. Tout finit par se savoir. Nous en avons l'expérience en France, dans l'affaire Daudet par exemple où le père de Madame Andrée Renoncé Chazaux fut ruiné injustement, les assassins se ont dénoncés avant de mourir.

Et même, s'ils ne veulent pas, leur conscience leur pèse au point qu'ils en meurent sans crier gare. C'est ce que l'on appelle la Justice immanente. Elle a déjà opéré des coupes sombres chez ceux qui nous ont détruits. Par exemple ce dirigeant de M6 en 2007. À bon entendeur…

J’attends un Juste qui

Je me tourne vers ceux qui cherchent comme moi des méthodes de vies plus humaines, plus naturelles,
qui pratiquent et animent une vie sociale plus solidaire, plus tournée vers les orphelins des pays les plus souffrants,
Je confie mes espoirs à tout défenseur des Droits Humains, personne privée ou institution.
Combien de fois j'ai été déçue par ceux qui fréquentent telle ou telle église comme moi, par les autorités, les bureaux et les associations qui portent tel ou tel nom et affichent qu'elles proposent telle ou telle aide ?

N'y aura-t-il pas un juste qui dira "Je ne veux pas être de ces Pilates qui ont laissé exterminer cette famille jusqu'au dernier." Un juste qui ira jusqu'au bout pour se rendre compte, pour faire savoir ce qu'il aura vu et pour obtenir complète réhabilitation et châtiment proportionné des coupables.

Oui j'attends un avocat, un défenseur des droits humains pour nous réconforter et pour gagner. Ici comme ailleurs quand les particuliers osent s’exprimer, les dictatures tremblent et les lâches qui les soutiennent s’effondrent, colosses aux pieds d’argile.

Vous qui me lirez, vous avez ma parole d'honneur, au nom de tous les héros de ma famille, que tout cela est authentique. Je crie ma double demande. Je ne sais à qui adresser mon cri ».
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Her le Dim 16 Oct - 14:00

Bonjour à tous,

Sophie Catherine Margaret a écrit un livre en hommage à sa mère adoptive de cœur : Madame Andrée Renoncé-Chazaux.
Andrée est cette Maman que Sophie réclamait depuis longtemps à sa "Lilijna" (son Lys : la Sainte Vierge) :

Le livre "Femme de France" raconte la vie hors du commun de Mme Andrée Renoncé-Chazaux et de sa famille de Cœur recomposée de personnes et d’enfants « adoptés ».

Auteur : Sophie Catherine Margaret de la Société des Gens de Lettres de France à Paris.

Andrée Renoncé-Chazaux : Une femme et sa famille profondément ancrée dans notre terroir de la vieille France.

Grande résistance " dans les réseaux Maurice Pinot " ;
Sténographe comptable au Ministère des Finances ;
Directrice d'école à moins de 24 ans ;
Directrice d'une école de sténographie à Saint-Denis ("Institut Moderne" plus de 300 élèves) ;
Sténographe au Parlement Européen de Strasbourg ;
Fondatrice de l'Association des Femmes de France.

Les enfants : Paul 10 ans, Pierre 12 ans, Olivier 23 ans et Monika 26 ans.

Nous découvrirons :
L'amour d'une famille unie à Saint-Denis ;
La rencontre d'Andrée et de Sophie ;
Un grand résistant Polonais Bogdan ;
Le docteur Cathy, 85 ans ;
Les diverses demeures de cette famille…

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Court résumé : Dédicace

Je suis restée sidérée par ton absence et maintenant, après dix ans de deuil, je puis commencer enfin à faire connaître les bienfaits que tu as répandus dans notre monde.

Pour comprendre la vie généreuse qu’est la tienne, il faut connaître la souche dont tu es le rameau magnifique. J'ai tellement vécu de tout ce que tu m'as fait connaître de ton pays et de ta famille, que je ne peux plus le garder pour moi, je ne peux plus taire de si belles choses.

Française, grande dame Française enracinée dans la vieille France.

Tu n'as jamais recherché la renommée et, si tu fréquentais des gens exceptionnels, ce n’était pas pour te faire valoir, mais pour partager leurs idéaux, leur sagesse et leur bonté. J'espère que, de ces confidences, jailliront des étincelles qui enflammeront des cœurs généreux.

Il m’est impossible de laisser ces confidences entre nous. Il faut qu’elles illuminent la vie amère de notre siècle.

Ton sourire, que je pleure tant, m'encourage à te dédier cette œuvre, oh ma grande dame Française, Maman chérie.

Il me faut faire connaître la splendeur de ta destinée et comment tu l'as réalisée : fidèlement, courageusement, docile et souveraine. Tu avais de qui tenir !

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

« Femme de France »

Préface par le Professeur Marie-Laure de Zellaen

Une poignante mélopée. Un cri réclamant justice. L'histoire d'une famille innocente et belle, de sa fondatrice hors-pair, détruites avec un acharnement impitoyable.

À la lecture de ces pages, ceux qui ont goûté l'amour et le bonheur de cette maison, ceux qui furent momentanément déconcertés par le battage médiatique criminel, par les jugements téméraires dont elle fut victime, tous découvriront ici comment sont utilisées les ambitions de malfrats, mythomanes et ratés, pour assassiner une héroïne.

Jaloux du bonheur qu'elle leur avait fait partager, ils se sont acharnés à le détruire par leur mensonge. Quand un mythomane est découvert, il se retourne, avec toute la violence de sa haine, contre ses bienfaiteurs. Il s'acharne à faire accréditer ses faux témoignages par tous les médias et les enquêteurs possibles, trop souvent hélas avides de scandales. Ils seront finalement ridiculisés.

Ils sont en fait le jouet de cette puissance occulte qui abhorre les routes de vie, de liberté, de bonheur et d'amour que cette grande dame Française a tracées.

Ce livre permet de faire des découvertes étonnantes sur les arcanes de l'histoire contemporaine où de grands criminels sont finalement de bien piètres individus.

Il est bon, pour l'indifférence et la lâcheté de notre époque, d'être confronté à la conséquence de nos actes en suivant pas à pas le long et douloureux calvaire d'Andrée Renoncé, cette colombe de bonté, naïve et sans défense, sublime dans son absence de rancœur.

Nous ne remercierons jamais assez l'amour filial de son orpheline de nous avoir fait connaître cette montée sublime, s'arrachant pour nous aux pleurs d'un deuil dont nous comprenons mieux qu'il soit inguérissable.

À ceux-là qui n'ont pas entendu les cris de détresse de cette héroïne étouffés par le harcèlement administratif et judiciaire, qu’ils puissent enfin reprendre le flambeau de son œuvre et témoigner de son excellence. Le seul crime dont elle a été punie est d'avoir fait prier pour la France des femmes vaillantes et déterminées, à Notre-Dame-des-Victoires."

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Quatrième de couverture :

"Femme de France" de Sophie Catherine Margaret

"Un malfrat est introduit chez nous... ...et notre histoire commence."

Les autorités n'étaient pas si naïves. Personne n'a cru Dekeyser. Mais ils avaient leur plan. À leurs yeux, il n’était qu’un pion, un mythomane, un imposteur capable d’aller jusqu’à la télévision pour faire connaître le personnage qu’il s’était imaginé. Il a pleinement réussi : il a déclenché les écoutes téléphoniques, les perquisitions policières, le saccage d’une famille dont il prétendait être la victime. Un tel homme est intéressant pour les Renseignements Généraux. Draineur de rumeurs qui propagent le mensonge, assoiffé de sensations, ce parasite, raté et malade est devenu l’espion fabulateur, l’adepte repenti, la victime... Dans la vie privée, tantôt il était « le grand Monarque », tantôt il était le propriétaire d’un château inconnu et bien d’autres personnages. Il fit aussi des conférences pour salir une famille innocente, une « Femme de France » atteinte d’un cancer.
Le but était clair, s'installer dans ce domaine que Maman avait acquis. Il a réussi. La propriété trop belle devait être arrachée à tout prix. Il faut fabriquer une secte, en profitant de la maladie et de la faiblesse de ses occupants ; faire croire que tout le monde a été expulsé pour ce motif. Certaines « autorités » iront même jusqu’à interdire aux agences immobilières de vendre la propriété pour se la réserver.
Il fallait donc absolument que l’on puisse faire croire aux mensonges et aux délires d’un « De Keyser ». Tout est planifié et se déroule comme dans une sordide pièce de théâtre à la Kafka : « Un mythomane conduit le bal ». Mais pour les habitants, la pièce se transforme en tragédie, drame, kidnapping, mort, viol...
Au temps de la sorcellerie, on brûlait en place publique. Aujourd’hui le bûcher est remplacé par le dénigrement, les gardes à vue, les perquisitions, avec le même résultat...
Comme Jacques Cœur à Bourges, comme Jeanne d’Arc à son époque, Andrée Renoncé-Chazaux et sa famille ont souffert.
Voici notre histoire.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Poème : "Debout Maman"

Debout Maman
Ne dors plus
Réveille-toi
Prends courage
Pour cette France que tu as tant aimée.

Entends-tu la flûte
Et la musique des harpes ?
Les troubadours, les poètes ?
Entends-tu la mélodie sacrée
Vers demain ?

Je suis là
Et je t'aime à jamais.

- Sophie -

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Table des Matières :

Femme de France. 7
Préface par le Professeur Marie-Laure de Zellaen. 7
Le Jugement téméraire. 10
Douce France. 11
Première partie SAINT-DENIS. 13
Chapitre 1 La famille de Maman. 15
Ta Mère Marie-Louise, chef d'exploitation. 15
Ton Père Narcisse, héros de guerre. 17
Chapitre 2 Ta petite enfance. 22
Une voix – Un taxi – Un bal 22
Naissance d'Andrée à Saint-Germ
Saint Germain-des-Prés. 24
La vie à Monceau. 25
Chapitre 3 L'amour d'une famille unie à Saint-Denis. 28
Le complot 28
Cosette et la basilique. 29
Tes parents, la boutique, l’école et des présages. 30
L’ami Jeannot et le voisinage. 33
L'adolescence d'Andrée. 34
Le jardin de ton Père. 36
La dame et la communiante. 41
Charité récompensée. 41
Une petite fille. 43
Mes Mamans d’Amour. 43
Chapitre 4 Dans Paris occupé. 45
Mademoiselle Renoncé à 15 ans – La guerre éclate. 45
Deux faits mémorables. 46
Secrétaire de Haute Direction. 47
Dans le réseau Maurice Pinot 49
À la barbe de la Gestapo. 51
Chapitre 5 De ton Père à ton mari Des ministères à l’enseignement De la guerre à la paix. 54
La mort de Narcisse. 55
Chapitre 6 Ta vie de femme. 58
Ouverture de l’institut à Saint-Denis. 58
Attentive à toutes les misères. 59
Pas de favoritisme. 61
La directrice d’école. 63
Précurseur 64
Carrière artistique. 66
Le désintéressement récompensé. 66
Chapitre 7 Dépouillement et éveil spirituel 69
Mort de ta Mère et premier tournant de ta vie. 69
L’apogée de ta carrière et l’appel vers la montagne. 71
Premier pèlerinage à Sainte Marie-Madeleine La Sainte-Baume. 73
Chapitre 8 Des prières, des pèlerinages, une rencontre. 75
Histoire des messages Les Femmes de France. 75
Histoire de la statue de Notre-Dame. 76
Rue du Bac. 78
Encore la statue. 78
De la rue du Bac au Sacré-Cœur - Le Père Louis. 79
Sainte Rita me donne une Maman. 79
Tu étais si majestueuse. 81
Deuxième partie DIVERSES DEMEURES. 83
Chapitre 9 Vers l’Alsace. 85
Je vais chez toi Je vais en pension. 85
Main dans la main. 86
L’Alsace nous ouvre les bras. 87
Visite au Parlement Européen. 89
Recherche d’une nouvelle maison. 90
Le cheval blessé. 91
Pérégrinations et découvertes. 92
Les chapelets. 93
La vie avec toi 95
Mon refuge. 96
Béatitude. 96
Chapitre 10 Construction d’une famille. 98
La France et la Pologne. 98
Quand je ferme les yeux, j'entends ta voix. 98
Mulhouse. 101
Arrivée en France de Papa Bogdan. 102
Le ver luisant 105
Chapitre 11 Fuite vers le Midi 106
Début de la persécution. 106
D'Alsace à Menton. 106
Les valises et l’escalier 107
Sodome et Gomorrhe. 109
Le magnétophone. 110
Que faire ?. 111
Pour tromper l’adversaire. 111
La grêle et les motards. 112
Chapitre 12 À Salles-sur-l’Hers. 114
Monsieur le Chanoine et l'Association Tournesol 114
Une grande famille. 115
Le château de Salles. 117
Confiance en la Providence. 118
Conte de Noël 120
Ici…... 122
Chapitre 13 Notre famille se refait 124
Papa Bogdan… et le Patou Baca. 124
Le héros de l’A.K. 125
Enfance pauvre et carrière de Bogdan. 127
Santé de Bogdan et Maman « sauveteur ». 128
Maman face aux perfidies. 129
L'histoire du chien « Shérif ». 131
Un ouvrier Polonais et notre voyage dans son village. 131
La fille qui ne pleure pas. 133
Chapitre 14 Mauvais présages en Sologne. 135
La Sauldre. 135
La croix blanche. 136
La mort de Fifisia. 139
L'abattage des tilleuls. 140
Dignité. 142
De malheurs en malheurs. 143
Notre ami le hibou. 144
La Sauldre refuge des animaux. 144
Chapitre 15 Notre vie à La Sauldre. 145
Mamie et toi 145
Traditions d’Alsace et de Pologne. 147
Puis-je vous faire visiter ?. 148
Deux invités Bretons. 152
Maman m'aide à rédiger en français. 153
Une Vierge pèlerine. 153
Vierge du mois de mai 155
Chapitre 16 Affectueuse, compatissante, éducatrice. 157
« Maternité ». 157
L'amour de Maman. 157
Tu devines mes souffrances et voles à mon secours. 159
L'institutrice Babcia. 161
Le cœur d’une Mère. 162
Toi…... 162
Troisième partie MALADIE ET PERSECUTIONS. 163
Chapitre 17 Les amis de Maman. 165
Simone et Alain. 165
Les faux amis. 166
Ta couturière. 167
La fermière. 168
Le marchand d’ânes. 168
Des ecclésiastiques. 169
Trois amitiés différentes. 170
Et tant d’autres. 171
La Présidente. 173
Ni la richesse ni la fortune…... 173
Pour un instant de plus. 175
Chapitre 18 En Alsace, les épreuves de l'association Tournesol 176
L'installation. 176
La cabale des dévots. 177
Après plus de quinze ans d’attaques. 178
L’étrange coalition. 179
Chapitre 19 Tu étais sans méfiance. 181
Il te trahira. 181
Chapitre 20 Maladie et Grâces. 183
« L'Ange et le Chasseur ». 183
Médecines naturelles. 197
À la fin de l’automne. 197
Histoires de roses. 197
Et puis, il y a eu cette fois-là. 198
Ma perle vient de tomber malade. 199
Chapitre 21 Souffrances et prédateurs. 201
Le cancer de Maman. 201
Second pèlerinage à la Sainte-Baume. 202
Stéphane Dekeyser et sa famille à La Sauldre. 205
En prison. 208
La justice obéit-elle aux mythomanes ?. 209
Chapitre 22 La Petite Doctoresse et Papa Bogdan. 212
Départ de Stéphane Dekeyser et de sa famille. 212
Arrivée de Docteur Cathy. 213
Papa Bogdan me console et tu le soignes. 214
Promenades en forêt 217
Le poste de radio. 218
Éloge de la petite Doctoresse. 221
Résignation. 224
Chapitre 23 Bogdan nous quitte. 226
Un dernier Noël avec nous. 226
Son retour en Pologne. 227
Chute et hospitalisations. 228
Infructueuses démarches. 229
Dans le coma. 231
Bogdan sauvé par Maman. 232
Pour moi il était immortel 233
L'enterrement La cérémonie à la petite chapelle. 235
Héros ignoré. 238
Tu nous protégeais. 240
Pourquoi tant de haine. 240
Chapitre 24 Charité et Jalousie. 241
Maman organise les camions pour la Pologne. 241
Paul-Denis Toulemonde arrive. Il nous annonce la sortie du livre de Stéphane Dekeyser 241
Dernier Noël à La Sauldre. 243
Agnès Molia et Stéphane Dekeyser complices pour le coup monté de M6. 248
Le comble de la procédure. 255
Le piège d’Agnès Molia. 256
Chapitre 25 Médiabolisation. 258
Le tandem S. Dekeyser – A. Molia invente la secte. 258
14 février 1999 - M6. 261
Les découpages à l’infini. 263
Conséquences : enfants et familles brisés. 264
Des preuves, des photos, des films. 267
Les nuages noirs s'abattent sur La Sauldre. 268
Noël 2002. 269
Lettre ouverte à M6. 269
Quatrième partie TON DERNIER VOYAGE.. 273
Chapitre 26 Inquisition à la française. 275
On nous met au pilori 275
Bannis par des ecclésiastiques. 276
Don Stefano Gobbi 277
Des justiciers de vingt ans. 278
Le plus cher. 281
Mon Jésus. 282
Chapitre 27 Enquêtes et Perquisitions. 284
Nos trésors, nos secrets. 284
Maman et moi quittons La Sauldre. 286
Derrière nous. 287
Notre séjour à Paris. 288
Comment nous sommes passées. 289
Vague de terreur 291
Daniel avant 295
Daniel après. 295
Enquêtes de Police. 296
Qui est le gourou ?. 297
Chapitre 28 Vie en Pologne. 299
L'installation de l'appartement 299
Visites à Olsztyn. 301
Varsovie. 302
En bas de chez nous. 304
Pensionnaire à Gietrzwald. 305
Une Croix tombe dans la forêt 306
Le vent froid de Grünwald. 307
Séjour en sanatorium.. 307
Le chalet forestier à Guzowe Piece. 308
Fifisia, notre petite chienne. 310
Lady : notre second cocker 311
Au chalet (suite et fin) 313
Dernier séjour à Mickiewicza. 314
Ta chute. 315
Petit ruisseau. 316
Chapitre 29 Dernière Hospitalisation. 318
Seule dans le couloir 318
En salle d’urgence. 319
Quelques jours en chambre seule. 320
Arbre de la vie. 323
Chapitre 30 Martyre de Maman. 324
Derniers sacrements, derniers moments. 324
À ton chevet 329
Mise en bière et veillée à la crypte. 330
Mon Noël Éternel 330
Innocente. 332
Quand sous nos pieds tout s’écroule. 333
Mon cœur s’arrêta ici 334
En sortant de l'église une amie me console. 335
La procession au cimetière. 336
Tendrement 336
Juste après. 338
Si bonne qu’elle en était naïve. 338
Un hommage venu de Pologne. 339
Chapitre 31 D’un pays à l’autre. 346
J'ai survécu pour lui 346
Maman et Pio. 346
« Miracle pour la Noël ». 347
La lettre de Monika. 350
Marie Stuart 352
Départ d'un être cher. 353
Chapitre 32 En France, la persécution continue. 355
Que des histoires de douleur 355
On nous a pris Mamie. 355
Depuis l’émission. 356
L’association pourchassée. 357
Internet, village de cancanages. 359
Pauvre Mamie. 359
Plus de place pour l'héroïne. 361
Ma Grandiose. 362
Chapitre 33 Une héroïne, une sainte. 363
Par un rouge-gorge. 363
Inhumée à Saint-Denis. 365
Neuf ans après. 368
Le fil de ta destinée. 369
Des signes qui ne trompent pas. 370
Tout dans le silence. 370
Je t’invite, reviens. 371
Debout Maman. 372
Extraits de son cahier de prières. 373
La Croix de Jésus-Christ... 373
Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus... 374
La consécration à Marie de Saint Louis Grignion de Montfort 376
Autres photos et illustrations. 377
Parmi tes images pieuses. 377
Deux Poèmes. 378
Postface Un double crime et notre histoire commence. 380

Photo 1 : Andrée jeune. 9
Photo 2 : Narcisse et Marie-Louise. 18
Photo 3 : Andrée vers l’avenir 40
Photo 4 : Andrée et Marie-Louise en vacances mais soucieuses. 60
Photo 5 : Andrée lors d’une fête. 70
Photo 6 : Maman, Mamie et moi 100
Photo 7 : Bogdan en uniforme de cavalerie. 103
Photo 8 : Maman à la Méditerranée. 115
Photo 9 : Maman à Superbolquère. 116
Photo 10 : Toi et moi à Superbolquère. 116
Photo 11 : Notre famille se refait 139
Photo 12 : Mamie Suzanne à la Sauldre. 146
Photo 13 : Premiers Noëls heureux pour les enfants. 152
Photo 14 : Danielek et l’angelot 158
Photo 15 : Grand - père et petit-fils. 159
Photo 16 : Apprendre à jardiner avec Mamie. 167
Photo 17 : Daniel et Monika avec Babcia. 172
Photo 18 : Maman en Allemagne pour des soins. 187
Photo 19 : Heureux près de moi 215
Photo 20 : Le bonheur d’avoir grandi 215
Photo 21 : Maman et Docteur Cathy. 220
Photo 22 : Sur la terrasse côté verger 220
Photo 23 : Maman, Docteur Cathy et les enfants. 221
Photo 24 : Dernier Noël avec Bogdan. 227
Photo 25 : Le sapin, la crèche et les enfants. 234
Photo 26 : Unies dans l’épreuve. 237
Photo 27 : Sur le grand canapé du salon. 239
Photo 28 : Du repos, de la lecture. 239
Photo 29 : Départ d’un camion pour la Pologne. 242

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Vous pouvez vous procurer ce livre : 391 pages, prix 25 euros à :

Association Jésus Marie Joseph de la Sainte Famille – n° siret : 504 195 744 00017 –
34 rue Bagnères 65100 Lourdes – Tel : 05 62 42 66 30 - Mob. : 06 22 42 90 72 –
- associationjmj@yahoo.fr - http://missionpourlafrique.jimdo.com/ -

Le règlement par chèque ou tout autre moyen à votre convenance, libellé à l'association JMJ de la Sainte Famille.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Commentaire d'Hercule : Vous trouverez dans ce nouveau livre quelques clefs pour mieux comprendre le premier livre de Sophie Catherine Margaret : "Le Coeur qui Saigne"... et quelques nouvelles clefs pour ouvrir le prochain.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mme Andrée Renoncé-Chazaux, une Femme de France victime du totalitarisme franc-maçon, et décédée en exil en terre Polonaise, le vendredi 27 Août 1999 à 15h, en la fête de Sainte Monique.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum