Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Faux Grégoire XVII - Autres Fou-thèses Lucifériennes ou l'Aveuglement Obstiné des Sédévacantistes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Faux Grégoire XVII - Autres Fou-thèses Lucifériennes ou l'Aveuglement Obstiné des Sédévacantistes

Message par Her le Mar 21 Juin - 15:37

Bonjour à tous,

J'ai trouvé ces deux messages concernant le Saint Pontife Grégoire XVII sur le site du Peuple de la Paix.

Ils méritent d'être retranscrits pour mise-en-garde :

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Grégoire XVII de Gênes

La thèse la plus prestigieuse du sédévacantisme et de l'antipapologie contemporaine. C'est le cardinal Siri qui aurait été élu au conclave de 1958. Pour lire cette thèse, cliquer ici.

Le cardinal Siri sous le nom de Grégoire XVII aurait été le seul successeur légitime de Pie XII. Sa renonciation au pontificat suprême aurait été arrachée sous la contrainte donc nulle.

Pour saisir la portée eschatologique du choix de son nom, on se reportera à la littérature prophétique citée à propos des deux autres Grégoire XVII.'Il est sûr que la France donnera au monde un Grand Roi et un Grand Pape qui dépasseront les Monarques et les pontifes des plus beaux siècles.' écrit le Baron de Novaye, cité par le Marquis de la Franquerie. Ce pape descendant de Louis XVII réformera l'Eglise, rassemblera le troupeau dispersé et s'appellera, musique des nombres oblige, Grégoire XVII. Pour organiser en historien cette eschatologie franco-française du plus bel effet, le Marquis structure avec patience une centaine de prophéties dont celle du moine Padoue commentateur de la prophétie dite de Malachie, qui salue en Grégoire XVII le pasteur angélique de Rome, père très saint, pasteur nécessaire. Avec Grégoire XVII le ton est donné.

Ce pape sera celui de la parousie. Cette figure se retrouve également dans les papes de romans qui portent ce nom. Le Jean-Grégoire XVII du Canada tentera de prouver son ascendance française. Elle s'applique un peu moins au Grégoire XVII espagnol qui rétablit son caractère eschatologique en annonçant qu'un jour il ressuscitera sous le nom de Pierre II.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Antoine Hier à 17:50

Je ne vois pas comment on a pu dire que le Cardinal Siri qui aurait dû régner sous le nom de Grégoire XVII, aurait renoncé sous la contrainte...

1) Cette rumeur de pression me parait quand même un peu grosse, non fondée et en tous cas pas prouvée du tout ce qui la rend par là même et pour le moins diffamatoire.
2) Si, comme certains le prétendent, il a été réellement élu, qu'il a accepté cette charge et qu'il a pris le nom ce Grégoire XVII, il était le pape et personne ne pouvait plus l'obliger à renoncer, sauf à lui demander de démissionner. Et si, au contraire, au moment du premier vote, ils ont vu que ce serait lui qui passerait et qu'il lui ont demandé de renoncer en insistant vraiment et qu'il a renoncé, dans ce cas il n'était pas encore pape et n'a pas pu prendre le nom de Grégoire XVII, c'est impossible.

Notre Seigneur a promis la pérennité à son Eglise jusqu'à la fin des temps et si l'on revisite l'histoire, on n'a jamais vu une seule période sans pape pendant 58 ans! J'ai le regret de dire que pour ce qui concerne les sédévacantistes, leur position les place ipso facto hors de l'Eglise, ne leur en déplaise.

Que des papes, des cardinaux ou des évêques aient montré depuis St Pierre des signes visibles de faiblesse (humaine) ex.les Borggia ou aient pris des positions discutables sur la discipline de l'Eglise, c'est tout à fait possible, Notre-Seigneur n'a jamais prétendu que ceux qui la composeraient seraient tous des saints, exempts de fautes, non, mais il a promis l'assistance du Saint Esprit, ce qui nous préserve de toute erreur concernant la foi et les mœurs et effectivement Rome n'a jamais failli dans ces domaines que ce soit avant ou après le concile Vatican II.

Cher Gilles, puisque c'est vous qui mettez celà en ligne aujourd'hui, permettez moi bien amicalement de vous faire part de mon total désaccord à ce sujet. Que nous vivions de grandes épreuves spirituelles, liturgiques, morales etc. à l'heure actuelle, c'est incontestable et c'est le grand mystère d'iniquité qui se résoudra sûrement bientôt d'une manière toute Providentielle mais pour ce qui est de l'authenticité du notre Saint Père Benoît XVI, pour moi, celà ne fait aucun doute et je prie chaque jour pour qu'il trouve du courage dans la charge qui est la sienne. Ne disait-il pas, il y a quelques années "priez beaucoup pour moi, je suis entouré par les loups!" Enfin c'était quelque chose qui ressemblait à celà.

Enfin je rappelle à tout le monde qu'aucun laïc n'est habilité à dire si un pape est ou n'est pas LE pape. Seul la réunion d'un concile extraordinaire a le pouvoir officiel de le faire.

Bien à vous en Notre-Seigneur et Notre Dame


Dernière édition par Hercule le Dim 14 Aoû - 6:13, édité 1 fois
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faux Grégoire XVII - Autres Fou-thèses Lucifériennes ou l'Aveuglement Obstiné des Sédévacantistes

Message par Her le Mer 22 Juin - 15:21

http://www.summorum-pontificum.fr/in-memoriam/honneuraucardinalsiriprincedel’eglise

SUMMORUM PONTIFICUM OBSERVATUS


Honneur au cardinal Siri, prince de l’Église
Posté par summorum-pontificum dans In memoriam le 06 20th, 2010 | pas de réponse


Le site de l’Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre publie un « album photos souvenir » en l’honneur et en mémoire du cardinal
Joseph Siri, archevêque de Gènes (Italie). Le même site offre également plusieurs textes du cardinal, disponible en ligne.

Né le 20 mai 1906 à Gênes en Italie et décédé le 2 mai 1989 à Albaro, le cardinal Joseph Siri fut nommé évêque en 1944 par le Pape Pie XII qui l’éleva au cardinalat en 1953.Pendant le Concile Vatican II, il appartint au Cœtus Internationalis Patrum qui réunissait les prélats les plus traditionnels. À partir de 1958, il fut l’un des principaux Papables, jusqu’à l’élection de Jean-Paul II.

Archevêque de Gêne depuis 1946, il accueillit dans son diocèse nombre de séminaristes et de prêtres français pendant l’époque dure de l’après-Concile. C’est ainsi qu’il reçut le fondateur de la Communauté Saint-Martin, Mgr Guérin, qui installa dans son diocèse sa communauté. Il reçut également comme séminaristes, venant du séminaire de Paray-Le-Monial dans sa première version (dirigé par le père Ladame), les futurs fondateurs de l’Institut du Christ Roi Souverain Prêtre, Mgr Wach et le chanoine Mora.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum