Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Dim 19 Juin - 9:38

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/06/hausse-des-vols-avec-violence.html

17 juin 2011

Hausse des vols avec violence

Alors qu'un policier a été poignardé hier dans l'Essonne, l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales indique dans son dernier bilan mensuel que le nombre des violences contre les personnes a continué d'augmenter de 3% entre juin 2010 et mai 2011.

Les vols violents expliquent cet accroissement des violences contre les personnes : 472.000 faits ont été recensés au cours des douze derniers mois.

Posté le 17 juin 2011 à 16h39 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Dim 19 Juin - 11:14

http://www.ladepeche.fr/article/2011/05/26/1091399-allocations-familiales-plus-de-13-000-fraudes-reperes-en-2010.html#xtor=EPR-1

PUBLIÉ LE 26/05/2011 09:25 - MODIFIÉ LE 26/05/2011 À 11:07 | LADEPECHE.FR
Allocations familiales : plus de 13 000 fraudes repérées en 2010

Caisse d'allocations familiales. Aide au logement étudiant à Toulouse DDM

Les fraudes aux allocations familiales ont progressé de 10% en 2010, mais la hausse s'est fortement ralentie grâce aux contrôles, indique jeudi Le Parisien/Aujourd'hui en France sur la foi d'un rapport de la Caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf).

Selon ce document qui a été présenté mardi aux administrateurs de la Cnaf, les Caisses d'allocations familiales (Caf) ont repéré 13.114 cas de fraude en 2010 (contre 11.733 l'année précédente) sur les prestations versées en 2009, soit une hausse de 10% (5,3% en masse financière). En 2007, la hausse avait été de près de 73%.

En 2009, 96,16% des sommes ont été versées à bon droit, mais environ 200.000 allocataires seraient auteurs d'une fraude, selon le rapport cité par le quotidien.

Le Revenu minimum d'insertion (remplacé depuis 2009 par le Revenu de solidarité active), l'allocation de parent isolé et l'allocation de soutien de famille sont les allocations qui font l'objet du plus grand nombre de fraudes.

Au total, 563 amendes pénales et 362 peines de prison ont été prononcées pour ces fraudes

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Commentaire d'Hercule : 563 amendes pénales et 362 peines de prison pour 13.000 fraudes, c'est peu ! Ainsi les escrocs ont de beaux jours devant eux, mais cela cessera lorsqu'il n'y aura plus rien à voler car les caisses de l'Etat seront vides...
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Dim 19 Juin - 11:14

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/06/courageuse.html

18 juin 2011

Courageuse

Lu dans Le Parisien :

"Le petit Théo, 5 ans, jouait mercredi vers 13 heures avec son frère en bas de son immeuble, dans le quartier de la gare de Bourg, lorsqu’il a été empoigné par un homme qui l’a entraîné dans le grenier de l’immeuble, où il avait préalablement fracturé une porte et installé des matelas. Alertée par les cris du garçon, sa sœur aînée [âgée de 13 ans] s’est lancée dans une course-poursuite dans les escaliers et n’a pas hésité à se bagarrer avec l’agresseur pour lui arracher l’enfant et courir se réfugier dans l’appartement familial. Néanmoins, ils n’étaient pas sortis d’affaire pour autant, puisque l’homme qui les poursuivait a bloqué la porte avec son pied pour rattraper les enfants jusqu’à ce que le père de famille intervienne et appelle la police."

Posté le 18 juin 2011 à 22h58 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Ven 1 Juil - 22:20

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/06/quartiers-est-de-marseille-zone-interdite-.html

29 juin 2011

Quartiers Est de Marseille : zone interdite ?

Jacques Ansquer, le président de l'association de la Banque alimentaire, déclare :

"Ce matin à 10H30, notre camion chargé de livrer le lait à une association de femmes en difficulté s'est retrouvé bloqué devant la cité par des poubelles remplies de sable et une bande de jeunes. Ils ont dit qu'ils faisaient la vérification du chargement, ils ont ouvert les portes, sont rentrés dans le camion, soi-disant pour vérifier qu'il n'y avait pas de policiers à l'intérieur. Les bras nous en tombent. Aujourd'hui c'était du lait, donc ça ne les a pas intéressés, mais demain on se fera dépouiller d'autres choses si ça les intéresse. Nous ne sommes plus dans une situation de non-droit, il y a désormais des zones régies par un autre droit que le nôtre. On s'attaquait aux policiers, aux pompiers, aux chauffeurs de bus, maintenant on s'en prend aux gens qui viennent aider les plus démunis."

Posté le 29 juin 2011 à 12h33 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Sam 9 Juil - 11:18

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/07/ils-ont-attaqué-la-diligence-.html

08 juillet 2011

Ils ont attaqué la diligence !

Un groupe d'une vingtaine de voyous s'en est pris jeudi vers 22 heures à un train express régional (TER) en jetant des objets sur les voies dans les quartiers Nord de Marseille. L'agression s'est produite à hauteur de la cité sensible du Ruisseau Mirabeau, dans le 15e arrondissement. Des poutres et des chariots de supermarchés ont notamment été placés sur le trajet d'un premier convoi de passagers qui, en s'arrêtant, a bloqué un train de marchandises. C'est ce second convoi qui était visé puisque plusieurs wagons ont été ouverts et des cartons dérobés. Selon un représentant du syndicat de police Alliance,

"on croyait ces attaques d'un autre âge désormais révolues après la mise en place de mesures de sécurité". "C'est presque le retour au temps des diligences attaquées".

Posté le 8 juillet 2011 à 08h03 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Sam 9 Juil - 11:19

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/07/les-lycées-vont-devenir-imprenables.html

08 juillet 2011

Les lycées vont devenir imprenables

A défaut d'avoir une justice efficace, la Région Ile-de-France a voté hier en commission permanente une subvention de 147.000 euros pour sécuriser neuf lycées franciliens. Cette subvention va financer l'installation ou le renforcement de dispositifs d'alarme anti-intrusion, ainsi que des travaux de sécurisation des accès à ces lycées (tourniquet, portillons et contrôle d'accès). Entre 1999 et 2009, la Région a investi 57 M€ pour sécuriser les lycées. En 2010, la subvention allouée à ces travaux a été 5,06 M€.

Bientôt, les lycées ressembleront à des châteaux forts avec pont-levis, tour de guet, etc (je sais, la photo est un peu exagérée, mais l'idée est là...) ! Décidément, le passé revient en force.

Posté le 8 juillet 2011 à 08h08 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Sam 9 Juil - 11:19

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/07/sécurité-un-bilan-critiqué-par-la-cour-des-comptes.html

08 juillet 2011

Sécurité : un bilan critiqué par la Cour des Comptes

Le dernier rapport de la Cour des Comptes crée l'émoi au sein du Ministère de l'Intérieur, au point que le ministre s'est senti obligé de le contester. Chacun pourra s'en faire une idée en le lisant (pdf 248 pages). Selon ce rapport, la baisse de la délinquance résulterait de «l'amélioration par les constructeurs autos des dispositifs contre les vols». L'essor des polices municipales serait lié à une «forme de recul» des missions de surveillance générale par l'État. La participation de l'Intérieur à l'effort de réduction des emplois publics annulerait les recrutements antérieurs. L'efficacité de la surveillance vidéo est également mise en doute.

Bref, à l'approche de 2012, le bilan sécuritaire est fortement critiqué.

Posté le 8 juillet 2011 à 08h15 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Mer 3 Aoû - 8:09

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/07/le-ps-lit-il-le-salon-beige.html

16 juillet 2011

Le PS lit-il le Salon beige?

Voilà des années que votre blog fait le point des "nuits calmes" des 14 juillet et autres Saint-Sylvestre et des centaines de voitures brulées et autres destructions de mobilier urbain et interpellations qui s'en suivent...

Et voilà qu'aujourd'hui, après la dernière fête nationale avant les échéances électorales, les socialistes s'émeuvent :

"Le secrétaire national en charge de la sécurité au Parti socialiste Jean-Jacques Urvoas a fustigé aujourd'hui "l'opacité pratiquée" par le gouvernement en choisissant "d'occulter les chiffres de la délinquance" liés aux festivités du 14 Juillet pour "faire oublier son incurie". "Cette année encore, le gouvernement a choisi d’occulter les chiffres de la délinquance durant les deux nuits du 13 au 15 juillet. Claude Guéant aujourd'hui - comme Brice Hortefeux hier - espère ainsi que son silence fera oublier son incurie", a affirmé dans un communiqué le député du Finistère, Jean-Jacques Urvoas.

Citant en exemple le nombre de 545 interpellations lors des festivités dans l'agglomération parisienne (Paris et la petite couronne) [voir notre post d'hier. NDL] "en légère baisse par rapport à l'an passé", le député socialiste estime toutefois que "les rares indications que l'on peut obtenir sont inquiétantes" [voir cet autre post d'hier aussi. NDL]. "En 2011, comme en 2010, comme en 2009, plusieurs centaines de personnes ont vu leur véhicule sciemment détruit par des actes de violence gratuite. Une fois de plus, une fois de trop, l'Etat a failli dans sa mission de protection des biens", a affirmé Urvoas, appelant le gouvernement à stopper "la purge des effectifs de policiers et de gendarmes". "On ne combat pas la délinquance en altérant la capacité opérationnelle des forces chargées de protéger les Français", a-t-il conclu".

Posté le 16 juillet 2011 à 14h17 par Lahire
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Jeu 4 Aoû - 9:02

http://www.ladepeche.fr/article/2011/08/03/1140037-une-femme-de-66-ans-rouee-de-coups-et-violee-en-plein-jour-dans-un-village-des-pyrenees-orientales.html#xtor=EPR-1

PUBLIÉ LE 03/08/2011 11:25 - MODIFIÉ LE 03/08/2011 À 11:28 | AVEC AGENCE
Pyrénées-Orientales. Une femme de 66 ans rouée de coups et violée en plein jour


Une femme rouée de coups et violée en plein jour dans un village des Pyrénées-Orientales ©idé
Partager
Une femme de 66 ans a été rouée de coups et violée dans la rue en plein jour près de son domicile mardi dernier dans le village de Palau-del-Vidre (Pyrénées-Orientales). Son agresseur a été mis en examen lundi pour viol avec arme et écroué mardi.

La victime, sortie pour promener son chien dimanche vers 08H30, a été agressée par un homme ivre de 48 ans, qui l'a frappée avec un bâton avant de la violer.

Lors de son arrestation un peu plus tard dans la journée, le saisonnier présentait encore un taux d'alcoolémie de 1,5 gramme par litre de sang.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Ven 5 Aoû - 7:24

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet.php

Discours de Grenoble : quel bilan un an après ?
lundi 01 août 2011
L'été dernier, Nicolas Sarkozy annonçait le durcissement de sa politique de sécurité et d'immigration. Un an plus tard, de nombreux projets ont été censurés. Et les Roms expulsés sont revenus.

Le 30 juillet 2010, à Grenoble (Isère), le président de la République décide de frapper un grand coup. Quelques jours plus tôt, des émeutes ont éclaté à la fois dans le quartier de La Villeneuve à Grenoble et à Saint-Aignan (Loir-et-Cher), pour venger la mort d'un braqueur et d'un jeune de la communauté des gens du voyage, tous deux tués par les forces de l'ordre. Nicolas Sarkozy est alors critiqué sur sa politique visant les gens du voyage, les Roms en particulier.
La machine s'emballe. Venu investir le nouveau préfet à Grenoble, le Président annonce vouloir « mettre un terme aux implantations sauvages de campements de Roms ». Il dénonce « les comportements de certains parmi les gens du voyage » et fait une série de propositions (voir ci-dessous) pour « éradiquer les caïds » et « engager une guerre contre les voyous ». L'opposition, les centristes et les associations crient à une dérive sécuritaire.

Un bilan contesté

Un an plus tard, les points les plus polémiques ont été censurés ou abandonnés. Treize dispositions de la loi Loppsi 2 sur la sécurité intérieure ont été invalidées (annulées) par le Conseil constitutionnel.

Les trois quarts des campements illicites de Roms ont été démantelés, selon le ministère de l'Intérieur. Pourtant, d'après plusieurs associations, leur nombre serait identique à 2010 : 15 000 personnes. De nationalité roumaine ou bulgare, ces citoyens européens peuvent en effet revenir librement en France après leur expulsion ou après leur départ volontaire, qui est accompagné d'une « aide au retour humanitaire » de 300 €.

Selon le Dr Olivier Bernard, président de Médecins du monde, les reconduites à la frontière sont désormais « plus fréquentes et plus dures » qu'avant, rendant « les campagnes de vaccinations et l'accès aux soins plus difficiles ».

Romeurope dénonce une politique « inefficace, inhumaine et indigne ». Des responsables policiers et de la justice s'inquiètent d'une délinquance plus violente, en hausse chez les ressortissants roumains en région parisienne. Rappelé à l'ordre par l'Union européenne pour avoir stigmatisé une « communauté ethnique », le gouvernement estime de son côté avoir remporté la principale bataille : en octobre, la Commission européenne a renoncé à poursuivre la France pour infraction. Selon le sociologue Laurent Mucchielli, le discours de Grenoble a même libéré la parole de l'aile droite de la majorité et du Front national, « plus décomplexé que jamais ».

Céline LEBRETON.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Ven 5 Aoû - 10:05

http://www.laprovence.com/article/a-la-une/a-marseille-on-a-vole-un-parking

A Marseille, on a volé un parking !
116 contributions
Publié le mercredi 03 août 2011 à 15H06

Les délinquants ont fait fuir le gestionnaire Vinci Park. Personne n'a rétabli l'ordre.


Une vulgaire barrière (premier plan) s'écarte pour laisser passer les automobilistes qui paieront 5€. Mais à qui ?
Photo Guillaume Ruoppolo
"Rentre frère, rentre. Tu paieras en sortant !"

15h au parking de la Porte d'Aix (2e arrondissement de Marseille). Un jeune soulève la barrière et l'automobiliste va garer sa voiture. Il paiera en partant. 5 €, c'est le tarif unique, inscrit grossièrement au feutre sur une borne. 5 €, c'est l'argent qu'empochera un groupe de jeunes qui actionnent la barrière toute la journée. 5€, c'est l'argent que perdra la société Vinci Park qui a abandonné son parking. Trop dangereux.

Incroyable ! À l'entrée de Marseille, on entre dans un parking comme on traverse une République bananière. Vinci gérait pourtant le parking Jules Guesde dans le cadre d'une délégation de service public (DSP) signée avec la communauté urbaine. Mais le délégataire a disparu. Pschitt ! Envolé ! Plus de société, plus de gardien, plus personne pour organiser le stationnement, si ce n'est le groupe de jeunes très confraternels. "Rentre, frère, rentre…". On connaît la suite.

Mais comment en est-on arrivé là ? À Vinci, on explique : "Il y a eu des dégradations, des intimidations visant le personnel. On a bien dû déposer une vingtaine de plaintes. Mais personne n'a bougé. On est parti. Ce n'est pas à nous de faire la sécurité."

La police municipale était bien là. Mais elle ne voulait pas assurer seule cette mission. Quant à l'intervention de la police nationale, c'est un peu comme l'éclipse solaire : un phénomène extrêmement rare. Vinci Park n'a pas voulu attendre. Et en partant, la société s'est assise sur des recettes. La communauté urbaine aussi, qui encaissait chaque année 100 000 €.

Au début du malaise, il y a 6 mois, les bénéfices sont tombés à 40 000 €. Aujourd'hui, le parking rapporte à MPM ce que la Grèce rapporte à l'Europe. Tout part dans les poches des intrus. Combien peuvent-ils gagner sur ce parking de 49 places ? 5€ +5€ +5€… pendant toute une journée. Sacré job d'été. Mais au fait : Vinci a-t-il été chassé par ce groupe de jeunes ? Autrement dit, ceux qui soulèvent la barrière ont-ils également actionné le phénomène de délinquance ?

En fait, à la Porte d'Aix, la délinquance est partout. Et depuis longtemps. Lisette Narducci, maire de secteur PS (2e et 3e) s'en arrache presque les cheveux : "La situation ne fait que s'aggraver. Il y a désormais des individus dangereux à la Porte d'Aix. Je suis très inquiète. C'est du jamais vu et on laisse pourrir la situation. J'ai honte quand je vois qu'on est dans la 2e ville de France. La situation était redevenue sereine pourtant quand la police municipale était là mais on a supprimé le dispositif alors que la Porte d'Aix doit être traitée prioritairement. Si la Ville et la préfecture ne font rien, ça ne s'arrangera pas. Mais le préfet dit qu'il ne peut pas mettre des hommes partout. On est devant une gestion irresponsable. Et les habitants sont apeurés."

Quand ils ne sont pas agressés. Alain Dulion fait partie de ceux qui ont croisé les champions du vol à l'arraché. "J'étais parti acheter des vêtements sur la place et un individu, arrivé par derrière, m'a arraché une chaîne en or que j'avais depuis 20 ans et à laquelle je tenais beaucoup. J'ai alors proposé 500 € à un individu pour retrouver le voleur." Alain n'a toujours pas de nouvelle de l'individu. Qui, au passage, était un "souleveur" de barrière auquel Alain avait glissé 5 € pour reprendre sa voiture. C'est qu'il s'était garé, lui aussi, dans le parking fantôme. "C'est en regagnant le parking, à trois mètres de ma voiture, qu'on m'a arraché la chaîne."

Alors récapitulons : parking sauvage, parking dangereux. Et parking horriblement sale. Car s'ils actionnent la barrière, les nouveaux "gestionnaires" n'assurent pas le nettoiement. Et comme ce parking est le royaume des vendeurs à la sauvette, auxquels se sont mêlés les Roms, on se retrouve face à une mini-décharge avec un océan de vêtements invendables et abandonnés. Abandonnés comme le parking où on cultive néanmoins l'esprit marseillais. Car on y fraternise pour à peine 5 €. "Entre frère, entre…"

"INDIGNES"

Michel Vauzelle, président PS de la Région Paca, dont les bâtiments surplombent la Porte d'Aix : "Bien que ce ne soit pas de ma responsabilité, j'ai proposé de participer à une réunion collective. On m'a répondu que si on chasse les gens qui sont là, ils iront ailleurs. Pour moi, c'est une réponse indigne de ces situations de misère."

Gérard Chenoz, UMP, vice-président de la communauté urbaine, en charge des parcs de stationnement : "Dans cette affaire, où tout le monde se renvoie la balle, il faut renforcer la sécurité. Un parking normal n'a besoin que d'un gardien. Pas celui de la Porte d'Aix. Il faut faire appel à une société de sécurité."

Eugène Caselli, président de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole : "Nous ne pouvons pas accepter que s’installe une zone de non-droit à la Porte d’Aix. Les graves problèmes de délinquance qui touchent l’ensemble du quartier depuis trop longtemps ont fini par rendre impossible, au quotidien, l’exercice de la mission que
notre Communauté urbaine a confiée à Vinci Park. A la Porte d’Aix, l’autorité de l’Etat doit être rétablie au plus tôt. Nous prendrons pour notre part nos responsabilités en renforçant les moyens de sécurité mis à la disposition du gestionnaire de notre parking. Nous travaillons en ce sens sur un avenant au contrat qui nous lie à Vinci Park, avec la volonté de mettre fin ensemble à cet état de fait intolérable et de faire à nouveau fonctionner ce parking normalement au plus tard au 1er septembre. Toutefois il ne peut s’agir que d’une solution provisoire et nous ne parviendrons pas seuls à résoudre durablement ce problème. Pas plus que les nécessaires interventions de la police municipale ne suffiront à rétablir l’ordre public sur ce secteur très sensible de Marseille. Nous attendons en ce sens une réponse rapide de l’Etat".

Préfecture : "Ce parking est un établissement confié par la Communauté urbaine à un gestionnaire privé, Vinci-Park, à qui il appartient de mettre en place un dispositif interne de sécurité adapté. Le coût du stationnement payé par les clients intègre donc cet aspect. Concernant les questions de sécurité publique, les services ont enregistré 7plaintes pour vol et dégradation en 2011. Deux individus ont été interpellés; une procédure pour vol et dégradation et pour escroquerie a été diligentée… Le préfet prend acte de la volonté affichée ce jour par le président de MPM de négocier avec Vinci-Park les conditions de la reprise de l'exploitation du parking en toute sécurité. Le préfet prendra l'attache du président de MPM dès les prochains jours afin de faire un point sur la situation."

Jean-Jacques FIORITO
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Ven 2 Sep - 7:21

http://www.la-croix.com/Culture-Loisirs/Culture/Expositions/Pierre-Terdjman-photographie-les-oublies-de-la-societe-israelienne-_EG_-2011-09-01-705955

1/9/11 - 17 H 38 MIS À JOUR LE 1/9/11 - 17 H 38

photographiephotojournalismeVisa pour l'ImageIsraël
Visa pour l’image (4/4)

Pierre Terdjman photographie les oubliés de la société israélienne
À l’occasion du Festival international du photojournalisme, qui se déroule jusqu’au 11 septembre à Perpignan, quatre photographes précisent le contexte de leurs reportages

(Pierre Terdjman/Cosmos pour Paris Match)
Quartier « Chicago », à Lod, banlieue de Tel-Aviv. Les services municipaux n’entrent plus dans ce quartier où drogue et violence font des ravages.

« Les problèmes sociaux ont été mis de côté pendant des années par le gouvernement israélien au prétexte que le budget de la défense était plus important, explique Pierre Terdjman, auteur d’un reportage sur les banlieues israéliennes. Aujourd’hui les citoyens israéliens, qu’ils soient arabes, juifs, éthiopiens ou russes, en ont assez de l’injustice sociale. »

Triste répertoire des laissés-pour-compte de ce pays de sept millions d’habitants, ses images de Lod, Beer-Sheva, Ra’at en disent long sur les ravages de la drogue, du chômage, de la discrimination, sur la multiplication des SDF, la prostitution des jeunes émigrées, la détresse psychologique des jeunes, le dénuement des familles ou le délabrement des quartiers défavorisés.

« Les services sociaux sont débordés, notamment depuis qu’en 2003 les aides aux femmes célibataires avec enfants et aux chômeurs de longue durée ont été diminuées, commente le photographe. À dix minutes de Tel-Aviv, livrée à elle-même et oubliée de tous, célèbre pour ses fusillades et pour ses drogues, la ville de Lod représente le ratage de la politique sociale. Les services municipaux ne pénètrent plus dans le quartier “Chicago” par peur des agressions. Les habitants doivent se débrouiller seuls. »

« LA PROCHAINE “INTIFADA” VIENDRA DE L’INTÉRIEUR DU PAYS »
Ses images montrent ainsi ces quartiers où les caïds mènent la danse, où les enfants des immigrés russes sont livrés à eux-mêmes, où les membres de la communauté éthiopienne cultivent des légumes entre les immeubles pour survivre, tandis que seuls quelques volontaires d’ONG portent encore secours à ceux qui sont délaissés par le gouvernement.

« La pauvreté des Russes et des Éthiopiens s’explique par le manque d’intégration. Ils sont parqués dans des immeubles pour nouveaux immigrants dans des coins isolés, victimes du chômage et d’un racisme social de la part des Israéliens qui s’interrogent eux-mêmes sur l’intérêt de faire venir autant de gens. L’intégration des jeunes devrait se faire par l’armée, mais les communautés restent très fermées. »

Sous le titre « L’union aurait dû faire la force », ce reportage révèle aussi les traumatismes du conflit israélo-palestinien sur une jeunesse sortant de l’armée accro à l’ecstasy ou à l’héroïne. « Beaucoup de militants d’associations pensent que la prochaine “intifada” viendra de l’intérieur du pays, commente Pierre Terdjman. Le mouvement de contestation actuel est le seul moyen de pression que le peuple a trouvé pour faire bouger les choses. Bien que ce soit dans l’intérêt de tout le monde de montrer les manifestations actuelles comme “apolitiques”, c’est la gauche israélienne qui donne le ton avec une véritable volonté de créer une unité disparue depuis longtemps au profit des valeurs d’argent. »

Visa pour l’image, 30 expositions jusqu’au 11 septembre, soirées du 29 août au 3 septembre, à 21 h 45, au Campo Santo. Rens. : 04.68.62.38.00.

Armelle Canitrot
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Mer 7 Sep - 8:16

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/09/le-coordinateur-du-renseignement-piégé-par-des-voleurs-à-la-tire.html

Le coordinateur du renseignement piégé par des voleurs à la tire
Posted: 05 Sep 2011 07:55 AM PDT

Voilà qui fait désordre :

"Bien que la préfecture de police a adressé des mises en garde depuis quelques mois sur les vols de téléphones portables à Paris, le coordonnateur national du renseignement, Ange Mancini, s’est fait voler le sien alors qu’il était à une terrasse d’un restaurant du 8e arrondissement de la capitale. Selon RTL, qui a dévoilé cette information, le préfet Mancini, ancien patron du RAID, l’unité d’intervention de la Police nationale, a été approché par deux adolescents « originaires de l’Europe de l’Est ». L’un des deux lui a alors demandé de signer un document, pendant que le second, manifestement, lui a subtilisé son téléphone professionnel."
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Mer 7 Sep - 9:03

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/09/le-féminisme-bobo-sévanouirait-il-à-lentrée-des-cités-chaudes-.html

05 septembre 2011

Le féminisme bobo s’évanouirait-il à l’entrée des cités chaudes ?

De Xavier Raufer dans Valeurs actuelles :

"Le verdict est tombé début juillet. On le craignait révoltant. Il le fut. Voici les faits. En avril 2005, une fugueuse de 14 ans s’égare vers une cité hors contrôle de Carpentras. Happée par une meute, elle est, au long du mois d’avril, violée dans des caves ou des hôtels par environ 30 individus de 16 à 22 ans ; exhibée, filmée par les brutes, elle est même, au long d’une route, prostituée aux automobilistes de passage. [...] Le lecteur doit ici savoir ce qu’encourt tout condamné pour “viols en réunion sur mineure de 15 ans”, “séquestration”, “corruption de mineure” et “proxénétisme aggravé” : pour un mineur, de 10 à 15 ans de prison, le double pour un adulte.

Des arrestations adviennent enfin quand la gamine s’échappe. Finalement, un procès se tient en juin dernier, à Avignon, devant la cour d’assises des mineurs du Vaucluse. [...] ce qu’on expose au procès, c’est la Guerre des boutons ou une histoire de boy-scouts – et pas le massacre d’une jeune fille tel qu’évoqué ci-dessus. [...] A la fin, le verdict. Il est « mesuré »[...]. De façon entortillée, on apprend qu’une poignée des mis en cause passera peut-être deux à trois ans en prison, mais encore pas sûr, vu le savant mélange du sursis et des peines de prison ferme. [...]

Mais il y a pire que ce climat, disons, sicilien. Et ce second mystère explique que l’auteur – éberlué – ait patienté tout l’été avant d’écrire cet article. Il attendait en effet la riposte outragée, le collectif cri d’horreur des féministes – mais rien, juste un silence de mort. Où est Mme Caroline Fourest, qu’on dit fort attachée à la cause des femmes ? Où sont les Chiennes de garde, ici sans voix ni crocs ? De son côté, Osez le féminisme ! n’a pas franchement osé grand-chose. Pourquoi ce silence ? Le féminisme bobo s’évanouirait-il à l’entrée des cités chaudes ? Et comment auraient réagi ces militantes à éclipse si, au lieu de lascars, la “tournante” avait impliqué des adhérents d’un quelconque parti de droite ?"

Posté le 5 septembre 2011 à 07h36 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Mer 7 Sep - 21:49

http://www.ladepeche.fr/article/2011/09/07/1161060-il-arrache-les-colliers-en-or-d-une-octogenaire.html

PUBLIÉ LE 07/09/2011 08:52 - MODIFIÉ LE 07/09/2011 À 10:21 | LA DÉPÊCHE DU MIDI
Il arrache les colliers en or d'une octogénaire
vol

Il arrache les colliers en or d'une octogénaire. /Photo DDM.

Une femme de 83 ans a été violemment agressée, lundi, aux alentours de 17 heures, dans un cabinet de dermatologie, près de l'avenue de l'URSS dans le quartier Saint-Michel à Toulouse. Alors qu'elle répondait au standard pour sa fille médecin, et que quatre personnes se trouvaient dans la salle d'attente, elle a vu un homme s'approcher pour lui demander un rendez-vous. Rapidement, il a coiffé une cagoule. « Il lui a arraché les deux colliers qu'elle portait, témoigne le médecin. Elle a eu très mal au cou. Tout s'est passé très vite. Il aurait pu la blesser plus que ça encore. »

Sitôt son forfait accompli, l'homme est sorti du cabinet. « J'ai essayé de le poursuivre mais je n'y suis pas parvenue. Peut-être que c'est mieux ainsi ? » Et d'alerter : « Il y a de plus en plus d'agressions chez les médecins. ça devient inquiétant. » Une enquête a été ouverte par les services de police.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Lun 12 Sep - 12:33

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/09/08/01016-20110908ARTFIG00691-les-vrais-chiffres-de-l-execution-des-peines.php

Les vrais chiffres de l'exécution des peines
Mots clés : Exécution Des Peines, PARIS

Par Jean-Marc Leclerc
Mis à jour le 09/09/2011 à 08:14 | publié le 08/09/2011 à 08:08

Au mois d'août, les placements sous surveillance électronique mobile ont augmenté de plus de 30%, passant de 5684 à 7472. Crédits photo : FRANK PERRY/AFP

Pour résorber les 80.000 peines de prison encore non exécutées, les magistrats ont surtout recours aux sanctions alternatives à l'incarcération.

En dénonçant désormais, jour après jour, les incohérences les plus flagrantes de la réponse pénale dans la capitale, le préfet de police de Paris Michel Gaudin, intime du ministre de l'Intérieur, veut prendre à témoin l'opinion.

À l'entendre, la police a engrangé des résultats durables dans la lutte contre l'insécurité. «À Paris, dit-il, depuis dix ans, la délinquance a baissé de plus de 26%» (210.759 délits en 2001 contre 155.013 en 2011). Loin de Marseille et de sa récente bouffée de violences, la capitale enregistre depuis maintenant huit mois une chute des atteintes aux personnes de 8,6%. Mais les policiers sont exaspérés par le décalage entre leur mobilisation accrue, qui semble porter ses fruits, et l'incroyable mansuétude judiciaire dont peuvent encore bénéficier des délinquants parfois dangereux qui commettent des délits à la chaîne.

«Contrats d'objectifs»

Laxistes, les magistrats ? Le Figaro a souhaité faire le point sur l'effectivité des sanctions prononcées. Et le tableau se révèle des plus contrastés. Bonne nouvelle, tout d'abord: le stock des peines de prison non exécutées, qui dépassait les 100.000 en décembre 2010, est en voie de résorption. Les peines non exécutées seraient descendues à 80.000 dès avril 2011 et continuent de diminuer lentement. Les derniers chiffres de la Chancellerie font état d'une augmentation de plus de 5% du nombre de personnes écrouées sur un an, avec un niveau record de 64.000 détenus en août.

«Il y a eu une prise de conscience après le drame de Pornic qui avait fait réagir le président de la République», assure Éric Ciotti, le député UMP des Alpes-Maritimes et auteur, avant l'été, d'un rapport iconoclaste sur la nécessaire «amélioration de la réponse pénale». Le ministre de la Justice verra également dans ces chiffres la conséquence directe d'une politique de «contrats d'objectifs» avec 14 juridictions ayant les stocks de décisions non exécutées les plus importants, comme Paris, Lyon ou Douai.

Mais à y regarder de plus près, l'évolution positive des chiffres masque surtout une explosion des aménagements de peines. Et c'est là la conséquence directe du système adopté sous Rachida Dati, qui, sous couvert de vider les prisons, rendait l'aménagement de peine automatique pour toute personne condamnée jusqu'à deux ans de prison en correctionnelle. Un palliatif aujourd'hui décrié à droite, notamment par Éric Ciotti, tant il paraît choquant pour les victimes. «Comment, en effet, accepter qu'un juge d'application des peines défasse dans le secret de son cabinet, ce que d'autres juges ont décidé lors d'un procès équitable, au nom du peuple français?», interroge le député.

Service citoyen obligatoire

Toujours est-il que les aménagements de peine ont explosé ces derniers temps. Pour le seul mois d'août 2011, le nombre de «personnes écrouées non détenues» -cela ne s'invente pas - a augmenté de 31,5% (de 6381 à 8561), les placements sous surveillance électronique mobile dans des proportions similaires (de 5684 à 7472) et les régimes de semi-liberté de plus de 11% (de 1681 à 1880).

«Le problème est que ces sanctions douces s'appliquent souvent à des profils déjà solidement ancrés dans la délinquance», se désole la secrétaire générale du Syndicat des commissaires de police, Sylvie Feucher. L'urgence du rapport Ciotti et de ses 50 propositions se fait plus que jamais sentir. Il se traduira par une première proposition de loi débattue le 11 octobre prochain pour créer un service citoyen obligatoire pour les mineurs délinquants. D'ici là, Nicolas Sarkozy devrait rapidement égrener une série de mesures inspirées de ce rapport qui prône la création de 20.000 places de prison supplémentaires, la réhabilitation des travaux d'intérêt général ou la création d'une peine réellement intangible pour les voyous les plus dangereux. Afin que dix années de prison prononcées, par exemple, se traduisent par dix années de sanction effective.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Ven 7 Oct - 8:13

http://www.valeursactuelles.com/actualités/société/coup-de-gueule-de-marie-neige-sardin-après-26-agressions-“je-ne-me-soumettrai-pas

Insécurité.
Marie-Neige Sardin, victime de 26 agressions : “Je ne me soumettrai pas"
Fabrice Madouas le jeudi, 06/10/2011
dans Société

Libraire en Seine-Saint-Denis, Marie-Neige Sardin a été agressée vingt-six fois en sept ans. Elle résiste, tout en déplorant les renoncements de la justice.

Pas question pour Marie-Neige Sardin, 54 ans, de quitter sa petite librairie du Bourget. Malgré les vio­lences et les intimi­da­tions, malgré le départ des com­merçants qu’elle côtoyait auparavant, cette femme énergique ne veut rien cé­der à ses agresseurs. « Énormément de per­sonnes vivent en France ce que je vis dans ma banlieue », écrit-elle dans le livre qu’elle vient de publier. Elle y dénonce notamment les faiblesses d’une jus­tice trop accommodante avec les délinquants. Un témoignage choc.

Pourquoi avez-vous écrit ce livre ? Pour témoigner. De ce que j’ai subi et de ce qu’ont vécu et vivent encore d’autres victimes, qui n’ont pas les moyens de le faire savoir.

Qu’avez-vous subi ? Vingt-six agressions en sept ans, certaines d’une vio­lence extrême. J’ai été violée. Ne me demandez pas de le raconter.

Quand était-ce ? Le 22 juin 2004. J’avais porté plainte pour une première agression, en janvier de la même année. Deux hommes armés d’un pistolet et d’une bonbonne de gaz lacrymogène m’avaient dérobé la caisse et les jeux de grattage. J’avais alors reçu un coup de crosse, qui m’a ouvert le cuir chevelu. J’étais cou­verte de sang… Le viol a eu lieu quelques jours avant une confrontation prévue dans le cadre de cette affaire. Ils étaient quatre. Ils m’ont dit : « Retire ta plainte, sinon on fera la même chose à ta fille. »

Avez-vous reconnu certains de vos agresseurs ? Oui, le chef de cette bande, sur le fichier de la police. Je le désigne dans mon livre par une initiale, G. Il est connu des services de police pour agressions, vols, dégradations… J’ai aussi identifié l’un des violeurs. Mais cela n’a servi à rien.

Que s’est-il passé ? Dans l’affaire du braquage, la juge pour enfants a conclu à un non-lieu. Sa mère et sa sœur ont affirmé que G. dormait chez lui au mo­ment des faits. C’était parole contre parole. La sienne a pesé plus lourd que la mienne.
Il y avait pourtant des témoins… Oui, un père de famille, accompagné de ses deux enfants. Il a finalement renoncé à témoigner, les deux braqueurs l’avaient menacé de s’en prendre à ses enfants… Deux ans plus tard, la sœur de G. est venue chercher un colis à la boutique. Je lui ai demandé pourquoi elle avait affirmé que son frère dormait lors du braquage. « Je le couvre », m’a-t-elle dit. Il y avait à ce moment-là un prêtre dans la boutique. Il a témoigné de ce qu’il avait entendu, mais la procédure n’a pas été relancée.

Et dans l’affaire du viol ? Là encore, le suspect a dit qu’il était étranger à cette affaire : il aurait dormi chez son frère. Les empreintes relevées par la police juste après le viol n’ont pas permis de le confondre. La juge a donc rendu un non-lieu, motivé par le manque de preuves. Ce qui n’a pas empêché la bande en question de se vanter dans tout le quartier de m’avoir violée. Un gardien d’immeuble est même allé le raconter à la police, mais sa déposition est restée sans suite.
Vous avez quand même été indemnisée… Oui, par la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (Civi). C’est une reconnaissance du viol que j’ai subi, mais c’est l’État qui m’a indemnisée, à la place des coupables… La so­ciété a reconnu que j’avais été victime d’agressions, mais elle a renoncé à poursuivre les auteurs de ces agressions.

En revanche, vous avez été condamnée, en juin, à 500 euros d’amende pour “injure envers un particulier en fonction de sa race, de sa religion ou de son origine”. Que s’est-il passé ? J’ai fait appel de cette décision. L’affaire remonte à 2008, je la raconte en détail dans mon livre. Une jeune femme est venue s’installer dans l’appartement qui fait face au mien. Elle a pendu la crémaillère pendant trois jours, ou plutôt trois nuits. La troisième nuit, je suis allée lui demander d’arrêter de « faire la bamboula ». Nos relations se sont envenimées… Deux ans plus tard, elle est allée dire que j’avais osé la traiter de “bamboula”, ce que je conteste, évidemment. J’ai mon franc-parler, mais je n’ai jamais insulté quelqu’un en raison de sa couleur de peau ou de sa religion. Je suis née avec la diversité, j’ai grandi avec la diversité, je travaille avec la diversité. Je ne suis pas raciste. Je n’accepte pas d’être condamnée sur une calomnie, alors que la justice a toujours ignoré ma parole quand j’ai été agressée. C’est cette inversion des valeurs que je combats. Je veux qu’un criminel soit jugé comme un criminel, et qu’on ne lui cherche pas de fausses excuses. Moi, on m’a fait comprendre qu’il fallait leur laisser leur chance… Plus on leur trou­ve des excuses, plus ils som­brent dans la violence. Et cette violence se retourne souvent contre eux. Je l’ai déjà dit : ces jeunes, je les ai vus grandir, je ne suis pas sûre de les voir vieillir.

Pourquoi restez-vous ici ? Mon père était gendarme, ma mère a travaillé dans la police. Ils m’ont inculqué certains principes. Je ne ferai pas allégeance aux bandes qui veulent imposer leurs lois. Je ne me soumettrai pas. J’aurais l’impression de déserter si je partais. Je sais bien que certains n’attendent que ça. Les autres commerçants sont partis, ils ont été remplacés. Ma boutique est bien placée, on la voit du RER. Des hommes, que je ne connais pas, passent me voir presque tous les mois pour me la racheter. Curieusement, leurs visites surviennent souvent après une nouvelle agression… J’ai acheté cette petite librairie en 1978, avec mon père. Que deviendrait-elle si je la vendais ? Un fast-food ? Un taxiphone ? Et puis, je ne me bats pas seulement pour moi…

Pour qui d’autre ? Pour ces gamins qui viennent m’acheter des livres, à qui j’en prête parfois. L’un d’eux, à qui j’avais prêté l’Étranger, a mis deux mois à le lire. Maintenant, il lit Balzac ! Et puis il y a ces jeunes filles qui viennent me voir parce qu’elles savent ce que j’ai vécu… En sept ans, je dirais qu’une dizaine sont venues me dire ce qu’elles avaient subi, elles aussi. Elles, elles n’osent pas aller porter plainte : culturellement, c’est très difficile d’en parler à leurs parents. Je suis un peu leur soupape. Je leur donne le téléphone d’une association qui m’a beaucoup aidée, le Collectif féministe contre le viol. Moi, je ne m’en suis jamais vraiment remise. Je ne supporte plus que l’on me touche. Aller chez le médecin est une épreuve. Mais j’ai la chance d’avoir été maman avant. Alors, imaginez le traumatisme que c’est pour une gamine de 15 ou 16 ans !

Qu’attendez-vous des hommes politiques ? Plus grand-chose… J’attends de la justice et de la police qu’elles protègent les gens honnêtes. Propos recueillis par Fabrice Madouas et Augustin Jalon

Celle qui dit non, de Marie-Neige Sardin, L’Œuvre Éditions, 160 pages, 19 €.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Ven 7 Oct - 8:28

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/10/chronique-de-la-violence-ordinaire.html

06 octobre 2011

Chronique de la violence ordinaire

Relevée sur le blog Faits divers. Extraits de la seule journée du 30 septembre :

Yassine El.H+Soulayman.R, braquage a Nîmes (30) (source)
Tué par un nord-africain dans le métro a Paris XIXeme (source)
Fahed Tahrichi, outrage au drapeau FR a Bobigny (83) (source)
Achraf.L vol+violence entre Méounes et Brignoles (83) (source)
Trafic d’êtres humains par des afghans vers Lille (source)
Attaque de faux policiers sur une aire a Mornas (84) (source)
5 coups de feu avant d’être maîtrisé a Villedieu (84) (source)
Cambriolage dans une galerie marchande a Martigues (source)
Des automobilistes braqués a La Garde (83) (source)
4 gitans en examen de séquestration+viol a Belfort (source)
Joigny (89) Une octogénaire ligoté a son domicile (source)
Il frappe la police avec une pince a Châtenay-Malabry (source)
Un ‘jeune’ cambrioleur interpellé a Chanteloup (78) (source)
Deux kilos de cannabis dans une cave a Clichy (92) (source)
43 sans-papiers en GAV pour violences,arme,drogue.. (source)
Un africain viole une retraitée a la gare de Lille-Flandres (source)

Posté le 6 octobre 2011 à 07h49 par Michel Janva | Catégorie(s): France : Société
Partager:

Commentaires

C'est scandaleux !
Vous stigmatisez une population dont la majorité est aussi française que vous est moi. Ce sont nos compatriotes que vous désignez à la haine des extrémistes racistes, et qui réveille dans la population les comportements des heures lpsdnh...

La République est garante de l'égalité de tous ses nenfants, surtout les plus fragiles, qui ont besoins de notre soutien et de notre aide. Ce sont, certes, des attitudes inacceptables (que d'ailleurs nous n'acceptons pas depuis 40 ans!)mais il ne faut pas généraliser!

Vous seriez bien étonné des regards de travers que les bons Français distillent quotidiennement sur cette population fragilisé par tant de stigmatisation. Les associations zantiracistes relèvent quotidiennement les manquements graves au "Vivrant-semble" et se portent systématiquement partie si vile.

Alors, hein … la boite à camembert !

Rédigé par : Majeur | 6 oct 2011 09:51:49

/////////////////////////////////////////////////////////////

Commentaire d'Hercule : Un petit commentaire au commentaire précédant - Le mot stigmatisation est devenu un mot à la mode et c'est vrai qu'il se rapporte bien à l'article ci-dessus. Un stigmate est une blessure et j'en vois de plus en plus sur les chairs de cette quantité incroyable de victimes innocentes à cause de cette délinquance généralisée.

C'est vrai aussi que la République a réussi à nous rendre tous égaux et totalement désarmés face à cette violence quotidienne dont n'importe lequel d'entre nous peut devenir la cible et la victime d'un instant à l'autre, et lorsque on est blessé, on saigne tous de la même manière avec un sang de la même couleur.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Ven 14 Oct - 10:37

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet.php

Leur enquête dévoile la réalité du viol en France
vendredi 14 octobre 2011

Nolwenn Weiler et Audrey Guiller : « Dans huit cas sur dix, l'agresseur est connu de la victime. »
Photo : Laurent Guizard
Deux femmes, journalistes, livrent un constat accablant sur un crime bien plus répandu qu'on ne le pense, le viol, dans une société qui peine à briser l'omerta.

ENTRETIEN. Nolwenn Weiler et Audrey Guiller. Journalistes. Auteures du livre Le viol, un crime presque ordinaire. Le Cherche-Midi. 170 pages. 15 €.)

Combien y a-t-il de viols en France ?
- 75 000 par an. Ce chiffre est issu de deux enquêtes statistiques dont la première, « Enquête nationale sur les violences faites envers les femmes en France », ne date que de 2000. Six ans plus tard, dans « Contexte de la sexualité en France », 16 % de femmes disaient avoir subi des rapports forcés ou des tentatives de viol. Une femme sur six. La plupart avant 18 ans. Par extrapolation, les chercheurs se sont mis d'accord sur 75 000. Mais ils sont sûrs qu'il y en a beaucoup plus.

Pourquoi ne pas se fier aux plaintes ?
- Parce que les victimes ne parlent pas. En 2010, la police a enregistré 10 734 plaintes. C'est moins de 10 % des faits. À cause de la honte, la culpabilité, la peur des représailles, la difficulté de l'entourage à entendre parler de l'agression...

Qui viole ?
- Dans huit cas sur dix, l'agresseur est connu de la victime. Le rôdeur, les viols collectifs sont rares. En réalité, c'est le père, le patron, le petit ami, le mari... Toutes catégories sociales confondues. Ils procèdent d'une volonté de dominer, d'humilier, de s'approprier l'autre. Le viol n'est pas un problème de sexualité.

Il s'agit pourtant bien de sexe ?
- Le sexe est une composante du viol, mais il ne s'y résume pas. C'est un moyen pour agresser, une arme pour prendre le pouvoir. Le contraire de la sexualité, qui implique l'échange et le consentement. Cette confusion entre sexe et viol, vie privée et crime, est entretenue par les agresseurs. Ils disent répondre à des besoins sexuels irrépressibles. C'est faux. Mais cela empêche les victimes de parler : la sexualité, on n'ose pas en parler.

Que faut-il faire, en premier ?
- Créer des centres d'aide aux victimes comme en Norvège, où, dans un même endroit, elles trouvent une réponse à tout : un examen corporel pour recueillir les preuves, le contact avec la police, un suivi médical, psychologique et un hébergement. En France, cette prise en charge est une véritable loterie.

Elle s'est pourtant améliorée...
- Les enquêteurs ont appris à prendre des précautions avec ces femmes. Chaque commissariat ou gendarmerie compte un « référent violence ». Dans les centres médico-légaux des CHU, où se déroule le premier examen, le médecin ne leur demande plus de s'allonger ou de se déshabiller, ce qui leur rappelait cruellement leur agression. Mais dans les petites villes, l'examen est fait par l'interne des urgences, pas toujours formé. Quelqu'un d'incompétent peut briser ces femmes en doutant de leur parole.

Certaines mentent, aussi...
- Elles sont très vite repérées. C'est 2 à 8 % des plaintes. Les victimes ont des syndromes très faciles à identifier : maladies chroniques, ruptures amoureuses, perte d'appétit, tentatives de suicide, troubles du sommeil... Les professionnels n'y sont pas assez sensibilisés : les médecins, par exemple, ne font que 8 % des signalements.

Qu'a modifié l'affaire Dominique Strauss-Kahn ?
- Elle a fait exploser les standards téléphoniques des associations. On n'a jamais autant parlé du viol.

Recueilli par Claire THÉVENOUX.

Lors de l'agression, le cerveau se déconnecte

« Je n'étais pas là, j'avais l'impression d'être hors de moi », décrivent les victimes au souvenir de ces moments terribles. Les raisons de cette « déconnexion » ont été données à Audrey Guiller et Nolwenn Weiler par Muriel Salmona, psychiatre.

Devant un danger, dans le cerveau, l'amygdale cérébrale sonne l'alarme : « Les hormones du stress, adrénaline et cortisol, sont produites en forte quantité. Flux sanguin, rythme cardiaque et respiration s'accélèrent. » Le corps se prépare à fuir. Sauf que, lors d'un viol, c'est impossible. « Alors, l'amygdale cérébrale s'affole. Les centres nerveux du cortex sont noyés sous les signaux d'alerte, décrit Muriel Salmona. La surproduction d'adrénaline et de cortisol peut conduire à un arrêt cardiaque. »

Pour éviter la mort, le cerveau joue son va-tout : « Il se déconnecte en partie », résument les journalistes. La victime peut alors avoir « un sentiment d'irréalité totale ». Problème : cette « mémoire traumatique » « revient à chaque situation inattendue et anormale. Des flashs où l'angoisse est aussi forte que pendant l'agression ».

Pour « oublier que leur vie est un enfer », certaines femmes ont besoin de « se remettre en danger, de prendre des risques - boire et conduire, s'automutiler... - pour recréer le stress qui les déconnectera ». Non soignées, beaucoup « présentent une vulnérabilité que les violeurs repèrent tout de suite » et se font à nouveau agresser.

Rien d'inéluctable, pourtant. « Une prise en charge dans les 24 heures désamorce cette mémoire traumatique. Il suffit de leur faire raconter ce qui s'est passé » pour commencer à s'en sortir.

Repères

Le viol. Il est défini par la loi comme « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur autrui par violence, contrainte, menace ou surprise ». Ce crime est punissable de quinze ans de réclusion par une cour d'assises.

La tentative de viol. Même sanction juridique que le viol. Il s'agit d'une volonté de pénétration forcée, qui échoue indépendamment de la détermination de l'auteur.

L'agression sexuelle. C'est un délit, passible de 5 ans de prison en correctionnelle. C'est un rapport commis avec violence, contrainte ou surprise, mais sans pénétration. De nombreux viols sont déqualifiés en agression sexuelle. La prescription, date limite pour porter plainte, est de 3 ans au lieu de 10.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Dim 23 Oct - 7:17

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/10/merci-aux-américains-pour-lopium-afghan.html

13 octobre 2011

Merci aux Américains pour l'opium afghan

La production d'opium en Afghanistan a fortement augmenté (+61%) en 2011 par rapport à 2010, selon l'agence spécialisée de l'ONU contre la drogue dans son étude annuelle. Les surfaces cultivées ont, elles, légèrement augmenté (+7%) par rapport à 2009 et 2010, pour s'établir à environ 131.000 hectares cette année. L'agence souligne que les revenus des producteurs de pavot ont atteint 10.700 dollars à l'hectare en 2011, un niveau jamais observé depuis 2003. Après une légère baisse de la part afghane dans la production globale en 2010, l'Afghanistan devrait représenter de nouveau 90% de la production mondiale d'opium.

L'opium devrait rapporter 700 millions de dollars aux talibans et plusieurs milliards devraient alimenter les circuits criminels et de corruption dans le pays.

Posté le 13 octobre 2011 à 14h20 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Lun 24 Oct - 10:33

http://www.ladepeche.fr/article/2011/10/24/1199977-vols-c-est-la-razzia-dans-les-magasins.html

PUBLIÉ LE 24/10/2011 08:19 | JEAN-NOËL GROS
Vols : c'est la razzia dans les magasins
délinquance

Facilement accessibles, les canettes de bières figurent parmi les articles les plus volés./Photo DDM Frédéric Charmeux

Partager
Gels douche, fromages, alcools, maquillages et vêtements sont parmi les marchandises les plus volées dans les magasins toulousains. Des vols motivés par «la facilité», dénoncent les commerçants.

«C'est le surplus que je ne pourrai pas m'acheter, le petit truc pour le fun : une écharpe, du maquillage… La nourriture, c'est autre chose. » Salaire modeste, un ado à charge, Mélanie (1) n'a rien d'une voleuse compulsive. Mais depuis quelques années, elle chaparde : pour quelques fringues achetées chez Zara, un foulard léger est tombé dans le sac, l'antivol discrètement arraché.

Alimentaire, cosmétiques, vêtements… dans tous ces commerces du centre ville toulousain, comme dans les grandes surfaces, le vol à l'étalage reste un fléau. L'an dernier, 8 000 € de marchandises ont par exemple disparu au Carrefour City de la place Arnaud-Bernard, un de ces supermarchés de proximité qui a poussé en ville. En tête des produits les plus volés : les gels douche et shampoings, puis les fromages (Kiri, Babybel), enfin les canettes, dévoile Jimmy Couderc, le gérant. S'il a identifié une dizaine d'habitués qui squattent cette place de Toulouse, le commerçant a aussi intercepté une mamie avec des biscottes de la marque Céréal et autres emplettes dans son chariot. « Elle a tout contesté et rendu les produits. » Mais aussi une étudiante en droit, une future avocate qui l'a supplié de ne pas appeler la police. Pour 20 € de marchandises achetées, elle en dissimulait autant dans son sac. « Tout ce qu'elle avait envie de prendre sur le moment », explique le gérant. Pour lui, le vol de subsistance est rare. Le principal moteur, juge-t-il, c'est « la facilité » : « pourquoi payer si on peut avoir gratuitement ? ». La crise s'installe, les tentations demeurent…

ROUGE À LÈVRES ET MASCARA
Même constat près du métro Jean-Jaurès, dans un commerce d'alimentaire. Ici ce sont les bouteilles de vin que l'on surveille de près. Plus agaçant, les emballages de sandwiches jetés ici ou là trahissent le casse-croûte englouti sur place. Puis disparaissent quantité de bonbons et chips.

Dans les grandes surfaces Carrefour de l'agglomération, les parfums et les cosmétiques sont en tête du palmarès des vols, indique un porte-parole de l'enseigne. Mais ce qui coûte le plus aux hypers, ce sont les CD, DVD et jeux informatiques.

Le maquillage : ouvert en mai, le grand magasin Yves Rocher rue Alsace a aussitôt connu un succès fou… Rouge à lèvres, mascara et eaux de toilette : 4 000 € se sont volatilisés en quelques mois. Même les hommes s'y mettent, observe Sophie Camus, la responsable. Sa mère, la gérante, plaide pour la présence de vigiles dans la rue. À eux de courir après les voleurs.

(1) Prénom d'emprunt.

"À force on les connaît"
« Dans les commerces de vêtements, une petite partie des vols est le fait de M. Tout-le-monde. La grosse majorité de la fauche provient de vraies bandes organisées. Des filles qui en ont fait un métier et qu'à force on connaît », observe Marc Fridman qui possède notamment le Levis Store de la rue Saint-Rome. Plusieurs fois interpelées par la police qui a découvert des apparts remplis de vêtements, ces pros du vol, équipées de sacs tapissés, se sont du coup déplacées vers d'autres villes : Albi, Pau… où elles écument les boutiques.

Le chiffre : 555
plaintes > Les vols constatés à Toulouse. Entre le 1er janvier et le 30 septembre 2011, 555 plaintes ont été enregistrées à Toulouse. Trente de moins que l'an dernier. Un chiffre cependant très peu représentatif des vols à l'étalage. La plupart du temps, la police n'est pas appelée par les commerçants.

« Il n'y a plus un magasin en ville qui n'a pas un vigile. C'est un marché qui se développe, comme celui de la sécurité en général. »

Laurent Cuzacq, directeur des sociétés de sécurité privé CSOSP et Kevlar
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Mar 29 Nov - 10:40

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/11/28/01016-20111128ARTFIG00657-des-armes-de-guerre-pour-un-cambriolage-a-vitrolles.php

Tirs à l'arme de guerre pour des cambriolages
Mots clés : VITROLLES, Claude Guéant, Éric Lales, Brigade Anticriminalité

Par Jean-Marc Leclerc
Mis à jour le 28/11/2011 à 23:37 | publié le 28/11/2011 à 19:33

Des policiers inspectent les véhicules ayant servi lors de course poursuite entre des malfaiteurs et des membres de la brigade anticriminalité, le 28 novembre 2011 à Vitrolles. Crédits photo : BORIS HORVAT/AFP
S'abonner au Figaro.fr
Deux malfaiteurs ont été tués et un policier grièvement blessé lors de deux fusillades, à Vitrolles et Marseille.

En moins de 24 heures, les Bouches-du-Rhône ont été une nouvelle fois le théâtre deux sanglantes scènes de western. À chaque reprise, les voyous étaient équipés d'un véritable arsenal, d'une puissance de feu démesurée par rapport aux cibles qu'ils visaient. Lundi en fin d'après-midi, dans le quartier sensible de La Rose, au nord de Marseille, un commando de braqueurs qui s'attaquait à un magasin «Brico-Dépôt» a ouvert le feu sur une patrouille de la sécurité publique.

Les policiers, alertés par un adjoint de sécurité qui se trouvait à l'intérieur de l'établissement, attendaient les malfaiteurs à l'extérieur. Les braqueurs, arrivés en voiture et notamment armés de fusils d'assaut, venaient de s'emparer d'un butin en espèces avant de ressortir. A la vue des uniformes, les malfaiteurs ont aussitôt fait parler les armes. Les fonctionnaires ont riposté : un voyou a été tué, un second blessé et un troisième interpellé.

Le butin du braquage a été retrouvé dans la voiture des malfaiteurs, ainsi que deux kalachnikov et un pistolet automatique. L'enquête a été confiée par le parquet à la Brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire de Marseille.

Arrêté 40 fois par la police

Dans la nuit de dimanche à lundi, à Vitrolles cette fois, un policier de la brigade anticriminalité (BAC) d'Aix-en-Provence avait été grièvement blessé par trois balles de kalachnikov, dont une en pleine tête. Les malfaiteurs, avant de prendre la fuite, avaient tué l'un des leurs dans la confusion… La scène avait été d'une violence inouïe. Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a d'ailleurs tenu à se rendre lundi au chevet du policier blessé, Éric Lales, 37 ans, marié, père de deux enfants, pour exprimer sa «tristesse» et son «indignation».

La police intervenait en flagrant délit, cette nuit-là, après une série de vols dans des zones commerciales. Les malfaiteurs étaient a priori au nombre de quatre. Pour bloquer leur voiture, les policiers avaient jeté une herse dépliable de type «Stop Stick», lorsqu'ils ont été arrosés à l'arme automatique. Plus de 30 impacts de kalachnikov ont été relevés sur place, dont la moitié sur le pare-brise du véhicule de la BAC.

Le truand tué dans l'action par les siens était issu de la communauté des «gens du voyage». Âgé de 30 ans à peine, il avait commis son premier délit à 15 ans et été arrêté 40 fois par la police. Il était sorti de prison en 2010, après une condamnation pour «vol avec violence et séquestration».

L'équipe à laquelle il appartenait était connue pour des «vols à la disqueuse», confie Alain Gardère, le préfet délégué à la sécurité à Marseille. Ce matériel est, en effet, utilisé pour tronçonner les cadenas. Mais surtout, «ces truands sont des multicartes», explique le préfet, c'est-à-dire versés dans le petit larcin comme dans les extorsions violentes. Aujourd'hui, ces voyous n'hésitent plus à sortir lourdement armés, même pour un simple cambriolage. «C'est là la nouveauté. Ces fondus, souvent sous l'emprise de la cocaïne, ont désormais recours aux armes de guerre pour de simples razzias nocturnes dans des supermarchés, alors qu'autrefois, ils s'armaient d'un simple fusil de chasse. Et ils tirent tous azimuts, même pour un butin dérisoire», s'indigne Jean-Louis Martini, le délégué zonal du syndicat de policiers Synergie-officiers en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Une riposte disproportionnée
Dans le coffre de l'Audi volée, abandonnée par les malfrats le soir du drame, les enquêteurs ont, il est vrai, trouvé… des produits surgelés. Tirer à la kalachnikov pour quelques victuailles: la riposte semble quelque peu disproportionnée.

À en croire la police, c'est du côté d'Alès (Gard), à l'ouest des Bouches-du-Rhône que l'enquête sur la fusillade pourrait s'orienter. Ceux qui ont fait feu sur la BAC y seraient, pour partie, installés dans des campements. Ils se seraient en outre illustrés à Avignon et dans plusieurs autres villes du Vaucluse. «Ces équipes très mobiles frappent rarement près de leur base. Elles préfèrent brouiller les pistes, en changeant de département, de voitures et même de composition, entre deux casses», assure un officier de la BAC.

Dans les Bouches-du-Rhône, la police estime «entre 30 et 50» le nombre de «durs» de la communauté des gens du voyage susceptibles de commettre des actions à «force ouverte», comme celle de lundi soir. Secrétaire général du syndicat Unité SGP Police (majoritaire), Nicolas Comte mettait lundi en garde: «Ce drame, disait-il, s'inscrit, hélas, dans un mouvement tragique d'augmentation d'actes violents avec usage d'armes à feu sur tout le territoire national.»

Le ministre de l'Intérieur espérait lundi que l'identification du malfaiteur décédé permettrait de «remonter jusqu'à ses com­plices». Il a rappelé par ailleurs qu'une loi en cours d'examen visait à réglementer le commerce des armes de guerre, afin qu'elles «ne puissent pas pénétrer sur notre territoire» .

Par Jean-Marc Leclerc
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Ven 9 Déc - 11:00

http://www.ladepeche.fr/article/2011/12/09/1235542-rennes-les-bains-prevention-seniors-par-la-gendarmerie.html

PUBLIÉ LE 09/12/2011 08:48 | LA DÉPÊCHE DU MIDI
Rennes-les-Bains. Prévention seniors par la gendarmerie

Dans le cadre d'un plan d'action national, les retraités sont invités à des réunions d'information sur les nouvelles formes de délinquance qui peuvent les concerner. Pour répondre à cette problématique, un plan d'action national, relayé au niveau départemental depuis mai 2010, a

donc été mis en place. L'une de ces applications locales était la réunion de prévention et d'information organisée le mercredi 30 novembre 2011, à la salle des fêtes où près de 20 seniors étaient présents.

La gendarmerie nationale représentée par l'adjudant-chef Philippe Crouts De Paille et le maréchal des logis Chef Valéry Teruel est donc venue expliquer les pièges tendus par les malfaiteurs. Deux tiers des vols par ruse et un tiers des cambriolages sont commis au préjudice des plus de 60 ans. Les délinquants jouent en effet sur leur vulnérabilité liée à leur fragilité physique et à la perte d'autonomie. Après un exposé aussi pédagogique qu'inquiétant, les gendarmes n'ont pas laissé le public à leurs angoisses donnant au contraire force conseils pour déjouer les plans des brigands et incitant à prendre des réflexes de sûreté, parfois simples, comme ne pas laisser les clés de la maison dans la boîte aux lettres. Au passage, les gendarmes expliquaient les précautions à prendre lors des retraits d'argent aux distributeurs de billets ou encore les déplacements dans les rues. La réunion était

également consacrée à la vente au porte à porte et autres démarchages à domicile, escroqueries et vols pas ruse. Des brochures rappelant les actes réflexes à adopter étaient distribuées ensuite à l'assistance.

Un goûter offert par la municipalité terminait cet après midi
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Her le Mar 13 Déc - 8:40

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/12/laissé-libre-après-avoir-donné-2-coups-de-couteau.html

07 décembre 2011

Laissé libre après avoir donné 2 coups de couteau

Lu dans le panorama de la préfecture de police de Paris :

"29 novembre, 23h30, « 17 police-secours » reçoit un appel signalant le vol avec violences d’un téléphone portable place de la bataille de Stalingrad (19e). La victime, un jeune homme de 23 ans, auquel les sapeurs-pompiers prodiguent les premiers soins, explique qu’il a été agressé par un homme accompagné d’une femme. Celui-ci lui a porté deux coups de couteau au niveau du ventre et du bras, s’est emparé de ses deux téléphones portables et s’est enfui avec sa compagne dans un véhicule blanc. Ce dernier est repéré à proximité avec le couple à bord. L’homme, 28 ans, déjà impliqué dans 29 procédures et la femme, 26 ans, sont interpellés. A l’issue de leur garde à vue, ils ont été déférés et laissés libres avec ouverture d’une information judiciaire."

Posté le 7 décembre 2011 à 11h24 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Montée Générale de la Délinquance et de l'Insécurité

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum