Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Messages Prophétique à Alan Ames

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Messages Prophétique à Alan Ames

Message par Her le Mer 15 Juin - 12:44

http://www.parvis.ch/stella_maris/02_prophetes/alan_ames/alan_ames_histoire.html

Carver Alan Ames est né en Angleterre, en 1953. A l’adolescence, il perdit la foi et rechercha de mauvaises fréquentations. Sa vie fut remplie de violences, d’alcool, de péchés. Finalement, il se maria avec Kathryn et partit pour l’Australie où sa famille s’installa avec leurs deux enfants.
En 1993 il y eut un tournant dans leur vie, lorsqu’Alan entendit soudain la voix d’un ange. Peu à peu, il reçut des visions et des locutions de différents saints et anges qui le poussèrent à transformer radicalement sa vie, pour ne pas être perdu pour l’éternité.

A cette époque, il vécut un « mini jugement » qui le mit en face des péchés de sa vie et lui montra combien Jésus avait souffert sur la Croix pour chaque péché séparément. Ce fut la journée, à la fois la pire et la plus belle de sa vie, car ce jour-là il s’amouracha totalement de Jésus.

L’archevêque Barry Hickey de Perth (dans l’Ouest de l’Australie) lui indiqua un directeur spirituel qui vérifie tous les phénomènes surnaturels et à qui Alan est soumis dans la stricte obéissance. Depuis 1994, Alan Ames donne le témoignage de sa conversion à travers le monde entier, avec l’autorisation expresse de son archevêque, il prie particulièrement pour les malades, pour la guérison du corps et de l’âme, lors de toutes les réunions de prières. A travers ses nombreux charismes, Alan est appelé à répandre l’Amour de Dieu de façon toute nouvelle, à tous les hommes, car Dieu aime chacun en particulier.

Les fruits de cet apostolat sont les conversions, les guérisons et un amour renouvelé, enflammé pour les sacrements, en particulier pour la sainte Eucharistie et le sacrement de la réconciliation.

A l’exemple d’Alan Ames, Dieu nous montre qu’il n’est jamais trop tard pour faire demi-tour et qu’Il désire serrer dans Ses bras, même les plus grands pécheurs. Il leur suffit de souhaiter le pardon de Dieu et de Lui dire un grand oui.


Dernière édition par Hercule le Jeu 16 Juin - 8:47, édité 1 fois

Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messages Prophétique à Alan Ames

Message par Her le Jeu 16 Juin - 8:23

http://www.parvis.ch/

A l’occasion de la sortie du second tome «Au travers des yeux de Jésus» (en février) du voyant australien Alan Ames, voici des extraits de deux entrevues qu’il a accordées à Valentina Ben pour le mensuel italien «Il Segno».

Pourrais-tu nous dire comment les contacts avec l’au-delà ont commencé pour toi?
Voilà sept ans, alors que ma vie était très désordonnée et pleine d’erreurs (j’ai même été arrêté, je volais à l’église, je faisais partie d’un groupe de motards sans foi ni loi, je buvais et ne pensais pas le moins du monde à Dieu), un jour mon ange gardien m’est apparu à l’improviste. Dans un premier temps j’étais effrayé, je ne comprenais absolument rien de ce qu’il voulait de moi. Toutefois sa voix était si douce et gentille quand il m’exhortait à changer de vie, que d’un coup je me suis détendu, mais je ne l’ai pas écouté pour autant. Il venait à moi tous les jours et me disait de me repentir, de changer mes habitudes erronées, mais je ne l’écoutais pas, ne suivais pas ses conseils et, imperturbable, je continuais ma vie de toujours. Les jours passaient et lui, il ne se fatiguait jamais, avec son immense tendresse, à m’exhorter au repentir; il me disait aussi de prier. Prier? Et comment si je ne savais pas le faire? Et après de nombreuses sollicitations, j’étais parvenu à dire le soir un Ave Maria, au moins pour le faire tenir tranquille, déjà que c’était le maximum qu’on pouvait me demander!
Trois mois passèrent sans que rien ne change en moi, jusqu’au jour où je ne l’ai plus vu, il n’est plus revenu. Je croyais que tout était fini comme ça. Au contraire, à l’improviste, j’ai entendu une voix bien plus forte et décidée, beaucoup plus péremptoire: C’était sainte Thérèse d’Avila (je ne savais pas non plus qui elle était). Elle me répétait d’un ton beaucoup plus déterminé, de changer de vie, de faire pénitence, de prier, d’arrêter d’offenser Dieu par mes péchés. Elle m’a assurément donné une secousse; peut-être que l’ange était trop doux et pour cette raison, je ne l’avais pas écouté. Elle, au contraire, a su me convaincre et m’a enseigné beaucoup de choses.
Un jour elle me dit: «Tu dois prier le Rosaire en entier.» Mais je lui ai répondu que ce n’était pas possible, que c’était trop pour moi, et qu’assurément je ne réussirais jamais à le faire. Mais elle ne s’est pas tenue pour vaincue et elle a réussi à me faire réciter tous les quinze mystères. Je ne saurais vous décrire l’immense joie que j’ai éprouvée et que j’éprouve toujours en récitant cette merveilleuse prière! Et la chose étrange c’est que les personnes avec qui je parlais, même si elles priaient, ne m’ont jamais dit avoir éprouvé tant d’irrésistible félicité. J’étais extasié; ma vie prenant un nouveau cours, finalement j’avais trouvé Dieu.
Successivement, les trois Personnes de la T.S. Trinité, la Madone et les archanges ont commencé à venir vers moi pour me laisser des messages à communiquer à l’humanité, messages d’amour et de paix.
Est-ce vous qui décidez quand vous allez “appeler” Jésus ou bien se présente-t-il à vous de façon inattendue? Et comment se manifeste-t-il?
Dieu le Père, Notre Seigneur Jésus-Christ et le Saint Esprit sont avec moi tous les jours. D’ordinaire, cela se passe ainsi: Quand je me réveille le matin, Dieu le Père et la Madone sont présents. Ils se manifestent surtout par des locutions, mais aussi par des visions et ils restent tant que je ne prends pas part à l’Eucharistie. Quand j’ai reçu la communion et pour tout le reste de la journée, c’est Notre Seigneur Jésus-Christ qui est avec moi.. Quand je communique la parole et que je prie pour la guérison de quelqu’un ou que je participe à des rencontres charismatiques, je suis accompagné du Saint Esprit. Si, au contraire, je vais à une rencontre mariale, alors c’est la Madone qui est avec moi. Au cours de la journée, divers saints peuvent m’apparaître ou me parler ainsi que les trois archanges. Ordinairement je les perçois en moi, mais quelquefois je les entends comme si une personne humaine me parlait. Ils apparaissent de différentes façons, mais le plus souvent il s’agit de visions intérieures que je peux voir, soit les yeux fermés, soit les yeux ouverts, comme si je regardais un film. D’autres fois, je vois des statues ou des tableaux changer d’aspect et prendre l’aspect de Notre-Seigneur, de la Madone, des anges ou des saints. Souvent, pendant la messe, je vois le visage de Jésus dans l’hostie. Plus rarement il m’est arrivé de le voir physiquement et de pouvoir le toucher.
Vous a-t-il demandé dès le début d’écrire ses messages?
Non, pas au début. Ils m’ont d’abord exhorté à changer de vie et aidé à surmonter les problèmes que j’avais. C’est plus tard, vers la fin de 1993 et au début de 1994, qu’il m’a été demandé d’écrire pour partager avec les autres ce que Notre-Seigneur était en train de me donner.
Vous dicte-t-il le message que vous écrivez au fur et à mesure ou bien écoutez-vous tout le message et vous écrivez après coup?
J’écris les messages au fur et à mesure qu’ils me sont dictés; tandis qu’eux parlent, j’écris.
Est-ce seulement Jésus qui parle ou y a-t-il entre vous un véritable colloque?
Les conversations sont exactement comme celles que je pourrais avoir avec quiconque. Elles sont dans les deux sens. Pour ce qui regarde Dieu le Père, Il me parle comme un Père et moi je lui parle comme un fils. Avec Jésus, c’est comme parler avec un frère ou avec son meilleur ami. Avec le Saint Esprit, c’est à nouveau un rapport père/fils. A chaque instant, je suis conscient de la puissance de Dieu et de sa divinité. La Madone me parle comme une mère affectueuse ferait avec son fils. Elle me donne aussi des conseils sur les choses quotidiennes. Une fois que j’avais pris un peu trop de poids, elle m’a dit de moins manger et de faire de l’exercice.
Dans la réalité de la vie quotidienne, comment ta vie a-t-elle changé?
Avant que ces choses n’arrivent, j’étais un manager important d’une grande société, je gagnais beaucoup et vivais avec aisance. Et puis, il m’a été demandé de tout laisser et de me dédier complètement à ma nouvelle mission, celle d’apôtre du Seigneur. C’est ainsi que je vis l’Eucharistie chaque jour et que je voyage dans le monde entier pour porter à tous les messages célestes que je reçois.
Ma femme, initialement et pendant longtemps, tout comme mes fils, croyait que j’étais devenu fou. Elle ne comprenait pas ce que je disais et n’approuvait pas du tout mes nouveaux choix. Alors j’ai demandé au Saint Esprit de lui donner une illumination, de lui faire comprendre combien c’était important que je travaille pour Dieu et pour lui seul. Les jours, les mois, les années passèrent et rien! Jusqu’au jour où m’ayant accompagné à l’église, elle a soudain vu le Sacré-Cœur de Jésus s’animer. Elle est tombée en extase et y est restée pendant des heures. A partir de là, elle a cru. Pour mes enfants, la chose est plus difficile, ils sont jeunes et ne réussissent pas à tout comprendre, mais le temps et le Seigneur mettront tout en place.
Pouvez-vous nous parler des derniers temps?
Le Père seul connaît le temps, lui seul connaît le moment précis, mais il nous a donné une grande communication: tant que nous vivrons la foi, nous n’avons rien à craindre.
Si nous vivons l’Eucharistie comme nous l’a enseigné Jésus, nous ne devons avoir peur de rien, parce qu’en elle nous sommes remplis du pouvoir du Dieu du Ciel. Quand nous devenons un avec lui, nous sommes uns dans sa victoire, et dans ce cas c’est Satan qui nous craint parce que nous sommes les plus forts. La personne la plus faible qui se donne complètement dans l’Eucharistie est beaucoup plus puissante que l’ennemi.
C’est seulement le doute qui peut changer cet état de choses, mais si vous croyez totalement en Jésus, sans réserve, et si vous vous donnez entièrement à lui, rien ne peut vous nuire. Dans votre vie et dans le monde, la victoire du Christ brillera et les ténèbres disparaîtront. Notre foi ne doit pas être celle de la peur, mais celle de la victoire.
Je cherche seulement à apporter la paix de Jésus dans le monde, je l’aime et j’ai confiance en lui. En ce moment, je sens que je dois aller en Terre Sainte, pour prier pour la paix, pour porter l’amour de Dieu, quel qu’en soit le coût. Ceci veut dire pour moi être vraiment catholique.
Le Père me dit toujours: «Si tu m’aimes, tu ne dois rien craindre.» Nous devons faire comme les martyrs qui ont aimé Jésus jusqu’à la mort (comme sainte Thérèse d’Avila). Le Seigneur nous exhorte à lire la Bible; la vérité est seulement en elle. On doit se conformer aux enseignements de l’Eglise. Malheureusement, aujourd’hui de nombreuses interprétations sont erronées. Je vous donne un exemple: Ces sept dernières années, depuis qu’ont débuté mes “contacts” avec le Ciel, combien de fois j’ai entendu dire que l’antichrist était déjà là. Eh bien moi, je ne l’ai jamais vu ni ne le sais; seulement le Seigneur le sait.
Je sais seulement qu’il faut être obéissant envers l’Eglise, et quel que soit l’avenir, soyons sûrs que le Seigneur nous protégera et continuera à nous guider.
C’est ce qu’il a fait avec les Hébreux dans le désert, quand il leur a envoyé la manne pour survivre. Dieu nous aime comme il les a aimés, et comme il les a protégés des Egyptiens, ainsi, il protège son Eglise sur la terre.
Nous ne devons pas seulement dire: «Jésus, j’ai confiance en toi!» et ensuite avoir peur de lui, ce serait alors des paroles stériles. La confiance et l’amour, voilà ce que nous devons éprouver pour lui.
Que dit le Seigneur au sujet de l’ange gardien? Il nous protège?
Le Seigneur a dit qu’il faut prier son ange gardien chaque jour et le remercier, ainsi il nous donne toute sa protection. Au début, l’ange m’a parlé pour me rapprocher de l’Eglise. Et puis pour un temps, je ne l’ai plus vu. Il est revenu à Noël. Parfois je réussis à le voir prier avec moi; c’est une belle image.
Il y en a qui disent qu’ils croient mais qui ne pratiquent pas…
C’est très triste parce que c’est tourner le dos à Dieu qui est la foi, la bonté, l’amour. Parfois nous sommes si aveugles que nous devenons pécheurs et souffrants. Souvent les gens ne vont pas à l’église parce qu’ils ne croient pas à l’institution, dans les prêtres, mais c’est une erreur parce que l’Eglise est du Seigneur et c’est pour lui que nous devons travailler, et c’est lui que nous devons toujours aimer et honorer.

Source et photos: Il Segno del soprannaturale,
février et décembre 2000.
Trad: Christian Parmantier


Dernière édition par Hercule le Jeu 16 Juin - 8:48, édité 1 fois

Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messages Prophétique à Alan Ames

Message par Her le Jeu 16 Juin - 8:24

http://www.parvis.ch/stella_maris/02_prophetes/alan_ames/alan_ames_livres.html

Tome 1: 224 pages, 13x20 cm

Tome 2: 208 pages, 13x20 cm

Tome 3: 224 pages, 13x20 cm

Le Seigneur Jésus-Christ s'est manifesté à C. Alan Ames, un Australien, et lui apparaît en visions depuis 1994. Dès 1996, Jésus a commencé à lui montrer certains épisodes de sa vie sur la terre. «Par ses yeux, j'ai commencé à voir des faits particuliers qui eurent lieu alors qu'il voyageait avec ses disciples à travers les villes et villages de la Terre sainte... Chaque révélation semblait contenir une leçon à apprendre et à méditer; car en même temps que le Seigneur nous révélait ces événements, il nous enseignait à vivre et à aimer.» Les visions se poursuivent.

Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messages Prophétique à Alan Ames

Message par Her le Jeu 16 Juin - 8:26

http://petitremy.centerblog.net/rub-23-MARIE-REINE-de-la-CROIX-Alan-Ames.html

MARIE REINE DE LA CROIX

Une artiste a peint l'image bénie de Marie Reine de la Croix, d'après une vision d'Alan Ames. Cette image est déjà largement diffusée, et des rapports concernant des prières exaucées et des miracles de guérison sont attestés par ceux qui font appel à Marie, Reine de la Croix. Lorsque vous êtes en prière et que vous regardez cette image, vous remarquerez peut-être qu'une Colombe s'est formée dans les plis de l'habit de Marie. Puis vous pourrez peut-être apercevoir, dans sa main droite, le visage de Jésus crucifié. Dans les nuages également, certaines images peuvent se former. Dieu veut nous parler, par Marie, à travers cette merveilleuse image.

Vous trouverez ci-dessous les messages la concernant.

Notre-Dame, le 31 décembre 1994.

Rouge est la couleur du sang que mon Fils a versé pour les hommes, rouge est la couleur de son Amour. Debout au pied de la croix, j'ai pris part aux souffrances et à la douleur de mon Fils, j'ai pris part à son Amour. Blanche est la couleur de l'eau qui a coulé de son côté, de l'eau qui lave l'homme de son péché dans l'Amour. Debout au pied de la Croix, j'ai pris part au Don de cette eau.
La Croix a la couleur de l'or, c'est la couleur de la Croix du Roi. L'or de mon vêtement indique que j'étais sur la Croix avec mon Fils.
Mon sourire aimant manifeste l'amour profond que j'ai pour mes enfants, un amour maternel.
Le scapulaire indique aux hommes que l'on peut arriver à m'aimer en portant mon signe.
Le chapelet dit à mes enfants de prier et de réciter le chapelet, car c'est par le moyen de la prière que je vous mène à Jésus.
Ma Main tendue est là pour que mes enfants la prennent afin que je puisse cheminer avec eux jusqu'à Jésus.
Mes bras sont ouverts pour enlacer mes enfants dans une union éternelle de nos coeurs afin qu'ils deviennent un en moi en Jésus.
Je demande à ce que l'on me donne le Nom de Reine de la Croix parce que le Père m'a accordé la grâce de prendre part à la Rédemption des hommes avec mon Fils Jésus qui, par son sacrifice, a ouvert la Porte du Ciel à ses enfants.


Jésus, 16 janvier 1995
au sujet du tableau de la Reine de la Croix.

Une image de l'Amour, une image de ma Mère.
Une image du Don, une image de ma Mère.
Une image de l'offrande, une image de ma Mère.
Une image qui vient du Ciel, une image de ma Mère.
Une image qui vient de Dieu, une image de ma Mère.
Une image de la Sainteté, une image de ma Mère.
Une image pour tous, une image de ma Mère.


Notre-Dame, 16 janvier 1995.

Mon fils Jésus était cloué à la Croix, la douleur emplissait son corps et son âme. En le regardant, une angoisse me brûlait le coeur, si profonde que je n'ai pu me tenir debout. A genoux, j'ai prié, prié. A genoux, j'ai supplié en pleurant que l'agonie de mon Fils prenne fin et, à genoux, j'ai vu la Gloire de Dieu. J'ai vu combien Dieu aime ses enfants, ce qu'il est prêt à donner pour les sauver et combien il a besoin de leur pardonner. Mon esprit, mon être, ma personne étaient cloués à la Croix avec mon Fils. Mon Amour était cloué à la Croix avec lui, celui non pas d'une égale mais d'une servante qui désire servir son Seigneur et son Dieu. En regardant mon Fils consommer l'acte suprême de son Amour, j'étais à son service, un service que je suis impatiente de partager avec tous, pour que tous puissent trouver la récompense qui les attend au Ciel, la récompense de Dieu.


Notre-Dame, 4 décembre 1994.

Debout au pied de la Croix, j'ai regardé mon Fils Jésus donner sa Vie pour les hommes. debout, j'ai prié le Père du Ciel de leur pardonner ce qu'ils faisaient. J'ai prié le Père de soulager la souffrance de Jésus et je lui ai demandé la force de pouvoir assister à son martyre atroce. Jean à mes côtés et moi, nous avons offert tout notre Amour au Père pour qu'il adoucisse sa souffrance, ne serait-ce qu'un peu. Nous nous sommes totalement offerts à lui pour qu'il débarasse le Messie de ce fardeau. Je savais qu'il ne le pouvait pas, car ce sacrifice était nécessaire pour délivrer l'homme de ses propres chaînes, ces chaînes que l'humanité s'est elle-même forgées. Je voulais embrasser mon Fils et le consoler. Je voulais le tenir dans mes bras et lui dire que je l'aimais et que sa maman était là. Je voulais le couvrir de baisers comme je le faisais lorqu'il était petit. Je voulais que mon Fils vive, mais je savais qu'il ne le pouvait pas, qu'il devait subir la mort pour pouvoir montrer à l'homme combien Dieu l'aime. Les larmes de douleur qui coulaient de mes yeux ont formé des flaques d'Amour, des flaques d'attention maternelle et de joie sans fin. mon coeur serré a créé l'Amour que je ressens pour tous les hommes, a créé un lien particulier entre moi et toute l'humanité. Aujourd'hui encore je verse des larmes en voyant mes enfants insensés suivre le chemin de l'autodestruction, le chemin du mal et du péché. Mon coeur doit-il à nouveau se briser ? Dois-je endurer le chagrin de la mère qui voit ses enfants se faire du mal ? Dois-je à nouveau pleurer la mort de mes enfants, une mort qui durera éternellement ? Tout ce que je veux pour mes enfants, c'est le bien ; tout ce que je veux pour eux, c'est l'Amour, c'est le Ciel. Je veux tout pour mes enfants. Si aujourd'hui les hommes pouvaient changer, s'ils pouvaient se mettre à prier, à aimer Dieu et à s'aimer mutuellement, à recevoir souvent les sacrements et se mettre à mener la vie pour laquelle Dieu les a créés, alors et alors seulement, cette terre pourrait devenir le Paradis qu'elle était censée être. Si les hommes pouvaient apprendre à pardonner, à accepter les autres sans se soucier des différences et devenir une seule famille, la famille de Dieu, c'est alors, mais seulement alors que l'éternité (le Ciel) pourrait leur appartenir.

Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messages Prophétique à Alan Ames

Message par Her le Jeu 16 Juin - 8:30


http://lepeupledelapaix.forumactif.com/t9046-un-temoin-alan-ames

Alan Ames

Le Père nous parle

Du 5 au 24 mars 1997
STELLA MARIS 478 SOMMAIRE

Ta vie est remplie d’amour quand ton coeur est plein d’amour. Essaie d’être bon, essaie d’être affectueux et essaie de venir en aide à ceux qui en ont besoin. Essaie, essaie
simplement. Sois en paix dans mon amour, aies la Paix en toi, sois en paix en union avec moi. En t’unissant à mon Fils, tu es rempli de mon amour qui t’apporte la paix intérieure.
Quand tu n’as rien à cacher, tu n’as rien à craindre. C’est en cela que réside l’importance de toujours être véridique. C’est seulement dans le mensonge que tu peux être vaincu.
Reconnais l’amour qui est dans les autres. Tu trouveras alors l’amour qui est en toi. Quand tu communiques avec d’autres personnes, fais-le avec ton coeur. Ils verront alors la vérité qui est dans tes paroles. Ne laisse pas la colère semer dans ton coeur la graine de la haine. Réagir avec colère amène seulement à souffrir davantage. Réponds toujours avec amour. Les esprits méfiants engendrent des coeurs brisés.
Je sais, c’est un chemin difficile. Mais persévère et bientôt ce sera plus facile. En couronnant Marie Reine du ciel, j’ai montré à tous les hommes la manière dont je récompense ceux qui acceptent totalement ma volonté. En conduisant les saints au ciel, je montre à nouveau les récompenses qui peuvent appartenir à tous, s’ils vivent dans mon amour. En amenant les martyrs à mon trône céleste où ils sont assis dans la lumière de mon Fils, je montre aux hommes que s’ils sont prêts à se sacrifier pour moi, ils ont une place au ciel qui leur est garantie. Je montre à travers tant d’hommes quelles sont les récompenses célestes et comment les obtenir.
Prends Marie pour modèle et essaie de vivre comme elle l’a fait. Puis regarde les saints et les martyrs pour voir s’il est possible de vivre de cette manière, et pour voir que les récompenses célestes sont là pour tous les hommes si seulement ils les recherchent. Quand les gens ferment leur coeur à Dieu, il est fréquent qu’ils ne le réalisent pas. C’est une cécité spirituelle, un aveuglement dont le prix sera si élevé. En jetant les yeux sur la terre, je vois tant de tristesse et de douleur, tant de souffrance et tant de péchés, tant de confusion et tant de colère. Pour surmonter tout cela, j’offre mon amour et je l’offre avec miséricorde, avec compassion, avec compréhension et avec indulgence. Ce n’est pas de l’amour que l’amour offert de telle façon qu’il suscite la crainte. Ce n’est pas de l’amour que l’amour offert de façon menaçante, avec irritation, avec exigence. Comment cela pourrait-il être de l’amour? Si ce n’est pas de l’amour, ça ne vient pas de moi.
La joie dans ton coeur est un reflet de mon amour. Apporte cette joie aux autres pour qu’eux aussi puissent devenir un reflet de moi. Travailler pour moi, c’est travailler pour l’amour; alors fais-le avec amour. Voudrais-tu voir un homme qui n’a rien à manger mourir de faim? Voudrais-tu voir un homme qui n’a rien à boire mourir de soif? Voudrais-tu voir un homme seul, sans amour? Ceux qui n’aiment pas mon Fils Jésus sont seuls dans le désert, mourant de faim et de soif. Apporte-leur la nourriture dont ils ont besoin pour vivre, apporte-leur la boisson dont ils ont besoin pour survivre et apporte-leur l’amour qui leur est nécessaire pour être sauvés… apporte-leur Jésus. C’est dur d’aimer parfois, mais l’effort en vaut la peine.
C’est une bonne chose que de demander à une personne de ne pas pécher; car sinon comment le péché pourrait-il être reconnu comme tel? Et comment ceux qui ne savent pas qu’ils pèchent pourraient-ils s’arrêter? Quand ceux que vous aimez font quelque chose de mal, c’est votre devoir de le leur dire, car sinon de quel amour témoi gnez-vous?
Libérés des fers du péché, les hommes peuvent devenir des esprits libres en mon amour.
Mon Fils Jésus offre à tous les hommes ce qu’il t’offre à toi: amour, pardon et amitié. Mon Fils Jésus offre à tous les hommes ce qu’il t’offre à toi: une éternité au ciel. Mon Fils Jésus offre à tous les hommes ce qu’il t’offre à toi: une chance d’être sauvé. Sois rempli de gratitude, sois reconnaissant, sois rempli d’espérance. La main d’un Père repose sur le monde, une main d’amour. Prends-moi la main et sois rempli de ma joie éternelle au travers de mon Fils Jésus, lui qui est ton frère et ton Seigneur. On peut surmonter les péchés de la chair en vivant dans mon amour. Car celui-ci est le seul amour véritable, et en moi ne peut exister que du bien. Une famille est une union d’amour. Pas étonnant qu’aujourd’hui les familles soient attaquées, car le mal hait l’amour. Une famille est un signe d’amour et de stabilité. Pas étonnant que le mauvais l’attaque, car il tente de déstabiliser l’amour. Une famille est un chemin pour se rapprocher de Dieu, car une famille bâtie sur l’amour est bâtie en Moi. Pas étonnant que le mauvais attaque les familles, car il essaie de détruire ce qui est construit en Moi. Les familles, les pierres de construction de la société, qui ne peuvent en aucun cas être détruites si elles font de mon Fils Jésus leur pilier. Lève-toi et annonce au monde la bonne nouvelle de mon Fils Jésus… La bonne nouvelle de Son amour. Maîtrise tes peurs, tes soucis et tes préoccupations par ta foi en moi et en croyant que je m’occuperai de toi.
Pour reposer ton âme, passe du temps avec mon Fils et permets à son amour de t’entourer et de te réconforter. En regardant le visage d’un autre, regarde-le avec affection et tu verras comme cet amour se reflète.
La bataille entre le bien et le mal s’engage chaque fois que tu parles pour Moi. Tu mènes le combat du bien et du mal chaque fois que tu as confiance en Moi. La bataille du bien et du mal se déroule tout autour de toi puisque tu vis avec Moi. C’est un combat dans lequel tu te lèves et combats pour moi en usant de l’arme la plus puissante de toutes… l’amour.
L’humilité vient en aimant Dieu, car comment peux-tu vraiment aimer Dieu si tu n’es pas humble?
Extraits: Alan Ames, Le Père nous parle, p. 123-131.

Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messages Prophétique à Alan Ames

Message par Her le Jeu 16 Juin - 8:31

Alan Ames


Dieu notre Père nous parle


Extraits de messages du 6 au 29 juin 1996





C’est un signe de foi que de faire confiance et d’attendre, puis d’accepter. C’est un signe de foi que d’aimer et d’adorer, puis d’agir. C’est un signe de foi que de donner et donner, et donner encore.

Ceux qui témoignent de patience montrent leur souci des autres. Ceux qui font preuve de compréhension montrent qu’ils s’inquiètent des autres. Ceux qui témoignent d’une patiente compréhension montrent leur amour pour les autres. L’amour transparaît; l’amour surmonte; l’amour triomphe. L’amour, l’amour simplement. Aime, vis quand tu sers. Servir, vivre pour toujours dans l’amour.

En regardant l’eau d’un fleuve, tu y vois des saumons qui luttent pour atteindre leur destination finale, une destination qui représente la fin de leur existence; mais aussi le commence ment d’une nouvelle vie pour les jeunes à la saison du frai. Songe combien les hommes luttent en cette vie et que de la mort peut sortir la vie au moment où ils atteignent leur destination finale. Il y a une différence avec les saumons: quand ceux-ci meurent, de nouveaux saumons naissent. Quand meurent les hommes, c’est pour renaître à la vie éternelle avec Dieu. La lutte des uns et des autres… si semblable, la récompense si différente.

En regardant les hommes, mon Fils voit chaque coeur comme celui de son frère ou de sa soeur, chaque âme comme sa famille et chaque personne comme son enfant. Quel amour que celui de Jésus… en suffisance pour tous et plus encore.
Il vaut mieux attendre avec amour que de se hâter en aveugle. Tout vient sans peine à ceux qui savent attendre.

Regarde les nuages du ciel, l’eau des fleuves et des océans, et la terre sur le sol. Si différents; et pourtant tous ont leur but, et tous viennent de moi.
Regarde les animaux dans la campagne, les oiseaux dans les airs et les poissons dans les mers. Si différents; et pourtant tous ont leur fin; et tous viennent de moi.
Regarde les différences et vois la nécessité de chacun, vois comme ensemble ils se soutiennent mutuellement.
Il en est ainsi avec les hommes; si différents et pourtant tous viennent de moi. Ils sont tous là pour se soutenir et s’aider mutuellement. C’est la création.

Les pensées des hommes peuvent être bonnes ou mauvaises. Les pensées des hommes peuvent subir l’influence du bien ou du mal. Les pensées des hommes peuvent devenir bonnes ou mauvaises, c’est à l’homme de choisir. Quand on nourrit de mauvaises pensées, le mal arrive. Quand on accueille de bonnes pensées, c’est le bien qui arrive. Un choix simple, mais si difficile à faire.

Quand tu nourris de mauvaises pensées, pense à quelque chose de bon. Quand tu as de bonne pensées à l’esprit, agis en conséquence. Les bonnes choses viennent de Dieu, le mal du rejet de Dieu. Un choix évident. Choisis avec sagesse et sache ce pourquoi tu te décides.

Je suis, J’étais et Je serai toujours. Des mots difficiles à comprendre mais qui contiennent une description de Dieu. Je suis maintenant. J’étais en tout temps. Je serai éternellement. J’existe. Je suis existence. Je suis éternellement. J’étais au commencement. Je suis le commencement. Je suis la fin. Je suis Dieu.

En allant sur le chemin de la vie, souviens-toi que ceux que tu rencontres empruntent le même chemin. C’est simplement que parfois ils ne suivent pas les indications qui les maintiennent sur le bon chemin… Le chemin de Jésus.

C’est normal de se faire du souci à propos de ses enfants, car cela fait partie de votre humanité. Le souci qui habite le coeur des parents montre la profondeur de leur amour, un amour que, moi le premier, j’y ai mis. Pour être un de mes fils, aime. Aime-moi, Moi, ton Dieu. Aime ton prochain, et aime tout ce que j’ai créé. C’est en faisant cela que tu montres que tu fais partie de ma famille.
Prière le matin. Prière pendant la journée. Prière pendant la nuit. Prie continuellement, et grandis.
Sois humble tout en cheminant avec moi. Sois humble tout en parlant pour moi. Sois humble tout en donnant pour moi. L’humilité, un cadeau d’amour que tu peux m’offrir, car c’est dans l’humilité que tu montres que tu m’aimes vraiment. Amour partagé, amour donné, amour qui grandit. L’amitié en Dieu, la seule amitié qui soit vraie.
La vérité l’emporte toujours. La tromperie finit par être découverte. Peut-être pas tout de suite, mais elle l’est toujours. La tromperie présente le mal comme un bien. La tromperie durcit les coeurs et n’apporte que souffrance.
Que tous ceux qui vivent dans le mensonge acceptent la vérité; sans quoi ils pourraient être perdus pour toujours.
Il est compréhensible de se poser des questions au sujet du chemin qui vous attend. Car qui ne le ferait pas?
Il est inutile de se faire du souci au sujet du chemin qui vous attend, car tes soucis n’y changeront rien.
Le salut d’une âme est l’un de mes plus grands dons et je l’offre par l’entremise de mon Fils Jésus.
Extraits: Alan Ames,

Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messages Prophétique à Alan Ames

Message par Her le Jeu 16 Juin - 8:37

http://www.temoins-amour-esperance.org/Francais/Messages_fichiers/Messages_fr-AlanAmes_2.htm

Notre-Dame, 26 août 1994

II a fallu longtemps à l'homme pour en arriver à décider que Dieu peut-être n'existe pas, pour dire ensuite que finalement Dieu pourrait exister. L'homme ménage la chèvre et le chou et ne fait aucune profession de foi. Avant de s'engager, il se contente d'attendre pour voir ce qui va se passer.
Comment l'homme peut-il se dire libre penseur s'il est incapable de choisir librement en disant : « Oui, il y a un Dieu » ou « Non, il n'y a pas de Dieu ». La foi de certains de ceux qui prétendent croire en Dieu est empreinte de doutes et de réticence. Ceux-là n'admettent l'existence de Dieu, sa Parole, que si elle leur convient. S'il s'agit de quelque chose de trop difficile, ils n'en tiennent aucun compte ou ils renient Dieu. Ces gens, incroyants, tant qu'ils n'ont pas besoin de Dieu, se mettent à espérer en son existence au moment où il leur devient nécessaire.
La pensée de l'homme actuellement s'appuie sur sa raison et sur sa science, outils qu'il utilise en tentant de découvrir la vérité de la création et la vérité de Dieu. L'homme actuellement se met à la place de Dieu lui-même. On dirait qu'il est le souverain maître de tout. L'homme aujourd'hui s'imagine que s'il peut découvrir les secrets de l'univers, il sera l'égal de Celui qui a créé toutes choses.
Comprendre les créations de Dieu ne permet pas de tout expliquer. Comprendre l'origine des choses et le comment de leur existence n'est pas la réponse au grand mystère de Dieu. L’homme ne pourra jamais éclaircir le grand mystère. Il ne pourra jamais saisir le mystère, la majesté, la grandeur, la divinité de Dieu.
L'homme trouve un jour la solution à une question compliquée, pour découvrir simplement qu'une autre question l'attend, plus difficile encore. L'homme un jour ouvrira la porte qui permet d'expliquer la création, pour s'apercevoir simplement qu'il a ouvert la mauvaise porte et qu'il découvre des questions plus nombreuses encore que celles par lesquelles il avait commencé.
Tout serait si simple si seulement l'homme pouvait voir avec les yeux de la foi. On trouve facilement les réponses quand on examine les problèmes avec les yeux de la foi et toutes les questions s'évanouissent.
L'homme est ici-bas par la grâce de Dieu. C'est Dieu qui a donné la vie à l'homme et qui lui a donné la raison. Dieu a pourvu à tout ce dont l'homme a besoin pour vivre heureux.
Dieu a donné à l'homme tout ce qui lui est nécessaire pour mener une vie accomplie. Dieu a tout donné à l'homme.
Si l'homme ne peut voir cela, il est temps alors pour lui de s'arrêter, de se regarder attentivement et de voir ce que cela lui a coûté de ne pas croire en Dieu et en ses dons. L'homme n'a qu'à remonter dans le temps. Tous les antécédents écrits de l'homme racontent ses malheurs. Guerres, assassinats, vols, haine, cupidité, famine, peste, luxure, immoralité foisonnent à travers l'histoire et pourtant l'homme ne cesse d'emprunter les mêmes chemins. L'homme ne met-il pas à profit les fautes qu'il a commises ? Faites un retour sur le passé et voyez quand il y a eu la paix et le bonheur. Jamais la paix et le bonheur n'ont régné depuis que l'homme a péché pour la première fois.
Si le péché n'a apporté que mort, destruction, douleur et chagrin, pourquoi s'y attacher ? Pourquoi sans cesse revenir à ce qui a échoué clans le passé ? Il faudrait quand même tenter une autre stratégie quand tout a échoué. Les anciens chemins ont mené à l'échec. Pourquoi ne pas en essayer de nouveaux ? Une nouvelle ère pourrait en résulter. Ce nouveau chemin est aussi vieux que le temps, mais l'homme ne l'a jamais emprunté. Ce chemin, c'est le chemin de Dieu. Le chemin de l'amour, le chemin de la simplicité, celui de la douceur, le chemin de Jésus.
Jésus a donné vie à l'antique Parole de Dieu, son Père. Il était cette Parole. Jésus a montré à l'homme comment appliquer la Parole de Dieu. La mettre en pratique comme lui, Dieu, l'entendait, et non pas l'homme. Jésus a montré que le monde deviendrait le paradis — ce qu'il était censé être — si nous vivions tous selon la Parole de Dieu. Jésus a montré le chemin. C'est le moment maintenant pour l'homme d'essayer de le suivre.
Que faire pour marcher à la suite de Jésus ? C'est facile. Aimer. Vivre dans l'amour de Dieu, l'amour du prochain et de vous-même. Traiter tout le monde et toute chose comme un cadeau de Dieu. Voir dans toute chose une étincelle de Dieu et la traiter en conséquence. La traiter avec amour.
C'est un chemin difficile à suivre, mais si vous vous y efforcez, vos efforts pourraient aider à sauver d'eux-mêmes le monde et les hommes.
Quelle tâche que celle que s'est imposée l'homme en voulant, au moyen de la science et de la raison, découvrir qui est Dieu, ce qu'est Dieu et où est Dieu !
Comment la science et la raison peuvent-elles répondre à ces questions ? Seule la foi le peut. La science et l'intelligence ne peuvent débrouiller ce qu'il est impossible de savoir. La foi est seule à pouvoir le comprendre. La science et la raison ne peuvent comprendre ce qui leur est extérieur, la foi est seule à pouvoir le faire.
La science et la raison peuvent-elles guérir de nombreuses maladies incurables ?
Non, la foi seule le peut.
La science et la raison peuvent-elles faire descendre la manne du ciel ?
Non, la foi seule le peut...
La science et la raison montrent-elles ce que sont réellement la vie et le vivant ?
Non, la foi seule le peut.
Que peuvent alors faire la science et l'intelligence ? Elles ne peuvent faire que ce que l'homme leur permet de faire. Elles pourraient faire bien davantage avec la foi en Dieu, car Dieu est le grand savant, le grand calculateur. L'intelligence de Dieu est saine, contrairement à celle de l'homme. Elle est pure, à la différence de celle de l'homme. L'intelligence de Dieu est amour, celle de l'homme ne l'est pas.
Qu'ont de bon la science et l'intelligence si elles ne vous mènent nulle part, si elles vous conduisent uniquement à la douleur et à la souffrance ? C'est ce qu'elles font pour une large part.
Pourquoi l'homme ne dit-il pas tout simplement : « Seigneur, montre-moi le chemin.» Dieu le ferait. Il lui montrerait alors le meilleur chemin. Il indiquerait à l'homme le chemin qui pour lui est le plus facile, le chemin qui pour lui est celui du plus grand amour.
L'homme était-il là quand le temps a commencé ? Etait-il là quand tout a été créé ? L'homme était-il présent quand la vie a été créée ? Non, Dieu seul était là. Alors pourquoi l'homme ne se tourne-t-il pas vers lui et ne le questionne-t-il pas si Dieu était, est et sera toujours ? Il vous répondra si vous le questionnez. Bien que ne le sachant pas, l'homme vit avec la foi en Dieu. Il croit qu'il y aura de l'air à respirer, que le soleil brillera, que la terre continuera d'exister, que sa vie va continuer, qu'il a sa vie entière devant lui, que son heure est encore à venir. Tant de foi en Dieu que l'homme ne voit pas. La science et la raison l'ont aveuglé. Faire mauvais usage de la science et de la raison, c'est simplement employer d'autres mots pour désigner le péché.
Dieu aime l'homme comme il aime le tout de la création. Dieu a créé l'homme comme il a créé la totalité de la création. L'homme est à Dieu comme tout ce qu'il a créé. Quand l'homme en viendra à comprendre cela et à le croire, il finira par réaliser que sa vraie destinée est en Dieu.
Quand l'homme acceptera Celui qui l'a créé, qui il est lui-même, ce pour quoi il a été créé, il pourra vivre dans l'amour et le bonheur.
Quand l'homme acceptera Jésus comme son Sauveur et Seigneur, comme son défenseur contre le mal, comme son amour, son chemin vers le Père au ciel, il commencera à connaître son avenir, à savoir comment vivre, comment aimer, comment être. Tous les hommes doivent accepter Jésus comme leur Seigneur. Tous les hommes doivent accepter que Jésus est ressuscité d'entre les morts. Tous doivent admettre que Jésus est le vrai Fils de Dieu qui, avec l'Esprit-Saint, est un avec le Père.
Quand l'humanité apprendra cela et l'acceptera dans la foi, le monde pourra devenir le paradis qu'il était censé être. Le monde alors vivra enfin dans la paix, l'harmonie et l'amour.
La plupart, dans le monde, veulent vivre ainsi. Alors pourquoi n'en est-il pas ainsi ? La plupart, dans le monde, désirent la paix, l'amour et la sécurité. La plupart recherchent cela, mais ils ne peuvent le trouver car ils ne regardent pas là où il faut.
Si seulement le monde pouvait s'en remettre aux paroles, aux actes et aux prières du Seigneur Jésus, il verrait que c'est le vrai chemin vers la paix. Le Seigneur Jésus n'est-il pas le Prince de la paix ? Le Seigneur Jésus n'est-il pas l'amour vivant de Dieu ? N'est-il pas la vraie sécurité pour l'homme ?
Que cherche l'homme aujourd'hui ? Il se recherche lui-même alors qu'il devrait chercher Dieu. Dieu regarde et attend pour apporter son aide. Il regarde avec un grand désir d'aider. Dieu regarde, impatient que l'homme accepte son amour.
Quand l'homme le fera, tout son moi changera et il deviendra l'être qu'il doit être. Qu'a apporté de bon le fait de s'en remettre à l'homme, de lui faire confiance et de croire en lui ? Allons, tournez-vous vers Dieu, faites-lui confiance, croyez en Dieu, aimez en lui et à travers lui et trouvez le vrai bonheur que vous vous efforcez d'obtenir.


Notre-Dame, 26 août 1994

Qu'est-ce que prier ? La prière, c'est s'entretenir avec Dieu. C’est une conversation avec lui. Prier, c'est être en relation avec Dieu.
La prière peut tout apporter à l'homme s'il prie comme il faut : la paix, la prospérité, l'amour, le bonheur et la joie. La prière peut donner Dieu à l'homme. Elle peut tout apporter.
Vous ouvrez votre cœur à vos amis, vos parents, quand vous leur parlez. C'est ce qu'il faut faire quand vous priez. Car Dieu est votre ami, votre amour, votre tout. De même vous écoutez ce que vous disent vos amis, vos parents, quand vous leur parlez. C'est ce qu'il faut faire quand vous priez. Et pas seulement parler, mais écouter, écouter Dieu. Si, en priant, vous écoutez, Dieu vous répond de bien des façons. Dieu répond avec amour.
La prière est un temps particulier pendant lequel Dieu est là avec vous et écoute ce que vous dites. Il écoute et il aime. Il attend seulement que vous lui offriez vos prières de sorte qu'il puisse les exaucer.
Dieu vous exauce quand vous demandez quelque chose en priant humblement, avec amour et vérité. Il ne vous exaucera peut-être pas de la façon que vous attendez ou que vous espérez, mais de la façon la meilleure pour votre âme. Il voit ce dont vous avez réellement besoin et il répond.
La prière doit être une expérience enrichissante. Elle ne peut l'être quand elle devient une corvée ou un devoir. La prière doit être l'expression d'un amour spontané, un complet abandon de soi-même.
La prière est la charge de la batterie de votre âme qui la fait brûler d'un nouvel amour de Dieu et d'une lumière nouvelle.
La prière est un cadeau de Dieu, si particulier, que vous devez y attacher un grand prix.
La prière est destinée à la partie la plus élevée de vous-mêmes, à votre âme.
La prière est pour votre bien et pour le bien des autres.
La prière est une grâce particulière accordée par Dieu à l'humanité.
La prière est un moment de joie pour Dieu, car ses enfants viennent à lui dans l'amour.
Prier, c'est vous glorifier et glorifier Dieu. La prière est pour tous.
La prière peut être faite de paroles quelconques, pas seulement de celles qu'on vous a enseignées. A part le Notre Père, Dieu n'aime rien tant que d'entendre vos paroles à vous, vos propres sentiments et pensées.
La prière n'est pas seulement parler ou chanter. Vous priez aussi dans ce que vous faites. Vous priez aussi si, par vos actes, vous voulez montrer l'amour de Dieu aux autres ou le glorifier. C’est ainsi, qu'au moyen de ce que vous faites, vous pouvez prier sans cesse.
La prière de silence, quand vous priez, assis avec Dieu, sans rien dire, peut être un moment très fructueux. Un temps où Dieu vous parle par des mots, des sentiments, des pensées ou des images. Un moment magnifique entre tous où vous savez que Dieu vous parle.
Cette prière de silence exige de ne pas être interrompue. Asseyez-vous dans une chambre calme, mettez le signal sur votre porte « Prière de ne pas déranger », décrochez le téléphone, ne vous laissez pas distraire et dites : « Seigneur, ces instants sont à toi. Aide-moi à écouter ta Parole, aide-moi à être en toi, à être avec toi.» Puis restez là, détendus, et essayez de vous concentrer sur un seul mot, le mot le plus important qui soit, le mot qui comble le plus, le mot le plus aimant, le mot le plus glorieux. Quel mot ?
Eh bien, Jésus, naturellement. Si en pensée, vous ne cessez de dire : « Jésus, Jésus, Jésus », vous commencerez à distinguer et à sentir venir à vous le message de Dieu.
Vous aurez beaucoup de distractions. Votre pensée va errer. Des idées bizarres vont essayer de vous entraîner — pensées au sujet de votre famille, de votre travail, concernant le sport, n'importe quoi. Continuez à dire « Jésus, Jésus », et tout cela s'en ira, et vous arriverez à la gloire de Dieu. Cela prendra peut-être du temps, vous aurez peut-être besoin de recommencer deux ou trois fois, mais persévérez. Puis fixez-vous un moment, chaque jour, et goûtez cet instant avec Dieu.
Quelques prières à dire aux heures où l'on prie habituellement :
Mon Père du ciel, je t'aime et je te demande pardon de mes péchés.
Mon Père du ciel, je t'aime et je te demande d'écouter les mots d'amour que je veux te dire.
Mon Père du ciel, je t'aime et je te demande ton amour.
Seigneur Jésus, mon Sauveur, mon Rédempteur, mon amour, prends-moi par la main et conduis-moi à ton Père du ciel.
Seigneur Jésus, mon Sauveur, mon Rédempteur, mon amour, prends-moi par la main et conduis-moi à ta gloire céleste.
Seigneur Jésus, mon Sauveur, mon Rédempteur, mon amour, prends-moi par la main et conduis-moi à la place que tu m'as spécialement préparée au ciel.
Saint-Esprit de Dieu, feu, colombe, vent et lumière de Dieu, remplis-moi de toi. Remplis-moi de ton feu, de ta paix, de ta Parole et de ton amour.
Saint Esprit de Dieu, libère-moi en toi. Saint Esprit de Dieu, illumine-moi des grâces de Dieu. Douce Mère de Dieu, Reine du ciel, écoute mes prières et demande à ton Fils, ton Epoux et ton Père de m'exaucer.
Aimables saints de Dieu, avec les grâces que Dieu vous a données, je vous supplie de me représenter auprès de lui et de prier le Seigneur d'exaucer mes prières.
Anges de Dieu, veillez sur moi et protégez-moi, que je serve le Seigneur et puisse venir à lui le jour de ma mort.
O Trinité Sainte, Dieu Saint, je t'adore, je te glorifie, je te loue, je te remercie et je t'aime.
Aimable Seigneur, je t'aime.


Dieu le Père, 14 novembre 1994

Tout ce que je demande, c'est que vous m'aimiez. Tout ce que je réclame, c'est que vous aimiez les hommes. Aimer, aimer, aimer, c'est vivre en moi.


Le Seigneur Jésus, 14 novembre 1994

Une Croix se dressait sur la colline, A une Croix, un homme était suspendu, à une Croix, Dieu était cloué.
L'amour qui fut donné,
L'amour qui fut partagé,
L'amour que fut cet homme, Dieu.
Suspendu à cette Croix, j'ai porté tous les péchés des hommes,
J'ai porté toute la haine de l'homme, son avidité, sa luxure, sa colère, sa peur.
J'ai tout porté et j'ai montré que Dieu pardonne à l'homme toutes ses fautes, toutes ses erreurs, tous ses péchés.
Je suis venu pour pardonner, pour aimer et pour conduire l'homme à son vrai destin avec le Père.
Comme cela fait mal de voir que l'homme ne croit et ne comprend toujours pas ce que Dieu lui a donné, ce qu'il lui a offert et continue de lui offrir !
Comme la lance a profondément fouillé mon cœur ! Mais elle n'est pas allée si avant que la douleur que me cause l'homme aujourd'hui en refusant Dieu et en se détournant de lui.
Je suis déchiré, comme l'a été ma peau par les clous sur la Croix, toutes les fois où je vois l'homme qui se détruit lui-même de ses propres mains, qui détruit son âme.
La vue de l'homme qui souille son esprit me cause une balafre semblable à celle du fouet qui m'entaillait la peau.
La vue de l'homme qui boit à l'amertume du mal, me fait ressentir le goût amer de l'éponge de haine que j'ai goûtée à la Croix.
La vue de l'homme qui perce son être des griffes du Malin, me rappelle la douleur que m'ont causée les épines en me perçant la peau. La vue d'un homme aveuglé par le pouvoir me rappelle le sang qui me coulait dans les yeux, me privant ainsi de la vue.
Pourquoi l'homme ne comprend-il pas ce qu'il se fait à lui-même et ce qu'il fait à Dieu dans le ciel ?
L'homme sait tout de même ce qui est bien et ce qui est mal. L'humanité, c'est certain, peut voir que le mauvais chemin ne cause que peine et souffrance.
L'humanité veut sûrement emprunter le bon chemin.
Il y a un seul bon chemin, c'est le chemin de l'amour, de la bonté, de la douceur, le chemin de Dieu.
Placez vos âmes sur ce chemin et placez-vous sur le chemin de la joie éternelle.
Je demande au monde de cesser de se blesser, d'arrêter de torturer son âme. Je lui demande de commencer sa guérison de sorte qu'il puisse emprunter le bon chemin avec moi, comme guide, à côté de lui.


L'Esprit-Saint, 23 novembre 1994

Jésus est le chemin. C'est Jésus le seul chemin car il est Dieu. Le Père s'est donné lui-même à l'homme par l'entremise de son Fils Jésus Christ. L'homme maintenant doit se donner lui-même au Père au travers de Jésus. Le Père attend que l'homme se donne pour pouvoir lui donner tous ses dons, toutes ses grâces, tout. Les hommes n'ont qu'à les chercher, à les désirer, à en être affamés au travers de l'amour de Jésus, de Dieu.


L'Esprit-Saint, 24 novembre 1994

Vous m'aimez, vous m'adorez et vous êtes avec moi l'espace d'un instant. Un instant, c'est-à-dire votre vie, car elle n'est rien qu'un instant dans l'éternité.


L'Esprit-Saint, 25 novembre 1994

Souvenez-vous toujours de prier. Priez en agissant, en parlant et au milieu de vos pensées. Priez sans cesse et vous vous fortifierez en moi.


Le Seigneur Jésus, 25 novembre 1994

Les sacrements sont des dons particuliers que mon Père a donnés aux hommes pour les rapprocher de lui.
Les hommes ne doivent pas sous-estimer les sacrements. Ceux-ci doivent être appréciés pour ce qu'ils sont vraiment, des grâces de Dieu pour l'homme. Les sacrements sont surtout pour le bien des hommes, le bien de leurs âmes, de leurs esprits. En recevant les sacrements, l'homme obtient plus qu'il ne croit, il reçoit un pur cadeau d'amour de la part du Père des cieux. A l'homme qui reçoit un sacrement, Dieu donne son amour, un amour qui alimente son âme, qui nourrit et remplit son esprit.
L'homme, en recevant un sacrement, fait lui aussi un cadeau à Dieu : celui que représente son acceptation de l'amour divin, celui par lequel il montre à Dieu qu'il croit vraiment et au moyen duquel il lui manifeste son amour.
L'homme doit arriver à comprendre la vraie signification de chacun des sacrements, le vrai don qui s'y trouve, l'amour vrai qui l'attend en chacun d'eux. Communier à Dieu dans l'Eucharistie, c'est simplement se joindre à lui, devenir un avec lui par l'entremise du Corps et du Sang du Seigneur Jésus. Quand vous recevez Jésus dans ce sacrement, il remplit tout votre être. Il vous remplit de son amour, de sa lumière, de lui-même. C'est la personne elle-même qui paralyse l'amour, la lumière, Jésus, en ne croyant pas que l'Eucharistie est vraiment le Corps et le Sang du Seigneur ressuscité. Elle est alors empêchée de tirer pleinement profit de ce qui est là pour elle dans ce sacrement, la vraie joie et la gloire d'être une avec Dieu. Quand vous recevez l'Eucharistie, acceptez-la pour ce qu'elle est vraiment, Jésus, et permettez au Seigneur de vous aimer totalement. Il faut communier au minimum toutes les semaines, et tous les jours pour manifester à Dieu que vous l'aimez vraiment.
Il faut voir dans le sacrement de réconciliation ce qu'il est vraiment. C'est Dieu, votre Créateur, qui vous lave, vous pardonne et vous purifie. C'est votre Dieu qui vous dit : « Je t'aime et je veux que tu t'aimes toi-même, je veux que tu arrêtes de te blesser en péchant. Je veux que tu sois un esprit pur et vrai, ce pour quoi tu as été créé.»
C'est ton Dieu qui te manifeste sa miséricorde, sa bonté, sa douceur, son amour.
C'est ton Dieu qui te dit qu'il se préoccupe de toi et donc qu'il te pardonne.
C'est ton Dieu qui te dit : « Je t'aime, et je veux que tu m'aimes.»
C'est ton Dieu qui te dit : « Sois heureux, sois content de demeurer dans mon amour et débarrassé du péché.»
C'est ton Dieu qui te dit : « Je comprends ta faiblesse, ta fragilité et je t'aime toujours.»


Notre-Dame, 4 décembre 1994

Debout au pied de la Croix, j'ai regardé mon Fils Jésus donner sa vie pour les hommes. Debout, j'ai prié le Père du ciel de leur pardonner ce qu'ils faisaient. J'ai prié le Père de soulager la souffrance de Jésus et je lui ai demandé la force de pouvoir assister à son martyre atroce. Jean à mes côtés et moi, nous avons offert tout notre amour au Père pour qu'il adoucisse sa souffrance, ne serait-ce qu'un peu. Nous nous sommes totalement offerts à lui pour qu'il débarrasse le Messie de ce fardeau. Je savais qu'il ne le pouvait pas, car ce sacrifice était nécessaire pour délivrer l'homme de ses propres chaînes, ces chaînes que l'humanité s'est elle-même forgées. Je voulais embrasser mon Fils et le consoler. Je voulais le tenir dans mes bras et lui dire que je l'aimais et que sa maman était là. Je voulais le couvrir de baisers comme je le faisais lorsqu'il était petit. Je voulais que mon Fils vive, mais je savais qu'il ne le pouvait pas, qu'il devait subir la mort pour pouvoir montrer à l'homme combien Dieu l'aime. Les larmes de douleur qui coulaient de mes yeux ont formé des flaques d'amour, des flaques d'attention maternelle et de joie sans fin. Mon cœur serré a créé l'amour que je ressens pour tous les hommes, a créé un lien particulier entre moi et toute l'humanité. Aujourd'hui encore je verse des larmes en voyant mes enfants insensés suivre le chemin de l'autodestruction, le chemin du mal et du péché. Mon cœur doit-il à nouveau se briser ? Dois-je endurer le chagrin de la mère qui voit ses enfants se faire du mal ? Dois-je à nouveau pleurer la mort de mes enfants, une mort qui durera éternellement ? Tout ce que je veux pour mes enfants, c'est le bien, tout ce que je veux pour eux, c'est l'amour, c'est le ciel. Je veux tout pour mes enfants. Si aujourd'hui les hommes pouvaient changer, s'ils pouvaient se mettre à prier, à aimer Dieu et à s'aimer mutuellement, à recevoir souvent les sacrements et se mettre à mener la vie pour laquelle Dieu les a créés, alors et alors seulement, cette terre pourrait devenir le paradis qu'elle était censée être. Si les hommes pouvaient apprendre à pardonner, à accepter les autres sans se soucier des différences et devenir une seule famille, la famille de Dieu, c'est alors, mais seulement alors que l'éternité (le ciel) pourrait leur appartenir.

Prière pour obtenir des grâces


Dieu accordera une grâce à la personne qui dira cette prière en ayant dans le cœur mon image de Reine de la Croix :

Je prie le Seigneur de m'accorder la grâce de... (la mentionner) par l'entremise de Marie, sa Mère, Notre-Dame de la Croix.

Dire 3 Je vous salue Marie, 3 Notre Père et 3 Gloire au Père.

Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messages Prophétique à Alan Ames

Message par Her le Jeu 16 Juin - 8:38

http://www.temoins-amour-esperance.org/Francais/Messages_fichiers/Messages_fr-AlanAmes_3.htm


L'Esprit-Saint, 18 décembre 1994

Vous pouvez assurer votre éternité en un instant, l'instant que représente votre vie. Vous pouvez l'assurer dans l'amour ou dans la haine, cela dépend de la façon dont vous vivez maintenant. Cela dépend de la fidélité de votre esprit à son Créateur, le Père du ciel. Vous devez décider au cours de votre vie si vous êtes en Dieu ou si vous êtes éloignés de lui, vous êtes libres. Chacune des décisions qui émaillent votre existence se fait pour ou contre Dieu. Chaque pas devient un pas qui vous rapproche de Dieu ou qui vous éloigne de lui. Tout ce que vous faites devient une action de Dieu ou un acte qui ne tient pas compte de lui. Vous pouvez faire de chacune de vos pensées une pensée divine ou une pensée qui vous éloigne de Dieu. Vous pouvez faire de vos prières un cadeau à Dieu ou alors des propos irréfléchis, une suite de mots dénués de sens, un rien. A chacun de devenir le véritable esprit que Dieu a créé ou l'esprit de ténèbres qui fait le désespoir de Dieu. Le choix vous appartient, faites le bon.


L'Esprit-Saint, 18 décembre 1994

Pour Dieu, le mari et la femme sont un. L'homme et la femme unis dans l'unité divine, dans son amour et sous son regard. Les deux sont un et ce un devient deux, lui pour elle et elle pour lui. Chacun, la moitié du tout et un, ensemble. Amour uni qui ne doit jamais être séparé, uni au Père, au travers du Cœur de Jésus. Amour de l'homme pour la femme et de la femme pour l'homme. Ils reçoivent l'onction ensemble au ciel.


L'Esprit-Saint, 1er janvier 1995

Le bonheur dans un nouveau commencement, la joie dans un nouveau départ et l'amour dans un temps nouveau. L'aube de l'amour du Christ, un nouveau départ, pour l'homme, en Jésus et un temps nouveau pour trouver Dieu à travers son Fils Jésus-Christ.
Jésus en l'Eucharistie, Jésus le Saint des saints, l'Hostie des hosties, le Roi des rois.
Jésus, le Seigneur, Fils de Dieu, Fils de l'Homme, Fils des fils.
Jésus sur la Croix, Sacrifice des sacrifices, Don des dons,
Amour des amours. Jésus ressuscité, Joie des joies, Extase des extases, Lumière des lumières. Jésus en l'Eucharistie, amour de Dieu, sacrifice de l'homme, envoyé pour les hommes.


Dieu le Père, 1er janvier 1995

Levez-vous et marchez dans l'amour. Levez-vous et marchez dans la paix. Levez-vous et marchez dans la joie. L'amour, la paix, la joie qu'est Jésus.
Eveillez le monde à ma Parole. Eveillez le monde à mon Fils Jésus, éveillez-le à ma miséricorde. La Parole, le Fils, la miséricorde, une seule et même Personne.
Marchez fièrement en Jésus. Marchez fièrement dans l'Esprit et marchez fièrement pour moi, votre Père. Redressez-vous et marchez dans l'unique vrai Dieu.
Parlez bien haut d'amour, de paix. Parlez bien haut de pureté, de Dieu.


Dieu le Père, 1er janvier 1995

Courez jusqu'à la fin. Cheminez jusqu'au but, avec Jésus, le vrai Fils de Dieu.


Dieu le Père, 3 janvier 1995

S’il y eut jamais un temps où les hommes avaient besoin de se regarder et de considérer leurs mœurs, c'est bien le temps actuel.
Les hommes aujourd'hui empruntent le chemin du désespoir, à cause de leur manque de moralité, dû lui-même à une mauvaise compréhension de la valeur de la vie.
Dieu, au commencement, a donné à l'homme une série de principes moraux qui ont été incorporés dans son caractère, un ensemble de directives sur la manière de vivre dans l'amour divin et dans l'amour mutuel. Les hommes, avec le temps, se sont éloignés progressivement de ces principes moraux. Alors le Seigneur, par l'entremise de son fidèle serviteur, Moïse, a rappelé à l'homme les exigences d'une vie de bien.
L'homme, une fois de plus, a écouté quelque temps, puis a recommencé à prendre peu à peu ses distances. Alors Dieu, dans la plus grande manifestation d'amour et de miséricorde, a envoyé son Fils Jésus pour rappeler à l'homme où se trouve son vrai destin. Jésus est venu et a mené le genre de vie auquel tous devraient s'essayer. Jésus est venu et a montré clairement le chemin qui mène au Père du ciel. Jésus est venu et a pardonné à l'homme en lui tendant la main, en lui manifestant son amour, un amour qui, par son entremise, venait du Père du ciel, pour finalement prendre vie par l'opération de l'Esprit de Dieu.
Jésus est venu et a indiqué aux hommes la direction à emprunter pour aller à Dieu. En indiquant le chemin, Jésus a montré que, pour connaître le bonheur éternel, les hommes n'avaient rien d'autre à faire que de vivre dans l'amour; un amour sans réserve avec lequel ils aideraient les autres, leur pardonneraient, les comprendraient et les accueilleraient comme ils s'attendent à l'être eux-mêmes.
Aujourd'hui, une fois encore, l'humanité s'est doucement éloignée de son Dieu. L'humanité des temps actuels a créé une société sans moralité vraie, mais dont beaucoup de valeurs sont fausses, dont les valeurs sont en réalité des péchés. Elles expriment le refus de Dieu et sont une insulte à Jésus.
En marchant sur cette terre, Jésus n'a fait que parler d'amour, de bonté et de vérité. A ceux qui l'écoutaient, il a parlé du caractère sacré de la vie. A ceux-là il a parlé de la chaleur de l'amour que l'on doit trouver chez les enfants. Il leur a dit d'être comme de petits enfants et qu'ils acquerraient l'éternité au ciel.
Essayez de vous représenter les sentiments de votre Dieu et Seigneur aujourd'hui quand il abaisse son regard sur l'humanité, et qu'il voit les enfants qui se font tuer dans les guerres, qui sont tués par la famine ou l'avortement. On pourrait éviter tout cela, mais l'homme choisit de le propager. Il choisit de maintenir la famine et l'avortement sur la terre, comme une plaie qui suppure et qui ne cesse de s'envenimer.
Essayez de vous représenter la tristesse de Jésus à la vue de ses petits enfants que l'on maltraite de cette façon. Imaginez combien Jésus désire vous tendre les bras et mettre un terme à toute cette haine et à tout ce péché.
Jésus a donné son libre arbitre à l'homme. Représentez-vous donc sa déception chaque fois que l'homme fait le mauvais choix.


Dieu le Père, 3 janvier 1995
L'avortement

Jésus veille sur l'humanité depuis qu'elle a été créée et il continuera de veiller sur elle jusqu'à la fin du monde. Il connaît individuellement toutes les âmes, tous les esprits. Il connaît chaque personne en particulier et il donne à chaque individu le nom d'ami. Peu importe ce que chacun fait, il ou elle reste toujours son ami. Mais cela dépend de chacun d'accepter son amitié et de devenir l'amour pour lequel il ou elle a été créé.
Comme Jésus connaît chaque esprit en particulier, imaginez sa douleur quand on met fin à la vie de son ami ici-bas avant même qu'elle n'ait commencé. L'esprit entre dans le corps au moment de la conception. Le corps est là, même si vous ne pouvez le voir à cause de son extrême petitesse, et il est rempli de l'esprit que Dieu a créé pour être cette personne. Cet esprit a tous les sentiments, l'intelligence et l'espérance d'une personne totalement développée, mais les hommes ne comprennent pas cela. Quand l'âme entre dans son corps, elle est déjà parfaite en Dieu, parce qu'elle vient de Dieu. Elle est déjà une parfaite création qui va connaître l'expérience de la vie dans un corps humain, en sorte de pouvoir témoigner librement de son amour pour Dieu. Chaque esprit provient de la gloire de Dieu et il est créé pour retourner à lui dans la gloire en suivant Jésus et en vivant selon les voies de Dieu. Quel don de la part de Dieu qui crée, qui donne, qui aime et finalement ramène à la Maison du ciel ses esprits d'amour, les hommes.
L'homme, avec le temps, est revenu sur les chemins de l'immoralité, il les appelle les « droits individuels ». On ignore les droits des esprits à naître, et on se justifie en disant que les parents ne sont pas prêts à avoir des enfants ou ne peuvent faire face à la dépense qu'ils représentent.
On donne parfois des justifications médicales telles que : elle est trop jeune pour avoir un bébé, son corps n'est pas prêt pour cela, elle ne pourra faire face sur le plan émotionnel ou mental. Ces prétextes et beaucoup d'autres servent à dissimuler le péché qui apporte tant de peine et de souffrance à tous, le péché de l'avortement.
Ce qui devrait être une fête du don de la vie donnée par Dieu, devient, du fait de l'homme, un drame souillé par le péché qui touche tous ceux qui sont impliqués. L'avortement devient aujourd'hui une autre forme de contraception, rendue librement accessible à tous. On le considère comme une solution sans danger dont tous devraient pouvoir disposer. Des centres sont ouverts pour faire la promotion des bienfaits de l'avortement au lieu de promouvoir les bienfaits d'une vie nouvelle pour le monde. Les serviteurs de Satan ont la liberté de se prononcer en faveur de cette abomination. Ils en parlent comme si c'était un don merveilleux pour l'humanité, capable d'en aider beaucoup à résoudre les difficultés économiques et sociales. Ceux qui encouragent ce péché mortel usent de nombreux arguments ingénieux, ils donnent des raisons médicales et sociales pour démontrer pourquoi on doit accepter et faire bon accueil à ce péché. Chacun a la connaissance profondément ancrée en lui que c'est un péché, que cela va à l'encontre du désir de Dieu. Mais nombreux sont ceux qui écoutent les arguments ingénieux des ténèbres et qui laissent s'embrouiller et s'enfouir en eux cette connaissance intérieure. Le message selon lequel ce péché d'assassinat est une chose acceptable ne cesse d'être alimenté par les journaux, la télévision, le cinéma, les groupes mondiaux et les chefs de gouvernement.
Il n'est pas étonnant que beaucoup soient troublés, que beaucoup n'y comprennent rien. Où sont les voix d'amour qui prennent le parti de Dieu ? Elles existent, mais on leur colle l'étiquette de fanatiques ou d'extrémistes, alors qu'en fait c'est le contraire qui est vrai. Pour nuire à ces voix de Dieu, Satan, à l'intérieur de leurs groupes, a placé ses propres serviteurs dont la ruse embrouille les serviteurs de Dieu, sème la confusion autour de leurs paroles et de ce qu'ils font, en les faisant paraître injustes. Si ceux qui prennent la parole en prenant position pour Dieu se souviennent que Dieu est amour et que toutes les actions faites en son nom doivent être des actes d'amour, le monde se mettra à les écouter. Quand ceux qui travaillent pour Dieu utilisent les instruments des ténèbres pour réaliser ce qu'ils veulent, abattre par exemple le personnel des cliniques d'avortement, ils cessent de travailler pour Dieu, ils travaillent pour le Mauvais. Les serviteurs de Dieu doivent apparaître comme des lumières dans les ténèbres et pour cela, ils doivent vivre comme Dieu l'a montré à travers son Fils Jésus. Ne pas pécher, mais aimer, ne pas haïr, mais être simplement miséricordieux, ne pas défendre des intérêts personnels mais aider simplement les autres, ne pas avoir de désir propre, si ce n'est le désir de faire le travail de Dieu.
Avec le temps, le meurtre de bébés ou d'enfants à naître innocents semble perdre de son importance. Plus on fait d'avortements, plus ils apparaissent justifiés. Plus ils sont nombreux, plus les arguments avancés pour les excuser s'affinent. Plus souvent a lieu ce péché, moins il semble en être un.
Réfléchissez au coût de l'avortement, au paiement que réclame ce péché suprême. Pensez pour commencer à la souffrance que l'on fait subir à ce petit être innocent, à la souffrance qu'occasionne la destruction de son corps, parfois déchiqueté et jeté comme un déchet. A ces corps bien formés qui sont parfois arrachés à la chaleur et à la sécurité du sein de leur mère pour n'être plus qu'une chair sans vie dont on ne veut pas, non aimée, à laquelle on refuse la vie. Combien ces petits crient leur désir d'être aimés, d'être désirés et comme ils appellent le Seigneur à l'aide. Maintenant réfléchissez à l'effet produit sur l'esprit de la mère. Peut-être ne se rend-elle pas compte ou ne réalise-t-elle pas le mal qu'elle se fait. C'est parfois plus tard qu'elle devra payer ce qu'elle a fait par des difficultés émotionnelles et psychologiques, des difficultés somatiques, toujours des difficultés spirituelles qui, elles, en arriveront à détruire son être si elle ne demande pas pardon au Seigneur Jésus. Même si la mère ne croit pas qu'elle a mal fait, cela ne change rien au fait que c'est mal et que c'est une insulte à Dieu.
Ceux qui pratiquent cette terrible intervention auront à rendre compte de ce qu'ils font. Ils trouveront tous ceux qu'ils ont détruits auprès du Seigneur, attendant que justice leur soit rendue quand ces corrompus se tiendront devant leur Créateur. Ce sera trop tard alors pour demander miséricorde à Dieu. Il est temps maintenant d'arrêter ces interventions épouvantables et de vous tourner vers votre Dieu en demandant sa miséricorde. Ceux qui les perpétuent savent ce que Dieu leur demande. S'ils n'en tiennent aucun compte, c'est à leurs propres risques.
Ceux qui trouvent des excuses à ces péchés sont tout aussi condamnables que ceux qui les commettent. Ceux qui approuvent le péché y participent. L'encourager, c'est promouvoir le mal, et le promouvoir c'est se détourner de Dieu.
Pourquoi est-ce toujours les plus faibles et les plus vulnérables qui ont à souffrir, habituellement, de la main de ceux qui prétendent leur vouloir du bien. Ceux qui vous « veulent du bien » et qui peuvent promouvoir n'importe quelle forme de péché, et pour n'importe quelle raison, ne sont pas des gens qui vous « veulent du bien ». Ce sont des « fais ce que tu veux » tant que cela ne fait de mal à personne, qui font par exemple la promotion de l'avortement comme quelque chose d'acceptable. Malheureusement cela nuit toujours à quelqu'un, et toujours au faible et au vulnérable.
Ainsi ces gens qui vous « veulent du bien » sont en réalité des serviteurs du péché, des serviteurs du mal, des serviteurs de Satan, même s'ils ne s'en rendent pas compte ou s'ils ne l'admettent pas. Quand ces gens réaliseront la réalité de ce qu'ils font et le mal qu'ils occasionnent, quand ils en demanderont pardon à Dieu en se mettant à réparer le mal qu'ils ont fait, Dieu fera briller sa miséricorde dans leur âme, leur cœur et leur esprit. C'est à eux de choisir le pardon de Dieu et son amour. Ils seront là pour eux à travers Jésus, son divin fils.
C'est leur cœur qui conduira les hommes à trouver les vraies réponses aux péchés qu'ils commettent. S'ils sont capables de laisser percer leurs vrais sentiments à travers la carapace qui recouvre leurs cœurs et leurs âmes, ils en viendront à discerner le bien du mal. On verra l'homme vrai apparaître au fur et à mesure que les couches de cette carapace se détacheront. C'est à l'homme de les enlever avec l'aide de l'amour de Jésus. Si l'humanité ne réexamine pas ce qu'elle se fait à elle-même en massacrant les innocents, il lui faudra régler ses comptes et répondre à leurs cris.
Les innocents ne sont pas seulement ceux que l'on tue par le péché atroce de l'avortement, ce sont aussi ceux qui meurent de faim à cause de l'indifférence de l'homme. Ce sont aussi ceux que l'agression humaine tue en toute innocence à l'occasion des guerres, des génocides et sous des régimes répressifs. Chaque fois que meurt un petit à cause des péchés de l'humanité, une autre dette s'accumule qui devra être remboursée. Chaque fois qu'on refuse à un petit l'occasion d'atteindre une pleine vie en Dieu, une âme crie de désespoir et demande à Dieu pourquoi sa propre famille, la famille humaine la refuse. Chaque fois que l'on torture et tue des enfants, les anges demandent avec amour et insistance que cela finisse. Chaque fois qu'on dit d'une nouvelle vie ici-bas qu'elle est inutile, la Mère de Dieu verse des larmes de sang et entoure ces esprits de ses bras pour les réconforter et les emmener chez Dieu, au ciel. L'homme ne le croit pas, mais chaque fois qu'il pèche, il se rapproche de l'enfer. Chaque péché est un pas de plus qui le rapproche des griffes avides du Mauvais, mais l'humanité ferme les yeux.
Encouragée par Satan, elle commet ces actes épouvantables, ces offenses à Dieu et aux esprits célestes. L'humanité embrasse et accueille le péché, elle fait bon accueil au Mauvais ; mais se réjouira-t-elle de payer quand on le lui demandera ? L'humanité pense-t-elle qu'on ne lui demandera pas de regarder ses péchés en face et d'en assumer la responsabilité ? Quelle astuce de la part du Mauvais que de tromper l'homme ainsi et quelle folie de la part de l'homme que de fermer les yeux devant la réalité des choses ! La réalité, c'est que l'humanité se détruit de ses propres mains, par sa participation volontaire aux plans du Malin. Quelle folie de la part de l'homme de penser que le diable n'existe pas, que Satan n'existe pas ! Quel bon tour lui joue le Malin, mais que l'homme est stupide de se laisser maintes et maintes fois duper par lui !
L'humanité aujourd'hui doit se secouer et se dégager de l'asservissement du péché dont elle a elle-même permis l'existence. Elle peut commencer par aimer les enfants et non les mépriser. Elle peut commencer par les sauver et non les tuer, par encourager la vie et non y mettre fin. Elle peut commencer par ôter de ses épaules la croix qu'elle s'est elle-même imposée et se tourner vers Dieu par la prière en demandant pardon et conseil au Seigneur. Elle peut commencer par se tourner vers Jésus et lui prendre la main pour cheminer avec lui sur le sentier de l'amour.


Le Seigneur Jésus, 8 janvier 1995

J'étais suspendu seul à la Croix avec ma Mère à mes pieds qui partageait ma souffrance et ma douleur. Tout au long de ce supplice, j'ai aimé l'homme et je lui ai pardonné. Même quand je me suis senti atteint au plus profond de moi-même par la morsure des coups de fouet, quand les épines ont déchiré ma peau, ma personne. Je lui ai pardonné même quand la Croix m'a mordu les épaules et le cœur, quand les clous ont percé mes mains et mes pieds, mon esprit, quand, suspendu à la Croix, on m'injuriait et que je goûtais l'amertume que l'homme avait à m'offrir. Même quand le coup de lance m'a ouvert le corps dans un acte final de profanation. Même à travers tout cela, je vous ai aimés et je vous ai pardonné. Je n'ai pas cessé d'aimer l'homme et de lui pardonner car je me suis donné et je me donne sur la Croix éternellement, car je vous ai aimé sur la Croix et je vous aime à jamais. J'ai donné et je continue de donner. L'homme aura-t-il le courage maintenant d'accepter ce don ? L'homme aura-t-il l'intelligence de voir ce que je lui offre ? L'homme aura-t-il la force de l'accepter pour être, en échange, avec moi dans l'éternité ?


Le Seigneur Jésus, 9 janvier 1995

Que puis-je faire de plus que de me pencher avec amour sur le monde, que de tendre la main de l'amitié à l'humanité et de lui offrir mon cœur et moi-même ? Permettez-moi d'entrer chez vous, ouvrez-moi la porte et laissez-moi devenir un avec votre âme et votre cœur. Nous pouvons passer l'éternité ensemble avec le Père du ciel. Nous pouvons ensemble nous unir dans un mariage d'amour et ensemble devenir un seul cœur.


Le Seigneur Jésus, 13 janvier 1995

Etre dans les bras de Jésus, être dans l'amour, dans la grâce.
Embrasser la lumière, la joie, embrasser Jésus.
Vivre dans l'amour, dans la grâce, vivre en Jésus.
Devenir lumière, devenir joie, devenir un en Jésus.
Rayonner d'amour, rayonner de grâce, rayonner en Jésus.
Servir dans l'amour, servir dans la joie,
Servir en Jésus.
Aider avec amour, aider avec joie,
Aider grâce à Jésus.
Guider avec amour, guider dans la joie,
Conduire à Jésus, voilà votre travail.


Le Seigneur Jésus, 13 janvier 1995

Une promenade en ma compagnie suffit pour aller au ciel. Les obstacles à surmonter sont nombreux sur le chemin. Mais tout ira bien si vous me prenez la main et si vous me faites confiance. Prenez-moi la main, prenez la main de Jésus, et abandonnez-vous à moi. Prenez-moi la main et croyez en mon chemin. Prenez-moi la main et devenez mon amour.


Le Seigneur Jésus, 17 janvier 1995

Faites appel à mon amour, à ma force, faites appel à moi. J'attends d'aider tous ceux qui le demandent. Faites appel à moi et je serai là.


Le Seigneur Jésus, 17 janvier 1995

A une époque lointaine, un homme est venu. Il a parlé d'amour, de foi, il a parlé de Dieu. En envoyant cet homme, cet amour, le Père s'est envoyé lui-même en cet homme, qui est son Fils Jésus.
Le Fils a rayonné l'amour de Dieu sur tous ceux qui le cherchaient vraiment. Le Fils a témoigné de l'amour de Dieu pour les hommes à tous ceux qui ont bien voulu le voir. Le Fils a parlé de l'amour de Dieu à ceux qui ont bien voulu écouter.
Quel jour magnifique que celui où le Fils a montré ce que pouvait réaliser l'amour de Dieu, ce que l'amour divin ferait pour le salut de l'humanité ! Quel jour magnifique que celui où le Fils est ressuscité pour montrer au monde que la vie éternelle existe bien !
Quel jour merveilleux que celui où le Fils a gravi l'escalier de l'amour qui mène au ciel, montrant ainsi ce qui pouvait appartenir à l'homme s'il vit dans l'amour, l'amour de Dieu et l'amour mutuel.
Quel cadeau d'amour a fait l'Esprit-Saint le jour où il est venu en remplissant les disciples du Messie de la grâce de Dieu ! Quel jour que celui où les dons divins ont embrasé la nouvelle Eglise de Dieu !
En arrivant au ciel, Marie, la Mère de Jésus, a montré que tous peuvent acquérir cette récompense de l'amour divin.
Marie, ma très Sainte Mère, en étant couronnée Reine du ciel, l'a été de toute la création divine, et elle a été élevée à sa vraie place, dans l'amour de Dieu.
L'avenir des hommes apparaît clairement s'ils suivent le chemin de cet homme Jésus qui est Dieu. Jésus le leur a expliqué, le leur a montré et les a conduits. Les hommes n'ont plus qu'à accepter la vérité et suivre le chemin; et la vie éternelle dans la gloire de Dieu leur appartiendra.


Le Seigneur Jésus, 17 janvier 1995

Mieux vaut prier que vivre dans la peur.
Mieux vaut aimer que haïr.
Attendez-vous au combat plutôt qu'à la tranquillité.
Au combat qui surmonte la peur et la haine,
Au moyen de la prière et de l'amour.


Dieu le Père, 18 janvier 1995

Ayez foi en mon Fils, foi en mon Esprit, foi en moi. Voilà ce pourquoi il vous faut toujours prier, car il y aura des moments difficiles où vous ne pourrez compter que sur la foi.


Dieu le Père, 20 janvier 1995

La foi en l'amour sauveur de Jésus vous aidera à tenir jusqu'au bout. La prière dans la grâce salvatrice de Jésus vaincra. La confiance en la miséricorde de Jésus vous mènera au ciel. L'amour de Jésus est une grâce de salut donnée avec miséricorde.


Le Seigneur Jésus, 21 janvier 1995

Tournez-vous vers moi dans les moments difficiles car j'aspire à vous aider. Tournez-vous vers moi quand vous êtes troublés car je vous donne ma paix. Tournez-vous vers moi dans vos moments d'incertitude et je vous fortifierai. Tournez-vous simplement vers moi dans la prière et je serai là.


Le Seigneur Jésus, 21 janvier 1995

L'amour est une rue à double sens. Je vous apporte mon amour et vous m'apportez le vôtre. Et quand nos amours respectifs se rencontrent, ils s'unissent pour devenir un en moi.

Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messages Prophétique à Alan Ames

Message par Her le Jeu 16 Juin - 8:43

http://www.temoins-amour-esperance.org/Francais/Messages_fichiers/Messages_fr-AlanAmes_4.htm

Le Seigneur Jésus, 21 janvier 1995

Sont inquiets en amour ceux qui n'estiment pas l'amour à sa juste valeur. Ont le cœur inquiet ceux qui ne comprennent pas ce qu'est réellement l'amour. Inquiet est l'esprit de ceux qui ne voient pas ce qui les attend avec l'amour. C'est moi, car je suis l'Amour.


Le Seigneur Jésus, 21 janvier 1995

Des messages simples, directs, clairs, répétés encore et encore jusqu'à ce que vienne à moi l'humanité. Les arguments ingénieux ne signifient rien, les mots d'intellectuels ne valent rien, les traductions les meilleures sont du temps perdu si l'amour de Dieu ne s'y trouve pas. Soyez simples en mon amour; soyez purs et sincères en mon amour.
N'essayez pas d'être ce que vous n'êtes pas, n'essayez pas de l'emporter au moyen d'arguments intellectuels. Contentez-vous de montrer que vous m'aimez et que vous avez foi en moi et votre victoire sera la mienne. Rien d'autre ne compte, excepté votre confiance en moi, votre amour, votre foi en moi et le service que vous exercez pour moi.


Le Seigneur Jésus, 22 janvier 1995

Les moments de souffrance sont durs à vivre. Même le refus le plus insignifiant de la part d'un des vôtres peut vous blesser profondément, alors imaginez ce que je peux ressentir, moi qui suis continuellement rejeté par les miens.


L'Esprit-Saint, 28 janvier 1995 (Pour les réunions de prière)

Le sentier qui vous attend est rempli de pièges et de traquenards dont le but est de vous éloigner de mon œuvre. Considérez toujours l'amour de Jésus et suivez-le, car c'est cela qui vous aidera à tenir. Ce moment est un moment particulier, car maintenant vous préparez le chemin qui en conduira beaucoup au ciel. Vous vous engagez dans une tâche importante, la tâche du salut des âmes ; raison pour laquelle vous êtes ici en disciples de Jésus. Ce jour qui vous rassemble est un jour de joie pour le ciel entier. Aujourd'hui Dieu vous sourit. Diffuser la Parole de Dieu, répandre son amour et propager son pardon, voilà le chemin qui s'ouvre devant vous. Ceux qui, parmi vous, en ont reçu le don, devront communiquer à tous le toucher de Jésus qui guérit. Sachez que je donne mes dons de façon à ce qu'on les utilise pour ramener à moi mes enfants. Sachez que c'est moi qui choisis ceux qui font mon travail, sans tenir compte des obstacles qui sont placés sur leur chemin.
Vous devez maintenant faire l'œuvre de Dieu, vous devez maintenant répandre l'amour de Dieu, et maintenant sa lumière brille sur vous. Avancez dans la gloire pour Dieu, avancez dans l'amour de Dieu et allez de l'avant pour Dieu, dans la vérité.
Ne vous laissez pas détourner de mon chemin, ne vous laissez pas affaiblir par ceux qui, dans une bonne intention, combattent mes choisis parce qu'ils ne comprennent pas ou ne croient pas. N'oubliez pas de regarder les propos, les actes et l'amour et vous saurez alors que vous faites l'œuvre de Dieu. Embrassez cette tâche et faites entrer mon amour dans votre cœur, vous verrez alors distinctement le chemin devant vous. Mes dons sont donnés pour servir, ne les gaspillez pas. Faites de vous une équipe de serviteurs de Dieu dont le but est la gloire de Dieu. Le monde attend, les dons sont là, prenez-les et montrez mon amour à tous. Les gens errent, ramenez-les au moyen de ma Parole. Les enfants sont perdus, trouvez-les en mon nom.


Notre-Dame, 2 février 1995

Cri d'amour, cri d'espérance au monde. J'appelle le monde parce que je l'aime. Je demande un changement, car il est nécessaire, un changement en mieux. Je demande la prière, car elle est indispensable, la prière pour vos âmes. Je demande les sacrements, car vous en avez besoin pour être forts. Je demande l'amour, car l'amour est nécessaire pour exister. Je vous demande de m'écouter, car il est nécessaire de m'écouter pour trouver le vrai destin de l'homme.


L’Esprit-Saint

… L'humanité a été si insensée, écoutant souvent les forces obscures et non pas Dieu. Le péché a grandi au long des siècles. Il s'est si bien répandu partout qu'il englobe maintenant le monde entier. Le péché est devenu si fréquent qu'on a fini par le considérer comme la norme, par l'accepter comme quelque chose de bien, de juste. Le péché est dans l'air même que vous respirez, dans la nourriture que vous mangez, les livres que vous lisez — partout.
Le péché est si absolu aujourd'hui que souvent il passe inaperçu, jusqu'à ce qu'il soit trop tard. C'est un bien triste tableau que je suis en train de dépeindre, mais c'est la vérité. Si seulement l'homme le voulait, la joie pourrait sortir de cette tristesse.
Cette joie qui peut être celle de l'homme, c'est la joie qui vient du pardon de Dieu — de sa miséricorde, de son amour, de son empressement à reprendre l'homme dans ses bras. Si l'homme en arrive à comprendre ce qui peut être à lui, le péché quittera la surface de la terre, le mal disparaîtra. Tout dépend des hommes, dans le cadre de ce libre choix qui leur a été donné, de l'amour et des grâces que Dieu a offerts à l'humanité.
Le Père ne forcera jamais l'homme à faire sa volonté. Il se contentera de le guider et de le conseiller. Ensuite il laisse l’homme décider de son avenir. Dieu lui laisse le choix de fixer son propre destin. Dieu aime l'homme et c'est de cet amour que provient sa volonté que l'homme puisse exercer son libre arbitre, qu'il voie le bon chemin et qu'il le prenne. Il n'y a qu'un chemin pour aller à Dieu, ce chemin passe par son Fils, Jésus. Ce chemin qu'il faut suivre, c'est l'exemple que Jésus a donné en montrant comment vivre et donner.
Jésus est le chemin. L'homme a-t-il l'amour, la force, le caractère, la volonté nécessaires pour suivre ce chemin ? Dieu sait que oui, l'homme est seul à dire que ce n'est pas vrai.
Tout au long des temps, les messagers de Dieu se sont toujours vus durement traiter. Servir Dieu a toujours été une tâche difficile. Les récompenses en cette vie sont peu nombreuses, mais la gloire dans l'autre est grande. Dieu, au cours temps, a donné ses instructions à quelques-uns seulement, à charge pour eux de les partager avec le peuple. Dieu a toujours demandé au peuple de suivre au moyen de la foi seule. Si tous les hommes embrassaient la vraie foi en Dieu, le chemin serait clair.
Les prophètes du Seigneur connaissent Dieu, connaissent son amour, ses merveilles. Ils essaient de partager cela avec tous, pour n'en recevoir que mauvais traitements et railleries. Est-ce leur sincérité qui en est la cause ? Ces mauvais traitements sont-ils dus au fait qu'ils montrent aux hommes leurs péchés et leurs faiblesses et que ceux-ci leur en veulent ? Est-ce parce qu'on voit dans les choisis de Dieu des gens particuliers, qu'on voit en eux ce qu'on voudrait être, mais qu'on est incapable d'être, parce que c'est trop difficile de suivre leur exemple ? Quand on est incapable d'être comme les choisis de Dieu, on se moque, on les tourne en ridicule, on les maltraite et on les rejette.
Les hommes se détournent de Dieu, rejettent et maltraitent ses messagers et ensuite crucifient son Fils. Quelle façon de traiter le Créateur, quelle manière de traiter Dieu ! Dans sa miséricorde, Dieu continue de dire aux hommes qu'il les aime, sans tenir compte à quel point ceux-ci l'ignorent ou le rejettent. Dieu, dans son infinie miséricorde, aspire à pardonner à ses enfants et à les amener à la maison, chez lui, dans sa gloire céleste. Celle-ci leur appartient. Les hommes n'ont qu'une chose à faire, se repentir et demander pardon. Cette gloire est là pour eux s'ils la veulent, elle est là pour eux s'ils la recherchent. Elle est là tout simplement.
Qu'en est-il du destin de l'homme, de son avenir ? Cela dépend de lui, c'est lui qui choisit son destin, son avenir personnel. L'humanité a le choix entre la lumière ou l'obscurité. Le destin qui s'offre à elle est bon ou mauvais. Elle a deux chemins possibles, le vrai ou le faux. Il n'y a pas d'intermédiaire, c'est l'un ou c'est l'autre. Vous ne pouvez être avec Dieu de temps en temps, habituellement quand vous avez besoin de lui, puis l'ignorer les autres fois.
L'homme doit en arriver à comprendre qu'il n'y a qu'une possibilité. Si vous choisissez Dieu, vous devez demeurer auprès de lui dans les bons moments comme dans les mauvais. L’homme ne doit pas repousser Dieu quand il a l'impression de ne plus avoir besoin de lui. Si vous choisissez Dieu, vous devez respecter toutes ses lois et pas celles seulement avec lesquelles vous êtes d'accord. Si vous choisissez Dieu, vous devez rester sur son chemin, le chemin de l'amour, le chemin de Jésus, le vrai Fils de Dieu.
Si vous lâchez Dieu pour l'obscurité, vous devez comprendre ce vers quoi vous vous tournez. Vous vous dirigez vers la haine pure, le mal, la terreur, les tourments, l'angoisse. Vous vous dirigez vers la souffrance éternelle, vers la douleur qui ne finit pas, vous vous tournez vers l'enfer. Ce n'est pas Dieu qui vous y force, mais c'est vous-mêmes qui l'acceptez librement, qui le demandez. Aussi, quand vous vous détournez de Dieu, regardez bien ce que vous vous préparez. Regardez bien et repentez-vous, et Dieu vous sauvera à travers son Fils, qui aime à jamais, le Seigneur Dieu Jésus Christ.
Il n'est jamais trop tard si vous recherchez vraiment le pardon. Il n'est jamais trop tard pour demander l'amour, pour demander à changer. Aussi examinez sagement la chose et faites le bon choix, le seul ; choisissez Dieu, choisissez Jésus.
Pourquoi le monde souffre-t-il ainsi ? Ils sont nombreux, en effet, ceux qui aiment Dieu, il y en a beaucoup qui mènent une vie de bien, qui aident et aiment les autres. Oui, il y a beaucoup de gens bien. Mais il y a aussi beaucoup de gens égarés, induits en erreur, troublés ou tout simplement mauvais. Les gens, pour la majorité d'entre eux, sont bons, mais ils restent là sans rien dire, tandis que le péché grandit dans le monde.
Ceux qui sont vraiment mauvais troublent la majorité des gens et les entraînent au péché, péché si raffiné souvent qu'il semble ne plus en être un. Les mauvais donnent au mal un aspect souriant qui prend alors le visage de la raison.
L'avortement, les guerres, le fait d'affamer les populations, l'avidité, le « nouvel âge », la drogue, l'immoralité, on justifie tout maintenant. Mais tout cela est contre Dieu, toutes ces choses sont des péchés, même si d'une certaine façon elles ne le semblent pas. Ces choses sont devenues la face acceptable du péché, mais elles restent néanmoins de mauvaises actions.
Quand l'humanité pourra comprendre les conséquences de ce mal, elle saisira pourquoi le monde souffre autant. Combien de braves gens admettent ces péchés sans ressentir le besoin de s'y opposer ! Cela les détourne de Dieu et les fait tomber entre les mains du Mauvais puisqu'ils acceptent sa volonté. Ils admettent ces péchés en disant : « Ce ne sont plus des péchés, c'est ce qui se fait aujourd'hui, cela n'offense pas Dieu. Ce sont les hommes qui en ont fait des péchés, aussi pouvons-nous les admettre aujourd'hui comme des choses qui font partie de la vie. Faites pour le bon motif, elles sont acceptables, elles sont admissibles. Toutes ces choses sont permises quand elles sont faites dans l'amour de Dieu.»
Comment le fait de pécher peut-il être agréable à Dieu ? Comment l'homme peut-il croire que cela le soit ? Comment l'homme peut-il penser à la place de Dieu et se mettre ainsi sur un pied d'égalité avec Lui ? C'est ce qu'ont fait les anges déchus en pensant qu'ils étaient comme Dieu. Faudra-t-il que l'homme tire la leçon de son attitude comme les anges autrefois ? Va-t-il falloir montrer à l'homme la vérité de Dieu ? Va-t-il falloir le ramener à la raison pour qu'il puisse être sauvé de l'enfer ? Dieu veut le salut de l'homme, Dieu veut lui montrer sa miséricorde. Dieu désire le ramener sur le chemin de son salut, ce salut qui est Jésus. Si l'homme veut bien prendre le temps d'écouter Jésus, la Parole de Dieu, il saura ce qu'il doit faire pour triompher de la pesanteur du péché dans le monde.
Quand le péché sera extirpé de l'humanité, le chemin qui mène à Dieu deviendra si évident à tous qu'ils se demanderont pourquoi ils ne l'ont pas rejeté plus tôt. Qu'est-ce que le péché ? Les péchés sont les entraves qui détournent l'homme de Dieu, les chaînes fabriquées par le moi que favorisent les ténèbres.
Si l'humanité pouvait se tourner vers Jésus et trouver sa force dans ses souffrances, sa Passion et sa crucifixion, elle pourrait vaincre le mal.
L'humanité devrait être capable de voir que le Seigneur Jésus a déjà vaincu le mal par l'offrande de lui-même. C'est aux hommes d'accepter cela, de le croire et d'en chanter les louanges. Cela fait, le Mauvais ne pourra plus les séduire, les tromper ou les embrouiller. Le Mauvais sera reconduit à sa place, en enfer, pour n'en plus sortir. Le mal n'existera plus, ne sera plus.
Quel avenir que celui de l'humanité, pourvu que les hommes rejettent le péché et le mal, qu'ils acceptent Dieu, Jésus et l'Esprit-Saint !
Quelle joie sera celle de l'humanité, à condition qu'elle se détourne de l'obscurité pour se tourner vers la lumière.
Quelle gloire sera celle de l'humanité — une gloire partagée, une gloire en Dieu.
Quel bonheur que celui de l'humanité, bonheur éternel avec Dieu et en Dieu.
Quel avenir ! Vous n'avez qu'à tendre la main vers l'amour du Créateur, l'amour qui est pardon, Jésus Christ. Tendez simplement la main pour recevoir la miséricorde de Dieu, cette miséricorde qui est Jésus.
Jésus est la réponse pour tous. Il est l'amour pour tous, il est Dieu pour tous.


Le Seigneur Jésus

Il y eut un temps, il n'y a pas si longtemps, où le monde entier vivait dans l'obscurité spirituelle. Pour lui, Dieu, la vie en Dieu, n'existaient plus. Alors le Père, dans sa miséricorde, a envoyé son Fils pour éclairer le monde de l'amour de Dieu, de sa Parole et de sa lumière.
Le Fils est venu pour montrer à l'homme comment vivre à la manière de Dieu, comment vivre dans l'amour divin, comment vivre en Dieu. Le Fils est venu et a ouvert la porte du ciel pour ceux qui écouteraient. Il a ouvert la porte de l'amour éternel pour ceux qui croiraient, la porte de Dieu pour ceux qui marcheraient à sa suite. Il fallait montrer la vérité de Dieu, la vérité qui est Jésus, à ceux qui écoutaient, qui croyaient et qui suivaient le Fils. Jésus leur a montré qu'il accomplissait la Parole de Dieu de l'Ancien Testament et qu'il était la Parole vivante de Dieu. Jésus leur a montré la vérité de la Parole, comment il fallait suivre la Parole et la vivre. Jésus a donné une parole nouvelle, une parole d'amour, d'amour de Dieu et d'amour mutuel. Jésus a montré comment la vie était censée être vécue, ce qu'elle aurait dû être.
Aimant profondément l'humanité, Jésus a voulu expliquer le mystère, la vérité, l'amour de Dieu. Jésus a voulu conduire l'homme à vivre pleinement en Dieu, à vivre parfaitement l'amour mutuel, à vivre pleinement dans la joie.
Quels dons Jésus n'a-t-il pas apporté à l'homme ! Quelles grâces ne lui a-t-il pas présentées ! Quelle gloire il a donné au Père !
Il y a en l'homme un amour, un amour qui est souvent dissimulé. Il est étouffé par le besoin que l'homme ressent de ne pas dépendre de l'aide d'autrui, de se sentir responsable de son propre destin, d'être son propre maître.
L'homme ne comprend pas que c'est justement cet amour qu'il réprime qui lui donnerait la véritable indépendance, la vraie liberté, le vrai bonheur. Il sait qu'il a cet amour dans le cœur, il sait qu'il est là, mais il n'en connaît pas la vraie signification.
Cet amour caché, c'est Dieu qui l'a planté. Il représente la grâce particulière qui amène l'homme à Dieu, c'est une bénédiction divine.
L'homme, au moyen de cet amour, peut se libérer du péché, du chagrin, de la douleur et de la souffrance. Il peut vivre heureux et connaître la vraie liberté. Il peut vivre joyeux et connaître la véritable indépendance. Il peut vivre dans l'amour et demeurer responsable de son propre destin, son destin en Dieu. L'homme n'est pas libre quand cet amour est tenu caché. Il se ceint alors lui-même des chaînes du péché et du mal. Il s'enferme dans une éternité de souffrance. En rejetant cet amour, les gens deviennent esclaves des ténèbres, esclaves du monde et ils ont peu de pouvoir sur leur destin.
Qu'est cet amour, cette grâce, ce don si puissant, si vaste et si fort ? C'est Jésus, l'amour de Dieu. C'est Jésus, le Fils de Dieu. C'est Dieu.
Pour ouvrir le monde à la liberté, à la joie, pour ouvrir le monde à son vrai destin, ouvrez à Jésus les portes de vos cœurs, de vos âmes, de vos personnes et soyez libres.
Pourquoi dissimule-t-on cet amour ? Pourquoi l'étouffe-t-on ? Pourquoi n'en tient-on pas compte ? C'est bizarre que l'humanité tourne le dos à la beauté et à la joie de l'amour de Dieu. Qu'est-ce qui a aveuglé l'homme et qu'est-ce qui l'a enlevé à Dieu ?
Regardez le monde autour de vous et voyez. Cela saute aux yeux, c'est l'égoïsme de l'homme. On le voit partout. Il foisonne. L'homme aujourd'hui ne pense plus qu'à lui-même. Comment améliorer ma condition ? Comment avoir plus, comment puis-je réussir, comment puis-je obtenir ce qu'ont les autres ?
Peu importe le prix à payer, semble-t-il, tant que l'homme améliore sa situation personnelle. Si donner la vie à de nombreux enfants restreint son style de vie, ses plaisirs, ses aspirations, ses finances, son avenir, eh bien, décide-t-il, je n'aurai pas d'enfant. Et si Dieu lui fait don d'une vie à naître, il la rejette et la tue, car cela pourrait être une source de désagréments.
Si le partage de vos biens doit vous empêcher de profiter de la vie, de sortir, de partir en vacances, de vous payer de belles voitures, de grandes maisons, des vêtements à la mode, de gaspiller votre argent, eh bien, disent certains, ne partagez pas. Peu importe ceux qui meurent de faim, de maladies pourtant facilement guérissables, ceux qui vivent dans des boîtes en carton, mangent dans les poubelles et boivent de l'eau sale. Nombreux sont ceux qui ne se font aucun souci à ce sujet, tant que tout va bien pour eux.
La menace que pourraient représenter les pauvres pour ceux qui ont la vie facile les amène à se procurer des armes et à dépenser plus, pour les contenir, que cela ne coûterait pour les nourrir. Ils en arrivent à dépenser plus pour leur sécurité que cela ne leur coûterait de les loger, et plus en plaisirs que cela ne leur coûterait de les soigner.
L'amour se cache sous les couches d'égoïsme que l'homme s'est créé lui-même. Ces couches augmentent à chaque instant et la plupart des gens restent là à les accepter, ce qui en crée davantage encore, et ce qui augmente encore le nombre des péchés. La plupart admettent aujourd'hui ce que les hommes autrefois auraient rejeté. Ce que les hommes autrefois auraient considéré comme mal apparaît bon aujourd'hui. Tout cela au nom du moi. Tout cela au nom des droits de l'homme qui sont en réalité les injustices de l'homme. La vie privée, les droits individuels, les actions individuelles sont tous des termes que l'on accepte et qui en fait désignent le mal quand il s'agit d'excuser des actes immoraux. Le dicton : « Fais ce que tu veux tant que tu ne fais de mal à personne », est un proverbe qui provient des ténèbres. C'est ainsi que des actes qui constituent de véritables offenses finissent par être tolérés, ils deviennent la norme. Comment quelqu'un peut-il décider des actes qui vont faire du mal ou de ceux qui n'en feront pas ? Comment quelqu'un peut-il dire que tel acte est correct parce qu'il a été commis par deux adultes consentants qui s'aiment, et qu'il n'offensera donc personne ? Comment des gens peuvent-ils s'arroger l'autorité de décider de ce qui est bien ou mal, à moins de tenir eux-mêmes ce pouvoir de Dieu ?
L'homme doit se souvenir que son autorité, ses lois, sa justice ne sont d'aucun poids si elles ne correspondent pas à celles que Dieu a proclamées. Les lois de Dieu sont on ne peut plus claires. De nombreux prophètes les ont dites, beaucoup les ont lues, mais beaucoup ne les acceptent que quand elles leur conviennent. Jésus n'a pas dit en proclamant la Parole : « Voici les comman-dements de Dieu, mais obéissez seulement à ceux que vous approuvez.» Il a dit : « Pratiquez-les tous.»
Il faut maintenant que l'homme se décide, qu'il prenne la décision d'aimer, d'aimer Dieu et d'aimer son prochain. Il faut maintenant que les hommes se donnent la main et marchent dans l'amour mutuel et ensemble avec Dieu. L'homme a besoin à présent de tourner tous ses espoirs et ses aspirations personnelles vers ceux des autres, en espérant et en ayant le vif désir que toute l'humanité puisse vivre dans l'amour et la paix de Dieu.
Quel avenir merveilleux que celui de l'homme s'il est prêt à progresser dans l'amour, la joie et le partage. Quel avenir merveilleux que celui de l'humanité, dans son ascension vers l'éternité, s'il embrasse l'amour et la bonté de son Créateur. Quel avenir il a devant lui !
L'homme n'a été mis sur terre que pour une seule et unique raison : venir à Dieu au ciel, dans l'amour et pour l'éternité. Le fait d'accepter cela amène l'homme à comprendre de quelle façon il doit vivre, comment il doit être. Quand l'homme se verra tel qu'il est vraiment et tel qu'il doit être, quand l'homme croira vraiment en Dieu, son Créateur, quand l'homme reconnaîtra qu'il est ici-bas par la grâce de Dieu, quand il respectera les désirs de Dieu, alors et seulement alors, l'homme pourra trouver son vrai destin, celui que Dieu lui a préparé. Jésus a expliqué comment faire, Jésus a été un exemple de la façon de vivre à la manière de Dieu. Jésus a été ce à quoi tout homme devrait aspirer à ressembler.
Jésus a donné son tout pour montrer le chemin aux hommes. Jésus a tout donné pour changer l'humanité et il a fait don de toute sa personne en réparation pour le péché de l'homme. Ne rejetez pas ce sacrifice, acceptez-le et agréez l'amour de Dieu, car Jésus est l'amour de Dieu.
Où que se porte le regard de l'homme, deux chemins se présentent à lui, le chemin du moi et du péché ou le chemin de Dieu et de l'amour. Quel que soit l'endroit où l'homme compte se trouver dans l'avenir, il y arrivera en empruntant l'un ou l'autre de ces chemins. Quel que soit l'endroit où l'homme désire que soit le but de son existence, il se trouvera sur l'un de ces deux chemins.
Les choix sont clairs, ces deux options sont si différentes qu'il devrait être facile d'exercer son choix. Elles sont si éloignées l'une de l'autre qu'on ne devrait pas se tromper.
C'est la faiblesse de l'homme qui brouille les choix. C'est son raisonnement qui brouille les possibilités, raisonnement qui est à proprement parler un refus. Les hommes embrouillent le choix à exercer avec d'autres, qui à proprement parler n'en sont qu'un : le choix du mal.
Que doit faire l'homme pour faire le bon choix, pour prendre le bon chemin, ce choix et ce chemin qui mènent à Dieu ?
Que doit faire l'homme pour éviter les griffes avides du Mauvais, qui s'apprête à déchirer l'âme des hommes en lambeaux ? Que doit-il faire pour passer de cette vie dans l'autre dans l'amour de Dieu ? Que doit faire l'homme ?
La réponse est là sous les yeux de tous, elle est claire pour tous ceux qui désirent la voir, pour tous ceux qui veulent l'entendre ; elle est là pour tous ceux qui veulent l'entendre de l'intérieur, de leur cœur, de leur âme. La réponse, c'est Jésus. La réponse, c'est l'amour, c'est la joie. La réponse, c'est Dieu. Une réponse que beaucoup refusent, mais c'est la seule, c'est celle du Fils de Dieu qui est venu pour aider l'homme à choisir le bon chemin. L'homme a-t-il les oreilles pour entendre, les yeux pour voir et le cœur pour être son disciple ?
Hommes de ce monde, femmes de ce monde, écoutez à présent les paroles de celui qui vous aime si profondément, si fort, si passionnément qu'il a donné sa vie pour vous.
« Mes chers petits enfants,
Comptez sur moi maintenant pour vous aider, comptez sur moi maintenant pour vous pardonner, comptez sur moi pour vous aimer car je suis l'amour.
Je vous demande de reconsidérer votre vie, de l'examiner pour voir en quoi peut-être vous agissez mal, pour voir ce que peut-être vous acceptez alors que c'est mal, ou parce que vous ignorez que c'est mal. Déclarez-vous pour le bien, parlez contre le mal, défendez Dieu. Si mes enfants ne veulent pas me soutenir, à qui le demanderai-je ? Si mes enfants m'ignorent, qui m'écoutera ? Si mes enfants pèchent, comment puis-je demander à d'autres de ne pas le faire ?
Mes enfants, j'ai versé mon sang pour vous. J'ai donné ma vie pour vous et je vous ai donné la vie éternelle. Acceptez-la maintenant et prenez-la. Prenez-la en vivant ma Parole, en vivant pour Dieu et pour les autres, en vivant pour la vie éternelle.
Le moment est venu maintenant de vous tenir sous ma bannière, prononcez-vous contre le mal et montrez que vous êtes de vrais fils et filles de Dieu.»

Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messages Prophétique à Alan Ames

Message par Her le Jeu 16 Juin - 8:44

http://www.temoins-amour-esperance.org/Francais/Messages_fichiers/Messages_fr-AlanAmes_5.htm

Dieu le Père, 3 février 1995

Véronique, en essuyant le sang et la sueur du visage de mon Fils, a témoigné d'un véritable amour de Dieu. Son geste de compassion et d'amour a montré que l'amour de l'homme n'était pas mort. Ce seul geste de consolation a profondément touché l'esprit de mon Fils et l'a fortifié en cette heure de détresse. Le nom de Véronique a résonné dans le temps et dans les cieux lorsqu'elle n'a pas craint d'aimer son Seigneur publiquement, au vu et au su de tous. Son acte a élevé Véronique à la gloire du ciel et il en sera ainsi pour tous ceux qui, sans peur, ne craindront pas d'aimer mon Fils Jésus au grand jour.


L'Esprit-Saint, 6 février 1995

Le feu de l'amour brûle en vous. Il est toujours là, même si parfois vous ne pouvez le sentir. Le feu de l'amour vous remplit quand vous en avez besoin. Il vous remplit des dons qui vous sont nécessaires pour faire le travail du Père et du doux Jésus. Le feu de l'amour est toujours avec vous. Sachez-le et soyez heureux.


Le Seigneur Jésus, 11 février 1995

Fils de Dieu, Fils de l'Homme.
Fils de l'amour, Fils de la pureté.
Fils de la lumière, Fils de l'Immaculée Conception.
Dans les temps où manquent l'amour, l'espérance et la miséricorde, tournez-vous vers moi et trouvez, en mon divin Cœur, votre amour, votre espérance et votre miséricorde.
Mettez en moi votre confiance comme l'ont fait tous ceux qui sont au ciel.
Placez-vous en moi comme l'ont fait tous les saints. Remettez-vous-en à moi comme l'ont fait tous les martyrs. Puis devenez un avec moi pour toujours.
Il y a bien longtemps, est venu un homme, un homme de foi. Il y a bien longtemps est venu Dieu. Il y a bien longtemps est venu l'Homme-Dieu et il reviendra bientôt.


Dieu le Père, 13 février 1995

Sur une colline se dressait la Croix de la Rédemption,
Sur une colline, se dressait la Croix du pardon,
Sur une colline se dressait la Croix de l'amour.
Il faut aujourd'hui que l'humanité se tienne à l'ombre de la Croix et trouve la vraie force de Dieu. Il faut aujourd'hui que l'humanité se tienne à l'ombre de la Croix et montre sa vraie force.
Il faut aujourd'hui que l'humanité se tienne à l'ombre de la Croix et témoigne de son véritable amour de Dieu. Car c'est le seul chemin pour aller à la Maison, au ciel.


Dieu le Père, 13 février 1995

J'aimerai les hommes jusqu'à la fin des temps. J'aurai le désir de les sauver jusqu'au début de la vie éternelle et je continuerai de dire pourquoi, jusqu'à ce qu'ils comprennent ce que cela veut dire.


Dieu le Père, 19 février 1995

La vue du monde au milieu d'une telle souffrance et d'une telle affliction me remplit de tristesse. Comme je voudrais que mes enfants changent pour qu'ils puissent être avec moi, mais ils me tournent le dos. Ils me traitent avec mépris. Pourquoi font-ils cela, alors que je n'ai que bonté à leur offrir ? C'est parce qu'ils ont été aveuglés par le mal qui prend les allures du bien. C'est parce qu'ils ont été séduits par le mal qui a bon goût mais qui n'est qu'amertume en réalité. Oh ! Comme mon Cœur se brise, comme il se désole ! Comme je m'afflige ! Combien de parents ressentent-ils cela en voyant la vie que mènent leurs enfants, puis les voient ensuite s'améliorer quand la sagesse leur vient ? Il en sera ainsi pour l'humanité, elle changera. Mais combien se perdront auparavant ?


Notre-Dame, 19 février 1995

Corruption de l'intelligence, corruption des esprits, corruption des âmes. Elle est partout dans les programmes de télévision que vous regardez. C'est normal maintenant de montrer les choses du Mauvais comme quelque chose d'amusant, sous l'allure d'un jeu d'enfant. C'est ainsi qu'est le mal. Il est partout, attaquant les jeunes et les faibles, les innocents. Il les change ensuite en serviteurs involontaires, qui deviennent ses complices sans le savoir et qui se donnent à Satan sans le vouloir.


Le Seigneur Jésus, 23 février 1995

Comme j'aspire, mes chers petits, à vous amener à moi, comme je suis impatient de vous presser sur mon Cœur et de vous remplir de chacune de mes grâces ! Il vous faut, pour venir à moi, pour vous remplir de moi, vous ouvrir dans la prière et dans les sacrements. Je peux au moyen d'eux vous envelopper complètement de mon amour. Soyez un avec moi par la pensée de mon amour pour vous quand vous priez et que vous recevez mon Corps et mon Sang.


Dieu le Père, 24 février 1995

L'humanité, avec le temps, s'est égarée au point de ne plus pouvoir retrouver le chemin de la Maison. J'ai envoyé mon Fils pour indiquer la route, mais combien ont écouté ? Je désire aujourd'hui montrer à nouveau la façon de rentrer à la Maison, chez moi, au ciel. Je désire montrer une fois de plus mon amour. L'humanité écoutera-t-elle, cette fois ?


L'Esprit-Saint, 26 février 1995

L'Unique et Sauveur de tous les hommes revient dans le monde. L'Unique qui vous aime tous revient ici-bas. L'Unique revient, qui vous unit tous au Père du ciel. Jésus est l'Unique et il revient bientôt.


Dieu le Père, 4 mars 1995

En scrutant les profondeurs de votre être, vous trouverez un profond recoin. En regardant à l'intérieur, vous trouverez votre vrai moi. Otez tout ce qui s'y est superposé, toutes les choses superficielles et vous trouverez ce que vous êtes en vérité. Quand vous verrez votre vrai moi, sachez que c'est comme cela que je vous ai faits et que c'est comme cela que vous devriez être, à l'intérieur comme à l'extérieur. En réalisant cela, vous m'apporterez le plus grand cadeau que vous puissiez me faire : vous-mêmes dans l'amour.


Notre-Dame, 9 mars 1995

Les clous, en pénétrant les mains et les pieds de mon Fils Jésus, ont percé mon cœur. La souffrance a rempli tout mon être quand, avec mon Fils, j'ai soulevé les péchés de l'homme en les présentant au Père pour obtenir son pardon. J'ai partagé la douleur intérieure de Jésus en regardant ses yeux, remplis de tristesse et de joie. Tristesse devant la sottise de l'homme et joie devant la défaite du Malin. Unie à la souffrance de Jésus, comme je regardais le sang couler sur les joues de mon doux Fils, les pleurs ont rougi sur mes joues. Quand, au milieu de douleurs atroces, il a relevé la tête pour supplier son Père de pardonner aux hommes, je pouvais voir la gloire qu'il rendait à Dieu, mais je pouvais aussi ressentir comment il luttait intérieurement pour persévérer jusqu'à la fin dans ce don qu'il faisait de lui-même. Mon cœur se brisait de ne pouvoir toucher mon Fils et le consoler dans ces moments de détresse. En tant que Mère, je ne désirais qu'une chose, que les souffrances de mon Fils prennent fin. En tant que servante du Père, je savais qu'il fallait cela, aussi me suis-je tue. Mais je priais Dieu d'apaiser les souffrances de Jésus et d'y mettre bientôt fin. En tant que Mère des hommes, je demande aujourd'hui la même chose au Père, de mettre fin à la douleur et à la souffrance dans le monde et de ramener chez lui ses enfants. A nouveau mon cœur se brise, mes yeux pleurent des larmes de sang et je prie le Père d'intervenir et de mettre terme à ces temps de souffrances. Le Père écoute et exaucera mes prières et l'humanité sera sauvée. D'abord pourtant, les hommes ont besoin qu'on leur montre ce qu'ils se sont fait à eux-mêmes, puis qu'on leur indique le chemin pour obtenir le pardon du Père. Il n'y a qu'un chemin et il leur a été montré sur la Croix. Ce chemin, c'est Jésus.


L'Esprit-Saint, 12 mars 1995

C'est une rude montée que de gravir l'escalier du ciel. Mais en atteignant la dernière marche vous trouverez que le mal que vous vous êtes donné en valait la peine. En regardant derrière vous, vous constaterez que c'est Dieu qui a guidé chacun de vos pas. Même quand vous avez trébuché, Dieu était là pour vous montrer la valeur que représentait chaque obstacle à surmonter. Chaque fois que vous vous releviez péniblement pour reprendre la montée, c'était Jésus qui, vous prenant par la main, vous aidait à vous relever. Rappelez-vous cela dans les périodes difficiles et aussi dans les bons moments.


Dieu le Père, 13 mars 1995

Après bien des années, l'humanité est entrée dans une époque où l'on admet quasi totalement le péché. Il y en a qui le prennent pour ce qu'il est, mais ils ne sont pas nombreux. Beaucoup de gens ne voient aucun mal à ce qui se passe sur le plan moral, éthique, spirituel. Beaucoup prêtent l'oreille à des arguments ingénieux en disant qu'ils leur paraissent valables et donc que tout va bien. Ces arguments ne font que masquer le mal du péché, brouiller la vérité, ils ne font que tromper et c'est tout. L'homme est si naïf qu'on l'abuse facilement. Il est si désorienté qu'on peut facilement lui indiquer la mauvaise route et il est si égocentrique qu'on flatte aisément chez lui un orgueil qui ne demande qu'à grandir. Les siècles ont passé et les hommes représentent aujourd'hui un fardeau pour mon Cœur, un poids qu'il faut enlever. Jésus aujourd'hui vous demande à tous de changer, il vous demande à tous d'être ce pour quoi vous avez été créés, de redevenir les enfants de Dieu. Ecoutez mon Fils et épargnez-vous la souffrance qui arrive, et qui est pour bientôt.


Dieu le Père, 17 mars 1995

Une génération égarée a besoin de guides, elle a besoin d'aide, besoin de salut. Jésus apporte tout cela, Jésus va venir au secours des hommes et les mènera à son Père du ciel.


Parfum de roses. Puis Notre-Dame me demande d'écrire, 19 mars 1995

Tant de péchés aujourd'hui sont admis au nom de la raison. Tant de mauvaises actions sont considérées comme bonnes. C'est ainsi que le Mauvais travaille : il donne au mal l'aspect du bien et au bien l'aspect du mal. Il fait de l'amour une abomination, il transforme la vertu en quelque chose de méprisable et change le mensonge en vérité. Comme il est rusé, si intelligent, si tentant, si attrayant ! Il attaque toujours les hommes au point faible, faiblesses de l'orgueil, de l'égoïsme, de la cupidité, de la paresse, de la vanité. Il y a tant de façons pour le Mauvais de tromper et d'éloigner les hommes de Dieu.
Si seulement les hommes voulaient bien ouvrir les yeux et voir le mal qui foisonne à travers le monde, voir la facilité avec laquelle il se répand. On enseigne aux hommes aujourd'hui, même dès l'âge le plus tendre, à admettre le mal et à le considérer comme quelque chose de passionnant, de séduisant, qui satisfait tous les besoins. Par le moyen du divertissement, les hommes montrent aux jeunes que le mal représente une option acceptable ; ce qui détourne le divertissement de ce qu'il devrait être et le transforme en instrument des ténèbres. En voyant les adultes se distraire soi-disant et s'impliquer ainsi dans le crime, la violence et les mauvais traitements sexuels, les enfants se mettent à y voir des comportements acceptables. Si les adultes en effet excusent ces façons, ont plaisir à les regarder à la télévision ou au cinéma et trouvent tout cela passionnant, c'est qu'il est bien de se conduire de cette façon. Les enfants suivent l'exemple de leurs aînés et s'ils voient leurs parents ou leurs amis plus âgés admettre de mauvaises choses comme si elles étaient bonnes, ils les acceptent comme telles. Quelle intelligence de la part du diable que d'éduquer les jeunes à sa guise en les formant au mal par l'entremise de ceux qui les aiment !
Ayant grandi avec ces valeurs qui leur sont enseignées de façon si astucieuse, les jeunes vivent en accord avec elles. Le meurtre, le vol, la drogue, le viol, l'adultère, le mensonge, la haine, la colère et la violence deviennent la façon de vivre d'un certain nombre d'entre eux. La plupart acceptent certaines de ces valeurs, d'autres les adoptent toutes. Regardez les crimes commis au nom de la sécurité nationale ou des droits ethniques. Tout est permis. Il y a ceux pourtant qui prennent le parti de la paix, de Dieu, de l'amour, de l'espérance, du bien, mais regardez ce qui leur arrive. Ces gens qui cherchent à vivre en accord avec ces vraies valeurs pour l'homme sont souvent tués, humiliés, méprisés, déclarés faibles et inutiles. N'est-ce pas ainsi que le diable réagit habituellement devant la bonté ? Il ne peut se dresser contre elle, aussi en éloigne-t-il autant de gens qu'il le peut en usant de son intelligence pour donner l'apparence du bien au mal et du mal au bien.
La façon dont réagit le Mauvais est si évidente. Elle est toujours la même depuis le début des temps, mais l'humanité ferme les yeux. L'action du Malin est si flagrante. Et pourtant les hommes continuent de ne pas comprendre ce qu'il est et la façon dont il dupe les hommes en les amenant à se détruire eux-mêmes.
II faut maintenant que les hommes s'arrêtent et regardent ce qui va arriver à eux-mêmes et à leurs enfants. Quel avenir attend l'humanité si elle suit le chemin du péché et du mal ? Celui-ci ne peut mener qu'à un seul destin : une éternité de souffrance, une éternité de ténèbres, une éternité loin de l'amour de Dieu.
Si les hommes sont capables d'ouvrir leur cœur, ils verront la beauté, la joie, le bonheur, l'amour qui pourraient être les leurs s'ils s'unissaient à Dieu au travers du cœur de son Fils, Jésus. Ils pourront mettre la main sur leur véritable identité, leur vrai moi, leur esprit véritable. Leur identité qui est l'amour, leur moi qui vit pour les autres, leur esprit qui est liberté — liberté dans l'amour de Dieu, liberté qui rend les hommes aptes à être revêtus du vêtement de la grâce et de la miséricorde divines.
Marchant main dans la main avec Jésus, les hommes verront comment trompe le Malin. Ils verront l'immense différence qui existe entre le bien et le mal, ils ôteront le masque de leurs yeux, la pierre qui pèse sur leur cœur. Et le mal qui est dans le monde deviendra si flagrant que les hommes en seront malades de voir ce qu'ils ont admis, de voir ce qu'ils ont nié. La croix, que portent les hommes aujourd'hui, leur sera enlevée et, en ce jour radieux, le doux Cœur de Jésus brillera des rayons de la miséricorde divine et du pardon de Dieu sur tous ceux qui le recherchent.


Dieu le Père, 31 mars 1995

La paix reviendra sur la terre quand l'homme regardera la vérité et l'acceptera au lieu d'accepter des mensonges. Les hommes, dans leur existence, semblent si disposés à admettre et à accueillir le mensonge et la tromperie, même quand tout le monde peut voir que ces menteries contredisent la vérité. Regardez toutes les fois où les hommes admettent le meurtre comme quelque chose d'admissible en le justifiant par un châtiment à exercer, par la guerre ou l'amour du pays. Le meurtre n'est jamais admissible, mais ils sont si nombreux, si nombreux, ceux qui le voient comme tel. Combien de gens regardent de leur hauteur ceux qui dans d'autres pays sont torturés ou mutilés, disant d'eux que ce sont de toute façon des inférieurs, que ce n'est donc pas vraiment important ! Tous les hommes sont égaux et sont importants, voilà la vérité. Mais on n'en tient aucun compte souvent. Combien de fois des peuples acceptent-ils que d'autres meurent de faim en disant que c'est de leur faute et en ne faisant rien pour leur venir en aide ! Ce sont ces mêmes peuples qui exploitent ceux qui souffrent de la faim en prenant leurs ressources naturelles, leur richesse, leur patrimoine et qui en font usage comme si c'était la propriété des seules nations riches. Les ressources naturelles dans le monde sont là pour tous et doivent être réparties également entre tous les hommes, membres d'une même famille humaine, voilà la vérité. Combien d'exemples n'y a-t-il pas de ces refus de la vérité ! Les moyens qu'emploient les hommes pour la couvrir et la dissimuler sont innombrables. La vérité est Dieu et la rejeter sous quelque forme que ce soit, c'est rejeter Dieu, et refuser Dieu, c'est accepter le Malin. Ouvrez les yeux maintenant et vivez conformément à la vérité, vivez pour aimer et vivez avec Dieu.


Dieu le Père, 2 avril 1995
La vérité

La vérité est aujourd'hui très difficile à trouver car il est fréquent que même la vérité la plus simple soit altérée ; elle n'est donc plus la vérité.
Il semble qu'on ait perdu la vérité dans le monde d'aujourd'hui. Les dirigeants des nations eux-mêmes mentent ouvertement en déclarant qu'ils disent vrai, jusqu'à ce qu'on découvre qu'il n'en est rien. Comment les hommes peuvent-ils mener des vies honnêtes si leurs chefs, leurs gouvernements et souvent la hiérarchie religieuse elle-même leur racontent des histoires ?
« Tu ne mentiras pas », voilà l'un des commandements que j'ai donnés par l'entremise de Moïse et que mon Fils Jésus a reformulés. Je n'ai pas dit : « Tu ne mentiras pas quand cela t'arrangera, mais tu peux le faire à d'autres moments.» J'ai dit : « Tu ne mentiras pas.» Le mensonge ne peut se justifier, même quand on estime que c'est dans le meilleur intérêt de ceux qui sont concernés. Comment un péché peut-il jamais servir au mieux l'intérêt de quelqu'un ? Il ne peut qu'aller à son encontre. Mentir pour dissimuler ce qui représente un péché ou une faute ne fait que grossir le problème et propager le péché. C'est en disant la vérité qu'on arrête net le péché. Cela l'empêche de couver et de se diffuser. C'est au moyen de la vérité que l'on vient à bout du Malin, car le diable ne peut l'affronter, il s'enfuit et il s'en cache. Il faut que les hommes aujourd'hui essayent de revenir à la vérité, car c'est cela qui retiendra le monde de glisser sur la pente qui mène à l'abîme des ténèbres. La vérité est une grâce que je vous ai donnée. Je vous l'ai offerte pour l'utiliser et non pour la rejeter. Utilisez-la comme elle est censée l'être, et avec amour.


Dieu le Père, 2 avril 1995
L'adultère

C'est enfreindre un autre des commandements que je vous ai donnés que de prendre l'époux ou l'épouse d'un autre, son associé dans l'amour. « Tu ne commettras pas l'adultère », voilà le commandement que je vous ai donné, car l'homme et la femme deviennent un à mes yeux quand ils font le serment du mariage. Cet engagement solennel est pris devant moi. C'est une promesse qui lie l'homme et la femme dans l'amour. Ce serment est sacré et il ne peut être rompu. Par cette promesse solennelle, vous déposez, dans mon cœur, vos deux âmes qui n'en font qu'une. Ce serment est un cadeau que me font les deux époux, c'est un don qui magnifie, dans l'amour, chaque jour qu'ils passent ensemble. C'est un don qui augmente jour après jour la joie qu'il me procure. C'est un don que je garde précieusement dans mon cœur, que je ne veux jamais perdre, que je veux garder toujours avec moi de façon à pouvoir le regarder et jouir de sa pureté et de son amour. Ce don est l'un des plus précieux que l'humanité puisse me faire.
C'est une offense pour moi que la ruine des mariages, car elle m'enlève le don que j'ai donné. Le Malin le sait ; aussi, pour me faire affront, essaie-t-il de détruire tous les mariages. En commettant l'adultère, on ne porte pas seulement atteinte au mariage, on nuit aussi à ceux qui prennent part de l'extérieur à ce péché. « Je me soucie peu de toi, disent-ils ainsi à leur Dieu. Je me moque de mes frères et de mes sœurs ; je ne m'intéresse qu'à moi.» Ceux qui participent activement à l'adultère ne sont pas les seuls à pécher ; pèchent aussi ceux qui regardent sans rien dire ou même l'encouragent.
La destruction d'un mariage par l'adultère est un péché si grave, il m'offense tellement, moi, votre Dieu, que je m'en détourne, attristé, car je n'en puis supporter la vue.
Ces enfants perdus, mes enfants, se remarient parfois et pensent alors qu'ils ne pèchent plus, puisqu'ils sont mari et femme aux yeux des hommes. Comme le Malin les trompe, car ils vivent ainsi dans le péché continuel, un état qui s'aggrave tous les jours. Ils ne reconnaissent pas ce péché, et souvent leurs familles et leurs amis non plus. Ceux-ci se contentent de l'accepter. A nouveau le péché grandit et se répand, agissant sur tous ceux qui viennent à son contact. Il faut que ceux qui vivent dans cet état recherchent le pardon de mon Fils Jésus. Et qu'ils n'y reviennent pas, quand ils l'auront reçu.
Il y a parfois d'autres raisons à la désagrégation des mariages : la violence, la colère, l'égoïsme, l'avidité, la méchanceté, il y a tant de motifs ; mais tous proviennent du Malin.
Si l'amour, dans le mariage, est nourri et entretenu, gardé présent à l'esprit et dans le cœur, rien de tout cela n'arrivera car l'amour surmonte tout. Dans leur faiblesse malheureusement, il arrive que mes enfants succombent au mal et ne laissent plus transparaître leur amour. Si cela arrive et que l'un des conjoints décide de s'en aller, l'autre doit rester fidèle à la promesse qu'il a faite en ma présence. Si tel n'est pas le cas, ce conjoint est lui aussi entraîné dans le péché. Celui-ci doit continuer à vivre comme si l'autre était toujours là. C'est ainsi qu'il ou elle manifeste un amour véritable à Dieu et à l'élu de son cœur. C'est un cadeau de sa part qui m'est tout particulièrement cher et je lui garde en retour une place toute particulière dans mon cœur.
Que les hommes n'oublient pas que c'est une grâce très particulière que de s'unir dans l'amour devant Dieu. Ne la rejetez pas et ne la détruisez pas, car vous porteriez gravement atteinte à votre âme, à votre esprit.


Dieu le Père, 2 avril 1995
La vie ou la mort

J'ai donné un autre commandement à mes enfants : « Tu ne tueras pas.» Pourquoi l'ai-je donné ? Pourquoi ai-je dit que c'est mal de tuer ? L'explication en est très simple. En tuant sciemment l'autre, vous détruisez ma création, une création de mon amour. Vous faites plus encore, vous tuez votre âme même et vous vous privez de la vie éternelle au ciel.
Il y a bien des manières de tuer et de nombreuses justifications sont apportées au meurtre. Mais quelle que soit la façon de le faire et le motif, c'est toujours mal et cela reste un péché. Si vous tuez par équité ou pour le bon motif, c'est un péché. Si vous tuez au nom de la vérité et de l'honneur, c'est un péché. Si vous tuez pour vous venger ou pour votre pays, c'est un péché. Toutes les formes de meurtre sont des péchés, à moins qu'il ne s'agisse d'un accident ou d'un acte involontaire.
Le fait d'ôter la vie à quelqu'un m'offense gravement, moi, votre Dieu, quel qu'en soit le motif. Et votre âme en porte la trace mortelle. Ceux qui approuvent le meurtre en y voyant un acte de miséricorde, un moyen de porter secours à quelqu'un qui souffre, en portent la marque sur leur âme. Ceux qui restent là à ne rien faire et qui regardent sans rien dire tandis que d'autres donnent la mort portent la cicatrice de leur inaction sur leur âme même. Ceux qui tuent dans le but d'empêcher d'autres meurtres deviennent semblables à ceux qu'ils combattent, pleins de péchés. C'est toujours mal de tuer. Toutes les formes de meurtre m'offensent, moi, votre Dieu, et vous éloignent de Moi.


Dieu le Père, 2 avril 1995
L'avidité et l'envie

C'est l'avidité et la jalousie du prochain qui amènent les hommes à pécher autant. Ils veulent plus, toujours plus. Peu importe ce qu'il ont déjà, ils s'évertuent à obtenir davantage. Ce qui peut être une grâce pour ceux qui recherchent plus d'amour, de bonté, de joie, de vérité, de bonheur et de foi. Mais c'est un péché si ce plus pour soi signifie que d'autres ont moins, si c'est pour gaspiller plus et partager moins, si l'on a en vue sa propre gloire et non celle de Dieu, si on dépasse ses propres besoins.
En regardant ce qu'ont les autres, les hommes se disent qu'ils veulent en avoir autant. Et ils le prennent, insensibles aux maux de leurs frères et de leurs sœurs, indifférents à la souffrance des animaux et aux dommages causés à la planète. Insensibles à tout.
On commet tant de péchés par avidité ou jalousie, on provoque tant de douleur et de souffrance, tellement de choses qui retirent l'homme à Dieu et l'emportent dans les ténèbres éternelles.
Il faut que l'envie et l'avidité se changent en joie de donner et en satisfaction d'avoir ce que l'on a. Les hommes pourront alors reprendre le chemin du ciel.

Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messages Prophétique à Alan Ames

Message par Her le Jeu 16 Juin - 8:45

http://www.temoins-amour-esperance.org/Francais/Messages_fichiers/Messages_fr-AlanAmes_6.htm

Dieu le Père, 2 avril 1995
Actes immoraux

Dieu a créé l'homme pour la femme et la femme pour l'homme. L'humanité a été créée de telle façon que l'homme et la femme qui s'aiment puissent devenir un avec Dieu. Elle a été créée pour apporter l'amour au monde en la personne de mes petits. L'homme a été fait pour féconder de sa semence et la femme pour porter en son corps ce qui est l'avenir de l'humanité. L'homme et la femme sont chacun une moitié de l'équation. Tous deux égaux et tous deux unis pour être un avec Dieu dans la création. S'il avait dû en être différemment, Dieu aurait fait les choses en conséquence.
Ceux qui mènent une vie immorale avec des partenaires du même sexe sont une insulte à Dieu et une offense à toute la création. Leurs actes immoraux placent leurs esprits mêmes dans les mains du Mauvais. Pour beaucoup désormais, cette offense à Dieu, à tous, est devenue acceptable. On va jusqu'à l'afficher en pleine rue. Les lois humaines acceptent cette union et lui donnent même le statut de famille. Plus on approuve ce péché, plus grande est l'attraction qu'il exerce auprès d'un nombre grandissant de personnes. N'est-ce pas là la façon de faire du Mauvais ?
Beaucoup de gens faibles et vulnérables sont conduits par les ténèbres à mener ce genre de vie, une façon de vivre qui en réalité conduit à la mort éternelle. On fait croire à ces gens qu'il est correct de se conduire de cette façon.
Ces gens ont besoin d'amour et de compréhension pour être ramenés dans la lumière de Dieu. C'est du devoir de tous les chrétiens de faire ce qu'ils peuvent pour aider ces enfants égarés à retrouver leur Dieu.
Quel sourire arbore le diable chaque fois qu'une âme se tourne vers cette perversion, ce mal qui offense Dieu si gravement ! Quel sourire il a devant le nombre de ceux, si nombreux, qui se laissent si facilement conduire sur ce chemin ! Comme il sourit en voyant l'humanité fermer les yeux devant ce péché ! Comme il sourit !


Dieu le Père, 2 avril 1995
L'abus de substances chimiques

Le corps de l'homme est le temple de Dieu. Le corps a été donné pour que l'homme en prenne grand soin et le garde pur devant Dieu. Chaque corps est créé en vue de satisfaire tous les besoins physiques de l'homme, chaque corps est créé par Dieu.
Quand on prend des substances qui ne sont pas destinées au bien-être ou à la santé du corps, c'est comme si on disait à Dieu : « Je ne respecte pas le cadeau que tu m'as fait.»
Tout ce qui est avalé et qui n'est pas pour l'accomplissement de l'amour de Dieu à l'intérieur du temple, c'est-à-dire du corps, vient du Mauvais. Ces substances semblent si attrayantes. On se sent bien, elles font oublier les problèmes, elles rendent euphorique, mais le prix à payer sera souvent plus élevé que vous ne pensez. Ce pourrait être votre âme, votre esprit même.
N'est-ce pas cela le chemin du péché, si attrayant à première vue, mais avec toujours le prix à payer.
Si seulement les hommes tournaient les yeux vers Dieu en s'ouvrant totalement à son amour, ils trouveraient toute l'exaltation, l'amour, le bien-être, l'euphorie qu'il est possible de désirer. Etre rempli de l'amour de Dieu est un état qui ne souffre pas de comparaison, et qui, une fois trouvé, ne peut jamais être perdu.


Dieu le Père, 2 avril 1995
Le choix de l'humanité

II semble donc que l'humanité soit perdue dans le péché, car la plupart des hommes, ou pèchent, ou vivent dans le péché, l'admettent ou l'ignorent. La plupart ne voient plus le péché en tant que tel, mais juste comme quelque chose qui fait partie de l'existence ou qui participe de la recherche par l'homme de son destin. Le péché devient pour un grand nombre le compagnon d'existence et pour beaucoup une chaîne mortelle.
Le péché s'est emparé du monde et le monde, dans sa faiblesse et son aveuglement, l'accueille. L'humanité ferme son cœur à l'amour et au bien et ouvre son cœur au péché et à la souffrance.
Le péché ne cesse de grandir depuis des siècles. En réalité il est toujours le même. Le péché est de même nature aujourd'hui qu'au temps de Sodome et Gomorrhe. C'est le même aujourd'hui qu'aux jours de Moïse. C'est le même péché, mais pour l'accepter, on lui donne simplement des noms et des justifications différents.
Le péché est dans l'air même que vous respirez, la nourriture que vous mangez, les drogues dont vous abusez, le prétendu amour que vous éprouvez dans vos relations immorales. Il est dans la contraception et l'avortement que vous utilisez afin d'améliorer votre vie ici-bas, dans les guerres que vous faites parce que vous vous détestez ou pour ce que vous prétendez être une juste cause. Il est dans le meurtre des jeunes et des vieux, le meurtre des handicapés ou des infirmes, le meurtre de ceux qui désirent ce que vous avez. Le péché est dans les changements que vous faites subir à la création pour subvenir aux besoins de l'humanité, dans la modification du projet de Dieu pour le monde. Il est dans le refus de Dieu et le rejet de ses commandements.
Le monde nage dans le péché. Le monde ouvre les bras au diable et à ses serviteurs. Le monde a été prévenu à maintes reprises. Il a vu les résultats du péché avec toutes les guerres, les famines, les pestes et les désastres qui surviennent. Et pourtant il continue d'embrasser et d'accueillir le péché. Beaucoup dans le monde deviennent les esclaves de Satan, consciemment ou non.
Le Seigneur votre Dieu vous demande à présent de réexaminer la façon dont vous vivez, de revoir votre existence. Il vous demande de passer en revue ce que vous acceptez et ce que vous refusez, les lois que vous adoptez et ce que vous vous imposez. L'humanité a besoin de bien réfléchir et longuement sur ce qu'elle s'inflige à elle-même et sur ce qu'elle fera quand on lui demandera d'en payer le prix.
Votre Dieu vous demande de regarder son Fils, Jésus, de regarder votre Sauveur, votre Rédempteur en lui demandant sa miséricorde.
Ceux qui vivent dans le péché, qui vivent dans l'immoralité, qui commettent des actes immoraux, qui désobéissent aux commandements de Dieu, qui le rejettent avec mépris, le renient et se détruisent eux-mêmes, doivent prendre le temps de regarder leur vie. Ils doivent s'arrêter un instant et regarder leurs péchés, ils doivent s'interrompre un moment et regarder leur avenir, puis décider s'ils veulent vivre éternellement dans la joie et l'amour, ou dans la douleur ou la souffrance.
Ceux qui feront le bon choix et se tourneront vers Jésus en lui demandant son pardon le trouveront qui les attend. Jésus aspire à aider tous les enfants de Dieu, ses enfants. Jésus meurt d'envie de les aider. Demandez-le-lui, demandez-le-lui.


Le Seigneur Jésus, 8 avril 1995

La vérité est une arme puissante,
La foi représente les munitions et l'espérance est le but.
Utilisez l'arme de la vérité avec la foi et l'espérance.


Le Seigneur Jésus, 10 avril 1995

Qu'est-ce que vous pouvez craindre avec le bras de Dieu autour de votre cou qui vous montre le chemin ?
Comment pouvez-vous avoir peur avec le Cœur de Dieu grand ouvert pour vous ?
Comment pouvez-vous échouer avec la main de Dieu posée sur votre âme ?


Le Seigneur Jésus, 10 avril 1995

Vivre du Pain de vie est le vrai régime de vie.
Vivre du Sang du pardon est le meilleur régime de vie.
Vivre de la fontaine de l'amour est le bon régime de vie.
Je suis le Pain de vie. Je suis le Vin du pardon. Je suis la fontaine de l'amour. Je suis Jésus.


Dieu le Père, 10 avril 1995

Dans l'Eucharistie, on peut trouver le festin de l'amour. Dans la vérité, on peut trouver le banquet de la joie. Dans les souffrances de Jésus, on peut trouver la fête de la miséricorde.
L'Eucharistie est la vérité des souffrances miséricordieuses de Jésus.


Dieu le Père, 12 avril 1995

Mon Fils Jésus a pris sur lui toutes les douleurs et les souffrances de sa Passion pour que mes enfants puissent rentrer chez eux, auprès de moi.
Mon Fils Jésus a pris dans son Cœur tous les péchés des hommes et toutes leurs afflictions pour que le mal puisse être vaincu.
Mon Fils Jésus a pris dans son âme tous les besoins des hommes et tous leurs désirs pour que son Père puisse les satisfaire.
Jésus aujourd'hui ouvre à nouveau le fond de son Cœur aux hommes et témoigne une nouvelle fois de l'ardeur de son amour pour mes enfants.
Jésus aujourd'hui souffre à nouveau pour laver les hommes de leurs péchés et de leurs afflictions.
Jésus aujourd'hui dit aux hommes : « Je vous aime, aimez-moi.»


Le Seigneur Jésus, 21 avril 1995

Vous apprendrez à voler à l'ombre de mes ailes. Vous apprendrez à rayonner sous mes ombrages. Vous apprendrez à donner au pied de ma Croix.


Le Seigneur Jésus, 22 avril 1995

Le Cœur du Sauveur parcourt le monde à la recherche de l'amour.
L'Esprit du Seigneur marche aux côtés de tous les hommes. L'amour de Dieu tend la main à chacun en particulier.
Prenez la main qui vous est offerte, prenez l'amour qui est là et faites un pas vers la joie éternelle.


Le Seigneur Jésus, 22 avril 1995

Des gouttes de joie éternelle sont placées dans l'âme des hommes. Des voiles d'affliction les recouvrent.
Des dons d'amour éternel sont placés dans l'esprit des hommes. Des voiles de haine et de colère les dissimulent. Les vérités de Dieu sont placées dans le cœur des hommes. Les voiles du péché les cachent.
Soulevez ces voiles et soyez libres dans l'amour de Dieu, la joie et la vérité.


Le Seigneur Jésus, 27 avril 1995

La Mère de Jésus est une mère si exceptionnelle. Ma douce Maman qui a consacré toute sa vie à Dieu, ma douce Maman qui a tout donné à Dieu. En donnant naissance au Fils de Dieu, ma Mère s'est placée au-dessus de toutes les autres. Dieu a choisi Marie dès avant sa naissance, pour qu'elle soit immaculée. Il l'a choisie pour être la nouvelle Eve. Il l'a choisie parce qu'elle était pure.
Marie qui était sans péché, contrairement aux autres hommes, nés avant et après elle. Ma Mère, si innocente, si pure, si exempte de péché. L'acte par lequel elle a mis au monde le Fils de Dieu, élève ma Mère au-dessus de toutes les autres. Les actes par lesquels elle m'a nourri, s'est occupée de moi, s'est entièrement donnée à moi tandis que je grandissais, élève Marie, ma Mère, au-dessus de toutes les autres. L'acte par lequel elle m'a accompagné sur le chemin du Calvaire sans supplier qu'on me rende la liberté, sans se plaindre et sans reprocher mes souffrances à Dieu, élève ma Mère au-dessus de toutes les autres. L'acte par lequel elle a déposé mon corps dans la tombe, confiante que Dieu me ferait revenir, élève ma Mère au-dessus de toutes les autres. L'acte par lequel elle a réconforté et fortifié mes disciples qui attendaient, incertains de ce qu'ils deviendraient après mon Ascension au ciel, élève ma Mère au-dessus de toutes les autres.
En enlevant Marie au ciel, avec moi, j'ai élevé ma Mère au-dessus de toutes les autres. Quand on ignore ma Mère, on me blesse, autant que le serait un homme dans le même cas. Imaginez qu'un ami vous rende visite et que votre mère l'accueille chez elle, et que cet ami vous aborde directement sans faire attention à elle, n'en seriez-vous pas froissés ? Imaginez que votre mère offre des cadeaux à vos amis et qu'ils lui tournent le dos, ne seriez-vous pas blessés ? Imaginez que des amis blessés arrivent chez vous et que votre mère leur offre ses soins et son réconfort, mais qu'ils l'ignorent en ne réclamant que votre aide à vous, n'en seriez-vous pas offensés ?
C'est la même chose avec ma Mère. On m'offense quand on l'ignore. On me blesse quand on la renvoie. On m'offense quand on la méprise. Dieu a choisi ma Mère, Dieu l'a élue, alors montrez-lui le respect qu'elle mérite, le respect que mérite la Mère de Dieu. Quand vous priez par l'entremise de ma Mère, vous lui demandez de vous aider, d'intercéder pour vous, de prier Dieu qu'il vous aide. Dieu, qui a tant exigé de Marie, aspire à donner tant de choses par son intermédiaire. Marie, un être humain privilégié, qui n'est pas Dieu, mais qui est, oh, un être si exceptionnel !


Dieu le Père, 2 mai 1995

… Aimez votre Dieu, aimez votre prochain et vivez une vie d'amour sans tenir compte de ce que les autres vous font. Voilà ce qu'est le message des apôtres, le message que je vous ai envoyé par l'entremise de mon Fils Jésus pour vous indiquer le chemin qui vous conduit à la Maison, chez votre Dieu au ciel. C'est le message dont tous devraient vivre. Le message qui est si clair, si évident et si vrai que personne ne devrait mal l'interpréter.


Le Seigneur Jésus, 4 mai 1995

C'est dans l'Eucharistie que vous trouverez la force que vous recherchez. C'est dans l'Eucharistie que vous trouverez l'amour dont vous avez besoin et la joie que vous désirez. Car je suis l'Eucharistie.


Le Seigneur Jésus, 4 mai 1995

Le temps de l'amour est proche, le temps de la joie de l'amour arrive, le temps de la plénitude de l'amour est en vue.
Le chemin va s'éclaircir, il va devenir manifeste, le chemin va se faire vision de beauté. Prenez ma force et trouvez le chemin à temps. Prenez le temps de rechercher ma force et de découvrir le chemin.


Notre-Dame, 9 mai 1995

Ils tendent la main vers l'amour, ils tendent la main pour appeler au secours, ils tendent la main pour comprendre.
La plupart de mes enfants ont besoin d'aide pour comprendre ce qu'est vraiment l'amour. La plupart ont besoin d'amour pour les aider à comprendre et le plus grand nombre a besoin de comprendre que l'amour vient au secours de tous. La plupart de mes enfants ont besoin de comprendre que Jésus est amour et que Jésus aime à venir en aide à tous.


Le Seigneur Jésus, 10 mai 1995

Le pardon et non la haine, l'amour et non le dégoût, l'amitié véritable et non l'animosité, voilà mes chemins. Ils doivent devenir les vôtres.
Vous devez m'imiter pour faire mon travail. Vous devez me suivre. Et vous devez m'aimer.


Le Seigneur Jésus, 20 août 1995

… Les hommes, dans leur suffisance, se regardent en disant : « Nous sommes maîtres de tout, nous pouvons répondre à tout, nous pouvons être comme des dieux.» Quels enfants, quels sots ! Quels enfants insensés que ceux qui suivent ce chemin, le chemin qui conduit loin de Dieu, le chemin de l'autodestruction.
Pourquoi les hommes veulent-ils être maîtres de tout ? Quel bien en tireront-ils s'ils ont perdu l'amour ? Pourquoi les hommes veulent-ils trouver des réponses à toutes les questions ? Quel bien en tireront-ils s'ils ne peuvent les utiliser avec amour ? Pourquoi l'homme veut-il être l'égal de Dieu alors qu'il peut vivre éternellement dans l'amour divin et être heureux pour toujours ?
L'humanité a tant perdu pour s'être efforcée de découvrir davantage. Pour l'amour de ce qu'elle pourrait avoir ou trouver, elle a donné pour rien le plus merveilleux des trésors. Il faut seulement que l'homme comprenne que tout est là pour lui, que c'est dans l'amour de Dieu que tout l'attend.
Comment les gens peuvent-ils se tourner vers leurs prétendus dieux alors que le seul vrai Dieu ne leur offre qu'amour, joie et bonheur ? N'est-ce pas suffisant ? Pourquoi les hommes cherchent-ils à avoir davantage ? Qu'offrent-ils aux hommes, ces autres dieux, trompeurs en réalité, pour les soustraire au vrai Dieu ? Le pouvoir, les richesses, la gloire en général. Vous voulez en faire à votre tête et satisfaire votre propre contentement, sans vous soucier des autres. C'est la pression parfois exercée sur vous qui vous pousse à vouloir être comme les autres pour qu'on ne dise pas de mal de vous. Tout cela vient de votre moi, que ce soi le moi de l'avidité, le moi de vos désirs charnels ou le moi du pouvoir. Ou est-ce alors votre faiblesse qui vous pousse à l'accepter ? Les hommes, qui ne cessent de chercher — mais au nom de leur égoïsme et non au nom de l'amour — dans leur faiblesse et non dans la force de Dieu. L'humanité, perdue le long du chemin, mais incapable de voir la situation difficile dans laquelle elle se trouve.
Quand l'humanité comprendra ce qu'elle se fait à elle-même et ce qu'elle fait à Dieu, qui l'aime et rien d'autre, elle connaîtra l'un des moments les plus tristes et pourtant l'un des plus doux de son existence.
L'un des moments les plus tristes, parce que l'humanité réalisera les peines et les souffrances qu'elle s'est attirées en acceptant le péché. Elle se rendra compte que tout cela aurait pu être évité, puis donnera son adhésion aux souffrances que Dieu a dû endurer sur la Croix à cause de ses faiblesses. La vision de tout ce qu'a dû supporter Dieu à cause de la témérité de ses enfants suffira en elle-même à lui briser le cœur.
C'est le moment aussi où l'humanité connaîtra la joie la plus douce, parce que presque tous rechercheront le pardon, presque tous désireront revenir à Dieu, presque tous rejetteront le mal; tous excepté ceux qui sont tellement enfoncés dans le péché qu'ils ne pourront ni ne voudront admettre la vérité, la vérité de Dieu. Quel moment merveilleux que celui où les enfants reviendront au Père à travers Jésus, par la grâce de l'Esprit-Saint, et où ils demanderont de faire partie à nouveau de la famille de Dieu. Le retour des enfants perdus, les enfants prodigues rentrant à la maison, quelle fête au ciel et sur la terre !
Quel bonheur pour tous ceux qui reviendront à Dieu, quelle joie, quel amour !
Voilà ce que Dieu attend avec impatience. Voilà ce que Dieu veut pour ses enfants. C'est l'heure qu'attend toute la création, l'heure de l'amour.


Le Seigneur Jésus, 10 septembre 1995

Le Cœur de Jésus attend de vous porter secours. Le Cœur de Jésus est grand ouvert et attend de vous embrasser tous avec amour. Le Cœur de Jésus est là qui aspire à l'amour de ses enfants. Cachez-vous dans ce Cœur et trouvez-y la vraie vie qui vous attend tous. Cachez-vous dans le Cœur de Jésus et trouvez le ciel. C'est en vous plaçant tout entier dans le Cœur de Jésus et en permettant tout ce qu'il désire pour votre vie, que vous trouverez la vérité de l'amour de Dieu. Votre vie alors deviendra celle de Jésus. Chacune de vos respirations sera pour Jésus, chacun de vos instants sera pour lui, chaque battement de votre cœur. Quand vous faites cela, rien ne peut vous faire de mal, rien ne peut vous détruire, rien ne peut vous enlever à Dieu. Chacun de vos regards est un regard d'amour, chacune de vos paroles, une parole d'amour et chacune de vos pensées, une pensée d'amour. C'est pour cela que vous avez été créés, c'est la manière dont vous êtes censés vivre, c'est cela le vrai moi que la plupart refusent ou dissimulent, mais qu'ils peuvent libérer dans une explosion d'amour en le remettant dans le Cœur de Jésus.
Pensez à ce que serait l'existence si chacun était désireux d'aider, désireux d'aimer, de partager. Imaginez cela et songez qu'il peut en être ainsi, que cela peut devenir réalité, la vie d'ici-bas.
Il suffit que chacun vive de cette manière, que chacun relève le défi, sans attendre que les autres commencent. Si chaque individu agit ainsi, cela se répandra d'abord comme l'ondulation légère de l'eau sur un étang puis grandira, grandira jusqu'à devenir une vague d'amour qui inondera la terre en rapportant la paix et la joie aux hommes. Il suffit que chaque personne dise : « Aujourd'hui, je vais commencer à changer, je vais me mettre dans le Cœur de Jésus et le laisser conduire chacun de mes pas dans la vie. Aujourd'hui je vais me mettre à aimer, aujourd'hui je m'engage dans la lutte du bien contre le mal. Aujourd'hui je rejoins l'armée de l'amour divin et je deviens un signe d'amour dans le monde.» Il y aura des moments difficiles, des moments de colère, des moments où vous aurez mal, des moments de doute. Dans ces moments-là, représentez-vous le Cœur de Jésus et pénétrez à l'intérieur. Puis songez à la façon dont Jésus agissait et à ce qu'il ferait dans un pareil moment, et vous trouverez la force de vaincre dans l'amour de Jésus. C'est en faisant cela que vous montrez que vous êtes un véritable enfant de Dieu, que vous montrez que vous êtes véritablement les choisis de Dieu, que vous appartenez véritablement à Jésus. C'est ainsi que l'ondulation de l'eau se transforme en vague. C'est ainsi que la Parole de Dieu atteint tout le monde, c'est ainsi qu'est vaincu le mal, non pas avec la colère, non pas avec la haine, mais avec l'amour, toujours l'amour.


Le Seigneur Jésus, 24 septembre 1995

… En grandissant l'enfant subit l'influence de ceux qui l'entourent. Il subit les attaques incessantes du Mauvais, car celui-ci connaît la valeur que Dieu attache à une personne. La lutte entre le bien et le mal est constante. L'enfant, petit, ne peut se défendre lui-même, aussi Dieu, dans sa miséricorde, lui donne-t-il un ange pour veiller sur lui et le protéger. La bataille fait rage autour de l'enfant, avec l'ange qui tient bon dans l'amour de Dieu pour le défendre. L'enfant, quand il commence à se développer, devient participant de cette lutte. Il entre petit à petit dans la bataille tandis que l'ange se retire lentement. Cela pour que la personne puisse développer ses propres forces dans l'amour de Dieu, les forces qui l'accompagneront jusqu'à la porte du ciel. Des erreurs seront faites, des péchés seront commis, car cela fait partie de la croissance de l'enfant. Comme les péchés s'accumulent, l'âme aspire à être purifiée, à être débarrassée du poids de ces fautes. Dieu, dans sa miséricorde, donne le sacrement de la Réconciliation, sacrement qui a pour but d'ôter à l'âme ce fardeau en lui permettant de se développer toujours davantage dans l'amour de Dieu. L'Esprit-Saint remplit l'âme de celui qui a péché en lui retirant toute la souffrance, toute la confusion et en lui montrant la miséricorde aimante de Dieu. Cela se produit quand la personne confesse sincèrement ses péchés et qu'elle essaie de ne plus recommencer. Si elle se confesse, mais avec l'intention de continuer à pécher, ce n'est pas une vraie confession et la tache du péché demeure, et souvent grandit. Le sacrement de la Réconciliation est donc là pour purifier, pour remplir du Saint-Esprit et rapprocher de Dieu. La confession fortifie aussi la personne pour les luttes qui l'attendent et qui dureront jusqu'à ce qu'elle parvienne à la vie future. La confession est un don pour guérir, fortifier, purifier et rapprocher de Dieu.
C'est la nourriture spirituelle et non la nourriture corporelle qui fait vivre une personne. Aussi Dieu, dans sa miséricorde, pourvoit-il pour tous à la nourriture de la vie, dans la sainte Communion. En recevant le pain et le vin dans le sacrement de l'Eucharistie, la personne reçoit la grâce des grâces, la grâce d'être une en Dieu, d'être unie au Seigneur. Quand la personne s'ouvre complètement à Dieu en laissant le pur amour divin remplir tout son être, la force de Dieu la soulève à un niveau supérieur, l'élève à la gloire de Dieu, la soulève dans les hauteurs pour la préparer à la prochaine lutte. C'est quelque chose de si particulier que d'avoir son être même rempli de Dieu que le Mauvais essaiera d'autant plus de détruire cette âme. La réponse à cela, c'est de recevoir le Seigneur de plus en plus souvent, de façon à être si fort dans l'amour de Dieu que le Malin ne puisse vous nuire. La communion à Dieu est un don unique fait à l'humanité, un cadeau qui est là pour nourrir l'âme même de l'homme…

Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messages Prophétique à Alan Ames

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:15


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum