Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Her le Mar 14 Juin - 20:14

Bonjour,

J'ai trouvé cette description pertinente :

////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Par Anne Onime 1 le Ven 8 Avr - 0:29

Le Roi attendu... je ne l'imagine pas, je le vois :

Il est d'une sagesse sans comparaison avec aucune autre de ce monde car il a été purifié / initié par l'Esprit Saint durant son exil ( qui lui fut imposé pour le préparer à être l'Elu du Christ pour la fin des temps. Son exil a été ordonné par Dieu dans ce seul but). Son symbole est le Lys.

Il a été et est encore méprisé, humilié, à l'image et de tous temps du Christ dans "le monde".

Il est infiniment doux et humble. Il porte en lui l'innocence de l'Enfant, la Sagesse et la Puissance du Christ. L' Esprit saint Seul l'inspire.

Il n'a donc rien du monarque qui assujettit son peuple, mais sera le premier serviteur de son peuple.

Son incomparable sagesse, l'incommensurable beauté de son âme est un feu qui purifiera la vision que l'homme a de la vie.

Ceux (du monde) qui ne s'y soumettront pas fuiront loin car il n'y aura pas de place pour eux dans Son Royaume. Leurs petites affaires s'arrêteront là, à la porte de Son Royaume. Il les repoussera naturellement.

Son armée et ses électeurs silencieux viendront du Ciel, du coeur des petits du Christ, les doux et humbles de coeur, les méprisés et opprimés.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Her le Mar 14 Juin - 20:16

par Anne Onime 1 le Ven 8 Avr - 9:45

Pour en revenir au grand Monarque, sa Voie étant Celle du Christ et de Sa Sainte Mère, il est ou sera aisé de le reconnaître. Le Christ est sa Cause comme la Cause du Christ est celle de l'Homme. Enfin, c'est ainsi que je le pressens, ressens, reçois et comprends. Il suffit de voir le Christ Roi pour reconnaître la vraie nature ou filiation du grand Monarque qui nous est promis. Et bien sûr, il est donc très beau, de cette beauté surnaturelle, humble, la seule : Celle qui incline naturellement nos âmes. A cela aussi nous le reconnaissons, reconnaîtrons.

//////////////////////////////////////////////////////////

par Anne Onime 1 le Dim 5 Juin - 12:50

Je le vois car l'ai reconnu. Il se révèle aussi à, en moi, car je l'aime de cet Amour que m'inspire la Sainte Famille.

Suite de mes inspirations :

Comme le Christ, le Roi est "connu" et "ignoré" par le plus grand nombre.

Il est "connu" mais "non reconnu".

Il n'est caché qu'à ceux qui ne peuvent pas encore le reconnaître, mais qui l'accueilleront avec grand soulagement, ainsi qu'il est écrit : " quand tout semblera perdu."

Il est le Père du peuple français par la Grâce Divine, dans la filiation de Saint Louis : "Ses préoccupations à chaque souffle, de sa vie, sont celle d'un père pour ses enfants. Il est le Père de notre Nation et en lui tout est Amour et Paix."

A l'Image du Christ et Sa Sainte Mère, son Coeur est donné à la France depuis son berceau.

Il est dans notre époque, et donc, de notre temps. Il n'est plus jeune, mais son âme est d'une immense pureté, bonté, elle est éternellement jeune.

A ceux qui l'ont reconnu il inspire l'Amour de Haute Fraternité en Christ.

L'Amour qu'il m'inspire est ma prière élevée haut dans le Ciel. Qu'il retombe sur la France et le monde entier.

Amen.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Il vous entend !...

Message par Atlas le Jeu 8 Sep - 9:59

Merci a vous. Retranché dans sa solitude et sa souffrance, chacun de vos mots le réconforte. Il porte les hommes et Dieu en lui, et il est déchire par les fautes humaines et de ce manque d'amour. Lui seul qui il est et quand il a ose se confié on s'est moque de lui. Merci a vous tous. Il porte nos ténèbres et n'a plus de force. Priez pour lui. Demandez que son jour arrive sans tarder car chaque jour EST UN ENFER POUR LUI.
avatar
Atlas

Messages : 9
Date d'inscription : 08/09/2011
Age : 48
Localisation : ANGOULEME

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Elyos le Jeu 8 Sep - 21:17

atlas a écrit:Merci a vous. Retranché dans sa solitude et sa souffrance, chacun de vos mots le réconforte. Il porte les hommes et Dieu en lui, et il est déchire par les fautes humaines et de ce manque d'amour. Lui seul qui il est et quand il a ose se confié on s'est moque de lui. Merci a vous tous. Il porte nos ténèbres et n'a plus de force. Priez pour lui. Demandez que son jour arrive sans tarder car chaque jour EST UN ENFER POUR LUI.


Bonsoir Atlas
Comment se sentiment de solitude et de souffrance du GM vous est il venue ?
Votre texte est suffisamment limpide pour porter à réflexions et interrogations,
Il porte nos ténèbres et n'a plus de force. Priez pour lui. Demandez que son jour arrive sans tarder car chaque jour EST UN ENFER POUR LUI.
Si j’avais du écrire sur le GM j’aurais écris exactement la même chose sans changer la moindre virgule.
Meilleurs sentiments
ELYOS
avatar
Elyos

Messages : 34
Date d'inscription : 24/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Il vous entend !...

Message par Atlas le Ven 9 Sep - 11:42

Elyos a écrit:
atlas a écrit:Merci a vous. Retranché dans sa solitude et sa souffrance, chacun de vos mots le réconforte. Il porte les hommes et Dieu en lui, et il est déchire par les fautes humaines et de ce manque d'amour. Lui seul qui il est et quand il a ose se confié on s'est moque de lui. Merci a vous tous. Il porte nos ténèbres et n'a plus de force. Priez pour lui. Demandez que son jour arrive sans tarder car chaque jour EST UN ENFER POUR LUI.


Bonsoir Atlas
Comment se sentiment de solitude et de souffrance du GM vous est il venue ?
Votre texte est suffisamment limpide pour porter à réflexions et interrogations,
Il porte nos ténèbres et n'a plus de force. Priez pour lui. Demandez que son jour arrive sans tarder car chaque jour EST UN ENFER POUR LUI.
Si j’avais du écrire sur le GM, j’aurais écris exactement la même chose sans changer la moindre virgule.
Meilleurs sentiments

ELYOS


Bonjour à toi. Si je sais pour sa souffrance ce st que je suis comme connecte à lui comme plusieurs personnes sur ce site car j'y ai lu des descriptions assez justes. Oui ! il nous entend et attend qu'on le trouve. Il est né comme un humain avec une enfance bien triste sans amour ni justice, bien qu'en lui seul l'amour et la justice régnaient, ce qui l'a poussé à chercher à l'intérieur de lui. Il a toujours pressenti qu'il était différent mais le monde lui disait que non, et a l'âge de 23 ans, il a rencontre son âme et ses souvenirs lui sont remontés pendant 21 jours. Pendant ce labs de temps, il fut un avec tout, il etait tout et donc le bien comme le mal. Depuis il porte l'humanité en lui, conscient en permanence du deux et du un. Déchiré entre l'homme et Dieu. Il ne peut renaitre sans nous. Il suffira d'un être qui le voit tel qu'il est vraiment pour qu'il renaisse. Il nous entend car il est connecté à toutes choses. Rendons lui son pouvoir. C'est à nous de l'aider pour qu'il puisse nous aider. Ne le tachons plus de souffrance mais plutot de résurrection. Il nous envoie en permanence des visions qui nous permettent de le trouver. Nous pouvons lui parler par télépathie, il nous entend, et il nous attend. C'est à nous de la couronner roi. Dieu l'a déjà fait mais l'homme non, car l'homme juge sur l'apparence et ce grand monarque doit etre vu avec les yeux du coeur car son apparence n'est en aucun cas celle que l'on attend. Plusieurs êtres ont vu son âme et en ont eu peur l'accusant d'être le diable ou un magicien. Oui ! ils ont vu et l'ont méprise. Â nous de le voir tel qu'il est car il est amour. Et à cause de cet amour, il est prisonnier de nos errances car celui qui a conscience de la faute devient le coupable de cette faute. Aidons-le. Bien à toi. Atlas
avatar
Atlas

Messages : 9
Date d'inscription : 08/09/2011
Age : 48
Localisation : ANGOULEME

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Her le Ven 9 Sep - 12:31

Bonjour à vous deux, Elyos et Atlas,

J'ai le sentiment que nous dérivons un peu !...

Le règle d'or est celle donnée par Mama Rosa à san Damiano : "Souffrir, Offrir, Prier et faire silence !"

Depuis la prison des Tours du Temple, je pense qu'en plus de deux siècles, plusieurs prétendants se sont succédés dans cette lignée cachée de la descendance de l'infortuné Louis XVII. Chacun a su tenir son rang, ses responsabilités et son devoir d'état, dans le silence, la souffrance et l'abnégation.

Dans ce combat spirituel, nous atteignons aujourd'hui la dernière ligne droite et il y a en piste de nombreux prétendants.

Le Vainqueur sera celui qui saura et sera resté jusqu'au bout dans ce silence surnaturel dans lequel on entend Dieu.

Je souhaite que ce blog, perdu au milieu de l'océan des tempêtes de ces temps d'agitation, de confusion et de grandes tribulations, perdure en restant un sanctuaire à la gloire des messages prophétiques des messagers de Dieu, et de ce Dieu qui est un Dieu d'ordre et non de désordre et qui est en train de dérouler et de conclure son Plan Divin sous nos yeux.

Dans nos mystères, il ne s'agit donc pas d'ambition personnelle mais de savoir devenir des serviteurs inutiles, dans la confiance et l'abandon...

Meilleures pensées
Hercule
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Atlas le Ven 9 Sep - 12:37

Hercule a écrit:Bonjour à vous deux, Elyos et Atlas,

J'ai le sentiment que nous dérivons un peu !...

Le règle d'or est celle donnée par Mama Rosa à san Damiano : "Souffrir, Offrir, Prier et faire silence !"

Depuis la prison des Tours du Temple, je pense qu'en plus de deux siècles, plusieurs prétendants se sont succédés dans cette lignée cachée de la descendance de l'infortuné Louis XVII. Chacun a su tenir son rang, ses responsabilités et son devoir d'état, dans le silence, la souffrance et l'abnégation.

Dans ce combat spirituel, nous atteignons aujourd'hui la dernière ligne droite et il y a en piste de nombreux prétendants.

Le Vainqueur sera celui qui saura et sera resté jusqu'au bout dans ce silence surnaturel dans lequel on entend Dieu.

Je souhaite que ce blog, perdu au milieu de l'océan des tempêtes de ces temps d'agitation, de confusion et de grandes tribulations, perdure en restant un sanctuaire à la gloire des messages prophétiques des messagers de Dieu, et de ce Dieu qui est un Dieu d'ordre et non de désordre et qui est en train de dérouler et de conclure son Plan Divin sous nos yeux.

Dans nos mystères, il ne s'agit donc pas d'ambition personnelle mais de savoir devenir des serviteurs inutiles, dans la confiance et l'abandon...

Meilleures pensées
Hercule
bonjour je ne vois pas ou je derive en demandant aux gens de prier pour lui et justement de comprendre sa souffrance.je ne donne aucun nom ni aucun concept.je demande juste de la compassion pour cet etre qui souffre pour nous.c ets ce silence qui est insupportable.ne croyez vs pas qu il a besoin justement de savoir qu il est soutenu?,non vraiment je ne vois pas ou je m egare mais ok je me tais .portez vs bien.
avatar
Atlas

Messages : 9
Date d'inscription : 08/09/2011
Age : 48
Localisation : ANGOULEME

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

?

Message par Atlas le Ven 9 Sep - 12:44

a quoi sert un serviteur si il est inutile? celui qui peut soutenir par ses prieres et ne fait rien rien ne st til pas coupable des souffrances de celui qui nous aide??je ne me base que sur les prophetie et rien d autre et ne fais aucune propagande bien au contraire .j ai juste une immense compassion pour cet etre qui est seul entouré de serviteur inutiles.ben a vous.
avatar
Atlas

Messages : 9
Date d'inscription : 08/09/2011
Age : 48
Localisation : ANGOULEME

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

hercule

Message par Atlas le Ven 9 Sep - 13:03

tu as donne ta description du grand monarque car tu l imagine pas mais tu le vois.pourkoi je n aurai pas aussi le privilege de la voir ou plutot dans mon cas de le sentir??ma description est elle en desaccord avec la tienne pour etre juge d egarement .moi aussi je l imagine pas .je le sens .je croyais ce site dedie au grand monarque .restes donc un serviteur inutile et quand il sera present en face de nous j espere que ton inutilité lui sera utile.sincerement navré de ta reaction .je me tais donc puisque encore la loi du plus fort a gagné.je me plie a ton statut d administrateur tout pûissant.
avatar
Atlas

Messages : 9
Date d'inscription : 08/09/2011
Age : 48
Localisation : ANGOULEME

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Her le Ven 9 Sep - 20:22

http://www.entretienschretiens.com/

LA PARABOLE DU SERVITEUR INUTILE
_______________________________________________________________________________
Luc 17.5-10
Pour montrer l’attitude que devrait adopter le disciple à l’égard du service chrétien, Jésus enseigna la parabole du serviteur inutile. Cette histoire se trouve en Luc 17.7-10. Lisons-là à partir du v. 5.

Luc 17.5. Et les apôtres dirent au Seigneur, Augmente–nous la foi.
6 Et le Seigneur dit, Si vous avez de la foi comme un grain de moutarde, vous diriez à ce mûrier, Déracine–toi, et plante–toi dans la mer ; et il vous obéirait.
7 Qui de vous, s’il a un serviteur qui laboure ou fait paître les troupeaux, lui dira, quand il revient des champs : Viens tout de suite te mettre à table?
8 Ne lui dira–t–il pas au contraire : Prépare–moi le repas, mets–toi en tenue pour me servir, jusqu’à ce que j’aie mangé et bu ; après cela, toi, tu mangeras et boiras.
9 Aura–t–il de la reconnaissance envers ce serviteur parce qu’il a fait ce qui lui était ordonné ?
10 Vous de même, quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné dites : Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire.

Si vous aviez de la foi

Dans cette section, Jésus énonce divers enseignements à l’intention spécifique des disciples. En réaction, ceux-ci lui demandent, Augmente-nous la foi. Jésus parle alors de l’importance d’avoir la foi et de ce que la foi peut accomplir. Il poursuit ensuite son discours en racontant la parabole du serviteur inutile.

Quelle leçon doit-on retenir de cette parabole? En quoi est-elle liée à la requête des apôtres d’avoir plus de foi? C’est ce que nous allons étudier.

Penchons-nous d’abord sur les mots du v. 5. Les apôtres dirent au Seigneur : Augmente–nous la foi. Les apôtres avouaient par cette demande que leur foi n’était pas suffisamment grande. D’où provenait ce sentiment d’incompétence? Du fait qu’ils se croyaient incapables par eux-mêmes de suivre les instructions que Jésus venait de leur donner. Du v. 1 au v. 4, le Seigneur demandait aux citoyens de son royaume de ne pas être des occasions de chute pour autrui et d’être disposés à pardonner son prochain autant de fois que la situation l’exige. La perspective de devoir obéir à ces ordonnances semblait très difficile, voire impossible, aux apôtres. C’est pourquoi ils espéraient l’aide de Jésus pour avoir plus de foi.

Prêtez attention à sa réponse. Jésus ignore la demande d’une foi augmentée et parle simplement ‘d’avoir’ la foi. Si vous aviez de la foi comme une graine de moutarde… Introduite par le mot ‘si’, cette phrase hypothétique semble sous-entendre que les disciples n’avaient pas ce type de foi. On a l’impression d’entendre Jésus dire, ‘Vous n’avez pas de la foi comme une graine de moutarde’.

Ne trouvez-vous pas cela étonnant? La graine de moutarde était la plus petite semence connue des fermiers palestiniens. Est-il possible d’être un apôtre du Christ et avoir une foi dont la taille ne dépasse pas celle d’une graine de moutarde? Peut-on vraiment suivre Jésus et posséder une foi aussi minuscule?

Raisonner en ces termes, c’est mal comprendre les paroles de Jésus. Sa réponse ne devrait pas être interprétée comme une indication de l’absence de foi chez les apôtres ni de la grandeur de leur foi. Notez à nouveau que le Seigneur ne tient pas compte directement de leur préoccupation. La requête d’avoir plus de foi devient une occasion, pour Jésus, de souligner la nécessité d’avoir la foi, de la posséder véritablement. ‘Il s’agit moins d’une question de quantité de foi’, affirme-t-il, ‘que d’une question de qualité’. Si la foi est sincère, les effets de cette foi suivront.

Il importe peu que la foi soit grande ou petite. Ce qui compte, c’est sa qualité. À quoi bon décrire sa foi en la comparant au rocher de Gibraltar quand on sait qu’un rocher ne contient aucun élément vivant? Il est certes gros mais il ne grandira jamais. Sa taille ne peut pas se développer. Par contre, la petite graine de moutarde est complète en elle-même. Elle possède la vie. Si vous la placez dans la terre, elle va se mettre à croître.

Or ce genre de foi, une foi vivante, permet d’accomplir des prodiges. Le Seigneur Jésus affirme qu’une toute petite portion de cette vraie foi peut déraciner un arbre et le mettre dans la mer. Si vous aviez de la foi comme une graine de moutarde, vous diriez à ce mûrier : « Déracine–toi et plante–toi dans la mer », et il vous obéirait. Jésus fit une déclaration presque semblable dans l’évangile de Matthieu (Matthieu 21.21) où il est question de dire à une montagne de se jeter à la mer. Exprimé par le moyen d’une foi authentique, un tel exploit peut se produire.

Planter un arbre dans l’eau?

Regardons de plus près cette action qui consiste à arracher les racines d’un mûrier pour le planter ensuite dans la mer. Même si nous ne la prenions pas dans son sens littéral, nous devons admettre que le choix d’une telle image cause quelques froncements de sourcils. On n’a pas à y réfléchir très longtemps qu’elle soulève déjà certaines questions.

Écoutez attentivement les mots utilisés. … Plante–toi dans la mer. Il n’est pas dit que l’arbre allait ‘se jeter’ à la mer. Il devait s’y planter. Depuis quand plante-t-on des arbres dans l’eau? Dans la nature, les arbres poussent sur la terre ferme, et non pas dans l’eau. Il nous arrive parfois d’apercevoir des arbres entiers flotter à la surface d’une rivière, poussés par le courant d’eau. Mais ce n’est pas la même chose que de voir un arbre debout, planté dans l’eau. Jésus nous révèle ici que par un simple ordre verbal, si votre foi est sincère, vous pouvez commander un arbre de se planter (et non pas de ‘tomber’) dans la mer. Avouons que l’image est pour le moins inhabituelle.

Mais une autre question se pose. Pourquoi planter un arbre dans la mer? À quoi cette action peut-elle bien servir? À première vue, cela semble tout à fait futile. Est-ce que Jésus voulait vraiment que les disciples occupent une partie de leur temps à observer des arbres se planter dans la mer? Sinon, serait-ce une démonstration de la puissance de la foi pour convaincre le monde de l’existence de Dieu?

Nous devons donner ici un sens spirituel aux paroles de Jésus et interpréter ce passage en ayant à la mémoire le langage symbolique de la Bible. Jésus ne se limite pas à dire que la puissance illimitée de Dieu est accessible à celui qui possède une foi sincère. En cherchant une signification symbolique à sa déclaration, il est possible de dégager un autre point de vue.

Contre l’ordre de la nature

Dans la Bible, l’arbre a souvent un sens figuré et désigne l’être humain en général. Ainsi les hommes sont représentés par des arbres. En Psaume 1.3 par exemple, un passage bien connu, l’homme juste est comparé à un arbre planté au bord de l’eau. Dans le NT, le Seigneur décrit les bons disciples comme des arbres qui portent de bons fruits, tandis que les infidèles correspondent aux arbres qui en portent de mauvais (Matthieu 7.17).

Qu’arrive-t-il à l’arbre, le mûrier de notre passage en Luc 17.6? Il est transplanté, ou transféré si vous voulez, du sol où il pousse normalement à un lieu qui ne lui est pas naturel – dans l’eau. Ce transfert n’est-il pas justement un reflet de notre salut? En devenant un disciple du Christ, il se produit une transplantation, un déplacement de notre lieu d’origine vers un domaine entièrement nouveau. Paul l’écrit de cette façon en Colossiens 1.13. Il nous a en effet arrachés à l’empire des ténèbres et nous a transférés dans le Royaume de son Fils bien–aimé. Voilà une belle représentation de l’expérience du salut. Le chrétien vraiment régénéré est celui que Dieu a fait passer du monde dans le royaume de son Fils.

On se rappellera que l’enracinement, dans l’imagerie de la parabole du semeur, évoque l’idée d’une emprise. Considérons cela dans le contexte d’un arbre. Tout comme les racines d’un arbre se saisissent de la terre avec tous ses constituants, l’homme naturel se saisit des choses du monde pour se satisfaire. Il s’agrippe à ce monde – le royaume des ténèbres. À partir du moment où un individu s’engage à suivre Christ, celui-ci est ‘déraciné’ du monde. Pour employer les termes de Colossiens 1.13, on peut dire qu’il est ‘arraché à l’empire des ténèbres’.

Une fois déraciné, il est ensuite transporté dans un autre environnement. Or ce nouvel endroit ne lui est pas naturel. En Romains 11, Paul parle d’être ‘greffé contrairement à la nature’. Le chrétien est comparé dans ce passage à une branche d’un olivier sauvage qu’on retranche et qu’on greffe sur un olivier cultivé. Ce transfert défit les lois de la nature. Autrement dit, le salut n’est pas naturel à la nature humaine. Il se réalise quand nos racines sont arrachées de notre milieu naturel de vie, le monde des ténèbres, et qu’en même temps nous sommes transportés dans un autre milieu de vie, celui du royaume des cieux.

Lavé par la mer

Parlons maintenant d’un autre symbole biblique : l’eau. L’eau est souvent utilisée pour représenter la vie spirituelle. ‘Ceux qui ont soifs, qu’ils viennent à moi et boivent’, dit Jésus en Jean 7.37. À l’opposé, l’absence d’eau – la sécheresse – illustrée par une région désertique par exemple, fait allusion à la mort. Car sans eau, il n’y a pas de vie.

Mais l’eau a une autre signification dans les Écritures. Non seulement l’eau est-elle nécessaire à la vie, elle possède aussi la propriété de laver, de nettoyer. À cet égard, elle est utilisée symboliquement dans les pratiques rituelles de l’AT comme signe de la purification spirituelle. De la même façon, l’eau est présentée dans le NT comme un agent d’épuration. Elle purifie notre âme des souillures occasionnées par le péché.

On ordonne au mûrier de se planter dans la mer. Curieusement, il est question en 1Rois 7.23 d’une ‘mer’ située devant le temple. Il fit la mer de fonte. Elle avait dix coudées d’un bord à l’autre … cinq coudées de hauteur… Cette mer correspondait en fait à la cuve d’airain du tabernacle. Cet immense récipient mesurait donc 5 mètres de diamètre par 2.5 mètres de hauteur. Le mot ‘mer’ a ici un sens figuré. Il est appelé une mer à cause du grand volume d’eau qu’il pouvait contenir – 80000 litres! Les prêtres se servaient de son eau pour se laver, i.e. pour se purifier, avant d’entreprendre leur service.

Par ailleurs, la Bible mentionne l’existence d’une autre mer. Celle-ci se trouve non plus dans le temple mais devant le trône de Dieu. Elle est décrite en Apocalypse 4.6 par l’apôtre Paul qui a eu cette vision. Il y a encore devant le trône comme une mer de verre, semblable à du cristal. Cette mer est aussi claire que le cristal, symbolisant ainsi la transparence de l’autorité divine et sa capacité à purifier. Nous observons ainsi une similarité entre le rôle de la mer située devant le trône divin et celui de la mer du temple. Pour être admis dans la présence de Dieu, autant sur la terre que dans le ciel, tout doit être lavé – purifié – dans ces bassins d’eau.

Retournons maintenant à notre parabole. ‘Voici ce qui se passe’, nous dit Jésus. ‘Si vous aviez de la foi, vous pourriez dire à un arbre de se déplacer et il vous obéirait’. Prenez note de la façon dont cela se réalise. Une simple commande verbale suffit. Vous n’avez même pas à toucher l’arbre. Ne vous attendez pas à devenir, en raison de votre foi, une espèce de surhomme comme Samson qui aurait la force de déraciner un arbre et de le transporter dans l’eau. Vous n’avez rien à faire directement. Vous n’avez même pas besoin de bouger. Ce sont vos paroles qui font le travail. ‘Vous dites au mûrier, et il obéira’.

Pourquoi cet arbre obéirait-il? Parce que la puissance de Dieu est à l’œuvre en vous. C’est la puissance de Dieu qui accomplit ce miracle. Lorsque vous vivez en communion avec Dieu, votre foi vient à la rencontre de sa puissance et s’en empare. Et quand vous proclamez sa parole, des choses extraordinaires se produisent. Les gens commencent à changer. Ils naissent de nouveau. Le chrétien régénéré est comparable à un arbre qui a été déraciné et que la puissance de Dieu plante dans la mer, dans l’eau. Suite à ce transfert, il est sanctifié et obtient une vie nouvelle. Il est ainsi délivré du royaume de Satan pour être amené dans celui de Dieu. Vues dans leur sens figuré, voilà comment les paroles de Jésus peuvent être comprises.

Comparés à une graine de moutarde

Notez un autre point. La foi est ici comparée à une graine de moutarde. Si vous aviez de la foi comme une graine de moutarde… Nous retrouvons, dans l’enseignement de Jésus, une autre chose qui est comparée à une graine de moutarde. En Luc 13.19, le parallèle se fait avec le royaume de Dieu. A quoi est semblable le royaume de Dieu, et à quoi le comparerai–je? Il est semblable à une graine de moutarde, qu’un homme prend et met dans son jardin... Le royaume de Dieu est semblable à une graine de moutarde. Donc ces deux entités, la foi et le royaume de Dieu, sont assimilées au grain de moutarde dans l’évangile de Luc.

Quelle conclusion peut-on tirer de cette double analogie? Dans notre étude sur la parabole du riche insensé et Lazare, nous avions défini le royaume céleste sous l’angle de la royauté de Dieu. Il concerne la souveraineté divine dans la vie des disciples. Qu’en est-il de la foi? La foi y est liée étroitement puisqu’elle est la réponse pleine et entière du croyant à la royauté de Dieu et à sa souveraineté.

La foi et le royaume de Dieu sont dans les faits deux aspects de la même réalité spirituelle. Le royaume de Dieu, la seigneurie de Christ dans nos vies, n’a de sens que si nous y adhérons pleinement. Or la foi est l’expression de cette adhésion. Ma foi se manifeste lorsque je m’engage de tout cœur à faire de Jésus le Seigneur de ma vie. Vous comprenez maintenant pourquoi la graine de moutarde peut représenter d’un côté la seigneurie de Christ et de l’autre l’engagement à nous soumettre à son autorité.

Agir par devoir

Cette foi vivante, la foi qui anime les citoyens du royaume, possède un grand pouvoir. Le moindre degré de cette foi permet d’accomplir ce qui est hors du commun car elle puise sa puissance en Dieu. Comme avec Dieu rien n’est impossible, donc toutes choses sont possibles à celui qui peut croire réellement. Sachant que cela risque de donner aux disciples une raison de s’enorgueillir, le Seigneur Jésus raconte la parabole du serviteur inutile.

‘Supposons’, dit Jésus, ‘que l’un d’entre vous ait un serviteur à qui on a demandé de labourer la terre. À la fin de la journée, quand il revient des champs, allez-vous l’accueillir en lui préparant un repas? Bien sûr que non! Même s’il a travaillé rudement toute la journée, c’est encore au serviteur qu’il incombe de faire le souper pour vous. Il ne mangera que lorsque vous aurez terminé votre repas. C’est au maître que la priorité doit être accordée’.

Jésus pose ensuite une question qui vient exposer le point crucial de la parabole. ‘Devez-vous une reconnaissance particulière envers le serviteur d’avoir exécuter ce que vous lui avez ordonné de faire’? La réponse est encore une fois la même. ‘Bien sûr que non! Il n’a fait que son devoir. Vous n’avez pas à le remercier pour cela’.

Il faut se rappeler que cette analogie est tirée de la société d’alors où l’esclave devait suivre inconditionnellement les volontés de son maître. Si le maître lui avait donné l’instruction de paître les troupeaux jusqu’au soir et ensuite, même s’il était fatigué, il lui demandait de servir à manger, il n’avait pas d’autre choix que d’obéir. Et le maître n’a pas à le remercier pour les services rendus puisqu’il est en droit de les attendre d’un esclave.

Au dernier verset (v. 10), Jésus applique sa parabole aux rapports du disciple avec Dieu. Vous de même (vous – les disciples), quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné… Remarquez le mot ‘tout’ – tout ce qui vous a été ordonné. Le serviteur n’a pas la liberté de choisir les ordres auxquels il préfère se soumettre. Nous avons souligné au début de la leçon que la graine de moutarde, bien que minuscule, est complète. Elle contient tout ce qu’il faut pour croître. Le mot ‘tout’ signifie simplement ‘total’ ou ‘entier’. La Bible l’utilise fréquemment pour désigner la totalité, l’entièreté de notre engagement envers Dieu. Pensons à Deutéronome 6.5 par exemple. Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force.

Et pourtant, même si un disciple pouvait accomplir tout ce que Dieu lui demande de faire, celui-ci n’a pas à se voir comme quelqu’un d’extraordinaire. ‘Au contraire’, déclare Jésus, ‘il devrait se dire’, Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire. Même si nous obéissons à Dieu en tout, nous sommes encore ‘inutiles’. N’est-ce pas étonnant? Le mot ‘inutile’ n’est peut-être pas la meilleure traduction. Le mot grec (achreioi) renferme l’idée d’être ‘sans profit’. ‘Nous sommes des ‘serviteurs sans profit’. Ces serviteurs sont inutiles dans le sens qu’ils sont ‘sans profit’ pour le maître. Le même mot est utilisé dans la parabole des talents pour le serviteur qui n’a pas fait fructifier son talent. Et le serviteur inutile, jetez–le dans les ténèbres du dehors (Matthieu 25.30). Dans le contexte de notre parabole, il est dit que nous sommes nous-mêmes des serviteurs inutiles, c’est-à-dire que nous ne constituons pas un profit pour Dieu. Le Seigneur n’a pas besoin de notre service. Malgré tout ce que nous réussissons à faire pour lui, il ne lui revient aucun avantage, aucun profit. Au mieux, toutes ces choses ne sont rien de plus que notre devoir.

Conclusion

Quelle leçon doit-on retenir de cette parabole? Par cette histoire, Jésus décrit l’attitude idéale du disciple quand il se met au service du royaume. Le croyant ne doit jamais oublier sa position devant Dieu. Il est la possession de Dieu. Il est son esclave, son serviteur. Il a été racheté par le précieux sang du Christ et a été transporté dans son royaume éternel (1Corinthiens 6.20; 7.23; 1Pierre 1.18-19). En raison du coût infini de ce transfert, rien de ce qu’il pourra jamais réaliser ne suffira pour compenser ce que le Seigneur a fait pour lui au calvaire. Même s’il parvenait à accomplir tout ce que Jésus demande, il ne pourra jamais mériter ses remerciements. Il admet dans son for intérieur qu’il est un serviteur inutile.

Nous avons un bel exemple de cette attitude dans la personne de Paul. Quand l’apôtre Paul réfléchissait à l’œuvre de Dieu dans sa vie, il parlait de libération et d’adoption. Quand il méditait sur sa propre responsabilité envers Christ, il se considérait comme un esclave, ne vivant plus pour lui-même mais pour le Maître qui l’a acheté au prix de son propre sang. Paul, serviteur de Jésus–Christ, dit-il en Romains 1.1, appelé à être apôtre.
Il faut garder à l’esprit que la parabole du serviteur inutile se trouve dans le contexte d’une série d’enseignement sur la foi. Jésus venait de dire que le chrétien doit être disposé à pardonner sept fois son prochain au cours de la même journée si c’était nécessaire. Or les disciples se sentaient incapables d’une telle clémence. C’est pourquoi ils demandèrent à Jésus d’augmenter leur foi. Le Seigneur répondit qu’une foi authentique, fût-elle de la taille d’un grain de moutarde, a le pouvoir d’accomplir des choses prodigieuses – comme déraciner des arbres ou déplacer des montagnes. Mais le croyant doit prendre garde de ne pas se laisser habiter par un sentiment de suffisance. À ceux qui seraient tentés de s’enorgueillir de leurs œuvres pour Dieu, Jésus raconte la parabole du serviteur inutile et montre qu’il ne nous doit rien quand nous le servons fidèlement. Le serviteur de Christ n’a aucun mérite à faire valoir quoi que ce soit devant Dieu. En obéissant à ses commandements, il ne fait que ce qu’il était dans l’obligation de faire.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Her le Ven 9 Sep - 20:28

Bonsoir Atlas,

Vous avez commencé à dériver dès l'instant de votre inscription lorsque vous nous annoncez être d'Angoulême.

Je crois que nous avons déjà eu une conversation à ce sujet sur le Peuple de la Paix.

Ce blog n'est pas fait pour encourager la promotion de tel ou tel prétendant.

Le but est simplement de bien intégrer les prophéties chrétiennes.

Cordialement
Hercule
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Elyos le Sam 10 Sep - 23:45

Atlas a écrit:
Hercule a écrit:Bonjour à vous deux, Elyos et Atlas,

J'ai le sentiment que nous dérivons un peu !...

Le règle d'or est celle donnée par Mama Rosa à san Damiano : "Souffrir, Offrir, Prier et faire silence !"

Depuis la prison des Tours du Temple, je pense qu'en plus de deux siècles, plusieurs prétendants se sont succédés dans cette lignée cachée de la descendance de l'infortuné Louis XVII. Chacun a su tenir son rang, ses responsabilités et son devoir d'état, dans le silence, la souffrance et l'abnégation.

Dans ce combat spirituel, nous atteignons aujourd'hui la dernière ligne droite et il y a en piste de nombreux prétendants.

Le Vainqueur sera celui qui saura et sera resté jusqu'au bout dans ce silence surnaturel dans lequel on entend Dieu.

Je souhaite que ce blog, perdu au milieu de l'océan des tempêtes de ces temps d'agitation, de confusion et de grandes tribulations, perdure en restant un sanctuaire à la gloire des messages prophétiques des messagers de Dieu, et de ce Dieu qui est un Dieu d'ordre et non de désordre et qui est en train de dérouler et de conclure son Plan Divin sous nos yeux.

Dans nos mystères, il ne s'agit donc pas d'ambition personnelle mais de savoir devenir des serviteurs inutiles, dans la confiance et l'abandon...

Meilleures pensées
Hercule
bonjour je ne vois pas ou je derive en demandant aux gens de prier pour lui et justement de comprendre sa souffrance.je ne donne aucun nom ni aucun concept.je demande juste de la compassion pour cet etre qui souffre pour nous.c ets ce silence qui est insupportable.ne croyez vs pas qu il a besoin justement de savoir qu il est soutenu?,non vraiment je ne vois pas ou je m egare mais ok je me tais .portez vs bien.


LA VERITE EST MORTELLE

La Vérité est mortelle pour deux sortes d’individus : La multitude ignorant son existence et une poignée d’individus perchée au sommet du monde qui en connaissent une partie et profitent de ce savoir pour esclavager tous les autres.
Amitiés ELYOS
avatar
Elyos

Messages : 34
Date d'inscription : 24/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Her le Dim 11 Sep - 0:00

Bonsoir Elyos,

Pourriez-vous être plus explicite ?

Personnellement, je me sens plutôt comme faisant partie de la multitude des créatures que sont les enfants de Dieu,
sans la moindre ambition à désirer me retrouver assis au sommet du monde...
Je reste un homme mortel, un serviteur inutile, un pécheur pardonné,
qui n'a aucune envie d'être l'esclavagiste de qui que ce soit,
mais qui aspirerait plutôt à devenir l'esclave de la Sainte Vierge
comme le disait le Père Louis-Marie Grignon de Montfort.

Bonne nuit
Hercule


Dernière édition par Hercule le Dim 11 Sep - 11:36, édité 3 fois
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Elyos le Dim 11 Sep - 0:20

[quote="Hercule"]Bonsoir Elyos,

Pourriez-vous être plus explicite ?

Personnellement, je me sens plutôt comme faisant partie de la multitude des créatures que sont les enfants de Dieu,
sans la moindre ambition à désirer me retrouver assis au sommet du monde...
Je reste un homme mortel, un serviteur inutile, un pécheur pardonné,
qui n'a aucune envie d'être l'esclavagiste de qui que ce soit,
mais qui aspirerait plutôt à devenir l'esclave de la Sainte Vierge
comme le disait le Père Louis-Marie Grignon de Montfort.

Bonne nuit
Hercule[/quote

bonsoir HERCULE


pourquoi la Vérité est mortelle, c’est-à-dire dangereuse, pour celui qui l’ignore et pourquoi il est conseillé à ceux qui la connaissent de ne point la divulguer au « vulgaire » ou au commun du mortel.

« On ne doit ni prendre à la lettre ce qui est écrit dans les livres de la création, ni s'en former l'idée qu'en a le commun des hommes; autrement, nos anciens sages ne nous auraient pas recommandé avec autant de soin d'en cacher le sens et de ne pas lever le voile allégorique qui cache les vérités qui y sont contenues. »

Amitiés ELYOS
avatar
Elyos

Messages : 34
Date d'inscription : 24/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Her le Dim 11 Sep - 11:50

Bonjour Elyos,

Le seul sage qui m'inspire vraiment, c'est le Christ :

La Bible de Jérusalem
Matthieu, chapitre 7

Mt 7:6 - " Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré, ne jetez pas vos perles devant les porcs, de crainte qu'ils ne les piétinent, puis se retournent contre vous pour vous déchirer.
Mt 7:7 - Demandez et l'on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l'on vous ouvrira.
Mt 7:8 - Car quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; et à qui frappe on ouvrira ".

Jean, chapitre 8

Jn 8,31. Jésus disait donc aux Juifs qui avaient cru en Lui: Si vous demeurez dans Ma parole, vous serez vraiment Mes disciples,
Jn 8,32. et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres.

Jean, chapitre 14

Jn 14:5- Thomas lui dit : " Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment saurions-nous le chemin ? "
Jn 14:6- Jésus lui dit : " Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père que par moi.
Jn 14:7- Si vous me connaissez vous connaîtrez aussi mon Père ; dès à présent vous le connaissez et vous l'avez vu. "

Bon dimanche.
Hercule
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Elyos le Dim 11 Sep - 13:55

Hercule a écrit:Bonjour Elyos,

Le seul sage qui m'inspire vraiment, c'est le Christ :

La Bible de Jérusalem
Matthieu, chapitre 7

Mt 7:6 - " Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré, ne jetez pas vos perles devant les porcs, de crainte qu'ils ne les piétinent, puis se retournent contre vous pour vous déchirer.
Mt 7:7 - Demandez et l'on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l'on vous ouvrira.
Mt 7:8 - Car quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; et à qui frappe on ouvrira ".

Jean, chapitre 8

Jn 8,31. Jésus disait donc aux Juifs qui avaient cru en Lui: Si vous demeurez dans Ma parole, vous serez vraiment Mes disciples,
Jn 8,32. et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres.

Jean, chapitre 14

Jn 14:5- Thomas lui dit : " Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment saurions-nous le chemin ? "
Jn 14:6- Jésus lui dit : " Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père que par moi.
Jn 14:7- Si vous me connaissez vous connaîtrez aussi mon Père ; dès à présent vous le connaissez et vous l'avez vu. "

Bon dimanche.
Hercule

Bonjour Hercule




Je suis d’accord avec vous le Christ est notre tuteur,
Nous marchons sur le même chemin dans la même direction mais notre culture et notre destin sont différents ce qui parfois crée la confusion,
Amitiés ELYOS
avatar
Elyos

Messages : 34
Date d'inscription : 24/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Elyos le Ven 16 Sep - 19:26

Hercule a écrit:http://www.entretienschretiens.com/

LA PARABOLE DU SERVITEUR INUTILE
_______________________________________________________________________________
Luc 17.5-10
Pour montrer l’attitude que devrait adopter le disciple à l’égard du service chrétien, Jésus enseigna la parabole du serviteur inutile. Cette histoire se trouve en Luc 17.7-10. Lisons-là à partir du v. 5.

Luc 17.5. Et les apôtres dirent au Seigneur, Augmente–nous la foi.
6 Et le Seigneur dit, Si vous avez de la foi comme un grain de moutarde, vous diriez à ce mûrier, Déracine–toi, et plante–toi dans la mer ; et il vous obéirait.
7 Qui de vous, s’il a un serviteur qui laboure ou fait paître les troupeaux, lui dira, quand il revient des champs : Viens tout de suite te mettre à table?
8 Ne lui dira–t–il pas au contraire : Prépare–moi le repas, mets–toi en tenue pour me servir, jusqu’à ce que j’aie mangé et bu ; après cela, toi, tu mangeras et boiras.
9 Aura–t–il de la reconnaissance envers ce serviteur parce qu’il a fait ce qui lui était ordonné ?
10 Vous de même, quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné dites : Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire.

Si vous aviez de la foi

Dans cette section, Jésus énonce divers enseignements à l’intention spécifique des disciples. En réaction, ceux-ci lui demandent, Augmente-nous la foi. Jésus parle alors de l’importance d’avoir la foi et de ce que la foi peut accomplir. Il poursuit ensuite son discours en racontant la parabole du serviteur inutile.

Quelle leçon doit-on retenir de cette parabole? En quoi est-elle liée à la requête des apôtres d’avoir plus de foi? C’est ce que nous allons étudier.

Penchons-nous d’abord sur les mots du v. 5. Les apôtres dirent au Seigneur : Augmente–nous la foi. Les apôtres avouaient par cette demande que leur foi n’était pas suffisamment grande. D’où provenait ce sentiment d’incompétence? Du fait qu’ils se croyaient incapables par eux-mêmes de suivre les instructions que Jésus venait de leur donner. Du v. 1 au v. 4, le Seigneur demandait aux citoyens de son royaume de ne pas être des occasions de chute pour autrui et d’être disposés à pardonner son prochain autant de fois que la situation l’exige. La perspective de devoir obéir à ces ordonnances semblait très difficile, voire impossible, aux apôtres. C’est pourquoi ils espéraient l’aide de Jésus pour avoir plus de foi.

Prêtez attention à sa réponse. Jésus ignore la demande d’une foi augmentée et parle simplement ‘d’avoir’ la foi. Si vous aviez de la foi comme une graine de moutarde… Introduite par le mot ‘si’, cette phrase hypothétique semble sous-entendre que les disciples n’avaient pas ce type de foi. On a l’impression d’entendre Jésus dire, ‘Vous n’avez pas de la foi comme une graine de moutarde’.

Ne trouvez-vous pas cela étonnant? La graine de moutarde était la plus petite semence connue des fermiers palestiniens. Est-il possible d’être un apôtre du Christ et avoir une foi dont la taille ne dépasse pas celle d’une graine de moutarde? Peut-on vraiment suivre Jésus et posséder une foi aussi minuscule?

Raisonner en ces termes, c’est mal comprendre les paroles de Jésus. Sa réponse ne devrait pas être interprétée comme une indication de l’absence de foi chez les apôtres ni de la grandeur de leur foi. Notez à nouveau que le Seigneur ne tient pas compte directement de leur préoccupation. La requête d’avoir plus de foi devient une occasion, pour Jésus, de souligner la nécessité d’avoir la foi, de la posséder véritablement. ‘Il s’agit moins d’une question de quantité de foi’, affirme-t-il, ‘que d’une question de qualité’. Si la foi est sincère, les effets de cette foi suivront.

Il importe peu que la foi soit grande ou petite. Ce qui compte, c’est sa qualité. À quoi bon décrire sa foi en la comparant au rocher de Gibraltar quand on sait qu’un rocher ne contient aucun élément vivant? Il est certes gros mais il ne grandira jamais. Sa taille ne peut pas se développer. Par contre, la petite graine de moutarde est complète en elle-même. Elle possède la vie. Si vous la placez dans la terre, elle va se mettre à croître.

Or ce genre de foi, une foi vivante, permet d’accomplir des prodiges. Le Seigneur Jésus affirme qu’une toute petite portion de cette vraie foi peut déraciner un arbre et le mettre dans la mer. Si vous aviez de la foi comme une graine de moutarde, vous diriez à ce mûrier : « Déracine–toi et plante–toi dans la mer », et il vous obéirait. Jésus fit une déclaration presque semblable dans l’évangile de Matthieu (Matthieu 21.21) où il est question de dire à une montagne de se jeter à la mer. Exprimé par le moyen d’une foi authentique, un tel exploit peut se produire.

Planter un arbre dans l’eau?

Regardons de plus près cette action qui consiste à arracher les racines d’un mûrier pour le planter ensuite dans la mer. Même si nous ne la prenions pas dans son sens littéral, nous devons admettre que le choix d’une telle image cause quelques froncements de sourcils. On n’a pas à y réfléchir très longtemps qu’elle soulève déjà certaines questions.

Écoutez attentivement les mots utilisés. … Plante–toi dans la mer. Il n’est pas dit que l’arbre allait ‘se jeter’ à la mer. Il devait s’y planter. Depuis quand plante-t-on des arbres dans l’eau? Dans la nature, les arbres poussent sur la terre ferme, et non pas dans l’eau. Il nous arrive parfois d’apercevoir des arbres entiers flotter à la surface d’une rivière, poussés par le courant d’eau. Mais ce n’est pas la même chose que de voir un arbre debout, planté dans l’eau. Jésus nous révèle ici que par un simple ordre verbal, si votre foi est sincère, vous pouvez commander un arbre de se planter (et non pas de ‘tomber’) dans la mer. Avouons que l’image est pour le moins inhabituelle.

Mais une autre question se pose. Pourquoi planter un arbre dans la mer? À quoi cette action peut-elle bien servir? À première vue, cela semble tout à fait futile. Est-ce que Jésus voulait vraiment que les disciples occupent une partie de leur temps à observer des arbres se planter dans la mer? Sinon, serait-ce une démonstration de la puissance de la foi pour convaincre le monde de l’existence de Dieu?

Nous devons donner ici un sens spirituel aux paroles de Jésus et interpréter ce passage en ayant à la mémoire le langage symbolique de la Bible. Jésus ne se limite pas à dire que la puissance illimitée de Dieu est accessible à celui qui possède une foi sincère. En cherchant une signification symbolique à sa déclaration, il est possible de dégager un autre point de vue.

Contre l’ordre de la nature

Dans la Bible, l’arbre a souvent un sens figuré et désigne l’être humain en général. Ainsi les hommes sont représentés par des arbres. En Psaume 1.3 par exemple, un passage bien connu, l’homme juste est comparé à un arbre planté au bord de l’eau. Dans le NT, le Seigneur décrit les bons disciples comme des arbres qui portent de bons fruits, tandis que les infidèles correspondent aux arbres qui en portent de mauvais (Matthieu 7.17).

Qu’arrive-t-il à l’arbre, le mûrier de notre passage en Luc 17.6? Il est transplanté, ou transféré si vous voulez, du sol où il pousse normalement à un lieu qui ne lui est pas naturel – dans l’eau. Ce transfert n’est-il pas justement un reflet de notre salut? En devenant un disciple du Christ, il se produit une transplantation, un déplacement de notre lieu d’origine vers un domaine entièrement nouveau. Paul l’écrit de cette façon en Colossiens 1.13. Il nous a en effet arrachés à l’empire des ténèbres et nous a transférés dans le Royaume de son Fils bien–aimé. Voilà une belle représentation de l’expérience du salut. Le chrétien vraiment régénéré est celui que Dieu a fait passer du monde dans le royaume de son Fils.

On se rappellera que l’enracinement, dans l’imagerie de la parabole du semeur, évoque l’idée d’une emprise. Considérons cela dans le contexte d’un arbre. Tout comme les racines d’un arbre se saisissent de la terre avec tous ses constituants, l’homme naturel se saisit des choses du monde pour se satisfaire. Il s’agrippe à ce monde – le royaume des ténèbres. À partir du moment où un individu s’engage à suivre Christ, celui-ci est ‘déraciné’ du monde. Pour employer les termes de Colossiens 1.13, on peut dire qu’il est ‘arraché à l’empire des ténèbres’.

Une fois déraciné, il est ensuite transporté dans un autre environnement. Or ce nouvel endroit ne lui est pas naturel. En Romains 11, Paul parle d’être ‘greffé contrairement à la nature’. Le chrétien est comparé dans ce passage à une branche d’un olivier sauvage qu’on retranche et qu’on greffe sur un olivier cultivé. Ce transfert défit les lois de la nature. Autrement dit, le salut n’est pas naturel à la nature humaine. Il se réalise quand nos racines sont arrachées de notre milieu naturel de vie, le monde des ténèbres, et qu’en même temps nous sommes transportés dans un autre milieu de vie, celui du royaume des cieux.

Lavé par la mer

Parlons maintenant d’un autre symbole biblique : l’eau. L’eau est souvent utilisée pour représenter la vie spirituelle. ‘Ceux qui ont soifs, qu’ils viennent à moi et boivent’, dit Jésus en Jean 7.37. À l’opposé, l’absence d’eau – la sécheresse – illustrée par une région désertique par exemple, fait allusion à la mort. Car sans eau, il n’y a pas de vie.

Mais l’eau a une autre signification dans les Écritures. Non seulement l’eau est-elle nécessaire à la vie, elle possède aussi la propriété de laver, de nettoyer. À cet égard, elle est utilisée symboliquement dans les pratiques rituelles de l’AT comme signe de la purification spirituelle. De la même façon, l’eau est présentée dans le NT comme un agent d’épuration. Elle purifie notre âme des souillures occasionnées par le péché.

On ordonne au mûrier de se planter dans la mer. Curieusement, il est question en 1Rois 7.23 d’une ‘mer’ située devant le temple. Il fit la mer de fonte. Elle avait dix coudées d’un bord à l’autre … cinq coudées de hauteur… Cette mer correspondait en fait à la cuve d’airain du tabernacle. Cet immense récipient mesurait donc 5 mètres de diamètre par 2.5 mètres de hauteur. Le mot ‘mer’ a ici un sens figuré. Il est appelé une mer à cause du grand volume d’eau qu’il pouvait contenir – 80000 litres! Les prêtres se servaient de son eau pour se laver, i.e. pour se purifier, avant d’entreprendre leur service.

Par ailleurs, la Bible mentionne l’existence d’une autre mer. Celle-ci se trouve non plus dans le temple mais devant le trône de Dieu. Elle est décrite en Apocalypse 4.6 par l’apôtre Paul qui a eu cette vision. Il y a encore devant le trône comme une mer de verre, semblable à du cristal. Cette mer est aussi claire que le cristal, symbolisant ainsi la transparence de l’autorité divine et sa capacité à purifier. Nous observons ainsi une similarité entre le rôle de la mer située devant le trône divin et celui de la mer du temple. Pour être admis dans la présence de Dieu, autant sur la terre que dans le ciel, tout doit être lavé – purifié – dans ces bassins d’eau.

Retournons maintenant à notre parabole. ‘Voici ce qui se passe’, nous dit Jésus. ‘Si vous aviez de la foi, vous pourriez dire à un arbre de se déplacer et il vous obéirait’. Prenez note de la façon dont cela se réalise. Une simple commande verbale suffit. Vous n’avez même pas à toucher l’arbre. Ne vous attendez pas à devenir, en raison de votre foi, une espèce de surhomme comme Samson qui aurait la force de déraciner un arbre et de le transporter dans l’eau. Vous n’avez rien à faire directement. Vous n’avez même pas besoin de bouger. Ce sont vos paroles qui font le travail. ‘Vous dites au mûrier, et il obéira’.

Pourquoi cet arbre obéirait-il? Parce que la puissance de Dieu est à l’œuvre en vous. C’est la puissance de Dieu qui accomplit ce miracle. Lorsque vous vivez en communion avec Dieu, votre foi vient à la rencontre de sa puissance et s’en empare. Et quand vous proclamez sa parole, des choses extraordinaires se produisent. Les gens commencent à changer. Ils naissent de nouveau. Le chrétien régénéré est comparable à un arbre qui a été déraciné et que la puissance de Dieu plante dans la mer, dans l’eau. Suite à ce transfert, il est sanctifié et obtient une vie nouvelle. Il est ainsi délivré du royaume de Satan pour être amené dans celui de Dieu. Vues dans leur sens figuré, voilà comment les paroles de Jésus peuvent être comprises.

Comparés à une graine de moutarde

Notez un autre point. La foi est ici comparée à une graine de moutarde. Si vous aviez de la foi comme une graine de moutarde… Nous retrouvons, dans l’enseignement de Jésus, une autre chose qui est comparée à une graine de moutarde. En Luc 13.19, le parallèle se fait avec le royaume de Dieu. A quoi est semblable le royaume de Dieu, et à quoi le comparerai–je? Il est semblable à une graine de moutarde, qu’un homme prend et met dans son jardin... Le royaume de Dieu est semblable à une graine de moutarde. Donc ces deux entités, la foi et le royaume de Dieu, sont assimilées au grain de moutarde dans l’évangile de Luc.

Quelle conclusion peut-on tirer de cette double analogie? Dans notre étude sur la parabole du riche insensé et Lazare, nous avions défini le royaume céleste sous l’angle de la royauté de Dieu. Il concerne la souveraineté divine dans la vie des disciples. Qu’en est-il de la foi? La foi y est liée étroitement puisqu’elle est la réponse pleine et entière du croyant à la royauté de Dieu et à sa souveraineté.

La foi et le royaume de Dieu sont dans les faits deux aspects de la même réalité spirituelle. Le royaume de Dieu, la seigneurie de Christ dans nos vies, n’a de sens que si nous y adhérons pleinement. Or la foi est l’expression de cette adhésion. Ma foi se manifeste lorsque je m’engage de tout cœur à faire de Jésus le Seigneur de ma vie. Vous comprenez maintenant pourquoi la graine de moutarde peut représenter d’un côté la seigneurie de Christ et de l’autre l’engagement à nous soumettre à son autorité.

Agir par devoir

Cette foi vivante, la foi qui anime les citoyens du royaume, possède un grand pouvoir. Le moindre degré de cette foi permet d’accomplir ce qui est hors du commun car elle puise sa puissance en Dieu. Comme avec Dieu rien n’est impossible, donc toutes choses sont possibles à celui qui peut croire réellement. Sachant que cela risque de donner aux disciples une raison de s’enorgueillir, le Seigneur Jésus raconte la parabole du serviteur inutile.

‘Supposons’, dit Jésus, ‘que l’un d’entre vous ait un serviteur à qui on a demandé de labourer la terre. À la fin de la journée, quand il revient des champs, allez-vous l’accueillir en lui préparant un repas? Bien sûr que non! Même s’il a travaillé rudement toute la journée, c’est encore au serviteur qu’il incombe de faire le souper pour vous. Il ne mangera que lorsque vous aurez terminé votre repas. C’est au maître que la priorité doit être accordée’.

Jésus pose ensuite une question qui vient exposer le point crucial de la parabole. ‘Devez-vous une reconnaissance particulière envers le serviteur d’avoir exécuter ce que vous lui avez ordonné de faire’? La réponse est encore une fois la même. ‘Bien sûr que non! Il n’a fait que son devoir. Vous n’avez pas à le remercier pour cela’.

Il faut se rappeler que cette analogie est tirée de la société d’alors où l’esclave devait suivre inconditionnellement les volontés de son maître. Si le maître lui avait donné l’instruction de paître les troupeaux jusqu’au soir et ensuite, même s’il était fatigué, il lui demandait de servir à manger, il n’avait pas d’autre choix que d’obéir. Et le maître n’a pas à le remercier pour les services rendus puisqu’il est en droit de les attendre d’un esclave.

Au dernier verset (v. 10), Jésus applique sa parabole aux rapports du disciple avec Dieu. Vous de même (vous – les disciples), quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné… Remarquez le mot ‘tout’ – tout ce qui vous a été ordonné. Le serviteur n’a pas la liberté de choisir les ordres auxquels il préfère se soumettre. Nous avons souligné au début de la leçon que la graine de moutarde, bien que minuscule, est complète. Elle contient tout ce qu’il faut pour croître. Le mot ‘tout’ signifie simplement ‘total’ ou ‘entier’. La Bible l’utilise fréquemment pour désigner la totalité, l’entièreté de notre engagement envers Dieu. Pensons à Deutéronome 6.5 par exemple. Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force.

Et pourtant, même si un disciple pouvait accomplir tout ce que Dieu lui demande de faire, celui-ci n’a pas à se voir comme quelqu’un d’extraordinaire. ‘Au contraire’, déclare Jésus, ‘il devrait se dire’, Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire. Même si nous obéissons à Dieu en tout, nous sommes encore ‘inutiles’. N’est-ce pas étonnant? Le mot ‘inutile’ n’est peut-être pas la meilleure traduction. Le mot grec (achreioi) renferme l’idée d’être ‘sans profit’. ‘Nous sommes des ‘serviteurs sans profit’. Ces serviteurs sont inutiles dans le sens qu’ils sont ‘sans profit’ pour le maître. Le même mot est utilisé dans la parabole des talents pour le serviteur qui n’a pas fait fructifier son talent. Et le serviteur inutile, jetez–le dans les ténèbres du dehors (Matthieu 25.30). Dans le contexte de notre parabole, il est dit que nous sommes nous-mêmes des serviteurs inutiles, c’est-à-dire que nous ne constituons pas un profit pour Dieu. Le Seigneur n’a pas besoin de notre service. Malgré tout ce que nous réussissons à faire pour lui, il ne lui revient aucun avantage, aucun profit. Au mieux, toutes ces choses ne sont rien de plus que notre devoir.

Conclusion

Quelle leçon doit-on retenir de cette parabole? Par cette histoire, Jésus décrit l’attitude idéale du disciple quand il se met au service du royaume. Le croyant ne doit jamais oublier sa position devant Dieu. Il est la possession de Dieu. Il est son esclave, son serviteur. Il a été racheté par le précieux sang du Christ et a été transporté dans son royaume éternel (1Corinthiens 6.20; 7.23; 1Pierre 1.18-19). En raison du coût infini de ce transfert, rien de ce qu’il pourra jamais réaliser ne suffira pour compenser ce que le Seigneur a fait pour lui au calvaire. Même s’il parvenait à accomplir tout ce que Jésus demande, il ne pourra jamais mériter ses remerciements. Il admet dans son for intérieur qu’il est un serviteur inutile.

Nous avons un bel exemple de cette attitude dans la personne de Paul. Quand l’apôtre Paul réfléchissait à l’œuvre de Dieu dans sa vie, il parlait de libération et d’adoption. Quand il méditait sur sa propre responsabilité envers Christ, il se considérait comme un esclave, ne vivant plus pour lui-même mais pour le Maître qui l’a acheté au prix de son propre sang. Paul, serviteur de Jésus–Christ, dit-il en Romains 1.1, appelé à être apôtre.
Il faut garder à l’esprit que la parabole du serviteur inutile se trouve dans le contexte d’une série d’enseignement sur la foi. Jésus venait de dire que le chrétien doit être disposé à pardonner sept fois son prochain au cours de la même journée si c’était nécessaire. Or les disciples se sentaient incapables d’une telle clémence. C’est pourquoi ils demandèrent à Jésus d’augmenter leur foi. Le Seigneur répondit qu’une foi authentique, fût-elle de la taille d’un grain de moutarde, a le pouvoir d’accomplir des choses prodigieuses – comme déraciner des arbres ou déplacer des montagnes. Mais le croyant doit prendre garde de ne pas se laisser habiter par un sentiment de suffisance. À ceux qui seraient tentés de s’enorgueillir de leurs œuvres pour Dieu, Jésus raconte la parabole du serviteur inutile et montre qu’il ne nous doit rien quand nous le servons fidèlement. Le serviteur de Christ n’a aucun mérite à faire valoir quoi que ce soit devant Dieu. En obéissant à ses commandements, il ne fait que ce qu’il était dans l’obligation de faire.


bonjour,

Tous les cataclysmes attribués à Dieu dans la Torah prouvent que dans le passé, la région a subi diverses catatrosphes qui furent planétaires, en fait. On peut parler du Déluge, de ce qu'il advint à Sodome et Gomorrhe ou lorsque le pseudo Josué ordonne au Soleil et à la Lune de s'immobiliser. Ce dernier phénomène devrait nous interpeller car derrière les légendes bibliques, se cachent des vérités cosmogoniques.

« Il dit, en présence des Israélites
« Soleil, arrête-toi sur Gabaon,
« Et toi, lune, sur le val d'Ajalon. »
Et le soleil s'arrêta et la lune se tint immobile, jusqu'à ce que le peuple se fût vengé de ses ennemis. Cela est écrit dans le livre du juste. Le soleil s'arrêta au milieu du ciel et ne se hâta pas de se coucher pendant presque un jour entier. (Josué 10-12, 13.)


Les scribes ont noyé la Loi Originelle Cosmogonique au milieu de scènes de combats ou de pillages qui n'ont rien à voir avec la réalité. Lorsque vous lisez que Dieu aurait donné la terre de Canaan à un "peuple élu", c'est bien sûr faux. Dieu-Conscience dit aux premiers humains : Je vous donne la Terre. Point. Ce sont les rajouts et les affabulations qui ont falsifié l'Histoire de l'Humanité. Et ceux qui l'ont fait avaient bien sûr une idée derrière la tête. Il en est de même, d'ailleurs, pour le Nouveau Testament. Si vous lisez tout ce qui y est écrit, à la lettre, vous n'avez certainement pas la réelle Dimension du Maître. Je vais même vous dire mieux, quitte à fâcher tous les religieux catholiques ou qui se disent chrétiens, à force de croire à un faux Yeshoua, vous avez créé un "égrégore"... c'est-à-dire une sorte d'Antichrist. Alors, attendez-vous à ce qu'il surgisse... mais n'oubliez pas qu'il est VOTRE CREATION.

ELYOS
avatar
Elyos

Messages : 34
Date d'inscription : 24/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Elyos le Sam 17 Sep - 14:27

[quote="Elyos"][quote="Hercule"]http://www.entretienschretiens.com/

LA PARABOLE DU SERVITEUR INUTILE
_______________________________________________________________________________
Luc 17.5-10
Pour montrer l’attitude que devrait adopter le disciple à l’égard du service chrétien, Jésus enseigna la parabole du serviteur inutile. Cette histoire se trouve en Luc 17.7-10. Lisons-là à partir du v. 5.

Luc 17.5. Et les apôtres dirent au Seigneur, Augmente–nous la foi.
6 Et le Seigneur dit, Si vous avez de la foi comme un grain de moutarde, vous diriez à ce mûrier, Déracine–toi, et plante–toi dans la mer ; et il vous obéirait.
7 Qui de vous, s’il a un serviteur qui laboure ou fait paître les troupeaux, lui dira, quand il revient des champs : Viens tout de suite te mettre à table?
8 Ne lui dira–t–il pas au contraire : Prépare–moi le repas, mets–toi en tenue pour me servir, jusqu’à ce que j’aie mangé et bu ; après cela, toi, tu mangeras et boiras.
9 Aura–t–il de la reconnaissance envers ce serviteur parce qu’il a fait ce qui lui était ordonné ?
10 Vous de même, quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné dites : Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire.

Si vous aviez de la foi

Dans cette section, Jésus énonce divers enseignements à l’intention spécifique des disciples. En réaction, ceux-ci lui demandent, Augmente-nous la foi. Jésus parle alors de l’importance d’avoir la foi et de ce que la foi peut accomplir. Il poursuit ensuite son discours en racontant la parabole du serviteur inutile.

Quelle leçon doit-on retenir de cette parabole? En quoi est-elle liée à la requête des apôtres d’avoir plus de foi? C’est ce que nous allons étudier.

Penchons-nous d’abord sur les mots du v. 5. Les apôtres dirent au Seigneur : Augmente–nous la foi. Les apôtres avouaient par cette demande que leur foi n’était pas suffisamment grande. D’où provenait ce sentiment d’incompétence? Du fait qu’ils se croyaient incapables par eux-mêmes de suivre les instructions que Jésus venait de leur donner. Du v. 1 au v. 4, le Seigneur demandait aux citoyens de son royaume de ne pas être des occasions de chute pour autrui et d’être disposés à pardonner son prochain autant de fois que la situation l’exige. La perspective de devoir obéir à ces ordonnances semblait très difficile, voire impossible, aux apôtres. C’est pourquoi ils espéraient l’aide de Jésus pour avoir plus de foi.

Prêtez attention à sa réponse. Jésus ignore la demande d’une foi augmentée et parle simplement ‘d’avoir’ la foi. Si vous aviez de la foi comme une graine de moutarde… Introduite par le mot ‘si’, cette phrase hypothétique semble sous-entendre que les disciples n’avaient pas ce type de foi. On a l’impression d’entendre Jésus dire, ‘Vous n’avez pas de la foi comme une graine de moutarde’.

Ne trouvez-vous pas cela étonnant? La graine de moutarde était la plus petite semence connue des fermiers palestiniens. Est-il possible d’être un apôtre du Christ et avoir une foi dont la taille ne dépasse pas celle d’une graine de moutarde? Peut-on vraiment suivre Jésus et posséder une foi aussi minuscule?

Raisonner en ces termes, c’est mal comprendre les paroles de Jésus. Sa réponse ne devrait pas être interprétée comme une indication de l’absence de foi chez les apôtres ni de la grandeur de leur foi. Notez à nouveau que le Seigneur ne tient pas compte directement de leur préoccupation. La requête d’avoir plus de foi devient une occasion, pour Jésus, de souligner la nécessité d’avoir la foi, de la posséder véritablement. ‘Il s’agit moins d’une question de quantité de foi’, affirme-t-il, ‘que d’une question de qualité’. Si la foi est sincère, les effets de cette foi suivront.

Il importe peu que la foi soit grande ou petite. Ce qui compte, c’est sa qualité. À quoi bon décrire sa foi en la comparant au rocher de Gibraltar quand on sait qu’un rocher ne contient aucun élément vivant? Il est certes gros mais il ne grandira jamais. Sa taille ne peut pas se développer. Par contre, la petite graine de moutarde est complète en elle-même. Elle possède la vie. Si vous la placez dans la terre, elle va se mettre à croître.

Or ce genre de foi, une foi vivante, permet d’accomplir des prodiges. Le Seigneur Jésus affirme qu’une toute petite portion de cette vraie foi peut déraciner un arbre et le mettre dans la mer. Si vous aviez de la foi comme une graine de moutarde, vous diriez à ce mûrier : « Déracine–toi et plante–toi dans la mer », et il vous obéirait. Jésus fit une déclaration presque semblable dans l’évangile de Matthieu (Matthieu 21.21) où il est question de dire à une montagne de se jeter à la mer. Exprimé par le moyen d’une foi authentique, un tel exploit peut se produire.

Planter un arbre dans l’eau?

Regardons de plus près cette action qui consiste à arracher les racines d’un mûrier pour le planter ensuite dans la mer. Même si nous ne la prenions pas dans son sens littéral, nous devons admettre que le choix d’une telle image cause quelques froncements de sourcils. On n’a pas à y réfléchir très longtemps qu’elle soulève déjà certaines questions.

Écoutez attentivement les mots utilisés. … Plante–toi dans la mer. Il n’est pas dit que l’arbre allait ‘se jeter’ à la mer. Il devait s’y planter. Depuis quand plante-t-on des arbres dans l’eau? Dans la nature, les arbres poussent sur la terre ferme, et non pas dans l’eau. Il nous arrive parfois d’apercevoir des arbres entiers flotter à la surface d’une rivière, poussés par le courant d’eau. Mais ce n’est pas la même chose que de voir un arbre debout, planté dans l’eau. Jésus nous révèle ici que par un simple ordre verbal, si votre foi est sincère, vous pouvez commander un arbre de se planter (et non pas de ‘tomber’) dans la mer. Avouons que l’image est pour le moins inhabituelle.

Mais une autre question se pose. Pourquoi planter un arbre dans la mer? À quoi cette action peut-elle bien servir? À première vue, cela semble tout à fait futile. Est-ce que Jésus voulait vraiment que les disciples occupent une partie de leur temps à observer des arbres se planter dans la mer? Sinon, serait-ce une démonstration de la puissance de la foi pour convaincre le monde de l’existence de Dieu?

Nous devons donner ici un sens spirituel aux paroles de Jésus et interpréter ce passage en ayant à la mémoire le langage symbolique de la Bible. Jésus ne se limite pas à dire que la puissance illimitée de Dieu est accessible à celui qui possède une foi sincère. En cherchant une signification symbolique à sa déclaration, il est possible de dégager un autre point de vue.

Contre l’ordre de la nature

Dans la Bible, l’arbre a souvent un sens figuré et désigne l’être humain en général. Ainsi les hommes sont représentés par des arbres. En Psaume 1.3 par exemple, un passage bien connu, l’homme juste est comparé à un arbre planté au bord de l’eau. Dans le NT, le Seigneur décrit les bons disciples comme des arbres qui portent de bons fruits, tandis que les infidèles correspondent aux arbres qui en portent de mauvais (Matthieu 7.17).

Qu’arrive-t-il à l’arbre, le mûrier de notre passage en Luc 17.6? Il est transplanté, ou transféré si vous voulez, du sol où il pousse normalement à un lieu qui ne lui est pas naturel – dans l’eau. Ce transfert n’est-il pas justement un reflet de notre salut? En devenant un disciple du Christ, il se produit une transplantation, un déplacement de notre lieu d’origine vers un domaine entièrement nouveau. Paul l’écrit de cette façon en Colossiens 1.13. Il nous a en effet arrachés à l’empire des ténèbres et nous a transférés dans le Royaume de son Fils bien–aimé. Voilà une belle représentation de l’expérience du salut. Le chrétien vraiment régénéré est celui que Dieu a fait passer du monde dans le royaume de son Fils.

On se rappellera que l’enracinement, dans l’imagerie de la parabole du semeur, évoque l’idée d’une emprise. Considérons cela dans le contexte d’un arbre. Tout comme les racines d’un arbre se saisissent de la terre avec tous ses constituants, l’homme naturel se saisit des choses du monde pour se satisfaire. Il s’agrippe à ce monde – le royaume des ténèbres. À partir du moment où un individu s’engage à suivre Christ, celui-ci est ‘déraciné’ du monde. Pour employer les termes de Colossiens 1.13, on peut dire qu’il est ‘arraché à l’empire des ténèbres’.

Une fois déraciné, il est ensuite transporté dans un autre environnement. Or ce nouvel endroit ne lui est pas naturel. En Romains 11, Paul parle d’être ‘greffé contrairement à la nature’. Le chrétien est comparé dans ce passage à une branche d’un olivier sauvage qu’on retranche et qu’on greffe sur un olivier cultivé. Ce transfert défit les lois de la nature. Autrement dit, le salut n’est pas naturel à la nature humaine. Il se réalise quand nos racines sont arrachées de notre milieu naturel de vie, le monde des ténèbres, et qu’en même temps nous sommes transportés dans un autre milieu de vie, celui du royaume des cieux.

Lavé par la mer

Parlons maintenant d’un autre symbole biblique : l’eau. L’eau est souvent utilisée pour représenter la vie spirituelle. ‘Ceux qui ont soifs, qu’ils viennent à moi et boivent’, dit Jésus en Jean 7.37. À l’opposé, l’absence d’eau – la sécheresse – illustrée par une région désertique par exemple, fait allusion à la mort. Car sans eau, il n’y a pas de vie.

Mais l’eau a une autre signification dans les Écritures. Non seulement l’eau est-elle nécessaire à la vie, elle possède aussi la propriété de laver, de nettoyer. À cet égard, elle est utilisée symboliquement dans les pratiques rituelles de l’AT comme signe de la purification spirituelle. De la même façon, l’eau est présentée dans le NT comme un agent d’épuration. Elle purifie notre âme des souillures occasionnées par le péché.

On ordonne au mûrier de se planter dans la mer. Curieusement, il est question en 1Rois 7.23 d’une ‘mer’ située devant le temple. Il fit la mer de fonte. Elle avait dix coudées d’un bord à l’autre … cinq coudées de hauteur… Cette mer correspondait en fait à la cuve d’airain du tabernacle. Cet immense récipient mesurait donc 5 mètres de diamètre par 2.5 mètres de hauteur. Le mot ‘mer’ a ici un sens figuré. Il est appelé une mer à cause du grand volume d’eau qu’il pouvait contenir – 80000 litres! Les prêtres se servaient de son eau pour se laver, i.e. pour se purifier, avant d’entreprendre leur service.

Par ailleurs, la Bible mentionne l’existence d’une autre mer. Celle-ci se trouve non plus dans le temple mais devant le trône de Dieu. Elle est décrite en Apocalypse 4.6 par l’apôtre Paul qui a eu cette vision. Il y a encore devant le trône comme une mer de verre, semblable à du cristal. Cette mer est aussi claire que le cristal, symbolisant ainsi la transparence de l’autorité divine et sa capacité à purifier. Nous observons ainsi une similarité entre le rôle de la mer située devant le trône divin et celui de la mer du temple. Pour être admis dans la présence de Dieu, autant sur la terre que dans le ciel, tout doit être lavé – purifié – dans ces bassins d’eau.

Retournons maintenant à notre parabole. ‘Voici ce qui se passe’, nous dit Jésus. ‘Si vous aviez de la foi, vous pourriez dire à un arbre de se déplacer et il vous obéirait’. Prenez note de la façon dont cela se réalise. Une simple commande verbale suffit. Vous n’avez même pas à toucher l’arbre. Ne vous attendez pas à devenir, en raison de votre foi, une espèce de surhomme comme Samson qui aurait la force de déraciner un arbre et de le transporter dans l’eau. Vous n’avez rien à faire directement. Vous n’avez même pas besoin de bouger. Ce sont vos paroles qui font le travail. ‘Vous dites au mûrier, et il obéira’.

Pourquoi cet arbre obéirait-il? Parce que la puissance de Dieu est à l’œuvre en vous. C’est la puissance de Dieu qui accomplit ce miracle. Lorsque vous vivez en communion avec Dieu, votre foi vient à la rencontre de sa puissance et s’en empare. Et quand vous proclamez sa parole, des choses extraordinaires se produisent. Les gens commencent à changer. Ils naissent de nouveau. Le chrétien régénéré est comparable à un arbre qui a été déraciné et que la puissance de Dieu plante dans la mer, dans l’eau. Suite à ce transfert, il est sanctifié et obtient une vie nouvelle. Il est ainsi délivré du royaume de Satan pour être amené dans celui de Dieu. Vues dans leur sens figuré, voilà comment les paroles de Jésus peuvent être comprises.

Comparés à une graine de moutarde

Notez un autre point. La foi est ici comparée à une graine de moutarde. Si vous aviez de la foi comme une graine de moutarde… Nous retrouvons, dans l’enseignement de Jésus, une autre chose qui est comparée à une graine de moutarde. En Luc 13.19, le parallèle se fait avec le royaume de Dieu. A quoi est semblable le royaume de Dieu, et à quoi le comparerai–je? Il est semblable à une graine de moutarde, qu’un homme prend et met dans son jardin... Le royaume de Dieu est semblable à une graine de moutarde. Donc ces deux entités, la foi et le royaume de Dieu, sont assimilées au grain de moutarde dans l’évangile de Luc.

Quelle conclusion peut-on tirer de cette double analogie? Dans notre étude sur la parabole du riche insensé et Lazare, nous avions défini le royaume céleste sous l’angle de la royauté de Dieu. Il concerne la souveraineté divine dans la vie des disciples. Qu’en est-il de la foi? La foi y est liée étroitement puisqu’elle est la réponse pleine et entière du croyant à la royauté de Dieu et à sa souveraineté.

La foi et le royaume de Dieu sont dans les faits deux aspects de la même réalité spirituelle. Le royaume de Dieu, la seigneurie de Christ dans nos vies, n’a de sens que si nous y adhérons pleinement. Or la foi est l’expression de cette adhésion. Ma foi se manifeste lorsque je m’engage de tout cœur à faire de Jésus le Seigneur de ma vie. Vous comprenez maintenant pourquoi la graine de moutarde peut représenter d’un côté la seigneurie de Christ et de l’autre l’engagement à nous soumettre à son autorité.

Agir par devoir

Cette foi vivante, la foi qui anime les citoyens du royaume, possède un grand pouvoir. Le moindre degré de cette foi permet d’accomplir ce qui est hors du commun car elle puise sa puissance en Dieu. Comme avec Dieu rien n’est impossible, donc toutes choses sont possibles à celui qui peut croire réellement. Sachant que cela risque de donner aux disciples une raison de s’enorgueillir, le Seigneur Jésus raconte la parabole du serviteur inutile.

‘Supposons’, dit Jésus, ‘que l’un d’entre vous ait un serviteur à qui on a demandé de labourer la terre. À la fin de la journée, quand il revient des champs, allez-vous l’accueillir en lui préparant un repas? Bien sûr que non! Même s’il a travaillé rudement toute la journée, c’est encore au serviteur qu’il incombe de faire le souper pour vous. Il ne mangera que lorsque vous aurez terminé votre repas. C’est au maître que la priorité doit être accordée’.

Jésus pose ensuite une question qui vient exposer le point crucial de la parabole. ‘Devez-vous une reconnaissance particulière envers le serviteur d’avoir exécuter ce que vous lui avez ordonné de faire’? La réponse est encore une fois la même. ‘Bien sûr que non! Il n’a fait que son devoir. Vous n’avez pas à le remercier pour cela’.

Il faut se rappeler que cette analogie est tirée de la société d’alors où l’esclave devait suivre inconditionnellement les volontés de son maître. Si le maître lui avait donné l’instruction de paître les troupeaux jusqu’au soir et ensuite, même s’il était fatigué, il lui demandait de servir à manger, il n’avait pas d’autre choix que d’obéir. Et le maître n’a pas à le remercier pour les services rendus puisqu’il est en droit de les attendre d’un esclave.

Au dernier verset (v. 10), Jésus applique sa parabole aux rapports du disciple avec Dieu. Vous de même (vous – les disciples), quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné… Remarquez le mot ‘tout’ – tout ce qui vous a été ordonné. Le serviteur n’a pas la liberté de choisir les ordres auxquels il préfère se soumettre. Nous avons souligné au début de la leçon que la graine de moutarde, bien que minuscule, est complète. Elle contient tout ce qu’il faut pour croître. Le mot ‘tout’ signifie simplement ‘total’ ou ‘entier’. La Bible l’utilise fréquemment pour désigner la totalité, l’entièreté de notre engagement envers Dieu. Pensons à Deutéronome 6.5 par exemple. Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force.

Et pourtant, même si un disciple pouvait accomplir tout ce que Dieu lui demande de faire, celui-ci n’a pas à se voir comme quelqu’un d’extraordinaire. ‘Au contraire’, déclare Jésus, ‘il devrait se dire’, Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire. Même si nous obéissons à Dieu en tout, nous sommes encore ‘inutiles’. N’est-ce pas étonnant? Le mot ‘inutile’ n’est peut-être pas la meilleure traduction. Le mot grec (achreioi) renferme l’idée d’être ‘sans profit’. ‘Nous sommes des ‘serviteurs sans profit’. Ces serviteurs sont inutiles dans le sens qu’ils sont ‘sans profit’ pour le maître. Le même mot est utilisé dans la parabole des talents pour le serviteur qui n’a pas fait fructifier son talent. Et le serviteur inutile, jetez–le dans les ténèbres du dehors (Matthieu 25.30). Dans le contexte de notre parabole, il est dit que nous sommes nous-mêmes des serviteurs inutiles, c’est-à-dire que nous ne constituons pas un profit pour Dieu. Le Seigneur n’a pas besoin de notre service. Malgré tout ce que nous réussissons à faire pour lui, il ne lui revient aucun avantage, aucun profit. Au mieux, toutes ces choses ne sont rien de plus que notre devoir.

Conclusion

Quelle leçon doit-on retenir de cette parabole? Par cette histoire, Jésus décrit l’attitude idéale du disciple quand il se met au service du royaume. Le croyant ne doit jamais oublier sa position devant Dieu. Il est la possession de Dieu. Il est son esclave, son serviteur. Il a été racheté par le précieux sang du Christ et a été transporté dans son royaume éternel (1Corinthiens 6.20; 7.23; 1Pierre 1.18-19). En raison du coût infini de ce transfert, rien de ce qu’il pourra jamais réaliser ne suffira pour compenser ce que le Seigneur a fait pour lui au calvaire. Même s’il parvenait à accomplir tout ce que Jésus demande, il ne pourra jamais mériter ses remerciements. Il admet dans son for intérieur qu’il est un serviteur inutile.

Nous avons un bel exemple de cette attitude dans la personne de Paul. Quand l’apôtre Paul réfléchissait à l’œuvre de Dieu dans sa vie, il parlait de libération et d’adoption. Quand il méditait sur sa propre responsabilité envers Christ, il se considérait comme un esclave, ne vivant plus pour lui-même mais pour le Maître qui l’a acheté au prix de son propre sang. Paul, serviteur de Jésus–Christ, dit-il en Romains 1.1, appelé à être apôtre.
Il faut garder à l’esprit que la parabole du serviteur inutile se trouve dans le contexte d’une série d’enseignement sur la foi. Jésus venait de dire que le chrétien doit être disposé à pardonner sept fois son prochain au cours de la même journée si c’était nécessaire. Or les disciples se sentaient incapables d’une telle clémence. C’est pourquoi ils demandèrent à Jésus d’augmenter leur foi. Le Seigneur répondit qu’une foi authentique, fût-elle de la taille d’un grain de moutarde, a le pouvoir d’accomplir des choses prodigieuses – comme déraciner des arbres ou déplacer des montagnes. Mais le croyant doit prendre garde de ne pas se laisser habiter par un sentiment de suffisance. À ceux qui seraient tentés de s’enorgueillir de leurs œuvres pour Dieu, Jésus raconte la parabole du serviteur inutile et montre qu’il ne nous doit rien quand nous le servons fidèlement. Le serviteur de Christ n’a aucun mérite à faire valoir quoi que ce soit devant Dieu. En obéissant à ses commandements, il ne fait que ce qu’il était dans l’obligation de faire.


bonjour,

Tous les cataclysmes attribués à Dieu dans la Torah prouvent que dans le passé, la région a subi diverses catatrosphes qui furent planétaires, en fait. On peut parler du Déluge, de ce qu'il advint à Sodome et Gomorrhe ou lorsque le pseudo Josué ordonne au Soleil et à la Lune de s'immobiliser. Ce dernier phénomène devrait nous interpeller car derrière les légendes bibliques, se cachent des vérités cosmogoniques.

« Il dit, en présence des Israélites
« Soleil, arrête-toi sur Gabaon,
« Et toi, lune, sur le val d'Ajalon. »
Et le soleil s'arrêta et la lune se tint immobile, jusqu'à ce que le peuple se fût vengé de ses ennemis. Cela est écrit dans le livre du juste. Le soleil s'arrêta au milieu du ciel et ne se hâta pas de se coucher pendant presque un jour entier. (Josué 10-12, 13.)


Les scribes ont noyé la Loi Originelle Cosmogonique au milieu de scènes de combats ou de pillages qui n'ont rien à voir avec la réalité. Lorsque vous lisez que Dieu aurait donné la terre de Canaan à un "peuple élu", c'est bien sûr faux. Dieu-Conscience dit aux premiers humains : Je vous donne la Terre. Point. Ce sont les rajouts et les affabulations qui ont falsifié l'Histoire de l'Humanité. Et ceux qui l'ont fait avaient bien sûr une idée derrière la tête. Il en est de même, d'ailleurs, pour le Nouveau Testament. Si vous lisez tout ce qui y est écrit, à la lettre, vous n'avez certainement pas la réelle Dimension du Maître. Je vais même vous dire mieux, quitte à fâcher tous les religieux catholiques ou qui se disent chrétiens, à force de croire à un faux Yeshoua, vous avez créé un "égrégore"... c'est-à-dire une sorte d'Antichrist. Alors, attendez-vous à ce qu'il surgisse... mais n'oubliez pas qu'il est VOTRE CREATION.

ELYOS

Le siège vacant 666 au parlement Européen !!


Il y a 679 sièges de députés. Mais attendez ! Tous les sièges ont été attribués aux parlementaires européens, sauf un seul, qui reste non attribué et inoccupé.
Ce siège porte le numéro 666 !
Voici un extrait de la liste des numéros des sièges du Parlement, liste distribuée à tous les parlementaires :
• 655 Couteaux
• 656 Fitzsimons
• 657 Hyland
• 658 Kuntz
• 659 De La Perrière
• 660 Marchiani
• 661 Montfort
• 662 Quiero
• 663 Souchet
• 664 Thomas-Mauro
• 665 Zissener
• 666 -------
• 667 Cappato
• 668 Turco
• 669 Bonino
• 670 Pannella
• 671 Dupuis
• 672 Della Vedova
• 673 Dell'Alba
• 674 Gorostiaga Atxalandabaso
• 675 Gobbo
• 676 Speroni
• 677 Bossi
• 678 Formentini
• 679 Crowley

Amitiès ELYOS
avatar
Elyos

Messages : 34
Date d'inscription : 24/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par sdurif le Sam 19 Jan - 22:49

Je vous communique ma chaîne Youtube et ma page Facebook pour que vous puissiez me voir.

https://www.facebook.com/gem.oriana
http://www.youtube.com/user/Elvita71258

Signé : Sylvain (Pierre) Durif
alias Sylvanus, alias L'Homme Vert, alias Merlin l'Enchanteur, alias Le Grand Monarque, alias Oriana empereur cosmique, alias Al Khidr le verdoyant, alias Le Machiar (messie), Le Christ cosmique.

sdurif

Messages : 10
Date d'inscription : 24/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par ma le Jeu 21 Nov - 19:24

Merci a vous. Retranché dans sa solitude et sa souffrance, chacun de vos mots le réconforte. Il porte les hommes et Dieu en lui, et il est déchire par les fautes humaines et de ce manque d'amour. Lui seul qui il est et quand il a ose se confié on s'est moque de lui. Merci a vous tous. Il porte nos ténèbres et n'a plus de force. Priez pour lui. Demandez que son jour arrive sans tarder car chaque jour EST UN ENFER POUR LUI.

ma

Messages : 30
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 39
Localisation : paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par ma le Jeu 21 Nov - 19:33

je lui envoie une petite chanson pour le reconforter : http://youtu.be/TrIczncus94

ma

Messages : 30
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 39
Localisation : paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par ma le Jeu 21 Nov - 19:48

Bonjour à toi. Si je sais pour sa souffrance ce st que je suis comme connecte à lui comme plusieurs personnes sur ce site car j'y ai lu des descriptions assez justes. Oui ! il nous entend et attend qu'on le trouve. Il est né comme un humain avec une enfance bien triste sans amour ni justice, bien qu'en lui seul l'amour et la justice régnaient, ce qui l'a poussé à chercher à l'intérieur de lui. I

Peux importe la souffrance dans la priere Dieu la surment conduit a trouver en lui même toutes connaissance , L'Esprit etc donc cherchait a l'interieur de lui .

Il était trés timide le monde l'éffrayer mais Dieu était la et le guider !.



ma

Messages : 30
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 39
Localisation : paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par ma le Jeu 21 Nov - 20:05

Il est différent sans être différent , mais vie dans un vie réel avec toutes les difficultés de vie , il a peux étudier a l'école mais trés évoluer .
Il a pas d'ami trop bon on a tendance plus a en profiter qu'autre chose .
Mais c'est lui .
Lui se repose sur ces amis au ciel il l'aident , il les a pris car il était seule .


ma

Messages : 30
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 39
Localisation : paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par ma le Jeu 21 Nov - 20:52

Bonne chance a lui et a vous tous bis

ma

Messages : 30
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 39
Localisation : paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par ma le Sam 23 Nov - 22:52

I love you I love you I love you 

ma

Messages : 30
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 39
Localisation : paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avènement du Grand Monarque - Le Roi Attendu... Je ne l'Imagine pas, je le Vois

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum