Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Her le Mer 25 Mai - 20:18

Message à JNSR - 7 Avril 2005

France ! Je te sauverai malgré toi,
mais tu auras déjà goûté à ta propre moisson de larmes.

En Me rejetant, tu as semé la révolte
et tu récolteras la haine des tiens des toutes parts.

Tu goûteras aux fruits amers et rares de tes vergers. Tu fouleras tes terres arides sous le vent chaud ou le vent froid. Les rivages de tes fleuves et de tes mers seront couverts de poissons morts.

En regardant tes nappes phréatiques diminuer, et dans l’impossibilité de les reconstituer, alors tu te rappelleras la grande sécheresse annoncée par ton Dieu fidèle à Dozulé.

Avant que finisse cette épreuve, et lorsque tu auras goûté aux fruits décharnés de ton sol infécond, tu viendras en pleurant Me prier d’éloigner de toi le malheur qui affecte toutes les régions et ceux qui les habitent.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Her le Mer 25 Mai - 20:26

http://www.metrofrance.com/info/la-secheresse-menace-en-france/mkdr!rLnZzcffSet8E/

Mis à jour 20-04-2011 17:23

La sécheresse menace en France

Les fortes chaleurs d'avril et le manque de pluies cet hiver ont asséché les sols. "Préoccupant", selon Météo France

Le soleil et la chaleur ne font pas que des heureux. Le mois d'avril très doux et le manque de pluie observé depuis janvier font peser des risques de sécheresse sur la majeure partie de la France, surtout dans le Nord de la Loire et en région Ouest. Une fois n'est pas coutume, c'est le quart Sud-Est, et en particulier la Méditerranée, qui a été le plus arrosé.

De 70 à 90% de déficit en avril

Après la vague de froid et les fortes intempéries du début de l'hiver (tempêtes de neige à répétition en décembre), le niveau de pluies observées durant les mois de janvier et février est inférieur de 50% aux normales saisonnières. "Pour la première quinzaine d'avril, on est même entre 70 et 90% de déficit, constate Michel Dalloz, ingénieur de Météo France. Il faut remonter à avril 2005 pour avoir une situation similaire."

Selon Météo Consult, les températures ont été très chaudes pour un début avril (jusqu'à 33°C sur le Languedoc) et "il n'est pas tombé une goutte depuis début avril sur la Bretagne ou le Languedoc, et aucune pluie significative n'est attendue sur la France avant le début de la semaine prochaine".

Une période cruciale pour les sols

Si le beau temps est une chance pour le tourisme, à l'occasion des vacances de Pâques, cette sécheresse précoce pose problème pour les agriculteurs. Le début du printemps est la période où la couche superficielle du sol se réapprovisionne en eau. Or les fortes chaleurs ont accentué l'évaporation, et le réveil précoce de la végétation a pompé dans les réserves hydriques.

"Le problème revet différentes facettes, détaille Frédéric Huard, agrométéorologue à l'Institut national de recherche agronomique. Les éleveurs, qui font pâturer les bêtes, doivent puiser dans les réserves de foin car l'herbe ne pousse pas. Il faudra irriguer pour faire lever les semis de maïs et de blé, en puisant dans les réserves déjà faibles."
Modifier les pratiques agricoles

La tension sur les nappes phréatiques est un phénomène préoccupant depuis plusieurs années. "Après la sécheresse de 2003, on avait fait des études pour modifier les pratiques agricoles, en remplaçant le maïs, irrigué, par du sorgho, explique Frédéric Huard. C'est techniquement possible, mais la filière de transformation n'est pas créée."
A court terme, les agriculteurs n'ont pas d'autres solutions que d'irriguer. Or les exploitations du nord-ouest, peu habituées à la sécheresse, ne sont pas équipées. "Il faudrait de la pluie dans les quinze jours pour améliorer le sol."

"Il faut un mois de mai pourri"

"La situation n'est pas exceptionnelle, mais elle est préoccupante, indique Michel Dalloz. L'espoir, c'est d'avoir un mois de mai 'pourri' avec au moins une fois et demi les précipitations habituelles. Mais on ne peut pas prédire plus d'un mois à l'avance : avril 2007 avait été très chaud, et l'été qui a suivi a été frais et pluvieux."
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Her le Mer 25 Mai - 20:29

http://www.asn.fr/index.php/S-informer/Actualites/2011/Impact-de-la-secheresse-sur-le-fonctionnement-des-centrales-nucleaires

Impact de la sécheresse sur le fonctionnement des centrales nucléaires : l’ASN rappelle le dispositif mis en place

Paris, le 18 Mai 2011
Note d'information
A ce jour, le fonctionnement normal des centrales nucléaires n’est pas affecté par la sécheresse constatée en France, malgré l’enregistrement d’une diminution du débit de certains cours d’eau.

En cas de sécheresse et de canicule, les exploitants des centrales nucléaires doivent être en mesure de faire face à la perte totale ou partielle du refroidissement liée à une diminution du niveau et du débit d’eau dans les fleuves, ainsi qu’à l’élévation de la température ambiante dans les locaux contenant des équipements importants pour la sûreté.

Rappelons que les conditions climatiques de 2003 et de 2006, sans remettre en cause la sûreté des centrales nucléaires, avaient contraint le gouvernement à prendre des mesures exceptionnelles pour garantir la disponibilité du réseau électrique français. Ainsi, EDF avait été autorisé à déroger aux limites thermiques des rejets de certaines centrales nucléaires pour augmenter leur disponibilité.

L’ASN avait demandé à EDF de tirer les enseignements de ces épisodes de sécheresse et de canicule et de prendre les mesures nécessaires :

réévaluer les dispositions de protection des installations vis-à-vis des températures extrêmes et de la sécheresse ;
apporter des modifications techniques pour améliorer la capacité de refroidissement et renforcer la résistance des matériels sensibles aux températures élevées ; mettre en place des dispositifs d’alerte permettant d’anticiper l’évolution des températures et du débit d’eau des fleuves.

Depuis lors, l’ASN participe au processus national de veille relatif à la canicule et la sécheresse déployé par la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC).
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Her le Mer 25 Mai - 20:32

http://www.ladepeche.fr/article/2011/05/20/1086730-secheresse-il-faut-des-reserves-d-eau.html

PUBLIÉ LE 20/05/2011 07:58 | LADEPECHE.FR

Sécheresse : "il faut des réserves d'eau"

Pour les agriculteurs de la région, la sécheresse annoncée, rend d'autant plus nécessaire la réflexion sur la création de retenues d'eau pour assurer une meilleure irrigation des cultures. « Il y a des projets qui existent et qui n'aboutissent pas. Il faut savoir pourquoi », a noté Martin Malvy qui privilégie la coopération avec les chambres d'agriculture. « L'eau n'est pas de notre compétence mais il est clair qu'il faut créer des réserves naturelles ». Le président de Midi-Pyrénées qui a écrit au président de la République, a notamment rappelé « les risques » que fait courir la réforme des volumes prélevables pour l'économie agricole et agroalimentaire. « On parle de 6 000 à 8 000 emplois qui pourraient être remis en cause dans le bassin Adour-Garonne ». Entre 1992 et 2010, la région a investi 88 millions d'euros dans la création de 60 millions de m3 de réserves. Au total ce sont 452 lacs collinaires qui ont été aménagés en Midi-Pyrénées grâce à des subventions. Mais pour Martin Malvy il faut encore faire des efforts….
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Her le Mer 25 Mai - 21:08

Bonjour à tous,

Ce que la Bible dit de la sècheresse.
Merci à Silvia.

////////////////////////////////////////////////////////////////////

" Yahvé te frappera de consomption, de fièvre, d'inflammation, de fièvre chaude, de sécheresse, de rouille et de nielle, qui te poursuivront jusqu'à ta perte. Les cieux au-dessus de toi seront d'airain et la terre sous toi sera de fer. La pluie de ton pays, Yahvé en fera de la poussière et du sable; il en tombera du ciel sur toi jusqu'à ta destruction " (Deutéronome 28 : 22-24).

" La miséricorde est bonne au temps de la tribulation, comme les nuages de pluie au temps de la sécheresse " (Ecclésiastique 35 : 24)
.

" Car tu bénis le juste, ô Éternel! Tu l'entoures de ta grâce comme d'un bouclier " (Ps 5 : 12-13).

" Les rebelles seuls habitent des lieux arides " (Psaumes 68 : 6).

" Mais ils ont été rebelles, ils ont attristé son esprit saint; Et il est devenu leur ennemi, il a combattu contre eux " (Isaïe 63 : 10).

" Mais ce peuple possède un coeur dévoyé et rebelle; ils se sont dévoyés et ils s'en sont allés. Ils n'ont pas dit en leur coeur : Craignons donc Yahvé notre Dieu, qui donne la pluie, celle de l'automne et celle du printemps, selon son temps, et qui nous réserve des semaines fixes pour la moisson. Vos fautes ont dérangé cet ordre, vos péchés ont écarté de vous ces biens " (Jérémie 5 : 23-25).

Parole de Yahvé qui fut adressée à Jérémie à l'occasion de la sécheresse. Juda est dans le deuil et ses villes languissent : elles s'abîment vers la terre, le cri de Jérusalem s'élève. Les riches envoient les petites gens chercher de l'eau : Ils arrivent aux citernes, ils ne trouvent point d'eau, ils reviennent avec leurs cruches vides. Ils sont honteux et humiliés et se voilent la tête. Parce que le sol est tout crevassé, car la pluie manque au pays, les laboureurs, honteux, se voilent la tête. Même la biche, dans la campagne, a mis bas et abandonné son petit, tant l'herbe fait défaut ; les onagres, dressés sur les hauteurs, hument l'air comme des chacals : leurs yeux s'obscurcissent faute de verdure. Si nos fautes parlent contre nous, agis, Yahvé, pour l'honneur de ton Nom ! Oui, nombreuses furent nos rébellions, nous avons péché contre toi " (Jérémie 14 : 1-7).

" Je m'en irai, je rentrerai dans ma demeure jusqu'à ce qu'ils se reconnaissent coupables et qu'ils cherchent ma face. Dans leur détresse, ils me réclameront " (Osée 5 : 15).

" Arrive-t-il un malheur dans une ville, sans que l'Eternel en soit l'Auteur ? " (Amos 3 : 6).

" J'ai appelé la sécheresse sur la terre, sur les montagnes, sur le blé, sur le vin nouveau, sur l'huile fraîche et sur tout ce que produit le sol, sur les hommes et sur le bétail, et sur tout le labeur de vos mains " (Aggée 1 - 11).

" Nous savons que Dieu n'exauce point les pécheurs ; mais, si quelqu'un l'honore et fait sa volonté, c'est celui-là qu'il l'exauce " (Jean 9 : 31).
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Her le Mer 25 Mai - 21:45

http://dozule.net/index.php/sommaire

« Le retour du Messie dans la gloire »
70 questions réponses sur l’avenir du monde à travers les révélations de Dozulé

1. LE MONDE INVISIBLE RÉVÉLÉ PAR LES APPARITIONS
Peut-on aujourd'hui être chrétien et ne pas croire aux apparitions ?
La révélation est-elle close avec les Évangiles ?
Quand on est chrétien, qu'est-on censé croire ?

2. DOZULÉ

3. MADELEINE : SA CONVERSION MIRACULEUSE

4. ULTIME MESSAGE DU CHRIST
Avertissement
Les cinquante apparitions

5. ENQUÊTE ET DISCERNEMENT
Madeleine a-t-elle obéi à l'Église ?
Madeleine devait-elle obéir au Christ ?
Comment savoir si le message vient de Dieu ?
Les habitants de Dozulé étaient-ils informés ?
Quelles preuves a-t-on de l'existence de ces paroles ?
L'abbé L'Horset peut-il en être l'auteur
Les religieuses ont-elles tout inventé ?
Comment les laïcs ont-ils connu le secret ?
Ne s'agit-il pas d'une secte millénariste ?
Qu'est-ce qu'une secte ?
Le Pape a-t-il été prévenu ?
Quelle est la position de l'évêque de Bayeux ?
A-t-on le droit de faire connaître le Message ?
Comment croire à la présence réelle ?

6. L'AVENIR ANNONCÉ PAR LE CHRIST
Pourquoi l'emploi du latin ?
Les pécheurs

7. LA GRANDE TRIBULATION
(1ère partie : Gog et Magog)
La Tribulation annoncée au Pape
La Tribulation est-elle de foi évangélique ?
Troisième secret de Fatima annoncé à FO.N.U.
Le secret de La Salette
D'où viendra la Grande Tribulation ?
Comment imaginer la Russie comme l'ennemi Gog et Magog ?

8. L'APPARITION DE LA CROIX GLORIEUSE DANS LE CIEL
Pourquoi construire une Croix ?
Pourquoi en France ?
Pourquoi à Dozulé ?
La Croix Glorieuse à la place de l'arbre symbole du péché ?
Techniquement, la Croix est-elle édifiable ?
La signification du repentir à Dozulé.
Que signifient les dimensions de la Croix ?
La Croix Glorieuse annoncée par d'autres mystiques
Pourquoi prier sur la Hautte-Butte ?

9. LA NOUVELLE ÉVANGÉLISATION
Par qui va être faite la Nouvelle Évangélisation ?
Le Retour des Juifs, Signe des temps ?

10. L'UNITE DES EGLISES EN L'EGLISE
Mystiques ayant annoncé l'unité des Églises

11. LA CONSOLATION DU MONDE
Plan d'action de la miséricorde
La miséricorde de Dieu dans le message
De sœur Faustine à Dozulé
Un roi en France ?

12. LA GRANDE SÉCHERESSE MONDIALE
Comment arrivera la sécheresse ?
Les modifications climatiques actuelles


13. LA VENUE DE L'ANTI-CHRIST
(2e partie : la Grande Tribulation)
Origine et description
Stratégie de l'Anti-Christ

14. LE RATIONALISME : ERREUR DE L'INTELLIGENCE ET PERTE DE LA FOI

15. LE RETOUR DU CHRIST EN GLOIRE
Nous ne savons ni le jour ni l'heure ?
Cinq signes annonciateurs dans le message
Que sera le cataclysme final ?

16. LE JUGEMENT DES NATIONS
Sur quels critères aura lieu le Jugement ?
Vision du Jugement, de saint Jean à Madeleine
Où aura lieu le Jugement ?

17. LE NOUVEAU MONDE, LA NOUVELLE TERRE
Descriptions du Nouveau Monde
Que penser de la réincarnation et de la résurrection ?
Le millénaire de paix

18. LA BASCULE DES PÔLES
La Nouvelle Jérusalem, symbole ou réalité ?

19. ANCIENNE ET NOUVELLE JÉRUSALEM
Quand aura lieu le retour du Christ ?
La Croix Glorieuse bientôt élevée ?
Les apparitions du Christ à Dozulé terminées ?
Rôle des laïcs, le discernement du divin

EPILOGUE DE L'APOCALYPSE

CONCLUSION

PRIÈRES DICTÉES PAR LE CHRIST
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Her le Mer 25 Mai - 21:52

http://trinite.1.free.fr/francais/francais.htm

Message du Christ Jésus à Dozulé (Calvados)

LA CROIX GLORIEUSE

"Le Signe du Fils de l’Homme"

À tous pour sauver le Monde : Histoire des Apparitions

(Cahiers de Madeleine)

/////////////////////////////////////////

Jésus de Nazareth parle aux Nations


17ème APPARITION

Vendredi 31 Mai 1974 de 9 H 45 à 10 H 05

Madeleine n'attendait pas la visite de Jésus puisque ce n'était pas le premier vendredi du mois. Mais tous les matins, elle va à la chapelle rendre visite à Jésus, après avoir conduit les enfants à l'école.

Peu avant de communier, soeur B. vient chercher le prêtre pour un malade. Il ne pense pas être longtemps absent.

Tout à coup le halo de Lumière apparaît à l'endroit du tabernacle. Il était plus large et paraissait moins haut que les fois précédentes et il semblait attendre quelqu'un.

Madeleine dit à soeur B., qu'elle est allée chercher :

"Il y a quelqu'un mais ce n'est pas Jésus", en voyant apparaître quelqu'un, "c'est quelqu'un que je ne connais pas !".

Madeleine ajoute :

"Je me sentais bien dans la chapelle alors que les fois précédentes, j'étais totalement absorbée par la vision du Christ, insensible à tout ce qui m'entourait..."

"Ce personnage inconnu tenait une sorte de bannière, en haut une petite croix ; celle-ci ainsi que la hampe étaient du même ton et brillaient comme de l'or. En dessous de la croix, une oriflamme en tissu semble-t-il, comporte trois mots dont j'ai cru apercevoir le premier et le dernier : "QUIS... DEUS"*. La hampe se terminait à son extrémité inférieure par une pointe en forme de lance ou de pique. Le personnage paraissait frisé, les cheveux courts, ressemblant à un soldat. Sa tunique était courte, sa main droite tenait le milieu de la hampe, une sorte de sangle serrait ses mollets."

* "QUIS ES DEUS " : Qui est comme Dieu ? Ceci signifie aussi le mot hébraïque Michaël.


Je lui ai demandé :

"Qui êtes-vous ?

"Je vous salue." Et il m'a saluée de la tête.

"Je suis Michel l'Archange, c'est Dieu qui m'envoie.

Vous verrez les Mystères du Rédempteur et vous répéterez chaque phrase l'une après l'autre à mesure que je vous les dicterai."

Madeleine lui a répondu :

"Si c'est Dieu qui vous envoie, je vous obéirai."

L'Archange était toujours là quand il lui a dit :

"Per Mysterium Sanctæ Incarnationis Tuæ."
"Par le Mystère de Ta Sainte Incarnation."

Et il a disparu.

Madeleine dit :

"J'ai vu quelqu'un habillé tout en blanc, à genoux. J'ai pensé que c'était un ange. Il regardait une jeune fille belle, avec un fichu sur la tête. A la vue de l'ange, elle a salué, et elle est restée la tête inclinée, elle a posé, l'une après l'autre, les mains sur sa poitrine de la même façon que le Seigneur me l'a appris. J'ai remarqué particulièrement ce même geste qui m'a impressionnée. Quelques secondes après, tout a disparu."

Puis je revois l'Archange qui me dit :


"Per Nativitatem Tuam."
"Par Ta Nativité."

L'Archange disparaît.

Madeleine voit alors un bébé dans un berceau en osier ou sur de la paille en forme de berceau; beaucoup de gens autour, en robe longue, semblent Le regarder et L'admirer... puis tout disparaît.

Elle revoit l'Archange au même endroit, mais pense d'ailleurs qu'il est toujours là (mais il disparaît à ses yeux, à cause de l'importance du tableau vivant qui lui est présenté.)

Il lui dit avant de disparaître :


"Per Baptismum et Sanctum Jejunium Tuum."
"Par Ton Baptême et Ton Saint Jeûne."

Jésus est accompagné d'un homme grand, cependant moins grand que Jésus. Il est revêtu d'une sorte de cape ou de fourrure à poils courts. Je vois de l'eau couler comme une rivière. Cet homme tient par un manche une écuelle, il prend de l'eau dans la rivière et en verse sur la tête de Jésus ; après quelques secondes : Jésus gravit un sentier montant, et, arrivé en haut, Il s'y assoit. Il croise les mains, lève les yeux au ciel comme pour prier, puis tout disparaît.

Elle revoit l'Archange qui dit :


"Per Crucem et Passionem Tuam."
"Par Ta Croix et Ta Passion."

…puis disparaît.

Jésus porte sur l'épaule droite, péniblement, une croix très lourde, en marchant au milieu d'un sentier. De chaque côté du sentier une foule de gens paraît rire. Quelques-uns lèvent la main comme pour lui jeter quelque chose.

Jésus n'est pas tombé malgré le poids de Sa Croix. J'en ai été surprise ; à plusieurs reprises, j'ai cru qu'Il allait s'affaisser sur la chaussée, pauvre Jésus. Puis l'image a disparu.

L'Archange se montre à nouveau et dit :


"Per Mortem et Sepulturam Tuam."
"Par Ta Mort et Ta Sépulture."

…avant de disparaître.

Madeleine voit Jésus sur la Croix, paraissant mort, la tête penchée en avant, le torse nu, une large plaie au côté droit, et sous la plaie un filet de sang coagulé, je crois. Trois personnes se tiennent au pied de la Croix, une de chaque côté, debout, et regardant avec tristesse le visage de Jésus.

Celle du milieu est à genoux et enserre de ses deux mains le pied de la Croix, semblant vouloir baiser les pieds de Jésus, posés sur un support de bois.

Les larmes de Madeleine coulent…

Madeleine revoit l'Archange qui dit :


"Per Sanctam Resurrectionem Tuam."
"Par Ta Sainte Résurrection."

A cet instant, Madeleine revoit Jésus vivant, une joie s'empare d'elle. Il lui apparaît comme la toute première fois, le soir du 27 Décembre 1972, souriant, les mains tendues vers elle comme pour l'accueillir et Il lui dit :

"Je suis Jésus de Nazareth, le Fils de l'Homme Ressuscité...et Il ajoute : d'entre les morts."

"Regardez Mes Plaies."


De sa main droite, Il a dégagé le côté droit de sa robe bien qu'elle soit sans ouverture.

Madeleine a vu alors une large plaie qui n'avait pas de sang. Sur le revers de Sa Main droite, elle a aperçu un petit trou. Sa main gauche tendue vers elle avait également un trou dans la paume, sur chacun de Ses Pieds un trou également.

Ensuite, Il lui a dit :

"Approchez et touchez Mon Côté."

Madeleine s'est levée, a avancé la main droite et de l'index et du majeur a touché le rebord de Sa Plaie qui paraissait profonde.

Elle était tout émue et elle a dit :

"Seigneur, vous avez tant souffert pour nous."

Elle était triste à la pensée que Jésus avait tant souffert pour le monde, le péché du monde, l'ingratitude du monde, pour nous tous, pauvres pécheurs.

Elle s'est remise à genoux et Jésus a repris sa position habituelle (les mains tendues vers elle). Sa robe avait repris sa forme normale.

Il lui a dit :

"Dites ceci à haute voix"

Jésus lui dictait chaque phrase lentement qu'elle répétait.

"Jésus demande d'annoncer au monde entier la prière qu'Il vous a enseignée. Il demande que la Croix Glorieuse et le Sanctuaire soient élevés pour la fin de la Sainte-Année."

Il y a une Sainte-Année tous les vingt-cinq ans, et 1975 est une Sainte-Année.

"Car elle sera l'ultime Sainte-Année. Que chaque année y soit célébrée une fête solennelle - jour où Madeleine a vu la Croix pour la première fois. Tous ceux qui, pleins de confiance, seront venus s'y repentir, seront sauvés en cette vie et pour l'éternité. Satan n'aura plus de pouvoir sur eux."

Quelques instants après et d'une voix très grave :

"En vérité, Je vous le dis, Mon Père M'a envoyé pour vous sauver et vous donner la Paix et la Joie. Sachez que Je suis Amour et Compassion."

Puis Il ajoute :

"Ceci est la fin de Mon Message."

Jésus était toujours là quand l'Archange sans se montrer a dit à Madeleine les paroles suivantes que Madeleine a répétées :


"Per Admirabilem Ascensionem Tuam."
"Par Ton admirable Ascension."

A ce moment-là, Jésus a levé Sa main droite sur Madeleine et lui a dit :

"Que la Paix reste avec vous et avec tous ceux qui vous approchent."

Jésus a baissé la main.

Madeleine L'a vu monter tout doucement et légèrement, puis disparaître.

Madeleine revoit à nouveau l'Archange qui lui dit :


"Per Adventum Spiritus Sancti Paracliti."
"Par la venue de l'Esprit-Saint le Paraclet."

Il reste et dit :

"Jésus vient de vous quitter. Son Message est terminé, mais vous Le reverrez."

Et Il ajoute (Madeleine a répété tout haut ) :

"Per cujus imperti Nomen est in æternum, ab omni malo libera nos Domine."

L'Archange lui dit, sans préciser de le répéter :

"Cela veut dire : Par Celui dont le Nom a un Règne Éternel, de tout mal délivre-nous, Seigneur."

L'Archange dit :

"Dites ceci à haute voix :

Dieu reproche aux prêtres leur lenteur dans l'accomplissement de leur tâche et leur incrédulité. Dieu leur a demandé d'annoncer au monde les merveilles de Celui qui a appelé Madeleine des ténèbres à Son admirable Lumière, car la Croix Glorieuse embellira la ville de Dozulé. Ils ne l'ont point fait. Ceci est la cause du manque d'eau dans ce bassin. Une grande calamité de sécheresse s'abattra sur le monde entier. Que les prêtres lisent attentivement le Message et respectent scrupuleusement ce qui leur a été demandé."

"Demandez à la personne présente qu'elle vous donne un cierge", (à soeur B.).

Lorsque Madeleine eut le cierge en main, l'Archange a dit :

"Déposez-le allumé à l'endroit où le Christ vient de vous quitter. Que tous ceux qui viendront dans cette chapelle vous imitent."

Un instant après :

"Vous avez toute la journée pour le dire au prêtre et aux personnes qui désirent vous entendre, vous vous en souviendrez, elles seront surprises de votre mémoire. Que le prêtre trouve une personne qui lui relise trois fois le Message et qu'elle le répète : elle n'en sera pas capable."

L'Archange regarde Madeleine et poursuit :

"Ecrivez ce que je vais vous dire en rentrant chez vous. Vous remettrez cet écrit au prêtre quand il vous aura dit :

"J'ai rendez-vous à l'Evêché, la semaine du Sacré-Coeur."

Faites une neuvaine que vous commencerez le jour du Sacré-Coeur. Cette neuvaine se compose d'un mystère par jour, les mystères qui vous ont été enseignés. Ensuite allez voir l'Évêque. Vous lui direz que c'est Dieu qui vous envoie. Donnez-lui le Message complet, qu'il en prenne connaissance. Les portes s'ouvriront, le coeur de l'Évêque fondra."

Après ces mots, l'Archange disparaît.

Madeleine a donc gardé précieusement cet écrit en attente.

Le mercredi 12 juin, le prêtre est venu lui dire :

"J'ai rendez-vous à l'Evêché la semaine prochaine !"

Elle lui a dit :

"C'est la semaine du Sacré-Coeur."

Le prêtre : "Je n'en sais rien !"

Madeleine : "J'en suis certaine !"

Et elle lui a remis son écrit à l'instant même, ce "mot" que lui avait dit d'écrire l'Archange.

Elle se sentait poussée à aller voir l'Évêque et c'était bien la semaine du Sacré-Coeur. Ils ont fait une neuvaine tous ensemble à partir du jour de la fête du Sacré-Coeur.

Madeleine voulait se rendre auprès de l'Évêque.

"Mais on ne va pas voir l'Évêque comme ça, je dois prendre un rendez-vous", lui a dit le prêtre, "Il faut obéir !".

Madeleine écrit :

"On doit toujours obéir, j'avais pourtant envie de désobéir, car je sais que c'est Dieu qui m'avait donné cet élan. Un élan inexplicable me donnait la force d'y aller. Ma déception était si grande."

Madeleine en a pleuré, certaine que l'Évêque l'aurait reçue. Pour faire plaisir aux hommes, elle a désobéi à Dieu.

"Je crois que Dieu me le reproche", dit Madeleine.

Elle n'avait aucun moyen de locomotion, qu'un vélomoteur, et l'Evêché est assez éloigné.

Elle y alla 3 mois plus tard :"Il n'y avait plus l'élan, la grâce était passée" dira-t-elle plus tard.


Le premier vendredi du mois de Juin 1974,

Jésus n'a pas paru.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Her le Jeu 26 Mai - 10:01

http://www.arte.tv/fr/3752030,CmC=3762760.html

22 mars, journée mondiale de l'eau

La Journée mondiale de l'eau, qu'est-ce que c'est ?
Le 22 décembre 1992 l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution qui déclarait le 22 mars "Journée mondiale de l'eau" à compter de l'année 1993.
Cette résolution invite les États à consacrer cette journée du 22 mars à des actions de la sensibilisation du public à la conservation et au développement des ressources en eau.
En 2011, la journée mondiale de l'eau a lieu au Cap en Afrique du sud le thème est "L'eau pour les villes"

Répères
La moitié de l'humanité vit aujourd'hui dans les villes et dans 20 ans le chiffre atteindra 60% (5 milliards d'êtres humains).
95% de l'expansion des villes lors des prochaines décennies aura lieu dans les pays en voie de développement.
La population de l'Afrique et de l'Asie va doubler entre 2000 et 2030
La croissance explosive de la population urbaine représente un défi sans précédent car il faudra règler les problèmes de distribution et d'assainissement de l'eau.
Entre 1998 et 2008, 1 milliard 52 millions d'habitants des villes ont obtenu l'accès à l'eau potable et 813 millions à l'assainissement de l'eau. Cependant, la population urbaine est passée pendant la même période à 1 milliard 89 millions de personnes.
Un habitant des villes sur quatre, soit 789 millions de personnes, n'a toujours pas accès à l'eau potable
27% des habitants des villes dans les pays en voie de développement n'ont pas l'eau courante chez eux.
La relation entre l'eau et les villes est cruciale. Les villes consomment d'énormes quantités d'eau douce et ont en même temps un grand impact sur la qualité de cette eau douce.
Les villes ne peuvent pas être considèrées comme durables si elles ne garantissent pas l'accès à l'eau potable et un assainissement approprié pour tous.

Les principaux défis à relever
La pauvreté
828 millions de personnes vivent dans des bidonvilles et n'ont pas accès à l'eau potable.
Les habitants pauvres des villes payent jusqu'à 50 fois plus cher le litre d'eau que leurs voisins plus riches car ils sont obligés de l'acheter à des revendeurs privés.
La surexploitation
La rapide urbanisation entraine une augmentation de la demande en eau. Pour satisfaire cette demande, les villes creusent plus loin et plus profondément dans le sous-sol ce qui entraine une surexploitation des ressources hydriques.
La pollution
Chaque jour, 2 millions de tonnes de déchets sont éliminés dans les cours d'eau
Dans beaucoup de villes, en particulier dans les pays en développement, l'absence de traitement des eaux usées et d'installations de drainage engendrent la polluton des ressources hydriques souterraines et superficielles.
La santé
Le manque d'eau potable dans les villes donne lieu à de graves problèmes de santé : épidémies de choléra, diarrhée, malaria.
La malaria est désormais considérée comme la première cause de mortalité dans les zones urbaines.
Les pertes d'eau
Un taux de pertes de 50% est fréquent dans les systèmes de distribution des villes.
Entre 250 et 500 millions de m³ d'eau potable sont perdus dans plusieurs grandes villes chaque année.
Eviter ces pertes permettait de ravitailler entre 10 et 20 millions de personnes en plus chaque année dans ces mêmes villes.

Pour aller plus loin: le site officiel de la journée mondiale de l'eau

http://www.arte.tv/fr/3752030,CmC=3762760.html

À voir aussi : L'Opération Transparence est une grande enquête collaborative visant à établir une cartographie complète du prix du service de l’eau en France.

Trouver des informations sur le prix du service de l’eau et comprendre sa facture d’eau relève du parcours du combattant. Pour autant la loi prévoit que chaque citoyen puisse accéder aux informations sur l’eau qui coule de son robinet : prix, qualité, performance du service....

C’est entre autres pour répondre à cette nécessité que l’ONEMA (Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques) lance en 2008 l’observatoire de l’eau. Objectif : réaliser une base de données des services de l’eau en France accessible à tous. Aujourd’hui, seules 5% des collectivités l’ont renseignée malgré leur obligation légale.

Pour en savoir plus : www.prixdeleau.fr

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

http://tele.premiere.fr/News-Videos/EXCLU-VIDEO-Water-Makes-Money-le-documentaire-coup-de-poing-sur-le-business-de-l-eau-ce-soir-sur-Arte-2663880

EXCLU VIDEO - Water Makes Money : le documentaire coup de poing sur le business de l’eau ce soir sur Arte 22-03-2011 - 15h15

A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau aujourd’hui mardi 22 mars 2011, Arte diffuse à 20h40 Water Makes Money, le documentaire coup de poing sur le business de l’eau réalisé par Leslie Franke et Herdolor Lorenz, qui ont répondu à nos questions. Extrait !

Water Makes Money sera diffusé ce soir à 20h40 sur Arte. Ce documentaire plonge dans les eaux troubles du business de l’eau, dont les groupes Suez et Veolia sont les leaders incontestés ; en France ils approvisionnent près de 80,0% de la population. Une enquête citoyenne, financée par des municipalités et des concitoyens, sur les dangers de l’hégémonie de Suez et Veolia (dans les médias, les partis politiques, les ONG, les universités…) ainsi que sur les pratiques du partenariat public-privé (PPP) et ses conséquences pour les usagers. Nous avons contacté les réalisateurs Leslie Franke et Herdolor Lorenz, qui ont répondu à nos questions.

Pensiez-vous qu’il serait possible de réaliser un tel documentaire ?

La question n’était pas de savoir si c’était possible, mais si c’était nécessaire. C’était nécessaire de faire un film sur Suez et Veolia, parce qu’ils sont présents partout dans le monde. Concernant les difficultés de faire ce film, Suez et Veolia se comportent comme toutes les grandes entreprises dans le monde. Nous avons insisté longtemps pour faire des interviews avec eux. Suez a décidé de nous parler, mais pas Veolia. Evidemment, pour un tel film, nous avions besoin de gens qui sont encouragés à parler de leur expérience et de leurs recherches avec Suez et Veolia. De même que le soutien de représentants de municipalités qui veulent que l’eau revienne dans les mains publiques était très important. Nous sentions tous qu’il était temps de parler de ces sujets-là.

Avez-vous subi la pression de Suez et Veolia durant le tournage ?

Il n’y eut aucune pression de la part de Suez et Veolia durant le tournage. Suez a décidé de participer et Veolia a refusé, après un an et demi de négociations. Mais la pression, c’est maintenant que Veolia poursuit le film en justice pour diffamation dans le but d’obtenir des dommages et intérêts. Ce n’est pas démocratique dans le sens de la liberté de la presse. Ils avaient la possibilité de répondre à toutes les parties du film critiquées, mais ils ont refusé et maintenant ils nous poursuivent en justice. Mais nous sommes très optimistes. Tous les faits montrés dans le film sont prouvés plusieurs fois. Plusieurs avocats les ont examinés.

Avez-vous subi des pressions de la part d’autres organisations ? (services publics, gouvernements…)

Seulement du fait que les gens à qui nous avons demandé des interviews ont refusé.

Veolia tente-t-il d’interdire la diffusion de Water Makes Money à la télévision ?

Nous avons été informés le 22 décembre 2010 de la plainte (de Veolia ndlr). Une interdiction du film était alors très possible. Nous avons rendu la plainte publique très vite, de sorte que des milliers de gens soit au courant et relaient l’information à travers leurs réseaux. Ainsi, en France également les médias ont commencé à s’y intéresser. Nous pensions qu’il y avait une pression sur Arte. Nous en avions déjà fait l’expérience avec notre dernier film Eau : service public à vendre. De manière évidente, l’intervention de Veolia a rendu possible que le fait que le film ne soit plus diffusé sur la télévision allemande.

Quel impact aura le documentaire sur le public ? Sur Suez et Veolia ? Sur le business de l’eau ?

Le film entame et soutient une discussion publique à propos du contrôle privé et public de thématiques de base comme l’eau. Expressément en France en ce moment, les deux tiers des communautés doivent en discuter car les contrats se terminent. De même dans tous les pays, c’est un grand besoin et même une urgence de parler du partenariat public-privé (PPP). Il y avait plus de six cent projections après la première en septembre 2010. Services d’utilité publique, représentants de communautés, hommes politiques, universités, écoles, églises, activistes de toutes les sphères de la société civile… Voilà qui programme le film. Le mois dernier, le film a participé au référendum à succès concernant la publication des contrats secrets des services publics de Berlin avec Veolia.

L’eau ne devrait pas être un business, pas un produit pour faire du profit. L’eau est un droit humain. Sans eau, pas de vie, pas de développement. La protection de l’eau est seulement possible sous contrôle public. L’eau dans les mains publiques est une question de démocratie. Suez a pris part à beaucoup de projections en France et a discuté avec le public. Il devrait y avoir un changement dans leur compréhension de leur rôle en tant qu’entreprises privées, qui n’est pas de régir les services de l’eau.

Et les politiciens, les municipalités devraient reconnaître et reprendre leurs responsabilités. Un bon nombre d’exemples montre que c’est possible, comme celui de Paris.

(Pour)suivez l’ouverture du débat sur la gestion de l’eau, ressource vitale humaine et enjeu des futurs conflits d’intérêts mondiaux, ce soir à 20h40 sur Arte.

Augustin Charpentier

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

http://fortune.fdesouche.com/32337-comment-les-multinationales-transforment-l’eau-en-argent

Comment les multinationales transforment l’eau en argent
Documentaire censé être diffusé sur ARTE à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau le 22 mars 2011 à 20h15, malgré le dépôt de plainte pour diffamation porté par le groupe Veolia, numéro 1 mondial du secteur.

Tout comme l’air que nous respirons, l’eau est un élément indispensable à la vie. Ainsi, le 27 juillet 2010, l’accès à l’eau potable a été intégré à la Déclaration des Droits de l’Homme par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Malgré tout, l’eau reste en proie aux intérêts économiques des entreprises multinationales obsédées par leurs profits. Cette mainmise sur l’or bleu touche aussi bien les pays en voie de développement que les riches pays industrialisés…

Dès qu’une commune cherche à remanier sa gestion de l’eau, les deux plus importants groupes mondiaux de l’eau pointent leur museau. Ensemble, ils constituent un oligopole qui pèse sur toute la surface du globe. En France, par exemple, ils approvisionnent près de 80% de la population. Conséquences : hausse vertigineuse des prix à la consommation, baisse de la qualité de l’eau, manque de transparence souvent lié à un climat de corruption… Même s’il ne s’agit plus de privatisation à proprement parler, mais de partenariat public-privé, le résultat est le même : les profits sont privatisés et les pertes collectivisées.

Le documentaire Water Makes Money explique comment les entreprises multinationales s’accaparent la distribution de cet élément vital et créent ainsi une alchimie déroutante : elles transforment l’eau en argent ! L’analyse de ce phénomène par des experts est agrémentée par plusieurs exemples de communes, allemandes et françaises, en proie à la domination de ces entreprises peu soucieuses d’offrir un service de qualité. Mais, à l’instar de Paris, des collectivités se soulèvent pour passer en régie publique. Le contrôle citoyen de l’eau est nécessaire et possible…

La plupart des humains ne se rendent compte de la valeur d´une chose que lorsqu’elle leur manque : l’eau fait partie de ces choses. Un être humain est constitué à 70% d’eau. Il lui faut refaire le plein sans cesse sinon c’est la mort au bout de 3 jours. C’est pourquoi l´eau, nourriture de base indispensable, a toujours été un bien public, géré publiquement. Jusqu’à aujourd’hui l’approvisionnement en eau dans le monde entier, est à 80% encore public. L’eau potable et l’assainissement sont toujours un monopole local. Nulle part au monde ne circulent dans les mêmes tuyaux, des eaux distinctes, de fournisseurs concurrents. Un marché est impensable. Qui privatise malgré tout ce service vital, remplace un monopole public par un monopole privé.

Pourtant c’est exactement ce qui se passe actuellement, partout dans le monde, au nom de la concurrence et du marché, lorsque des multinationales de l’eau comme Veolia et Suez, frappent à la porte de communes à court d’argent. Veolia, multinationale née en 2003, à la suite du plus important crash financier de l’histoire en France, celui de Vivendi Universal, – Veolia donc est présente dans au moins 69 pays sur les cinq continents et en cela le N°1 incontesté de la gestion privée de l’eau.

En Allemagne, la multinationale française a réussi, par des participations dans les services des eaux de plus de 450 communes, à prendre la première place dans l’approvisionnement en eau potable et le traitement des eaux usées. Les multinationales françaises annoncent tous les jours de nouvelles conquêtes. Ils promettent l’efficacité, des financements avantageux et le développement durable. Cependant, chez eux, en France, on leur fait de moins en moins confiance…

C’est précisément là où Veolia et Suez fournissent l’eau de 8 citoyens sur 10, que de nombreuses communes veulent se débarrasser des deux entreprises, l’opacité, la mauvaise qualité de l’eau, une augmentation continue des prix et l’abus de leur situation de monopole, voilà les reproches qu’on leur fait. Les communes ont du mal à contrôler si les prix facturés correspondent bien au travail effectué. Est-ce que les milliards de redevances payés pour la réparation des tuyaux ont bien été utilisés à cet effet ? L’argent de l’eau des communes françaises n’a-t-il pas financé l´expansion mondiale de Suez et de Veolia ?

À Paris, au coeur de leur pouvoir, les géants de l´eau ont déjà une plaie dangereuse. La capitale et plus de cent communes françaises ont décidé de reprendre le contrôle de ce service vital.

Le film « Water Makes Money » veut informer sur cette évolution actuelle. Il veut montrer les leçons que Paris et d’autres communes françaises ont tiré de la domination de Veolia & Co et comment elles réussissent à reprendre l’eau en régie publique.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Commentaire d'Hercule : En visionnant cette émission d'Arte sur le scandale franco-français du marché de l'eau, on comprend mieux comment les politiques se sont fait les complices du pillage de la France par les gestionnaires sans scrupule du marché de l'eau, et comment ces mêmes politiques renvoient l'ascenseur en nommant par exemple un Henri Proglio à la tête d'EDF. Il est à parier que la clientèle d'EDF se fera racquetter selon les mêmes méthodes crapuleuses. Chacun sait que l'escroquerie de grande envergure est déjà engagée... L'affaire tourne vraiment à l'association de malfaisants et malfaiteurs.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Her le Ven 27 Mai - 13:51

http://www.sudouest.fr/2011/05/26/secheresse-quel-impact-pour-les-centrales-nucleaires

26 mai 2011 17h53 | Par SudOuest.fr avec AFP
Sécheresse : quel impact pour les centrales nucléaires ?
L'Autorité de sûreté nucléaire suit "de très près" les conséquences que pourraient avoir la sécheresse et la baisse de débit des cours d'eau sur le refroidissement des centrales, notamment celle du Blayais et de Golfech

Les autorités surveillent de très l'impact de la sécheresse pour les centrales, notamment celle du Blayais. (Photo Stéphane Lartigue)

Blaye
Gironde

Les autorités de sûreté nucléaire surveillent de près les conséquences que pourraient avoir la sécheresse et la baisse de débit des cours d'eau sur le refroidissement des centrales. Dans une situation extrême, l'Autorité de Sûreté nucléaire (ASN) pourrait ordonner l'arrêt d'un réacteur, sans dérogation possible, comme l'a dit récemment la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet. Dans la "situation de crise" que cause d'ores et déjà la sécheresse, les centrales retiennent une "attention particulière", a déclaré NKM.

Les autorités se veulent rassurantes : "A ce jour, le fonctionnement normal des centrales nucléaires n'est pas affecté par la sécheresse", dit l'ASN. Et la sûreté des installations elles-mêmes, même en cas de sécheresse aiguë et prolongée, ne serait pas menacée, ont indiqué jeudi des responsables de l'ASN pour le Sud-Ouest.

Ainsi un éventuel arrêt de centrale serait motivé par des règles d'exploitation et la protection de l'environnement, ont-ils dit, repoussant très, très loin le risque de surchauffe d'un réacteur. Il s'agirait d'abord de protéger la faune et la flore contre un réchauffement des rejets de centrale dans l'environnement.

Mais "on est en vigilance: vigilance d'anticipation, vigilance d'EDF", a dit jeudi à Toulouse Patrice Russac, patron de la division Sud-Ouest de l'ASN. "On suit ça de très, très près, bien sûr !", a-t-il ajouté en parlant plus spécifiquement de l'impact de la sécheresse sur le débit d'eau au pied des centrales de son territoire : Civaux (Vienne), Golfech (Tarn-et-Garonne) et Le Blayais (Gironde).

Le Blayais, auprès de l'estuaire de la Gironde, dispose de quantités d'eau considérables et ne retient pas autant l'attention que Golfech, sur la Garonne, et plus encore Civaux, sur la Vienne. Le débit de la Vienne est très bas, même s'il reste pour l'instant suffisant pour le fonctionnement de la centrale qui y prélève une partie de son eau pour le refroidissement, a dit Patrice Russac.

Ailleurs, des mesures préventives ont été annoncées pour garantir les débits de la Loire, qui participe au refroidissement de quatre centrales et qui accuse des niveaux dignes d'un mois de juillet. "S'il y avait des aléas absolument extrêmes" et si les exigences de refroidissement n'étaient plus satisfaites, "je rappelle qu'une centrale peut être mise rapidement à l'arrêt (...), donc on la mettra à l'arrêt", a dit Patrice Russac. Dans un tel cas, une centrale est ainsi "calibrée" qu'elle n'a pas besoin de l'eau des rivières et pompe dans ses puits propres, a-t-il dit.

Mais on n'en est pas encore là.

Les besoins des centrales en eau seront minorés cet été par des arrêts de tranche déjà programmés, comme au Blayais, à Civaux et à Golfech, dit Patrice Russac. Et si les débits des rivières sont insuffisants, EDF peut procéder à des lâchers à partir de ses barrages.

Une sécheresse aiguë pourrait cependant imposer des arbitrages délicats.

Face aux épisodes de 2003 et 2006, EDF avait été autorisé à déroger aux limites thermiques des rejets de certaines centrales nucléaires pour augmenter leur disponibilité, rappelle l'ASN. L'ASN a demandé à EDF de tirer les enseignements de ces épisodes, de réévaluer la protection des installations contre les températures extrêmes et la sécheresse, d'améliorer leur capacité de refroidissement et de mettre en place des alertes. Depuis, les centrales ont une sorte de plan canicule.

Mais, en cas de grave pénurie d'eau, les autorités politiques pourraient être appelées à devoir trancher entre les besoins de la production d'électricité et ceux, par exemple, de l'agriculture.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Her le Dim 29 Mai - 21:32

TERRE EN VIE

Bonjour

Par la présente, nous avons le plaisir de vous annoncer l’événement suivant !

L'association Terre en Vie a lancé la Campagne nationale permanente sur la qualité de l’eau potable en France, aussi appelée Campagne H2O.
Il s’agit de sensibiliser l’opinion publique par un Appel à tous pour une eau favorable à la santé, qui permettra le financement solidaire du premier audit national citoyen sur la qualité de l’eau potable.
Notre objectif sera atteint lorsque la politique de l’eau préservera réellement et durablement la santé des individus, et l’environnement.

TERRE EN VIE se verrait honoré de votre présence et de vôtre soutien en tant que parrain/marraine et partenaire pour la Campagne H2O afin de soulever une vague de mobilisation nationale puis internationale !
________________________________________
Vous buvez de l’eau chez vous ? Alors vous êtes concernés(es) !

Etes-vous toujours d'accord pour payer une eau de plus en plus polluée et de plus en plus chère
Savez-vous qu'on nous fait croire que l'eau est “potable" alors que rien ne prouve qu’elle le soit par manque de données concrètes !
L’heure est aujourd’hui à la mise en lumière de ce que contient réellement l’eau que l’on nous vend.

UN CLIN D'OEIL de quelques minutes ! REGARDEZ LA VIDEO : http://www.ina.fr/video/3785420001021/environnement-pollution-des-eaux-par-les-medicaments.fr.html


UNE POLLUTION INVISIBLE BIEN REELLE !!!

Vous Buvez à votre insu, chez vous, une eau du robinet polluée (pesticides, les HAP, les PCB, BPA, PBDE...), pollution amplifiée par la consommation annuelle de plusieurs milliers de médicaments de vos voisins de quartier, mais aussi des patients de cliniques, d'hôpitaux et tous les animaux d'élevage...... de grande quantité de tels résidus chimiques médicamenteux rejoignent les eaux usées, qui vont polluer les rivières.

Nous sommes Tous contaminés : nos enfants, nos familles, nos amis, collègues, mais aussi tous les étudiants, les journalistes, avocats, magistrats, ministres, professeurs, gendarmes, pompiers, huissiers, retraités, professeurs, instituteurs, fonctionnaires, maires, préfets, agriculteurs....animaux. L’eau nous touche tous et de façon indistincte

Il faut savoir que nos stations d'épuration ne sont pas conçues pour éliminer les différentes molécules composant nos médicaments les plus courants, comme de nombreuses autres molécules chimiques polluantes. Du coup l’eau du robinet que nous consommons s’avère polluée par les différents résidus de ces médicaments, et menace notre santé.
L’association TERRE EN VIE présente cette Campagne Nationale sur la qualité de l'eau pour faire entendre et respecter le Droit à la santé de ces concitoyens, qui passe nécessairement par le droit à la consommation d’une eau réellement « saine ».
Nous avons besoin de vous, alors pour nous aider vous pouvez faire un don pour soutenir la campagne pour une eau favorable à la Santé. Mais vous pouvez aussi :
Faire connaître le site à vos relations.
Parler de la Campagne sur les réseaux sociaux (facebook, twitter, groupes …)
Aller sur les forums de discussions, les blogs (notamment ceux des médias)…, pour faire connaître la Campagne et notre association.
Intervenir en direct dans les émissions radio.
Alerter les médias sur l’existence de la Campagne.
Contacter un maximum d’association et d’entreprise de votre département (santé, écologie/défense de l’environnement, développement durable, éducation à l’environnement, alimentation, sport, pratiques bio et éco-citoyennes…), et autres structures qui partagent nos valeurs.

Vous pouvez aussi nous écrire à contact@campagneh2o.com pour toute demande complémentaire.
Dans l’attente de vous retrouver au sein de la campagneh2o, nous vous remercions pour le temps accordé…
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Her le Lun 30 Mai - 5:31

http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Planete/Comment-mieux-utiliser-l-eau-_EG_-2011-05-29-620029

Comment mieux utiliser l’eau
Une sécheresse, « plus grave que celle de 1976 », selon la FNSEA, frappe depuis plusieurs semaines une grande partie du territoire.

(AFP / PERROCHEAU)
Agricultrice dans un champ de Chasseneuil-sur-Bonnieure le 25 mai dernier.
Désormais 54 départements métropolitains sont concernés par des mesures restreignant l’usage de l’eau.

En raison du réchauffement climatique, la France risque de faire face à un déficit croissant dans les années à venir. La Croix dresse un inventaire des principales pistes de réflexion pour mieux gérer la ressource en eau.

Avec cet article
L’eau en France
Des alternatives aux grandes cultures irriguées commencent à voir le jour
L’interdiction d’irriguer fait grimper la tension en Charente-Maritime
Sécheresse, les voyants virent au rouge

AVOIR LES BONS GESTES AU QUOTIDIEN
À domicile, économiser l’eau relève d’une série de bons gestes que les enfants actuels auraient pu apprendre de leurs grands-parents qui n’ont pas été élevés avec l’eau courante.

Ne pas laisser couler les robinets, préférer les douches aux bains, faire réparer au plus vite les fuites goutte à goutte de la plomberie, ne pas jeter l’eau qui a servi à rincer la salade dans l’évier mais la verser dans ses plantes, récupérer l’eau de pluie pour arroser son jardin, ne pas faire fonctionner les lave-linge et lave-vaisselle avant qu’ils ne soient pleins…

De nombreux Européens connaissent ces trucs qui allègent les factures, et sont aidés dans cette démarche par des produits anti-gaspi comme les chasses d’eau et robinets « économiseurs ».

RÉDUIRE LES FUITES DANS LE RÉSEAU DE DISTRIBUTION
Pas plus de 15 % de fuites : c’est l’objectif fixé par la ministre de l’écologie Nathalie Kosciusko-Morizet aux gestionnaires des réseaux de distribution d’eau potable, qui permettrait d’économiser 600 millions de mètres d’eau par an. Le gâchis est loin d’être négligeable : dans certains endroits, le taux de perte peut atteindre 40 % !

Tout dépend de l’état du réseau, qui n’est pas forcément corrélé à son ancienneté. Certaines des canalisations en vieille fonte de Versailles installées sous Louis XIV sont moins « fuyardes » que beaucoup de canalisations des années 1970 ! Le réseau étant majoritairement enterré, il est difficile de détecter les pertes, repérées en partie grâce à des techniques acoustiques ou à l’aide de compteurs intelligents.

« Éliminer 100 % des fuites serait très coûteux, assure la Fédération des entreprises de l’eau. Cela nécessiterait de remplacer les réseaux par des équipements totalement neufs disposant de systèmes d’alerte en temps réel. » Mais des progrès ont été enregistrés. Entre 2004 et 2008, les pertes liées aux fuites ont baissé de 2 %.

AMÉLIORER LES PROCESSUS INDUSTRIELS
Si l’industrie demeure le plus gros utilisateur d’eau en France (68 % des captages), elle rejette dans le milieu naturel plus de 80 % des quantités utilisées. Au total, le secteur industriel consomme donc moins d’eau que l’agriculture.

Les industries de transformation – comme la chimie, la fabrication de pâte à papier ou la métallurgie – pourraient néanmoins réaliser des économies en modernisant leur processus de production. Le mouvement est d’ailleurs en marche : selon le ministère de l’écologie, l’industrie a déjà baissé sa consommation d’eau de 30 % depuis les années 1970.

MIEUX IRRIGUER
En moyenne, l’agriculture représente 50 % de la consommation totale d’eau en France, et même 80 % pendant les mois d’été, quand les nappes phréatiques sont au plus bas. C’est donc là qu’il faut agir prioritairement pour rendre notre gestion plus responsable.

L’amélioration des techniques d’irrigation constitue une première piste évidente. Et pourtant, selon Bruno Molle, ingénieur à l’Institut public de recherche en sciences et technologies pour l’environnement (ou Cemagref), « le matériel utilisé par les agriculteurs est moderne et en bon état, dans les régions ayant recours à l’irrigation systématique. Les exploitants atteignent donc une efficience d’au moins 80 % (il faut capter 1,25 litre d’eau pour apporter 1 litre à la plante, NDLR). Améliorer ce taux nécessiterait de lourds investissements. »

Il faut donc imaginer des procédés d’irrigation d’un genre nouveau si l’on veut véritablement améliorer la situation. « Par exemple, poser des anémomètres sur les canons à eau afin qu’ils se coupent automatiquement lorsque le vent devient trop fort, complète Bruno Molle. Ou créer des systèmes capables de varier les niveaux d’arrosage en fonction de la qualité des sols ou des dénivellations. »

Reste le système du goutte-à-goutte, celui qui permet la plus grande efficience. À ce jour, il ne couvre que 4 % des surfaces irriguées, surtout les cultures de fruits et légumes. « C’est une technique fantastique, mais très chère et extrêmement fragile, indique le chercheur. Nous essayons de la rendre la plus fiable mais je doute qu’elle puisse être généralisée. »

AMÉLIORER LES SEMENCES
Les agronomes cherchent des semences plus résistantes à la sécheresse. À Montpellier, l’Inra accueille un projet, doté de 8,7 millions d’euros, sur le sujet. « Ne rêvons pas : les plantes auront toujours besoin d’eau pour pousser, prévient François Tardieu, coordonnateur du projet. En revanche, on peut créer des variétés moins pénalisées en cas de pénurie. Pour le maïs, la sélection de semences plus robustes permet déjà d’augmenter les rendements, en moyenne chaque année, de 80 kg par hectare et par an, à quantité d’eau équivalente. »

FAIRE TOURNER LES CULTURES
Les deux solutions précédentes consistaient à adapter les techniques agricoles à la pénurie d’eau. Aux yeux des écologistes, cependant, l’agriculture ne fera pas l’économie de réforme plus profonde. « Nous sommes engagés dans un modèle productiviste, toujours plus dépendant de l’irrigation, prévient Bernard Rousseau, responsable des politiques de l’eau à France nature environnement. C’est tout le système qu’il faut revoir. »

La part des surfaces de maïs, notamment, fait débat. Certes, c’est une plante qui a besoin d’une quantité d’eau relativement peu importante pour produire un kilo de matière sèche (454 litres, contre 590 pour le blé et 900 pour le soja), mais elle concentre ses besoins

sur les mois d’été. Diminuer la surface qui lui est consacrée permettrait donc de limiter la consommation aux périodes critiques. L’Association générale des producteurs de maïs (AGPM), elle, rejette en bloc ces arguments. « La surface du maïs est stable depuis une vingtaine d’années, indique Anne Kettaneh, membre de l’association. En plus, cette année, la sécheresse a démarré bien avant l’été, ce n’est donc pas en limitant le maïs qu’on aurait résolu quoi que ce soit. »

CRÉER DES RETENUES

« Nous ne manquons pas d’eau, martèle Xavier Beulin, président de la FNSEA, le principal syndicat agricole, mais on ne sait pas la gérer : on la regarde passer en hiver et on tire la langue l’été. Ce n’est plus possible ! Il faut absolument améliorer nos capacités de stockage. »

De nombreuses retenues collinaires ont été construites dans les années 1970 et 1980 mais cette politique a pris fin il y a une quinzaine d’années. En cause, selon la FNSEA : une réglementation trop restrictive.

« Déposer un recours ne coûte rien mais peut faire perdre des mois à l’agriculteur, maugrée Xavier Beulin. Il faut sanctionner les abus. L’irrigation ne représente que 2,2 % de la pluviométrie annuelle. Si on stockait 1 % de la ressource, il n’y aurait plus de problèmes. »

SÉVERIN HUSSON, NATHALIE LACUBE et EMMANUELLE RÉJU
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Her le Lun 30 Mai - 12:32

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/secheresse/20110525.OBS3896/coup-de-chaud-sur-les-centrales.html

Coup de chaud sur les centrales
25/05/11 à 15:57 31 réactions

L'inquiétude monte depuis quelques semaines. Le risque de black-out est-il réel ? Par Morgane Bertrand.


60% des prélèvements d'eau en France servent au refroidissement des centrales nucléaires (AFP)
RÉAGIR
L’inquiétude monte depuis quelques semaines. Le refroidissement des centrales thermiques, classiques ou nucléaires, représente à lui seul près de 60 % du total des prélèvements en eau en France et se fait en quasi-totalité dans les eaux de surface.

Même si une grande partie de ces volumes est rejeté dans les milieux naturels après usage, c’est peu dire que les centrales sont vulnérables aux sécheresses ! "Fort risque de black-out cet été", annonce l’Observatoire du nucléaire.

Selon cette association, présidée par le très militant Stephane Lhomme, ancien porte-parole du Réseau Sortir du nucléaire et candidat à la primaire d’Europe-Ecologie-Les Verts, "44 des 58 réacteurs nucléaires français sont en bord de rivière et risquent donc de devoir être arrêté". Sans compter qu’"un accident nucléaire grave est aussi possible". Faut-il le croire ? Que doit-on craindre exactement ?

Le risque de black-out

Face à la sécheresse, toutes les centrales ne sont pas logées à la même enseigne. Alors que celles de bord de mer disposent de réserves intarissables, les centrales de bord de fleuves sont particulièrement exposées. Le débit des cours d’eau ne cesse de se réduire depuis le début de l’année. Pour preuve, "la production d’électricité à partir de l’hydraulique a chuté de 20% par rapport au 1er trimestre 2010", indique la porte-parole d’EDF.

A ce jour, les regards se tournent vers les centrales de bord de Loire, au débit particulièrement capricieux : Dampierre, Belleville, Saint-Laurent et Chinon. Et plus que toutes vers Civaux. Souvent accusée d’être surdimensionnée par rapport à la Vienne, affluent de la Loire dont le débit a tendance à décroître, elle se situe dans l’une des régions, Poitou-Charentes, les plus touchées par la sécheresse.

Plus de danger l'hiver que l'été

S’il la pluie ne tombe pas, faudra-t-il arrêter ses réacteurs ? Pas si vite. En amont de ces centrales existent des réserves d’eau dédiées pour maintenir un débit et un niveau d’eau suffisants. A Civaux, elles sont plus importantes qu’ailleurs.

Et "sur la vallée du Rhône, on peut envisager des lâchers d’eau, du Lac Léman ou du barrage de Génissiat, explique Martial Jorel, directeur de la sûreté des réacteurs à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Un black out en plein été, j’ai du mal à le croire. On est beaucoup plus préoccupés l’hiver, quand toutes les centrales fonctionnent à pleine puissance et que le système est très tendu".

Un "plan aléas climatique"

L’été, EDF assure disposer de marges de manœuvre en bord de mer. "Une réorganisation des programmes de maintenance est en cour", indique-t-on chez l’exploitant. En clair : révision des installations et rechargement en combustible doivent garantir, dans les prochaines semaines, le fonctionnement à plein régime des centrales de Gravelines, Penly, Flamanville, Paluel et Le Blayais.

L’Observatoire du nucléaire s’inquiète : "EDF aura la tentation de ne pas arrêter un de ces réacteurs en cas d’incident, avec le risque que cet incident évolue vers un accident, voire une catastrophe".

Achat d'électricité à l'étranger

Vrai que la panique du black-out et de ses répercussions économiques et commerciales est bien réelle chez EDF. Mais pour le prévenir, l’entreprise assure privilégier d’autres solutions, définies depuis 2006 par son "plan aléas climatiques".

Parmi elles, des accords avec des groupes industriels pour qu’ils limitent leur consommation : "Pendant une certaine durée inscrite dans le contrat, ils utilisent d’autres moyens de produire de l’électricité : groupes électrogènes, cogénération…", précise la porte-parole d’EDF.

Autre mesure : l’achat d’électricité sur le marché international de l’énergie. En 2003, année de canicule, EDF a ainsi enregistré un surcoût de plus de 300 millions d’euros –soit près d’un tiers de son bénéfice net.

Le risque pour la biodiversité

Avant d’en arriver à arrêter les réacteurs, l’exploitant décidera certainement de réduire la production de certaines centrales. Ce qui s’est passé en 2006, quand la température du Rhône s’est envolée.

A ce stade, le risque n’est pas tant économique qu’écologique. "Avant d’arrêter un réacteur, il y a deux raisons de limiter sa production", explique Martial Jorel, de l’IRSN. A savoir le réchauffement du cours d’eau lié aux rejets d’eau chaude d’une part, la concentration des effluents radioactifs qui, faute de débit, se diluent moins facilement.

Le tout mettant en danger la faune et la flore locales : reproduction perturbée, compétition avec des espèces mieux adaptées aux nouvelles conditions thermiques...

Mais à partir de quand prend-on cette décision ? Les conditions de prélèvement et de rejet sont fixées pour chaque centrale par un arrêté réglementaire, après réalisation d’une enquête publique. EDF assure le suivi et l’Autorité de sûreté nucléaire, les contrôles. En cas d’alerte de Météo France, c’est le centre d’optimisation de la production, dans chaque centrale, qui décide de limitations.

Ou qui décide -c’est le principal problème- de demander une dérogation. Il s’agit alors de prélever et restituer exceptionnellement l’eau de refroidissement à des températures légèrement supérieures aux normes.

Le gouvernement l’a autorisé en 2003 et en 2006. Cette fois, la ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet s’est engagée à refuser : "Si le débit d'eau [d'une rivière] est trop faible, le réacteur [sera] arrêté sans dérogation possible". Toutefois, observe Martial Jorel, "s’il y a danger sur les réseau, il sera dur de refuser à EDF de dépasser les seuils". Parole contre parole.

Le risque de fusion

"Même arrêté, un réacteur doit être refroidi et une fusion de cœur peut se produire si le débit d’une rivière est trop bas pour assurer ce refroidissement minimal", avance Stéphane Lhomme, de l’Observatoire du nucléaire. L’argument s’entend d’autant mieux après la catastrophe de Fukushima. Les réserves d’eau peuvent-elle alors arriver à épuisement ? Combien de temps peuvent-elles tenir ?

"Les systèmes de refroidissement sont conçus pour rester disponibles quelles que soient les périodes de sécheresse, rassure Martial Jorel. Et au cas par cas, certains sites ont des barrages en aval. Il suffirait de ralentir leur débit pour faire remonter le niveau d’eau dans le réacteur".

A condition de maîtriser l’affaire. L’arrosage extérieur de la centrale de Fessenheim en surchauffe, pendant la canicule de 2003 -efficacité zéro, effet d’image désastreux et consommation d’eau maximale- montre que ce n’est pas toujours le cas. Gageons qu’à l’approche des premiers stress-tests, EDF saura éviter les tâches au tableau.

Morgane Bertrand - Le Nouvel Observateur
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Her le Mar 28 Juin - 20:33

Service Eau
Orléans, le 17 juin 2011
Etat des nappes d’eau souterraine au 1er juin 2011

Avec les conditions anticycloniques persistantes, la sécheresse se poursuit et ce mois de mai 2011 se classe comme le plus sec depuis les cinquante dernières années. Les cumuls de précipitations ont rarement dépassé 30 mm en plaine. Le passage d'épisodes orageux a toutefois permis des cumuls plus importants sur l'ensemble des massifs ainsi que sur le Limousin et le plateau de Langres. Si la pluviométrie a dépassé ponctuellement 150 mm sur les Alpes du Nord et le Béarn, une situation pluviométrique déficitaire a été observée sur l’essentiel du pays avec, notamment, un déficit qui dépasse 75 % depuis le Poitou-Charentes et les Pays de la Loire jusqu'au Nord – Pas-de-Calais, sur l'ouest de la Gironde, l'ouest de la Corse, de la Provence à la basse vallée du Rhône et à l'Hérault.

Les précipitations efficaces cumulées depuis septembre dernier sont supérieures à 500 mm sur les Pyrénées, les Alpes, les Vosges, le Jura, la montagne corse ainsi que de la Montagne noire au Vivarais. En revanche, dans les plaines du Sud-Ouest, d'Alsace, dans la vallée de l'Allier et la basse vallée du Rhône, du Centre à la Touraine, en Île-de-France et en Picardie, elles demeurent inférieures à 120 mm. Globalement, les cumuls sont stables sur les massifs grâce aux épisodes orageux mais les déficits se sont accentués en plaine. Les précipitations efficaces demeurent déficitaires sur la quasi-totalité du pays, tout particulièrement au nord du Bassin parisien où les cumuls sont inférieurs à 50 % de la normale. Les zones excédentaires ne concernent que le Var, les Alpes-Maritimes, le nord du Gard et l'Ardèche.

Résumé de la situation

Situation du niveau des nappes

Au 1er juin 2011, la plus grande majorité des réservoirs (79%) affichent un niveau inférieur à la normale. C’est le cas sur la plus grande partie du Bassin parisien et dans le Sud-Ouest pour plusieurs grands aquifères. On peut citer les nappes de Beauce, du Bas-Dauphiné, du Champigny en Ile-de-France ou encore les nappes du bassin de la Garonne. Cette situation est le résultat de plusieurs années de déficit pluviométrique.

Seuls les secteurs du Sud-Est du pays (Région Languedoc-Roussillon) présentent des niveaux plus favorables.
Tendance d’évolution du niveau des nappes

Une proportion extrêmement réduite des niveaux de nappe est en hausse ou stable (11%) en mai. La grande majorité des niveaux est en baisse (88%) pour ce mois. Cette situation confirme la tendance assez négative observée les mois précédents. Les données du mois de mai confirment, avec le déficit pluviométrique conséquent observé depuis le début de l’année, que la période de recharge des nappes a été très peu effective sur une grande partie du territoire.

La situation pluviométrique contrastée mais globalement déficitaire sur la plus grande partie du territoire conduit à observer pour ce mois de mai 2011 une évolution des ressources en eau souterraine stable ou à la hausse pour à peine plus de dix pour cent (11%) des points suivis. Pour la très grande majorité des autres points (88%), les niveaux sont en baisse en mai. La période de recharge du début d’année n’a pas été probante pour une grande majorité des points. Les situations sont certes contrastées selon que l’on considère les nappes fortement capacitives ou plus réactives mais globalement les niveaux sont nettement inférieurs aux normales et la période de consolidation des stocks n’est plus, désormais, d’actualité.

Le niveau des nappes à fin mai est en hausse pour 3% d'entre elles, en baisse relative pour 88% et stable pour les 8% restants.
L’état de remplissage des aquifères se maintient majoritairement sur des valeurs inférieures à la normale en cette fin mai 2011. Il est assez peu contrasté : inférieur à la moyenne pour 79 % des points suivis, égal à la moyenne pour 12 % et supérieur à la moyenne pour les 9 % restants.

Certaines situations déficitaires restent caractéristiques (Bassin Parisien, Bassin Aquitain, Bas-Dauphiné, Plaine de Valence). Quelques rares situations proches de la normale, sont observées dans les seuls contextes aquifères du Languedoc-Roussillon.
Plusieurs grandes nappes présentent une situation déficitaire :
• la nappe des calcaires de Beauce est en forte baisse en mai 2011. Dans un contexte général de baisse des niveaux depuis 2002, les niveaux piézométriques enregistrés sont largement inférieurs aux normales de saison, ils sont représentatifs de niveaux de crise.
• La nappe de la molasse Miocène accuse à nouveau une forte baisse en mai 2011. Les niveaux sont réellement déprimés, sous les valeurs décennales de basses-eaux, en partie nord (Bas Dauphiné) et proches de valeurs historiques également en partie sud (Plaine de Valence).
• Les niveaux de la nappe de la Craie sont en baisse en mai 2011, notamment en Basse-Normandie, dans un contexte général de baisse des niveaux depuis 2001. Les niveaux sont largement sous les normales, au plus bas depuis le début des enregistrements.
• La situation de la nappe des calcaires de Champigny reste critique. Les niveaux sont globalement en baisse en mai 2011 et la vidange est en cours pour la grande majorité des points de suivi. Les niveaux sont tous inférieurs aux normales de saison.
• Les nappes des formations karstiques en région PACA : A la Fontaine de Vaucluse, il n’y a pas eu d’épisode de crue durant le mois de mai. Le débit mesuré suit une courbe classique de vidange de la nappe. En mai, le débit moyen est parmi les 10 plus faibles valeurs enregistrées depuis 1970. Il est compris entre le débit quinquennal sec (15,5 m3/s) et le débit décennal sec (11,1 m3/s).

Avec la recharge des derniers mois, liée à des précipitations efficaces notables, seules les nappes du Languedoc-Roussillon présentent fin mai 2011 des situations proches des normales.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Her le Lun 21 Nov - 23:25

Préparatifs - Il Devient Urgent de Stocker de l'Eau Potable dans les Maisons


Bonsoir à tous,

Voici un message important pour les temps de la Grande Sècheresse annoncée à Dozulé :

***

3.05.1990

Notre Seigneur

"Je suis le Seigneur et Je parle à tous ceux qui M'aiment et qui croient en Ma parole.
Je suis le Père et Je suis Dieu. Je suis le Frère et Je suis Dieu. Je suis l'Ami très parfait et Je suis Dieu.

Que chaque enfant de Dieu et autant qu'il y en a par famille, fasse une provision de quarante litres d'eau et la garde pour les temps qui viennent. Qu'il mette dans ces quarante litres d'eau un peu d'eau de source miraculeuse de la Mère de Dieu et la conserve ainsi pour les temps qui viennent. Et lorsque l'eau sera devenue rare et chère, cette eau la désaltèrera par l'effet de l'eau miraculeuse qu'elle contient, et elle rendra potable toute autre eau non potable à laquelle est sera mélangée.

L'eau de cette provision de quarante litres d'eau claire et potable, et délicieusement rehaussée d'eau miraculeuse, ne se détériorera pas ni ne se dégradera. Elle durera le temps décidé par Dieu pour chacun et elle sera un torrent désaltérant pour tous ceux qui y auront recours avec foi et parcimonie. Cette eau devra aussi être partagée généreusement en temps de sécheresse et de pollution, mais elle devra toujours être donnée par petite quantité, comme un bien précieux, pleines de bonnes influences mais qui ne doit pas être galvaudé.

Je suis le Seigneur et Je donne les eaux de Mon Côté Sacré à Mes enfants et à tous les hommes de bonne volonté ".

Soeur Beghe / B.P. 65 Etterbaek 1 / B-1040 Bruxelles

* * * * * * *

Message à Soeur Beghe / B.P. 65 Etterbaek 1 / B-1040 Bruxelles

Dimanche 28.02.1993

Notre Seigneur

Je prédis que la guerre qui vient sera très épouvantable et que ceux qui auront devront donner jusqu'à ne plus rien avoir pour eux-mêmes. Que des provisions soient faites pour ceux qui manqueront de la plus élémentaire nécessité et alors, il faudra donner le nécessaire pour trois jours.

Et à ceux-là qui donneront jusqu'à leur dernière part, Je leur donnerai de quoi survivre à Mon tour.

C'est dans cet esprit qu'il faudra faire des provisions et ne les faire que pour être disposés à les donner gratuitement et dans la proportion définie : pour "trois jours", ni plus, ni moins.

Que chacun, selon ses moyens, fasse une provision d'un maximum de 100 kgs de riz, de 100 kgs de tout ce qui est sans risque de dégradation naturelle. Ainsi, il est recommandable d'engranger des légumes secs tels que des haricots blancs, des pois cassés, des lentilles et des céréales.

De chaque sorte, on peur réserver jusqu'à 100 kgs, quelque soit le nombre de personnes d'une même famille, car les uns donneront et les autres accepteront, et tous ceux qui donneront et tous ceux qui accepteront auront semblablement. Et lorsque la dernière part sera donnée, Je serai le Pourvoyeur de la suite.

* * * * * * *

(Et pour tout ceux qui désirent recevoir une précision supplémentaire... )

Mercredi 03.03.1993

Que ce texte soit lu attentivement et avec la plus grande application.
Et puis, Je te donnerai mes grâces à ceux qui s'y conformeront en plus ou en moins, selon leurs moyens et à leur appréciation.

Cela veut dire que la liste des légumes secs est non-exhaustives et que la consigne peur également s'appliquer à des fruits secs. En chaque sorte, il est nécessaire de ne pas déplacer la quantité prescrite et en toute chose, la divine providence pourvoira : en l'accumulation des provisions comme en leur distribution.

Que la charité et la foi, et l'espérance en la divine assistance, soient votre référence et ayez la plus grande confiance en l'amour de Dieu pour les Siens.

* * * * * * *

- La quantité pour trois jours de chacun de ces produits, pour une personne, est d'environ 2 kgs. -

Soeur Beghe / B.P. 65 Etterbaek 1 / B-1040 Bruxelles

* * * * * * *
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - La Grande Sècheresse Annoncée par Jésus à Dozulé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum