Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

La Prière - Notre Pape Benoît XVI nous Exorte Tous à Prier

Aller en bas

La Prière - Notre Pape Benoît XVI nous Exorte Tous à Prier

Message par Her le Mer 11 Mai - 20:35

http://www.zenit.org/french

« Je vous exhorte tous à prier », demande Benoît XVI

Seconde catéchèse sur la prière

ROME, Mercredi 11 mai 2011 (ZENIT.org) - « Je vous exhorte tous à prier », demande Benoît XVI, spécialement aux familles.

Le pape a en effet donné ce mercredi sa seconde catéchèse sur la prière, dans le cadre de ce nouveau cycle entamé mercredi dernier, 4 mai.

« Je vous exhorte tous à prier, a dit le pape en français. Invitez également à prier vos enfants, vos parents et vos amis. Vous apprendrez à reconnaître dans le silence de votre cœur, la voix du Dieu d'amour révélé en Jésus-Christ. Avec ma bénédiction ! »

Le pape avait notamment fait observer la semaine passée, comme il le rappelle aujourd'hui que la prière « se trouve inscrite dans le cœur de chaque personne et de chaque civilisation ».

Le pape parle d'une « attraction » vers Dieu présente dans tout homme : « Cette attraction vers Dieu, que Dieu lui-même a placée dans l'homme, est l'âme de la prière, qui revêt ensuite tant de formes et de modalités selon l'histoire, le temps, le moment, la grâce et même le péché de chaque orant ».

« L'histoire de l'homme a, en effet, connu diverses formes de prière, car il a développé différentes modalités d'ouverture vers l'Autre et vers l'Au-delà, si bien que nous pouvons reconnaître la prière comme une expérience présente dans chaque religion et culture », a expliqué le pape.

« Je voudrais continuer aujourd'hui la catéchèse sur la manière dont la prière et le sens religieux habitent l'homme de tous les temps », a annoncé le pape avant d'affirmer que « créé à l'image de Dieu, l'homme conserve en lui, malgré son péché, le désir de son Créateur ».

« Il est par nature ‘homo religiosus' comme il est ‘homo sapiens' et ‘faber'. L'homme d'aujourd'hui comme l'homme préhistorique avant lui, cherche dans l'expérience religieuse les moyens pour dépasser sa finitude. Il porte en lui une soif d'infini, une nostalgie d'éternité, une recherche de beauté, un désir d'amour, un besoin de lumière et de vérité ».

Pour le pape, justement « cette attraction vers Dieu est l'âme de la prière » car « la prière est une expérience présente dans toutes les religions, dans toutes les cultures et dans tout homme » et elle est « d'abord une attitude intérieure, une manière d'être devant Dieu ».

« Elle est, résume le pape, le lieu de la gratuité, de la tension vers l'Invisible, l'Inattendu et l'Ineffable. « Prier, c'est sentir que le sens du monde est hors du monde ». »

« Apprenons à demeurer davantage devant Dieu, Dieu qui s'est révélé en Jésus Christ, apprenons à reconnaître dans le silence, dans l'intimité de nous-mêmes, sa voix qui nous appelle et nous ramène à la profondeur de notre existence, à la source de la vie, à l'origine du salut, pour nous faire aller au-delà de la limite de notre vie et nous ouvrir à la mesure de Dieu, à la relation avec Lui, qui est Amour infini », a conclu le pape.

Anita S. Bourdin


Dernière édition par Hercule le Mar 17 Mai - 5:23, édité 1 fois
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Prière - Notre Pape Benoît XVI nous Exorte Tous à Prier

Message par Her le Mer 11 Mai - 20:36

http://www.zenit.org/french

Benoît XVI invite à « intensifier la prière du chapelet »

Message aux jeunes, aux malades, aux familles

ROME, Mercredi 11 mai 2011 (ZENIT.org) - Benoît XVI invite les catholiques à « intensifier la prière du chapelet ».

Aux jeunes, aux malades et aux nouveaux mariés, Benoît XVI à demandé « d'intensifier la pieuse pratique du saint Rosaire, spécialement en ce mois de mai dédié à la Mère de Dieu ».

« Je vous invite, chers jeunes, à mettre en valeur cette prière mariale qui aide à mieux comprendre et à assimiler les moments centraux du salut opéré par le Christ », a dit Benoît XVI.

« Je vous exhorte, chers malades, a ajouté le pape, à vous adresser à la Vierge avec confiance grâce à ce pieux exercice, en lui confiant tous vos besoins ».

Il a conclu : « Je vous souhaite, chers nouveaux mariés, à faire de la prière du Rosaire en famille un moment de croissance spirituelle sous le regard de la Vierge Marie ».

Mardi 31 mai, en la fête de la Visitation, comme chaque année, le Centre de Télévision du Vatican transmettra en direct, de 21 h à 22 h 30, environ, la prière du rosaire dans les Jardins du Vatican, près de la grotte de Lourdes, pour la clôture du mois de Marie. Habituellement, le pape adresse quelques mots à l'assemblée au terme de la prière.

Anita S. Bourdin
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Prière - Notre Pape Benoît XVI nous Exorte Tous à Prier

Message par Her le Mar 17 Mai - 5:07

http://www.zenit.org/index.php?l=french

Apprendre à prier à travers les catéchèses de Benoît XVI

Éditorial du père Federico Lombardi

ROME, Lundi 16 mai 2011 (ZENIT.org) - « Redécouvrir le mystère et le désir de Dieu pour nous préparer à la prière » : Dans son éditorial pour Octava Dies, le bulletin hebdomadaire d'information du Centre de télévision du Vatican, le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, le père Federico Lombardi, revient sur le thème du nouveau cycle de catéchèses sur la prière, choisi par Benoît XVI, pour les audiences générales du mercredi.

Prier « ne va pas de soi », commente le porte-parole du Saint-Siège, dans la mesure où « le contexte matérialiste et sécularisé où nous vivons, voire l'activisme frénétique, tendent à écarter de notre vie des dimensions comme la réflexion et la contemplation, mais aussi celle de la prière ».

« Cela ne va pas de soi », ajoute-t-il, « car souvent, dans les milieux chrétiens, nous parlons de prières, cherchons les ‘formules', mais il nous arrive plus rarement d'aller en profondeur, là où le cœur de notre personne, de notre vie, se retrouve face à Dieu et en relation avec lui ».

Cela dit, relève le père Lombardi, on capte néanmoins « chez ‘l'homme du numérique' une attente diffuse et universelle commune à celle de ‘l'homme des cavernes' » : d'où, selon lui, le grand intérêt qu'ont suscité les premières interventions du pape sur la question.

« Comprendre et sentir que Dieu est Autre et mystérieux », insiste le porte-parole du Saint-Siège, « sentir, au plus profond de son âme, la soif d'infini, cette nostalgie d'éternité, ce besoin de lumière et de vérité qui nous poussent vers l'Absolu, en un mot sentir le désir de Dieu » : voilà ce que « nous devons découvrir dans toute leur vérité », souligne-il, et cela avant « de nous adresser à Jésus pour rencontrer personnellement le vrai Dieu à travers lui ».

Ces deux éléments, « mystère et désir », sont les « deux éléments essentiels » qui forment le terreau commun de l'humanité qui prie, conclut-il, et dans lequel peut tomber et donner du fruit, le grain précieux de la prière chrétienne ».
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Prière - Notre Pape Benoît XVI nous Exorte Tous à Prier

Message par Her le Ven 27 Mai - 4:24

http://benoit-et-moi.fr/2011-II/0455009ed20de8213/0455009ef00d7f916.html

ARTICLESIMAGESLA VOIX DU PAPELECTURE, DVDVISITEURSINDEXSITES RELIÉSRECHERCHEPage d'accueilLa voix du Pape
LA VOIX DU PAPE

A BORD DE LA NAVETTE SPATIALE
7-8 MAI: AQUILÉE ET VENISE
BÉATIFICATION DE JP II
VOYAGES 2011

LA LUTTE DE JACOB AVEC DIEU
La prière comme combat de la foi et victoire de la persévérance. Catéchèse du 25 mai (25/5/2011)

Le combat de Jacob
Tableau d'Eugène Delacroix
La prière est une lutte avec Dieu, que l'on remporte lorsque l'on se rend à son amour (Radio Vatican)
----------------------
Poursuivant son cycle de catéchèses sur la prière, le Saint-Père livre un fascinant commentaire sur un passage énigmatique du Livre de la Genèse (1), celui de la lutte de Jacob avec Dieu, au gué du Jabot.

Comme la catéchèse d'aujourd'hui est inhabituelle, la synthèse en français par le Saint-Père lui-même est la meilleure introduction à sa lecture:

Chers frères et sœurs,
dans ma réflexion sur la prière, je m’arrête aujourd’hui sur l’expérience particulière de Jacob avec Dieu, relatée par le livre de la Genèse. Seul dans la nuit, le Patriarche est assailli à l’improviste par quelqu’un de mystérieux qu’il n’arrive pas à identifier à cause de l’obscurité. Jacob se défend vaillamment et demande le nom de son rival qui répond par la même question. En donnant son nom, Jacob se rend et devient paradoxalement vainqueur. L’être mystérieux lui donne alors un nouveau nom : Israël qui signifie : Dieu est fort, Dieu triomphe. Cette nouvelle identité témoigne de la victoire de Dieu, qui donne gratuitement la bénédiction à Jacob. La tradition spirituelle de l’Église a retenu de ce récit le symbole de la prière comme combat de la foi et victoire de la persévérance. C’est la longue nuit de la recherche de Dieu, de la lutte comme en un corps à corps symbolique, pour connaître son nom et voir son visage. Nuit de la prière et du désir de Dieu, qui culmine dans un abandon de soi à sa miséricorde. Chers amis, toute notre vie est comme cette longue nuit de combat et de prière, habitée par le désir de la bénédiction divine, qui, reçue avec humilité, nous change réellement et nous donne une nouvelle identité.
(Source)

Texte original entier ici: http://magisterobenedettoxvi....
Ma traduction.

Chers frères et sœurs!

Aujourd'hui, je voudrais réfléchir avec vous sur un texte du Livre de la Genèse qui raconte un épisode un peu particulier de l'histoire du patriarche Jacob .

C'est un passage qu'il n'est pas facile d'interpréter, mais qui est important pour notre vie de foi et de prière: il s'agit du récit de la lutte avec Dieu au gué du Yabboq (Jabot), dont nous venons d'entendre un passage (1).

Comme vous le savez, Jacob avait volé son droit d'aînesse à son frère jumeau Esaü en échange d'un plat de lentilles, et avait ensuite extorqué la bénédiction de son père Isaac, désormais très vieux, profitant de sa cécité.
Ayant échappé à la colère d'Esaü, il s'était réfugié auprès d'un parent, Laban; il s'était marié, avait fait fortune et maintenant, il rentrait dans sa terre natale, prêt à affronter son frère après avoir mis en place quelques prudentes précautions. Mais, alors que tout est prêt pour cette rencontre, après avoir fait traverser à ceux qui étaient avec lui le gué du torrent qui délimitait le territoire d'Ésaü, Jacob, resté seul, est soudainement attaqué par un inconnu avec lequel il lutte pendant une nuit entière. Et ce combat corps à corps - que l'on trouve dans le chapitre 32 de la Genèse -, devient pour lui une expérience singulière de Dieu.

La nuit est le moment opportun pour agir dans le secret, le meilleur moment, donc, pour Jacob, pour entrer dans le territoire de son frère sans être vu et peut-être avec l'illusion de prendre Esaü par surprise.

Mais au contraire, c'est lui qui est surpris par une attaque inattendue, pour laquelle il n'était pas préparé. Il avait utilisé la ruse pour tenter d'échapper à une situation dangereuse, il pensait réussir et avoir tout sous contrôle, mais au contraire, c'est lui, désormais, qui est confronté à une lutte mystérieuse qui l'atteint dans la solitude et sans lui donner la possibilité d'organiser une défense adéquate. Impuissant dans la nuit, le Patriarche Jacob se bat avec quelqu'un.

Le texte ne précise pas l'identité de l'agresseur; il utilise un mot hébreu signifiant "un homme" de façon générique, "quelqu'un"; il s'agit donc d'une définition vague, indéfinie, qui maintient volontairement l'agresseur dans le mystère. Il fait sombre, Jacob ne peut pas voir clairement son rival et pour le lecteur aussi, pour nous, il reste inconnu; quelqu'un s'opposé au patriarche, c'est l'unique donnée certaine fournie par le narrateur. Ce n'est qu'à la fin, quand la lutte est désormais terminée et que ce «quelqu'un» a disparu, c'est alors seulement que Jacob va le nommer et pourra dire qu'il a lutté avec Dieu.

L'épisode se déroule donc dans l'obscurité et il est difficile non seulement de percevoir l'identité de l'agresseur de Jacob, mais aussi de connaître le déroulement de la lutte. En lisant le passage, il est difficile de déterminer lequel des deux combattants aura le meilleur; les verbes utilisés sont souvent sans sujet explicite, et les actions se déroulent de façon presque contradictoire, de sorte que lorsqu'on pense que c'est l'un d'eux qui l'emporte, l'action suivante le dément aussitôt et présente l'autre comme le vainqueur.
Au début, en effet, Jacob semble plus fort, et son adversaire - dit le texte - "ne pouvait le vaincre" (v. 26), mais Jacob est frappé à l'articulation de la hanche, provoquant sa dislocation. On pourrait alors penser que Jacob va succomber, mais aussitôt, c'est l'autre qui lui demande de le laisser aller; le patriarche refuse, posant une condition: "Je ne te laisserai pas à moins que tu ne m'aies béni" (v. 27). Celui qui, par la fraude, avait dépossédéson frère de la bénédiction de l'aîné, la cherche à présent de l'inconnu, dont il commence peut-être à entrevoir la connotation divine, mais sans pouvoir encore la reconnaître vraiment.

Le rival, qui semblait immobilisé et donc vaincu par Jacob, plutôt que de se plier à la demande du Patriarche, lui demande son nom: "Comment t''appelles-tu?". Et le patriarche répond, "Jacob" (v. 28). Ici, le combat subit un tournant majeur. Connaître le nom de quelqu'un, en effet, implique une sorte de pouvoir sur la personne, parce que le nom, dans la mentalité biblique, contient la réalité la plus profonde de l'individu, en révélant le secret et le destin (ndt: le "nom" est le thème que le Saint-Père avait développé lors de sa visite au mémorial de la Shoah en mai 2009, voir ici: http://beatriceweb.eu/TerreSainte/...). Connaître le nom signifie connaître la vérité de l'autre, et cela permet de le dominer. Alors quand, à la demande de l'inconnu, Jacob révèle son nom, il se remet entre les mains de son adversaire, c'est une forme de reddition, de remise totale de soi à autrui.

Mais dans ce geste de se rendre, Jacob est lui aussi, paradoxalement, vainqueur, parce qu'il reçoit un nouveau nom, ainsi que la reconnaissance de la victoire par son adversaire qui lui dit: " Tu ne t'appelleras plus Jacob, mais Israël, car tu as lutté avec Dieu et avec les hommes et tu as vaincu "(v. 29).

"Jacob" est le nom qui rappelait l'origine problématique du Patriarche; en hébreu, en effet, il rappelle le mot «talon», et renvoie le lecteur au moment de la naissance de Jacob, quand, sortant du sein maternel, il tenait dans sa main le talon de son frère jumeau (cf. Gn 25,26), préfigurant ainsi l'acte de devancer son frère , qu'il devait consommer à l'âge adulte; mais le nom de Jacob se réfère également au verbe "tromper, supplanter". Eh bien, à présent, dans la lutte, le Patriarche révèle à son adversaire, en se livrant et en se rendant, sa propre réalité de trompeur, de supplanteur; mais l'autre, qui est Dieu, transforme cette réalité négative en une réalité positive; Jacob , celui qui trompe, devient Israël, il se voit attribuer un nouveau nom qui marque une nouvelle identité. Mais même ici, l'histoire conserve sa duplicité voulue, parce que le sens le plus probable du nom d'Israël est "Dieu est grand, Dieu vainc".

Donc Jacob l'a emporté, il a vaincu - c'est son adversaire lui-même qui l'a dit - mais sa nouvelle identité, reçue de ce même adversaire, affirme et témoigne de la victoire de Dieu. Et quand à son tour Jacob demandera son nom à son rival, celui-ci refusera de lui dire, mais se révélera en un geste sans équivoque, donnant sa bénédiction. Cette bénédiction que le Patriarche avait demandé au début de la lutte est désormais accordée. Et ce n'est pas la bénédiction arrachée par la tromperie, mais celle donnée gratuitement par Dieu, que Jacob peut recevoir parce qu'il est désormais sans protection, sans manigance ni tromperie, il se rend sans défense, il accepté de céder et confesse la vérité sur lui-même.

Ainsi, à la fin de la lutte, il reçoit la bénédiction, le Patriarche peut enfin reconnaître l'autre, le Dieu de la bénédiction: «Vraiment - dit-il - j'ai vu Dieu face à face, et pourtant, ma vie a été préservée» (v. 31) , et je peux maintenant traverser le gué, portant un nouveau nom, mais vaincu par Dieu et marqué à jamais, boitant de la blessure reçue.

Les explications que l'exégèse biblique peut donner sur ce passage sont multiples; en particulier, les chercheurs y reconnaissent des intentions et des composants littéraires variés, ainsi que des références à certains contes populaires. Mais lorsque ces éléments sont assumés par les auteurs sacrés et incorporés dans le récit biblique, ils changent de sens et le texte s'ouvre à des dimensions plus amples. L'épisode de la lutte au Yabboq s'offre ainsi au croyant comme un texte paradigmatique dans lequel le peuple d'Israël parle de sa propre origines, et décrit les caractéristiques d'une relation particulière entre Dieu et l'homme.
Pour cela, comme l'indique aussi le Catéchisme de l'Église catholique, "la tradition spirituelle de l'Eglise a vu dans cette histoire un symbole de la prière comme combat de la foi et victoire de la persévérance" (n ° 2573). Le texte biblique nous parle de la longue nuit de la recherche de Dieu, de la lutte pour apprendre son nom et voir son visage, c'est la nuit de prière qui, avec ténacité et persévérance demande à Dieu sa bénédiction et un nouveau nom, une nouvelle réalité, fruit de la conversion et du pardon.

La nuit de Jacob au gué de Yabboq devient ainsi pour le croyant un point de référence pour comprendre la relation avec Dieu, qui, dans la prière trouve son expression la plus élevée. La prière exige la confiance, la proximité, presque un corps à corps symbolique non pas avec un Dieu adversaire et ennemi, mais avec Seigneur bénissant, qui reste toujours mystérieux, qui apparaît inaccessible. Pour cela, l'auteur sacré utilise le symbole de la lutte, qui implique force d'âme, persévérance, ténacité, pour atteindre ce que l'on désire. Et si l'objet du désir est la relation avec Dieu, sa bénédiction et son amour, alors la lutte ne peut que culminer dans le don de soi à Dieu, dans la reconnaissance de sa propre faiblesse, qui vainc justement en se remettant dans les mains miséricordieuses de Dieu

Chers frères et sœurs, toute notre vie est comme cette longue nuit de lutte et de prière, à consommer avec le désir et la demande d'une bénédiction de Dieu, qui ne peut être arrachée ou gagnée en comptant sur nos propres forces, mais doit être reçue de Lui avec humilité, comme un don gratuit qui permet, enfin, de reconnaître le visage du Seigneur.

Et quand cela arrive, toute notre réalité change, nous recevons un nouveau nom et la bénédiction de Dieu.
Plus encore: Jacob, qui reçoit un nouveau nom, devient Israël, il donne aussi un nom nouveau à l'endroit où il a lutté avec Dieu , il le renomme Penuel, qui signifie "visage de Dieu" . Par ce nom, il reconnaît ce lieu rempli de la présence du Seigneur, il rend sacrée cette terre, y imprimant presque le souvenir de cette rencontre mystérieuse avec Dieu.
Celui qui se laisse bénir par Dieu, s'abandonne à lui, se laisse transformer par Lui, rend le monde béni.
Que le Seigneur nous aide à combattre le bon combat de la foi (cf. 1 Tm 6,12, 2 Tim 4:7) et à demander, dans notre prière, sa bénédiction, afin qu'il nous renouvelle, dans l'attente de voir son visage.
Merci!

© Copyright 2011 - Libreria Editrice Vaticana
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Prière - Notre Pape Benoît XVI nous Exorte Tous à Prier

Message par Her le Mar 29 Nov - 12:48

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/11/benoît-xvi-nous-invite-à-invoquer-la-mère-de-miséricorde.html

19 novembre 2011

Benoît XVI nous invite à invoquer la Mère de Miséricorde

Discours du Saint Père, lors de sa visite à la cathédrale ND de Miséricorde à Cotonou :

"L'hymne antique, le Te Deum, que nous venons de chanter exprime notre louange au Dieu trois fois saint qui nous rassemble dans cette belle cathédrale Notre-Dame de la Miséricorde. [...] Alors que nous louons Dieu pour les merveilles dont il ne cesse de combler l'humanité, je vous invite à méditer un instant sur sa miséricorde infinie. Cette cathédrale s'y prête providentiellement. L'Histoire du Salut, qui culmine dans l'Incarnation de Jésus et trouve son accomplissement plénier dans le Mystère pascal, est une révélation éclatante de la miséricorde de Dieu. Dans le Fils est rendu visible le « Père des miséricordes » (2 Co 1, 3), qui, toujours fidèle à sa paternité, « se penche sur chaque enfant prodigue, sur chaque misère humaine, et surtout sur chaque misère morale, sur le péché » (Jean-Paul II, Dives in misericordia, n. 6). La miséricorde divine ne consiste pas seulement en la rémission de nos péchés ; elle consiste aussi dans le fait que Dieu, notre Père, nous ramène, parfois non sans douleur ni affliction ni crainte de notre part, sur le chemin de la vérité et de la lumière, car il ne veut pas que nous nous perdions (cf. Mt 18, 14 ; Jn 3, 16). Cette double expression de la miséricorde divine montre combien Dieu est fidèle à l'alliance scellée avec chaque chrétien dans le baptême. En relisant l'histoire personnelle de chacun et celle de l'évangélisation de nos pays, nous pouvons dire à la suite du psalmiste : « Je chanterai sans fin les miséricordes du Seigneur » (Ps 89 [88], 2).

La Vierge Marie a expérimenté au plus haut point le mystère de l'amour divin : « Sa miséricorde s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent » (Lc 1, 50), s'exclame-t-elle dans son Magnificat. Par son OUI à l'appel de Dieu, elle a contribué à la manifestation de l'amour divin parmi les hommes. En ce sens, elle est Mère de Miséricorde par participation à la mission de son Fils ; elle a reçu le privilège de pouvoir nous secourir toujours et partout. « Par son intercession répétée, elle continue à nous obtenir les dons qui assurent notre salut éternel. Son amour maternel la rend attentive aux frères de son Fils dont le pèlerinage n'est pas achevé, ou qui se trouvent engagés dans les périls et les épreuves, jusqu'à ce qu'ils parviennent à la patrie bienheureuse » (Lumen gentium 62). Sous l'abri de sa miséricorde, les cœurs meurtris guérissent, les pièges du Malin sont déjoués et les ennemis se réconcilient. En Marie, nous avons non seulement un modèle de perfection, mais aussi une aide pour réaliser la communion avec Dieu et avec nos frères et nos sœurs. Mère de miséricorde, elle est un guide sûr des disciples de son Fils qui veulent être au service de la justice, de la réconciliation et de la paix. Elle nous indique, avec simplicité et avec un cœur maternel, la seule Lumière et la seule Vérité : son Fils, le Christ Jésus qui conduit l'humanité vers sa pleine réalisation dans son Père. N'ayons pas peur d'invoquer avec confiance celle qui ne cesse de dispenser à ses enfants les grâces divines :

Ô Mère de Miséricorde,

Nous te saluons, Mère du Rédempteur ;

Nous te saluons, Vierge glorieuse ;

Nous te saluons, notre Reine !

Ô Reine de l'espérance,

Montre-nous le visage de ton divin Fils ;

Guide-nous sur les chemins de la sainteté ;

Donne-nous la joie de ceux qui savent dire Oui à Dieu !

Ô Reine de la paix,

Comble les plus nobles aspirations des jeunes d'Afrique ;

Comble les cœurs assoiffés de justice, de paix et de réconciliation ;

Comble les espoirs des enfants victimes de la faim et de la guerre !

Ô Reine de la justice,

Obtiens-nous l'amour filial et fraternel ;

Obtiens-nous d'être amis des pauvres et des petits ;

Obtiens pour les peuples de la terre l'esprit de fraternité !

Ô Notre Dame d'Afrique,

Obtiens de ton divin Fils la guérison pour les malades, la consolation pour les affligés, le pardon pour les pécheurs ;

Intercède pour l'Afrique auprès de ton divin Fils ;

et obtiens pour toute l'humanité le salut et la paix ! Amen.

Posté le 19 novembre 2011 à 09h34 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Prière - Notre Pape Benoît XVI nous Exorte Tous à Prier

Message par Her le Mer 7 Déc - 6:15

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/11/lart-de-la-prière-sapprend-par-la-pratique.html

30 novembre 2011

L'art de la prière s'apprend par la pratique

Lors de l'audience générale, le Pape a entamé une nouvelles série de catéchèse consacrées à la prière du Christ, un caractère qui "court tout au long de sa vie comme un canal secret irrigant tous ces gestes et actes vers son don total, selon le projet du Père". Puis il s'est penché sur le baptême dans le Jourdain. Alors pourquoi Jésus, qui était sans péché et n'avait aucune raison de se convertir, s'est-il soumis à ce baptême de pénitence? Matthieu rapporte la stupeur du Baptiste déclarant: "C'est moi qui aie besoin d'être baptisé par toi. Et voilà que tu viens à moi!". Descendant au Jourdain, Jésus sans péché rend visible sa solidarité avec les pécheurs qui désirent se repentir et changer de vie. Par ce geste, il anticipe la croix. Il montre aussi son lien avec le Père,

"Dans la prière, Jésus est en contact permanent avec le Père afin de réaliser jusqu'au bout de son projet d'amour pour les hommes".

"La prière de Jésus marque chacune des étapes de son ministère, chacune de ses journées. Rien ne le fatigue et l'Evangile révèle qu'il passe des nuits en prière... Lorsque les décisions à prendre sont difficiles, sa prière s'accroît et s'allonge".

Puis le Saint-Père a dit que devant Jésus qui prie on doit s'interroger sur le temps que nous consacrons à Dieu et à la qualité de notre prière, soulignant l'importance d'une lecture priante de l'Ecriture:

"Ecouter, méditer, rester en silence devant le Seigneur qui parle, est un art qui s'apprend par une pratique constante... Ceci demande efforts et persévérance... Aujourd'hui, les chrétiens sont appelés à témoigner dans la prière, car le monde est souvent fermé au divin et à l'espérance qui conduit à rencontrer Dieu. En priant, nous pouvons ouvrir une fenêtre sur le ciel en étant l'ami du Christ et en vivant avec lui notre relation filiale au Père... En conduisant une vie de prière, nous pouvons aider les autres à y venir eux aussi... Nous devons nous entraîner à une prière constante, pleine et confiante, non à une prière de circonstance, car elle est seule en mesure d'éclairer notre vie, comme Jésus l'a dit. Demandons lui de pouvoir communiquer cette joie et cette lumière à nos proches, et aux personnes rencontrées en chemin".

Posté le 30 novembre 2011 à 16h12 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Prière - Notre Pape Benoît XVI nous Exorte Tous à Prier

Message par Her le Mer 7 Déc - 21:56

http://ZENIT.org/

« La prière nous ouvre à la réception du don de Dieu »

Catéchèse sur l'Hymne de jubilation de Jésus

ROME, mercredi 7 décembre 2011 (ZENIT.org) – « La prière nous ouvre à la réception du don de Dieu, sa sagesse, qui est Jésus lui-même, », et ainsi « accomplir la volonté du Père sur notre vie » et « trouver le repos » explique Benoît XVI.

Le pape Benoît XVI a en effet tenu l’audience générale ce mercredi matin à 10 h 30, en la salle Paul VI du Vatican, en présence de milliers de visiteurs d’Italie et du monde entier, dont des chorales et des ensembles musicaux qui sont intervenus lors de la présentation des différents groupes.

Le pape a poursuivi sa catéchèse sur la prière de Jésus, dans le cadre de son « école de prière », - comme on pourrait appeler cette série de catéchèses -, en commentant l’Hymne de jubilation de Jésus (Mt 11,25-30; Lc 10,21-22).

Le Christ donne au chrétien la possibilité de prier comme lui, explique Benoît XVI, à la condition d ‘avoir un cœur d’enfant: « Nous aussi, par le don de son Esprit, nous pouvons nous adresser à Dieu, dans la prière avec la confiance des enfants, en invoquant le nom du Père, « Abba ». Mais nous devons avoir le cœur des petits, des « pauvres en esprit » (Mt 5, 3), pour reconnaître que nous ne sommes pas autosuffisants, que nous ne pouvons pas construire notre vie tout seuls, mais que nous avons besoin de Dieu, nous avons besoin de le rencontrer, de l’écouter, de lui parler. »

« La prière nous ouvre à la réception du don de Dieu, sa sagesse, qui est Jésus lui-même, pour accomplir la volonté du Père sur notre vie et trouver ainsi le repos pour les fatigues de notre chemin », a ajouté le pape.

Benoît XVI souligne que « l’Hymne de Jubilation qui nous a été transmis par Matthieu et Luc est un joyau de la prière de Jésus ».

Et d’expliquer : « Il débute par un tressaillement de joie qui manifeste à la fois sa pleine reconnaissance de l’agir de Dieu et son accord total et joyeux avec son dessein. En appelant Dieu ‘Père’, Jésus exprime sa certitude d’être ‘le Fils’. C’est là le centre et la source de sa prière. »

« Jésus montre que la vraie connaissance de Dieu suppose la communion avec lui », a poursuivi le pape.

Benoît XVI a aussi souligné la dimension de cette prière qui embrasse toute la création et l’histoire : « En l’appelant aussi ‘Seigneur du ciel et de la terre’, Jésus récapitule la foi en la Création. Il rappelle le grand récit biblique de l’histoire d’amour de Dieu pour l’homme, qui commence avec l’acte créateur et il s’insère dans cette histoire dont il est le sommet et l’achèvement. »

Tel est l’achèvement apporté par le Christ, explique Benoît XVI : « En Jésus, la possibilité d’accéder à Dieu est rendue à l’homme ».

« En nous introduisant dans sa filiation, Jésus nous invite à nous ouvrir à la lumière de l’Esprit Saint ; il nous propose le chemin de la sagesse de l’Évangile qui est une personne à suivre : lui-même, le Fils unique en parfaite communion avec le Père », a conclu le pape.

ASB
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Prière - Notre Pape Benoît XVI nous Exorte Tous à Prier

Message par Her le Mer 7 Déc - 21:57

http://ZENIT.org/

La Sarthe à l'audience de Benoît XVI

Une invitation à la prière confiante

ROME, mercredi 7 décembre 2011 (ZENIT.org) – Benoît XVI a salué une délégation de la Sarthe – ce beau département français de la région des Pays de la Loire, traversé par la rivière qui lui donne son nom – présente ce mercredi matin, 7 décembre, à l’audience générale du mercredi, en la salle Paul VI.

« Je salue les pèlerins francophones, particulièrement le groupe des élus de la Sarthe, avec Mgr Yves Le Saux, Évêque du Mans », a dit Benoît XVI en français après la synthèse de sa catéchèse pour les francophones.

Mgr Le Saux a en effet accompagné le « Pèlerinage des élus » à Rome du 2 au 7 décembre.

Puis le pape a ajouté cette invitation à la prière confiante : « Nous aussi nous avons besoin de Dieu, de le rencontrer, de l’écouter et de lui parler dans la prière. Adressons-nous à lui d’un cœur simple et ouvert. Invoquons avec confiance celui que nous pouvons appeler « notre Père » ! Je vous bénis de grand cœur. »
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Prière - Notre Pape Benoît XVI nous Exorte Tous à Prier

Message par Her le Sam 10 Déc - 6:46

http://ZENIT.org/

« La prière nous ouvre à la réception du don de Dieu »

Catéchèse sur l'Hymne de jubilation de Jésus

ROME, mercredi 7 décembre 2011 (ZENIT.org) – « La prière nous ouvre à la réception du don de Dieu, sa sagesse, qui est Jésus lui-même, », et ainsi « accomplir la volonté du Père sur notre vie » et « trouver le repos » explique Benoît XVI.

Le pape Benoît XVI a en effet tenu l’audience générale ce mercredi matin à 10 h 30, en la salle Paul VI du Vatican, en présence de milliers de visiteurs d’Italie et du monde entier, dont des chorales et des ensembles musicaux qui sont intervenus lors de la présentation des différents groupes.

Le pape a poursuivi sa catéchèse sur la prière de Jésus, dans le cadre de son « école de prière », - comme on pourrait appeler cette série de catéchèses -, en commentant l’Hymne de jubilation de Jésus (Mt 11,25-30; Lc 10,21-22).

Le Christ donne au chrétien la possibilité de prier comme lui, explique Benoît XVI, à la condition d ‘avoir un cœur d’enfant: « Nous aussi, par le don de son Esprit, nous pouvons nous adresser à Dieu, dans la prière avec la confiance des enfants, en invoquant le nom du Père, « Abba ». Mais nous devons avoir le cœur des petits, des « pauvres en esprit » (Mt 5, 3), pour reconnaître que nous ne sommes pas autosuffisants, que nous ne pouvons pas construire notre vie tout seuls, mais que nous avons besoin de Dieu, nous avons besoin de le rencontrer, de l’écouter, de lui parler. »

« La prière nous ouvre à la réception du don de Dieu, sa sagesse, qui est Jésus lui-même, pour accomplir la volonté du Père sur notre vie et trouver ainsi le repos pour les fatigues de notre chemin », a ajouté le pape.

Benoît XVI souligne que « l’Hymne de Jubilation qui nous a été transmis par Matthieu et Luc est un joyau de la prière de Jésus ».

Et d’expliquer : « Il débute par un tressaillement de joie qui manifeste à la fois sa pleine reconnaissance de l’agir de Dieu et son accord total et joyeux avec son dessein. En appelant Dieu ‘Père’, Jésus exprime sa certitude d’être ‘le Fils’. C’est là le centre et la source de sa prière. »

« Jésus montre que la vraie connaissance de Dieu suppose la communion avec lui », a poursuivi le pape.

Benoît XVI a aussi souligné la dimension de cette prière qui embrasse toute la création et l’histoire : « En l’appelant aussi ‘Seigneur du ciel et de la terre’, Jésus récapitule la foi en la Création. Il rappelle le grand récit biblique de l’histoire d’amour de Dieu pour l’homme, qui commence avec l’acte créateur et il s’insère dans cette histoire dont il est le sommet et l’achèvement. »

Tel est l’achèvement apporté par le Christ, explique Benoît XVI : « En Jésus, la possibilité d’accéder à Dieu est rendue à l’homme ».

« En nous introduisant dans sa filiation, Jésus nous invite à nous ouvrir à la lumière de l’Esprit Saint ; il nous propose le chemin de la sagesse de l’Évangile qui est une personne à suivre : lui-même, le Fils unique en parfaite communion avec le Père », a conclu le pape.

ASB
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Prière - Notre Pape Benoît XVI nous Exorte Tous à Prier

Message par Her le Jeu 15 Déc - 14:28

http://www.riposte-catholique.fr/osservatore-vaticano/messages-du-pape/la-priere-et-labandon-a-dieu

La prière et l’abandon à Dieu
14 décembre 2011 | Enregistrer sous: Eglise universelle,Messages du Pape | Publié par: Vini Ganimara

Evoquant la prière de demande, lors de sa catéchèse de ce matin, Benoît XVI a donné en exemple la prière de Notre-Seigneur lors de la résurrection de Lazare, donnant au passage la « clé » pour comprendre pourquoi, parfois, les prières semblent ne pas être exaucées (et comment réagir à cet état de fait):

Dans cette prière [du Christ], on ne doit pas voir un accomplissement immédiat de ce qui est demandé mais avoir confiance en la volonté du Père. Tout événement doit être lu dans la perspective de la gloire, de l’amour et du projet de Dieu, généralement cachée à nos yeux. Notre prière et notre louange doivent se fondre y compris lorsque Dieu semble ne pas répondre. S’abandonner à l’amour de Dieu…est l’une des règles de notre dialogue avec lui… Au-delà de ce qu’il nous donne lorsque nous l’invoquons, son plus grand don est son amitié, sa présence, son amour…
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Prière - Notre Pape Benoît XVI nous Exorte Tous à Prier

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum