Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Aller en bas

Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Lun 9 Mai - 8:03

http://www.christianophobie.fr/breves/vietnam-la-manifestation-des-chretiens-tourne-mal

Vietnam : la manifestation des chrétiens tourne mal

Les forces de sécurité vietnamiennes ont réprimé jeudi une manifestation d’une centaine de chrétiens appartenant à l’ethnie Hmong, qui réclamaient la création d’un Etat indépendant, ont annoncé des responsables.

Côme Dubois (source : AP)
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Nigéria

Message par Her le Lun 9 Mai - 8:05

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/05/49-chrétiens-tués-dans-une-répression-sanglante-au-vietnam.html

14 mai 2011

49 chrétiens tués dans une répression sanglante au Vietnam

Lu ici (source vo) :

"Au moins 49 morts, des centaines de blessés et un nombre indéterminé d'arrestations : c'est le bilan d'une vague de répression sanglante déclenchée par les forces de sécurité contre les chrétiens vietnamiens et les animistes de la communauté Hmong, une minorité ethnique qui vit dans le Nord-ouest du pays et au Laos.

Les forces armées dont l’Armée Populaire Vietnamienne ont attaqué les milliers de manifestants venus réclamer des réformes et le respect de la liberté religieuse.
Beaucoup ont été tués, une cinquantaine selon les sources, et un nombre indéterminé d'arrestations a eu lieu".

Posté le 14 mai 2011 à 14h03 par Lahire


Dernière édition par Hercule le Dim 15 Mai - 22:22, édité 1 fois
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Dim 15 Mai - 5:29

http://peuplehmong.blogspot.com/

redi 18 mai 2011
Entretien avec le Révérend Docteur Naw-Karl Mua réalisé en 2003

Voici l'entretien réalisé avec le Révérend Docteur Naw-Karl Mua sur les conditions de détentions au Laos en 2003, la situation reste toujours la même en 2011.

Mouvement Lao pour les Droits de l’Homme (Mldh) : Révérend Naw-Karl Mua, vous avez été arrêté au Laos le 4 juin 2003, condamné à 15 ans de prison le 30 juin 2003 et, finalement libéré et expulsé du Laos le 9 juillet 2003.
Pourquoi étiez-vous au Laos et pourquoi étiez-vous arrêté ?

Révérend Naw-Karl Mua ( Rév. NK M) : Je suis allé au Laos, parce que c’est mon pays natal et que j’ai encore de la famille. J’y suis allé parce que les mots "Paix, Liberté, Démocratie, Egalité, etc…" sont affichés partout, me faisant croire que la République Démocratique Populaire Lao est un pays réellement libre. Quant à la question "pourquoi j’étais arrêté", c’est tout simplement à cause de ces mots "Paix, Liberté, Démocratie, Egalité, etc…" utilisé seulement comme un leurre. Au Laos, quiconque cherche à comprendre ces mots suivant leur vraie terminologie rencontre de sérieux problèmes. Ce fut mon cas et celui des journalistes.

Mldh : Où étiez-vous exactement arrêté ? Par qui étiez-vous arrêté ?

Rév. NK M : Je fus arrêté sur la route n°7 à Ban Khai, à l’est de Muong Seui, province de Xiengkhouang, par des gardiens de villages, plus connus comme Kong Lone (milices).

Mldh : Du 4 juin au 9 juillet 2003, où étiez-vous incarcéré ?

Rév. NK M : Trois guides Lao-Hmong, payés par les journalistes pour nous guider et moi-même ont été incarcérés à la prison de Phonesavanh tandis que les deux journalistes européens étaient détenus dans les locaux de police de la ville de Phonesavanh. Je pense que nous étions séparés pour deux raisons. La première, parce que les autorités lao ne voulaient pas que des occidentaux découvrent les déplorables conditions des prisons du Laos. La deuxième, parce que les autorités lao m’ont considéré et traité comme n’importe quel Lao-Hmong du pays, ceci malgré ma nationalité américaine. Le 8 juin 2003, nous avions tous été transférés par avion à Vientiane. Nous, les Hmongs étions incarcérés à la prison de Phonetong tandis que les deux européens, une fois encore, étaient gardés dans un local de police de Vientiane jusqu’à la date de notre procès le 30 juin 2003. Après le procès, tout le monde fut envoyé à la prison de Phonetong jusqu’à ce que nous, étrangers, furent libérés le 9 juillet 2003.

Mldh : Combien de temps étiez-vous dans chaque prison ?

Rév. NK M : J’étais emprisonné, en tout, 34 jours. J’étais, en fait, arrêté le 5 juin tandis que mes collègues l’avaient été le 4 juin. Au moment où ils étaient arrêtés, je me cachais dans la forêt et décidais de me rendre au bout de 30 heures.

Mldh : Pouvez-vous nous décrire chaque prison où vous étiez détenu. Combien de bâtiments ? Quel genre de bâtiments : bois, briques, etc…? Combien de prisonniers pensez-vous qu’il y en a dans chaque prison ? Y-a-t-il des cours où les prisonniers peuvent sortir et marcher ?

Rév. NK M : Il y a deux bâtiments dans chaque prison. A Phonesavanh, un bâtiment était pour les femmes et l’autre pour les hommes. A Phonetong, seulement trois cellules sont pour les femmes, le reste ( 17 cellules) est pour les hommes. Tous les bâtiments sont en béton, le sol aussi.
Il devrait avoir, au moins, 120 prisonniers dans la prison de Phonesavanh et environ 90 à Phonetong. Oui, il y a des cours. A Phonesavanh les prisonniers n’ont pas le droit de sortir et marcher. A Phonesavanh, les prisonniers sont enfermés dans leur cellule 23 heures et 30 minutes par jour. Ils sont autorisés à sortir de leur cellule de 9h00 à 09h30 pour vider leur seau de toilette et pour se laver. A Phonetong, environ 70% des prisonniers peuvent sortir et marcher dans la cour dans la journée.

Mldh : Avez-vous été au courant ou avez-vous connu des endroits de "torture" ou de "punition" dans chaque prison ?

Rév. NK M : Non. Mais je pense que les tortures sont pratiqués ouvertement, au vue des autres. Par exemple, quand les Libériens étaient torturés à Phonetong, c’était devant tous les prisonniers. Tout le monde me parlait de ce fait lorsque j’y étais.

Mldh : Quelle était la dimension de votre cellule (en m²) ? Combien de personnes partageaient votre cellule ?

Rév. NK M : Les cellules des deux prisons avaient les mêmes dimensions (4x5m). A Phonetong, le maximum de prisonniers dans une cellule est de 6 tandis qu’à Phonesavanh, cela va jusqu’à 10 dans la cellule.

A Phonesavanh, il y a une très petite fenêtre par cellule, ouverte de 6 heures à 17h00. Pas de table, ni livres ou stylos. Il y avait deux seaux dans chaque cellule, l’une pour les toilettes et l’autre pour de l’eau. Du riz gluant de la plus mauvaise qualité est fourni deux fois par jour, le matin et la fin de l’après-midi, rien d’autre.

A Phonetong, une fenêtre ouverte 24 heures par jour donnant la lumière de l’extérieur. Pas de table, mais livres et stylos sont possibles et … des toilettes. A Phonetong, un bol de soupe accompagne le riz gluant, une soupe composée de viande de la plus mauvaise qualité et de légumes (20% de viande et 80% de liquide).

Mldh : Pouviez-vous parler avec les autres prisonniers de votre cellule ?

Rév. NK Mua : Oui à Phonetong et non à Phonesavanh.

Mldh : Pouvez vous nous donner les détails des prisonniers partageant votre cellule : âge, origine ethnique, la raison de leur emprisonnement. Etaient-ils des prisonniers politiques, étaient-ils arrêtés pour leur religion, leur idée, leur origine ethnique ?

Rév. NK M : Les âges varient de 14 à 70 ans. Le plus jeune est un jeune Hmong sorti de la forêt pour acheter des médicaments en ville à ses parents. En 2001, lorsqu’il fut arrêté, les autorités lao ont automatiquement rajouté 4 ans à son âge afin qu’il ait officiellement 18 ans. Ainsi, il fut condamné à 15 ans de prison. Le plus vieux était un thaïlandais, suspecté par les autorités d’avoir voulu incendier l’aéroport de Wattai parce qu’on l’avait trouvé près de l’aéroport avec un briquet dans la poche.

Mldh : S’il était interdit de se parler, comment communiquiez-vous entre prisonniers, comment les prisonniers sont-ils punis s’ils sont attrapés en train de se parler ?

Rév. NK M : Chuchoter très doucement pendant la nuit. A cause du temps très court, je ne connais pas les punitions. J’imagine, cependant qu’elles doivent être sévères.

Mldh : Les prisonniers des deux prisons avaient-ils le droit aux visites ?

Rév. NK M : Oui. Mais à Phonesavanh, les familles ne pouvaient ni parler aux prisonniers, encore moins les toucher. Quelques familles étaient autorisées de les voir à distance, d’autres pas du tout. Les nourritures et les vêtements envoyés aux prisonniers via les officiers mais nul ne sait ce qui arrive vraiment jusqu’aux prisonniers.

Mldh : Pendant votre emprisonnement, aviez-vous été témoin de tortures ou avez-vous entendu parler des tortures, morts, disparitions dans les prisons ?

Rév. NK M : Oui. Elles sont sauvages et effrayantes.
On raconte des choses horribles sur les tortures de cinq Libériens à la prison de Phonetong. Les officiers de police les avaient battu de toutes leurs forces, utilisant leurs pieds, leurs mains et des bâtons. Les officiers brûlent le corps des prisonniers avec des cigarettes, en particulier dans les parties génitales. Les Libériens ont été si cruellement battus que l’un deux est presque mort et a dû être transporté à l’hôpital. Il n’est jamais revenu de l’hôpital. Les officiels n’avaient pas cessé de mentir et de dire qu’il était rentré à son pays, mais il avait été confirmé qu’il est mort de ses tortures.
Un de nos guides a été tellement battu qu’il a failli mourir. On lui a coupé la plante de ses pieds afin qu’il ne puisse plus marcher. Cependant, Dieu soit loué car il a pu s’échapper de prison et a pu rapporter au monde libre que nous étions arrêtés et emprisonnés. Sinon, le monde libre n’aurait pas été au courant de notre situation et nous serions encore en prison ou déjà morts.

Mldh : Quelles sont les relations entre les gardiens de prisons et les prisonniers ?

Rév. NK M : Une fois que vous devenez un prisonnier, vous perdez vos droits en tant qu’ être humain. Toutefois, à Phonetong, grâce à la corruption, quelques riches prisonniers étrangers peuvent travailler et marcher à côté des officiers de police.

Mldh : Quand vous étiez au Laos, avez-vous rencontré beaucoup de Chrétiens ? Vous ont-ils parlé de répressions religieuses de la part des autorités lao ? Si c’est le cas, comment ? Avez-vous des détails ?

Rév. NK M : Oui. J’ai rencontré quelques prisonniers Chrétiens, mais ils n’ont pas voulu me parler de leur foi parce qu’ils n’avaient confiance en personne. S’il advenait qu’ils tombent sur la mauvaise personne, ils seraient persécutés et condamnés pour leur religion, forcés à renoncer à leur foi chrétienne en signant un papier officiel ou forcés à boire du sang d’animal. On m’a dit que, "les pratiques Chrétiennes devraient se faire en silence et dans le cœur uniquement".


Mldh : Savez-vous où Thao MOUA et Pa Fue KHANG sont incarcérés ? Quel est leur âge et leur profession ?

Rév. NK M : Thao MOUA a 27 ans et il est cultivateur. Pa Fue KHANG a 33 ans et il est chauffeur de taxi. Parce qu’il sont considérés comme prisonniers politiques, ils sont détenus à la prison de Phonetong, Vientiane.

Mldh : Savez-vous où sont leurs familles ?

Rév. NK M : La famille de Thao MOUA est au KM52, province de Vientiane et celle de Pa Fue KHANG est à Phonesavanh.

Mldh : Leurs familles ont-elles pu leur rendre visite ?

Rév. NK M : Oui. Quand j’y étais, leur famille a pu les visiter, après ma libération le 9 juillet 2003, je ne sais pas si cela a été possible.

Mldh : Avez-vous des messages ou des appels des prisonniers au monde extérieur, en particulier quand ils ont su que vous alliez être probablement libéré ?

Rév. NK M : A la prison de Phonesavanh, Xiengkhouang, 4 prisonniers Hmongs étaient morts entre le 8 juin et le 30 juin 2003. C’étaient les dates où je fus transféré à Vientiane, puis retourné à Xiengkhouang pour le procès. Ils sont morts uniquement parce qu’ils sont Hmong. Et leurs familles n’étaient pas informées de leur décès. Leur corps ont été enterrés comme des animaux.
A la prison de Phonetong, Vientiane, où j’ai passé 30 jours, il y a 5 Hmong, des hommes venus de Thaïlande pour célébrer le nouvel an avec leurs proches à Muang Fuang, Laos où ils sont arrêtés en tant que prisonniers politiques depuis 1999. Trois d’entre eux furent condamnés à 15 ans de prison et deux pour 20 ans. Quatre savent à peine écrire leur propre nom.
En 2001, deux jeunes Hmong venus acheter des médicament en ville pour leur famille avaient été arrêtés par les autorités lao. Les garçons avaient 14 ans et 17 ans. Les autorités du gouvernement leur ont systématiquement rajouté 4 ans afin qu’ils deviennent officiellement 18 ans et 21 ans et puissent être condamnés, en tant qu’adulte, à 15 ans de prison, les suspectant d’être des enfants de résistants. Ils sont nés dans la jungle et ne connaissent rien de la politique.

Pourquoi les accuser ?

Personnellement, j’étais arrêté, avec les deux mains et les deux pieds enchaînés pendant trois jours. Les chaînes de mes pieds pesaient 3 kilos et je les avais jusqu’au jour où j’étais autorisé à voir mon Ambassadeur ( le 16 juin 2003). Deux semaines plus tard, mon épouse m’a envoyé une lettre. L’Ambassadeur des US m’a montré la lettre mais les autorités lao me l’ont prise devant les personnels de l’ambassade et je n’ai pas eu la chance de la lire. Une semaine après, l’ambassade m’a donné quelques Lao kips, mais une fois dans la voiture me ramenant à la prison, avant même que j’ai eu le temps de compter l’argent, les officiers me l’ont pris. Bien plus tard, on m’avait dit que c’était 30 000 kips, que je n’ ai jamais vu.

Il y a des prisonniers qui sont détenus jusqu’à 21 ans, sans procès. Beaucoup ne sont pas jugés. Personne ne sait combien de temps ces prisonniers vont rester en prison, peut-être toute leur vie.

L’Amour de Dieu et Ses ressources sont extrêmement riches et abondants pour tout le monde. Le problème est qu’ils ne sont pas distribués équitablement aux gens. Nous n’avons aucun tort si nous avons des opinions différentes sur les discriminations raciales, les violations des droits de l’homme et les oppressions politiques au Laos.

Je crois, cependant, que c’est mauvais de coopérer avec l’oppresseur contre les oppressés, travailler parallèlement à causer plus de souffrances aux victimes, et/ou garder le silence en de telles circonstances.

L’expérience des journalistes européens et la mienne étaient d’avoir appris des deux côtés du problème : les misères des Hmongs opprimés et les cruautés de l’oppresseur, le gouvernement de la RDPL.

Je demande à Amnesty International, aux organisations pour la défense des droits de l’homme, à la Croix Rouge Internationale et aux autres institutions de se rendre au Laos pour apprendre sur les conditions de ses prisons, ses persécutions religieuses et les autres violations des droits de l’homme. Nous avons désespérément besoin de vos aides. Vos appels urgents pour améliorer ces situations alarmantes n’auraient jamais été plus ardemment sollicités.

J’appelle les Nations Unies, les Etats-Unis d’Amérique et l’Union Européenne d’intervenir auprès du gouvernement du Laos pour deux choses :

- Accorder une entière liberté de religion aux Chrétiens et laisser les organisations humanitaires leur amener de la nourriture, des médicaments et des vêtements
- Si les Hmong ne sont pas désirés au Laos, ils ne faudrait pas les exterminer mais les permettre de s’installer autre part avec l’aide des organisations chrétiennes et humanitaires. Sinon, une zone sécurisée est à la fois une nécessité et une urgence.

Je crois que Dieu appelle les Grandes Puissances à faire des actions justes, miséricordes et à marcher humblement avec Lui, pour secourir de la misère et de l’oubli les Hmong souffrant actuellement sévèrement sous les oppressions communistes. Et ce n’est pas pour l’année prochaine ou pour demain, mais aujourd’hui.

Sources : MLDH
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Mer 1 Juin - 8:52

ZF11053007 - 30-05-2011
Permalink: http://www.zenit.org/article-28071?l=french
VIETNAM : DÉMOLITION DU CARMEL DE HANOÏ

Plainte de l’archevêque

ROME, Lundi 30 mai 2011 (ZENIT.org) – Au Vietnam, à Hanoi, alors que les travaux de démolition des bâtiments du carmel ont commencé, l’archevêque et les religieuses de Saint-Paul adressent une plainte aux autorités, rapporte dans cette dépêche « Eglises d’Asie », l’agence des Missions étrangères de Paris.

Voilà déjà plus de dix jours que plusieurs sites Internet vietnamiens, la plupart catholiques, ont mis en ligne des photos d’un bâtiment surmonté d’une croix auquel est accrochée une pancarte d’« avis de travaux ». Celle-ci précise que le bâtiment est démoli pour laisser la place à la construction d’un pavillon annexe à l’hôpital Xanh Pôn (Saint-Paul). Le pavillon aura cinq étages et sera consacré à la médecine interne. Deux plaintes ont été adressées aux autorités pour protester contre ces travaux. L’une émane de la congrégation des religieuses de Saint-Paul de Chartres, l’hôpital Saint-Paul ayant été fondé par elles avant d’être confisqué par l’Etat après 1954 (ainsi que tous les autres établissements de la congrégation à Hanoï). La seconde plainte est signée de l’archevêque de Hanoï. Le texte des plaintes n’est pas connu pour le moment. Cependant, un communiqué adressé aux prêtres et aux fidèles de l’archidiocèse de Hanoï a récemment été diffusé par l’archevêché (1). Il précise en particulier que le bâtiment en cours de destruction, qui semble-t-il était désaffecté, est celui qu’occupait autrefois le carmel de Hanoï. Voici la traduction intégrale du texte :
Archevêché de Hanoi ; 40, Nha Chung, Hanoi ; le 25 mai 2011
Objet : plainte pour démolition du monastère du carmel, 72 rue Nguyên Thai Hôc, Hanoi.

Aux prêtres et aux fidèles de l’archidiocèse de Hanoï.

La chancellerie de l’archevêché de Hanoï tient à porter à votre connaissance les faits suivants. L’archevêché a été informé que le service de santé de la ville de Hanoï et l’hôpital Saint-Paul avaient entrepris la démolition de la construction surmontée d’une croix, appartenant au monastère du carmel (73, rue Nguyên Thai Hop, Hanoi), en vue de construire sur ce lieu un pavillon spécialisé en médecine interne.
Après s’être mis en rapport avec les autorités responsables, le 20 mai 2011, l’archevêché de Hanoï a adressé une plainte urgente au service de santé de Hanoï, à l’hôpital Saint-Paul et aux autorités concernées. La plainte est signée par l’archevêque, Mgr Pierre Nguyên Van Nhon, et datée du 16 mai 2011. La congrégation des sœurs de Saint-Paul de Chartres a également adressé une plainte aux mêmes instances.
Le 26 mai 2011, à 9h30 du matin, le P. Alphonse Pham Hung, chancelier, représentant l’archevêché, le P. Giacobe Nguyên Van Ly, responsable du doyenné de la cathédrale, ainsi que les sœurs Nguyên Thi Vi et Nguyên Thi Lai, représentantes de la congrégation des religieuses de Saint-Paul de Chartres, ont participé à une réunion avec les représentants des autorités locales concernées. Au cours de la réunion organisée par le Bureau des Affaires religieuses de la ville de Hanoï, les divers représentants ont exposé leurs opinions dans un climat de franchise, de concorde et de respect mutuel.
Le bureau de l’archevêché continuera de faire connaître les nouvelles relatives à l’évolution de cette affaire. (1)
Le jour suivant, dans un communiqué diffusé via Internet (2), la Fédération des étudiants catholiques du Vietnam s’est associée à la protestation de l’archevêché de Hanoï à propos de la démolition des bâtiments du carmel de Hanoï. Le communiqué ajoute que la fédération a obtenu des informations selon lesquelles le gouvernement s’apprêtait à spolier la congrégation des religieuses de Saint-Paul de Chartres d’un certain nombre de leurs anciens établissements caritatifs à Hanoï. Le communiqué de la fédération des étudiants catholiques critique cette mesure qu’il qualifie de contraire aux intérêts économiques et au développement harmonieux du Vietnam. Il demande aux étudiants catholiques de prier pour que le gouvernement sache prendre les décisions qui conviennent.
La présence d’un carmel à Hanoï remonte à 1895, lorsque, à la demande de Mgr Gendreau, vicaire apostolique du Tonkin-Occidental, un groupe de religieuses du carmel de Saigon, créé 34 ans plus tôt, vint fonder le carmel de Hanoï. Elles s’installèrent d’abord dans un bâtiment situé dans le complexe de la cathédrale, avant de changer de résidence dans les années 1920. En 1954, à l’arrivée des communistes, la communauté des religieuses carmélites quitta la capitale.
Quant aux religieuses de Saint-Paul de Chartres, elles arrivèrent à Hanoï en 1883. Leurs activités dans les domaines hospitalier, caritatif, et éducatif furent considérables. Les établissements fondés par elles dans la capitale ont été très nombreux. Les deux plus connus sont l’école Sainte-Marie, ouverte dès 1895 et qui ne cessa ensuite de se développer, et la clinique Saint-Paul, qui elle aussi ne cessa de s’agrandir après sa création en 1920 (3). En 1954, lors du changement de régime, ces établissements dans leur majorité furent confisqués par l’Etat, l’hôpital Saint-Paul continuant à fonctionner sous la tutelle publique tout en conservant son nom (Xanh Pôn) et certains signes religieux inscrits dans la pierre (comme des croix).
Aujourd’hui, la communauté des religieuses de Saint-Paul à Hanoï se développe à nouveau et le couvent qui les abrite au 37,de la rue Hai Ba Trung est devenu trop étroit. A maintes reprises, les sœurs ont demandé l’autorisation d’agrandir leur maison. Une autorisation qui leur a été refusée parce qu’elles n’ont pas l’intention de renoncer à leurs droits de propriété sur les biens confisqués par l'État.

(1) http://tgphanoi.org
(2) http://vietcatholic.net/News/Html/90228.htm
(3) « Hanoï Chrétien (1627-1931) », Bulletin des Missions étrangères, 1932.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Commentaires d'Hercule : Les prophéties annoncent que les églises, les propriétés et les biens saisis à l'Eglise, en France ou ailleurs, seront restitués à l'Eglise. Nous devons nous attendre à de grands événements prochains, des pires comme des meilleurs. Nous devons nous abandonner et ne nous étonner de rien.
COURAGE, CONFIANCE, ESPERANCE ! ON LES AURA !!!
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Sam 4 Juin - 7:23

http://ZENIT.org/

Vietnam : Démolition du carmel de Hanoï en dépit de la plainte du diocèse
Et des religieuses de Saint-Paul

ROME, Vendredi 3 juin 2011 (ZENIT.org) – A Hanoï, les travaux de démolition du bâtiment du carmel ne s’étant pas interrompus, l’archevêché porte plainte une deuxième fois, annonce aujourd’hui « Eglises d’Asie », l’agence des missions étrangères de Paris.

Malgré les plaintes conjuguées des religieuses de Saint-Paul et de l’archevêché de Hanoï, la démolition du bâtiment du carmel de la capitale, entreprise il y a plus d’une semaine par les services publics, n’a pas été interrompue. L’archevêché a donc élevé une seconde fois la voix, en portant plainte à nouveau. Il explique la situation à l’ensemble de l’archidiocèse dans un bref communiqué daté du 1er juin.

Le premier communiqué avait annoncé aux catholiques de Hanoï que les services publics avaient entrepris la démolition du bâtiment du carmel. Il relatait aussi que, le 25 mai, les représentants de l’archevêché et des religieuses de la congrégation de Saint-Paul de Chartres avaient participé à une réunion sur ce sujet avec les divers services officiels concernés. Des plaintes émanant de l’archidiocèse et de la congrégation religieuse avaient été envoyées au gouvernement.

Le second communiqué annonce que, le 27 mai, l’archevêché a reçu une réponse du Bureau de la section du parti communiste de Hanoï. La lettre l’informait que la plainte de l’archevêché serait transmise aux services concernés qui l’étudierait et lui donnerait une solution. Trois jours plus tard, le 30 mai, l’archevêché recevait une copie de la lettre adressée par le Comité populaire de Hanoï à l’Inspection municipale et au Bureau des affaires religieuses. La lettre demandait à ces services d’enquêter sur la plainte et de transmettre son avis au Comité populaire pour que celui-ci puisse se faire un jugement et répondre à l’archevêque ainsi qu’aux religieuses de Saint-Paul de Chartres.

Après ce récit des faits, le deuxième communiqué de l’archevêché s’achève par le constat suivant :« Le 31 mai 2011, à 10h30, l’entreprise en question continuait encore à démolir les murs et le toit du carmel, un bâtiment qui est surmonté d’une croix. Après s’être mis en relation avec les autorités responsables et leur avoir fait part de ce qui se passait, l’archevêché de Hanoï a envoyé aux autorités une seconde plainte urgente, signé de l’archevêque, Mgr Pierre Nguyên Van Nhon ».
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Sam 11 Juin - 22:29

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/06/au-vietnam-être-catholique-est-subversif.html

10 juin 2011

Au Vietnam, être catholique est subversif

Lu sur l'Observatoire de la christianophobie :

"Le professeur Pierre Pham Minh Hoang est retenu prisonnier depuis le 13 août 2010, sans qu’on sache où exactement, en application de l’article 49 du Code pénal du Vietnam communiste qui réprime les tentatives de «renversement du gouvernement». Ce professeur à l’Université de Ho Chi Minh Ville n’appartient évidemment pas à un quelconque groupe subversif, mais sa foi catholique l’a poussé à se soucier de l’éducation des jeunes et à protester contre les conditions honteuses faites aux travailleurs du site d’extraction de bauxite de Da Lat, affermé à la Chine communiste, et aux catastrophes écologiques provoquées par cette exploitation. C’est suffisant au Vietnam communiste pour être inculpé de « subversion ». Si Marx était encore vivant, il n’aurait qu’à bien se tenir…
Pierre Pham Minh Hoang passera devant le tribunal le 14 juin, mais pour beaucoup d’observateurs, la sentence a déjà été rendue avant même que le procès commence. Nous attendons la véhémente protestation du gouvernement puisque ce professeur vietnamien possède aussi la nationalité française…"

Posté le 10 juin 2011 à 07h33 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Lun 13 Juin - 19:09

http://www.zenit.org/

Vietnam : Seconde visite du représentant du Saint-Siège

Une visite pastorale dans le nord du pays

ROME, Lundi 13 juin 2011 (ZENIT.org) – Le représentant du Saint-Siège pour le Vietnam entame une seconde visite dans le nord du pays, a annoncé « Eglises d’Asie », l’agence des Misisons étrangères de Paris dans cette dépêche.

A la fin du mois d'avril dernier, le représentant du Saint-Siège pour le Vietnam, Mgr Leopoldo Girelli avait accompli une première visite du Vietnam, rappelle EDA. Il s'était rendu à Hanoï et à Saïgon. A l'occasion de la première assemblée annuelle des évêques qui se tenait dans la métropole du sud, il s'était présenté et avait pris grand soin de préciser quelles étaient ses attributions exactes et leurs limites.

Son second séjour au Vietnam qu'il vient d'entamer dimanche 5 juin et qui durera jusqu'au 18 juin prochain, sera, semble-t-il, d'ordre plus pastoral, estime EDA. Le prélat a l'intention de rendre visite à cinq diocèses du Nord, à savoir Bac Ninh, Lang Son, Hai Phong, Bui Chu et Thai Binh. Il consacrera deux jours à chacun d'entre eux.

A peine arrivé le 5 juin à l'aéroport de Noi Bai, qui dessert la capitale de Hanoï mais dépend du point de vue ecclésiastique du diocèse de Bac Ninh, il se rendait à la paroisse de Noi Bai pour y célébrer la messe de l'Ascension au milieu d'un millier de jeunes préparant la journée de la jeunesse de l'archidiocèse de Hanoï. Cette journée, qui réunit quelques dizaines de milliers de jeunes catholiques du Nord-Vietnam, est organisée chaque année dans un diocèse différent de la province ecclésiastique. Cette année, ce sera le tour du diocèse de Bac Ninh d'accueillir, le 11 novembre prochain ce rassemblement, lequel réunira au moins 20.000 participants. Dans le discours qu'il leur a adressé, le représentant du Saint-Siège a exhortés les jeunes à former d'ores et déjà un projet d'avenir en s'interrogeant sur « ce qu'ils pourront accomplir pour l'Église, ce qu'ils pourront accomplir pour leur pays... ».

Après l'Eucharistie célébrée dans la paroisse de Noi Bai, Mgr Girelli prenait la route pour l'évêché de Bac Ninh. A 20h30, une rencontre avec les religieux et religieuses du diocèse était prévue dans le centre pastoral du diocèse. Une centaine de religieux l'y attendait, en compagnie de l'évêque du diocèse, Mgr Cosme Hoang Van Dat, et de ses proches collaborateurs. C'est un dominicain, responsable de la commission diocésaine des religieux, le P. Pierre Nguyên Van Huy, qui a présenté au prélat la situation et les activités des religieux dans le diocèse. En guise de bienvenue, des religieuses ont interprété devant lui le « Quan Ho », une tradition poético-musicale de la région, un des joyaux de la culture populaire vietnamienne. Un autre groupe exécutera ensuite la danse du repiquage du riz. Un échange informel a suivi, au cours duquel les principaux sujets abordés par le représentant du Saint-Siège ont été la vie religieuse, les difficultés qu'elle rencontre dans le monde, les dernières initiatives du pape Benoît XVI… La soirée s'est terminée aux alentours de 22h30. Dans la journée du 7 juin, le prélat devait continuer sa visite du diocèse de Bac Ninh avant d'entamer la seconde étape de son voyage dans la région montagneuse et frontalière de Lang Son (1).

La presse officielle, la radio et la télévision de la province de Bac Ninh ont fait état d'une rencontre de Mgr Girelli avec le vice-président du comité populaire provincial. Selon le journal, ce dernier aurait exposé à son interlocuteur la situation économique, politique et sociale de la province, tandis que le représentant du pape se serait réjoui des bonnes relations existant entre les autorités civiles et l'évêché de Bac Ninh (2).

Le diocèse de Bac Ninh s'étend sur une superficie de 24.600 km2, recouvre cinq provinces et empiète sur sept autres. Il est encadré au nord par le diocèse de Lang Son, au sud par celui de Hanoi, à l'est par celui de Hai Phong et à l'ouest par le diocèse de Hung Hoa. La région est habitée par une population de plus de 7 millions d'habitants dont 600.000 appartiennent à des minorités ethniques. Selon des statistiques déjà anciennes (2004), le nombre des catholiques s'élève à 123.000. Les mêmes statistiques faisaient état de 37 prêtres, 29 religieuses et 24 séminaristes. L'évêque du diocèse, Mgr Cosme Hoang Van Dat, jésuite, a été nommé à ce poste en 2008. En 1659, lors de la création des deux premiers vicariats apostoliques, la région de Bac Ninh était située dans le vicariat du Tonkin et était déjà connue pour ses nombreuses chrétientés. Au cours des ans, le Tonkin religieux fut plusieurs fois divisé et la région de Bac Ninh appartiendra, à partir de 1679, au Tonkin occidental confié aux dominicains, puis deviendra, à partir de 1883 le Tonkin septentrional. Ce n'est qu'en 1924 que le vicariat recevra officiellement le titre de vicariat apostolique de Bac Ninh (1).

(1) Voir le compte rendu mis en ligne sur le site de la conférence épiscopale :

http://hdgmvietnam.org/duc-tong-giam-muc-leopoldo-girelli-dại-diẹn-toà-thánh-tại-viet-nam-tham-giao-tinh-ha-noi/2986.63.8.aspx

http://btv.gov.vn/news_detail/3218/10380/tong-giam-muc-dai-dien-khong-thuong-tru-cua-vatican-tai-viet-nam-thamlam-viec-tai--bac-ninh.html
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Lun 20 Juin - 20:52

http://www.christianophobie.fr/breves/viet-nam-des-nouvelles-de-pierre-pham-minh-hoang

Viet Nam : des nouvelles de Pierre Pham Minh Hoang

juin 15, 2011 par admin · 3 Commentaires
Dans la catégorie: Brèves

La manifestation du 13 juin sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris
Sous le titre « Dix mois de détention pour le blogueur franco-vietnamien Pham Minh Hoang », le site du Viet Tan (Parti pour la Réforme du Viet Nam) a publié le 14 juin dernier un article sur le professeur de mathématiques et catholique franco-vietnamien Pham Minh Hoang dont j’ai parlé ici. C’est en effet le 14 juin qu’il devait passer en jugement, mais, comme l’indique un commentaire publié à la suite de mon précédent post sur cette scandaleuse affaire, le procès a été reporté « à une date ultérieure » non précisée… Ce qui va nous laisser du temps pour réagir. Voici l’article du Viet Tan (légèrement modifié) qui offre beaucoup d’information sur ce cas si intéressant. D.H.

« Le 13 juin 2011, une centaine de personnes se rassemblaient sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris.
Une banderole “1 Bougie pour Pham Minh Hoang” flottait à côté du drapeau vietnamien jaune à trois bandes rouges.
Familles, amis et membres de plusieurs organisations de défense des droits de l’homme souhaitaient en effet marquer les 10 mois de détention de Pham Minh Hoang par une veillée de soutien et de prière.
Mais qui est ce Pham Minh Hoang ?
Beaucoup de badauds se demandaient en effet qui était ce Pierre Pham Minh Hoang qui avait eu droit à une prière d’intercession lors de l’Eucharistie de la messe du soir de la Pentecôte en notre cathédrale Notre-Dame.
Rappelons tout d’abord que, selon les textes de la Bible, une intercession est le fait de personnes conscientes de la gravité d’une situation s’associant au désir de Dieu de faire grâce. Son efficacité lui confère une valeur inestimable, même lorsque les choses semblent irréversibles et déterminées. Une intercession est un espoir de détourner le cours des événements ou au moins sauver ce qui peut l’être.
À la veille d’une éventuelle date de procès, il était donc important que la communauté vietnamienne intercède en faveur de Pierre Pham Minh Hoang.
Pierre Pham Minh Hoang n’est peut-être pas un personnage important dans le sens que certains peuvent l’entendre mais il tient une place importante dans le cœur de ceux qui l’ont connu, dans le cœur de ses étudiants, mais surtout dans le cœur de sa famille et de ses amis.
Après la messe et la prière d’intercession, la famille et les amis de Pham Minh Hoang se sont rassemblés sur le parvis afin de se recueillir, de prier, de communier, d’apporter leurs témoignages et d’allumer une bougie pour Pham Minh Hoang.
Pourquoi a-t-il été arrêté ?
* Pour avoir signé une pétition demandant l’arrêt d’un projet d’exploitation de bauxite sur les hauts plateaux du centre du Vietnam.
* Pour avoir participé à une conférence concernant l’intégrité territoriale que pose le différend entre le Vietnam et la Chine sur la possession des Îles Spratleys et Paracel.
* Pour avoir publié sur son blogue des chroniques sur la société vietnamienne.
Il est actuellement détenu sans procès depuis le 13 août 2010 pour “avoir mené des activités visant à renverser le gouvernement” en vertu de l’article 79 du Code pénal vietnamien.
Malgré le soutien de plusieurs ONG (Reporters sans frontières, Amnesty International, ACAT, Human Rights Watch, la Société des Mathématiciens de France, etc.) et d’élus politiques de plusieurs pays occidentaux, le gouvernement vietnamien s’apprête à juger Pham Minh Hoang qui risque la peine de mort.
La veillée sur le parvis s’est terminée tout en rappelant que le Vietnam continue à bafouer les droits de l’homme, que d’autres personnes sont également détenues arbitrairement au Vietnam et que nul ne doit être emprisonné pour avoir manifesté pacifiquement ou exprimé ses opinions politiques.
Pham Minh Hoang est membre du Viet Tan, qui milite pacifiquement pour l’établissement de la démocratie au Vietnam. Au Vietnam, tout comme les autres partis d’opposition, Viet Tan est interdit et considéré comme un groupe “terroriste”. »
Source : Viet Tan
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Dim 10 Juil - 20:19

http://www.zenit.org/

Corruption et martyre dans l’histoire du Vietnam

Le directeur de « AsiaNews » parle de tolérance et de violence

ROME, Dimanche 10 juillet 2011 (ZENIT.org) – Les Vietnamiens sont peut-être plus libres aujourd'hui de vivre leur foi, mais cette liberté religieuse reste sujette au bon vouloir du gouvernement.

C’est ainsi que, selon le père Bernardo Cervellera, directeur de AsiaNews, plus que de liberté religieuse, il faudrait parler d’une certaine tolérance religieuse. Le P. Cervellera a accordé une interview à l'émission de télévision « Là où Dieu pleure ».

Q : Environ 10% de la population vietnamienne est catholique. Les choses se sont améliorées, mais peut-on parler de liberté religieuse au Vietnam aujourd’hui ?

Père Cervellera : Il y a quelques améliorations. Par exemple, ces dernières années, les séminaires qui auparavant étaient limités à un nombre fixe de candidats, ont été ouverts et les vocations se multiplient. On observe aussi une certaine tolérance de la part du gouvernement envers, par exemple, l’assistance médicale fournie par les religieuses, l’éducation dans les maternelles etc. Je parlerais de tolérance, pas de permission. Dans un certain sens, il y a davantage de liberté, mais toutes ces libertés sont sujettes au bon vouloir du gouvernement qui tantôt les accorde, tantôt non.

Mais les violences continuent contre les chrétiens ?

Dans certaines zones du Vietnam, par exemple au nord et parmi les tribus des montagnes, les violences continuent. A Sung La et dans d’autres diocèses ainsi que dans de petites villes ou villages, les catholiques ne peuvent pas célébrer la messe de Noël ou de Pâque et ont l’interdiction de faire le catéchisme et d’enseigner la foi aux enfants, parce que les autorités locales n’autorisent aucune expression de foi. Concrètement, ils veulent détruire la foi catholique.

D’où tenez-vous vos informations ?

Nos informations proviennent de sources internes vietnamiennes. Il est très dangereux pour eux de nous faire parvenir ces informations. Par ailleurs, plusieurs diocèses au Vietnam ont eu assez de courage pour publier sur leur site Internet les nouvelles et discours des évêques, les analyses et critiques concernant un certain nombre de violations de la liberté religieuse. Donc, nous sommes informés à travers ces sites Internet.

Vous écrivez dans Asia News que la violence anti-catholique est souvent une conséquence de la corruption ?

Une grande partie de la violence contre l’Eglise catholique aujourd’hui au Vietnam est le fait de la subornation et de la corruption des cadres du Parti communiste. Le Vietnam se trouve dans une phase de transition. Auparavant, il y avait une économie communiste centralisée. A présent, le pays s’oriente vers une économie capitaliste et, de ce fait, de nombreux cadres du Parti prennent le contrôle et deviennent propriétaires d’édifices qui appartenaient auparavant aux églises - même des temples bouddhistes ou édifices d’autres confessions. Ceci est illégal car la loi vietnamienne stipule que tous les édifices ou terrains qui ont été expropriés et confisqués à l’Eglise ou à d’autres doivent être restitués quand ces biens ne sont plus utilisés par l’Etat.

Ce serait donc ça le problème ?

Oui, ces cadres communistes s’approprient ces propriétés et en font des lieux de villégiature ou des villas, pour ensuite les revendre dans le marché immobilier, qui est en pleine expansion au Vietnam. Mais l’Eglise cherche à revendiquer ces propriétés. C’est ce qui s’est passé à Hanoï, Saigon, Vinh et beaucoup d’autres endroits – et les catholiques sont dans leur droit en réclamant ces biens. La réponse du régime communiste a été violente. Ils ont arrêté, frappé les catholiques qui réclamaient légitimement la restitution de leurs biens. Un prêtre a été jeté du second étage d’un immeuble, tandis qu’un autre était battu jusqu’à tomber dans le coma. La violence est une façon de museler la voix et les droits des catholiques.

Les catholiques vietnamiens ont besoin de prières…

Chaque Eglise persécutée a besoin de soutien, et surtout à travers la prière : la prière de toute l’Eglise dans le monde parce que personne ne peut résister à la souffrance et la persécution due à l’absence de liberté religieuse sans la force qui vient de la prière. Un autre fait est à prendre en considération : le Vietnam devient de plus en plus un pays entretenant de nombreuses relations commerciales internationales – ces relations commerciales devraient également permettre de faire connaître l’importance des droits de l’homme et le respect de la liberté religieuse. De cette façon, les affaires se porteraient mieux parce qu’en l’absence de liberté religieuse, tous les autres aspects des droits humains, y compris la liberté d’entreprendre des projets économiques, sont en danger.

L’histoire des martyrs du Vietnam expliquerait donc aussi la rapide croissance de l’Eglise ?

Je crois que oui. L’Eglise du Vietnam est, avec celle de Chine, l’une des Eglises les plus persécutées d’Asie, du moins au cours de ces derniers siècles. Aux 18e et 19esiècles, il y a eu peut-être 200 000 martyrs vietnamiens. Ces martyrs ont été le germe d’une nouvelle vie de l’Eglise. Le second aspect qui rend la vie de l’Eglise au Vietnam aussi forte est son unité.

D’où vient cette unité ?

Cette unité vient de l’éducation qu’ils ont reçue des jésuites et aussi des témoignages donnés par l’Eglise au peuple vietnamien tout au long de l’histoire de l’Eglise dans le pays. Les autorités ecclésiastiques jouissent aujourd’hui d’une confiance plus grande que les fonctionnaires du gouvernement.

Un des plus grands témoins a été le cardinal François-Xavier Nguyễn Văn Thuận. Pouvez-vous nous parler un peu de sa vie ?

Il est l’une des grandes personnalités du Vietnam contemporain. François Nguyễn Văn Thuận était prêtre et a été nommé évêque quelques mois avant l’invasion du Vietnam du sud par le Vitenam du nord. Il a été évêque auxiliaire de Saigon durant cette période. Mgr Văn Thuận a tout donné au service du peuple du sud : aux pauvres, aux enfants, pour l’éducation, pour la construction de logements etc..

Pourquoi alors a-t-il été emprisonné ?

Il a été emprisonné, tout d’abord, parce qu’il était apparenté au dernier président du Vietnam du Sud et en second lieu, parce qu’il était évêque. Il était un ardent défenseur de son peuple, et le peuple le suivait. C’est pourquoi il a été emprisonné pendant 13 ans, dont neuf passés dans l’isolement total. Mgr Văn Thuận – plus tard cardinal Văn Thuận – a écrit un livre important, un journal, sur son séjour en prison, dans lequel il dit que dans les moments de désespoir, la prière a été son unique consolation. Dans son livre, il raconte aussi comment il célébrait la messe en secret et comment sa famille lui envoyait des soi-disant « médicaments », qui étaient en fait le vin, et comment il mettait de côté le pain de la prison pour l’hostie. Un journal bouleversant, un livre bouleversant. Un élément très émouvant dans ce livre est que beaucoup de ses gardiens s’étaient liés peu à peu d’amitié avec lui et qu’un grand nombre se sont convertis grâce à son témoignage.

Quelle impression vous a-t-il fait quand vous l’avez rencontré ?

Il était très tranquille. Je l’ai rencontré à Rome. Si mes souvenirs sont exacts, le Vatican a obtenu sa libération contre la promesse faite au gouvernement vietnamien qu’il ne reviendrait jamais au Vietnam. Je l’ai connu alors qu’il était secrétaire du Conseil pontifical pour la justice et la paix. Il était, comment dire, très calme mais très perspicace et toujours très engagé pour le Vietnam. Il rencontrait les réfugiés ici en Italie ou les gens venant du monde entier pour lui rendre visite. Il passait son temps à travailler et à soutenir l’Eglise du Vietnam avec ce que je définirais un calme serein comme pour dire : « Nous savons que le Christ sera toujours victorieux. Rien ne presse, pas d’angoisse ».

Propos recueillis par Marie-Pauline Meyer pour l'émission télévisée « La où Dieu pleure », conduite par la Catholic Radio and Television Network (CRTN), en collaboration avec l'association Aide à l'Eglise en Détresse (AED).

Sur le Net :

- Aide à l'Eglise en détresse France

www.aed-france.org

- Aide à l'Eglise en détresse Belgique

www.kerkinnood.be

- Aide à l'Eglise en détresse Canada
www.acn-aed-ca.org

- Aide à l'Eglise en détresse Suisse
www.aide-eglise-en-detresse.ch
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Jeu 4 Aoû - 10:18

http://www.christianophobie.fr/communique/urgent-signez-la-petition-pour-la-liberation-de-pierre-pham-minh-hoang

Urgent : signez la pétition pour la libération de Pierre Pham Minh Hoang !

juillet 27, 2011 par admin · 13 Commentaires
Dans la catégorie: Causes, Communiqué
Le Vietnam communiste est un « paradis des travailleurs », c’est bien connu. Or, en français, un paradis ou les gens sont soumis à des travaux forcés s’appelle un bagne. Dans ce bagne organisé par les potentats communistes, il est interdit aux forçats – souvenez-vous de ce passage de L’Internationale appelant les « forçats de la faim » à se lever … –, de regimber, de se plaindre, de contester, d’objecter. Normal, puisqu’on est dans un « paradis ». Pour n’avoir pas vraiment cru au « paradis » sur terre, le catholique Pierre Pham Minh Hoang – voir ici et là – vient, le 13 juillet dernier, d’achever ses onze premiers mois de détention provisoire dans un cul de basse fosse inconnu de sa famille. Famille qui vient d’apprendre subrepticement par un journal du régime que Pierre Pham Minh Hoang passera en jugement le 10 août prochain. Qualifié de « subversif » par les communistes – des experts en matière de subversion –, l’inculpé risque rien moins que la peine de mort. Ce régime communiste est ubuesque, la drôlerie de la pièce Ubu Roi d’Alfred Jarry en moins. Le 10 août, c’est demain ! Pas de temps à perdre pour arracher cet innocent compatriote et chrétien des griffes communistes. C’est pourquoi le Parti pour la Réforme du Vietnam (Viet Tan) a mis en ligne une pétition destinée à M. Alain Juppé et Mme Catherine Ashton, que je vous suggère de signer ici – comme je viens de le faire – et de diffuser de toute urgence autour de vous. D.H. Voici le communiqué d’hier du Viet Tan :

Après un an de détention provisoire au Vietnam, M. Pierre Pham Minh Hoang sera jugé le 10 août 2011 pour « tentative de renversement du gouvernement ». Ce citoyen franco-vietnamien risque une peine allant de 12 ans de prison à la peine capitale alors qu’il n’a fait qu’exprimer pacifiquement ses opinions sur son blog.
Nous lançons une campagne d’appel auprès des ministres des Affaires étrangères de la France – M. Alain Juppé – et de l’Union Européenne – Mme Catherine Ashton – afin que la France et l’Union Européenne puissent valoir leurs droits auprès des autorités vietnamiennes en vue d’obtenir la libération de M. Pierre Pham Minh Hoang.
Cliquez ICI pour envoyer un courriel à M. Juppé et à Mme Ashton.
Cette campagne se terminera le 10 août 2011.
Qui est Pierre Pham Minh Hoang ?
Le baccalauréat en poche, Pierre Pham Minh Hoang arrive en France en 1973 pour commencer des études supérieures. Il réussit son DESS de mathématiques appliquées au sein de l’Université de Pierre et Marie Curie-Paris VI et exerce en France pendant de nombreuses années comme ingénieur et chef de projet informatique dans différentes sociétés de services en ingénierie informatique.
En l’an 2000, il retourne vivre au Vietnam où il occupe un poste de professeur en mathématiques appliquées à l’École supérieure Polytechnique de HCM ville. Il publie plusieurs ouvrages de mathématiques de référence, dont un Guide d’utilisation du Logiciel de calcul formel Mapple dans la résolution de Problèmes en Mathématiques appliquées. Conscient de former la future élite du pays, il s’investit entièrement. Son investissement, sa proximité et sa simplicité lui valent l’affection de tous ses étudiants et le respect de ses collègues.
Vivant au Vietnam, au quotidien, le professeur Pierre Pham Minh Hoang est également conscient des problèmes du pays, particulièrement les questions écologiques résultant d’un développement économique non durable. Avec d’autres intellectuels, il signe une pétition demandant l’arrêt du projet d’exploitation de la bauxite sur les hauts plateaux du centre du Vietnam. Sensible à la question de l’intégrité territoriale que pose le différend entre le Vietnam et la Chine sur la possession des Îles Spratleys et Paracels, il participe en 2009 à une conférence sur ce sujet. Il publie régulièrement, sur son blog, des chroniques sur la société vietnamienne sous le nom de Phan Kien Quoc. Ses analyses particulièrement pertinentes sont reprises par de nombreux sites du Web.
Le professeur Pierre Pham Minh Hoang est citoyen franco-vietnamien.

Social Tagging: Parti pour la Réforme du Vietnam (Viet Tan) • Pierre Pham Minh Hoang • Vietnam
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Sam 13 Aoû - 11:42

http://www.osservatore-vaticano.org/relations-avec-les-etats/condamnation-inique-du-professeur-vietnamien-pierre-pham-minh-hoang

Condamnation inique du professeur vietnamien Pierre Pham Minh Hoang
Posté par Vini Ganimara dans Relations avec les Etats le 08 12th, 2011 | pas de réponse

J’apprends par nos confrères de l’Observatoire de la christianophobie que le professeur catholique Pierre Pham Minh Hoang a été condamné par le gouvernement communiste vietnamien pour avoir trop ouvertement défendu la dignité de la personne humaine et les droits de sa conscience face à l’oppression totalitaire. Prions pour lui, pour sa famille et pour la conversion de ses bourreaux!
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Lun 22 Aoû - 9:36

http://eglasie.mepasie.org/asie-du-sud-est/vietnam/vague-d2019arrestations-de-jeunes-militants-catholiques/view

Vietnam

Vague d’arrestations de jeunes militants catholiques
[ Bulletin EDA n° ]
19/08/2011

Depuis la fin du mois de juillet, l’attention de l’opinion publique, dans le pays comme à l’étranger, a été sollicitée par la préparation et le déroulement du procès en appel, qui, le 2 août dernier, a confirmé les sept ans de prison ferme et les trois ans de résidence surveillée infligés en première instance au célèbre dissident Cu Huy Ha Vu.

Au cours de la même période, dans l’ombre et sans aucune déclaration publique, la Sécurité vietnamienne entamait une vague d’arrestations d’un type nouveau, s’apparentant à des enlèvements.

L’opération a touché les milieux catholiques militants du Nord-Vietnam et particulièrement le diocèse de Vinh. Les premières arrestations ont eu lieu le 30 juillet dernier. Depuis cette date, treize jeunes catholiques, mariés pour la plupart et pères d’enfants en bas âge, ont été appréhendés : douze d’entre eux appartenaient au diocèse de Vinh, le dernier au diocèse de Thanh Hoa. Tous étaient engagés dans divers mouvements d’action catholique. A l’heure actuelle, trois des jeunes appréhendés ont été relâchés. Dix d’entre eux sont encore internés sans que l’on connaisse ni le lieu de leur détention, ni les charges retenues contre eux. Du côté des autorités civiles, aucune déclaration n’a accompagné cette série d’actions policières et aucune nouvelle des victimes n’a été fournie aux familles. Les commentateurs catholiques hésitent quant aux causes précises de cette campagne policière mais soupçonnent qu’elle est en relation avec le soutien apporté ouvertement par de nombreux catholiques au dissident Cu Huy Ha Vu récemment condamné par le Tribunal populaire suprême.

L’arrestation la plus récente a eu lieu le 16 août à Saigon, dans l’arrondissement de Thu Duc. Dans la matinée, le jeune Paul Ho Van Hoan, originaire du diocèse de Vinh, était en visite chez un de ses amis. Deux policiers, l’un en uniforme, l’autre en civil, se sont présentés à la porte de la maison et l’ont invité à venir participer à une « séance de travail » au siège de la police du quartier. Depuis lors, les parents et les proches n’ont reçu aucune nouvelle de lui. Les autorités policières n’ont émis aucune déclaration à son sujet. L’arrestation précédente s’était déroulée dans des conditions analogues. Il s’agit d’un jeune enseignant catholique, Jean-Baptiste Le Hai Châu, arrêté le 13 août en début d’après-midi alors qu’il se trouvait dans la boutique familiale. Trois agents de la Sûreté l’ont appréhendé et amené jusqu’au siège de la Sécurité du district. De là, une voiture l’a transporté vers une destination encore inconnue. Selon des informations récentes, il semble qu’il ait été ensuite relâché. Jean-Baptiste Le Hai Châu est professeur de dessin dans une école primaire de la province du Nghê An. Il est membre de l’Association des enseignants catholiques de la province.

Les premières arrestations ont eu lieu dans l’après-midi du 30 juillet vers 17h30, à l’aéroport de Saigon. La Sécurité publique y a arrêté trois jeunes catholiques du diocèse de Vinh, revenant d’un voyage touristique en Thaïlande. Pierre Ho Duc Hòa est employé dans une agence financière et membre du mouvement des chefs d’entreprise et des intellectuels catholiques (1). François-Xavier Dang Xuân Diêu, qui appartient à ce même mouvement, a aussi milité dans l’association des étudiants catholiques et est membre du groupe Jean Paul II pour la protection de la vie. Il est aussi l’auteur d’un certain nombre d’articles mis en ligne sur le site des rédemptoristes du Vietnam. Quant à Jean-Baptiste Nguyên Van Oai, originaire du même diocèse de Vinh, il est employé dans une entreprise à Binh Duong. Plus de deux semaines après leur arrestation, aucune action judiciaire n’avait encore été entamée contre eux et aucun ordre d’arrestation transmis à leurs familles.

Pierre Tran Huu Duc, Antoine Dậu Van Duong ont été enlevés par la police dans la soirée du 2 août, le jour du procès du célèbre dissident. Les deux sont étudiants, l’un en histoire, l’autre en information et communication. Ils ont été arrêtés à leur domicile respectif, dans la ville de Vinh. Le lendemain, la police a appréhendé François-Xavier Dang Xuân Tuong, étudiant diplômé en histoire, résidant également dans la ville de Vinh. Trois autres jeunes catholiques, Hoang Phong, Dang Xuân Tuong et Chu Mạnh, ont été arrêtés entre le 2 et le 6 août. Ils étaient membres, eux aussi, de l’association des étudiants catholiques de Vinh et avaient participé à diverses manifestations pacifiques pour la liberté religieuse ou le soutien de dissidents arrêtés. Parmi ces six étudiants, Hoang Phong et Dang Xuân Tuong ont été relâchés. On est encore sans nouvelles des autres.

Le 3 août, la police a appréhendé à Hanoi le plus connu de ces jeunes catholiques, Paul Lê Van Son, originaire du diocèse de Thanh Hoa. Ce jeune militant, descendant du saint martyr Paul Lê Bao Tin, membre actif du mouvement des chefs d’entreprise et des intellectuels catholiques, était surtout connu pour ses talents de journaliste-blogueur. De très nombreux articles signés de lui ont été mis en ligne sur le site des rédemptoristes vietnamiens. Il vivait à Hanoi, étroitement surveillé par la police qui venait de l’obliger à déménager lorsqu’il a été arrêté.

Deux autres arrestations ont eu le 7 août. Dans la matinée, les agents de Sécurité de la ville de Hoang Mai, province du Nghê An, ont mis la main sur Nguyên Van Duyêt. Comme l’a confirmé l’avocat Lê Quôc Quân, un des responsables du mouvement, Duyêt est également membre de l’association des chefs d’entreprise et des intellectuels catholiques. Il est aussi responsable d’une section du syndicat « Joseph ouvrier », récemment fondé pour fédérer les travailleurs.

Le même jour, les policiers sont allés chercher Pierre Nguyên Xuan Anh dans sa paroisse de la ville de Vinh où il initie les jeunes gens aux arts martiaux traditionnels vietnamiens. Arrêté dans l’après-midi, il a d’abord été ramené chez lui pour une perquisition et, ensuite, emmené, comme les autres, vers une destination inconnue.

Cette vague d’arrestations, dont le caractère provocateur a été relevé par beaucoup, a suscité des réactions immédiates, aussi bien de la part des parents et des proches des victimes que des milieux catholiques fréquentés par eux. Dès le 6 août, les responsables du mouvement des chefs d’entreprise et des intellectuels catholiques publiaient un communiqué affirmant que les jeunes catholiques arrêtés faisant partie de leur association étaient animés par des sentiments religieux et patriotiques et avaient toujours fait preuve d’une conduite irréprochable. De leur côté, les familles des victimes ont adressé une requête aux autorités locales, leur demandant de fournir des explications sur ces arrestations. L’organe d’information des religieux rédemptoristes a demandé, quant à lui, la libération immédiate des jeunes militants catholiques. D’autres responsables, comme l’avocat Lê Quôc Quân, ont également protesté publiquement. Mais ce sont les catholiques de Vinh, les paroisses rédemptoristes de Hanoi et Saigon, plus particulièrement concernés, qui ont fait preuve de la plus grande mobilisation. De nombreuses paroisses ont organisé des veillées de prière pour la libération des jeunes catholiques internés (2).

Notes
(1) Le mouvement des chefs d’entreprise et des intellectuels catholiques a été fondé dans les années 1990 par l’ancien archevêque de Hanoï, le cardinal Tung. Mais ce n’est que ces dernières années que le mouvement s’est organisé et s’est développé surtout dans les diocèses du Nord-Vietnam.
(2) Cf. site des rédemptoristes (VRNs), VietCatholic News, Radio Free Asia.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Ven 2 Sep - 13:01

http://eglasie.mepasie.org/asie-du-sud-est/vietnam/les-familles-des-jeunes-catholiques-arretes-lancent-un-appel-a-la-solidarite-de-l2019eglise

- Vietnam

Les familles des jeunes catholiques arrêtés lancent un appel à la solidarité de l’Eglise

01/09/2011

Dix familles ayant parmi leurs membres des jeunes gens arrêtés par la Sécurité publique au cours du mois dernier, viennent de publier une lettre ouverte demandant le soutien actif et la prière de l’ensemble de l’Eglise et des croyants. Cet appel en effet s’adresse aux évêques, à la congrégation des rédemptoristes, aux prêtres catholiques, aux pasteurs protestants, aux religieux et religieuses, à l’ensemble des laïcs chrétiens ou bouddhistes, ...

... à « tous ceux qui chérissent la justice et les droits de l’homme », ainsi qu'aux médias présents dans le pays comme à l’étranger.

La lettre rappelle que depuis le mois de juillet, au moins 15 personnes ont été arrêtées par les autorités. Six d’entre elles sont incarcérés au camp d’internement provisoire B 14 à Hanoi. On ignore tout du lieu où sont emprisonnés les autres jeunes catholiques et rien n’a percé non plus concernant leur état de santé.

Les familles signataires soulignent que leurs enfants sont totalement innocents des accusations portées contre eux. Personne, affirment-elles, ne peut leur reprocher de s’être engagé dans des activités sociales, en vue du bien public, ni d’avoir suivi des sessions de formation destinées à améliorer leurs capacités au service de leur pays. A la fin de la déclaration, elles affirment leur conviction qu’il n’existe pas de force plus efficace que la prière et invitent leurs frères catholiques ainsi que leurs compatriotes croyants, à s’unir à eux dans la prière d’intercession qu’ils adressent à Dieu.

Depuis le 27 août, une 15e personne est à ajouter sur la liste des jeunes catholiques déjà arrêtés (1). Il s’agit d’un jeune étudiant de la faculté des langues étrangères et d’informatique d’Hanoi, Paul Trân Minh Nhât (2), originaire d’une paroisse catholique du diocèse de Vinh dans la province du Nghê An. Le jour de son arrestation, il achevait son examen de fin d’études. A l’issue de sa dernière épreuve, alors qu’il sortait de la salle d’examen, quatre agents de la Sécurité en uniforme l’ont accompagné jusqu’à la porte de l’université et l’ont forcé à monter dans une voiture qui l’attendait. Après avoir d’abord été amené dans sa chambre où la police a perquisitionné en sa présence, il a été ensuite emmené vers une destination inconnue.

Dans la matinée du 29 août, les parents du jeune étudiant se sont présentés au rectorat pour savoir pourquoi, contrairement aux dispositions de la loi, les policiers avaient pu pénétrer à l’intérieur des locaux de l’université. Il leur a été répondu que les policiers avaient averti qu’ils emmenaient l’étudiant au siège de la police pour régler une affaire sans importance. Depuis cette date, aucune notification d’arrestation n’a été transmise à la famille. En revanche, celle-ci a reçu une longue lettre de Paul Trân Minh Nhât, écrite la veille de son arrestation. La missive, qui ressemble à une lettre d’adieu, montre que l’étudiant s’attendait à une intervention de la police, qui le suivait et contrôlait ses faits et gestes depuis longtemps (3).

Au moment même où la police arrêtait le jeune étudiant, le chef de l’État annonçait la libération de 10 000 détenus à l’occasion de la fête nationale du 2 septembre. Selon les annonces officielles, de nombreux montagnards feraient partie de la liste, mais seuls deux dissidents ont bénéficié de cette grâce. Interrogé à ce sujet par l’agence Fides, l’évêque du diocèse de Vinh (d’où sont originaires la plupart des catholiques arrêtés récemment), Mgr Joseph Nguypen Thai Hop, également responsable de la commission « Justice et paix », a répondu : « L’amnistie est une mesure qui se répète chaque année et concerne souvent des détenus condamnés pour des délits contre la sécurité et non pas des personnes emprisonnées pour raisons de conscience. Nous ne disposons pas encore de la liste officielle des personnes qui seront remises en liberté. Ce que la population demande, c’est que l’on se souvienne également à cette occasion, de ceux qui sont en prison pour des motifs politiques et de conscience, des personnes qui luttent pour la liberté, les droits, la justice, la démocratie. Le fait qu’un certain nombre de membres des minorités ethniques des hauts plateaux du centre soit libéré, représente toutefois une bonne nouvelle ». La Commission « Justice et Paix » des évêques, conclut-il, « suit l’évolution du respect des droits de l’homme, de la paix et de la justice au Vietnam avec une grande attention, se confrontant également avec des intellectuels non catholiques et avec les membres du parti communiste » (4).

Notes
(1) Voir dépêche EDA des 19 et 26 août 2011.
(2) Il a été appelé par erreur Nguyen Minh Nhât dans les premières dépêches de certaines agences.
(3) Dans cette très belle lettre publiée par l’agence VRNs (site des rédemptoristes), il explique que son engagement dans des activités militantes est dans la droite ligne de l’éducation chrétienne qu’il a reçue de ses parents. Il leur exprime sa reconnaissance pour la foi que ces derniers lui ont transmise.
(4) Fides 29 août 2011
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Mar 6 Sep - 10:12

http://www.zenit.org/french

Vietnam : Appel à la solidarité de l’Eglise pour les jeunes catholiques arrêtés

Les familles interviennent

ROME, Jeudi 1er septembre 2011 (ZENIT.org)–Les familles des jeunes catholiques arrêtés au Vietnam lancent un appel à la solidarité de l’Eglise, indique aujourd’hui dans cette dépêche « Eglises d’Asie », l’agence des missions étrangères de Paris.

« Dix familles ayant parmi leurs membres des jeunes gens arrêtés par la Sécurité publique au cours du mois dernier, viennent de publier une lettre ouverte demandant le soutien actif et la prière de l’ensemble de l’Eglise et des croyants. Cet appel en effet s’adresse aux évêques, à la congrégation des rédemptoristes, aux prêtres catholiques, aux pasteurs protestants, aux religieux et religieuses, à l’ensemble des laïcs chrétiens ou bouddhistes, à « tous ceux qui chérissent la justice et les droits de l’homme », ainsi qu'aux médias présents dans le pays comme à l’étranger.

« La lettre rappelle que depuis le mois de juillet, au moins 15 personnes ont été arrêtées par les autorités. Six d’entre elles sont incarcérés au camp d’internement provisoire B 14 à Hanoi. On ignore tout du lieu où sont emprisonnés les autres jeunes catholiques et rien n’a percé non plus concernant leur état de santé.

« Les familles signataires soulignent que leurs enfants sont totalement innocents des accusations portées contre eux. Personne, affirment-elles, ne peut leur reprocher de s’être engagé dans des activités sociales, en vue du bien public, ni d’avoir suivi des sessions de formation destinées à améliorer leurs capacités au service de leur pays. A la fin de la déclaration, elles affirment leur conviction qu’il n’existe pas de force plus efficace que la prière et invitent leurs frères catholiques ainsi que leurs compatriotes croyants, à s’unir à eux dans la prière d’intercession qu’ils adressent à Dieu.

« Depuis le 27 août, une 15epersonne est à ajouter sur la liste des jeunes catholiques déjà arrêtés (1). Il s’agit d’un jeune étudiant de la faculté des langues étrangères et d’informatique d’Hanoi, Paul Trân Minh Nhât (2), originaire d’une paroisse catholique du diocèse de Vinh dans la province du Nghê An. Le jour de son arrestation, il achevait son examen de fin d’études. A l’issue de sa dernière épreuve, alors qu’il sortait de la salle d’examen, quatre agents de la Sécurité en uniforme l’ont accompagné jusqu’à la porte de l’université et l’ont forcé à monter dans une voiture qui l’attendait. Après avoir d’abord été amené dans sa chambre où la police a perquisitionné en sa présence, il a été ensuite emmené vers une destination inconnue.

« Dans la matinée du 29 août, les parents du jeune étudiant se sont présentés au rectorat pour savoir pourquoi, contrairement aux dispositions de la loi, les policiers avaient pu pénétrer à l’intérieur des locaux de l’université. Il leur a été répondu que les policiers avaient averti qu’ils emmenaient l’étudiant au siège de la police pour régler une affaire sans importance. Depuis cette date, aucune notification d’arrestation n’a été transmise à la famille. En revanche, celle-ci a reçu une longue lettre de Paul Trân Minh Nhât, écrite la veille de son arrestation. La missive, qui ressemble à une lettre d’adieu, montre que l’étudiant s’attendait à une intervention de la police, qui le suivait et contrôlait ses faits et gestes depuis longtemps (3).

« Au moment même où la police arrêtait le jeune étudiant, le chef de l’État annonçait la libération de 10 000 détenus à l’occasion de la fête nationale du 2 septembre. Selon les annonces officielles, de nombreux montagnards feraient partie de la liste, mais seuls deux dissidents ont bénéficié de cette grâce. Interrogé à ce sujet par l’agence Fides, l’évêque du diocèse de Vinh (d’où sont originaires la plupart des catholiques arrêtés récemment), Mgr Joseph Nguypen Thai Hop, également responsable de la commission « Justice et paix », a répondu : « L’amnistie est une mesure qui se répète chaque année et concerne souvent des détenus condamnés pour des délits contre la sécurité et non pas des personnes emprisonnées pour raisons de conscience. Nous ne disposons pas encore de la liste officielle des personnes qui seront remises en liberté. Ce que la population demande, c’est que l’on se souvienne également à cette occasion, de ceux qui sont en prison pour des motifs politiques et de conscience, des personnes qui luttent pour la liberté, les droits, la justice, la démocratie. Le fait qu’un certain nombre de membres des minorités ethniques des hauts plateaux du centre soit libéré, représente toutefois une bonne nouvelle ». La Commission « Justice et Paix » des évêques, conclut-il, « suit l’évolution du respect des droits de l’homme, de la paix et de la justice au Vietnam avec une grande attention, se confrontant également avec des intellectuels non catholiques et avec les membres du parti communiste » (4).

(1) Voir dépêche EDA des 19 et 26 août 2011.

(2) Il a été appelé par erreur Nguyen Minh Nhât dans les premières dépêches de certaines agences.

(3) Dans cette très belle lettre publiée par l’agence VRNs (site des rédemptoristes), il explique que son engagement dans des activités militantes est dans la droite ligne de l’éducation chrétienne qu’il a reçue de ses parents. Il leur exprime sa reconnaissance pour la foi que ces derniers lui ont transmise.

(4) Fides 29 août 2011

© Les dépêches d'Eglises d'Asie peuvent être reproduites, intégralement comme partiellement, à la seule condition de citer la source.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Mar 6 Sep - 22:30

http://www.christianophobie.fr/breves/vietnam-le-gouvernement-communiste-amnistie-10-000-prisonniers-mais-pas-pierre-pham-vinh-hoang…

Vietnam : le gouvernement communiste amnistie 10 000 prisonniers, mais pas Pierre Pham Vinh Hoang…

août 29, 2011 par admin · 1 Commentaire
Dans la catégorie: Brèves
L’Agence Fides annonce aujourd’hui la libération de 10 000 détenus au Vietnam. Ce sont essentiellement des détenus de droit commun. Les prisonniers politiques condamnés pour avoir défendu les droits de la personne humaine, de la conscience et de la religion ne font pas partie de l’amnistie présidentielle. C’est le moment de se souvenir du cas que nous avons évoqué dans ce blogue du catholique Pierre Pham Minh Hoang, et de signer la pétition au Président de la République française pour qu’il exige la libération sans condition de ce militant injustement condamné : voir ici. Lisez, à présent, l’article de l’Agence Fides. D.H.

« Le Président du Vietnam, Truong Tan Sang, a ordonné la remise en liberté de plus de 10 000 prisonniers sur la base d’une amnistie accordée tous les ans à l’occasion de la fête de l’indépendance nationale, qui se célèbre le 2 septembre. Selon les premières informations, il s’agit de personnes incarcérées pour des délits de droit commun et il n’y aurait aucun dissident politique de haut rang parmi les détenus libérés. En revanche, devraient être relâchés un certain nombre de représentants des minorités ethniques provenant des haut plateaux centraux du Vietnam. Dans cette zone se trouvent ce qu’il est convenu d’appeler les “montagnards” qui luttent pour la liberté religieuse et le respect des droits de l’homme et sont en large majorité chrétiens, depuis toujours réprimés et marginalisés par le gouvernement vietnamien.
Parmi les 10 535 détenus qui seront libérés, 11 sont des étrangers qui purgeaient des peines relatives à des délits de droit commun. La libération des détenus est une habitude à l’occasion de la fête de l’indépendance nationale : 17 000 furent remis en liberté l’année dernière et 5 000 en 2009.
S.E. Mgr Nguyen Thai Hop, OP, évêque de Vinh et président de la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale du Vietnam, a commenté la nouvelle comme suit pour l’Agence Fides : “L’amnistie est une mesure qui se répète chaque année et concerne souvent des détenus condamnés pour des délits contre la sécurité et non pas des personnes en prison pour raisons de conscience. Nous ne disposons pas encore de la liste officielle des personnes qui seront remises en liberté. Ce que la population demande, c’est que l’on se souvienne également, à cette occasion, de ceux qui sont en prison pour des motifs politiques et de conscience, des personnes qui luttent pour la liberté, les droits, la justice, la démocratie. Le fait qu’un certain nombre de membres des minorités ethniques des hauts plateaux centraux soit libéré représente toutefois une bonne nouvelle”. La Commission Justice et Paix des évêques, conclut-il, “suit la situation du respect des droits de l’homme, de la paix et de la justice au Vietnam avec une grande attention, se confrontant également avec des intellectuels non catholiques et avec les membres du parti communiste”.
Le Code pénal vietnamien prévoit des peines de prison à tous ceux qui critiquent publiquement l’exécutif. La justice vietnamienne a condamné à de longues peines de réclusion des représentants chrétiens et de groupes politiques non reconnus par le gouvernement. Selon la Commission des Droits de l’homme du Vietnam, il existe dans les prisons vietnamiennes au moins 258 prisonniers politiques et de conscience, détenus seulement à cause de leurs idées. »
Source : Agence Fides
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Dim 18 Sep - 21:32

http://www.christianophobie.fr/breves/quinze-jeunes-catholiques-arretes-par-les-communistes-vietnamiens

Quinze jeunes catholiques arrêtés par les communistes vietnamiens

septembre 5, 2011 par admin · 2 Commentaires
Dans la catégorie: Brèves
Voici un pathétique article publié par Églises d’Asie, l’agence d’information des Missions étrangères de Paris, du 1er septembre. Un appel à la solidarité, à la mobilisation et à la prière en réponse à une nouvelle vague de répression contre les chrétiens menée par le régime communiste vietnamien. D.H.

Dix familles ayant parmi leurs membres des jeunes gens arrêtés par la Sécurité publique au cours du mois dernier, viennent de publier une lettre ouverte demandant le soutien actif et la prière de l’ensemble de l’Eglise et des croyants. Cet appel en effet s’adresse aux évêques, à la congrégation des rédemptoristes, aux prêtres catholiques, aux pasteurs protestants, aux religieux et religieuses, à l’ensemble des laïcs chrétiens ou bouddhistes, à « tous ceux qui chérissent la justice et les droits de l’homme », ainsi qu’aux médias présents dans le pays comme à l’étranger.
La lettre rappelle que depuis le mois de juillet, au moins 15 personnes ont été arrêtées par les autorités. Six d’entre elles sont incarcérés au camp d’internement provisoire B 14 à Hanoi. On ignore tout du lieu où sont emprisonnés les autres jeunes catholiques et rien n’a percé non plus concernant leur état de santé.
Les familles signataires soulignent que leurs enfants sont totalement innocents des accusations portées contre eux. Personne, affirment-elles, ne peut leur reprocher de s’être engagé dans des activités sociales, en vue du bien public, ni d’avoir suivi des sessions de formation destinées à améliorer leurs capacités au service de leur pays. A la fin de la déclaration, elles affirment leur conviction qu’il n’existe pas de force plus efficace que la prière et invitent leurs frères catholiques ainsi que leurs compatriotes croyants, à s’unir à eux dans la prière d’intercession qu’ils adressent à Dieu.
Depuis le 27 août, une 15e personne est à ajouter sur la liste des jeunes catholiques déjà arrêtés. Il s’agit d’un jeune étudiant de la faculté des langues étrangères et d’informatique d’Hanoi, Paul Trân Minh Nhât, originaire d’une paroisse catholique du diocèse de Vinh dans la province du Nghê An. Le jour de son arrestation, il achevait son examen de fin d’études. A l’issue de sa dernière épreuve, alors qu’il sortait de la salle d’examen, quatre agents de la Sécurité en uniforme l’ont accompagné jusqu’à la porte de l’université et l’ont forcé à monter dans une voiture qui l’attendait. Après avoir d’abord été amené dans sa chambre où la police a perquisitionné en sa présence, il a été ensuite emmené vers une destination inconnue.
Dans la matinée du 29 août, les parents du jeune étudiant se sont présentés au rectorat pour savoir pourquoi, contrairement aux dispositions de la loi, les policiers avaient pu pénétrer à l’intérieur des locaux de l’université. Il leur a été répondu que les policiers avaient averti qu’ils emmenaient l’étudiant au siège de la police pour régler une affaire sans importance. Depuis cette date, aucune notification d’arrestation n’a été transmise à la famille. En revanche, celle-ci a reçu une longue lettre de Paul Trân Minh Nhât, écrite la veille de son arrestation. La missive, qui ressemble à une lettre d’adieu, montre que l’étudiant s’attendait à une intervention de la police, qui le suivait et contrôlait ses faits et gestes depuis longtemps.
Au moment même où la police arrêtait le jeune étudiant, le chef de l’État annonçait la libération de 10 000 détenus à l’occasion de la fête nationale du 2 septembre. Selon les annonces officielles, de nombreux montagnards feraient partie de la liste, mais seuls deux dissidents ont bénéficié de cette grâce. Interrogé à ce sujet par l’agence Fides, l’évêque du diocèse de Vinh (d’où sont originaires la plupart des catholiques arrêtés récemment), Mgr Joseph Nguypen Thai Hop, également responsable de la commission « Justice et paix », a répondu : « L’amnistie est une mesure qui se répète chaque année et concerne souvent des détenus condamnés pour des délits contre la sécurité et non pas des personnes emprisonnées pour raisons de conscience. Nous ne disposons pas encore de la liste officielle des personnes qui seront remises en liberté. Ce que la population demande, c’est que l’on se souvienne également à cette occasion, de ceux qui sont en prison pour des motifs politiques et de conscience, des personnes qui luttent pour la liberté, les droits, la justice, la démocratie. Le fait qu’un certain nombre de membres des minorités ethniques des hauts plateaux du centre soit libéré, représente toutefois une bonne nouvelle ». La Commission « Justice et Paix » des évêques, conclut-il, « suit l’évolution du respect des droits de l’homme, de la paix et de la justice au Vietnam avec une grande attention, se confrontant également avec des intellectuels non catholiques et avec les membres du parti communiste ».
Source : Églises d’Asie
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Ven 7 Oct - 9:12

http://www.zenit.org/

Vietnam : un évêque évoque la récente arrestation de jeunes catholiques

Lettre ouverte de Mgr Nguyên Thai Hop, président de la Commission ‘Justice et Paix’

ROME, Mercredi 5 octobre 2011 (ZENIT.org) – Eglises d’Asie publie, ce 5 octobre, une Lettre ouverte de Mgr Paul Nguyên Thai Hop, président de la Commission nationale ‘Justice et Paix’, au sujet des jeunes catholiques récemment arrêtés et internés.

A la fin du mois de juillet et pendant tout le mois d’août 2011, plus d’une dizaine de catholiques ont été arrêtés par la Sécurité publique vietnamienne, accusés de tentative de renversement du pouvoir populaire. Mgr Paul Nguyên Thai Hop, qui est président de la Commission nationale ‘Justice et Paix’ et évêque du diocèse de Vinh, prend aujourd’hui la parole à ce sujet dans une lettre qu’il a intitulé lui-même « Lettre ouverte »,une lettre qui est datée du 4 octobre, le lendemain de l’ouverture de la deuxième assemblée annuelle de la Conférence épiscopale à Saigon.

La plus grande partie de la lettre est consacrée au compte-rendu d’une réponse de l’évêque de Vinh a une lettre officielle de la province du Ngê An l’avertissant que des « citoyens catholiques » de son diocèse avaient été arrêtés et inculpés d’activité criminelle visant à renverser le pouvoir populaire. L’évêque répond en exposant la conception de l’Eglise catholique en matière de relations avec le pouvoir politique. Il fait de larges citations des documents du concile Vatican II et du droit canon. Pour ce qui est de l’engagement des catholiques en politique, il affirme, en citant le droit canon, qu’il est interdit aux clercs et réservé entièrement aux laïcs. Ces derniers sont entièrement responsables de leur choix en ce domaine.

En ce qui concerne les chrétiens arrêtés et internés, Mgr Hop affirme avoir à de nombreuses reprises pris contact avec les divers services compétents et les avoirs pressés de donner une solution rapide à cette affaire, mais en vain. Il se fait aussi l’écho de l’opinion publique qui s’indigne de ces arrestations et se pose de nombreuses questions à leur sujet. Enfin, il profite de l’occasion pour préciser le rôle de la Commission ‘Justice et Paix’.

Pour lire cette lettre : http://eglasie.mepasie.org/
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Mer 26 Oct - 12:02

http://ZENIT.org/

Vietnam : Réveil du conflit entre les autorités et une paroisse de Hanoi

Un « Appel des pasteurs à la prière »

ROME, mardi 25 octobre 2011 (ZENIT.org) – A Hanoi, Eglises d’Asie, l’agence des Missions étrangères de Paris, signale un « réveil du conflit entre les autorités municipales et la paroisse rédemptoriste de Thai Ha ». Les pasteurs appellent à la prière.

Dépêche de « Eglises d’Asie »

La paroisse de Thai Ha est de nouveau entrée en conflit ouvert avec les autorités municipales de la capitale. Au début de l’année 2008 (1), peu après l’organisation de manifestations de prière dans le quartier de l’archevêché de Hanoi pour récupérer une propriété abritant autrefois la Délégation apostolique, les fidèles de cette paroisse avaient, eux aussi, tenté de recouvrer par des moyens pacifiques un terrain spolié par l’Etat. L’affaire s’était terminée par la transformation brutale des lieux contestés en jardin public et par un procès qui avait condamné huit fidèles à des peines de prison. Une récente décision de l’administration municipale vient de faire repartir la contestation et de réveiller les anciennes revendications.


Un long texte, publié le 17 octobre 2011, intitulé « Appel des pasteurs à la prière » (2) résume ce nouveau développement du conflit et le situe dans un contexte plus général. Après avoir rappelé comment l’Etat avait prétendument « emprunté », sans jamais les rendre, un terrain et des constructions dont les rédemptoristes étaient propriétaires depuis 1928, les auteurs de l’article rapportent les événements les plus récents.

Le 7 octobre dernier, le curé de la paroisse, convoqué au siège du quartier de Quang Trung (arrondissement de Dong Da), apprend que, sur le terrain appartenant à la congrégation, va être construite une station de traitement des eaux usées de l’hôpital de Dông Da. Avertis de la décision, une cinquantaine de paroissiens vient manifester sur ces lieux. Le curé de la paroisse adresse alors une lettre au Comité populaire de l’arrondissement, lui demandant de renoncer immédiatement au projet de construction de la station de traitement des eaux et de restituer la totalité de la propriété à la congrégation. Le 11 octobre, le directeur de l’hôpital accompagné d’une délégation vient à la paroisse où il défend son projet devant les prêtres et une centaine de fidèles. Il lui est répondu que la paroisse attend la restitution de l’intégralité de ces propriétés et, que pendant ce temps-là, elle ne peut accepter aucune construction nouvelle. La paroisse expose à la délégation l’ensemble des motifs qui justifient la restitution de la propriété. La délégation de l’hôpital, après avoir refusé de signer le procès-verbal de la réunion, dressé par le représentant de la paroisse, appose cependant sa signature sur un autre compte rendu consignant ce refus de signature. Trois jours plus tard, le 14 octobre 2010, seize prêtres du doyenné viennent concélébrer dans la paroisse pour manifester leur communion.

Le 15 octobre, une lettre du supérieur provincial des rédemptoristes du Vietnam, envoyée à tous les membres de la congrégation, vient renforcer la résolution de la paroisse. Le supérieur y affirme : « L’ensemble du couvent des rédemptoristes de Thai Ha est l’héritage de nos ancêtres, non seulement un héritage matériel, mais aussi un précieux legs spirituel (…). Il est le berceau où la génération de nos frères aînés a vu le jour et a grandi. » Une seule solution est concevable pour la communauté de Thai Ha, conclut la lettre du provincial : « Que soit abandonné le projet de construction de la station de traitement des eaux et que la propriété soit restituée aux rédemptoristes de Hanoi. »

Avant de préciser ainsi les derniers développements de ce conflit, cet « appel des pasteurs à la prière » avait pris soin de replacer l’affaire dans le contexte de la campagne des responsables de l’Eglise pour la récupération des propriétés spoliées, une campagne menée surtout au cours des quatre dernières années. Est ainsi rappelée la tentative du cardinal archevêque de Saigon, Jean-Baptiste Pham Minh Mân, pour récupérer l’ancienne maison régionale des Missions Etrangères de Paris au 11 rue Nguyên Du, à Saigon, en décembre 2007, tentative qui s’est soldée par un échec. Dans la lettre (3) envoyée aux fidèles à cette occasion, le cardinal avait appelé à la prière. C’est à la même époque, le 15 décembre 2007 (4), que l’archevêque de Hanoi invitait les catholiques à venir prier auprès de l’ancienne Délégation apostolique, alors récemment transformée en parking d’un grand magasin voisin. Comme on le sait, aucune concession ne fut consentie par le gouvernement vietnamien qui, en fin de compte, par un coup de force inattendu, transforma la propriété en jardin public.

Le texte a rappelé aussi que la Conférence épiscopale du Vietnam, lors de l’affaire de la Délégation apostolique de Hanoi, avait émis des principes généraux grâce auxquels ce type de problèmes aurait pu être réglé (5). A cette époque, les évêques avaient publié un communiqué intitulé « Point de vue de la Conférence épiscopale » où étaient énoncés certains principes permettant de régler sans violence ces questions de propriété. Les évêques demandaient, entre autres choses, une révision profonde de la loi sur les terres et le rétablissement du droit de propriété privée. Enfin, « l’appel des passeurs à la prière » rappelle qu’il existe une doctrine sociale de l’Eglise qui serait d’une grande utilité pour régler ses problèmes.
Notes

(1) On trouvera le premier article sur la paroisse de Thai Ha dans EDA 477.
(2) Le texte a été mis enligne le 17 octobre 2011 sur : http://vietcatholic.net/News/Html/93398.htm
(3) Voir EDA 477
(4) Voir EDA 476
(5) Voir ‘Pour approfondir’ dans EDA 492

© Les dépêches d'Eglises d'Asie peuvent être reproduites, intégralement comme partiellement, à la seule condition de citer la source.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Her le Sam 3 Déc - 1:22

http://ZENIT.org/

Vietnam : Des dizaines de catholiques et plusieurs prêtres interpellés

Les agents de la Sécurité de Hanoi brutalisent des paroissiens

ROME, vendredi 2 décembre 2011 (ZENIT.org) – Les agents de la Sécurité de Hanoi brutalisent et interpellent plusieurs dizaines de manifestants catholiques, déplore « Eglises d’Asie » (EDA), l’agence des Missions étrangères de Paris dans cette dépêche du 2 décembre.

Des informations mises en ligne le 2 décembre 2011 par le célèbre blog Nguoi buôn gio (‘le colporteur de vents’) (1) et par le site Internet des rédemptoristes du Vietnam (2) font état d’une brutale intervention de la Sécurité contre un groupe de manifestants de la paroisse de Thai Ha et de l’arrestation de plusieurs prêtres et d’une trentaine de fidèles. Détenues plusieurs heures dans un camp de « restauration de la dignité humaine » situé aux environs de la capitale, les personnes arrêtées ont été relâchées en fin de journée, à 17h30 heures locales.

Dans la matinée du 2 décembre, vers 9h30, un cortège formé par le curé de la paroisse de Thai Ha, le P. Joseph Nguyên Van Phuong, et plusieurs centaines de fidèles portant des banderoles où étaient inscrites leurs revendications s’est rendu au siège du Comité populaire de Hanoi pour y déposer une nouvelle plainte. Celle-ci réclamait, une fois de plus, l’arrêt immédiat des travaux de construction sur le domaine du couvent des rédemptoristes de Hanoi ainsi que la restitution du terrain spolié. Sur le chemin du retour, alors que le groupe se trouvait sur la berge du lac de l’Epée, de nombreux agents de la Sécurité de Hanoi ont attaqué le groupe avec des armes d’habitude utilisées pour la répression des malfaiteurs.

Plusieurs personnes ont été interpellées à cette occasion : le P. Joseph Nguyên Van Phuong, curé de la paroisse de Thai Ha, le P. Luong Van Long, le diacre Bang ainsi qu’une trentaine de paroissiens. L’attaque a été très brutale. Les personnes appréhendées ont ensuite été conduites en car au centre de « restauration de la dignité humaine » de Lôc Ha où elles ont été détenues plusieurs heures. Le camp se trouve dans le district de Dông Anh, près de la route nationale N° 3. Quelques heures après l’arrestation des paroissiens, un certain nombre de catholiques et sympathisants se sont rendus au camp de Lôc Ha pour exiger leur libération.

Tout le monde est ensuite rentré chez lui par ses propres moyens, à l’exception du P. Phuong qui a eu droit à une voiture. Dès la nouvelle de l’arrestation connue, le chancelier de l’archevêché avait immédiatement envoyé une lettre à la Sécurité publique pour demander la remise en liberté de toutes les personnes interpellées.

C’est la troisième manifestation organisée par la paroisse rédemptoriste de Hanoi depuis le début de cette affaire (3). Sans en avertir les responsables paroissiaux, l’hôpital de Dông Da avait décidé de faire construire une station d’épuration des eaux sur la propriété du couvent des rédemptoristes de Hanoi. Malgré le refus de ces derniers et leur demande de restitution de l’ensemble de leur propriété, les travaux ont été entamés, provoquant une première manifestation dans les rues de la capitale, suivie d’une autre quelques jours après.

Ce vendredi 2 décembre, c’est la première fois que la police intervient directement et que des prêtres sont arrêtés en pleine rue.

Notes
(1) Blog Nguoi buon gio : http://nguoibuongio1972.multiply.com/journal/item/460
(2) On pourra consulter dans l’agence VRNs les dépêches aux adresses suivantes : http://www.chuacuuthe.com/redemptorists/sos-thai-ha ou encore http://www.chuacuuthe.com/redemptorists
(3) Voir les dépêches EDA du 25 octobre 2011 ainsi que celles des 7, 9 16, 18 et 22 novembre 2011.

© Les dépêches d'Eglises d'Asie peuvent être reproduites, intégralement comme partiellement, à la seule condition de citer la source.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Persécutions Anti-chrétiennes et Martyrs Chrétiens au Vietnam

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum