Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Messages Prophétiques donnés à Marie-Elisabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Messages Prophétiques donnés à Marie-Elisabeth

Message par Her le Mer 6 Avr - 6:57

Biographie de Marie-Elisabeth

Toi aussi, annonce ma Venue
Par Christian Parmantier

=> STELLA MARIS 406


A l’occasion de la publication, aux Editions du Parvis, du recueil de messages intitulés «Toi aussi annonce ma Venue», messages confiés à Marie-Elisabeth, nous avons eu avec elle un entretien en présence de son mari, Maurice. Marie-Elisabeth nous a fait connaître quelques Rayonnements de l’Amour divin dans sa vie.

Marie-Elisabeth est née en 1925 à Saint Nicolas Waas en Flandre, de parents flamands. En fait, on n’avait jamais utilisé ce prénom, mais un surnom…

«Jusqu’au jour où, dit-elle, assise dans mon salon, j’ai reçu de nouveau ce prénom énoncé par une voix intérieure… que je sais reconnaître dans le silence et la prière.
Après 10 grosseses, maman espérait une fille et supposait que je serais la dernière. Aussi a-t-elle dit à la Vierge Marie : « Si c’est une fille, je vous la consacre totalement ». J’ai ainsi été consacrée à Marie dès le sein de ma mère. Voilà pour le prénom de Marie.
Quant à celui d’Elisabeth, comme je suis née un 21 juillet - jour de la fête de l’Indépendance en Belgique -, j’ai reçu le prénom de la reine des Belges d’alors : Elisabeth.
Plus tard, j’ai compris la signification de mon prénom, Marie-Elisabeth. La Vierge Marie annonce la venue de Jésus à sa cousine Elisabeth. Ce prénom était donc tout à fait approprié puisque ces deux femmes annoncent la venue du Christ. Ceci m’a éclairée et tranquillisée, sinon pourquoi changer de nom (1) ?

Comment s’est déroulée votre enfance ?

Deux-trois ans après ma naissance, mes parents ont émigré en France où j’ai vécu quelques années. On nous avait promis monts et merveilles pour aller en France, mais là où nous sommes arrivés, il n’y avait rien… Finalement, nous avons reçu une maison dans une cité à Armentières. C’est là, à l’église Saint-Wast, que j’ai fait ma « communion privée » à l’âge de 5 ans. Mon frère qui faisait ses études au noviciat des franciscains m’a préparée. Il m’a conduit au banc de communion. Devenu prêtre, il est parti directement au Zaïre où il est resté 42 ans.
Le Sacré-Cœur nous a procuré de nombreuses bénédictions. Maman avait une grande foi et une grande confiance envers le Sacré-Cœur. Chaque soir, elle nous disait : « Mes enfants, vous allez tous vous mettre à genoux devant la statue du Sacré-Cœur.» Et chaque soir, tandis que les garçons priaient le chapelet à genoux, mes sœurs devaient repasser, coudre et repriser… Nous formions une communauté familiale chrétienne, dévote au Sacré-Cœur, à cause des promesses.
De retour à Bruxelles en 1935, nous avons vécu des moments très heureux. Maman a beaucoup souffert d’un ulcère à la jambe alors qu’elle était enceinte de mon frère futur prêtre. Elle avait demandé au Seigneur un prêtre dans la famille. Par après, j’ai compris qu’elle devait offrir toutes ses souffrances pour son fils, futur prêtre. Permettez-moi de faire l’éloge de mes parents. Il fallait faire travailler mes frères et sœurs et les nourrir tous les jours. Quand la guerre est survenue, mes quatre frères, étant en âge d’y aller, sont partis en France; ce qui a causé un grand chagrin à maman... Le plus jeune a été déporté en Allemagne. Mais ils sont tous revenus avant qu’elle ne décède d’urémie en 1944. Elle était très stricte avec moi… elle attendait beaucoup de sa dernière fille. Et puis j’ai dû moi aussi aller travailler.

Quand avez-vous commencé ?

C’est-à-dire que je n’aimais pas l’école. C’était un caprice de petit enfant. J’ai tout fait pour ne pas continuer. J’ai donc fait les primaires, et puis l’école professionnelle de couture, parce qu’à l’époque, les mamans voulaient que leurs filles sachent coudre pour toute la famille. Mais je n’aimais pas coudre non plus. On ne savait plus que faire de moi !

Qu’est-ce qu’elle aimait Marie-Elisabeth enfant, jouer ?

Bien sûr. Mes parents, mes sœurs m’avaient gâtée, c’est vrai. Ils faisaient un peu mes caprices. Un malheur pour moi. A l’âge de 18 ans, on a compris que je devais aller travailler. Nous sommes en 1944. J’ai travaillé dans un ouvroir, pour aider les prisonniers de guerre. J’y ai beaucoup souffert, puisque je n’aimais pas la couture. Mais là, j’étais obligée de marcher. C’était très bien pour moi, j’en avais besoin. J’avais tout à apprendre dans la vie. Les parents à cette époque n’apprenaient pas la vie à leurs enfants : « Elle se débrouillera bien comme cela.» Ce qui est une catastrophe pour l’enfant. Et en effet, à partir de 20 ans, j’ai eu un temps de flottement, et j’ai perdu la route.

Vous voulez dire la foi ?

Non, parce qu’elle était ancrée en moi. Mais je ne fréquentais pas des gens dignes d’être fréquentés. J’ai commencé à mener la vie comme tant de jeunes aujourd’hui, sauf qu’ils connaissent tout ! C’est très dangereux pour un jeune de ne pas être préparé à la vie. De se trouver dans l’ambiance de cet ouvroir sans connaître la vie, on est emporté, on suit le mouvement. Mais je ne me sens ni coupable ni responsable si j’ai fauté, du fait que je ne savais pas…
Plus tard, en 1969, j’ai connu Maurice. Dès que je l’ai vu, je me suis dit: c’est pour moi ! Et j’en suis très heureuse. C’était à la Noël; il m’a accompagnée à la messe de minuit…
Le soir de notre mariage, j’ai ressenti la présence de maman autour de moi. C’était très impressionnant... Elle venait me remercier de ce mariage qu’elle attendait depuis longtemps... Actuellement, quand je suis en prière et en silence, j’ai assez facilement contact avec les personnes de l’au-delà.

A ce moment-là, vous ne meniez pas vraiment une vie de chrétienne ?

Non, pas du tout; nous nous sommes cependant mariés à l’église.
Mais il nous a fallu passer par une conversion, un chemin spirituel. Et Maurice a eu la grâce des grâces pour la conversion, voici comment :
Trois jours avant l’annonciation, en 1976, il me dit :
— Tu sais, je vais mourir.
— Et pourquoi tu vas mourir?
— Parce que je ne dors plus.
A l’heure de midi, il me dit : « Non, je ne mange pas. Parce que je n’ai pas faim !»
Et il a commencé sa belle histoire : « Je ne saurais pas manger parce que cette nuit-ci (du 22 mars), j’ai vu une très haute statue de la Vierge dans ma chambre et j’ai entendu : « Viens vers moi.» J’ai vu ses mains, et à la place de ses mains, c’était des rayons, comme à la rue du Bac. Et j’ai reçu quelque chose dans mes mains (comme si ses mains me touchaient) et j’ai été guéri.»
— Tiens c’est curieux, parce que nous sommes maintenant dans les Rayons d’amour divin ! A l’instant même, j’y pense : toi, Maurice, tu as vu les rayons dans les mains de Marie, et plus tard, le Seigneur m’a parlé de l’Ecole du Rayonnement divin; nous retrouvons les rayons !

Mais vous n’aviez pas fait ce lien avant ?

Non…chacun a sa mission… Une grande grâce, c’est que le Seigneur nous a fait nous rencontrer en tant que couple. Etre sur le même rail, rencontrer quelqu’un qui comprend, qui adhère, qui coopère dans le travail…
Le lendemain, je dis à Maurice : « Serais-tu d’accord de faire trois jours de prière chez les bénédictines à Rixensart ?» Et il m’a dit oui tout de suite. Alors, j’ai compris que quelque chose s’était passé, parce qu’avant… il n’aurait pas accepté. Impressionné par ce qu’il avait vécu, il allait chez les religieuses pour demander des images, mais elles n’étaient jamais assez belles.
Cet événement a déclenché notre conversion à tous les deux. C’est ainsi que la Sainte Vierge est venue préparer notre mission.
Toujours au monastère, nous avons reçu une nouvelle grâce. L’après-midi, nous allions prier dans le jardin des sœurs et ensuite, nous avions un petit goûter. Et là Maurice m’annonce : « Tu sais, j’ai vu quelqu’un assis sur la chaise que je viens de quitter.» J’ai pensé : “ça ne va plus ! Il voit une statue de la Vierge, et maintenant, il voit quelqu’un à côté de sa chaise”:
— En es-tu sûr ?
— Oui, j’en suis sûr, c’est un prêtre revêtu de ses ornements, mais qui ?
Comme nous étions dans notre « montée du Carmel », j’ai dit à Maurice : « Nous allons faire un pèlerinage. Et si nous allions à San Giovanni Rotondo ?»
Arrivé là-bas, on montrait un film sur Padre Pio qui était pour nous un inconnu. Et pendant la projection, Maurice me pousse le bras, et il me dit : « Mais, mais c’est lui que j’ai vu sur la chaise !»
C’est ainsi qu’il a pu identifier ce prêtre.

Mais après ces phases préparatoires, pour vous, Marie-Elisabeth, comment les messages ont-ils commencé ?

C’est le Saint Curé d’Ars qui est intervenu dans la préparation de tous ces messages. Au début, je refusais de l’écouter. Un jour, je faisais le ménage… et je l’ai entendu me parler, mais je ne comprenais rien du tout. J’avais peur. J’étais très ennuyée. Mais la Providence veillait. Une personne d’ici connaissait bien l’ancien Père Abbé de l’abbaye d’Orval (Ardennes). Elle m’a encouragée à aller le voir en me disant qu’il saurait m’expliquer ce que je vivais. J’y suis allée, et j’ai raconté à ce très bon Père ce qui m’était arrivé, cette voix du saint Curé d’Ars... Je lui demandais :
— Que dois-je faire avec ça ?
— Mais continuez.
— Mais comment ?
— Ecrivez, continuez à écrire.
Non, il s’était fait entendre par sa présence dans le cœur; il s’est présenté comme le saint Curé d’Ars. Mais ici, je dois vous dire que le saint Curé a joué un rôle dans ma vie, du fait qu’à l’époque où mon frère étudiait chez les franciscains, vers les années 30-35, au noviciat, dans les séminaires, on parlait beaucoup du saint Curé d’Ars pour préparer les prêtres. Mon frère avait aussi vécu quelques années en France où l’on parlait beaucoup du saint Curé d’Ars. Ce n’était donc pas un étranger pour moi…
Plus tard nous avons rencontré un passioniste, le Père Jean, qui nous a donné une petite statue du saint Curé, confectionnée par un prêtre de la paroisse. Je ne m’attendais pas à recevoir un tel présent. Un jour, alors que je disais au saint Curé : “entre nous, je voudrais bien arranger un peu ton visage” (parce qu’il n’est pas très beau, comme ça) ; il a réagi très fort : « Ne me touche pas ! Je suis bien comme ça !» C’est le Saint Curé qui a donné le signal. Mais cela m’a étonnée.

Vous l’avez reconnu de suite ?

J’étais en face de sa petite statue, façonnée par les mains d’un consacré, et je n’osais plus l’approcher.
J’ai poursuivi avec l’ancien Père Abbé et je lui ai fait part de mon inquiétude de devoir écrire. Mais il m’a demandé de continuer. Au début je refusais… Mais là, l’obéissance au Père spirituel a son poids. L’obéissance est très importante pour celui qui reçoit. Sinon, je n’aurais peut-être pas continué.
(à suivre)

Note:
(1) Souvent dans la Bible, en donnant une mission, Dieu change le nom d’une personne. Ici, le Seigneur change le prénom utilisé en rendant à Marie-Elisabeth son prénom d’origine.


Jésus à Marie-Elisabeth

« Puis-je entrer chez vous ?»

Toi aussi, annonce ma Venue !

Par Christian Parmantier

=> STELLA MARIS 407


Marie-Elisabeth, l’obéissance vous a libérée de vos inquiétudes dues à ces locutions ?

Les paroles de l’ancien Père Abbé m’ont rassurée.
Ensuite, j’ai eu un deuxième Père spirituel qui m’a aussi beaucoup aidée. Quand il n’a plus pu continuer, j’ai eu un 3e Père spirituel à qui j’ai obéi, mais j’ai dû changer: J’avais reçu des choses très simples à Beauraing devant le Saint-Sacrement et ce prêtre me disait que je me trompais, que ce n’était pas vrai, qu’on ne pouvait pas recevoir des choses enfantines comme ça. Ceci m’a fait beaucoup souffrir; j’étais très très troublée. Quand je priais, je pleurais… devant la face de Jésus : « Mais Seigneur, comment pouvez-vous admettre cela ? C’est quand même vous qui me l’avez dit ! Mais Seigneur, pourquoi me laissez-vous souffrir comme ça ? Venez à mon secours !»
C’est très dur d’entendre son directeur spirituel vous dire : « Qu’est-ce que c’est que vous écrivez là ? Ce n’est pas possible des choses comme ça !». Par après je lui ai dit qu’il m’avait fait beaucoup souffrir et il s’est excusé.
Il faut bien faire attention quand le Seigneur dit quelque chose. Il ne faut pas dire : « Ce n’est rien », ou « je me suis trompée, ça n’ira pas.» Il faut marcher dans la foi et dans l’obéissance au Seigneur quand on l’entend.
Dans les jours suivants, un prêtre missionnaire de passage célébrait la messe. J’ai compris que ce prêtre-là allait m’aider et me délivrer de ce fardeau. J’ai demandé un signe de vérification au Seigneur, pour m’assurer que je devais parler avec lui. J’ai suivi cette voie. Je ne sais pourquoi, je suis allée au fond de l’église, et j’ai croisé ce même prêtre vu à l’autel :
— Je voudrais vous parler, mais ce sera peut-être un peu long…
— Cela ne fait rien, si vous voulez, je viens chez vous.
Il est venu ici et je lui ai exposé ma situation…
Ce prêtre m’a dit : « Si vous avez des messages, vous pouvez vous attendre encore à autre chose.» C’était consolant et en même temps je devais m’attendre à autre chose ! De fait, j’ai beaucoup souffert avec ce Père spirituel… Le missionnaire est aussitôt reparti en mission, mais il m’avait réconfortée, apaisée.
On voit l’intervention du Seigneur pour nous aider quand il y a erreur, et si le directeur spirituel n’est plus dans la vérité, le Seigneur vous donne des signes pour vous guider. Un prêtre âgé me disait : « Le Seigneur prend soin de ses messagers.» Quand on vit ces épreuves, la foi et la confiance augmentent, parce que vous voyez la confirmation de Sa présence.
Un jour, nous étions allés aux offices de la Basilique du Sacré-Cœur à Bruxelles et j’ai demandé à Maurice, mon époux, de rentrer de suite, parce que je ne tenais plus intérieurement; j’étais attaquée d’une façon exceptionnelle. Nous avons prié trois heures d’affilée ensemble. Sur le chemin, mon mari voyant mon comportement me dit :
— Tu pourrais recevoir un message. Tu devras l’écrire.
— Ecoute, cela, je ne sais pas.
Mais comme le Père Abbé et mon époux me le demandaient, je me suis dit : je dois obéir, je leur dois obéissance. C’était très important que Maurice me le dise ; je sentais que selon la loi de Dieu, « la femme doit obéir à son mari.» Obéir était pour moi le plus important. J’ai aussitôt commencé à parler, parler. Et Maurice m’a dit : « Je ne parviens pas à te suivre !»
Ce dont je me souviens, c’est cette parole que j’ai entendue clairement : « Puis-je entrer chez vous ?» alors que nous arrivions à la porte d’entrée.
— Seigneur, bien sûr que vous pouvez entrer, vous savez que vous êtes chez vous !
— Oui, mais j’entre comme un mendiant. (Forte émotion dans la voix de Marie-Elisabeth…)
Cette parole m’a beaucoup impressionnée. Je ne comprenais pas ce que cela voulait dire. Le Père spirituel m’a souligné l’humilité de Jésus : « Vous vous rendez compte, Dieu qui demande à entrer dans une maison ! L’humilité de Dieu !»
A partir de ce moment-là, j’ai compris qu’il fallait parler plus lentement, pour que Maurice puisse écrire tout ce que je disais. Dans ce que je disais, j’annonçais la mort du roi Baudouin sans le savoir. Nous étions dans la période avant le vote en faveur de l’avortement. Et j’ai compris : « si la Belgique accepte la loi de l’avortement, vous perdrez quelqu’un de très important de la famille royale.» Et c’est ce qui est arrivé, nous le savons. Voyez comme Dieu est discret. Il n’a pas dit que ce serait le roi Baudouin, mais un membre de la famille royale.
En 1995, nous sommes allés poursuivre notre conversion dans une retraite de prière auprès d’une communauté religieuse. Là, une sœur est venue frapper à notre porte : « Le roi Baudouin est mort !» J’ai pensé de suite à cette prophétie. Je suis allée dans le jardin, quand sur un petit monticule, seule, dans le silence, j’ai entendu la voix du roi Baudouin dans mon cœur. J’étais tellement heureuse, sûre qu’il était au Ciel. Quand je suis rentrée dans la chambre, j’ai dit : « Ecoute, Maurice, on enterre le roi demain ; eh bien, toute la journée, je porterai du blanc. Puisqu’il est au ciel, je ne vois pas pourquoi je mettrais autre chose.»
Les sœurs chez qui nous étions voulaient suivre toute la cérémonie des funérailles à la télévision. Elles suggéraient par leurs regards : « Elle est folle celle-là de s’habiller en blanc !» Mais quand elles ont vu la reine en blanc !… Ah oui ! Puisque je savais que le roi Baudouin était au Ciel, dans mon cœur je voulais célébrer cette joie. C’était un grand événement pour moi, c’était aussi le signe que c’était vrai. Cette confirmation m’a affermi dans ma mission.

Vous avez reçu d’autres prophéties ?

Le Seigneur m’avait aussi avertie de la chute prochaine du mur de Berlin.
Une autre fois, nous étions dans une chapelle, en France. Le prêtre nous a parlé d’un fils spirituel handicapé. J’ai “reçu” que ce handicapé allait guérir par l’intervention de la Sainte Vierge. Et effectivement, il est guéri.
Ce n’est pas tout de recevoir des prophéties, il faut voir par après si elles se réalisent ! C’est essentiel.

Le Seigneur vous a donné d’autres dons ?

Il m’arrive assez souvent maintenant, lorsqu’il y a un décès parmi nos amis, que la personne défunte vienne parler. Le dimanche après Pâques, où l’Eglise célèbre la fête de la Miséricorde, à la Basilique, j’ai vraiment senti la présence de sœur Faustine, ainsi que la présence de la nièce d’un de nos amis qui nous accompagnait. Marc, lui ai-je dit : « Ecoute, ta nièce était là. Ecoute, attends, parce que si c’est ta nièce, elle reviendra parler.» Nous avons prié et je lui ai décrit ce qu’il devait faire et je lui ai annoncé la joie de sa nièce d’être dans la béatitude, ce qui l’a beaucoup soulagé.
La maman d’un ami qui travaille avec nous pour l’Ecole du Rayonnement divin était décédée. Et le soir même, je l’ai reçue. Et son fils l’a reconnue à ses paroles typiques. Et comme je ne parle pas très bien le flamand, elle m’a dit : « Tu essaieras de parler un peu mieux le flamand.» Ce qui les a fait sourire et peut-être leur a fait plaisir ! Ils ont reconnu leur maman à l’expression des paroles qu’elle leur disait.

Les mauvais coups du Malin, vous connaissez ?

Aussi bien Dieu que les ténèbres savent ce qu’une personne aura comme mission à accomplir. Plusieurs fois, dès ma naissance, j’ai failli mourir. A l’âge de trois ans j’ai survécu à une méningite. On voit que le malin a voulu me supprimer à plusieurs reprises…
Dernièrement, j’accompagnais mon mari dans un établissement. Au moment de descendre les escaliers, j’ai vraiment entendu une voix me dire : « Tu ne dois pas prendre la rampe pour t’aider, c’est inutile et elle est sale.» Et à la quatrième marche, j’ai été poussée. Je suis mal tombée et du coup je me suis cassé l’épaule et le coude. Et l’on m’a mis deux broches qui restent à demeure…

Vous n’avez pas identifié cette voix ?

Non, je ne l’ai pas reconnue. C’était une leçon pour moi de faire attention quand j’entends quelque chose. Le Père spirituel était d’accord que je n’étais pas tombée de moi-même, à cause de la parole entendue.
Un petit retour en arrière : Au moment de faire ma communion solennelle, pendant la retraite, je suis devenue très malade ! Je n’ai pu achever ma retraite, mais le Seigneur m’a sauvée. Il a mis les bouchées doubles par après, car je n’ai pas fait tout mon catéchisme. A ce moment, j’ai rencontré un prêtre qui avait compris quelque chose de l’Evangile. Je ne savais pas que ce prêtre allait jouer un rôle dans ma vie.

Vous recevez toujours des communications ?

Oui, je dois vivre dans le silence et la prière pour être disponible pour recevoir. Au fond, c’est une disponibilité continuelle, quand on sait que le Seigneur veut vous dire quelque chose. Et c’est dans l’amour de Dieu qu’on devient de plus en plus disponible.

La mission des messages du livre et celle des Ecoles du Rayonnement divin est internationale ?

Oui. Parce que dans les groupes, on demande que ces Rayons d’Amour divin s’étendent sur toute la terre, et ils le font en guérissant les malades… C’est une évangélisation. Le Seigneur réalise ses promesses, dans des conversions, des guérisons… Il y a là une confirmation de la part du Seigneur. Il le dit : « J’attirerai tout à moi par ces Rayons d’Amour divin.» Donc, si vous avez une intention particulière où, selon la volonté de Dieu, vous voulez absolument que telle chose survienne, vous demandez au Seigneur d’envoyer ses Rayons d’Amour divin sur tel ou tel, et de même par les Rayons d’Amour divin de la petite enfance. Il ne faut pas mettre le Seigneur au défi ; ça, c’est horrible. Mais dire : « voilà Seigneur, vous avez promis qu’on pouvait vous demander telle grâce par vos Rayons d’Amour divin, et vous avez promis que vous alliez la donner. Alors, sur votre parole, j’ai foi et je vous demande cette grâce.» Aussi longtemps que vous ne l’avez pas reçue, vous le lui rappelez en disant : « Seigneur, je n’ai encore rien reçu des Rayons d’Amour divin que vous nous avez promis, alors je vous renouvelle ma demande aujourd’hui.»
Avez-vous remarqué que partout dans les églises, les statues et les tableaux sont toujours environnés de rayons ? Le Sacré-Cœur, la Sainte Vierge parlent des rayons…

Toi aussi, annonce ma Venue. Le Seigneur à dû vous en parler. Vous vous êtes fait une idée de cette Venue de Jésus ?

Je vais vous dire ce que j’ai compris. Je Le vois revenir dans sa splendeur, et apparaître dans un certain désert qui est la planète. Il se fera une très grande lumière et dans cette lumière, nous le verrons. Il nous changera chacun personnellement dans nos cœurs. Parce que, si les humains ne changent pas, il faudra que le Seigneur fasse un arrêt. Les hommes sont occupés à nous préparer des choses invraisemblables, inconcevables. Alors le Seigneur fera un stop, ce sera son retour. Avant son retour, par la souffrance de l’humanité, il fera comprendre qu’il revient. Dieu emploiera malheureusement la souffrance pour se faire connaître et aimer, en sorte que l’on aille vers lui. Parce qu’il ne peut pas revenir dans les ténèbres (2). Il doit d’abord nous préparer pour qu’on puisse le reconnaître. Car, à moins d’être pur intérieurement, on ne pourra le reconnaître.
Nous ne devons pas spéculer sur ce retour, puisque « nul ne connaît ni le jour ni l’heure.» Mais qu’il y ait transformation de la planète, j’en suis persuadée. Le monde nouveau sera tellement différent du nôtre et nous aussi nous serons différents, parce que nous aurons reçu une onction, par ses rayons divins.
Je me souviens qu’un jour de retraite, dans le jardin, le Seigneur m’a dit que je recevais l’onction. Je ne comprenais pas ce que cela voulait dire. Je suis allé trouver le Père prédicateur pour savoir : « Père, j’ai reçu cette parole, une onction, qu’est-ce que cela signifie ?»

Comment avez-vous reçu cette image du retour du Christ glorieux ?

Je suis allée visiter un grand malade aujourd’hui décédé, qui était un peintre. Il ne dessinait que des figures du Christ et de Marie. Brusquement il me dit : « Comment, vous, vous voyez le retour du Christ ?»
Je lui ai décrit la façon dont je voyais ce retour de Jésus (comme je le reçois intérieurement).
Je voyais le Christ revenir dans sa gloire, en montrant ses plaies, avec ce mouvement. C’est le retour qu’il faut montrer.
— Et comment le voyez-vous habillé ?»
Je le vois avec un très beau drapé, étincelant, une robe royale.
— Eh bien, je vais le peindre ainsi.
Et il a peint cette image avant de mourir.

(à suivre)

Note:
(2) Ndlr. Marie-Elisabeth parle ici du retour de Jésus dans la gloire, et non de l’avertissement antérieur où il se fera connaître à chaque homme.


Les Ecoles du Rayonnement divin

=> STELLA MARIS 409

Le Seigneur Jésus a invité Marie-Elisabeth à fonder les Ecoles du Rayonnement divin. Nous lui avons demandé de nous les présenter.

Sur la cheminée, vous voyez une représentation du Christ miséricordieux. En le priant, surtout la nuit, j’ai reçu des confirmations sur l’Ecole du Rayonnement divin, sans savoir ce qui allait arriver. J’ai dit : « Seigneur, c’est beau ce que vous dites ! Mais je vous laisse faire, je ne comprends pas, je ne sais pas ce que vous voulez.» Je n’ai pas demandé d’explications.
La meilleure façon, quand on ne comprend pas, c’est de laisser faire. Si le Seigneur le veut, il fera signe. Il faut marcher jusque-là. J’étais là sans savoir ce que cela allait devenir. Fonder une Ecole du Rayonnement divin, c’est quelque chose d’important.
C’est à ce moment, le 29 octobre 2001, que nous avons été invités chez Jean R. ; nous étions sept personnes. Nous priions, et il y a eu des signes, et des parfums d’encens. M. R.M. voulait me poser une question et, avant qu’il n’ait eu le temps de me la poser, j’avais répondu à sa question. D’entendre mes paroles, il était bouleversé et ému, si bien que les larmes lui coulaient sur le visage. La même chose s’est reproduite pour une autre question avec une autre personne. Je me demandais comment cela était possible. Et elle m’a dit : « Ce que vous dites, je le vis.» C’est alors que mon mari s’est exclamé : « Mais c’est cela le Rayonnement divin !» Deux jours plus tard, le Seigneur confirmait dans un message que nous venions de vivre la première Ecole du Rayonnement divin.
Ensuite, j’ai reçu des messages à ce sujet. Alors j’ai dit au Seigneur : « Ecoutez, je veux bien, mais il faut me donner le programme ! Ce n’est pas tout de dire de fonder une Ecole, il faut les instructions !» Il me les a données ! Et en février 2002 nous avons produit le premier bulletin de liaison des Ecoles.
Au début, nous étions nombreux dans la même école, mais ensuite j’ai compris que ce n’était pas nécessaire d’être beaucoup : « Faites des petites cellules de trois personnes.»
Priez pour que beaucoup d’Ecoles puissent êtres fondés de par le monde. Commencer avec trois personnes, tous peuvent le faire.
J’étais très étonnée qu’à un certain moment où je recevais les messages, le Seigneur parlait de petits groupes, trois par trois, parce que dans l’Evangile, les disciples vont par deux. J’en ai demandé l’explication. On m’a répondu que c’était le symbole de la Sainte Trinité. Quand le groupe arrive à 10 – 12, on repère d’autres « veilleurs » pour former un nouveau groupe avec ceux qui sont les plus disposés. Et le Seigneur envoie quand c’est son œuvre à lui. Dans l’Ecole du Rayonnement divin, nous n’avons plus mission d’aller vers, mais de faire venir, par l’attraction de l’Amour de Dieu. Pour cela il faut recevoir la grâce de l’Ecole du Rayonnement divin. Quand on est dans cette Ecole, on reçoit une grâce très importante.

Quelle est la spécificité de cette grâce des Ecoles ?

Au fond, c’est une évangélisation par l’amour, à cause de ces multiples petits groupes qui prieront suivant la méthode de Jésus, en aimant. A un moment donné, chaque personne dans le groupe lit un passage des messages qui parlent du retour de Jésus. Donc, par ces petits groupes, on prépare le retour de Jésus en même temps qu’une évangélisation se réalise, parce qu’en méditant sur ces paroles, il s’opère une évolution spirituelle.

Le Seigneur a confirmé par des signes ?…

Nous avons reçu beaucoup de grâces, de tout genre. Par exemple, lors d’une échographie prénatale, on découvre que le fœtus de 7 mois a un trou dans la tête et qu’il lui manque une moitié de jambe. Les parents et les grands-parents, dans un acte de foi, ont accepté de prier et d’envoyer les Rayons d’amour divin sur la mère et sur l’enfant. Le mois suivant, l’échographie montrait que l’enfant était redevenu normal. Il est né parfaitement sain un mois plus tard.
La guérison de ce petit enfant a donné un coup d’envoi aux Ecoles.
Dernièrement, un proche qui travaille à l’abattoir a pu obtenir la conversion d’un collègue. Il nous a raconté qu’il a prié, supplié que le Seigneur envoie ses Rayons d’amour pour que cet homme se convertisse. Et il s’est converti.
Le Seigneur a promis dans un message : « je vous exaucerai », et il explique ce que c’est que l’énergie de ses rayons:
« Comprenez que les Rayons divins sont des Rayons d’énergie que Dieu emploie à travers votre être, instrument à l’image et à la ressemblance de la nature divine. J’attirerai tout à moi, par mes Rayons d’amour. Faites de votre coeur une petite cellule génératrice.»
C’est assez curieux ce terme “génératrice”, parce que cela fait penser à un moteur ! J’ai été étonnée de l’emploi de ce terme. Au fond, quand cela ne va plus, confectionnez une petite cellule génératrice d’amour divin.
Le Seigneur veut une évangélisation en envoyant ses Rayons d’amour. « De là, à tous ceux qui me le demandent, je puis bien sûr envoyer mes Rayons d’amour infini, et je les donnerai. Parce que je veux ressusciter dans les coeurs, je veux être le divin compagnon de leur vie. Mes enfants choisis rayonneront le bienfait de ma présence.»
Ceux qui adhèrent à ces petits groupes sont fidèles ; ils reviennent. Avant mon opération chirurgicale, je parlais assez souvent des Rayons d’amour divin, ce qui a emballé les “écoliers”! A l’ère des rayons laser, beaucoup comprennent mieux ce langage que si nous disons grâce et Saint Esprit.
« Enlevez toute crainte de votre coeur, les écoles fleuriront et leur parfum spirituel se répandra au fur et à mesure de mon action divine.» Que c’est beau ! Ce sont des promesses !
«Je captive les coeurs de mon amour. Aidez-vous les uns les autres dans la mesure de vos possibilités.» Nous constatons dans les groupes une grande aide de tout genre. C’est une confirmation, un signe de véracité.
Dans les groupes, je préviens : Le Seigneur a donné tout son programme. Vous l’avez reçu, vous devez le suivre ! Ce n’est pas moi qui dis ce qu’il faut faire. Il ne faut donc pas en ajouter. Certains disent : « On va encore faire cette petite prière.» Ou : « Ah, mais moi, si vous saviez, la belle prière que j’ai apportée…». Et je réponds : « Vous avez reçu ce programme, vous devez le suivre. Sinon, vous ne faites pas la volonté de Dieu, et ça n’ira pas. Le Seigneur a donné ses directives. Si, dans ces groupes, vous ajoutez chacun votre dévotion préférée, eh bien, les gens ne viendront plus.»
Et le Seigneur m’a donné un chant. D’abord les paroles : « O Jésus donne-nous tes Rayons divins… tes Rayons d’amour… tes Rayons de paix… tes Rayons de joie…». Après les paroles, je reçois le ton, la mélodie. Je commence à entonner cet air, que je connaissais, mais je ne savais pas ce que c’était. Alors je l’ai chanté devant le Père spirituel. (Marie-Elisabeth chante). Il m’a dit que c’était l’air de la Symphonie du nouveau monde ! Alors j’ai compris que le Seigneur l’avait donné pour que nous le chantions avec ses paroles précises dans les groupes. Ce qui est tout à fait symbolique de ce que Jésus désire de ces Ecoles du Rayonnement divin. Et je vous assure que dans les groupes quand on chante ça, c’est du tonnerre.

Ces écoles se développent ?

Maintenant, il y a des écoles en Belgique, en Hollande, en France et en Suisse, au Luxembourg et en Côte d’Ivoire.
Jésus m’a dit : « Vous pouvez vous réunir au bord de la mer, près des lys des champs, ou bien sur la montagne.» Ce qui est assez typique de ces groupes. Et il m’a donné l’explication : « Comme lorsque j’enseignais au bord de la mer, assis dans la barque, ou à la montagne, quand je donnais les Béatitudes; ou quand nous passions dans les champs, au milieu des lys.»
Je trouvais que cela ressemblait bien à l’Evangile. Quand j’écris, je me dis : « ça, ça me paraît juste.» Il faut sentir le texte.

Et l’organisation ?

Quand le Seigneur a dit de faire ces Ecoles, avec le programme, je lui ai demandé : « Qui va être responsable de cela ? Et comment voulez-vous qu’on les appelle ? Je ne peux pas les appeler comme les autres, parce qu’on va confondre, Seigneur.» «Ah, oui, eh bien tu les appelleras les veilleurs.» Et c’est le groupe qui choisit son veilleur.

Comment fonctionne le groupe ?

Il y a un programme :
On porte un foulard ou une écharpe de couleur blanche, en mémoire de notre baptême. Après un petit temps de silence, on redit le but de l’Ecole du Rayonnement divin et on loue le Seigneur, puis on prie l’Esprit Saint, on fait la consécration à Marie et l’on renouvelle ses promesses du baptême, 3 fois : « Je renonce à Satan, à ses pompes et à ses œuvres…»; on récite la prière à saint Michel pour se couvrir au départ et l’on prend le chant de l’ERD.
Les recueils sont sur la table. Chacun à son tour choisit et lit un petit passage des messages, une phrase, selon ce qu’il sent dans son coeur. Ensuite, il y a un partage sur les lectures, et des témoignages. Puis on dépose les intentions de chacun dans le coeur de Jésus et on lui demande d’envoyer ses Rayons d’Amour sur chacun et dans le monde entier. Après le Salve Regina, on termine par des remerciements et l’action de grâce.

Christian Parmantier

Pour recevoir la notice pratique de l’Ecole du Rayonnement divin, écrire à:

TAAMV Belgique,
BP 19 B-1040 Etterbeek 2.
TAAMV France,
BP 76 CDIS F-78331
Fontenay le Fleury Cedex.

Littérature:
«Toi aussi, annonce ma Venue» (vient de paraître!)
384 pages, 14,5x22 cm Euro 21.– CHF 32.–


>>> Le Seigneur a rappelé à Lui Marie-Elisabeth le dimanche 7 mai 2006 <<<

Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messages Prophétiques donnés à Marie-Elisabeth

Message par Her le Mer 6 Avr - 6:59

Marie-Elisabeth (Belgique : Bruxelles)

>>> Le Seigneur a rappelé à Lui Marie-Elisabeth le dimanche 7 mai 2006 <<<


Biographie de Marie-Elisabeth
Extraits du livre de Marie-Elisabeth : « Toi aussi, annonce ma venue »


Message du lundi 24 juin 1990
Comprenez-vous la grandeur et la gloire de la Croix ?

Jésus : « Ô Croix glorieuse ! Croix glorieuse que tu as rejetée, mon enfant. Croix qui t’a racheté. Croix qui t’a sauvé. Mes enfants, ma Croix est la vôtre et la vôtre est la Mienne. Portons notre croix ensemble. Pourquoi voulez-vous la porter seuls ? Plus vous la rejetez, plus votre croix sera lourde. Venez, mes enfants, regardez la Croix. La Croix est le signe de l’espérance. La Croix est le signe de l’Amour. En regardant ma Croix, vous y découvrirez le livre de Vie, la réponse à toutes vos questions car la Croix, ma Croix, est victorieuse. Ma Croix est triomphante. Ma Croix est glorieuse. Ma Croix vous délivre. Respectez ma Croix. Regardez-la souvent : c’est Elle qui vous sauve, c’est Elle qui vous pardonne. Je ne suis pas seul sur la Croix. Lorsque J’étais sur la Croix, J’y portais toute l’humanité. Et ma Mère et votre Mère, Elle aussi, portait ma Croix.
Très souvent, vous croyez que vous portez seuls votre croix. En ce moment, Je vous regarde et Je vous invite à la porter avec Moi. Car Ma Croix est celle qui vous unira à mon Cœur. C’est par ma Croix que vous obtiendrez le pardon. N’ai-Je pas suffisamment souffert pour vous ? Je vous ai tout donné. Sur la Croix, Je n’avais plus rien, même plus ma Mère, même plus mon Sang car il était versé pour vous. Je représentais l’orphelin, l’abandonné, le délaissé. Mon Cœur fut même transpercé. Je n’avais plus rien à vous donner. Tous mes amis étaient en fuite. Tous ceux qui M’avaient promis d’être avec Moi étaient partis. J’étais l’orphelin de la terre, le Fils abandonné du Père. Tout cela pour vous sauver de votre péché. Comprenez-vous maintenant la grandeur de la Croix ? Comprenez-vous la gloire de la Croix ?
Vous aussi, votre croix vous sauve. Ceux qui sont avec Moi sur la Croix sont les sauveurs du monde. Si vous pouviez comprendre la grandeur et l’importance de vos croix, vous Me diriez tous les jours : « Seigneur, donnez-moi votre Croix. »
Vos croix se transformeront en perles précieuses dans le Royaume. Elles aussi seront glorieuses avec la Mienne. Je présenterai vos croix à mon Père. Et votre croix brillera pour toute l’éternité.
Car votre croix est unie à la Mienne. Elle est glorieuse avec la Mienne. Remerciez-Moi lorsque vous avez une petite croix à supporter sur vos épaules. Très souvent, Je la prends et la mets sur les Miennes afin d’alléger le poids de votre souffrance. Tel est mon Amour. Je ne puis voir votre souffrance et, pourtant, elle est nécessaire.
Pourquoi avez-vous enlevé mon Corps de la Croix ? Certes, mon Corps a été remis entre les bras de ma Mère. En Me recevant dans ses bras, Elle y reçut tous ses enfants. En Me regardant, Elle regardait chacun et chacune d’entre vous. Elle vous enfantait dans son Cœur, certes dans la douleur, mais avec quelle espérance. Elle portait en Elle la victoire de mon Amour.
Notre-Dame des Douleurs, Notre-Dame de la Victoire. Dans la douleur, elle portait dans son Cœur Immaculé le triomphe et la résurrection de chacun d’entre vous. Elle remit mon Corps à ceux qui devaient M’ensevelir. Ainsi remet-Elle à chacun, à chacune, le Corps, mon Corps, dans la Sainte Eucharistie. Son Cœur remet mon Corps.
Prêtres, c’est par les mains de ma Mère que vous buvez mon Sang. Comment pourrait-Elle ne pas être présente lorsque vous offrez son Fils, Elle, présente au pied de la Croix ?
Comment pourrait-Elle ne pas être présente lorsque vous M’offrez à mon Père en victime pour les péchés du monde ? Vous tenez mon Corps entre vos mains comme Marie Me tenait dans ses bras.
Mon Corps et mon Sang, Elle les offrait à mon Père. Sa douleur fut grande : voilà la rançon de la Croix. Voici la grandeur de ma Croix. Comment avez-vous pu mettre une croix sans mon Corps ? Mon Corps est le prix de l’Amour. La Croix sans mon Corps est une croix païenne. Comment instruisez-vous vos enfants en l’absence de mon Corps ? Comment peuvent-ils Me reconnaître ? Comment peuvent-ils reconnaître le prix de la souffrance ?
Comment parler de la souffrance si mon Corps n’est pas déposé sur la croix ?
Vous avez enlevé mon Corps de la croix ; regardez le monde aujourd’hui… il lève les yeux vers une croix vide. Ce n’est pas le bois qui vous a sauvés, c’est mon Corps offert en victime pour l’humanité. Avez-vous si peur de Me regarder sur la Croix ? Si vous avez peur de Me regarder sur la Croix, quelle sera votre peur lorsque vous regarderez vos enfants sur la Croix !
Comment apprendrez-vous le sens de la souffrance ?
Comment expliquerez-vous le pardon, la Rédemption, l’Amour infini de mon Cœur ? Quelle sera votre explication si vos enfants trouvent le bois vide ? Auriez-vous honte de mon Corps ? Il est vrai que Moi aussi J’ai honte de certains de mes enfants, de leur corps souillé par le péché, ce corps de chair dont ils n’ont plus aucun respect. Ils ne connaissent plus la valeur de ma Création. Je leur ai donné un corps pour M’aimer et, pour certains, leur corps sert à se damner. Pourtant, mon Amour pour vous est infini. A chaque instant, Je vous attends. A chaque instant, J’attends la purification de votre âme, de votre corps, Je vous fais signe, Je vous appelle. Ma voix résonne dans votre cœur. Elle vous dit :
« Viens, viens, mon enfant, J’oublierai ta misère, Je te couvrirai de mon Pardon, Je te consolerai dans ta peine, Je te donnerai le baiser de ma Tendresse, car Je t’attends depuis si longtemps. Comment pourrais-Je ne pas t’aimer puisque mon Cœur a été transpercé pour toi ? Ô enfant, grand est ton nom. Ô enfant, tu es le prix de mon Sang ! Ô enfant, ressuscité avec Moi, car, au bout du chemin, Je te montrerai mon Royaume ! Viens, ne tarde plus, car il se fait tard. Viens, J’ai besoin de toi. Mon Cœur languit. J’ai besoin de ton amour afin que mon Sang ne soit pas inutile. Ma Mère t’aidera, Elle te donnera la main, sa main, celle que J’ai tenue dans la Mienne. A ce moment, elle sera la tienne. Implore ma Mère, demande-Lui sa main, demande-Lui sa présence, car toi, tu ne connais pas le chemin, tu es dans les ténèbres. Appelle ma Mère, mets tes deux mains dans les Siennes et, pas à pas, tu apprendras à marcher avec Elle. Car Elle connaît le prix, le prix de mon Amour pour toi.
Elle te conduira vers la Lumière. Elle te conduira vers le pardon. Tu monteras avec Elle l’échelon de ma Miséricorde. Elle-même te présentera; n’aie pas peur. J’ai créé ma Mère, la créature la plus pure de tout l’univers.
Je l’ai créée avec une compréhension sublime afin qu’Elle comprenne les enfants que J’ai mis au monde sur ma Croix. Alors, viens… tu y trouveras ce que tu cherches; tu y trouveras ce que tu as perdu. N’hésite plus, viens. N’attends plus qu’il soit trop tard. Tu ne connais ni le jour ni l’heure. Quand Je frapperai à ta porte, seras-tu prêt à Me suivre ? Que d’Amour Je veux te témoigner… et que d’amour on Me refuse. »


Message du vendredi 9 octobre 1992, Fête de saint Denis, 1er évêque de Paris

Marie: Si ton enfant se noyait, que ferais-tu? Ne ferais-tu pas tout pour le sauver?
J’ai montré mes larmes. Très peu de mes enfants se sont émus en Me voyant pleurer. Pour certains, leurs coeurs sont devenus de la pierre, de la roche. Leur égoïsme et leur matérialisme à outrance se sont construits en eux pareils à des cavernes noircies par le temps. France, ma fille, fille aînée de mon Coeur, de mon Coeur Douloureux, reconnaîtras-tu la voix attristée de ta Mère?
Ton coeur de pierre restera-t-il ancré dans les précipices où tu vis actuellement, précipices aussi glacials que des icebergs? Remonte à la surface, ma fille. Viens près de Moi. Entends mes pleurs. Je te cherche à chaque heure du jour et de la nuit. C’est pourquoi Je désire que tu entendes ma voix qui te supplie de remonter vers la surface où tu retrouveras la lumière d’un jour nouveau.
France bien-aimée, Je t’appelle; entends l’écho de ma voix.
Viens Me rejoindre dans ma Maison. Je te présenterai à mon Fils qui t’accueillera par son Baiser de Paix. Ne laisse pas pleurer ta Mère, seule, au milieu d’un tel dénuement. Bientôt, tu verras mon Fils. Prépare-toi, remonte à la surface, appelle-Moi.
Ne reste pas dans tes cavernes, car ton âme et ton corps ne supporteront plus longtemps cette froidure néfaste qui te mène vers la mort. Je suffoque de douleur en voyant tes crimes. Veux-tu ton anéantissement?
Mes filles... mes fils bien-aimés!
Je te jette la corde de secours. Remonte, ne reste plus plongée dans le noir. Remonte vers la Lumière. Là, tu respireras l’oxygène dont tu as besoin. Mon Fils étendra sur toi son regard de pardon. Il ne te fera aucun reproche. Son Amour te couvrira et te réchauffera. Tu connaîtras la douceur de vivre à ses côtés et tu respireras le Parfum divin de sa Présence. Remonte de ta caverne. Décide-toi.
N’attends plus. Sinon, tu mourras d’asphyxie.
Fils et filles de France, écoutez votre Maman céleste;
Elle veut que vos yeux puissent retrouver la Lumière. Je vous attends et vous bénis.
(La Très Sainte Vierge demande que ce message soit diffusé dans toute la France)


Message du 19 avril 1998, Fête de la Miséricorde

Jésus: Je t’ai créée pour que tu annonces mon Retour en ces derniers temps. Ces jours sont des jours de Miséricorde, avant que vienne mon «Jour», jour de Justice et de Gloire. Beaucoup d’appelés et peu d’élus. Ne crains pas. Avant que vienne mon «Jour», beaucoup M’auront renié; cependant, tous auront reçu la grâce de Me connaître. Je désire leur donner ma Croix, mais un grand nombre la rejettent. Alors, le bois sec sera jeté au feu, parce qu’ils ont rejeté ma Lumière.
J’invite mon troupeau à rester fidèle, fidèle jusqu’au bout. Vous vivez maintenant la fin du monde ancien. Je vais renouveler toute chose. Je Me tiens à la tête de mon troupeau. Marchez derrière Moi,
Je veux vous dire:
«Mon Corps glorieux se manifestera parmi vous, vous serez parmi ce cortège, Me louant et Me bénissant, car l’Agneau immolé est glorifié, vivant parmi son peuple libéré de tout esclavage. Vivez dans cette grande espérance. Vivez en Moi et Moi en vous. Que votre foi, votre espérance, se vivifient dans mon Amour.»


Message du 9 février 1998

Jésus: Vous pataugez dans les ténèbres et vous ne vous en apercevez pas. Sortez des ténèbres et marchez vers la Lumière. Pourquoi laissez-vous la Lumière sous le boisseau? Baptisés, brillez de ma Lumière, allumez votre lumière pour que vous puissiez éclairer ceux qui marchent dans le noir. Un grand nombre de lampes sont éteintes. Si vous le voulez, Je viendrai allumer la vôtre. Vous avez choisi votre vérité. Moi, votre Dieu, Je suis la Vérité. Un grand nombre a renié l’unique Vérité. Le monde passera, mais ma Parole ne passera pas. Enfants de la Lumière, tenez vos lampes allumées, l’arrivée de l’Epoux est annoncée. Qui a des oreilles pour entendre, entende!


Message du 21 février 1998

Jésus: Humanité qui renie ton Dieu! A qui Je redis avec fermeté:
«Si vous ne faites pénitence, vous périrez tous.» (Luc 13, 2-5)
Cette heure est pour aujourd’hui.
A condition que vous écoutiez mon Pape, mon saint prophète d’aujourd’hui, J’atténuerai mon courroux et Me laisserai attendrir par votre repentance.


Message du 22 octobre 1991

Jésus: Je ferai de tes yeux le reflet de mon Amour. Tes oreilles pour écouter la souffrance de mon divin Coeur. Ta bouche pour annoncer ma Venue.
M.-E.: Pourquoi, Seigneur, Marie-Elisabeth?
Jésus: Tout d’abord, parce que ce sont tes noms de baptême. Ensuite, parce que ce sont les noms de femmes qui ont annoncé ma venue en ce monde. Toi aussi, annonce ma Venue.
M.-E.: Comment Te suivre?
Jésus: En M’aimant davantage.
M.-E.: Comment faire pour T’aimer davantage, Seigneur?
Jésus: En aimant ma sainte Volonté
M.-E.: Comment connaître ta volonté?
Jésus: Dans la prière. Dans le silence.
En Me demandant de la connaître.


8 septembre 1996, Jour de la Nativité de Marie

Jésus: Mes enfants bien-aimés, aujourd’hui est un jour de grâces. Nous sommes parmi vous pour vous apporter notre témoignage d’Amour que Nous avons pour chacun d’entre vous. Témoigner, c’est être vivant, pour vous dire: «Nous avons œuvré pour que vous soyez ici présents, d’un seul coeur, d’un seul esprit.» Nous vous témoignons notre Amour trinitaire, puisque Nous vous avons choisis, appelés, parmi le troupeau, pour oeuvrer avec Nous, Père, Fils, Esprit-Saint. Oui, Nous venons vous dire: «Soyez bénis, vous tous réunis en un seul coeur.»
Je viens purifier la terre. Je viens vous dire: «Laissez-vous purifier par mon Esprit-Saint.» Vous êtes dans les derniers jours. Purifiez-vous, purifiez-vous, scrutez votre conscience, car le jour s’en vient! ... Tendez à aspirer, à chercher l’unique Vérité. Regardez-Moi, Je suis Celui qui vous aime le plus, plus que tout autre.
Rejetez tout ce qui n’est pas Moi.
Qui n’est pas avec Moi est contre Moi. Vous ne serez jamais déçus de mon Amour. Mes bien-aimés, que Je puisse entendre le cri de votre coeur:
«Oui Seigneur, je Te resterai toujours fidèle.»


Je leur ferai sentir ma Présence (3 mai 1997)

Jésus: A tous ceux qui liront les messages de Toi aussi, annonce ma Venue et qui les répandront avec foi et amour, Je leur ferai sentir ma Présence. Ils participeront ainsi à l’accomplissement de la Parole écrite dans ces recueils. Bienheureux êtes-vous, qui croyez sans avoir vu; votre récompense sera grande dans les Cieux. Aujourd’hui, à la veille de mon Retour (c’est-à-dire, à l’approche de mon Retour), Je vous dis: «Vos croix, vos souffrances que Moi seul connais, seront portées avec Moi, en Moi, par Moi.» Dans mon immense Amour pour vous, malgré la grande souffrance que J’endure dans mon Corps mystique, Je vous dis: «Enfants du Père, soyez dans la joie.» Je viens aujourd’hui vous la transmettre, à vous, mes brebis égarées. Je viens vous dire: «Vous qui vivez désormais dans mon bercail, sous ma houlette, restez près de votre Berger. Sous aucun prétexte ne quittez pas le petit troupeau que J’ai choisi.
Vous êtes mes petites brebis. Restez sous ma houlette et sous la houlette de Pierre. Ne quittez pas la bergerie. Vous entendez hurler les loups autour du lieu qui vous rassemble. Ne craignez rien. Ne suis-Je pas au milieu de vous lorsque vous priez ensemble?» C’est avec votre coeur que vous devez prier; votre coeur vivant et vibrant au diapason du Mien, doit être comme un autel.
Là, J’offre à mon Père tout ce que vous vivez avec Moi. C’est ainsi que vous rejoindrez ceux qui prient à l’unisson pour la Gloire du Père, l’Amour du Fils et la Voix de mon Esprit d’Amour. Allez en mon Nom répandre ce que Je vous ai enseigné. Je bénis tous ceux qui préparent mon Règne avec amour, dans la prière et dans l’action de mon oeuvre.


Le Christ en Croix (12 juin 1997)

Jésus: Je suis à l’agonie dans les coeurs. L’Eglise descendra au tombeau mais Je la ressusciterai plus belle que jamais. Le monde n’a pas choisi la vie. Vous savez que Je suis la Vie. Oui, le monde a choisi la mort.
Moi, Je ressusciterai dans leurs coeurs, Je leur donnerai la Vie en abondance. N’éteignez pas l’espérance dans vos âmes.
J’ai vaincu le monde. Vos croix deviendront des croix de lumière. Vous êtes à la pointe du triomphe de l’Amour. La Croix glorieuse sera la Croix qui détruira le péché à tout jamais. Mon Feu divin visible que vous vivrez deviendra un feu qui éclairera dans tout l’univers afin de réchauffer mon petit troupeau que J’ai choisi, ceux et celles qui Me seront restés fidèles jusqu’au bout. Vous êtes ma mère, ma sur, mon frère si vous faites la volonté de mon Père. Le Père, le Fils et l’Esprit-Saint vous bénissent. Vous lirez ce message avec confiance en mon divin Coeur.


Message du 11 juillet 1997

Jésus: Beaucoup d’âmes vivent à l’état de mort.
Votre âme a besoin de silence...
Votre âme a besoin d’être nourrie par la prière...
Votre âme a besoin d’écouter mes paroles...
Votre âme a besoin d’être près de Moi...
Votre âme a besoin d’être en liaison d’amour avec la communion des saints...
Votre âme a besoin de savoir que mon divin Coeur aspire à vous être uni à chaque instant, à être à chaque instant près de vous, pour vous communiquer mes désirs, vous guider vers mon Père, votre Père. Je vous demande de vous consacrer à mon divin Coeur uni à celui de ma Mère, votre Mère. Nos deux Coeurs seront pour vous comme un fleuve débordant de grâces. Vous n’avez jamais vu, ni vécu tant de bénédictions qui vous combleront d’amour. Vivez avec nos deux Coeurs, Ils sont l’image de l’union parfaite de deux Coeurs qui sont unis dans le sein du Père et dont l’Esprit-Saint est le souffle.
Le Père, le Fils et l’Esprit-Saint vous comblent d’Amour.


Ensemble, préparez mon Règne d’Amour! (17 juin 1998)

Jésus: Le monde se perd parce qu’il est orgueilleux.
Il se sépare de Dieu parce qu’il est le contraire de Dieu.
«Apprenez de Moi que Je suis doux et humble de coeur.»
Le monde essaie de tout faire sans Moi.
Et Moi, Je vous dis:
«Sans Moi vous ne pouvez rien faire...»
C’est l’Esprit-Saint qui vous prépare à ma seconde Venue.
C’est Lui qui modèle votre âme afin que vous soyez prêts à ce grand Avènement.
Puis-Je vous pardonner si vous restez dans l’orgueil?
Ne faut-il pas que vous puissiez découvrir la Vérité?
Vous mettre en face de vous-mêmes?
Humanité sans remords et sans âme, Je ne puis te reconnaître si tu ne veux pas Me reconnaître!
Tu vis dans le désarroi et tu ne sais où trouver la paix. Cherche-la en Moi car Je suis la Paix. Si tu ne recherches pas ma Paix, ta vie restera dans un tumulte sans fin.
C’est pourquoi Je te dis: «Recherche ma Paix pour que tu puisses vivre très bientôt dans mon Règne de paix et de justice, Règne qui s’en vient où vous vivrez comme des frères. Préparez-vous!»
Ensemble, préparez mon Règne d’Amour! Oui, ensemble!
Par ma Grâce, Je vous laisse ma Paix.


Message du lundi 29 mars 1999

Jésus : « Moi, Jésus, J’ai aussi ma façon de récompenser mes enfants.
Tout comme Je te vois, par ma Puissance divine, Je regarde chacun de mes enfants, Je mendie leur amour.
Par le fait que mon divin Cœur déborde d’Amour, Je transformerai l’humanité dans sa purification.
Ce sera comme un fleuve d’amour dont la source sera telle que vous pourrez vous y désaltérer en buvant continuellement de son eau. Vous n’aurez plus jamais soif.
Mon Cœur débordant d’Amour pour vous ne se tarira jamais.
Préparez-vous à boire de cette Eau vive.
Je l’ai créée pour vous. »


Message du Lundi de Pâques, le 5 avril 1999

Jésus : « Le monde est dans les ténèbres, mais Je suis la Lumière.
Le monde a choisi un autre chemin, celui de la perdition, mais Je viens le libérer.
Les guerres s’accentuent, mais Je suis le Roi victorieux.
Je regarde les cendres éparpillées sur vos terres, des corps calcinés par le produit de la haine.
Mais ces corps, Je les ressusciterai parce qu’ils ont été brûlés à cause du péché de l’homme.
Mais, Moi votre Dieu, Je rassemblerai leurs os et les ferai vivre. Je leur donnerai, par ma Puissance et mon Amour, la vigueur et les forces nécessaires pour témoigner que Je suis le Dieu des Armées et que rien ne peut M’empêcher de rassembler leur chair calcinée provoquée par la vengeance.
Oui, Je ferai revivre ces cendres, car tout M’appartient. Je suis ressuscité d’entre les morts pour leur transmettre la vie, la vie éternelle. Tu ne peux t’imaginer la peine de mon divin Cœur en voyant ce désastre provoqué par mon ennemi. L’homme se laisse manipuler par lui.
Dis-Moi, n’ai-Je pas tout fait pour sauver l’humanité ?
Réponds-Moi ?...
Vous devez apprendre à partager les conséquences de l’action de ces démons sur la terre : les guerres, l’égoïsme, l’orgueil, qui dépassent la mesure.
Elle peut mener très loin, la situation actuelle, en se préparant elle-même le chaos qui n’est pas ma Volonté. Car ma Volonté est un plan de reconversion dans un esprit d’amour et d’unité.
Priez, l’heure de mon Retour ne tardera plus.
J’abrège les jours de cette purification.
Mon Cœur est au bord de ce qu’un Dieu ne peut supporter.
L’heure vient, elle est déjà là, cette heure où l’humanité verra Celui qu’elle a rejeté.
Retenez les loups, formez un barrage, unissez-vous, soyez prêts à poser des actes qui dépassent votre égocentrisme.
Que cela ne reste pas au niveau de la pensée, mais au niveau du cœur.
Ouvrez le coffre-fort de l’Amour et répandez tous ensemble ce dont le monde a besoin : la réconciliation, le pardon. Sans pardon entre les nations, il n’y aura pas de paix ni de justice.
Qu’en mon Nom, vous chassiez les démons de la terre.
Je vous le demande, apôtres des derniers temps, des derniers jours. Accomplissez cette charité envers vos frères ; ils souffrent pour la purification de la terre, aidez-les.
C’est par mon Nom et ma Puissance d’Amour que vous collaborerez à la grande victoire du Ressuscité. (Par ma Croix glorieuse)
Méditez ce que Je vous dis. Avec Marie, mettez en pratique ces paroles : « Faites tout ce qu’il vous dira. »


Message du mercredi 17 novembre 1999
Pendant la prière sur la Haute-Butte à Dozulé

Jésus : « Ma fille, te voici à Dozulé en ma sainte Présence.
C’est par pur amour pour toi que Je voulais que tu viennes afin de te purifier davantage.
Tu partiras réconfortée, encouragée, pour continuer la mission que Je veux que tu réalises pour le bien des âmes.
Le rayonnement de Dozulé te suivra partout parce que cette grâce te sera donnée pour ma plus grande Gloire et le rayonnement de mon Amour pour tous ceux que Je mettrai sur ta route.
Tu sais par expérience que Je te parle toujours sur la montagne, que la montagne est l’endroit préféré pour parler aux hommes. Durant ma vie, Je leur enseignais les Béatitudes.
C’est pourquoi ceux qui viendront sur cette montagne dans le repentir et la pureté de leur cœur,
Je les appelle bienheureux.
Cela doit te rappeler les Béatitudes.
Médite les Béatitudes et tu comprendras pourquoi J’ai voulu que tu viennes par ma Volonté.
Remercie-Moi pour cette grâce. C’est la grâce que Je donne en la fête de sainte Elisabeth.
Avec Marie, la protectrice de la mission « Toi aussi, annonce ma Venue », c’est aussi sur la montagne de Jérusalem que mon Sang précieux fut versé pour le rachat de toute l’humanité.
Aujourd’hui encore, c’est sur la montagne que Je Me manifeste pour sauver ce qui peut encore être sauvé.
Bénis le Seigneur, car Je viendrai avec la rapidité de l’éclair, montrant la Lumière venue d’en-haut.
Sois dans la joie et dans l’attente du Fils de l’homme…»

Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum