Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Mariam Baouardy - Bienheureuse Marie de Jésus Crucifié (1845-1878)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mariam Baouardy - Bienheureuse Marie de Jésus Crucifié (1845-1878)

Message par Her le Ven 18 Mar - 23:06

Bienheureuse Marie de Jésus Crucifié
(1878-08-26)

Mariam Baouardy, "La petite Arabe", galiléenne comme Jésus, naquit à Abellin, petit village situé entre Nazareth et le Mont Carmel, le 5 janvier 1845. Orpheline à 2 ans, elle est emmenée par l’un de ses oncles en Égypte. A 13 ans on veut la marier mais elle refuse et fait le vœu de se donner totalement au Seigneur. Elle doit alors s’enfuir, et une vie d’errance commence pour elle. Ses pas l’amènent successivement à Alexandrie, Beyrouth, puis Marseille, où elle travaille comme domestique dans des familles chrétiennes. A 21 ans, elle entre en religion au Carmel de Pau, en devenant Sœur Marie de Jésus Crucifié. C’est là où elle fit la majeure partie de ses prédictions. Elle était stigmatisée et favorisée de révélations de la Sainte Vierge et de Notre Seigneur.
Elle participe à la fondation du Carmel de Mangalore en Inde, puis de celui de Bethléem où elle meurt à 33 ans, comme le Christ, le 26 août 1878.
Sa vie merveilleuse offre, à côté des épreuves les plus extraordinaires, telles que obsessions et possessions diaboliques, les dons de l’Esprit les plus éclatants : extases, lévitations, stigmates, transverbération du coeur, apparitions, prophéties, connaissance de choses cachées, bilocation, possession angélique et enfin un charisme inattendu chez une illettrée, celui de poésie, une poésie aux couleurs orientales et aux senteurs bibliques : elle a tout connu de ce que peut connaître un privilégié de l’Esprit.
Mais le miracle des miracles, c’est que cette mystique, pour qui le surnaturel était devenu naturel, fut en même temps la plus simple, la plus humble, la plus obéissante, la plus dévouée des carmélites converse et que, à l’instar des mystiques authentiques, elle a été à l’origine de réalisations apostoliques qui durent encore aujourd’hui.

Sœur Marie de Jésus Crucifié prédit la mort de Pie IX, elle assista en esprit à l’élection de son successeur, le Pape Léon XIII, et elle prononça par avance à ses compagnes le nom du Cardinal Pecci ; elle pénétra à distance les sentiments les plus intimes du nouvel élu. A diverses reprises, elle fit parvenir au Saint Siège d’importantes communications concernant les intérêts de l’Eglise. Dans les notes prises au jour le jour par les Carmélites de Pau et de Bethléem, on recueillerait sans peine des centaines de prophéties réalisées. La petite Sœur aimait la France avec tendresse. Dans ses visions, la France était le Rosier, et l’Eglise était l’Olivier. Voici quelques mots de ses prophéties :

« Le Rosier est malade mais il n’est point mort. Le Jardinier s’apprête à l’émonder vigoureusement pour lui communiquer une vie nouvelle, et elle voyait déjà le rosier s’épanouir en une multitude innombrable de belles roses parfumées… »

La vision du 26 mai 1873 concernant la France, rappelle la parabole de l’ivraie :

« J’ai vu la France comme un champ arrosé par la pluie, éclairé et échauffé par le soleil. Mais la terre était couverte de mauvaises herbes, parmi lesquelles pourtant, il y en avait quelque unes de bonnes. J’ai dis à Jésus : "Seigneur, pourquoi faites-vous ces mauvaises herbes ? Je les laisse m’a répondu le divin Maître, parce que les bonnes sont encore trop faibles. Elles ont leurs racines liées avec les mauvaises. Si j’arrache les mauvaises, les bonnes seront endommagées et elles se flétriront. Quand les bonnes seront plus fortes, j’arracherai tout ce qu’il y a de mauvais. Maintenant, c’est la paix bâtie sur le sable. Plus tard, j’établerai la paix bâtie sur le rocher ferme et rien ne pourra l’ébranler. La France est le centre de mon Cœur ».

Le 16 février 1874, Sœur Marie de Jésus Crucifié, disait :

« Hier, je me sentais devant Dieu, et je priai pour notre Mère la Sainte Eglise et pour la France. Voici ce que j’ai vu et entendu : "Oui, je ferai mes délices dans le sein de la France ; elle sera encore la reine de tous les royaumes. Mais avant, il faut que la France soit tout à fait rien pour que je sois à la tête des armées, afin que toutes les nations disent entre elles, de génération en génération : Vraiment, c’est le Très Haut qui est à la tête de la France. Toutes les nations le crieront d’une même bouche, d’une même voix, sur le même ton, même les impies" ».

Toutes les prophéties de Sœur Marie de Jésus Crucifié développent ce terme général : l’Epreuve, surtout par des guerres sanglantes, la victoire et les suites du Triomphe.
Elle fut le témoin des guerres épouvantables qui bouleversaient tous les Etats ; et elle disait que lorsque ces guerres seraient terminées, les guerres civiles, les guerres de nation à nation, et après les trois jours de ténèbres sans doute, ténèbres pestilentielles durant lesquelles, les hommes adonnés au vice mourront, de sorte qu'il ne restera debout que le quart des hommes, les autres ayant péri dans la lutte.

« Petit agneaux, n’ayez pas peur de Dieu. Il va frapper la terre, il y aura des tremblement de terre ; ne craignez rien ; recourez à Dieu seul, restez en Lui, confiez-vous en Lui et ne craignez rien ; sa miséricorde est immense. Il voudra la répandre sur les hommes mais la justice bouche la miséricorde… »

A plusieurs reprises depuis 1873, elle annonça une guerre qui ferait verser des "fleuves de sang" :

« Elle demandait dans une extase du mois de mai 1873 : "Quand finira cette guerre ?" Après un temps de silence, elle transmettait la terrible réponse : "Ah ! elle sera longue, parce qu’il faut que tout le monde en passe, petits et grands : nous sommes tous corrompus !" Et cette extase particulièrement douloureuse semblait lui mettre sous les yeux les efforts de deux armées immense s’acharnant l’une contre l’autre...
Elle voyait parfois deux citernes, l’une déjà remplie de sang, l’autre encore vide, mais si grande que le sang des trois quarts des hommes ne paraissait pas pouvoir la remplir, et la voix lui disait : "Vous voyez, il faut que cette citerne soit remplie pour calmer la justice de Dieu…" »

« Le 13 mai 1874, une voix lui dit : "Je vous avertis, comme je vous avertis deux mois avant les guerres qui arrivèrent en France. Mais ce que je vous annonce sera dix fois plus terrible que ce qui est arrivé alors à la France" ».

Le 14 août 1874, Sœur Marie de Jésus Crucifié revient encore sur cet angoissant sujet :

« Ce sera un massacre terrible. On marchera dans le sang jusqu’aux genoux. Je pense que, dans cette grande guerre qui va venir, on prendra tous les prêtres pour combattre… Je ne sais si c’est de cette manière que les prêtres périront, car il doit en rester très peu après l’Epreuve, et il me semble qu’on les mettra devant, au plus grand danger ».

Sœur Marie de Jésus Crucifié annonçait en 1878 au Père Prosper Chirou, aumônier du Carmel :

« Il y aura un mauvais gouvernement en France. Les religieux seront chassés. Il faudra faire des lieues pour se confesser.
Les Allemands reviendront en France, mais ils seront écrasés. On sera forcé de dire : "Le doigt de Dieu est là".
Oui, oui, bientôt la France triomphera ; bientôt, elle sera la reine des royaumes. Elle a fait trop de bien dans les missions pour que Dieu l’abandonne ».

Dans une extase du 16 juillet 1876, elle annonce pour la France :

« Ô cher Rosier, tu fais la joie de mon cœur ! On y bâtira un grand salon pour le Maître ; et le Seigneur dit : Je viendrais y habiter avec ma lumière, avec le soleil en plein jour ; mais avant, on brûlera les épines. Oh ! qu’il est beau le Rosier !
On sème sur la terre du Rosier beaucoup d’épines, parce qu’il y a beaucoup de petits vers qui mangent le suc des bonnes plantes. Et le Seigneur nous a dit : S’il y a des bonnes plantes, mettez-les dans un trou et cachez-les. Plantez des arbres épineux ; comme il y a beaucoup de moucherons, ils viendront se cacher dans ces épines Alors on y mettra le feu, et les voilà tous brûlés…
Et le cher petit Rosier qui semblait sur le point de mourir ! Attendez encore un peu, et vous verrez comme il sera beau ! Mais ce sera long : il faut encore un peu de temps… »

Le 4 juillet 1875, Sœur Marie de Jésus Crucifié annonce que la Syrie appartiendra à la France :

« Consolez-vous, viendra un temps à venir, c’est loin d’ici, où la France deviendra reine. Mais avant, il faut qu’elle subisse beaucoup d’humiliations, plus encore qu’elle n’en a jamais eu. Après le Seigneur triomphera et sera à la tête du royaume.
Viendra un temps, qui paraît loin, très loin aux yeux de l’homme, mais aux yeux de Dieu ce n’est pas loin, où la France sera reine aussi. Elle gouvernera la Syrie… »

Le lendemain, 5 juillet, elle disait toute joyeuse :

« Oh ! ce qui réjouit mon cœur, c’est que la Syrie appartiendra à la France… »

Sœur Marie de Jésus Crucifié annonce encore :

« Toutes les nations seront secouées par la guerre et la révolution. Au cours de ténèbres durant trois jours, les disciples du mal seront annihilés, si bien qu’un quart de l’humanité seulement survivra.
À cette époque, le clergé sera bien diminué, car la plupart des prêtres seront morts pour la défense de la foi ou pour leur patrie.
La cause des terribles désastres qui vont fondre sur la France, la voici : on commettra des péchés et des outrages envers le Saint Sacrement, et l’Incarnation sera considérée comme une fable ».

« Le Souverain Pontife actuel (Pie IX) est un saint.
Après lui, il en viendra un comme aucun autre. Il aura beaucoup à souffrir entre les mains de ses ennemis (Léon XIII).
Le troisième Saint Père sera le séraphique (Pie X).
Le quatrième… hélas ! hélas ! il n’y aura pas de croix semblable à la sienne. Mais le triomphe de l’Eglise commencera dès le règne de ce pontife… »

Elle prédit encore de nombreux évènements, la convocation du concile de Vatican, la définition de l’infaillibilité, la guerre de 1870-1871, la prise de Rome par les piémontais, le triomphe final de l’Eglise :

« La puissance de l’ennemi ne durera pas toujours. L’église revivra et fleurira éternellement ».

Voici quelques paroles et conseils recueillis lors de ses extases :

« Heureux l’homme qui persévère malgré tout !... Et malheur à celui qui faiblit au premier obstacle !...

Petit troupeau, ne craignez rien, soyez petit. Ne craignez ni le tonnerre, ni la pluie, ni les montagnes, rien ne pourra toucher aux élus du Seigneur !…

Marchez sous terre. Si vous voulez être grands, soyez petits.

Ne cherchez pas la grandeur de la créature ; celui qui vous élève aujourd’hui vous abaissera demain.

Malheur à l’âme qui cherche à savoir le mystère de Dieu. Bienheureux l’homme qui cherche la bassesse ; l’enfer entier ne peut l’ébranler !

Le Seigneur dit : "Quiconque cherchera à se donner la lumière de ce dont il n’est pas chargé, n’aura que ténèbres et angoisses…

Aimer le Seigneur, ne chercher que Dieu, tout le reste est néant !

Malheur à l’homme qui ne regarde pas les œuvres du Seigneur !

Ceux qui suivent Jésus doivent mettre la tête dans la poussière…

Regardez Jésus : Lui, le Maître du tonnerre, il a courbé la tête ; laissez-le agir ; le Maître du tonnerre écrasera tout quand le moment sera venu.

Servez le Seigneur avec patience et anéantissement.

Ne dites pas : Celui porte du fruit, celui-là n’en porte pas. Celui d’aujourd’hui n’en portera demain et celui qui n’en porte pas aujourd’hui en portera demain.

L’âme qui souffre est comme un roi et une reine devant le Seigneur ; mais celle qui ne souffre pas est bien pauvre et misérable.

Si tu gardes le silence et l’abandon à Dieu, Dieu te gardera !

Si vous gardez le silence, vous garderez l’humilité, la charité, la douceur, l’obéissance et la patience.

L’âme droite ne dit pas ce qui la contrarie, ce qui la fait souffrir…
Dieu vous laisse… Mais si vous souffrez en silence, le Seigneur vous bénira… Dieu ne demande pas des mortifications. A présent, la moindre chose que vous faites est plus agréable à Dieu que les mortifications des anciens Pères et Patriarches.

Chaque bonne action, c’est une âme à gagner à Dieu… Si vous saviez !... Vous demanderiez à Dieu des occasions… C’est au moment où la nature se révolte qu’il faut se vaincre : si vous perdez l’occasion, l’âme est perdue.

Dieu donne la grâce à l’âme que vous avez enfantée, sauvée et l’augmente à mesure que vous faites des actes. La vierge folle est folle parce qu’elle n’a pas fait des actes.

Ce n’est pas assez d’avoir porté l’habit de carmélite et d’avoir passé plusieurs années en religion, il faut faire des actes !

Si vous ne veillez pas, vous serez comme une mère stérile, si vous ne faites pas d’actes… Je désire que vous soyez comme la femme forte : tous ses enfants autour d’elle.

L’amour sauve l’âme. Bienheureuse l’âme qui n’a pas d’amour pour soi, mais seulement pour le très-Haut.

L’humilité, c’est le royaume du Cœur de Dieu.

Ne jugez pas, c’est Dieu qui juge.

Dieu seul voit tout… Il a toute l’éternité pour juger. Et l’homme, qui n’a qu’une minute à vivre, veut juger !

Devant Dieu, si nous avons le manteau de la charité, nous aurons couvert notre robe sale, et selon que la charité sera grande, le manteau sera long et large pour nous couvrir… La charité, c’est un manteau blanc qui couvre bien des choses.

Les sociétés secrètes ont leurs assises dans l’enfer, les associés ont leurs pieds dans l’enfer, comme les justes ont leurs assises et leurs pieds dans le ciel ».

En parlant d’elle-même, elle disait à la mère Elie, sa supérieure :

« Petit Pasteur, rappelez-vous d’humilier le "petit rien", de ne pas en faire cas. Faites-vous le cœur dur, faites-vous le cœur dur ».

Et à toutes ses soeurs :

« Petits agneaux, ayez toujours l’air de ne pas en tenir compte ; traitez-la comme la dernière ; ne la regardez même pas. Ne la méprisez pas trop cependant, parce que Satan pourrait en profiter pour lui persuader qu’elle n’a pas la vocation ; aimez-la dans votre cœur sans lui témoigner extérieurement ni estime ni mépris ».

« Petits agneaux, je viens vous répéter encore comment vous devez agir avec le "petit rien". N’ayez pas l’air d’en faire cas, ne lui témoigne aucune estime ; ne lui demandez pas de prier pour vous. Veillez sur votre langue, afin de ne lui laisser jamais soupçonner ce qui s’est passé en lui ; ne lui posez jamais de questions pour savoir ce qu’il a éprouvé… Il ne se souviendra de rien, une fois revenu de l’extase. Afin de ne pas oublier les grâces de Dieu, vous pourrez vous entretenir… de tout ce qui a lieu ; seulement, il faudra en parler comme de choses qui sont arrivées dans une autre communauté. Que le "petit rien" ne puisse jamais croire qu’il s’agit de lui ».

Sœur Marie de Jésus Crucifié, dès son enfance, se distingue par ardente dévotion à l’Esprit-Saint :

« Ce matin, j’étais peinée, parce que je ne sentais pas Dieu. Il me semblait que mon cœur était comme du fer. Je ne pouvais pas penser à Dieu ; et j’ai invoqué le Saint-Esprit, et j’ai dit : "C’est vous qui nous faites connaître Jésus. Les apôtres sont restés longtemps avec lui sans le comprendre. Vous me le ferez comprendre aussi.
Venez, ma consolation ; venez, ma joie ; venez, ma paix, ma force, ma lumière. Venez, éclairez-moi pour trouver la source où je dois me désaltérer. Une goutte de vous me suffit pour me montrer Jésus tel qu’il est.
Jésus a dit que vous iriez aux ignorants ; je suis la première des ignorantes. Je ne vous demande ni d’autre science ni d’autre sagesse que la science de trouver Jésus et la sagesse de le conserver".
Et j’ai senti le feu un peu allumé dans mon cœur. L’Esprit-Saint ne me refuse rien ».

Lorsque elle parle de l’Esprit-Saint, c’est avec des expressions brûlantes, et tout son extérieur en est illuminé. Dans une extase, elle entendit cette prière qui a fait le tour du monde :

« "Esprit-Saint, inspirez-moi.
Amour de Dieu, consumez-moi.
Au vrai chemin conduisez-moi.
Marie, ma Mère, regardez-moi.
Avec Jésus, bénissez-moi.
De tout mal, de toute illusion,
de tout danger préservez-moi".

Le monde et les communautés religieuses cherchent des nouveautés dans les dévotions et négligent la véritable dévotion au Paraclet. C’est pour cela qu’il y a l’erreur, la désunion, et qu’il n’y a pas la paix et la lumière. On n’appelle pas la lumière comme elle devrait être appelée ; et c’est elle qui fait connaître la vérité. Même dans les séminaires on la néglige…

Toute personne dans le monde ou dans les communautés qui invoquera l’Esprit-Saint et aura da dévotion ne mourra pas dans l’erreur. Tout prêtre qui prêchera cette dévotion recevra la lumière pendant qu’il en parle aux autres.

Il m’a été dit que, dans l’univers entier, il faut établir que chaque prêtre dise une messe au Saint-Esprit tous les mois, et tous ceux qui y assisteront auront une grâce et une lumière toute particulière.

Source de paix, lumière, venez m’éclairer. J’ai faim, venez me nourrir ; j’ai soif, venez me désaltérer ; je suis aveugle, venez m’enrichir ; je suis ignorante, venez m’instruire. Esprit-Saint, je m’abandonne à vous… »

Le 2 décembre 1877, après un long ravissement, Sœur Marie de Jésus Crucifié s’écrie :

« Le Seigneur m’a montré tout ! J’ai vu la colombe de feu ! Adressez-vous à la colombe de feu, à l’Esprit-Saint qui inspire tout. On m’a dit : "Suis-moi." J’ai vu tous les arbres et les montagnes tressaillir. La paix est mon partage, la paix et la croix sont mon partage, mais la croix et le découragement sont le partage de l’ennemie et de ceux qui écoutent l’ennemi ».

Le 26 août 1878, le mort de la mort de Sœur Marie de Jésus Crucifié, l’extraction du cœur se fit en présence de témoins qualifiés. Elle avait désiré que son cœur fut envoyé au Carmel de Pau, berceau de sa vie carmélitaine, et lieu de sa transverbération, le 24 mai 1868, dans un des ermitages du Carmel. Un chirurgien de Jérusalem, M. Carpani, vint le matin du décès, vers 8 heures, pour procéder à l’opération. Tous les témoins purent constater que le cœur portait la cicatrice d’une blessure qu’on aurait dite produite par une large pointe de fer. Le cœur ainsi placé dans un plat passait de main en main, de sorte que tous les prêtres présents et les religieuses elles-mêmes ont pu constater ce fait merveilleux.
Le cœur revint à Lourdes mais il fut volé vers la fin des années 1990, à la chapelle de l’ancien Carmel de Pau, à Trespoy…Il se raconte que le cœur avait été jeté dans le Gave mais cela est faux. Le Seigneur a voulu certainement confisquer ce cœur pour qu’il soit mis à l’abri pour l’avenir…
Ce cœur fut volé par un homme, catholique pratiquant, paraissant normal au premier abord, mais qui ne supportait pas que l’on puisse vénérer un morceau de cadavre. Après l’avoir volé, il emporta le reliquaire dans un cimetière voisin, certainement pour y enterrer le cœur, mais il fut dérangé en abandonna là le reliquaire ouvert et vide. Il se raconte qu’il enterra le cœur dans les parterres qui bordent l’église St. Jean-Baptiste proche du quartier d’Ousse-des-Bois à Pau.
Soyons bien certain que le cœur de Sœur Marie de Jésus Crucifié, tout comme certains de ses textes prophétiques, réapparaîtra au grand jour à l’heure choisi par Dieu.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariam Baouardy - Bienheureuse Marie de Jésus Crucifié (1845-1878)

Message par petrus le Lun 15 Juil - 17:35

bonjour, merci encore pour ces textes, et serait-il possible d'avoir,
les références : livre, pages, éditions, année, titer du livre, auteur, etc…
merci d'avance

petrus

Messages : 1
Date d'inscription : 08/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum