Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Mère Elena Aiello (1895-1961)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mère Elena Aiello (1895-1961)

Message par Her le Ven 18 Mar - 22:54

Mère Elena Aiello
(19-06-1961)

Mère Elena Aiello (1895-1961) naquit le 10 avril 1895, mercredi de la Semaine Sainte, à Montalto Uffugo, province de Cosenza (Italie). Elle était la fille de Pasquale Aiello et de Teresa Paglilla. Elle est la fondatrice des Sœurs Minimes de la Passion de Notre Seigneur.

Mystique stigmatisée, elle fut fréquemment consultée par Pie XII. Son procès en béatification fut introduit en 1982. Voici quelques révélations reçues par elle.

Le 12 juin 1961 Mère Elena fut transportée à l’Hôpital San Giovanni, à Rome. Dans la nuit du 12 au 13 juin, les infirmières remarquèrent une forte odeur parfumée dans sa chambre. On lui dit : " Mère, demain c’est la fête de saint Antoine et, certainement obtiendra-t-il votre guérison ". Avec une grande sérénité, la malade répondit : " Demain, ni saint Antoine ni sainte Rita ni même la Madone ne feront de miracle ".
Dimanche, 18 juin, vers deux heures environ, le Curé assisté de don Franco administra à sœur Elena l’Onction des infirmes, et ensemble récitèrent les prières pour les mourants. Vers 5 heures 30 don Franco célébra la sainte Messe dans la Chapelle qui se trouvait presque face de la chambre de la Mère. La sainte Messe terminée, sœur Elena cessa de souffrir. Il était alors six heures dix-neuf du lundi 19 juin 1961. Elle était alors âgée de 66 ans et sa mort surprit tout le monde.

Voici une lettre que Sœur Teresa fit parvenir à la veille de la Seconde Guerre Mondiale :

« Au Chef du Gouvernement Benito Mussolini, Duce,
Je viens à Vous au nom de Dieu pour vous dire ce que le Seigneur m'a révélé et qu'il veut de vous. Je ne voulais pas écrire, mais hier, 22, le Seigneur m'est apparu de nouveau en m'imposant de vous faire savoir ce qui suit :
"Le monde est en ruine à cause du grand nombre de péchés et particulièrement ceux d’impureté qui sont arrivés à leur comble devant la Justice de mon Père céleste.
Donc, tu devras souffrir et être victime expiatrice pour le monde et particulièrement pour l’Italie, où se trouve le siège de mon Vicaire. Mon Règne est un règne de paix ; le monde, quant à lui, est en guerre.
Ceux qui gouvernent les peuples sont obnubilés par l’acquisition de nouveaux territoires ! Pauvres aveugles !... Ils ne savent pas que là où Dieu est mise à l’écart il ne peut y avoir de conquête ! Dans leur cœur il n’y a que méchanceté et ils ne font que m’outrager et me mépriser ! Ils sont des démons de discorde, des destructeurs des peuples et cherchent à renverser, dans ce terrible flagelle l’Italie, où Dieu se trouve au milieu de tant d’âmes et où réside son Vicaire, le Pasteur Angélique.
La France, très chère à mon Cœur, à cause de ses si nombreux péchés, tombera vite en ruines et sera à son tour ravagée comme Jérusalem ingrate. En Italie, parce que le siège de mon Vicaire s’y trouve, j’ai envoyé Benito Mussolini, pour la sauver de l’abîme vers lequel elle se précipitait, autrement, elle se trouverait dans les mêmes conditions que la Russie. Au milieu de tant de dangers je l’ai toujours sauvé ; maintenant il doit maintenir l’Italie hors de la guerre, parce que l'Italie est civile et est le siège de mon Vicaire sur la terre. S’il fait cela je lui accorderai des faveurs extraordinaires et je ferai que toutes les autres Nations s’allient à lui. Il a par contre décidé de déclarer la guerre, mais il faut qu’il sache que s’il ne l’empêche pas, il sera puni par ma Justice !"
Voilà ce que m’a dit le Seigneur. Ne pensez surtout pas, ô Duce, que je m’occupe de politique. Je ne suis qu’une pauvre sœur occupée à l’éducation des petits abandonnés et qui prie beaucoup pour votre salut et le salut de notre Patrie.
Je suis, avec une sincère estime,
Sœur Elena Aiello ».


La lettre fut remise à la sœur du Duce, Edwige Mancini Mussolini, le 6 mai 1940 ; et elle-même la remit à Mussolini quelques jours plus tard.

Le 15 mai 1943, Mère Elena envoya à Edwige Mussolini la lettre suivante :

« Excellence,
Mon long silence vous a peut-être fait penser que je vous avais oubliée, alors que je pense à vous chaque jour dans mes pauvres prières, en suivant toujours les douloureux événements de notre belle Italie.
Nous nous trouvons hors de Cosenza, à cause des bombardements. La barbarie ennemie a épanché sa haine, en lâchant des bombes sur la ville de Cosenza, causant dévastation, douleur et morts parmi la population civile.
Je me trouvais au lit, prise de souffrances : trois bombes sont tombées près de notre Institut, mais le Seigneur, par son infinie bonté et par sa miséricorde, nous a sauvées.
Afin de tenir les enfants éloignés du dangers de nouvelles incursions, nous nous sommes réfugiés à Montalto Uffugo, mon pays natal, où nous ne sommes certes pas à l’aise, mais nous offrons tout cela au Seigneur, pour le salut de l’Italie.
La raison de cette lettre et celle de me tourner une nouvelle fois vers vous, comme au mois de mai 1940, lorsque lors ce que je vins à Rome, présentée par la Baronne Ruggi, pour vous délivrer, dans un écrit, les révélations que j’ai eues du Seigneur, en ce qui concerne le Duce.
Rappelez-vous, quand le 6 mai de 1940 nous disions que le Duce avait prit la décision de faire la guerre, alors que le Seigneur, par ma lettre, lui faisait savoir qu’il devait sauver l’Italie de la guerre, autrement il subirait les rigueurs de la divine Justice ?
"Au milieu de tant de dangers, disait Jésus, je l’ai toujours sauvé ; maintenant il doit maintenir l’Italie hors de la guerre, parce que l'Italie est civile et est le siège de mon Vicaire sur la terre. S’il fait cela je lui accorderai des faveurs extraordinaires et je ferai que toutes les autres Nations s’allient à lui. Il a par contre décidé de déclarer la guerre, mais il faut qu’il sache que s’il ne l’empêche pas, il sera puni par ma Justice ! "
Ah !... si le Duce avait écouté les mots de Jésus, l'Italie ne se serait pas trouvée maintenant dans une aussi triste situation ! ... Je pense que le Duce doit être très attristé de voir l’Italie, un jardin fleuri, transformée en désert, bondé de souffrances et de morts
Mais pourquoi continuer cette guerre terriblement cruelle, si Jésus a dit que personne n’aurait la vraie victoire ?
C’est pourquoi, ma très chère Donna Edwige, je vous demande de dire en mon nom au Duce que celui-ci est le dernier avertissement que le Seigneur lui envoie. Il pourra encore se sauver s’il met tout entre les mains du Saint-Père. S’il ne fait pas cela disait le Seigneur bientôt la divine Justice tombera sur lui. Même les autres Chefs d’État qui n'écouteront pas les avis et les directives de mon Vicaire seront atteints et punis de ma Justice. Vous souvenez-vous, quand le 7 juillet de l’année dernière vous me demandiez ce qu’il adviendrait au Duce. Et je vous ai répondu que s’il ne se maintenait pas allié au Pape, il finirait pire encore que Napoléon ? Maintenant je vous répète les mêmes mots : Si le Duce ne sauve pas l'Italie en se remettant à ce que lui conseillera et dira de faire le Saint-Père, bien vite il tombera. Même Bruno demande le salut de l’Italie et celui de votre frère.
Le Seigneur dit souvent que l'Italie sera sauvée par le Pape, victime expiatrice de ce flagelle, et qu’il n’y aura pas d’autre voie pour la paix et le salut des peuples en dehors de ce qui sera tracé par le Saint-Père.
Chère Donna Edwige, réfléchissez bien à tout ce qu’a dit le Seigneur et qui s’est parfaitement réalisé. Qui a causé la ruine de l’Italie ? N’est-ce pas le Duce qui n’a pas voulu écouter les paroles de Notre Seigneur Jésus-Christ ?
Il pourra encore y remédier, en faisant ce que dit le Seigneur. Quant à moi, je continuerai de prier ».

Message du 7 janvier 1950 :

« Une Propagande impie a répandu dans le monde d’innombrables erreurs, suscitant même des persécutions, ruine et mort. Si les hommes ne cessent pas d’offenser mon Fils, le temps est proche où la Justice du Père enverra sur la terre le châtiment qu’il mérite et ce sera le plus grand châtiment que l’humanité ait jamais connu. Quand apparaîtra dans le ciel un signe extraordinaire, les hommes sauront que la punition du monde est proche ! ».

Message du 11 avril 1952 :

« Je veux que l’on sache que le châtiment est proche : un feu jamais vu auparavant descendra sur la terre et une grande partie de l'humanité sera détruite… Ceux qui resteront se trouveront sous ma protection la miséricorde de Dieu, pendant que tous ceux qui ne veulent pas se repentir de leurs fautes périront dans une marée de feu !... La Russie sera presque complètement brûlée. Certaines nations disparaîtront. L’Italie sera en partie sauvée par le Pape ».

Le Vendredi Saint 16 avril 1954, la Très Sainte Vierge lui révèle :

« Le monde est inondé par une crue de corruption. D’innombrables scandales mènent les âmes à la ruine, tout particulièrement celles de la jeunesse. Le foyer, source de foi et de sainteté est souillé, détruit. Les hommes s’obstinent dans leurs péchés. L’ire de Dieu est très proche. Bientôt de grandes calamités, des révolutions sanglantes vont s’abattrent sur le monde ; fleuves et mers débordent. Si les hommes ne reviennent pas à Dieu par l’oraison et la pénitence, le monde se jettera dans une nouvelle guerre plus terrible. Un feu jamais vu tombera sur la terre et une partie de l’humanité sera anéantie. Des nuées, comme l’éclat d’un incendie, et une tempête de feu passeront sur le monde et le fléau sera le plus terrible de l'histoire des hommes. Lorsque apparaîtra dans le ciel un signe extraordinaire, sachez, hommes, que le châtiment du monde est proche. Le terrible châtiment jamais vu ni expérimenté dans l’histoire du monde. Il durera soixante-dix heures. Les impies seront anéantis. L’Italie sera humiliée et devra beaucoup souffrir, car nombreux sont les péchés commis dans cette nation choisie, siège du Vicaire du Christ. Une terrible révolution sera déclenchée et les chemins seront rougis de sang. Le Pape souffrira beaucoup et toutes ses souffrances constitueront pour lui une agonie qui abrègera sa pérégrination terrestre. Son successeur gouvernera le navire en pleine tempête. Certaines nations seront purifiées, d’autres disparaîtront complètement. Rome sera châtiée. La Russie a préparé des armes secrètes contre l’Amérique, la France et l’Allemagne. Le Rhin sera plein de cadavres et de sang. La Russie s’imposera à toutes les nations et de manière toute spéciale à l’Italie : elle plantera le drapeau rouge sur la coupole de Saint Pierre, qui sera ensuite presque entièrement calcinée. A cause du Pape, l’Italie sera sauvée. Beaucoup se perdront parce qu'ils s'endurciront dans le péché ; c'est alors qu'on verra le pouvoir de la lumière sur les ténèbres. Je me penche sur le monde et Je freine la justice de Dieu ; sans cela ces choses se feraient dès à présent. Vous devez prier et faire des sacrifices afin que les hommes reviennent à Dieu et à Mon Coeur Immaculé, médiateur entre Dieu et les hommes ; ainsi au moins une partie du monde sera sauvée. »

Voici une autre révélation du 16 avril 1954 :

« Ils sont devenus ingrats envers mon Sacré-Cœur et abusent de mes grâces et ils ont transformé le monde en une scène de délits. Les innombrables scandales portent les âmes à la ruine, spécialement celles des jeunes. Ceux-ci se sont donnés sans retenue aux plaisirs du monde qui sont dégénérés et pervers. Le mauvais exemple des parents produit dans les familles scandales et infidélités plutôt que la pratique de la vertu et de la prière. La maison, source de foi et de sainteté, est devenue souillée et corrompue. L’obstination des hommes ne change pas et ils vont de plus en plus loin dans leurs péchés. Les châtiments et les afflictions qui Dieu envoie pour les faire devenir raisonnables sont sévères mais les hommes sont furieux comme des bêtes blessées et durcissent leurs cœurs contre la grâce de Dieu. Le monde ne mérite plus le pardon mais feu, destruction et mort. Il faut beaucoup de pénitence et de prière de la part des fidèles pour atténuer le châtiment mérité qui est proche maintenant et n’est retardé que par l’intervention de Ma chère Mère qui est aussi la Mère de tous les hommes. Le châtiment qui purifiera du mal toute la terre est proche. La Divine Justice crie vengeance pour les nombreuses offenses et tous les maux qui recouvrent la terre. Plus rien ne sera toléré. Les hommes dans leur obstination se sont endurcis dans leurs erreurs et, par conséquent, ils ne se tournent plus vers leur Dieu. Les gens ne se soumettent plus à l’Église et méprise les prêtres parce que certains parmi eux sont motif de scandale. Écoute bien ce que je te dis et annonce-le à tous. Mon Cœur est attristé par tant d’afflictions qui menacent le monde. La Justice de notre Père céleste est gravement offensée. Les hommes s’obstinent à vivre dans leurs péchés… »

Message reçu par Sœur Elena le 16 avril 1955 :

« La colère de Dieu est proche et le monde sera tourmenté par une grande calamité, par des révolutions sanglantes, par de forts tremblements de terre, par des famines, par des épidémies et par d’effroyables ouragans, qui feront déborder les fleuves et les mers ! Le monde sera complètement bouleversé par une nouvelle et terrible guerre. Les armes plus mortelles détruiront des peuples et des nations. Les dictateurs de la terre, de vrais monstres infernaux, détruiront les Églises avec les Ciboires Sacrés et élimineront des peuples et des nations et les choses plus chères. Pendant cette bataille sacrilège, à cause de l’impulsion féroce et de la résistance acharnée de beaucoup, tout ce qui a été fait de la main de l'homme sera abattu. Nuages avec des lueurs d’incendie paraîtront enfin dans le ciel et une tempête de feu s'abattra sur le monde entier. La terrible flagellation, jamais vu dans l'histoire de l'humanité, durera soixante-dix heures. Les impies seront pulvérisés et beaucoup seront perdus obstinés dans leur péché. Alors on verra la puissance de la lumière sur la puissance des ténèbres ».

Le 8 décembre 1957, Sœur Elena reçu un important message :

« Les hommes offense trop leur Dieu. Si je te faisais voir le nombre de péchés qui se commettent chaque jour, tu mourais de douleur. Les temps sont graves. Le monde est complètement bouleversé parce qu’il est devenu pire qu’au temps du déluge. Le matérialisme avance et continue sa marche marquée par le sang et les lutes fratricides. Il y a des signes évidents et dangereux pour la paix. Le châtiment passe sur le monde comme l’ombre d’un nuage menaçant, pour montrer aux hommes que la justice de Dieu plane sur l’humanité et que ma puissance de Mère de Dieu ralentit encore l’éclatement de l’orage. Tout est suspendu comme à un fil : quand se fil rompra, la Justice divine tombera sur le monde et ce sera alors la grande purification. Toutes les nations seront punies parce qu’innombrables sont les péchés qui, comme une marée d’immondices, ont recouvert la terre. Les forces du mal sont prêtes à se déchaîner dans chaque partie du monde, avec une terrible violence. Il s’en suivra une détresse inimaginable.

Cela fait bien longtemps que j’avertis les hommes, de plusieurs manières. Les Gouvernants des peuples, les avertissant des graves menaces qui pèsent sur eux ; mais ils ne veulent pas reconnaître que, pour éviter le châtiment, il est nécessaire de faire revenir la société à une vie vraiment chrétienne. Combien mon cœur est attristé de voir que les hommes ne pensent même plus à un retour vers Dieu ! Mais le temps est compté : le monde entier sera bouleversé. Beaucoup de sang sera versé : des justes, des innocents, de saints prêtres, et l’Église elle-même souffrira beaucoup. La haine arrivera à son comble. L’Italie sera humiliée, purifié dans le sang, et devra souffrir beaucoup, parce que nombreux sont les péchés commis dans cette nation privilégiée, siège du Vicaire du Christ. Vous ne pouvez pas vous imaginer ce qui arrivera ! Une grande révolution aura lieu et les rues seront rougies de sang. Le Pape souffrira beaucoup et toute cette souffrance sera pour lui comme une agonie qui abrégera son pèlerinage sur la terre. Son successeur guidera la barque dans la tempête. Mais la punition des impies ne tardera pas. Ce jour-là sera épouvantable, de la manière la plus terrible : la terre tremblera et secouera toute l’humanité. Les mauvais périront dans les plus terribles rigueurs de la justice de Dieu. Envoyez un message pour prévenir immédiatement, tant que possible, tous les hommes de la terre, afin qu’ils retournent vers Dieu par la prière et la pénitence. »

Voici d’autres révélations reçues pas Elena Aiello en 1959 :

« Il y aura un vrai et grand duel entre moi et Satan... Le Matérialisme avance rapide dans toutes les nations et continue sa marche marquée de sang et de mort ! ... Si les hommes ne retournent pas à Dieu, une grande guerre viendra de l'Est vers l’Ouest, une guerre de terreur et de mort, et enfin le feu purificateur tombera du ciel comme des rosettes de neige sur tous les peuples et une grande partie de l'humanité sera détruite. La Russie marchera sur toutes les nations d'Europe, particulièrement sur l'Italie, et élèvera son drapeau sur la coupole de Saint Pierre !... Je manifesterai Ma prédilection pour l'Italie, qui sera préservée du feu ; mais le ciel se couvrira de denses ténèbres et la terre sera ébranlée par d'effroyables tremblements de terre qui ouvriront de profonds abîmes, et des villes et provinces seront détruites ; et tous crieront que c’est la fin du monde ! Même Rome sera punie selon la justice pour ses nombreux et graves péchés, parce que le scandale est arrivé à son comble. Les bons cependant qui souffriront et seront persécutés par la justice et les âmes justes ne doivent pas craindre, parce qu'ils seront séparés des impies et des pécheurs obstinés, et seront sauvés ! ».

Message reçu par Sœur Elena le 22 août 1960 :

« L'humanité s’est éloigné de Dieu et, obnubilée par les biens terrestres, a oublié le Ciel et s’est précipité dans une corruption inouïe, pire encore qu’au temps du déluge !… Mais maintenant la justice de Dieu il est proche et elle sera terrible !… Et si les hommes ne se rendent pas, lors de ces plaies, aux appels de la Divine Miséricorde et ne reviennent pas à Dieu par une vie vraiment chrétienne, une autre guerre terrible viendra de l'Est vers l’Ouest, et la Russie avec toutes ses armes secrètes, combattra l'Amérique, renversera l'Europe et on verra spécialement le fleuve Rhin de l'Allemagne plein de cadavres et de sang. Même l'Italie sera travaillée par une grande révolution et le Pape devra beaucoup souffrir. L'ennemi, comme un lion rougissant, avancera sur Rome et son fiel empoisonnera des peuples et des nations entières… ».

Message reçu par Sœur Elena le Vendredi Saint 1961 :

« Oh, quelle horrible vision je vois ! Une grande révolution se déroule à Rome ! Ils entrent au Vatican. Le Pape est tout seul, il prie. Ils tiennent le Pape. Ils le prennent avec force. Ils le frappent jusqu'à le faire tomber. Ils le lient. Oh mon Dieu ! Oh mon Dieu ! Ils lui donnent des coups de pied. Quelle scène horrible ! Cela est terrible !… Notre Dame s'approche. Ces hommes mauvais tombent à terre comme des cadavres ! Notre Dame aide le Pape à se relever en le prenant pour le bras ; Elle le couvre avec Son manteau et il lui dit : – Ne crains pas ! »
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum