Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Mar 6 Sep - 7:41

http://www.zenit.org/french

Fin du Ramadan : voeux des évêques aux musulmans de France

Construire un monde de paix, de solidarité, de fraternité

ROME, Mardi 30 août 2011 (ZENIT.org) – A l’occasion de la fn du Ramadan, la conférence des évêques de France (CEF) publie ce résumé des voeux des évêques aux musulmans de France :

« Les Musulmans célèbrent mardi 30 août 2011 la fête de l'Aid el Fitr. Elle marque la fin du Ramadan commencé le 1er août dernier. Plusieurs évêques ont exprimé leurs vœux à la communauté musulmane.

« Dans la Carte de l'Aïd signée par Mgr Pascal Delannoy, évêque de Saint-Denis, souhaite que Dieu aide chrétiens et musulmans « à construire ensemble un monde de paix, de solidarité, de fraternité ».

« Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, souligne dans son message qu'une « parole commune entre vous et nous" existe : Notre Dieu est unique. Il est pour nous tout Amour et toute miséricorde. Et nous devons l'aimer ainsi que notre prochain ».

« Evoquant le film « Des hommes et des dieux » et « le respect mutuel » vécu par les moines avec les villageois musulmans à Tibhirine (Algérie), Mgr Claude Dagens, évêque d'Angoulême, invitent catholiques et musulmans à devenir « témoins d'une espérance et d'une paix possibles en notre monde ».

« Je forme le vœu que, chrétiens et musulmans ensemble, dans un dialogue respectueux et cordial, puissent œuvrer à la construction d'une société plus juste et plus fraternelle » souhaite Mgr Thierry Scherrer, évêque de Laval.

« Que Dieu, qui est la source de toute justice, de toute paix et de tout amour fasse grandir les liens de l'amitié et de la fraternité entre nous et que sa bénédiction repose sur vous » écrit la communauté catholique du diocèse de Marseille.

© Cef.fr
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Mar 6 Sep - 9:25

http://www.libertepolitique.com/actualite/55-france/7009-en-20-ans-deux-fois-plus-de-lieux-de-culte-musulmans-en-france

Le fil

France
En 20 ans, deux fois plus de lieux de culte musulmans en France
31 Août 2011
Le ministère de l’Intérieur recense plus de 2000 lieux de cultes musulmans sur le territoire national en 2011. Une croissance ininterrompue depuis 35 ans, et qui devrait encore se poursuivre pour répondre aux besoins de la population musulmane présente en France.

Le Figaro relève qu’en vingt ans, « le nombre de mosquées et de salles de prière musulmanes a doublé en France, passant de 1 000 à 2 000 environ. » Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur et des Cultes, on est passé de 150 emplacements identifiés en 1976 à 1 555 en 2001, et exactement 2 368 en 2011 (2 052 en métropole, et 316 à Mayotte et dans les collectivités d'outre-mer). « À titre de comparaison, signale le quotidien, 45 000 églises catholiques quadrillent le territoire. S'y ajoutent 3 000 lieux de culte protestants (dont 1 800 salles évangéliques), 280 synagogues et 150 pagodes ou salles de méditation bouddhistes. »

Il est bon de distinguer les mosquées, au nombre de 90 en France, des salles de prières, qu’on estime à plus de 1 800, soit un rapport de 1 à 20. Or, « les salles de prière s'ouvrent et se ferment facilement », ce qui explique « la variation constante des chiffres les plus officiels ». En effet, souvent « financés par les communautés », pour 60% d’entre eux les lieux de culte musulmans « ne dépassent pas 10 mètres carrés. Les grands édifices, dits «mosquées cathédrales» (plus de 2.000 mètres carrés pour les salles de prière), représentent moins de 1% des lieux de culte musulmans ». La tendance des constructions nouvelles s’oriente en outre de préférence vers l’édification de « salles plus modestes et de proximité ».

Selon le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, « entre 100 et 150 mosquées sont en cours de construction », même si pour le long terme, « plus de 1 000 lieux de culte nouveaux seraient nécessaires afin de couvrir les besoins de la communauté musulmane », soit entre 3000 et 4000 lieux de culte.

Cette demande supposée repose sur l’estimation « du nombre de musulmans en France » relève Le Figaro. Or la fourchette est fort peu précise : en effet, « en l'absence de recensement -interdit sur le critère religieux-, les estimations oscillent entre 2,1 millions (dernière étude de l'Ined et de l'Insee) et 5 à 6 millions pour la majorité des spécialistes et des instituts de sondages ».

Le taux de pratique (fréquentation de la mosquée le vendredi) des musulmans français s’élèverait quant à lui, selon le dernier sondage de l'Ifop, à 25%, soit une population pratiquante estimée « entre 500.000 et 1,5 million » de personnes. A raison de « 1 mètre carré nécessaire par personne pour la prière », et d’une « surface actuelle avoisinant les 300.000 mètres carrés, il manquerait bel et bien, dans l'hypothèse la plus basse, près de la moitié de la surface nécessaire. »
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Mar 6 Sep - 22:04

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/09/françois-fillon-abroge-linterdiction-du-voile-lors-de-sorties-scolaires.html

03 septembre 2011

François Fillon abroge l’interdiction du voile lors de sorties scolaires

Lu ici :

"Les mères musulmanes voilées ne seront pas interdites d’accompagner les sorties scolaires. La circulaire du ministre de l’Éducation nationale, Luc Chatel, en suspens depuis juin dernier, a finalement été abrogée par le Premier ministre François Fillon."

Posté le 3 septembre 2011 à 22h42 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Ven 9 Sep - 11:10

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/09/une-madrassa-à-creil.html

08 septembre 2011

Une madrassa à Creil

Officiellement, le dossier est « en cours de constitution et d’instruction », dixit la préfecture.

La réalité est tout autre. L'école hors contrat est quasiment finie, construite sur le parking de la mosquée. Elle devrait ouvrir lundi. Le Parisien précise :

"Les préinscriptions se font en tout cas en ligne depuis la fin mai. L’école compte pour le moment six salles. Dans un premier temps, quatre classes seraient prévues : CP, CE1, CE2 et CM 1, avec un effectif maximal de 21 élèves par classe. Le directeur, issu de la région parisienne, a été recruté, comme les professeurs. Le contenu des cours devrait s’aligner sur le programme officiel, avec une particularité essentielle : l’arabe sera enseigné dès le CP et les jeunes devraient aussi être initiés au Coran. Pour les prières aux heures de cours, les élèves devraient également faire une pause pour la suivre dans leur classe. « Beaucoup de familles souhaitent que leurs enfants maîtrisent l’arabe et apprennent également ce que représente l’islam », explique un membre de la communauté.

Une bibliothèque, une salle de réunion, une autre pour les professeurs et une cuisine compléteront l’aménagement. Le chantier a été mené avec l’aide de fidèles bénévoles. Il est évalué entre 400 000 et 450 000 €. « Cette école suscite de l’intérêt de la part de la population, expliquait hier Hicham Boulhamane, conseiller municipal de Creil délégué à la politique de la ville. Cet établissement est d’autant plus attendu que les écoles publiques du quartier Rouher sont saturées. Il ne faut pas voir dans cette structure une offre concurrentielle, mais complémentaire. »

L’annonce de ce projet éducatif et confessionnel semble avoir retenu l’attention de la communauté musulmane vivant bien au-delà de Creil. L’Accmo assurait dans le courant février avoir reçu 600 demandes d’inscriptions, mais la réalité des chiffres est impossible à vérifier. L’inspection académique a en tout cas reçu un dossier de création d’école en juin et l’a instruit cet été".

(via islamisation.fr)

Posté le 8 septembre 2011 à 11h00 par Lahire
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Ven 9 Sep - 11:11

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/09/immigration-manuel-valls-veut-changer-les-idées-du-ps.html

08 septembre 2011

Immigration : Manuel Valls veut changer les idées du PS

Lu dans le dernier Minute :

"Manuel Valls ne désarme pas. Le député-maire d’Evry, candidat à l’investiture du PS pour l’élection présidentielle, poursuit son combat, de l’intérieur du PS, contre ce qu’il appelle «la gauche compassionnelle»: celle qui geint et qui pleurniche en permanence. Il s’attaque cette fois à l’un des sujets les plus sensibles au PS: l’immigration. En cognant sur le gouvernement de François Fillon qu’il accuse… d’être trop laxiste! Dans un entretien à « La Voix du Nord » du 2 septembre, Manuels Valls a dénoncé en effet les « ambiguïtés » de l’UMP: « A la remorque de l’extrême droite dans ses discours, a-t-il affirmé, la droite régularise, dans les faits, de manière massive et aléatoire. » Ça fait du bien quand c’est un élu de gauche qui le confirme. « Les solutions erratiques et brutales aggravent les difficultés, a-t-il expliqué. La fermeture de Sangatte a multiplié les “Sangatte perlés” du nord de la France jusqu’aux gares parisiennes. » Oh? Ça alors! Et Manuel Valls de réclamer « à la fois plus d’humanité et plus de détermination ». En rupture complète avec les années Mitterrand, où il était de bon ton de dire, avec le président de la République, que les immigrés sont chez eux chez nous, Valls réclame encore l’établissement de «quotas migratoires» car il lui apparaît que «avec le déséquilibre Nord-Sud, la pression migratoire va atteindre des proportions inégalées dans les prochaines années». Bien vu là encore! «Je veux convaincre nos compatriotes que cette immigration peut être profitable à la France si les flux sont véritablement maîtrisés», ajoute-t-il, avant d’insister plutôt sur la « maîtrise ». A savoir «d’abord définir des quotas migratoires établis selon nos capacités d’accueil». Et quand le journaliste s’inquiète des réactions que ses propositions vont susciter chez ses camarades socialistes, Valls répond: «Je préfère susciter des remous chez mes camarades que la colère des Français.» Car il en est persuadé: « «L’immigration sera un thème important de la prochaine campagne présidentielle.»"

Posté le 8 septembre 2011 à 10h50 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Jeu 6 Oct - 12:57

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/10/dans-une-zone-de-non-droit-quelque-part-en-france.html

01 octobre 2011

Dans une zone de non-droit quelque part en France

Lu ici :

"Vers 19 h 30, chemin du Corbusier, ils aperçoivent une femme intégralement voilée, accompagnée de ses enfants. L’équipage se dirige vers elle pour la verbaliser, et lui demande ses papiers. Problème : il faut que la femme se dévoile, pour que son identité puisse être confirmée. Pas forcément simple à mettre en œuvre en pleine rue, dans des secteurs où quelques-uns perçoivent mal la présence de la police.

La femme, âgée de 34 ans, habite à quelques pas et refuse toutes les propositions : identification par une policière dans la rue ou au commissariat, situé juste un peu plus loin. Elle tient des propos hostiles, affirme fermement qu’elle se fiche totalement de la loi contre le port du voile intégral, qui a été adoptée en avril dernier. Dans ces situations-là, le temps joue contre les policiers. Les habitants encerclent peu à peu le petit groupe. Ils sont bientôt plusieurs dizaines. La femme les harangue pour qu’ils viennent lui prêter main-forte. La tension monte rapidement, et les premières pierres, ou autres projectiles divers, commencent à voler".

Posté le 1 octobre 2011 à 18h25 par Lahire
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Jeu 6 Oct - 15:31

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/10/la-société-multiethnique-vraiment-inévitable-.html

04 octobre 2011

La société multiethnique, vraiment inévitable ?

Le Haut-Commissaire aux réfugiés Antonio Guterres fait sa propagande, sur l'air du "sens de l'Histoire" :

"A mon avis, des sociétés multiculturelles, multiethniques et multireligieuses ne sont pas seulement une bonne chose, elles sont inévitables. Construire des communautés ouvertes et tolérantes est un processus lent et délicat. Mais la non-discrimination est un principe de base des droits de l’Homme et tous les Etats ont le devoir de le respecter».

Mais est-il permis de ne pas partager cet avis ? La société multiexplosive est-elle aussi "inévitable" ?

Posté le 4 octobre 2011 à 11h16 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Ven 7 Oct - 8:15

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/10/lislam-transforme-la-france-et-leurope.html

06 octobre 2011

L'islam transforme la France et l'Europe

Christopher Cald­well, journaliste américain de 49 ans, diplômé de Harvard, collaborateur du Weekly Standard et éditorialiste au Financial Times, avait publié un livre en 2009, sous le titre Re­flections on the Revo­lution in Europe. Nous l'avions alors évoqué. Sa traduction française paraît cette se­maine, sous le titre Une révolution sous nos yeux.

L’auteur explique, sur 550 pages, que les populations mu­sulmanes sont en train de redessiner l’avenir du vieux continent. Extrait :

«On peut affirmer avec certitude que l’Europe ne sortira pas indemne de sa confrontation avec l’islam [...] A l’heure actuelle, c’est à l’islam et non à la civilisation européenne ou ses valeurs démocratiques que les immigrants accordent une légitimité politique… Ils acceptent les institutions européennes dans la mesure où celles-ci ne freinent pas l’expansion de l’islam. Ils les rejettent quand elles deviennent un obstacle."

Posté le 6 octobre 2011 à 08h06 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Ven 7 Oct - 12:40

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/10/04/banlieues-de-la-republique_1581976_3224.html#ens_id=1574671

La place croissante de l'islam en banlieue
Enquête | | 04.10.11 | 13h34 • Mis à jour le 05.10.11 | 11h16


Prière à la grande mosquée de Villeneuve-d'Ascq, en août.AFP/PHILIPPE HUGUEN

Voilà un constat qui va déranger. Dans les tours de Clichy-sous-Bois et de Montfermeil (Seine-Saint-Denis), les deux villes emblématiques de la crise des banlieues depuis les émeutes de l'automne 2005, la République, ce principe collectif censé organiser la vie sociale, est un concept lointain. Ce qui "fait société" ? L'islam d'abord. Un islam du quotidien, familial, banal le plus souvent, qui fournit repères collectifs, morale individuelle, lien social, là où la République a multiplié les promesses sans les tenir.

La croyance religieuse plus structurante que la croyance républicaine, donc. Vingt-cinq ans après avoir publié une enquête référence sur la naissance de l'islam en France - intitulée Les Banlieues de l'islam (Seuil) -, le politologue Gilles Kepel, accompagné de cinq chercheurs, est retourné dans les cités populaires de Seine-Saint-Denis pour comprendre la crise des quartiers. Six ans après les émeutes causées par la mort de deux adolescents, en octobre 2005, son équipe a partagé le thé dans les appartements des deux villes, accompagné les mères de famille à la sortie des écoles, rencontré les chefs d'entreprise, les enseignants, les élus, pour raconter le destin de cette "Banlieue de la République" - c'est le titre de l'enquête, complexe et passionnante, publiée par l'Institut Montaigne.

Le sentiment de mise à l'écart a favorisé une "intensification" des pratiques religieuses, constate Gilles Kepel. Les indices en sont multiples. Une fréquentation des mosquées beaucoup plus régulière - les deux villes (60 000 habitants au total) comptent une dizaine de mosquées, aux profils extrêmement variés, pouvant accueillir jusqu'à 12 000 fidèles. Une pratique du ramadan presque systématique pour les hommes. Une conception extensible du halal, enfin, qui instaure une frontière morale entre ce qui est interdit et ce qui est autorisé, ligne de fracture valable pour les choix les plus intimes jusqu'à la vie sociale.

Les chercheurs prennent l'exemple des cantines scolaires, très peu fréquentées à Clichy en particulier. Un problème de coût évidemment pour les familles les plus pauvres. Mais la raison fondamentale tient au respect du halal. Les premières générations d'immigrés y avaient inscrit leurs enfants, leur demandant simplement de ne pas manger de porc. Une partie de leurs enfants, devenus parents à leur tour, préfère éviter les cantines pour leur propre descendance parce que celles-ci ne proposent pas de halal. Un facteur d'éloignement préoccupant pour Gilles Kepel : "Apprendre à manger, ensemble, à la table de l'école est l'un des modes d'apprentissage de la convivialité future à la table de la République."

Car le mouvement de "réislamisation culturelle" de la fin des années 1990 a été particulièrement marqué à Clichy et à Montfermeil. Sur les ruines causées par les trafics de drogue dure, dans un contexte d'effondrement du communisme municipal, face à la multiplication des incivilités et des violences, les missionnaires du Tabligh (le plus important mouvement piétiste de l'islam), en particulier, ont contribué à redonner un cadre collectif. Et participé à la lutte contre l'héroïne, dans les années 1990, là où la police avait échoué. Ce combat contre les drogues dures - remplacées en partie par les trafics de cannabis - a offert une "légitimité sociale, spirituelle et rédemptrice" à l'islam - même si la victoire contre l'héroïne est, en réalité, largement venue des politiques sanitaires.

L'islam a aussi et surtout fourni une "compensation" au sentiment d'indignité sociale, politique et économique. C'est la thèse centrale de Gilles Kepel, convaincu que cette "piété exacerbée" est un symptôme de la crise des banlieues, pas sa cause. Comme si l'islam s'était développé en l'absence de la République, plus qu'en opposition. Comme si les valeurs de l'islam avaient rempli le vide laissé par les valeurs républicaines. Comment croire encore, en effet, en la République ? Plus qu'une recherche sur l'islam, l'étude de Gilles Kepel est une plongée dans les interstices et les failles des politiques publiques en direction des quartiers sensibles... Avec un bilan médiocre : le territoire souffre toujours d'une mise à l'écart durable, illustrée ces dernières semaines par l'épidémie de tuberculose, maladie d'un autre siècle, dans le quartier du Chêne-Pointu, à Clichy, ghetto de pauvres et d'immigrés face auquel les pouvoirs publics restent désarmés (Le Monde du 29 septembre). Illustrée depuis des années par un taux de chômage très élevé, un niveau de pauvreté sans équivalent en Ile-de-France et un échec scolaire massif.

Clichy-Montfermeil forme une société fragile, fragmentée, déstructurée. Où l'on compte des réussites individuelles parfois brillantes et des parcours de résilience exemplaires, mais où l'échec scolaire et l'orientation précoce vers l'enseignement professionnel sont la norme. "Porteuse d'espoirs immenses, l'école est pourtant aussi l'objet des ressentiments les plus profonds", constatent les chercheurs. Au point que "la figure la plus détestée par bon nombre de jeunes est celle de la conseillère d'orientation à la fin du collège - loin devant les policiers".

Et pourtant, les pouvoirs publics n'ont pas ménagé leurs efforts. Des centaines de millions d'euros investis dans la rénovation urbaine pour détruire les tours les plus anciennes et reconstruire des quartiers entiers. Depuis deux ans, les grues ont poussé un peu partout et les chantiers se sont multipliés - invalidant les discours trop faciles sur l'abandon de l'Etat. Ici, une école reconstruite, là, un immeuble dégradé transformé en résidence. Un commissariat neuf, aussi, dont la construction a été plébiscitée par les habitants - parce qu'il incarnait l'espoir d'une politique de sécurité de proximité.

Le problème, montre Gilles Kepel, c'est que l'Etat bâtisseur ne suffit pas. Les tours ont été rasées pour certaines, rénovées pour d'autres, mais l'Etat social, lui, reste insuffisant. La politique de l'emploi, incohérente, ne permet pas de raccrocher les wagons de chômeurs. Les transports publics restent notoirement insuffisants et empêchent la jeunesse des deux villes de profiter de la dynamique économique du reste de la Seine-Saint-Denis. Plus délicat encore, la prise en charge des jeunes enfants n'est pas adaptée, en particulier pour les familles débarquant d'Afrique subsaharienne et élevés avec des modèles culturels très éloignés des pratiques occidentales.

Que faire alors ? Réorienter les politiques publiques vers l'éducation, la petite enfance, d'abord, pour donner à la jeunesse de quoi s'intégrer économiquement et socialement. Faire confiance, ensuite, aux élites locales de la diversité en leur permettant d'accéder aux responsabilités pour avoir, demain, des maires, des députés, des hauts fonctionnaires musulmans et républicains. Car, dans ce tableau sombre, le chercheur perçoit l'éveil d'une classe moyenne, de chefs d'entreprise, de jeunes diplômés, de militants associatifs, désireuse de peser dans la vie publique, soucieuse de concilier identité musulmane et appartenance républicaine.

Luc Bronner

//////////////////////////////////////////////////////////

Commentaire d'Hercule : Marie-Julie Jahenny avait prophétisé vers 1870 : "Quand le France sera mahomète..."

Dans ces banlieues délaissées par les pouvoirs publics et devenues des zones de non-droit, c'est la charria qui s'implante peu à peu, et la république laïque n'y peut rien car ses lois n'y compte pour rien.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Dim 23 Oct - 7:15

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/10/lexpansion-de-lislam-dans-une-france-en-état-de-déchristianisation-avancé.html

13 octobre 2011

L'expansion de l'islam dans une France en état de déchristianisation avancé

Michèle Tribalat écrit dans Le Monde :

"Pour réduire les inquiétudes que suscite l'islam, les discours tenus par les " élites " naviguent entre le désir de relativiser son importance et celui de l'installer dans le paysage français. [...] En France, la presque-totalité des musulmans sont des immigrés ou des enfants d'immigrés. Le développement de l'islam y est donc lié à l'immigration étrangère. On pourrait en dire autant de la plupart des autres pays d'Europe occidentale. L'islam y est bien une nouveauté. L'argumentaire sur l'importance quantitative des musulmans en France est ambigu et oscille entre deux pôles : souligner leur caractère minoritaire ou insister sur leur importance (deuxième religion de France). Qu'en est-il ?

Le nombre de musulmans serait de 4 millions en 2008, soit 6,4 % de la population (estimation à partir de l'enquête " Trajectoires et origines ", INED-Insee, 2008). Le bon sens nous dit que 4 millions d'individus ne sont pas en capacité de bouleverser nos modes de vie, notre rapport au religieux et nos acquis, dont certains n'ont pas encore subi l'épreuve du temps (libération des moeurs et condition féminine). Parmi les jeunes adultes, un peu plus d'un jeune sur dix est musulman. On compte en France, entre 18 et 50 ans, un peu plus d'un musulman pour quatre catholiques. Si l'on s'intéresse maintenant aux plus fervents d'entre eux, ceux qui déclarent accorder une grande importance à la religion, les musulmans surpassent les catholiques d'environ 150 000 entre 18 et 50 ans. Ils sont trois fois plus nombreux parmi les jeunes nés en France dans les années 1980. L'expansion de l'islam se produit dans une France en état de déchristianisation avancé. [...]

A défaut d'islamisation de la France, force est de constater une islamisation de la question religieuse et de certains territoires. [...] Si l'islam est encore une religion minoritaire, il a pourtant déjà changé nos vies dans un domaine vital à la démocratie : la liberté d'expression. A la crainte de se faire traiter de raciste, ou maintenant d'islamophobe (il faut saluer ici le succès en Occident de cette notion qui est pourtant l'arme préférée des radicaux pour réduire la liberté d'expression), s'ajoutent l'intimidation et la peur (l'" affaire Redecker ", la censure des programmes scolaires). La jurisprudence Rushdie a même conduit à une inversion de la notion d'incitation à la haine semblant vouloir désormais prévenir les réactions violentes des défenseurs des normes islamiques chaque fois qu'ils se sentent offensés (les caricatures danoises)."

Posté le 13 octobre 2011 à 14h30 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Dim 30 Oct - 16:48

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/10/pas-de-grande-mosquée-à-marseille.html

27 octobre 2011

Pas de grande mosquée à Marseille

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Le permis de construire de la (très) grande mosquée de Marseille a été annulé par le tribunal administratif, essentiellement pour une raison d’insuffisance de parking (c’est le motif qui marche le mieux, il faut le faire savoir). La première pierre avait été posée en grandes pompes islamo-républicaines le 19 mai 2010. Et c’est le 22 novembre 2007 (bien 2007) que Jean-Claude Gaudin avait solennellement remis les clefs de la grande mosquée au président de l’association chargée du projet, Nordine Cheikh."

Posté le 27 octobre 2011 à 22h04 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Dim 30 Oct - 17:28

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/10/pendant-quon-insulte-les-chrétiens-letat-se-met-en-quatre-pour-les-musulmans.html

27 octobre 2011

Pendant qu'on insulte les chrétiens, l'Etat se met en quatre pour les musulmans

La date de l’Aïd el-Kébir sera annoncée prochainement par le CFCM, soit le 6 ou le 7 novembre. Pour permettre aux musulmans de célébrer l’Aïd, des dizaines d’abattoirs fixes et mobiles seront mis à leur disposition. Les services de l’Etat, au premier chef les préfectures, préparent le terrain en partenariat avec les responsables musulmans locaux.

La Direction générale de l’alimentation (DGAL) du ministère de l’Agriculture a rappelé aux préfectures que lui soit transmis la liste des abattoirs agréés pour l'Aïd el-Kébir 2011 avant le 14 octobre. Cependant, la DGAL ne disposerait pas d’une liste complète à ce jour. Cette liste sera publiée 2 ou 3 jours avant l'Aïd au bulletin officiel du ministère chargé de l'Agriculture.

De la laïcité à l'allahicité.

Posté le 27 octobre 2011 à 16h11 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Dim 30 Oct - 18:42

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/10/un-rapport-des-rg-plaide-pour-la-réduction-du-nombre-de-moquées-à-marseille.html

27 octobre 2011

Un rapport des RG plaide pour la réduction du nombre de mosquées à Marseille

Un document confidentiel émanant de la sous direction de l’Information générale des Bouches-du-Rhône (ex renseignements généraux) sur les prières de rue à Marseille plaide pour la réduction du nombre de lieux de prière musulmans. Extraits :

« Si rares sont les individus radicalisés au point de soutenir les jihadistes, le fondamentalisme aurait progressé au point de gagner la majorité de la population musulmane ».

Sur la mosquée de la rue Gaillard dans le 3e arrondissement :

« Cette mosquée ne se veut que comorienne, lieu d’un islam empreint de tribalisme (…). D’évidence, l’existence de cet endroit est un obstacle direct à la bonne insertion des Comoriens dans l’espace marseillais, sorte de marginalisation volontaire ».

Sur les écoles coraniques mises en place par cette même communauté :

« loin d’éveiller les spiritualités et les esprits, cela les enferment encore davantage dans une boucle culturelle et accroît d’autant leur repli communautaire ».

Sur les musulmans dans leur ensemble :

« population fragilisée, peu informée et peu cultivée y compris sur les préceptes de sa propre religion, se retrouvant entre les mains d’imams auto-proclamés, guère plus compétents que leurs ouailles mais suffisamment charismatiques pour obtenir leur suivisme ».

« L’abondance de salles à Marseille est en majeure partie le reflet de divisions de tous ordres, obédientielles, aussi bien que nationalistes, ethniques voire affairistes qui opposent les musulmans marseillais».

Solution : « reconcentrer les lieux de culte » ce qui « permettrait une professionnalisation des imans, des économies d’échelles, forcerait les fédérations et les obédiences au consensus et éloignerait les intérêts extra-nationaux, facilitant en outre les rapports et l’observation par les partenaires institutionnels. Non pas plus de mosquées mais mieux de mosquées. »

La solution est donc la « réduction » du nombre de mosquées à Marseille pour faciliter l’intégration d’une religion qui se vit « à côté de la société française », et ainsi limiter les prières de rue.

Posté le 27 octobre 2011 à 08h03 par Michel Janva

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Commentaire d'Hercule : Depuis plus de 15 ans, on a envoyé les inspecteurs des RG s'occuper de sectes et de religions, sans aucune formation. En ce qui concerne l'Islam, on a par exemple oublié de leur enseigner que dans une lecture intégriste du Coran, un pays qui n'a pas de mosquée est considérée comme une terre étrangère mais, un pays couvert de mosquées, comme est aujourd'hui la France, devient une terre sainte où le Musulman radical doit pratiquer la charia.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Sam 10 Déc - 10:01

http://www.polemia.com/article.php

Rubrique : Médiathèque / A La Une / Articles recommandés

Le : 06 Décembre 2011

« Une révolution sous nos yeux - Comment l'islam va transformer la France et l'Europe » de Christopher Caldwell (1/2)

Au lendemain de la parution aux Etats-Unis, en 2009, du livre de Christopher Caldwell, Reflections on the Revolution in Europe dans sa version originale, le professeur Alain Besançon, membre de l’Institut, présentait l’ouvrage dans un commentaire ayant pour titre : « Un livre qui devrait faire scandale ! ». Il concluait en émettant le vœu qu’il « soit traduit, lu et discuté. Il en vaut la peine » (1). Hélas, il n’en fut rien jusqu’à ce qu’un éditeur français, les éditions du Toucan, plus courageux que ses confrères qui s’y étaient refusés, entreprenne en octobre 2011 la traduction et la publication de cet opus, avec une préface de la démographe Michèle Tribalat (2).
La présentation de Une révolution sous nos yeux se fera en deux parties, en voici la première.

La sortie du livre en librairie fut discrète. Contrairement à la grande presse anglo-saxonne de 2009, les médias français d’aujourd’hui, à quelques rares exceptions, se gardent bien d’en parler. Et pourtant, l’éditeur américain l’avait présenté en son temps comme « une sorte d’explosion qui s’apprête à frapper la scène politique britannique, un ouvrage aux idées si renversantes qu’il en changera le débat sur la question la plus importante de la politique européenne ».

Que pouvait donc avoir écrit Christopher Caldwell, chroniqueur au Financial Times et rédacteur au Weekly Standard pour provoquer un engouement dans la grande presse britannique et un ostracisme quasi total dans les médias français ?

La thèse de Caldwell est simple mais précise et peut se résumer en quelques mots : Caldwell, fort d’un séjour prolongé en Europe et armé d’une documentation importante – le nombre des notes du livre en fait foi – décrit la progression fulgurante de l’immigration en Europe et s’interroge sur la question de savoir si les Européens peuvent conserver la même Europe avec des gens différents. A notre connaissance, Caldwell est le premier à poser la question dans toute son étendue et sa complexité. La réponse est tout aussi simple et précise, c’est NON.

Le livre s’articule en trois grandes parties et douze chapitres. La construction est claire, les titres et sous-titres très explicites, et la lecture facile et passionnante. Il est toujours intéressant de se faire ausculter par un étranger qui, inévitablement, sort des concepts habituels et des contraintes du politiquement correct, nécessité absolue pour traiter un tel sujet en toute liberté.

I - Rivers of Blood (Rivières de sang)

La première partie, sous le titre Immigration, est un constat froid, parfois glacial, exempt de tout pathos. Le décor est dressé, tout est dit sur l’immigration extra-européenne. D’entrée de jeu, on voit le cheminement se tracer : « L’Europe occidentale s’est changée en société multiethnique. »

Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, les pays occidentaux, et notamment la France avec ses colonies, ont fait appel à une main-d’œuvre extérieure à la métropole pour satisfaire leur économie en plein développement. Le besoin était réel et s’inscrivait dans l’euphorie des fameuses Trente Glorieuses, de l’explosion de la croissance, du plein emploi… Mais la prévision de l’avenir a été négligée : aucun programme sur le long terme, aucune disposition prévoyant dans la durée le devenir de cet apport de population n’ont été envisagés. Considérés comme une main-d’œuvre d’appoint, on n’imaginait pas que ces immigrés se fixeraient en Europe et « personne ne supposait qu’ils seraient un jour éligibles aux dispositifs de protection sociale ». « L’idée selon laquelle ils conserveraient les habitudes et les cultures de leur village, de leur clan, des mosquées et des bourgs marchands du Sud était bien trop exotique pour que l’on s’y attarde. »

Au cours des années, l’Europe est devenue pour la première fois de son histoire un continent de migrants. Le bien–être, revenu après les épreuves de la dernière guerre encore récente, a laissé les sociétés européennes dans l’inconscience totale.

Et pourtant, il y eut quelques alertes, sinon des mises en garde. La plus spectaculaire fut le célèbre et très controversé discours d’Enoch Powell, Rivers of Blood (prononcé à une réunion de l'Association des conservateurs à Birmingham le 20 avril 1968) (3) où il « parla de l’arrivée encore modeste de sujets de “couleur” des anciennes colonies » et « laissa entendre qu’à long terme, l’Angleterre connaîtrait des ghettos similaires à ceux de l’Amérique, ceux-là mêmes qui se consumaient à l’heure où il s’exprimait ».

Ce discours n’est pas passé inaperçu et il a provoqué un débat démocratique sur l’immigration, débat qui s’est déroulé sous forme d’affrontements politiques, sans, comme toujours, tenir compte de l’opinion populaire qui se trouve aux premières loges face à l’adversité. Il n’y a donc eu aucune prise de conscience politique sérieuse. Or Powell ne s’était pas trompé puisque « la population non blanche de Grande-Bretagne, à peine plus de 1 million d’individus à l’époque, atteindra 4,5 millions en 2002 » tandis que la France, en 2004, comptait près de 5 millions d’immigrés dont 36% étaient français, essentiellement des Algériens issus des anciens départements de l’Algérie ou nés en France.

Le député tory Powell, qui sera exclu de la société politique (4), se morfondait à la vue du spectacle qui s’offrait aux yeux des Britanniques : comme il l’avait prévu, les Anglais supportaient de moins en moins cette immigration inflationniste et cela s’est rapidement traduit par des réactions sanglantes de part et d’autre pouvant aller jusqu’à l’attentat terroriste comme celui du 7 juillet 2005 dans les transports en commun à Londres.

La honte

Selon Caldwell, Powell n’a pas perçu la honte qui imprègne les peuples occidentaux : « Après deux méfaits de dimension historique, le colonialisme et le nazisme, le climat moral dominant l’Europe depuis la fin de la dernière guerre est celui de la repentance ». Cette repentance, intégrée comme règle d’or dans la nouvelle morale occidentale qui inhibe les élites, sous influences diverses, et par voie de conséquence les peuples, est rapidement devenue la cause principale de l’immigration de masse. Les peuples sont culpabilisés. Ils doivent « éprouver du repentir pour avoir perpétré, encouragé, ou passivement observé les atrocités du fascisme, vingt ou trente ans plus tôt ». (…) « Quand ils s’adressaient aux Africains, aux Asiatiques et à d’autres immigrants en puissance, les Européens de l’après-guerre éprouvaient un sentiment d’illégitimité qui n’a cessé de s’approfondir avec le temps. » Ce sentiment de honte, malgré quelques réticences, est néanmoins admis par l’ensemble comme un phénomène de puissance. Cette immigration de masse est bien là et elle n’est pas l’affaire d’individus isolés. Elle est organisée pour exiger une vie meilleure.

Avec la sécheresse du statisticien Caldwell dresse un état des lieux : sur 375 millions d’habitants en Europe, 40 millions vivent en dehors de leur pays de naissance, dont une minorité presque négligeable d’Européens se déplaçant vers un autre pays d’Europe.

L’auteur fait bien la distinction entre immigration intra-européenne et immigration musulmane. Il ne traite que la seconde, c’est-à-dire celle « en provenance de pays et de cultures non européens », celle qui est créatrice de « sociétés multiethniques et multiculturelles ». Il ne tombe pas dans le poncif connu : « La France, terre d’accueil, a toujours accueilli au cours des siècles des étrangers venus s’y installer… » Il se démarque également de l’immigration aux Etats-Unis à laquelle on est tenté de comparer celle qui envahit l’Europe. Pour lui, cette comparaison n’a pas lieu d’être : les nombreux immigrants en provenance de l’Amérique du Sud – les latinos – de religion catholique et de culture post-occidentale « correspondent généralement à une version archaïque de leurs congénères américains ». Ils s’intègrent facilement, au pire dès la deuxième génération.

Déséquilibre démographique

Les Européens n’ont pas suffisamment d’enfants, leur fécondité décline d’année en année. Le nombre des non européens va croissant et deviendra prédominant. La population autochtone chute dans pratiquement tous les Etats de l’Union et, en règle générale, cet état de fait ne préoccupe pas les Européens qui pour beaucoup ne s’en rendent même pas compte.

« Marie-toi, car par toi je surpasserai les peuples. » (Verset du hadith, Ibn, 1 : 599). La culture musulmane, rappelle-t-il, est semée de messages vantant les avantages pratiques de la procréation pendant que les Européens votent des lois malthusiennes.

L’européanisation des immigrants

Selon Caldwell, qui a une vue pessimiste de la situation européenne, « le débat européen sur l’immigration trahit le sentiment de peur panique refoulée qu’inspire l’état de la civilisation européenne » et « l’adaptation des minorités non européennes [pour combien de temps ?] découlera de la perception qu’auront de l’Europe [la France] les autochtones et les nouveaux arrivants : civilisation florissante ou civilisation décadente ? »

Voici quelques axiomes relevés dans le texte de Caldwell :

« Les cultures “avancées” ont toujours sous-estimé leurs vulnérabilités vis-à-vis des cultures primitives » ;
« L’immigration n’améliore pas, ne valorise pas la culture européenne [française]. L’Europe [la France] ne fait pas bon accueil à ses tout nouveaux habitants, elle leur cède la place » ;
« L’immigration renforce les pays solides et les cultures fortes, mais elle peut submerger les plus faibles » ;
« L’immigration, en Europe, n’est pas diversifiée, même si les individus concernés le sont » ;
« Accueillir davantage de groupes ethniques ne revient pas à ajouter à l’Europe ce qu’elle possède déjà, mais à la transformer » ;
« La médiocrité spirituelle que les immigrés islamiques perçoivent dans l’Occident moderne n’est pas imaginaire et pourrait être la plus grande entrave à la préservation de la culture européenne. »
Caldwell se veut être un observateur éclairé, mais à la vue de ce qu’il a observé au cours de son périple européen, il se transforme parfois en procureur au réquisitoire implacable. Il en a conscience : « Sans un certain laconisme et une certaine brusquerie, rien de sérieux ne peut s’énoncer. Border chaque raisonnement de précautions oratoires de certes et de nonobstant aurait rendu le livre pénible à écrire et sa lecture assommante ». Au risque d’être choqué, le lecteur est prévenu et peut en conséquence poursuivre sa lecture.

II - Immigration de réfugiés

Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, l’immigration, pour des raisons déjà évoquées, était donc nécessaire et ce jusqu’en 1970.

C’est alors que la saturation économique s’est fait sentir et que « l’immigration de main-d’œuvre » donna vite la place à une « immigration de réfugiés ». Si, à cette époque, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne ont officiellement fermé leurs portes aux travailleurs étrangers, de nouveaux prétextes ont été avancés pour expliquer en quoi et pourquoi l’immigration était toujours une nécessité : le principal de ces prétextes relève de l’humanitaire. En s’étendant sur les formes de pénétration sur le continent européen, Caldwell se livre à un historique assez conforme à la réalité.

Selon lui, Britanniques, Allemands et Français devaient offrir un asile à ceux qui étaient menacés, dans leur pays, de violences, de pauvreté ou de persécutions politiques. Des milliers d’étrangers arrivèrent par voie terrestre, maritime ou aérienne en provenance de tous les pays déshérités du monde. Le programme économique de l’après-guerre se transformait en devoir moral et Caldwell s’étonne : « Si l’immigration était rendue économiquement nécessaire pour une pénurie de main-d’œuvre dans les années 1960, pourquoi était-elle aussi nécessaire dans une période prolongée de chômage à deux chiffres comme celle que l’Europe a connue après les années 1980 ? ».

Caldwell porte un jugement sévère sur les Européens qui « étaient incapables de savoir si ces immigrants étaient de pauvres hères, des travailleurs dévoués ou d’impitoyables envahisseurs » (…) Et il poursuit : « En de telles circonstances, ce qu’il fallait à l’Europe, c’était le code moral qui l’éclairerait sur les devoirs envers ces populations. Mais elle n’en a aucun. » Enfin, pour lui, « Se mettre en quatre pour tous ces gens ne serait que pure folie, mais les éconduire ne serait que pure racisme. » On retrouve ici la culpabilité et la honte, que n’a pas vues Powell, enfouies au plus profond de l’Européen réputé ex-colonialiste. Qui plus est, il est à craindre que, par les mots qui vont suivre, il décèle un peu de lâcheté chez ces mêmes « Européens [qui] espèrent que le monde prendra leur paralysie pour de l’hospitalité », cette hospitalité, reconnaît-il en citant Hans Magnus Enzensberger, qui soulève un paradoxe : « L’hôte est sacré, mais il n’a pas le droit de rester. »

Cette première partie du livre consacrée à l’Immigration est véritablement l’assise de l’ouvrage de Caldwell. On y découvre tout sur les fondements de l’immigration de la deuxième moitié du XXe siècle, son histoire, ses méthodes et son évolution. Le chapitre 3, A qui profite l’immigration ? avec ses trois sous-chapitres, Le devoir d’hospitalité, Asile et droits de l’homme et Asile et démocratie montre bien les difficultés et l’ambiguïté des gouvernements et des peuples vis-à-vis de ces populations qu’ils considèrent comme des « réfugiés ». Clôture cette première partie un 4e chapitre dont le titre, La peur déguisée en tolérance, dans sa concision de cinq mots, résume tout et annonce les écueils et les incompatibilités qui rendent la coexistence pacifique entre autochtones et immigrés difficile.

Une forme de conflit ethnique est sous-jacente mais, au sortir de la guerre, on ne peut pas s’engager dans une « nouvelle conflagration européenne ». Alors… Il a fallu purger l’Europe de son nationalisme (5) et de tout ce que ce mot honni représentait. Caldwell montre ainsi la naissance du « politiquement correct » avec la tolérance élue comme valeur première. Tout naturellement, on est arrivé à la « criminalisation de l’opinion » avec l’idéologie de la tolérance qui se durcit par une codification par la loi. Ce fut en France la loi Pleven de 1972 et la loi Gayssot de 1990, suivie par l’Allemagne et la Suisse qui lui emboîtèrent le pas avant que le virus ne gagne presque toute l’Europe.

A suivre…

« Une révolution sous nos yeux – Comment l’islam va transformer la France et l’Europe » de Christopher Caldwell (2/2)

René Schleiter
6/12/2011
Polémia

Titre original : Reflections on the Revolution in Europe, Doubleday, 2009.

Notes :

(1) « Un livre qui devrait faire scandale » Par Alain Besançon
(2) Tribalat, la démographe rebelle
(3) Scandale à la BBC « Le problème, c'est que les Blancs sont devenus noirs »
(4) Petite histoire des campagnes de diabolisation
(5) L’exemple le plus frappant est celui de l’Allemagne où, après la Deuxième Guerre mondiale, le sentiment national s’est transformé en fierté du made in Germany, de nature religieuse.

Christopher Caldwell, Une révolution sous nos yeux, préface de Michèle Tribalat, Traduction de l'anglais de Johan Frederik Hel Guedj, édition du Toucan, collection Adultes, 5/10/2011, 600 pages.

Image : 1re de couverture

René schleiter
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Sam 10 Déc - 11:57

http://www.polemia.com/article.php

Rubrique : Médiathèque / A La Une / Articles recommandés

Le : 06 Décembre 2011

« Une révolution sous nos yeux - Comment l'islam va transformer la France et l'Europe » de Christopher Caldwell (2/2)

Polémia poursuit la publication de la présentation du livre de Christopher Caldwell, avec les troisième et quatrième partie où l’on découvrira d’une part les « écueils et incompatibilités » opposant les deux grandes entités que sont l’Occident et l’islam et, d’autre part, en forme de conclusion, une hypothétique ouverture vers l’avenir.
A la fin de ce texte, un commentaire reçu d’un essayiste anglo-saxon, résidant en Europe, qu’il connaît tout autant que les Etats-Unis, fournit un éclairage presqu’inattendu sur les véritables motivations de l’auteur.

III - Ecueils et incompatibilités

Avec sa franchise de marbre, Caldwell introduit la deuxième partie de son livre, titrée L’Islam, par ces mots : « Si les Européens avaient compris, quand l’immigration en provenance de Turquie, du Maroc, d’Algérie et d’ailleurs débuta dans les années 1950 et 1960, que des milliers de mosquées seraient disséminées d’un bout à l’autre de l’Europe un demi-siècle plus tard, jamais ils ne l’auraient autorisée. »

Ici, l’auteur égrène écueils et incompatibilités de culture et de comportement qui ne peuvent, le pense-t-il, que faire obstacle à une intégration. Nous nous limiterons à n’en citer que quelques-uns sans omettre les deux les plus fondamentaux : la religion et le sexe.

– La protection sociale. Comme souvent, Caldwell procède par aphorisme : « Les économies complexes des Etats Providence comme celles qui se sont développées en Europe ces soixante dernières années ne naissent généralement pas dans les sociétés multiethniques. »
– La mobilité. « Les migrations déclenchent des migrations secondaires, ce que le sociologue Rogers Brubaker appelait les “migrations sans mélange ethnique”. »
– La diversité et le mépris de soi. « La diversité décrit à la fois une réalité sociologique (…) et une idéologie. Cette idéologie était en parfait accord avec la neutralité entre cultures adoptées par les bâtisseurs de l’idéal européen. Et pourtant, la diversité n’a jamais réellement pu devenir un idéal stable ou neutre, car les Européens n’en savaient pas assez sur les autres cultures pour la faire advenir. »
– Antagonisme entre Occident et Islam. Cet antagonisme est très ancien. Citant l’historien Henri Pirenne : « Les deux puissances – l’Europe en tant qu’Occident et l’Islam en tant que civilisation – sont apparues dans l’histoire ensemble et ont représenté un défi l’une pour l’autre. »
– Les populations musulmanes. « La nouvelle immigration, essentiellement musulmane, était moins gérable et moins soluble que les précédentes. »
– Régénération de quartiers en déshérence. Le résultat escompté s’est produit un peu partout en Europe. Mais cette vision de l’immigration, celle des élites qui habitent les beaux quartiers, était trompeuse. Il y a plus de ghettos que des Kreuzberg [à Berlin].
– Les zones de non-droit. Caldwell connaît bien le cas de Chanteloup-les-Vignes. Il est typique et le lecteur comprendra bien comment on passe, « d’un pas de somnambule », de la tentative d’intégration à la ségrégation pure et simple.
– Violence, délinquance et émeutes. « La violence relative des quartiers musulmans est un obstacle de taille à la mixité sociale et à l’intégration. »
– Les espaces de la Charia. « Dès qu’il devint évident que certains émigrés proposaient d’instaurer des cultures étrangères dans des pays européens, l’immigration (…) apparut sous un jour différent. » Par ailleurs, la propension au développement des lieux de culte répond à une certaine résurgence religieuse. Caldwell donne, par exemple sur l’appartenance des jeunes immigrés, étudiants et autres, à la religion islamique, des chiffres surprenants. Un long chapitre est consacré à La crise de la foi en Europe, et tente de placer les deux cultes, chrétien et musulman, l’un par rapport à l’autre. Jusqu’à aujourd’hui le dialogue interreligieux tiendrait du vœu pieux. Une chose est certaine : les musulmans restent fidèles à leur religion, les chrétiens s’en écartent. Le jour où le rapport de forces sera inversé, que se passera-t-il ?
– Le sexe. « Les musulmans d’Europe viennent de cultures où les femmes sont strictement subordonnées à leur mari et aux hommes en général. (…) C’est un fait sociologique universel. » (…) « Adopter le style européen de sexualité et de relations entre sexes est la seule exigence non négociable que l’Europe impose. »

IV - Quel avenir se réserve l’Europe ?

Pour Caldwell, qui ne croit pas à l’intégration en Europe, l’immigration, c’est l’américanisation. Les Etats-Unis seraient le modèle du genre. Donc devant « les problèmes abyssaux » que l’Europe va rencontrer, la solution serait qu’elle devienne davantage comme l’Amérique. Mais on a vu que Caldwell rejetait la comparaison entre Europe et Amérique. Le melting-pot américain fonctionnerait-il avec des musulmans ? On ne connaît aucune expérience en la matière.

Un second modèle d’immigration serait peut-être plus adapté : le système du millet de l’Empire ottoman qui a fonctionné pendant plusieurs siècles avec des populations de différentes religions, mais qui a disparu au début du XXe siècle du fait de l’appétit expansionniste de ses voisins européens.

Comme nous l’avons déjà dit, Caldwell ne croit pas à l’intégration de masse. Néanmoins, il termine son puissant ouvrage par une légère pointe d’optimisme : « Les Européens ne peuvent qu’espérer que les nouveaux venus, surtout musulmans, s’assimileront pacifiquement », phrase rapidement compensée par un retour à la réalité crue : « Quand une culture peu sûre d’elle, malléable et relativiste rencontre une culture ancrée, confiante et renforcée par des doctrines communes, c’est généralement la première qui change pour s’adapter à la seconde. »

« Il est sûr que l’Europe sortira changée de sa confrontation avec l’Islam. » Quel verdict !

Un livre à lire, qui force à la réflexion.

René Schleiter
6/12/2011
Polémia

Titre original : Reflections on the Revolution in Europe, Doubleday, 2009.

Le commentaire d’un Anglo-Saxon :

Polémia a confié le livre de Christopher Caldwell, en sa version originale, à un ami anglo-saxon qui connaît bien la politique américaine. Nous voulions savoir ce qu’il en pensait et surtout comment il interprétait la démarche de ce journaliste américain néo-conservateur bien en cour. Il faut lire cette note avec détachement, en se rappelant que l’auteur du livre est américain, proche des néo-conservateurs et en oubliant tout préjugé français et européen.
Le 28 octobre dernier, Polémia avait publié une interview que Christopher Caldwell avait recueillie auprès de Marine Le Pen. (6)
Voici la note que notre ami nous a fait parvenir (il a demandé à conserver l’anonymat).

Je suis en train de le relire – et je suis surpris, et troublé, par le nombre de noms d’amis, d’auteurs et de publications NEO-CONS qu’il mentionne comme étant des gens qui ont lu et vérifié le manuscrit et visiblement l’ont approuvé. La question est POURQUOI ?

Celui qui domine entre tous est le « Tsar » des néo-cons, Leon William Kristol, qui pendant des années a écrit dans l’organe des néo-cons, The Weekly Standard. Il a aussi écrit pour le New York Time Magazine, The Financial Times, etc. !!! Toutes ces publications étant des publications grand public.

Lisez la liste des noms de la page 365 [533, version française] sous le titre de « Remerciements ». C’était le 18 février 2009, tout à fait à la fin de l’ère Bush/néo-cons !!!

A mon avis, ce livre essaie, d’une manière très sophistiquée, d’adopter un parti pris antimusulman acceptable au sein de l’élite europeo-américaine. Une politique néo-con.

Je continue de penser que c’est l’un des livres les plus remarquables et le plus documenté et rempli de statistiques utiles que je connaisse. Je ne connais pas d’autre livre comme celui-là sur le marché.

Les statistiques sont révélatrices – et choquantes – et utiles pour les auteurs et penseurs dits de droite – pour nous aider à clarifier et étayer nos arguments à propos de cette « crise de la culture européenne » !

Mais il nous faut prendre conscience que Caldwell a bénéficié d’un accès privilégié à des banques de données auprès de ces grands médias que sont The Financial Times, The New York Times, The Weekly Standard – appartenant tous à l’Etablissement.

Par conséquent, il faut être PRUDENT mais, comme toujours, il faut s’appuyer sur les informations réunies et distribuées par l’Etablissement quand on ne dispose pas de réseaux propres. Donc il faut évaluer avec soin les arguments de Caldwell – ainsi que leur portée – qui sont là pour étayer un parti pris essentiellement antimusulman ; non pas de manière brutale, « raciste » ou « sectaire », mais simplement en jouant de manière subliminale sur les cerveaux intoxiqués par le système d’éducation « maçonnique » en vigueur en Europe en général et dans les cercles de l’élite franco-anglaise en particulier : l’endoctrinement fondé sur le concept « Liberté, Egalité, Fraternité » a poussé les néoconservateurs à cette immigration désordonnée et aujourd’hui ils s’inquiètent de ce monstre qu’ils ont laissé échapper !

Ce livre est très utile mais ce n’est qu’un outil, un outil non pas pour la libération de l’Europe, mais pour les propres objectifs des disciples de William Kristol…

(En Europe, décembre 2011)

(Traduction de l’anglais pour Polémia – RS)

Note :

(6) Madame Le Pen expliquée par un conservateur américain

Voir aussi (précédent) :

« Une révolution sous nos yeux – Comment l’islam va transformer la France et l’Europe » de Christopher Caldwell (1/2)

Christopher Caldwell, Une révolution sous nos yeux, préface de Michèle Tribalat, Traduction de l’anglais par Johan Frederik Hel Guedj, édition du Toucan, collection Adultes, 5 octobre 2011, 600 pages.

Image : Christopher Caldwell

René schleiter
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Mar 13 Déc - 8:20

http://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/islam/quand-des-eveques-encouragent-lislamisation

Quand des évêques encouragent l’islamisation
12 décembre 2011 | Enregistrer sous: Eglise en France,Islam,Perepiscopus | Publié par: Maximilien Bernard

Le blogue L’Observatoire de l’islamisation s’est penché sur les relations qu’avaient nos évêques avec les musulmans français. L’auteur de ce blogue confond les relations avec « l’islam » et les relations avec « les musulmans », confusion assez répandue, y compris chez nos évêques malheureusement (ainsi, il faut bien lire Nostra Aetate, qui ne dit pas « L’Eglise regarde aussi avec estime l’islam », mais « L’Eglise regarde aussi avec estime les musulmans« , ce qui est bien différent, l’Eglise cherchant à dialoguer avec les personnes et non avec le système islamique, système politico-religieux totalitaire). Néanmoins, ce blogue rapporte que

[d]es prêtres font des quêtes pour les mosquées (des cas existent en France), [d]es évêques inaugurent les mosquées et vont même jusqu’à demander l’extension du concordat en Alsace (Mgr Doré, qui n’a pas été désavoué depuis) afin que l’islam soit enseigné par des imams à l’école, et qu’ils puissent toucher des subventions pour leurs mosquées, comme à Strasbourg.
Addendum : Pour bien saisir ma critique portée sur le blogue L’Observatoire de l’islamisation, il faut lire ce qui y est écrit, comme :

Pour comprendre la logique de rapprochement avec l’islam qu’a entrepris l’Eglise catholique depuis Vatican II, il faut lire la déclaration Nostra Aetate sur L’Eglise et les religions non-chrétiennes, qui contient nombre d’énormités, comme le supposé « rayon de Vérité qui illumine » que contiendrait l’islam, dont il faudrait « respecter » la manière de vivre, donc la charia.
Il n’y a pas de logique de rapprochement avec l’islam, il y a une logique de rapprochement avec les musulmans, et c’est bien différent. Là où l’après-Concile et son fameux « esprit » a fait faire n’importe quoi c’est que certains imaginent que ce rapprochement ne vise pas à apporter la Vérité aux musulmans, c’est-à-dire à les évangéliser, mais à dialoguer dans une sorte de syncrétisme.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Her le Sam 17 Déc - 8:38

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/12/-islam-en-france-les-fondamentalistes-gagnent-du-terrain-.html

Islam en France : "les fondamentalistes gagnent du terrain"
Posted: 16 Dec 2011 09:43 AM PST
Valeurs Actuelles a organisé un débat entre Xavier Lemoine, maire UMP de Montfermeil, et Abdelhak Eddouk, aumônier musulman sur le thème un islam laïc est-il possible ? Extraits des propos de Xavier Lemoine :

"(...) Il n’y a pas de hiérarchie cléricale dans l’islam, pas de magistère authentique unique. Et cela change tout ! Vous m’avez cité un verset. Soit, je vous crédite de la confiance que vous méritez, mais votre parole ne peut pas engager un autre musulman. Vous savez bien qu’un autre pourra se référer à d’autres versets, à d’autres sourates qui diront exactement le contraire de ce que vous affirmez et qui pourront justifier d’autres comportements. Et chacun peut, en conscience, s’affirmer bon musulman.

Il faudrait aussi que l’on puisse examiner sereinement si les ressorts fondamentaux de l’islam sont compatibles avec le droit positif français tel que la religion chrétienne l’a inspiré. Et l’on verra qu’il y a d’importantes différences sur bien des points. Les représentations de Dieu ne sont pas les mêmes dans la Bible et dans le Coran. Il en découle deux anthropologies, deux modes de vie, deux organisations sociales. La Bible dit que l’homme a été créé à l’image de Dieu, ce qui permet aux chrétiens de conclure à la dignité inaliénable de la personne humaine, notion étroitement liée à celle de sa liberté. Le Dieu du Coran, en revanche, n’a pas fait alliance avec l’humanité : le musulman n’a que les droits que Dieu veut bien lui consentir. Sa dignité lui vient non pas de sa nature mais de sa soumission à la volonté de Dieu et de son appartenance à la Oumma, la communauté des musulmans, qui codifie l’intégralité de sa vie. Ce qui pose la question de la laïcité et de la liberté religieuse…(...)

Le CFCM ne fonctionnera pas mieux tant qu’on n’aura pas résolu trois problèmes : la tutelle qu’exercent les pays étrangers sur les fédérations ; le contrôle des taxes perçues sur l’abattage rituel de la viande (les sommes sont considérables) ; et je crois, quand même, qu’il y a des divergences doctrinales importantes. Je suis allé au salon de l’Union des organisations islamiques de France, au Bourget, qui attire des dizaines de milliers de musulmans. Les hommes d’un côté, les femmes de l’autre… Ne me dites pas que ce n’est pas l’islam. Si cette vision de l’islam devait s’imposer en France, moi je dis : non !(...)"
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

islam en France...!!!

Message par Dondedieu le Ven 6 Jan - 16:06

JE DIS ...NON AUSSI...!!!

QUE DIEU JESUS et MARIE NOUS PROTEGENT ...

Dondedieu

Messages : 5
Date d'inscription : 06/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Islam : Islamisation Orchestrée de la France

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum