Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Marthe Robin (1902-1981)

Aller en bas

Marthe Robin (1902-1981)

Message par Her le Mar 1 Fév - 14:56

ZF10040203 - 02-04-2010
Permalink: http://www.zenit.org/article-23996?l=french

LES PASSIONS DE MARTHE ROBIN : UN CHEMIN DE PROFONDE UNION AVEC LE CHRIST

Interview du père Jacques Bernard, exégète et docteur en théologie

ROME, Vendredi 2 avril 2010 (ZENIT.org) - Alors que l'Eglise revit aujourd'hui le Vendredi de la Passion du Christ, le père Jacques Bernard a évoqué pour ZENIT les passions de Marthe Robin et son extraordinaire rayonnement à travers l'offrande de sa vie pour les pécheurs. Exégète et docteur en théologie, professeur à l'université catholique de Lille et fondateur de Mess'AJE, il a notamment travaillé sur les carnets du père Faure relatant les passions de Marthe Robin (1933-1938).
La biographie de Marthe Robin (1902-1981), publiée en 2006 sous la plume du postulateur de sa cause, le père Bernard Peyrous, est sortie le 1er avril aux Editions Pocket.
Marthe Robin, fondatrice des Foyers de Charité, issue d'une modeste famille de paysans, a été très tôt lourdement handicapée. Progressivement paralysée jusqu'à l'immobilisation totale en 1927 (elle a 25 ans), elle connaît l'angoisse, se révolte contre Dieu. En 1928, tout bascule lors de la visite à son chevet de missionnaires capucins. Elle trouve le sens de ses souffrances et une manière nouvelle de vivre en union avec le Christ.
Avec l'aide du curé de la paroisse de Chateauneuf-de-Galaure, l'abbé Faure, sa vie spirituelle se développe et l'entraîne dans une intimité extrêmement profonde avec Dieu. Son union à Jésus devient telle qu'elle est associée aux souffrances du Christ dans sa Passion et la revit chaque semaine dans sa propre chair.
Le père Faure est alors le premier témoin de ces passions. Dès 1933, il écrit minutieusement chaque parole de Marthe sur de petits carnets de pharmacien, publiés en 2009 par les Editions Foyers de Charité sous le titre Les passions de Marthe Robin.

ZENIT - Dès 1930-1931, Marthe Robin revit chaque semaine la Passion. Comment vit-elle cette union au Christ ?
P. Jacques Bernard - Au début, Marthe est terrorisée. Puis elle fait cette expérience mystique qui lui permet de comprendre que sa vie peut être une offrande pour les pécheurs. Elle réalise que ce poids de souffrance, d'annihilation peut devenir un chemin de salut, de conversion.

ZENIT - Le père Faure, curé de la paroisse de Marthe Robin, note consciencieusement tout ce qu'il voit et entend de la bouche de Marthe Robin lorsqu'elle vit ces passions...
P. Jacques Bernard - Le père Faure note au jour le jour ce qu'il entend, ce qu'il ne comprend pas, etc. Ce sont des choses très concrètes, très précises, presque minutées. Il signale les silences, les attitudes de Marthe durant ses passions, mais il ne commente rien. Il note tout et il est en cela un témoin impartial : on ne peut pas douter de ce qu'il a écrit.

ZENIT - En tant qu'exégète, vous avez travaillé sur ces textes. Qu'apportent-ils de nouveau sur Marthe ?
P. Jacques Bernard - On y découvre que Marthe, enveloppée dans un corps de souffrance permanente, a une connaissance étonnante des Ecritures. Elle fait sans cesse le va-et-vient entre ce qu'elle vit dans ses expériences mystiques, la culture dans laquelle elle vit ces expériences et le passage aux Ecritures. Et elle très rigoureuse : elle revient toujours à l'Ecriture qui est maîtresse de l'interprétation de ses propres expériences.

ZENIT - Comment a-t-elle acquis cette connaissance des Ecritures ?
P. Jacques Bernard - Avant d'être aveugle, Marthe Robin a lu l'Evangile comme quelqu'un qui sait qu'elle ne pourra plus les lire après, avec beaucoup d'attention et une intelligence remarquable. Elle est capable de faire des comparaisons entre les synoptiques comme si elle les avait sous les yeux. On voit qu'elle veut approfondir tout ce qui touche à la Passion : elle veut en connaître le lieu incarné, le paysage. Les mystiques ont d'autant plus besoin de retrouver la vérité incarnée de Jésus qu'ils la vivent de manière concrète.

ZENIT - Avant de travailler sur ses écrits, vous avez rencontré Marthe Robin. Qu'est-ce qui vous a frappé dans sa personnalité ?
P. Jacques Bernard - J'ai rencontré Marthe Robin plusieurs fois. J'ai toujours été très frappé par son dénuement physique et sa clairvoyance, sa vivacité intellectuelle. Elle possédait une profondeur de vue religieuse, de vue des personnes. C'était frappant. Démunie physiquement, elle était un « géant » au plan spirituel. L'union à la croix lui donnait cette grandeur mystique et intellectuelle. On ne peut pas en voir la source ailleurs que dans son expérience mystique.

ZENIT - A sa mort, à 79 ans, elle a reçu plus de 103 000 personnes dans sa petite chambre de Chateauneuf-de-Galaure, venues lui demander un conseil, confier une intention. Comment expliquer un tel rayonnement ?
P. Jacques Bernard - Marthe est une personne dont les conditions physiques ne devaient pas permettre un tel rayonnement. Elle est paralysée, elle vit des phénomènes incompréhensibles humainement. Mais elle vivait de la compréhension des personnes qu'elle rencontrait. Elle voyait en clair votre vie intérieure. J'avais été frappé par sa capacité, sa mémoire étonnante alors qu'elle rencontrait énormément de monde. Il faut imaginer cette vivacité, cette finesse intellectuelle dans un corps malade et réduit à presque rien. On est devant un phénomène irrationnel.

ZENIT - Peut-elle être un modèle, aujourd'hui, pour les personnes souffrantes ?
P. Jacques Bernard - Marthe a vécu une maladie troublante qui la réduisait à néant. Le fait de la vivre dans la Passion du Christ chaque semaine peut évidemment aider ceux qui sont malades, qui se sentent abandonnés. A l'exemple de Marthe Robin, une vie en union avec le Christ, en union avec la Croix, peut porter des fruits de résurrection étonnants.
Propos recueillis par Marine Soreau
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marthe Robin (1902-1981)

Message par Her le Jeu 3 Mar - 10:28

Marthe Robin
(1981-02-06)

Marthe Robin est née le 13 mars 1902 à Châteauneuf de Galaure, petit village du Nord du département de la Drôme. Ses parents, Joseph Robin et Célestine Chosson, y possédaient, au quartier des Moïlles, une modeste maison construite en pisé, entourée de 13 hectares de terres. Il fallait travailler dur pour subvenir aux besoins d'une famille de 6 enfants, dont elle était la cadette. En 1903, la famille Robin connut l'épreuve d'une épidémie de fièvre typhoïde. Parmi les enfants atteints, l'avant-dernière, Clémence, en mourut, et Marthe en resta fragile.

Ses parents étaient connus pour leur sociabilité et leur simplicité. Son enfance fut celle d’une fillette ordinaire de la campagne. En 1909, Marthe prit le chemin de l'école, au bas du village de Châteauneuf. Elle fut vraisemblablement bonne élève, faisant preuve d’une mémoire et d’une curiosité d’esprit au-dessus de la moyenne. Elle était souvent malade, ainsi sa santé ne lui permit pas d'accomplir une scolarité suivie : aussi elle ne put passer le Certificat d'Études, mais cela n’affectait en rien sa gaieté naturelle.

A la paroisse de Châteauneuf-de-Galaure, Marthe Robin reçut le sacrement de Confirmation en 1911, fit sa première Communion, le 15 Août 1912. Dès son enfance, elle a eu, pour la Sainte Vierge une affection filiale et c'est bien souvent qu'elle la prie. Marie sera toujours pour elle Mère et Éducatrice. En 1914, elle quitte l'école du village et prend part aux travaux de la maison et de la ferme.

En 1918, Marthe Robin ressent les premiers effets de la maladie qui ne la quittera plus : une encéphalite. Marthe commence à souffrir de maux de tête, suivis rapidement d’évanouissements, puis d’une paralysie des deux jambes. Elle entre souvent dans un sommeil profond, soulagement durant des journées de souffrance, pendant presque deux ans. Un début de guérison se produit à 19 ans, le jour de l’Annonciation : la compagne de Marthe dans sa chambre est réveillée par un grand bruit, voit une grande lumière. Marthe lui confie avoir également vu à cet instant la sainte Vierge. Mais sa santé reste très précaire, et elle passe ses journées dans l’immobilité, lisant et brodant.

Tout est fait pour la soigner : visites à plusieurs médecins, soins, cure de bains résineux à Saint Péray en Ardèche. Pour pouvoir acheter les médicaments prescrits, Marthe Robin coud et brode pour quelques personnes qui lui demandent de travailler pour elles, car son travail est toujours particulièrement soigné. Dix ans de luttes contre la maladie, avec espoirs de guérisons et rechutes désespérantes.

La découverte d’un livre dans un grenier fait basculer sa vie, lorsque ses yeux tombent sur une phrase qui la marque à tout jamais : "c’est à la souffrance qu’il faut te préparer". Elle sait à ce moment là que pour elle, c’est ce chemin qui a été choisi. Elle a vingt ans, et décide de tout donner à Dieu.

Elle devait se rendre à Lourdes, pour un pèlerinage plein d’espoir de guérison, mais elle cède sa place à une autre malade de Châteauneuf, s’oubliant elle-même. C’est à partir de ce moment, Marthe l’a confié elle-même à une amie, que la Sainte Vierge commence à la combler de grâces.

A l’âge de 23 ans, elle s’abandonne entièrement à la Volonté divine, et offre sa vie à Dieu, dans un texte extraordinaire de consécration. Et c’est à partir de ce moment que sa vie de souffrance s’intensifie. Elle tombe moins d’un an après dans le coma, pendant 3 semaines. C’est pendant ces moments que Sainte Thérèse de Lisieux lui apparaît trois fois, et lui révèle sa mission pour le monde entier. Mais le corps plongé dans toute cette souffrance, elle conserve inébranlablement son humour, sa joie intérieure, baignée par l’Amour de son Seigneur.

Elle devient paralysée des jambes, et grabataire, elle est condamnée à restée constamment alitée, dans sa chambre. Elle a 26 ans, et y restera jusqu’à sa mort à 78 ans. A partir de cette période, elle ne mangera plus, n’absorbant pour seule nourriture, qu’une hostie qu’on lui apporte une à deux fois par semaine. L’hostie, par un phénomène étrange, n’est pas déglutie, mais entre comme happée.

Les apparitions de la Sainte Vierge se font de plus en plus fréquentes dans la chambre de Marthe. Mais la contrepartie ne se fait pas attendre, et le démon s’attaque à Marthe, lui causant même des dommages physiques (dents cassées, coups...).

A 27 ans, un an après sa paralysie des jambes, Marthe perd l’usage de ses mains.

Le 3 février 1930, Marthe Robin indiquait que sa devise était :

« Toute à Jésus par Marie, Médiatrice de toutes grâces. Ma vie est toute d'union à Notre-Seigneur par l'union à sa Sainte Mère ».

« Ô Vierge Marie, faites que je sois chaque jour plus docile, plus patiente, plus simple. Qu’on m’ignore et qu’on m’oublie. Je ne demande pas que Dieu fasse en moi des choses visibles, mais uniquement d’être une humble enfant, douce et humble de cœur ».

« De mon Dieu, je suis le calice : ma mission est de Le faire aimer en débordant d’amour, il faut donc que je saisisse toutes les occasions pour répandre lumière et vérité ».

À 28 ans, Jésus apparaît à Marthe, et lui demande : "Veux-tu être comme Moi ?". Est-il besoin d’imaginer sa réponse ? Quelques mois plus tard, les marques de la crucifixion apparaissent sur son corps. Elle saigne des pieds, des mains, et du coeur. Puis une autre fois, elle saigne abondamment de la tête, sa couronne d’épines lui ayant été enfoncée par Jésus dans une vision. Puis "enfin", elle se sentit une autre fois complètement disloquée, comme placée sur la croix.

Le vendredi qui suivit, Marthe commença à vivre la Passion de Jésus. Cet événement se renouvela chaque semaine, pendant 50 ans... avec pour seule nourriture l’Eucharistie.

Chaque jeudi, commençaient les souffrances de la Passion. Ainsi que les attaques du démon. Mais irrémédiablement, elle entrait ensuite dans une phase d’identification totale avec Jésus, et parlait au Père... puis entrait dans une extase profonde.

Vie de souffrance, vie de service à tous ceux qui ont eu le privilège de l’approcher. Ses visions de la vie de Jésus, son Amour total pour la création du Père, son sacrifice permanent au bonheur des autres, au cours d’une vie hors du commun.

Dans cette chambre de prières et de souffrances, elle reçoit plus de 1000.000 personnes ! Elle a connu quelques-unes des personnalités les plus remarquables de son temps. Elle a changé la vie de centaines de gens, éclairant, consolant, encourageant, en restant une âme simple, avenante, directe, pourvue d'un bon sens, d'un humour, et, d'une intelligence du cœur et des choses qui en faisait un être exceptionnel. Avec le Père Georges Finet, elle fonde les Foyers de Charité, dont le premier à Châteauneuf en septembre 1936.

« Je souffre, disait-elle, mais je suis heureuse de pouvoir offrir mes souffrances pour la patrie, pour les pécheurs et pour l’Eglise ».

Écoutons le père Finet qui a vécu ses derniers instants :

« C’était un vendredi. J’étais venu dans sa chambre, la veille, à dix-sept heures. Depuis quelques semaines, Marthe était plus douloureuse que jadis. Mais personne ne pensait qu’elle allait mourir. Elle me disait qu’il (Lucifer) lui faisait la vie dure, qu’elle était projetée jusqu’à terre. De fait, en entrant dans sa chambre, je la trouvai étendue sur le sol, ce qui n’était jamais arrivé. Je priais la personne qui était dans la pièce voisine de venir m’aider à la relever. Son bras était déjà froid. Et j’entendis Marthe me dire : " Il m’a tuée. " (…) À nous deux, nous la prîmes et nous la posâmes sur le lit. Son second bras était aussi froid que le premier. Je mis un miroir sur ses lèvres, je ne recueillis aucun souffle. Alors, on alla prévenir le médecin. Il arriva vers huit heures du soir et il dit : " Elle est morte ". »

Marthe Robin meurt le vendredi 6 février 1981. Sa cause de béatification fut introduite en 1991.

De ces visions, nous citons l’avenir glorieux qu’elle a prophétisé :

« Je joue avec les projets des hommes ; ma main droite prépare des miracles et mon nom sera glorifié dans le monde entier. Plus la terre sera hostile à tout ce qui est surnaturel, plus je me complairai à briser l’orgueil des impies, le fait en sera autant plus admirable et extraordinaire. En lieux et place du trône de la bête seront dressés deux trônes glorieux : celui du Sacré-Cœur de Jésus et celui du Cœur immaculé de Marie.

On reconnaîtra que ni le pouvoir humain, ni les démons, ni le génie de l’industrie ne mettront fin à la guerre, mais celle-ci ne se terminera que lorsque la réparation sera consommée.

Prend courage ! car le royaume de Dieu approche. Il commencera par quelque chose d’aussi soudain qu’inespéré ».

Et en 1936, Marthe confie cette prophétie concernant la France, au Père Finet, le co-fondateur des Foyers de Charité :

« La France tombera très bas, plus bas que les autres nations, à cause de son orgueil et des mauvais chefs qu'elle se sera choisie. Elle aura le nez dans la poussière. Il n'y aura plus rien. Mais dans sa détresse, elle se souviendra de Dieu. Alors elle criera vers lui, et c'est la Sainte Vierge qui viendra la sauver. La France retrouvera alors sa vocation de Fille aînée de l'Eglise, elle sera le lieu de la plus grande effusion de l'Esprit Saint, et elle enverra à nouveau des missionnaires dans le monde entier ».

Philippe, un retraitant du Foyer de Charité de Châteauneuf-de-Galaure annonce : « J'ai rencontré personnellement Marthe trois fois, et j'ai entendu de mes propres oreilles le père Finet dire :

« Marthe Robin prophétise qu'il va y avoir une faillite économique, et qu'ensuite il y aura la grande Pentecôte d'Amour, et que l’ensemble des Chrétiens vivront alors en communauté ».

Enfin Marthe nous indique la voie à suivre :

« Allons à Marie,
Elle est celle dont nous avons incessamment besoin ».

Et elle confiait de même à Mgr Chabert :

« Jean-Paul II est le Pape de Marie ; c'est Elle qui l'a spécialement choisi ; Nous sommes dans Le Temps de Marie ».

Prière de Marthe Robin pour la France :

« O Père, ô mon Dieu, délivrez, sauvez maintenant votre France.
Préparez le coeur de vos enfants à la mission qu'ils vont avoir à accomplir pour toutes les nations, pour l'Eglise tout entière.
O Père, ô mon Dieu, que les coeurs de vos élus tressaillent maintenant à votre appel, reconnaissant votre voix, votre commandement, votre invitation à agir.
Conduisez-les, ô mon Dieu, chacun à sa place et chacun à sa mission.
Imposez-leur vous-même tout ce que vous voudrez de chacun d'eux et de tous.
Que rien ne soit l'effet de leur propre choix mais uniquement de votre unique volonté d'amour.

Vierge immaculée, ne les laissez pas s'égarer ni se tromper.

Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit.
Coeur immaculé de Marie, priez pour nous.
Saints et saintes de France, intercédez pour nous ».

La prière du Silence de Marthe à Marie

« O ma Sainte et Bonne Mère ! Donnez-moi, donnez à tous de comprendre la grande valeur du silence dans lequel on entend Dieu ! Apprenez-moi à me taire pour écouter la Sagesse éternelle. Apprenez-moi à tirer du silence tout ce qu'il renferme de grand, de saint, de surnaturel, de divin. Aidez-moi à en faire une prière parfaite, une prière toute de foi, de confiance et d'amour. Une prière vibrante, agissante, féconde, capable de glorifier Dieu et de sauver les âmes ! »
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marthe Robin (1902-1981)

Message par Her le Jeu 3 Mar - 10:29

http://www.perepiscopus.org/diocses/les-eveques-celebrent-marthe-robin?

Les évêques célèbrent Marthe Robin

Posté par Maximilien Bernard dans Diocèses le 02 6th, 2011 |
Aujourd’hui 6 février, les 12 Foyers de Charité se mobilisent pour célébrer le trentième anniversaire de la mort de leur fondatrice, Marthe Robin. Plusieurs célébrations ont lieu, certaines présidées par des évêques, comme au Foyer de Charité de Tressaint (Dinan) avec Mgr Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier , au Foyer de Courset avec Mgr Didier-Léon Marchand, évêque émérite de Valence ou à Paris, avec Mgr Renauld de Dinechin, évêque auxiliaire de Paris.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marthe Robin (1902-1981)

Message par Her le Jeu 8 Sep - 16:31

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/09/marthe-robin-sur-europe-1.html

07 septembre 2011

Marthe Robin sur Europe 1

Lu sur Europe 1 :

"Franck Ferrand rouvre aujourd’hui l’un des dossiers les plus mystérieux de notre époque… Celui de la mystique Marthe Robin, célèbre dans le monde entier pour être restée des décennies entières sans manger et sans boire, et pour avoir, le vendredi, revécu incessamment la Passion du Christ dont elle recevait les stigmates. Il y a trente ans, elle mourait à Châteauneuf-de-Galaure, près de Valence… Mais aujourd’hui encore, son cas pose de nombreuses questions, à différents niveaux…

Son invité : François de Muizon, ancien maître de conférences en sciences de l’information et de la communication."

Au-delà de l'aspect "mystère", qui est la nature de cette émission d'une demi-heure, le récit est plutôt fidèle aux faits. A écouter ici.

Posté le 7 septembre 2011 à 07h35 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marthe Robin (1902-1981)

Message par Her le Mar 13 Déc - 8:51

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/12/dites-aux-petits-enfants-de-prier-pour-la-france.html

04 décembre 2011

"Dites aux petits enfants de prier pour la France..."

Il y eut en France des évènements récents que l'on ignore parfois et dont la portée est cependant capitale :

"Cachée dans sa ferme du hameau des Mouilles, à Chateauneuf-de-Galaure, une mystique dont la cause de béatification est [...] introduite, Marthe Robin prie pour son pays. Le 8 décembre 1947 au matin, son confesseur, le Père Georges Finet, monte chez elle et lui dit :
- Marthe, la France est foutue (sic). Nous allons avoir la guerre civile.
- Non mon Père, répond Marthe. La Vierge Marie va sauver la France grâce à la prière des petits enfants".

Ce jour-là commençaient les apparitions de l'Île Bouchard où la sainte Vierge est apparue du 8 au 14 décembre 1947, alors qu'en effet la France était au bord d'une guerre civile inéluctable sous la pression du parti communiste. Cet aspect fait oublier ces apparitions et ses messages si importants :

"je suis votre Maman du Ciel...
Chantez le "Je vous salue Marie", ce cantique que j'aime bien...
Je donnerai du bonheur dans les familles...
Il faut prier et faire des sacrifices...
Récitez une dizaine de chapelet, les bras en croix..."

En 2001, monseigneur Vingt-trois, alors archevêque de Tours, autorisait les pélerinages à l'Île Bouchard et publiait une prière officielle à Notre-Dame de la Prière, vocable sous lequel elle est évoquée dans ce village de Touraine.

Une lectrice m'apprend qu"une des deux dernières voyantes de l'Ile Bouchard s'est éteinte le vendredi 2 décembre, le même jour que la voyante de Banneux que j'évoquais hier. Elles seront enterrées le même jour aussi, la veille de la grande fête de l'Immaculée Conception, dont elles avaient tant reçu sur terre.

RIP

Posté le 4 décembre 2011 à 08h12 par Lahire
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marthe Robin (1902-1981)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum