Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Illumination de la conscience témoignage Europe Renouveau charismatique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Illumination de la conscience témoignage Europe Renouveau charismatique

Message par Soleil le Lun 31 Oct - 9:24

Témoignage donné en Europe dans plusieurs groupes du renouveau charismatique (octobre 2016)

La paix de Jésus soit avec vous !

Frères et sœurs bien-aimés, je viens témoigner aujourd’hui que le Christ m’a ressuscitée de ma mort spirituelle et je le remercie de m’avoir donné la grâce de vivre l’illumination de ma conscience, témoignage que j’ai donné sur 6 continents et diverses îles.

Vous pourrez prendre connaissance sur mon site des 5 livrets que j’ai écris et qui ont l’approbation de l’église catholique ainsi qu’une interview avec Mgr René Laurentin.

Mes parents m’ont fait baptiser quelques jours après ma naissance.

J’ai suivi tous les cours de catéchisme et j’ai fait ma première communion.
Maman, une pieuse femme, m’avait appris à prier tous les soirs le «Notre Père» et le «Je vous salue Marie».

Cependant, après ma communion je n’ai plus fréquenté l’Église Catholique jusqu’en 1996, date à laquelle Jésus est venu me sauver. J’avais 32 ans.
Je vais vous raconter la vie que j’ai menée pendant toutes ces années, loin de Jésus et de son Eglise, l’Eglise Catholique, la seule qu’Il a fondé sur Pierre, le premier Pape.

Dès l’âge de 15 ans ma vie a basculé.

J’ai commencé à fumer, à fréquenter des bars sordides, à tirer les cartes, à pratiquer la numérologie, à écrire à des astrologues.
Quand mes études scolaires furent terminées, j’ai passé tous les week-ends dans les discothèques, fumant du haschich, buvant de l’alcool, vêtue de mini-jupes et forniquant sans culpabilité, avec les hommes que je rencontrais.J’étais à la recherche de l’Amour avec un grand A.

C’est lors d’une soirée dans un night-club que j’ai fait la rencontre d’un garçon. Au bout de quelques mois, nous avons décidé de vivre en concubinage. A cette époque de ma vie, je ne savais pas qu’en ayant des rapports sexuels en dehors du sacrement de mariage, mon âme était transportée en enfer et s’unissait aux esprits impurs.
Au bout de cinq ans, je l’ai quitté et j’ai déménagé dans une autre ville dans laquelle j’ai fait la rencontre d’une astrologue qui m’a fait mon thème astrologique.

Quelque temps après je suis allée dans un centre de spiritisme, pour écouter les enseignements d’un gourou, dans lequel j’ai trouvé un livre que j’ai étudié et qui s’appelait "L’Évangile selon le spiritisme" d’Allan Kardec.
Ce gourou proposa un jour à ceux qui le souhaitaient de participer le mercredi soir à des séances vivantes de spiritisme et là, j’ai commencé à voir des médiums qui entraient en transe et qui prétendaient recevoir des messages des saints.

Si j’avais su à l’époque que c’étaient les esprits déchus qui délivraient ces messages, j’aurais quitté ce centre de spiritisme immédiatement.
Un mercredi soir, le gourou a proposé à ceux qui le souhaitaient de faire un grand nettoyage de leur âme.

Intérieurement, je souffrais beaucoup, mais à ce moment-là, je ne savais pas que c’étaient les péchés accumulés qui m’oppressaient.

Moi, je croyais que cette souffrance intérieure était due au karma que j’avais accumulé dans mes soi-disant vies antérieures puisque je croyais à la réincarnation.

Je n’avais pas encore pris conscience qu’on ne meurt qu’une fois (He 9, 27) et que d’après le C.E.C. il n’y a pas de réincarnation après la mort.
Croyant que le gourou avait le pouvoir de me libérer de mes vies antérieures, je lui ai laissé m’imposer ses mains avec les pouvoirs qu’il avait acquis du démon sur deux de mes chakras ! Le chakra du cœur et le chakra du troisième œil ! Puis il me dit qu’il m’avait transmis la lumière.
Mais malheureusement il s’agissait de la « lumière » de l’ennemi de Dieu.

Ensuite je suis rentrée chez moi et j’ai commencé à me sentir mal.
Lors de la séance de spiritisme suivante, j’ai vécu une expérience très difficile. La kundalini s’est levée.
La kundalini, c’est une puissante énergie qui est logée dans l’os sacrum au bas du dos.
Quand elle s’éveille, elle monte le long de la colonne vertébrale et travaille de centre en centre jusqu’au chakra coronal qui est situé au-dessus de la tête.

Pendant cette expérience, j'ai eu l’impression que j’allais être enlevée au ciel tellement cette énergie était puissante.
Ce que je n’avais pas compris à ce moment-là, c’est qu’à travers la pratique du yoga et de l’élévation de la kundalini, j’ai laissé le pouvoir de Satan entrer en moi et me diriger de l’intérieur.
Je ne savais pas que la pratique du yoga pouvait ouvrir la porte de mon âme à des entités spirituelles mauvaises.

Avec les simples exercices de yoga, les chakras se sont ouverts et les démons sont entrés dans mon corps.

J’ai découvert que le yoga n’est pas une simple pratique et qu’Il appartient à une véritable religion dont il est difficilement séparable.
Il me fait adorer des divinités et il a une fonction spirituelle.

Le yoga est une pratique hindoue qui réalise l’union du moi temporel «Jiva» à «Brahman» , le concept hindou de Dieu.

Ce Dieu est présenté comme une substance spirituelle impersonnelle.
Il n’est pas Jésus-Christ, le Dieu personnel de la Révélation.

J’ai alors pris conscience qu’en pratiquant le yoga, j’adorais un autre Dieu que la Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit et par voie de conséquence que je transgressais le premier commandement de Dieu :
«Tu n’auras pas d’autres dieux que moi.» (Dt 5,7).

Me sentant de plus en plus mal, j’ai alors décidé de quitter ces pratiques.

A cause de tout cela, je me suis trouvée entre la vie et la mort pendant de très longs mois, et si je suis en vie aujourd’hui, je peux dire merci à Jésus.
Ma soif de connaissances n’étant pas assouvie, je me suis affiliée à l’Ordre de la Rose-Croix AMORC et, rapidement, j’ai commencé à recevoir de petits fascicules à étudier. Je me suis aussi affiliée à une loge rosicrucienne dans laquelle j’ai passé plusieurs initiations et ce n’est que plus tard, quand Jésus m’a libérée, que j’ai vu comment Satan m’avait possédée à chaque initiation ésotérique.

J’ai étudié dans cet Ordre différentes disciplines telles que le corps psychique de l’homme, le voyage astral, l’aura humaine, les chakras, les sons vocaux, les mantras…

À travers ces études, j’ai cherché à connaître et à comprendre le dieu qui est appelé «le cosmique».

Je n’ai rien compris à ce faux dieu et à ces énergies. Imaginez-vous quelle relation d’amour j’avais avec ce dieu-là ? Aucune.

Aucun cœur à cœur d’amour brûlant tel que je peux maintenant le vivre avec Jésus d’Amour dans l’Eucharistie.

Dans ma recherche dans le Nouvel Age qui ne vient pas de Dieu, j’ai pratiqué le magnétisme, la cartomancie, le pendule, l’astrologie, les horoscopes, lignes de la main, chi kong, la télépathie, l’hypnose, des respirations Nouvel Age, lecture de l’aura, toutes formes de guérisons par les énergies, par les cristaux, la musique et les couleurs, les méditations sur des musiques du Nouvel Age, le reiki qui a été interdit par les Évêques des États-Unis tellement il est diabolique.

Une fois initiée au reiki, le démon prend possession de l’âme et la personne qui le pratique se voit recevoir des pouvoirs du démon. La personne qui va se faire guérir par quelqu’un qui pratique le reiki reçoit en elle un pouvoir que seule l’Eglise peut délivrer par un exorcisme et une sincère confession.
Dans l’Ordre de la Rose-Croix A.M.O.R.C j’ai rencontré un homme qui était seul depuis des années car sa femme l’avait quitté pour un ami à lui. Rapidement nous avons vécu ensemble en concubinage.

Et voilà qu’un coup de grâce est arrivé ! En regardant un poster du Sacré-Cœur de Jésus, j’ai entendu sa voix qui me disait : «Mes saintes plaies te sauveront !» Les plaies de sa douloureuse Passion.

Peu de temps après, lors d’un pèlerinage à Medjugorje, j’ai accepté de réintégrer l’Église Catholique.

J’ai passé une semaine à Medjugorje et le jour où j’ai quitté Medjugorje, la sainte Vierge, la gospa, m’a donné tellement de grâces pour mon repentir que je n’arrêtais plus de pleurer et mes yeux me brûlaient.

De retour en France, Dieu m’a donné une première expérience surnaturelle au cours de laquelle Il m’a dit qu’Il aimait qu’on le craigne (la sainte crainte de Dieu) et Il m’a demandé de faire pénitence !

Il m’a montré mon âme enfermée dans la Bête. Elle avait une tête de lion tel que l’Apocalypse nous la décrit. Mes péchés mortels avaient condamnés mon âme.

J’ai vu les démons qui m’entouraient et qui étaient prêts à m’emmener avec eux dans le lieu de ténèbres.

Ces démons étaient liés à chacun de mes péchés.

J’ai vu mon péché de fornication lié au concubinage, dans le visage d’un démon. Il ressemblait à un être humain mais il avait des yeux haineux. C’était un esprit déchu.

Quand j’ai commencé à regarder plus profondément mon âme, je me suis vue comme une hyène et je suis descendue au fond de l’abîme, blasphémant et éprouvant de la haine pour Dieu.

Le péché mortel avait complètement déformé mon âme.

Dans ce lieu, j’ai été envahie de sangsues. Des larves s’accrochaient à moi. Des vers étaient en moi. C’était la conséquence des horreurs sexuelles que j’avais commise avec ma chair. C’était horrible.
J’avais commis beaucoup de péchés sexuels impurs.

La laideur de mon âme était la conséquence de mes désobéissances à la Loi de Dieu et Satan dans sa fureur m’a dit : «Je t’ai condamnée aux peines de l’enfer».

Le plus terrible est que j’entendais mon âme dire : «Satan je t’aime !» C’était vraiment horrible ! J’étais un démon dans la putréfaction !

J’étais une femme du monde, séductrice, courtisée et dominatrice. Je disais que j’étais une femme libérée mais en fait j’étais enchaînée à Lucifer.
J'ai vu les grosses chaînes noires avec lesquelles le démon me liait.
Moi qui disait dans le Nouvel Age que le démon n’existait pas, voici qu’il m’apparut tout noir avec une fourche. Il avait un aspect très dur.
Les chaînes que j'ai vues représentaient tous les péchés que j'avais commis et qui m’avaient liée à divers démons de la hiérarchie infernale. Mon hypocrisie m’avait liée à eux.

Seul Jésus a pu couper ces chaînes plus tard, avec son Précieux Sang, lors de diverses confessions auprès d’un prêtre.

Ma rébellion avait commencé en écoutant du rock, les Beatles, ACDC et les esprits de ces mauvaises musiques étaient entrés en moi…

Ma rébellion intérieure m’amena à être en faveur de l’homosexualité, du divorce, du concubinage, de l’avortement.

Dieu m’a dit : «Tu es une grande rebelle.» J’ai dû reconnaître que c’était vrai !

Si ma mère n’avait pas beaucoup prié le chapelet, je serais, à l’heure actuelle, toujours aveuglée par la lumière de Lucifer.

Le jeûne et la prière m’ont beaucoup aidée pour ma délivrance.
Jésus m’a expliqué que quand je priais, il priait en moi, pour ma libération.

Quand Il est venu me délivrer, je l’ai vu en vision intérieure et Il m’a dit : «Mon nom est Yeshoua ! Est-ce que tu veux t’en sortir ?»
Et moi j’ai répondu : «Oui. Je veux m’en sortir.»

À ce moment particulier de ma vie, je ne savais pas que Dieu interdisait les rapports sexuels, en dehors du mariage à l’Église.
La Parole de Dieu nous dit : «Œuvre de chair ne fera qu’en mariage seulement».

Dieu m’a même dit qu’il était interdit de penser à la chair avant de se marier à l’Église et qu’il était également interdit de procréer avant d’avoir reçu le sacrement de mariage.

Après ces moments de souffrance intérieure, Jésus m’a remontée de l’abîme en me reprenant en lui et Il m’a dit : repose dans Mon Cœur et j’ai senti sa puissance me sortir de cet état de ténèbres.

La Sainte Vierge m’a dit : «Mon fils est mort à cause de tes péchés.»
Vous savez pour moi le péché n’existait pas car quand on étudie dans le Nouvel Age ou New Age on apprend que Satan n’existe pas, que le péché n’existe pas, qu’on n’a pas besoin d’un Sauveur pour aller au paradis, que le purgatoire et l’enfer n’existe pas et qu’on peut faire ce qu’on veut pourvu qu’on se sente bien et qu’on a beaucoup de temps pour devenir bon puisqu’on doit se réincarner des milliers de vie.

J’étais aveuglée par la lumière de Lucifer.

Alors quand la T.S.Vierge m’a dit que son Fils était mort à cause de mes péchés, J’ai pris conscience que j’étais une très grande pécheresse et que j’avais causé de grandes souffrances au Christ pendant Sa Passion.
Alors Jésus m’a dit : Ne me fais plus souffrir avec ta chair et j’ai compris à quel point mon péché de fornication dans le concubinage et mes péchés d’idolatrie l’avait fait souffrir, lui qui est tellement pur.

La T.S. Vierge m’a dit : tu as offensé mon cœur immaculé.

Ensuite Jésus m’a dit : «Tu es à Moi.» «Ne pense qu’à Moi.» «Ne pense qu’à m’aimer.» «Je te guérirai.» «Tu baignes dans mon sang.» «Donne-moi beaucoup d’amour.» «Ne pèche plus.» «Ne vends plus ton âme au diable.» «Ne me trahis plus.» «Je suis ton seul maître.» «Je suis le chemin, la vérité et la Vie.» «Ne t’éloigne plus de moi.» «Fuis le monde.» «Fuis les hommes.»

«Écoute ma parole, (je n’ouvrais jamais la Bible) observe mes commandements, (je savais qu’il y avait 10 commandements mais je n’en savais pas plus) et observe mes sabbats.» (C’est à dire le jour du Seigneur) (A la place d’aller à la messe le dimanche, je faisais du sport, du ménage à la maison ou la lessive. J’étais dans l’erreur car Dieu veut que le dimanche soit un jour de repos complet).

Jésus m’a alors donné un Ordre : «Défends ma loi.»

J’ai ouvert la Bible de Jérusalem et le C.E.C. et Quand j’ai pris connaissance du cinquième commandement, j’ai été couverte de honte «Tu ne commettras pas de meurtre». (Ex 20, 13).

Je pris alors conscience que je me tuais en fumant deux paquets de cigarettes par jour, en prenant des drogues douces, en buvant beaucoup d'alcool, en prenant la pilule. J’ai aussi pris conscience que je tuais autrui en me mettant très souvent en colère contre mon prochain. J’ai aussi tué en ne me préservant pas de la médisance et de la calomnie.
J'ai aussi tué le jour où j’ai conduit à la clinique une amie qui souhaitait se faire avorter. Je ne sais pas si vous savez ce qui se passe pendant un avortement mais c'est affreux. L'avortement est un meurtre.
Quand Jésus et Marie m'ont éclairé sur ce péché, j'ai pleuré et je me suis repentie.

Ensuite, j’ai retrouvé celui avec lequel je devais faire alliance et je lui ai expliqué que nous devions vivre dans la chasteté jusqu’au mariage.

Nous ne pouvions pas avoir un sacrement de mariage, puisqu’il avait déjà été marié à l’église 14 ans auparavant.

Quelques mois ont passé et nous sommes allés nous marier à la mairie et ensuite un prêtre nous a reçus et nous a accordé une simple bénédiction. Il a organisé une petite cérémonie devant la Sainte Vierge, sans la bénédiction des bagues, bien entendu.

Dès que ce fut terminé, Jésus m’a dit : «Ceci est du mensonge».
J’ai de suite compris que cette simple bénédiction ne lui plaisait pas. Nous sommes ensuite rentrés chez nous. Nous venions d’acheter une maison.

Le lendemain de mon mariage, j’ai vécu une expérience surnaturelle.
Mon âme s’est retrouvée dans un lieu paisible, comme dans une forêt. Je me promenais avec Jésus et tous les deux nous étions tellement bien.

J’étais dans un bonheur total, et quand je suis revenue à moi, j'ai été imprégnée de ce bonheur, de cette plénitude et de cette joie d’avoir parlé avec Jésus, sans toutefois pouvoir me rappeler ce qu’Il m’avait dit.
Je ressentais un amour fou pour Jésus et je ressentais combien Il était amoureux de moi. J’en ai encore la nostalgie.

Après avoir vécu cela, je suis allée dans une église et devant le crucifix Jésus m’a dit : «Offre-moi ta vie» puis plus tard Il m’a dit : « J’ai un plan sur toi ». Plus tard j’ai compris qu’ll m’a créée pour la mission qu’Il m’a donnée d’accomplir : visiter toutes les nations en témoignant de sa grande miséricorde. Et les âmes seront rendues responsables au jour de leur jugement de tout ce que j’ai annoncé.

Après mon mariage, Jésus m’a rendu visite alors que j’étais en train de prier toute seule dans ma chambre. De sa puissance Il m’a levée du lit et m’a conduite dans une autre chambre et Il m’a dit : «Obéis-Moi». «Je demande réparation».

Il m’a montré des démons aux yeux cruels auxquels j’étais liée à cause de mon péché de fornication dans le mariage civil. Pour mon mari c’était un péché d’adultère.

Mon âme a commencé à beaucoup souffrir et j’ai entendu mon âme dire « Je suis au fond de l’abîme».

Quelle souffrance mes chers frères et sœurs ! J’étais dans une détresse spirituelle intense. Si j’avais su que le mariage civil allait me conduire au fond de l’enfer, je serais restée célibataire ou encore je me serais mariée à un homme libre, mais sûrement pas à un divorcé qui avait déjà été marié à l’Église.

Jésus a voulu me soulager : il voyait que je me détruisais intérieurement car je manquais beaucoup d’amour et je souffrais d’être séparée physiquement du monsieur avec lequel je venais de me marier. C’était une grande blessure.

Alors Jésus m’a dit : «Ta plaie est grande». Puis plus tard, il a ajouté : «Donne-moi ta détresse» et plusieurs fois Il m’a fait reposer dans son Cœur de tendresse pour me faire ressentir combien Il m’aimait. Dieu nous aime à la folie, mais Il ne peut pas renier sa Loi car elle fait partie de lui-même.

Ensuite Dieu m’a fait vivre des moments de paix intense. Le Cœur de Jésus est un océan d’amour, de tendresse exquise et de miséricorde. J’ai alors dit à Jésus : Mon Dieu, faites que je ne perde jamais votre Amour.
Après avoir goûté à cette paix indescriptible, j’ai retrouvé le monde dans lequel je vivais, et je suis partie en voyage en Terre Sainte.
Pour purifier ma chair, je suis allée me baigner dans le Jourdain. Quand Naaman, général de l’armée du roi de Syrie a obéi au prophète Élisée qui lui avait donné l’ordre de se baigner pour être purifié, sa chair redevint semblable à celle d’un petit enfant. (2 R 5, 14).

J’ai cru à la Parole de Dieu : «Va te baigner sept fois dans le Jourdain et ta chair redeviendra nette.»

Après m’être plongée sept fois dans le Jourdain, ma chair qui était lépreuse est redevenue pure et dès ce moment je n’ai plus jamais eu de rapport sexuel.

Quand j'ai visité Capharnaüm, Jésus m'a dit : «Renie ton mariage ».
J'ai alors compris combien mon mariage civil avec un divorcé avait offensé Jésus.

Après mon voyage en Israël, je suis rentrée en France et il m’a fallu alors affronter les épreuves qui m’attendaient pour purifier mon âme. Je venais de me marier pour fonder un foyer avec des enfants mais Dieu me dit à ce moment-là qu’il était interdit de procréer (parce que je n’avais pas de sacrement de mariage). Si j’avais désobéi à Dieu, l’âme de mes enfants auraient subi la conséquence de mon péché mortel. Donc j’ai eu la sainte crainte d’offenser Dieu, malgré que j’avais un désir très fort d’être maman. Plus tard, Dieu a transformé ce désir en maternité spirituelle.

Le lendemain matin j’ai cherché un prêtre confesseur qui me reçut avec charité et je lui ai expliqué ce que Dieu me demandait.

Le prêtre m’a confirmé qu’il fallait que nous vivions comme des frères et sœurs et il a ajouté que je pourrais communier si j’acceptais de dormir dans une chambre séparée pour observer la chasteté. Il m’a expliqué que le divorce ne rompt pas le mariage à l’Église et que mon mari restait marié devant Dieu à son épouse légitime jusqu’à ce que la mort les sépare, même si elle s’est remariée avec un autre homme. La Parole de Dieu nous dit : Ce que Dieu a uni que l’homme ne le sépare pas !

Par la suite plusieurs prêtres m’ont dit qu’ils n’accepteraient jamais de donner les sacrements à des personnes qui vivent en situation irrégulières comme ceux qui vivent en concubinage ou les cas d’adultère dans le mariage ou encore les divorcés remariés qui ne vivent pas en frères et soeurs ou enfin les homosexuels qui pratiquent l’acte sexuel.

Les prêtre ont dit qu’ils ont conscience qu’ils doivent répondre à Dieu au jour du jugement particulier de leur âme, des âmes que Dieu leur a confié pour être sauvées et non pour être damnées.

Dieu, après le synode de la famille est venu me parler à ce sujet et Il m’a dit qu’Il n’était pas d’accord avec l’ouverture des sacrements au cas par cas pour les personnes en situation d’irrégularité. Il exige d’abord le repentir sincère avec l’arrêt du péché et ensuite la confession. Sans cela, l’âme qui communie se condamne elle-même et s’enfonce un peu plus dans l’enfer à chaque communion.

St Paul dans l’épître aux corinthiens nous dit : « C’est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement se rendra coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun s’éprouve soi-même avant de manger ce pain et de boire cette coupe ; car celui qui mange et boit sans discerner le corps mange et boit sa propre condamnation. Voilà pourquoi il y a parmi vous tant de malades et d’infirmes et qu’un certain nombre sont morts. »

Quand St Paul parle de mort, il veut signifier la mort de l’âme, la mort spirituelle.

Chers frères et sœurs, Dieu veut réconcilier tous les couples qui ont été mariés à l’Eglise et qui ont divorcés. Qui sommes-nous pour ne pas pardonner à un conjoint qui nous a offensé ?. Dieu ne pardonne nos fautes que quand nous pardonnons à ceux qui nous ont blessé.
Dieu m’a dit : si tu veux que je te pardonne, pardonne aux autres et ne pêche plus.

Alors tant que nous sommes dans le temps de la grande miséricorde repentons-nous et souvenons-nous que celui qui ne veux pas passer par la porte de la miséricorde de Dieu, doit passer par celle de Sa justice qui est l’enfer éternel.

Souvenons nous aussi que Dieu a dit à Sainte Faustine, qu’aucun péché n’épuisera Sa miséricorde et que plus on y puise, plus elle augmente.
Jésus lui a aussi dit : Je désire la confiance de mes créatures, exhorte les âmes à une grande confiance en mon insondable miséricorde. Que l'âme faible et pécheresse ne craigne pas de s'approcher de moi, car même si elle compte plus de péchés qu'il n'y a de grains de sable sur terre, tout sombrera dans l'abîme de ma miséricorde. (1059)
Même si ses péchés étaient noirs comme la nuit, lorsqu'un pécheur se tourne vers ma miséricorde, il me rend la plus grande gloire et fait honneur à ma passion.

Dis aux âmes où elles doivent chercher la consolation, c'est au tribunal de la miséricorde (la confession) ; c'est là qu'ont lieu les plus grands miracles qui se renouvellent sans cesse.
il suffit de se jeter avec foi aux pieds de celui qui tient ma place (le prêtre), de lui dire sa misère et le miracle de la miséricorde divine se manifestera dans toute sa plénitude.

Même si cette âme était en décomposition comme un cadavre, et même si humainement parlant il n'y avait plus aucun espoir de retour à la vie, et que tout semblait perdu – il n'en est pas ainsi selon Dieu, le miracle de la miséricorde divine redonnera vie à cette âme dans toute sa plénitude. Ô malheureux, qui ne profitez pas maintenant de ce miracle de la miséricorde divine ; en vain vous appellerez, il sera déjà trop tard. (1448)

Ma fille, quand tu t'approches de la sainte confession, de cette source de ma miséricorde, le sang et l'eau qui sont sortis de mon cœur se déversent sur ton âme et l'ennoblissent. Chaque fois que tu te confesses, plonge-toi entièrement dans ma miséricorde avec grande confiance, pour que je puisse déverser en ton âme toutes les largesses de ma grâce. Quand tu vas te confesser, sache que c'est moi-même qui t'attends dans le confessionnal, je me dissimule seulement derrière le prêtre, mais c'est moi seul qui agis dans l'âme. Ici la misère de l'âme rencontre le Dieu de miséricorde. Dis aux âmes, qu'à cette source de miséricorde, les âmes ne puisent qu'avec le vase de la confiance. Lorsque leur confiance sera grande, il n'y aura pas de bornes à mes largesses. Les torrents de ma grâce inondent les âmes humbles. Les orgueilleux sont toujours dans la misère et la pauvreté car ma grâce se détourne d'eux pour aller vers les âmes humbles. (1602)

Chers frères et sœurs, comme j’avais beaucoup d’angoisses, le ciel m’a dit : «Tu auras la paix au bout de nombreuses messes». J’ai alors fait célébrer plusieurs trentains de messes et pendant que ces messes étaient célébrées pour mon âme je souffrais terriblement car Dieu libérait mon âme du mal.

Je me souviens d’un jour où je m’étais allongée par terre, tellement je souffrais moralement et physiquement et j’ai entendu la Très Sainte Vierge me dire : «Va prendre les sacrements» et elle a ajouté qu’elle me libèrerait de tous ces démons » et j’ai entendu plusieurs démons qui m’ont quittée en sifflant.

J’ai alors décidé d’aller rencontrer un prêtre pour faire une bonne confession privée parce que la confession collective n’est valable que si on va se reconfesser seul à seul avec un prêtre de tous les péchés graves.

Jésus m’a encouragée en me disant : «Reconnais ta faute».

À ce moment, le démon dans sa fureur m’a dit : «Je te tiens liée» «Va en enfer» ! Il sentait qu’il allait perdre mon âme dès que je me serai confessée.

J’ai aussitôt couru à l’église et le démon m’a poursuivie en me disant : «Tu es pardonnée, tu es pardonnée». Mais je savais très bien que si je me confessais directement à Dieu sans passer par le prêtre, je ne pourrais jamais entrer au ciel et je savais que si je n’entrais pas à l’intérieur du confessionnal, je ne serais pas déliée de mes péchés par l’Église qui seule détient ce pouvoir. Alors j’ai tenu bon.

Le démon m’a quittée et le prêtre m’a reçue avec beaucoup de charité mais il a été un peu étonné de voir que j’avais en main de nombreuses feuilles sur lesquelles j’avais noté tous mes péchés. Je les avais écrits afin de ne pas les oublier.

Chers frères et sœurs, je vous laisse imaginer la montagne de péchés accumulés dans mon âme depuis ma première communion…
Je ne savais pas encore que Jésus était présent dans le prêtre pour me prendre dans ses bras d’amour et me laver dans son Précieux Sang.
J’ignorais que la confession est une étreinte d’amour avec le Christ.

J’ai alors plongé ma tête dans mes papiers et j’ai lu ce que j’avais noté.

J’ai confessé tout ce dont je vous ai parlé précédemment (péchés sexuels impurs, fréquentation des bars, boîtes de nuit, fornication, mariage civil, adultère, concubinage, alcool, drogue, tabac, croyance en la réincarnation, Rose-Croix, spiritisme, astrologie, numérologie, cartomancie, Nouvel Âge…)
et j’ai ajouté :

- J’ai éprouvé de la haine envers Dieu et mes frères et sœurs,
- Je n’ai pardonné à personne,
- Je me suis rebellée contre Dieu,
- J’ai toujours désobéi à mes parents et à mes directeurs dans le travail,
- J’ai pris la pilule et j’ai tué la vie
- J’ai porté des mini-jupes et des décolletés et j’ai fait pécher les hommes par le regard,
- J’ai péché par des paroles et des pensées impures et sans charité,
- J’ai calomnié, j’ai insulté, j’ai maudit,
- J’ai beaucoup menti,
- J’ai volé,
- Je ne suis pas allée à la messe le dimanche et les fêtes d’obligation,
- Je n’ai pas fait le carême correctement depuis des années,
- J’ai conduit une amie se faire avorter dans une clinique,
- Je n’ai pas prié,
- Je n’ai pas partagé avec les pauvres,
- J’ai eu beaucoup d’idoles avec la musique et les artistes,
- J’ai vu des films X, des films de peur, des films de violence,
- J’ai lu de mauvais livres qui n'ont pas porté à la sanctification de mon âme,
- J’ai été très moqueuse,
- J’ai abusé de la nourriture,

J’ai aussi ajouté tous les péchés capitaux que j’avais commis car ils ouvrent la porte de l’enfer à mon âme s’ils ne sont pas confessés : l’orgueil, l’avarice, l’envie, la colère, la luxure, la gourmandise, la paresse.

Le prêtre m’a écoutée avec patience et charité et depuis ce temps, je me confesse régulièrement toutes les semaines.

Je n’ai rien caché au prêtre. Si j’avais volontairement caché quelques péchés, ma confession aurait été sacrilège et par voie de conséquence, je n’aurai obtenu aucune grâce.

J’ai profité du sang et de l’eau qui ont jailli du divin cœur de Jésus comme une source de miséricorde.

Après ma confession, je suis allée faire ma pénitence devant le tabernacle et là, Jésus m’a dit avec tout son amour de Père : «Ton péché est effacé».
Jésus m’a expliqué que, bien que le péché soit effacé, il fallait que je le répare tant que je suis sur terre. Dans le cas contraire, j’aurais du réparer en purgatoire.

Il m’a fait voir intérieurement la souffrance de mon âme qui expiait les péchés de chair que j’avais commis et j’ai entendu : «Expiation du péché de chair». Je ressentais dans mon âme les tortures que m’infligeaient les démons, furieux que je les ai quittés.

J’ai accepté ces souffrances en esprit d’humilité et en esprit de réparation et j’ai demandé à Dieu des grâces pour supporter ce que j’avais à expier.
Moi qui aimait les mini-jupes et montrer ma poitrine, voilà que mon corps était perdu.

Pour garder un beau corps, j’avais passé mon temps à faire des régimes, à faire du body building, du sauna, du jacuzzi. J’ai même pratiqué la chirurgie plastique. Cela m’avait servi à quoi, puisque je me retrouvais dans les flammes de l’enfer. J’ai ressenti plusieurs fois ces flammes vengeresses. Elles sont terribles et très puissantes.

Sans le précieux sang de Jésus, que serais-je devenue ? Seul le précieux sang de Jésus peut éteindre ces flammes. Jésus m’a alors dit : «Respecte ton corps »

Quand j’ai eu quitté le prêtre, je suis rentrée chez moi. J’ai alors commencé à sentir beaucoup d’angoisse car il fallait que je parle à mon mari qui était devenu mon frère en quelques heures ; il a accepté cette situation très difficilement mais l’a quand même acceptée car il s’agissait du salut de son âme. Je lui ai ensuite expliqué que j’allais quitter l’Ordre de la Rose- Croix AMORC.

Persuadée désormais que j’avais suivi une profonde erreur de voie, j’ai commencé à déchirer en petits morceaux tous les livres ésotériques sur le Nouvel Age et tous les livres occultes.

Je me suis débarrassée de tous ces livres car tant qu’ils restaient chez moi, les démons y habitaient également. Je les ai déchirés puis jetés.
Une fois que la sainte Vierge a été intronisée par un prêtre dans le domicile, le calme est revenu dans ma maison. Pour ma protection je me suis fait aussi imposer le scapulaire de Notre Dame du Mont Carmel que je garde jour et nuit sur moi pour être protégée par la Vierge Marie.

Après avoir reçu de nombreuses fois le sacrement de la réconciliation, j’ai rencontré plusieurs prêtres qui m’ont fait des prières de coupures de liens en rapport avec mes études ésotériques et j’ai reçu plus de dix fois le sacrement pour les malades car mon état était très critique à cause de l’ouverture des chakras et de l’agir de Satan qui m’avait détruite intérieurement. Les divers sacrements m’ont aidée à guérir spirituellement.
Je me sentais de plus en plus attirée par le Seigneur Jésus et j’ai passé, pendant deux ans, tous mes après-midis près du tabernacle dans une église proche de mon domicile. Le Christ m’attirait très fortement à lui. Je sentais mon âme aspirée par le Christ dans le tabernacle. Le soir je rentrais chez moi pour retrouver le monsieur avec lequel je vivais fraternellement.

Dès ce moment, j’ai commencé à faire le chemin de croix tous les jours pour la libération des âmes du purgatoire. Dieu m’a demandé de continuer cette œuvre de miséricorde et Il m’a expliqué que le purgatoire était sa miséricorde et l’enfer sa justice.

Alors j’ai dit à Dieu : «Mais c’est vous Seigneur qui avez condamné les âmes qui sont en enfer» ? Il m’a répondu : «Les âmes se sont condamnées elles-mêmes.»

Je me suis dit que j’allais consacrer ma vie à prier pour le salut de toutes les âmes. Jésus m’y a encouragée. Il m’a dit un jour à 15 heures : «Implore ma pitié sur les âmes». «Prie-moi par ma Passion».

Comme je souffrais de savoir que beaucoup de mes amis étaient loin de l’Église, Jésus m’a dit : «Ne cesse jamais de me prier pour eux».

Et puis après deux ans de vie commune en frères et sœurs, Dieu m’a dit que tant que je restais avec mon mari devenu mon frère que mon âme hypocrite ne pouvait plus avancer.

J’ai donc divorcé car je sais que les hypocrites se retrouvent dans le lac de feu et de souffre et plus tard, je suis revenue chez mes parents et après ce changement de vie, Dieu m’a donné une autre expérience mystique !

Mon âme s’est retrouvée dans un lieu désert. J’étais sur un genre de plate-forme et il y avait un sentier.

J’ai avancé dans ce sentier et je me suis retrouvée devant un trou avec un feu crépitant à l’intérieur. Il y avait beaucoup de flammes. Les damnés étaient en colère et très menaçants quand je les regardais et ils m’ont dit : «On te hait». Leur haine me brûlait et leur mépris me blessait le cœur.

Le gourou qui m’a ouvert les chakras, à sa mort, est descendu dans ce lieu de ténèbres.

Son âme est perdue éternellement, car il a refusé Jésus. Il a voulu librement rester dans son orgueil spirituel.

Quand il s’est présenté devant Dieu, il n’a pas pu soutenir le regard de Dieu et il n’a pas supporté sa lumière. C’était un homme qui trompait tout le temps sa femme et qui avait été très initié dans la Rose-Croix, dans le chamanisme, dans le spiritisme, la F.M. Il pratiquait aussi le tantrisme et était un très grand initié en yoga. La Sainte Vierge m’a dit qu’il était en enfer car il ne regrettait pas ses fautes. Il n’a pas voulu donner toutes ces pratiques occultes à Dieu dans le sacrement de la confession. Alors Dieu l’a abandonné à lui-même car Dieu fuit les âmes orgueilleuses.

Ensuite, mon âme s’est retrouvée dans une grotte. J’avais les deux mains accrochées à la paroi de la grotte. J’ai vu que mon âme avait la même forme que mon corps terrestre. Tout était noir. Soudain de grands flots d’une lumière très brillante sont descendus dans le lieu où j’étais.
Au-dessus de moi, il y avait le purgatoire, les flammes étaient très hautes.

Les âmes qui sont dans cet état de purification sont unies en tout à la volonté divine. Leur plus grande souffrance est de ne pas pouvoir encore voir Dieu face à face. Elles l’ont vu, lors de leur jugement particulier, dans une lumière qui n’est pas encore celle du ciel et alors elles ont gardé une grande nostalgie pour Dieu, mais elles ne veulent pas paraître devant lui avec leurs souillures. Elles se purifient et réparent ce qu’elles n’ont pas réparé sur terre et beaucoup d’entre elles apprennent à aimer.

J’ai vu plusieurs marches blanches que mon âme a rapidement gravies et en arrivant en haut de ce grand escalier blanc un homme habillé en rouge m’a ouvert la porte et puis il s’est retiré rapidement. J’ai vu des anges voler tous ensembles et ensuite deux grands anges d’une blancheur immaculée. Ils étaient bienveillants et très beaux. La lumière de Dieu brille sur eux.

Derrière la porte, se trouve le paradis, la Jérusalem Céleste dont la Bible nous dit que la ville brille d'un éclat semblable à celui d'une pierre précieuse, d'une pierre de jaspe transparente comme du cristal. Elle a une très haute muraille, avec douze portes, et douze anges gardent les portes. Sur les portes sont inscrits les noms des douze tribus du peuple d'Israël. Il y a trois portes de chaque côté : trois à l'est, trois au nord, trois au sud et trois à l'ouest. La muraille de la ville repose sur douze pierres de fondation, sur lesquelles sont inscrits les noms des douze apôtres de l'Agneau. »
La ville ést carrée, sa longueur est égale à sa largeur. La muraille est construite en jaspe, et la ville elle-même est d'or pur, aussi clair que du verre. Les fondations de la muraille de la ville sont ornées de toutes sortes de pierres précieuses: la première fondation est de jaspe, la deuxième de saphir, la troisième de calcédoine, la quatrième d'émeraude, la cinquième de sardonyx, la sixième de sardoine, la septième de chrysolithe, la huitième de béryl, la neuvième de topaze, la dixième de chrysoprase, la onzième d'hyacinthe et la douzième d'améthyste. Les douze portes sont douze perles; chaque porte est faite d'une seule perle. La place de la ville est d'or pur, transparent comme du verre. »

J’ai senti très fort la présence de Dieu le Père. Il était la Source. C’était un Père bienveillant, rempli d’amour et de paix. Sa présence inondait cet océan de paix. Dieu le Père est très doux et très aimant et Il m’a dit sans que je puisse le voir : «Je suis un Père plein d’amour pour Mes enfants». «Ne pèche plus». Il m’a dit : «Dieu est avant tout Père». Alors je l’appelle «Papa d’Amour», «Papa chéri».

Dieu ne pense qu’à nous guérir et à panser nos plaies. Dieu est Amour.

La lumière du ciel que j’ai vu est différente de celle de la terre. C’est une lumière puissante, d’un blanc intense, un peu étincelant mais qui ne fait pas mal aux yeux.

Je vis ensuite Jésus entouré d’une belle lumière dorée. C’était très beau. Mon âme ressentait une grande paix et une grande envie de m’approcher de lui. J’aurais voulu rester près du Fils de Dieu, tellement je me sentais bien.

Ensuite j'ai vu Jésus, portant une couronne sur la tête. Il était majestueux.

Ce qui m'a surtout marqué c'est l'amour infini qui émanait de lui. Un amour fort et doux à la fois mais d'une puissance infinie. Je n'avais envie que de l'aimer à lui. Je n'ai jamais rencontré de ma vie un être aussi pur et aussi amoureux.

J'ai vu aussi ma grand-mère. Elle était très belle, très lumineuse et elle avait l'apparence de quelqu'un de 30 ans puis j'ai entendu : Ceux qui sont en enfer sont ceux qui renient (Jésus) et qui trahissent. D’où l’importance de respecter les 10 commandements.

Ensuite j’ai vu la Très Sainte Vierge Marie. Elle s’est présentée comme Notre Dame de Lourdes. Elle m’a fait ressentir sa joie et elle est venue s’unir à mon âme ! Un vrai moment de délices que je regrette encore tellement je me sentais bien. Quand elle s’est unie à ma pauvre âme misérable, j’ai été envahie de sa douce présence. Les mots humains ne peuvent pas décrire cette belle expérience.

La Vierge Marie est toujours vierge et pourtant Mère. (Vierge avant, pendant et après l’enfantement). Elle est Mère de Jésus, donc Mère de Dieu. Elle est conçue sans péché, elle a été élevée en corps et en âme à la gloire céleste ; Elle est Mère de l’Eglise, c'est-à-dire Mère de ses fidèles et de ses pasteurs.

J'ai également vu Saint Padre Pio, et des saintes m’ont parlé. En dernier, j'ai vu Saint Pierre avec une grande clef dans ses mains.

Dans cette expérience spirituelle, j’ai porté en moi tous les péchés que je n’avais pas encore confessés, ce qui m’a fait beaucoup souffrir. Pour remédier à cela, je me confesse toutes les semaines afin de ne plus avoir à les affronter lors du jugement particulier de mon âme à l’heure de ma mort.

Dieu m’a ouvert mon intérieur et m’a fait voir qu’avant de revenir à lui, je refusais sa miséricorde, mon cœur était dur et Il m’a dit : «Je ne peux pas entrer dans un cœur dur et orgueilleux».

Il m’a fait voir toutes mes pensées qui n’étaient pas dans son Amour, toutes mes complicités avec le mal, tous mes mauvais sentiments, mes critiques et jugements sur autrui et Il m’a dit : "Je connais toutes tes pensées". "Garde-toi de juger quelqu’un". "Ne les accuse pas". Vous savez, j’accusais tout le monde. Puis Il m’a dit : «Ne les juge pas » «Aime les tous »

Chers frères et sœurs, mon âme a été plusieurs fois au fond de l’abîme pour avoir plaisanté avec des personnes au lieu de garder le silence. La parole est un grand don de Dieu. Elle est créatrice et toute parole a une conséquence. La sainte Vierge et Dieu m’ont demandé de me taire intérieurement car mes mauvaises paroles m’avaient condamnée, si bien que j’ai accepté de donner cause, choix et conséquences de toutes ces paroles à Dieu afin qu’Il m’aide à réparer avec ses grâces. Si on répare par le silence, on obtient miséricorde.

J’ai reçu l’ordre suivant «Silence et prières». J’ai alors compris ce que Jésus signifiait quand Il disait : «Quand vous dites «oui», que ce soit un oui, quand vous dites «non» que ce soit un non. Tout ce qui est en plus vient du Mauvais.» (Mt 5, 37).

J’ai revu tous ceux qui ont souffert à cause de moi et toux ceux qui m’ont fait souffrir dans ma famille, mes amis, mes professeurs, mes compagnes d’école, mes directeurs.

A travers cette expérience on voit tout et on ressent les douleurs que les autres ont éprouvées à cause de notre agir et ce que les autres nous ont fait subir. Alors est né en moi un grand désir de réparation.

J’ai vu tout l’amour que je n’avais pas donné dans ma vie et j’en ai beaucoup souffert. La Sainte Vierge m’a alors invitée à donner plus d’amour au prochain.

J’ai vu les moindres détails de toutes mes pensées, spécialement les pensées qui n’étaient pas amour pour le prochain. Dans ma vie, j’ai eu beaucoup de mépris ayant été très blessée dans mon enfance. Dieu m’a dit : «Je connais toutes tes pensées». Dans la lumière de Dieu toutes nos pensées ressortent. Bien que je m’en sois confessée, je les ai entendues car Dieu les a fait sortir de mon intérieur par la puissance du Saint Esprit.
Alors j’ai demandé à Dieu d’avoir pitié de moi. Je lui ai donné toutes ces pensées afin qu’Il m’aide à les transformer en pensée d’amour et de compassion pour mes frères et sœurs que j’aime. J’ai donné toutes les conséquences de mes pensées à Dieu car lui seul peut réparer en vérité pour ma justification.

On ne s’imagine pas la puissance d’une pensée. J’avais nourri des pensées de convoitise, de destruction, de vengeance, de tricherie, de paresse.
Quand l’expérience mystique a continué j’ai vu que je me suis souvent enfoncée dans l’abîme à cause de mes non pardons, à cause de mes entêtements à penser à des créatures dont Dieu m’a demandé de me garder.

Dans ma jeunesse, Lucifer m’a souvent aveuglée avec des stars ou avec des créatures qui étaient belles en apparence mais qui au-dedans étaient des serpents. En fait j’adorais des idoles et je rompais le premier commandement de Dieu : tu n’auras pas d’autres dieux que moi.

Je me suis aussi quelquefois enfoncée dans l’abîme à cause de mes mauvais sentiments envers certains prêtres qui n’avaient pas été bons pour moi. La Sainte Vierge m’en a prévenue. Alors j’ai commencé à beaucoup prier pour eux. Les prêtres sont les fils de prédilection de la Sainte Vierge. Il faut beaucoup prier pour leur protection.

Ensuite m’ont été montrés mes jugements et mes condamnations envers autrui si bien qu’à chaque fois que je jugeais ou condamnais quelqu’un, mon âme se condamnait avec ces personnes. Une âme n’est bien que dans l’amour. Et Jésus m’a dit «Reste dans mon Amour».

J’ai alors compris le grand commandement «Tu aimeras ton prochain comme toi-même». (Mt 19,19).

Quand on en vint à l’examen des péchés que j’avais commis avec mes yeux, quelle tristesse ce fut pour mon âme de savoir que Dieu m’avait vu regarder des films impurs.

J’ai su alors les dommages que les esprits impurs avaient infligés à mon
âme. J’en ai ressenti beaucoup de douleurs et la Sainte Vierge m’a demandé de résister à Satan avec la télévision et je la lui ai offerte en sacrifice.

J’ai beaucoup péché avec mes yeux en regardant les créatures et en les désirant ! Dieu m’a alors dit : «Ne les désire pas» et j’ai compris le 9ème commandement de la loi de Dieu «Tu n’auras pas de désir impur volontaire».

Mon âme a souffert également pour m’être adonnée à certaines lectures de magazines du monde, en lisant les horoscopes…

J’ai aussi dû affronter mes propres regards : regards hautains, moqueur, haineux et sévères. J’ai demandé à Dieu de me transfigurer afin que mes regards deviennent miséricordieux.

Quand on en vient à l’examen des péchés que j’avais commis avec l’ouïe, quelle peine j’ai éprouvée de savoir les mauvaises conversations auxquelles j’avais adhéré et les mauvaises musiques que j’avais écoutée.

Pendant l’illumination des consciences, tout nous est montré.

M’ont été montrées toutes mes paroles, mêmes celles qui n’ont été prononcées qu’en moi, que j’ai dites contre Dieu, contre mon prochain et contre moi-même, telles mes remarques désobligeantes, mon humour noir, mes mensonges, mes blasphèmes, mes insultes, mes injures, mes insolences, mes calomnies, mes accusations.

Quand j’ai revécu intérieurement mes diverses accusations envers mes frères et moi-même, Jésus m’a montré mon âme en train d’accuser les autres et moi-même. Je jouais le rôle de l’ennemi de Dieu.

Alors Il m’a dit « Ne les accuse pas » puis « Ne t’accuse pas devant Moi ». Je m’accusais devant Dieu des péchés que j’avais faits alors que Dieu les avait déjà effacés pendant la confession. En fait je jouais le rôle du démon qui est d’accuser les âmes et Dieu m’a dit : «Tu es une âme accusatrice». J’ai appris à m’en repentir.

Mon intérieur étant ouvert par permission divine, j’ai porté le poids de tous mes mauvais sentiments qui m’avaient causé du tort ainsi qu’à mon prochain. Ils concernaient mes diverses indifférences, mes amertumes, mon orgueil, mon avarice, mes colères, mon impureté, mes jalousies, mon égoïsme, mes supériorités, mes dédains, mes arrogances et mon goût du pouvoir.

Vint ensuite l’examen de toutes mes peurs. La peur ne vient pas de Dieu. C’est l’ennemi de Dieu qui me maintenait dans la peur et dans les angoisses. Je l’ai compris quand Jésus m’a dit «Le diable te maintient dans la peur».

Comme j’étais remplie de peurs, la sainte Vierge me dit : «Quand tu as peur viens dans mes bras» et elle m’a donné ces mots : «Mon cher enfant, donne-moi ton rien, donne-moi tout, je t’aime. Je suis ta maman et je veux te conduire sur la route du paradis. Consacre-moi tes pensées, tes actions, tes journées, je saurai te prendre dans mes bras et te consoler. Promets-moi de toujours penser à moi en récitant mon saint Rosaire. Ne m’oublie pas. Je t’aime tant».

Me furent également montrés tous les mauvais gestes que j’avais faits dans ma vie et pour lesquels Satan me tenait liée et Dieu m’a dit «Tu es punie à cause de tes gestes» et c’est pourquoi je fais pénitence. J’avais fait des gestes contre Dieu, contre mon prochain et contre moi même, tels mes dominations, mes manipulations, mes révoltes, mes abus de boissons et de drogues, mes manques de partage.

En continuant cette expérience surnaturelle, on me fit voir ma vanité et mon esprit mondain. J’étais très fière de nature, aimant le luxe, les grands restaurants, les belles toilettes, le maquillage, les parfums très chers, les teintures de cheveux, et tant que je ne suis pas redevenue naturelle, mon âme souffrait. La Sainte Vierge m’a alors demandé d’être humble, de rester naturelle et de m’ignorer et Jésus m’a dit : « Accroche-toi à la pauvreté ». La fierté et l’orgueil n’entre pas au ciel.

Quand on en vint à mes désobéissances, je les ai toutes revues depuis mon enfance. Celles qui m’ont le plus marquée sont celles se rapportant à mes parents. Elles ont apporté beaucoup de conséquences négatives dans ma vie. Pour un temps j’avais oublié les préceptes divins «Honore ton père et ta mère afin d'avoir longue vie sur la terre que le Seigneur ton Dieu te donne.» (Ex 20, 12).

Dieu m’a aussi montré mes rebellions intérieures. A chaque fois que je me suis rebellée contre sa volonté, je voyais mon âme dans l’abîme et je commençais à menacer Dieu comme le font les démons. J’ai dû me repentir et me soumettre à la volonté divine en tout en obéissant à mon père spirituel. J'ai vu les tentacules noires de la Bête. C'était comme un très grande pieuvre qui me tenait liée. Cette Bête me disait : "Je t'aurais à moi" "Je te tiens en moi".

Mon âme s’est également vue examinée sur l’Eucharistie : il m’est arrivé quelquefois de n’avoir pas assez fait attention à la Présence réelle de Jésus en moi et j’ai connu l’indifférence que j’avais eue pour le Christ.
Quelquefois pendant la messe j’ai été distraite, j’ai regardé les créatures ou j’ai parlé avec quelqu’un. J’ai quelquefois pensé à manger ou eu des pensées de chair. Dieu m’a aussi montré tous mes péchés dans l’Église, spécialement quand j’ai parlé avec des personnes au lieu de me taire. Il m'est arrivé aussi de parler pendant l'adoration, alors Dieu m'a dit : «Adore et tais-toi.»

J’ai dû aussi faire face à mes duplicités envers ceux qui sont pauvres et quelle honte ce fut pour moi d’avoir eu le désir d’acheter une belle maison alors que tant de pauvres souffraient de la faim.
Dieu m’a même montré que j’avais une chambre inoccupée dans un appartement qui m’était prêté par ma sœur alors qu’une de mes amies n’en avait même pas une pour elle. Mon âme ressentit tous les comptes à rendre à Dieu de tout l’argent dont j’avais disposé pendant ma vie et que j’avais dépensé inutilement.

Jésus m’a dit : «Partage, ma Fille». Alors j’ai voulu tout donner aux pauvres mais la Sainte Vierge m’a dit qu’il ne fallait pas se dépouiller complètement. J’ai donc gardé le strict nécessaire pour vivre et donné tout le reste aux nécessiteux. Je l’ai fait par amour.

Quand Dieu m’a montré tous mes mépris, je me suis vue très laide intérieurement. Il s’agit de la vue de mon âme ; alors Il m’a dit : «Laisse tomber le mépris», «Ne pense qu’à aimer». Il m’a montré que Satan m’avait remplie de mépris.

Dieu m’a aussi montré mes péchés avec certaines créatures que j’ai rencontrées. Étant donné que parmi elles quelques-unes étaient très négatives, Il m’a dit «Surveille tes fréquentations», non pas qu’Il n’aime pas ces âmes-là, car Il les aime toutes, mais parce qu’Il voulait me protéger de leur agir. Il m’a dit : «Ne te souille plus». Je m’étais en effet souillée avec beaucoup de personnes.

Enfin Dieu m’a montré tout ce qui n’était pas amour en moi. Certaines de mes prières étaient sans amour. Alors je lui ai promis de réparer en aimant plus.

J’ai vu et revécu tout le mal que j’ai fait à mon prochain et j’en ai beaucoup souffert. Alors j’ai crié vers Dieu et lui ai dit : Jésus, aie pitié de moi. Aie pitié de la grande pécheresse que je suis.

J’ai alors donné à Jésus d’amour tous mes mauvais choix et leurs conséquences et Il est lui-même venu réparer mes propres erreurs de voie avec ses grâces et son amour. Il m'a dit : «Je peux tout». Dieu est omnipotent. Il suffit de tout lui donner, de tout lui abandonner.

J’ai encore crié vers lui en lui disant : «Guéris-moi, Jésus, guéris-moi Papa d’amour» ! Et dire que je disais à Jésus qu’il ne m’aimait pas assez !

Aussitôt Il m’a répondu : «Tu ne t’imagines même pas à quel point je t’aime. Je t’appelle à la sainteté, je t’appelle à m’aimer ! Médite ma Passion» !

La lecture et la méditation de la Passion du Christ m’ont amené à réfléchir sur le grand sacrifice que fit le Seigneur sur le bois de la croix en rémission de mes péchés.

Pour remercier Jésus de sa grande bonté, je récite le chapelet tous les jours car Il m’a promis que par la prière du Rosaire, Il me sauverait et Il a ajouté un jour où je récitais mon chapelet : «Je prie pour ta libération» et j’ai compris que Dieu était en moi pour lutter contre la puissance du serpent.

Je prie aussi le chapelet de saint Michel Archange aux 9 chœurs des anges, et termine ma journée de prières en récitant plusieurs fois cette petite prière très féconde qui est un acte d’amour : «Jésus, Marie, je vous aime, sauvez les âmes». Dieu a promis à Sœur Consolata Betrone, que chaque fois que l’on récite avec le cœur «Jésus Marie je vous aime, sauvez les âmes» une âme est sauvée pour l’éternité.

Chers frères et sœurs, ceci était mon illumination de la conscience. Vous allez toutes et tous, à l’heure de votre mort, paraître devant Dieu pour votre jugement particulier. C’est pourquoi j’espère que mon témoignage vous aidera à avoir plus de lumière.

Le jugement de Dieu pour mon âme a été : tu as Ma miséricorde.

Dieu m’a accordé son pardon parce que je me suis repentie sur tout. Si je ne m’étais pas repentie, mon âme serait perdue.
Que Dieu vous bénisse abondamment.

Loué soit Jésus Christ

Soleil

Messages : 356
Date d'inscription : 05/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum