Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Expérience mystique de Mme Guerréro Fabienne - Que disent les prêtres catholiques ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Expérience mystique de Mme Guerréro Fabienne - Que disent les prêtres catholiques ?

Message par Soleil le Lun 14 Oct - 15:38

Au sujet du témoignage de Fabienne et de son expérience mystique

C'est avec beaucoup de respect pour l'expérience de vie de Fabienne que j'écris ces quelques lignes.

Si le Seigneur Jésus lui a permis de vivre une expérience mystique lui révélant Son Doux Amour, ce n'est pas à moi de la mettre en doute mais plutôt de revoir comment notre Seigneur Jésus Christ l'a conduite au cœur de Son Eglise, ce qui me laisse en émerveillement devant l'œuvre de Dieu.

C'est pourquoi j'aimerai reprendre les paroles du Pape François qui dit:

« Dieu surprend toujours, il rompt les schémas, bouleverse les projets, et dit : fais-moi confiance, n’aie pas peur, laisse-toi surprendre, sors de toi-même et suis-moi ! »

C'est bien ce qu'a vécu Fabienne et son témoignage qui nous pousse à nous remettre en question devant Dieu.

Le Pape François nous y invite en faisant un examen de conscience, il nous propose la réflexion suivante:

« Est-ce que je me laisse surprendre par Dieu, comme a fait Marie, ou est-ce que je m’enferme dans mes sécurités, sécurités matérielles, sécurités spirituelles, sécurités idéologiques, sécurité dans mes projets?

Est-ce que je laisse vraiment Dieu entrer dans ma vie ? Comment est-ce que je lui réponds ? »

Dans le témoignage autobiographique de Fabienne Jésus l'appelle à une fidèlité sans limites et à un « oui » sans conditions.

Si Dieu « surprend avec son amour », il demande aussi « la fidélité dans le fait de le suivre », et non pas un « enthousiasme » passager pour ensuite « jeter l'éponge », dès les « premiers problèmes ».

Dans la vie de foi, il faut redire le « oui » initial « chaque jour », à l'exemple de Marie qui a dit « son « oui » à Dieu, mais ce « oui » n’a pas été l’unique, au contraire il a été seulement le premier de beaucoup de « oui » prononcés dans son cœur dans ses moments joyeux et douloureux.

Beaucoup de « oui » qui atteignent leur sommet dans celui dit au pied de la Croix ».

Merci Fabienne pour avoir dit « oui » sur les pas de Marie, et aujourd'hui comme nous le dit le bienheureux Antoine Chevrier, celui qui suit Jésus dans le portement de la croix, le suivra dans Sa gloire,

Courage, bonne continuation et surtout merci pour l'engagement et l'obéissance à notre Sainte-Mère l'Eglise.

Père Jean Marie

Responsable de l'Association des Prêtres

Président d'Association et Fondateur d'une Communauté





« Rendez grâce au Seigneur car il est bon, éternel est son amour » (Ps 118, 1)
Le Seigneur poursuit merveilleusement son œuvre d’amour et de salut au sein de la race humaine. Il est lemême hier, aujourd’hui et jusqu’à la consommation des siècles. Il est celui qui, ayant vu et éprouvé viscéralement la misère des foules dans le désert, leur offrit du pain et du poisson en abondance (Mc 6, 35-44) ; il est celui qui, ayant examiné la situation pitoyable de l’aveugle-né, procura la lumière à ce corps plongé dans les ténèbres depuis des années (Jn 9) ; il est celui qui, ayant vu la faiblesse de la chair humaine, offrit le pardon à la femme adultère (Jn 8, 11) ; il est celui qui rencontra un jour de l’histoire, Saul, jadis persécuteur de la Sainte Eglise, et lui assigna la charge de l’annonce évangélique (Ac 9, 1-28) ; il est encore le même qui choisit de se manifester à notre sœur en Christ Fabienne GUERRERO autrefois versée dans le mal et toutes sortes d’abominations, pour lui manifester sa Miséricorde et l’envoyer proclamer partout la conversion des pécheurs et le recours à sa Divine Miséricorde. « Honneur, louange et gloire à l’Agneau de Dieu ! » (Ap 5, 13)
Fabienne après sa rencontre personnelle avec le Christ dans l’humilité, la prière, le jeûne et le partage, a accepté de vivre dans la lumière et la vérité, vérité qui la rend désormais libre et lui permet de rendre un témoignage très édifiant.
Je vous propose de découvrir les belles pages de cette histoire qui vous aideront à vous ressaisir et à prendre plus au sérieux l’enseignement du Christ contenu dans la Bible et dans les écrits du Magistère de l’Eglise. La conversion est une question du moment et non du futur : « C’est maintenant le moment favorable, c’est maintenant le jour du salut » (2 Co 6, 2). Nous ne savons ni le jour, ni l’heure…
Sainte lecture à vous, et que la Bénédiction de Dieu vous accompagne tous les jours de votre vie, Amen !

Père Gilles




Paix et joie à vous de la part de notre seigneur Jésus Christ sœur en Christ.

J’ai lu et relu plusieurs fois avec beaucoup d’attention votre témoignage, qui m’a emporté doucement dans l’univers très profond de la révélation divine. Ce qui ne va pas sans vos dons et de votre capacité à recevoir des messages de Dieu et de les transmettre à l’humanité afin que celle-ci puisse marcher dans la rectitude et la lumière de la foi.

L’Eglise s’est toujours réjouie d’avoir en son sein des saints appelés aussi mystiques parce qu’ils ont joué en un temps des rôles très important et leurs écrits laissés ont ainsi contribué à la propagation de l’évangile. L’on ne citera pas pour cas les saintes : Catherine labouré, Catherine de sienne et bien d’autres dont nul n’ignore le service d’amour et le zèle avec lequel elles sont restés fideles à ce service, par leur témoignage et leur vie.

Soyez de plus en plus heureuse de votre mission car participe-t'elle à l’enracinement de la foi de milliers d’âmes qui se sont détournées du mauvais chemin rien qu’a travers la lecture de vos messages, de vos témoignages.

A l’ère de ces temps nouveaux ou notre société perd de plus en plus ses repaires, où le culte de l’homme rivalise avec le culte au Dieu vivant, ou la déperdition gagne les cœurs et prends de plus en plus l’ascendant sur le sacré, priez pour eux, chère sœur en Christ. Priez pour l’Eglise et n’arrêtez surtout pas !

Nous prierons aussi le Seigneur pour vous, afin que ce ministère, que dis-je votre sacerdoce, cette mission très ardue mais combien de fois noble d’évangélisation des peuples fasse rejaillir beaucoup de lumières sur toute la terre.

Et s’il en est ainsi, salut et bon vent, bon pied et bon œil à notre sœur Fabienne Guerrero.

Que Dieu vous bénisse !

Fraternellement votre,

Père Didier - Prêtre exégète

Supérieur Général de la fraternité du Sacré Cœur de Jésus





La conversion pour un chrétien, c’est la découverte d’une lumière: Dieu n’est pas un être lointain, mais Père, Fils et Saint Esprit.

Dieu le Père crée un monde débordant de bonté et de lumière, mais les hommes blessent la création par l’usage orgueilleux de leur liberté et la plongent dans les ténèbres d’une vie sans Dieu.

Alors que ce sont les hommes qui ont péché, le Fils de Dieu lui-même se fait homme pour réparer cela et offrir le sacrifice de la Nouvelle Alliance par lequel il verse son sang sur la Croix pour que les hommes reçoivent le pardon de Dieu.

Le Saint Esprit nous communique aujourd’hui les fruits de la rédemption par l’Église et ses sacrements, qui font de nous des enfants de la lumière.

Toute personne convertie rayonne de cette lumière que Dieu lui a fait retrouver. Sachons profiter de leur témoignage.

Père Pierre

Docteur en théologie





La vie de Fabienne est décrite à travers cet ouvrage, sans fard, ni fioritures, dans ses profondeurs.

En plus d'être un récit autobiographique, elle est surtout une prière.

J'ai pensé au Psaume 130(129) que j'ai récité ce matin à la messe et qui commence par ces mots "des profondeurs". Fabienne les avaient certainement à la bouche en écrivant: "Des profondeurs, je crie vers toi, Seigneur. Seigneur, écoute mon appel. Que ton oreille se fasse attentive aux cris de ma prière." Fabienne est passée par toutes les étapes du déclin, de Charybde en Scylla (sexe, drogue, incroyance, magie...) mais elle voulait comme toute athlète, franchir elle aussi la ligne d'arrivée.

Et soudain, cette vie qui roulait cent à l'heure, elle a eu un claquage au tendon et elle est tombée...Elle s'est mise à pleurer, voyant la victoire lui échapper. Que d'efforts engloutis dans cette compétition! Des médecins sont venus à son secours, elle a réfusé leur aide. Elle s'est relevé et a continué à boitiller. Elle faisait de la peine à voir.

Et puis soudain Dieu le Père, a bousculé le protocole et a franchi tous les obstacles de sécurité pour venir à l'aide de sa fille. Il l'a tenu dans ses bras et lui a murmuré: "Je suis ton Père... Tu n'as plus rien à craindre. Arrêtes de te torturer...Tu n'as pas à faire, ce que tu fais..."Elle a répondu: "Je dois le faire".

Cette course, c'est l'histoire de ce livre. Fabienne voulait coûte que coûte le finir. Et je pense qu'elle voulait terminer cette course héroïque et elle a franchi la ligne d'arrivée. Les spectateurs du stade se sont tous levés pour l'ovationner. Merci Fabienne, merci pour cet acte d'héroïsme. Tu n'avais pas à faire cela. Mais tu as pensé à nous, les pauvres pécheurs qui te liront en ce moment et qui avons besoin de ce livre, comme d'une bouée de sauvetage

Père Patrice Jean

Maître de Conférences en Philosophie

Docteur en Philosophie


La paix de Jésus soit avec vous !

Frères et sœurs bien aimés, je viens témoigner aujourd’hui que le Christ m’a ressuscitée.

Mes parents m’ont fait baptiser quelques jours après ma naissance, J’ai suivi tous les cours de catéchisme et j’ai fait ma première communion.

Maman, une sainte femme, m’avait appris à prier tous les soirs. Cependant, après ma communion je n’ai plus fréquenté l’église catholique jusqu’en 1996, date à laquelle Jésus est venu me sauver. J’avais 32 ans.

Je vais vous raconter un peu la vie que j’ai menée toutes ces années, loin de Jésus.

Dès l’âge de 15 ans ma vie a basculé. J’ai commencé à fumer, à fréquenter des bars sordides, à tirer les cartes, à pratiquer la numérologie, à écrire à des astrologues, Quand mes études scolaires furent terminées, j’ai passé tous les week-ends dans les discothèques fumant du haschich, buvant de l’alcool, vêtue de mini-jupes et d’habits de luxe et j’ai forniqué, sans culpabilité, avec les hommes que je rencontrais. J’étais à la recherche de l’Amour avec un grand A.

Satan me tenait liée et m’empêchait de me tourner vers l’amour du Christ. Il m’aveuglait avec ce que les hommes pouvaient me donner : le plaisir de la chair, l’argent, le bien-être et le monde. J’étais sous des liens infernaux, mais j’avais besoin qu’on s’occupe beaucoup de moi et je voulais mourir sans amour. J’étais suicidaire et destructrice après avoir subi beaucoup de méchancetés dans ma jeunesse et satan, dans sa cruauté, envenimait mes plaies douloureuses.

C’est lors d’une soirée dans un night club que j’ai fait la rencontre d’un garçon et, au bout de quelques mois, nous avons décidé de vivre en concubinage. Je ne savais pas que si j’avais des rapports sexuels alors que je n’étais pas mariée à l’église, mon âme s’unissait aux esprits impurs. Au bout de 5 ans, je l’ai quitté et j’ai déménagé dans une autre ville dans laquelle j’ai fait la rencontre d’une astrologue et d’une rosicrucienne de l’AMORC !

L’astrologue me proposa de faire mon thème astrologique karmique et j’ai accepté ! Elle m’expliquait qu’il s’agissait d’étudier mon thème astrologique sur la base de mes vies antérieures en étudiant mon karma !
Quelques temps après je suis allée dans un centre spirite pour écouter les enseignements d’un gourou dans lequel j’ai trouvé un livre que j’ai étudié, qui s’appelait "L’Evangile selon le spiritisme" d’Allan kardec.

Ce gourou proposa un jour à ceux qui le souhaitaient de participer le mercredi soir à des séances vivantes de spiritisme et dans mon innocence, j’ai accepté ! Et là, j’ai commencé à voir des médiums qui entraient en transe, qui recevaient des messages des supposés Saint Curé d’Ars, Saint Padre Pio, Sainte Thèrese de l’enfant Jésus ou encore de la Mère de Dieu, voire quelquefois du Seigneur Jésus-Christ et même des extra-terrestres ! Si j’avais su que c’était les esprits déchus qui délivraient ces messages, j’aurai quitté le centre spirite de suite.

Et puis, un mercredi soir, le gourou a proposé à ceux qui le souhaitaient de faire un grand nettoyage de leur âme !

Intérieurement, je souffrais beaucoup, mais à ce moment là, je ne savais pas que c’était les péchés accumulés qui m’oppressaient. Moi je croyais que cette souffrance intérieure était due au karma que j’aurais accumulé dans mes soit-disant vies antérieures puisque je croyais à la réincarnation.

Croyant que le gourou avait le pouvoir de me libérer de mes vies antérieures, j’ai accepté sa proposition et je me suis assise à côté de lui et à ce moment là, j’ai eu une infestation.

Les mauvais esprits étaient entrés en moi à cause de mes erreurs de voie, cartomancie, pendule, astrologie, horoscope, lignes de la main, initiation au yoga, adoration de Bouddha, méditation ésotérique, ouverture des chakras, chi gong, etc…

Le gourou a imposé sa main avec les pouvoirs qu’il avait acquis du démon sur deux de mes chakras ! le chakra du cœur et le chakra du troisième œil !

Puis il me dit qu’il m’avait transmis la lumière. Mais malheureusement il s’agissait de la lumière de l’ennemi de Dieu.

Ensuite Je suis rentrée chez moi et j’ai commencé à me sentir mal. A la suivante séance de spiritisme, j’ai vécu une expérience très difficile. La kundalini, s’est levée.

La Kundalini, c’est une puissante énergie qui est logée dans l’os sacrum au bas du dos. Quand elle s’éveille, elle monte le long de la colonne vertébrale et travaille de centres en centres jusqu’au chakra coronaire qui est situé au dessus de la tête.

Pendant cette expérience j’ai eu l’impression que j’allais être enlevée au ciel tellement la puissance de cette énergie était forte. Ce que je n’avais pas compris à ce moment là, c’est que le yoga et la kundalini étaient un pouvoir de satan qui était entré en moi et qui me dirigeait de l’intérieur. A ce moment précis de ma vie, je ne savais pas que le yoga était considéré par l’église catholique comme faisant partie du Nouvel Age qui est contraire à la doctrine catholique. Je l’ai appris en téléchargeant sur le site du Vatican le rapport « Jésus Christ le porteur d’eau vive » et puis un prêtre charismatique m’a appris que le Yoga veut dire « union » et que le but du Yoga est d’unir le moi transitoire (temporel) « JIVA » à l’infini « BRAHMAN » le concept Hindou de Dieu. Alors j’ai compris que ce Dieu es une substance spirituelle impersonnelle et non un Dieu personnel comme Jésus Christ. J’ai pris conscience qu’en pratiquant le yoga, j’adorai un autre Dieu que la Sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit et par voie de conséquence que je rompais le premier commandement de Dieu : « Tu n’auras pas d’autres Dieux que moi. »

Alors, me sentant de plus en plus mal, j’ai décidé de quitter ces techniques car à cause de l’ouverture des chakras j’ai été entre la vie et la mort pendant de très longs mois et si je suis en vie aujourd’hui, je peux dire merci à Jésus.

Ma soif de connaissance n’étant pas assouvie je me suis affiliée à l’Ordre de la Rose-Croix AMORC et rapidement j’ai commencé à recevoir des petits fascicules à étudier. Je me suis arrêté au 7ème degré du Temple. Je me suis aussi affiliée à une loge Rosicrucienne dans laquelle j’ai passé plusieurs initiations et ce n’est que plus tard, quand Jésus m’a libérée, que j’ai vu comment satan m’avait possédée à chaque initiation.

J’ai étudié dans cet Ordre différentes choses telles que le corps psychique de l’homme, le voyage astral, l’aura humaine, les chakras, les sons vocaux, les mantras …

A travers ces études, J’ai cherché à connaître et comprendre le Dieu de mon cœur qu’on appelait « Le cosmique ». Mais je n’ai rien compris à ce faux Dieu et à ces énergies. Imaginez-vous quelle relation d’amour j’avais avec ce Dieu là ! Aucune ! Aucun cœur à cœur d’amour brûlant tel que je peux maintenant le vivre avec Jésus d’amour dans l’Eucharistie

Dans ma recherche dans le Nouvel Age qui ne vient pas de Dieu, j’ai pratiqué le magnétisme, la télépathie, le pendule, toutes sortes de magie, l’hypnose, des respirations Nouvel Age, lecture de l’aura, toutes formes de guérison par les énergies, par les cristaux, la musique et les couleurs, les méditations sur des musiques du Nouvel Age, le reiki dont les êvêques des Evêques des Etats-Unis nous mettent en garde. Et puis, j’ai expérimenté dans mon corps que satan avait déposé son énergie en moi avec son pouvoir et là j’ai commencé à trembler.

Dans l’Ordre de la Rose Croix AMORC, j’ai rencontré un monsieur qui était seul depuis des années car sa femme l’avait quitté pour un autre homme. Quelques mois plus tard, nous avons décidé de nous marier civilement. Nous ne pouvions pas nous marier à l’église catholique car il avait déjà eu un sacrement de mariage.

Et voilà qu’un coup de grâce est arrivé ! En regardant un poster du Sacré cœur de Jésus j’ai entendu Sa voix qui me disait : « Mes saintes plaies te sauveront » ! Les plaies de Sa douloureuse Passion. Peu de temps après, lors d’un pèlerinage à Medjugorje, j’ai accepté de réintégrer l’église catholique. Me voilà devenue toute petite avec ma grande misère devant le Saint Sacrement exposé, devant la présence réelle de Jésus vivant, corps, sang, âme et divinité !

De retour en France, Dieu m’a donné une première expérience surnaturelle au cours de laquelle Il m’a demandé de faire pénitence !

Il m’a montré mon âme enfermée dans la Bête qui avait une tête de Lion tel qu’il est décrit dans l’Apocalypse. J’ai vu les démons qui m’entouraient et qui étaient prêts à m’emmener avec eux dans le lieu de ténèbres. Ces démons étaient liés à chacun de mes péchés.

Quand j’ai commencé à regarder plus profondément mon âme, je me suis vue comme une hyène et je suis descendue au fond de l’abîme, dans le cratère de feu, blasphémant et éprouvant de la haine pour Dieu comme les damnés. L’état de mon âme était la conséquence de mes désobéïssances à la Loi de Dieu et satan dans sa fureur m’a dit : « je t’ai condamné aux peines de l’enfer ». Je ne savais pas que satan brûlait en enfer et voulait que tous brûlent avec lui. Sa haine était entrée en moi. J’ai vu comment satan et les anges déchus avec les damnés attaquaient les âmes au niveau du cœur et du cerveau pour les détruire. Le plus terrible est que j’entendais mon âme dire : satan je t’aime ! C’était vraiment horrible ! J’étais un démon dans la putréfaction !

Vous savez, j’étais une femme du monde, séductrice, courtisée et dominatrice ; Je disais que j’étais une femme libérée mais en fait j’étais enchaînée à Lucifer. Ma rebellion avait commencé en écoutant du rock, les Beatles, ACDC et les esprits de ces mauvaises musiques étaient entrés en moi… et je disais partout : "Peace and love" qui signifie paix et amour. J’employais ces mots avec certains de mes amis hippies. Ma rebellion intérieure m’amena à être en faveur de l’homosexualité, du divorce, du concubinage, de l’avortement. A ce moment là, je n’avais pas pris conscience que j’étais une grande persécutrice de la loi du Christ, mais vous savez j’étais liée par l’abîme et je ne pouvais pas réagir autrement. C’est la lumière de satan, qui n’est autre que ténèbre, qui habitait en moi. Si ma mère n’avait pas beaucoup prié et ne s’était pas sacrifiée pour mon âme, je serai à l’heure actuelle toujours aveuglée par la lumière de Lucifer. Le jeûne et la prière m’ont beaucoup aidée.

Ensuite, j’ai entendu l’ennemi de Dieu parler à la Sainte Vierge dont il a une crainte terrible. Il disait en parlant des âmes : « Je les tiens toutes, je les aurais toutes » et j’ai aussi entendu qu’il tient beaucoup de prêtres (parce qu’ils ne font pas pénitence et ne prient plus). Si le démon réussit à damner un prêtre avec une femme, alors il jubile car pendant ce temps, le prêtre ne fait plus son devoir qui est de sauver les âmes. Malheur à ces femmes qui détournent les prêtres de leur vocation ! Elles sont déjà sous la justice de Dieu et les supplices de l’enfer les attendent si elles ne se repentent pas ! Si vous saviez combien la sainte Vierge verse des larmes car elle voit la Bête engloutir de plus en plus d’âmes. Alors elle verse beaucoup de larmes de sang.

Satan condamne les âmes avec l’amour du monde, de l’argent de la chair et du Nouvel Age. Si vous saviez la haine qu’il a pour chacun de nous et pour Dieu et pour les prêtres, c’est terrible. Dieu m’a dit : " Révère mes prêtres ". Les prêtres sont la prunelle des yeux de Jésus. Sans les prêtres, personne ne pourraient avoir accès au ciel car c’est eux seuls qui nous donnent les sacrements qui nous ouvrent la Vie du Christ en nous et nous donne Son pardon.

Après ses moments d’horreur intense, Jésus m’a remonté de l’abîme en me reprenant en lui et j’ai ressenti Sa puissance me sortir de cet état de ténèbres, dans lequel j’étais terrifiée de tout.

Dieu, dans sa grande bonté, m’a consolée et m’a dit avec grande charité: « Tu es à Moi » "Ne pense qu’à Moi" "Ne pense qu’à M’aimer" « Je te guérirai ». « Tu baignes dans mon sang » "Je t’ai créé de Mes mains." "Donnes-moi beaucoup d’amour et ne pêche plus." "Ne vends plus ton âme au diable" "Ne me trahis plus" "Je suis ton seul maître." "Je suis le chemin la vérité et la Vie." "Ne t’éloigne plus de moi." "Ecoute Ma parole, Observe mes commandements, Observe Mes sabbats, c’est à dire le jour du Seigneur"

Les commandements de Dieu, je savais qu’il y en avait dix mais je n’en savais pas plus. Alors j’ai pris la Bible, je les ai lus et après en avoir pris connaissance, j’ai découvert que je vivais depuis l’âge de quinze ans en état de péché très grave et certains étaient des péchés mortels. Alors Jésus m’a dit :« Défends Ma loi ». Et c’est ce que je fais depuis 1996. Pour bien le servir, l’Esprit Saint m’a dit qu’Il m’a donné le charisme de Vérité !

Ensuite, j’ai retrouvé celui avec lequel je devais faire alliance et je lui ai expliqué que nous devions vivre dans la chasteté jusqu’au mariage civil. Quelques mois ont passé et nous sommes allés nous marier à la mairie et deux jours après le mariage, j’ai quitté la chambre conjugale car Jésus est venu m’en retirer en me disant : "Obéis-Moi" "Je demande réparation" « ton péché m’a offensé » « Soumets-toi Ma Fille » et Il m’a montré les démons auxquels j’étais liée à cause de mon péché d’adultère.

Imaginez mon désespoir ! Il m’était impossible de penser que je pouvais vivre sans un homme. J’avais besoin d’être surprotégée. Je venais de me marier pour fonder un foyer avec des enfants mais Dieu me dit à ce moment là qu’il était interdit de procréer parce que je n’avais pas de sacrement de mariage.

Le lendemain matin j’ai cherché un prêtre confesseur qui me reçu avec charité et je lui ai expliqué ce que Dieu me demandait. Le prêtre m’a confirmé qu’il fallait que nous vivions comme des frères et sœurs et il a ajouté que je ne pourrai communier que si je vivais la continence. Puis il m’a expliqué que le divorce ne rompt pas le mariage à l’église et que mon mari restait marié devant Dieu à son épouse légitime jusqu’à ce que la mort les sépare, même si elle avait refait sa vie. Ce que Dieu a uni que l’homme ne le sépare pas ! Je sais très bien que Dieu va demander des comptes à cette femme. Dieu m’a dit qu’il pleurait sur les femmes infidèles. Cette femme qui a quitté son mari se verra entendre dire par Dieu lors de son jugement particulier : "Femme qu’as-tu fait de ton mari ?" Si elle avait prié Dieu, Il les aurait réconciliés, mais son coeur était très dur. Vous savez une femme qui ne pardonne pas à son mari ou qui le quitte, son âme est dans l’abîme. Bien sûr si elle le quitte parce que sa vie est en danger, c’est différent. Dans ce cas, l’église permet la séparation de corps, mais pas le divorce.

Frères et soeurs, qui sommes-nous pour ne pas pardonner alors que Dieu à pardonné à ses bourreaux sur la croix ? Comment voulez-vous être réunis au ciel avec vos ennemis si déjà sur terre vous ne les aimez pas. Vous savez Dieu m’a dit : Si tu veux que je te pardonnes, pardonne aux autres, comme Il nous l’a enseigné dans la prière du "Notre Père". Et j’ai été libérée en vérité quand j’ai pardonné à tous, quand j’ai fais célébrer des messes pour mes persécuteurs, quand j’ai prié pour ceux qui m’ont blessés….

Après avoir quitté le prêtre, de retour chez moi, j’ai commencé à sentir beaucoup d’angoisses car il fallait que je parle à mon mari qui était devenu mon frère en quelques heures et qui a accepté cette situation avec beaucoup de difficultés, mais l’a quand même accepté car il s’agissait du salut de son âme.

Je lui ai ensuite expliqué que j’allais quitter l’Ordre de la Rose Croix AMORC.

Persuadée que j’étais dans une profonde erreur de voie, j’ai commencé à déchirer en petits morceaux tous les livres d’auteurs rosicruciens, tous les livres sur la numérologie, les lignes de la main, la cartomancie les livres sur le spiritisme d’Allan Kardec et de Léon Denis et les livres du New Age comme ceux d’H. Blavatsky ou d’A. Bailey ou encore les livres sur les sciences occultes. Je m’en suis débarassée car tant qu’ils restaient chez moi, les démons y habitaient également. Une fois que la sainte Vierge a été intronisée dans le domicile, le calme est revenu dans ma maison. J’ai remplacé tous mes anciens livres, par la Bible, le catéchisme de l’église catholique, la vie des saints, des révélations des âmes du purgatoire aux saints de l’église catholiques et j’ai été très touchée.

Etant donné que je souffrais beaucoup intérieurement à cause de mes nombreux péchés, j’ai commencé, sous la mouvance de l’Esprit Saint, à faire célébrer de nombreuses messes pour mon âme afin de retrouver la paix. Lors de la célébration de ces messes, l’Esprit Saint me faisait remonter à ma conscience tous les péchés que j’avais commis depuis mon enfance et quand j’ai décidé d’aller voir un prêtre, le démon dans sa fureur m’a dit : Va en enfer ! Alors j’ai aussitôt couru à l’église et le démon m’a poursuivie en me disant : « Tu es pardonnée, tu es pardonnée ». Mais je savais très bien que si je me confessais directement à Dieu sans passer par le prêtre, je ne pourrais jamais entrer au ciel et je savais que si je n’entrais pas à l’intérieur du confessional, je ne serais pas déliée de mes péchés par l’église qui seule détient ce pouvoir. Alors j’ai tenu bon. Le démon m’a quitté et le prêtre m’a reçue avec beaucoup de charité mais il a été un peu étonné de voir que j’avais en main de nombreuses feuilles sur lesquelles j’avais noté tous mes péchés. Je les avais écris afin de ne pas les oublier.

Alors j’ai commencé à citer mes péchés sans regarder le prêtre dans les yeux car à ce moment là, j’avais beaucoup de honte. Je ne savais pas encore que Jésus était présent dans le prêtre pour me prendre dans ses bras et me laver dans son précieux sang. Alors j’ai plongé ma tête dans mes papiers et j’ai lu ce que j’avais noté.

J’ai confessé tout ce dont je vous ai parlé précédemment (mariage civil, concubinage, alcool, drogue, tabac, ésotérisme, croyance en la réincarnation, Nouvel Age…) et j’ai ajouté, en parlant doucement : j’ai commis beaucoup de péchés de chair, j’ai pris la pilule, j’ai porté des mini-jupes et j’ai fait pécher les hommes par le regard, j’ai eu des paroles et des pensées impures et sans charité, je ne suis pas allée à la messe le dimanche, j’ai conduit une amie se faire avorter dans une clinique, j’ai commis beaucoup de péchés de gourmandise, je n’ai pas prié, je n’ai pas partagé avec les pauvres, j’ai eu beaucoup d’idoles avec la musique et les artistes, j’ai vu des films X, des films de peur, j’ai lu de mauvais livres et j’ai aussi ajouté tous les péchés capitaux que j’avais commis tels que l’orgueil, l’avarice, l’envie, la colère, la luxure, la gourmandise, la paresse.
Le prêtre m’a écoutée avec patience et charité et depuis ce temps, je me confesse règulièrement.

Ensuite je suis allé faire ma pénitence devant le tabernacle et là Jésus m’a dit avec tout Son Amour de Père « Ton péché est effacé ». Quelle grâce !

Oui, chers frères et soeurs, Mes péchés, Jésus les a effacés. Mes misères, Il les a consumées. Ma faiblesse, Il la soutient tant que je reste très pauvre intérieurement.

Après avoir reçu de nombreux sacrements de la réconciliation, j’ai rencontré plusieurs prêtres qui m’ont fait des prières de coupures de liens en rapport avec mes études ésotériques et j’ai reçu plusieurs fois le sacrement pour les malades car mon état était très critique à cause de l’ouverture des chakras et de l’agir de satan qui m’avait détruite intérieurement.

Les divers sacrements m’ont aidée à guérir et j’étais tellement attirée par Jésus que je passais mes après midi près du tabernacle dans une église.

Dès ces moments, j’ai commencé à faire le chemin de croix tous les jours pour la libération des âmes du purgatoire. Dieu m’a demandé de continuer cette œuvre de miséricorde et Il m’a expliqué que le purgatoire était Sa miséricorde et l’enfer Sa justice et j’ai compris que beaucoup d’âmes étaient perdues. Alors j’ai dit à Dieu : Mais c’est vous Seigneur qui avait condamné les âmes qui sont en enfer ? et Il m’a répondu : « les âmes se sont condamnées elles-mêmes ». Comme le dit l’apôtre Jacques dans son épître: C’est notre péché qui nous tente et non pas Dieu.

Dieu ne condamne personne mais Il laisse l’âme libre de l’aimer ou d’aimer satan ! Dieu est Amour !

Alors je me suis dit que j’allais consacrer ma vie à prier pour le salut de toutes les âmes. Jésus m’y a encouragée. Il m’a dit un jour à 15 heures. Implore Ma pitié sur les âmes. Prie moi par Ma Passion. Et comme je souffrais de savoir que beaucoup de mes amis étaient loin de l’église, Jésus m’a dit : Ne cesse jamais de Me prier pour eux et je vous assure que je n’ai jamais cessé parce que je les aime et parce que je connais les souffrances des âmes en enfer pour l’avoir vécue un court instant moi-même.

Pendant deux ans, j’ai passé toutes mes après midi près du Christ dans une église proche de mon domicile et le soir je rentrais chez moi pour retrouver le monsieur avec lequel je vivais fraternellement.

Et puis un jour en écoutant une cassette sur la vie de Saint François D’assise, j’ai été fortement touchée par sa très haute pauvreté.

Avec mon premier père spirituel, un père dominicain, on décida que je quitte le domicile, que je divorce puisque mon mariage n’en était pas un devant Dieu, afin que je puisse cheminer avec l’église catholique et je suis entrée dans l’Ordre des Clarisses avec les sœurs, j’étais cloîtrée. Ce fut un temps de grâce. Au bout de quinze mois, je suis sortie du monastère et j’ai répondu à l’appel de Dieu qui me demandait de le servir dans le monde pour témoigner de Sa miséricorde.

Jésus, avec une grande charité, m’avait demandé de lui offrir ma vie et devant autant d’amour j’ai accepté car le ciel me demandait de ne rien refuser à Dieu.

Pour avoir un toit, je suis revenue chez mes parents et j’ai commencé à travailler avec plusieurs éditeurs à enregistrer des conférences que j’ai données sur le Saint Esprit, sur les âmes du purgatoire, sur les apparitions reconnues par l’église catholique, sur les dangers du Nouvel Age, sur l’Eucharistie, sur la vie des saints, sur le message de Jésus miséricordieux à Sainte Faustine.

Vous connaissez sûrement les paroles de Jésus miséricordieux :

“Je donne aux hommes un vase, avec lequel ils doivent venir puiser la grâce à la source de la miséricorde. Ce vase, c’est ce tableau, avec l’inscription: Jésus, j’ai confiance en Toi” (PJ 327).

“Par cette image j’accorderai beaucoup de grâces ; que chaque âme ait donc accès à elle” (PJ 570).

“Je promets que l’âme qui honorera ce tableau ne sera pas perdue.
Je lui promets aussi la victoire sur ses ennemis d’ici-bas, spécialement à l’heure de la mort. Moi-même, Je la défendrai, comme Ma propre gloire” (PJ 47).

“Ces deux rayons indiquent le sang et l’eau: le rayon pâle signifie l’eau, qui justifie les âmes; le rayon rouge signifie le sang, qui est la vie des âmes. Ces deux rayons jaillirent des entrailles de ma miséricorde, alors que mon Coeur, agonisant sur la Croix, fut ouvert par la lance. (…) Heureux celui qui vivra dans leur ombre” (PJ 299).

Personnellement, j’essaye de réciter tous les jours le chapelet à la miséricorde divine à 15 heures car Jésus a promis ceci : « Même le pécheur le plus endurci, s’il récite ce chapelet une seule fois, obtiendra la grâce de mon infinie miséricorde (PJ 687) ». Il a dit également « Il me plaît d’accorder aux âmes tout ce qu’elles me demanderont en disant ce chapelet (PJ 1541) si c’est conforme à ma volonté (PJ 1731).

Au cours d’une conférence sur la miséricorde divine, j’ai rencontré un homme qui n’avait jamais été marié auparavant. Rapidement, nous nous sommes fiancés à l’église et avons gardé la chasteté mais deux mois avant le mariage, nous nous sommes quittés car ce n’était pas la personne qui me fallait. Dieu m’avait dit auparavant, par deux fois « Je te veux corps et âme », mais vous savez, je lui ai beaucoup résisté avant de m’abandonner à Sa divine volonté ! Il m’a aussi dit : "Laisse-moi décider de ton salut éternel". J’ai alors laissé la divine volonté diriger mon âme pour la sauver, car de part ma volonté propre, je me dirigeais une fois de plus vers l’enfer éternel. Je me suis donc soumise à Dieu en accord avec mon père spirituel. La Sainte Vierge m’a invitée à ne plus laisser un homme entrer dans mon coeur et alors j’ai fait un voeu de chasteté, cœur à cœur avec Jésus d’amour, devant le Saint Sacrement exposé.

Et voilà que Dieu m’a donné une autre expérience mystique !

Mon âme s’est retrouvée dans un lieu désert. J’étais sur un genre de plateforme et il y avait un sentier.

J’ai avancé dans ce sentier et je me suis retrouvée devant une mer de feu dans laquelle se trouvaient des âmes. J’ai vu un trou avec un feu crépitant à l’intérieur. Il y avait beaucoup de flammes. Les damnés étaient en colère et très menaçant quand je les regardais et ils m’ont dit : on te hait. Leur haine me brûlait et leur mépris me blessait le coeur.

Le gourou qui m’a ouvert les chakras, à sa mort, est descendu dans ce lieu de ténèbres. Son âme était perdue éternellement, car il a refusé Jésus. Il a voulu librement rester dans son orgueil et il ne regrettait pas ses fautes. Alors Dieu l’a abandonné à lui-même. Dieu fuit les âmes orgueilleuses. Il m’a dit qu’Il aimait les âmes petites, les âmes humbles !

Dieu m’a montré que ce gourou qui est devenue une âme maudite de Dieu pour l’avoir beaucoup offensé sans repentir, travaillait dans mon âme pour me tenter à chaque seconde. Je l’entend pleurer lui et satan quand ils n’arrivent pas à me faire succomber aux tentations qu’ils envoient sans cesse pour la perte de mon âme. Il fait tout pour me damner. La Sainte Vierge m’a dit qu’il fallait résister aux suggestions diaboliques et j’ai souvent succombé. C’est grâce à la confession que je peux encore être dans la miséricorde.

Je n’en veux pas à cette âme damnée de me pousser dans les tentations car je sais bien que c’est le travail de toutes les âmes damnées. Elles ne veulent rien savoir, ni de nous ni de Dieu. Elles ne changeraient pas les peines ni la douleur pour aller au Ciel ! Leur mission est la haine, la destruction, le manque d’amour. C’est un tourment qui ne finira jamais. C’est un feu dévorant, qui dévore leurs entrailles. Mais ils sont maudits de Dieu parce qu’ils n’ont pas voulu l’aimer. Ils entraînent toutes les âmes qu’ils peuvent dans ce lieu où la haine, la destruction sont toujours présents ! Tout n’est qu’amertume et leur mission est de détruire les âmes.

Vous savez si Dieu m’a laissé une écharde dans la chair comme Saint Paul, c’est pour que je lutte et que devienne Sainte. Sa grâce me suffit !

J’ai remarqué qu’il y a dans cet état de ténèbres certaines âmes que j’avais averties sur terre mais qui ne se sont pas repenties. Et de leur vivant, certains se moquaient de ce que je leur disais. Alors, Dieu d’un ton très sévère, m’a dit : "Ne t’occupe plus d’eux" et j’ai compris combien ils allaient affronter la justice de Dieu au moment de leur jugement. Et c’est ce qui s’est passé !

Au dessus de moi, il y avait le purgatoire, les flammes étaient très hautes. Les âmes qui sont dans cet état de purification sont unies en tout à la volonté divine. Leur plus grande souffrance est de ne pas pouvoir encore voir Dieu face à face. Elles l’ont vu, lors de leur jugement particulier, dans une lumière qui n’est pas encore celle du ciel et alors elles ont gardé une grande nostalgie pour Dieu, mais elles ne veulent pas paraître devant lui avec leurs souillures. Elles se purifient et réparent ce qu’elles n’ont pas réparées sur terre et beaucoup d’entre elles apprennent à aimer.

Alors j’ai prié pour elles et à leur tour, elles ont prié pour la misère que je suis et ensembles, dans la communion des saints, nous nous sommes aidées à avoir plus de lumière pour nous approcher de Dieu sans crainte et sans tâche. Et Jésus m’a dit : je veux que tu sois plus proche de moi puis Il a ajouté : Continue ton œuvre de miséricorde (en priant pour elles). Les âmes du purgatoire sont devenues mes sœurs bien aimées, mais je ne leur parle pas car Dieu ne le permet pas. Je les prie simplement pour qu’elles m’aident dans ma mission d’évangélisation.

J’ai vu plusieurs marches blanches que j’ai rapidement gravies et en arrivant en haut de ce grand escalier blanc un homme habillé en rouge m’a ouvert la porte et puis il s’est retiré. Aussitôt je suis entrée dans un océan de paix où j’ai senti très fort la présence de Dieu le Père. Il était la Source. C’était un père bienveillant, rempli d’amour et de paix. Sa présence inondait cet océan de paix. Dieu le Père est très doux et très aimant et Il m’a dit sans que je puisse le voir : « Je suis un Père plein d’amour pour Mes enfants ».

Moi qui croyait que Dieu n’était qu’un père fouettard, je pris alors conscience de Sa grande sainteté et même si Dieu est Amour, miséricorde et Justice, son plus grand attribut reste la miséricorde et Il m’a dit : Dieu est avant tout Père. Alors je l’appelle « Papa d’Amour » « Papa chéri » et je me suis jetée dans ses bras d’amour. Et puis j’ai suivi la voie de l’enfance spirituelle. Dieu ne pense qu’à nous guérir et à panser nos plaies. Dieu est Amour comme l’apôtre Saint Jean nous l’a enseigné.

Je vis ensuite Jésus au ciel entouré d’une belle lumière dorée. C’était très beau. Mon âme ressentait une grande paix et une grande envie de m’approcher de lui. J’aurais voulu rester près du Fils de Dieu, tellement je me sentais bien. Jésus m’a demandé de pleurer avec lui pour les pauvres pêcheurs. Il m’a dit avec beaucoup de compassion « Pleure ma Fille pour le salut des âmes ».

Dans cette expérience spirituelle, j’ai porté en moi tous les péchés que je n’avais pas encore confessés, ce qui m’a beaucoup fait souffrir. Pour pallier à cela, je me confesse toutes les semaines afin de ne plus avoir à les affronter lors du jugement particulier de mon âme à l’heure de ma mort.

Dieu m’a ouvert mon intérieur et m’a fait voir qu’avant de revenir à lui, je refusais Sa miséricorde, mon cœur était dur et Il m’a dit « je ne peux pas entrer dans un cœur dur et orgueilleux ». Il m’a fait voir toutes mes pensées qui n’étaient pas dans Son Amour, toutes mes complicités avec le mal, tous mes mauvais sentiments, mes critiques et jugements sur autrui et Il m’a dit : Garde toi de juger quelqu’un. Ne les accuse pas. Vous savez j’accusais tout le monde. Puis Il m’a dit : Ne les juge pas. Je vous assure que j’étais experte dans la matière. C’était les blessures de la vie qui m’avaient rendue amère envers mes frères et soeurs et Dieu m’a fait voir que je n’étais pas mieux que Judas ! Alors Il m’a dit : Il faut aimer et ce n’est qu’après seize ans de souffrances et de persécutions continues que Jésus a transformé mon âme démoniaque en apôtre pour Sa gloire et Il m’a demandé de l’imiter et de faire comme Saint Paul en voyageant comme lui.

Il m’est arrivé quelquefois d’avoir peur lors de persécutions. Alors Dieu m’a dit : Garde toi de la peur ! Il est vrai que tous mes ennemis se sont brisés aux pieds du Christ. Chaque fois que je parts dans un pays différent, l’Esprit Saint prend toutes mes peurs et toutes mes angoisses, si bien que je ne ressents que de la paix, la Paix du Christ !

Quand Dieu m’a ouvert mon intérieur, j’ai vu et revécu tout le mal que j’ai fais à mon prochain et en ai beaucoup souffert.

Alors j’ai crié vers Dieu et lui ai dit : Jésus, aie pitié de moi. Aie pitié de la grande pécheresse que je suis. et Il m’a répondu : "Tu fais toute ma Joie" et je lui ai dis : toutes les personnes que j’ai fais tomber dans ma vie, à partir de maintenant, je vais prier pour elles et faire célébrer des messes pour qu’un jour nous soyons réunis en paradis. Et là, comme pour Zaché le salut est entré dans mon âme !

J’ai alors donné à Jésus d’amour tous mes mauvais choix et leurs conséquences et Il est lui-même venu réparer mes propres erreurs de voie avec Ses grâces et Son amour. Dieu est Amour avec un grand A. Vous savez l’amour humain n’est qu’un faible reflet de l’amour divin, tout comme la tendresse humaine n’est qu’un faible reflet de la tendresse divine. Et j’ai encore crié vers lui en lui disant : «Guéri moi Jésus, guéris moi Papa d’amour ».

Et dire que je disais à Jésus qu’il ne m’aimait pas assez ! Aussitôt Il m’a répondu : Tu ne t’imagines même pas à quel point Je t’aime. Je t’appelle à la Sainteté, Je t’appelle à M’aimer ! Médite Ma Passion ! Et là, j’ai enfin compris tout son Amour et en lisant les écrits de Sainte Brigitte, j’ai appris qu’Il avait subi 5480 coups pendant Sa douloureuse Passion ! Quel amour du créateur pour sauver Sa créature.

C’est la très Sainte Vierge qui m’a beaucoup aidée à me rapprocher de Dieu. Une des premières fois qu’elle m’a parlée, elle m’a dit "Mon Fils est mort à cause de tes péchés" et puis elle m’a dit "Tu n’aimes pas assez la croix". Alors elle m’a appris à accepter le martyr, elle m’a appris le silence, l’abandon et m’a formée pour ma vie spirituelle et je la remercie aussi car elle m’a libérée de tous les démons qui m’oppressaient en priant le rosaire.

J’ai fais un pacte d’alliance avec elle au cours d’une messe et c’est pourquoi je porte un anneau au doigt et j’ai voulu librement en plus de ma consécration au cœur immaculé de Marie, revêtir le scapulaire de Notre Dame du Mont Carmel, par la grâce duquel la sainte Vierge Marie m’a protégée de bien des dangers.

Moi qui ai connu dans l’ésotérisme un Dieu cosmique, un Dieu énergie, je peux vous témoigner que c’est dans l’église catholique que j’ai rencontré un Dieu de tendresse dont le cœur fond d’amour pour chacun d’entre nous. Moi qui croyait que l’église était une veille institution avec des dogmes rigoureux, je m’aperçus que l’Eglise est Sainte, qu’elle est Amour avec un grand A et que sans elle et sans les prêtres, je ne pouvais pas entrer au ciel. Alors l’Eglise catholique est devenue comme une maman bienveillante pour moi et j’ai compris tout l’Amour de Jésus qui l’a fondée sur Saint Pierre, le premier Pape et quand j’ai regardé le Pape François, j’ai vu en lui tout l’Amour du Christ pour ses enfants. J’ai vu en lui l’Amour d’un Père et je me suis mise à beaucoup aimer l’église et à prier pour elle et ses consacrés.

Plusieurs fois Jésus d’amour m’a fait connaître la profondeur de son cœur dans lequel j’ai été transportée pour y reposer dans Sa tendresse exquise et sa douceur inégalable.

Pour remercier Jésus de Sa bonté, je récite le chapelet tous les jours car Il m’a promis que par la prière du Rosaire, Il me sauverait et Il ajouté : « Je prie pour ta libération » et j’ai compris que Dieu était en moi pour lutter contre la puissance du serpent. Je prie aussi le chapelet de Saint Michel Archange aux 9 chœurs des anges, et termine ma journée de prières en récitant plusieurs fois cette petite prière très féconde qui est un acte d’amour : « Jésus, Marie je vous aime, sauvez les âmes ». Dieu a promis à Sœur Consolata Betrone, religieuse capucine dont la cause en béatification a été ouverte en 1995, que chaque fois que l’on récite avec le cœur « JESUS, MARIE JE VOUS AIME SAUVEZ LES AMES » une âme est sauvée pour l’éternité.

Vous savez j’ai dis à Jésus : Je te donne mon « Oui » car je voudrais tant que toutes les âmes connaissent ton cœur brûlant d’amour. Je te donne tous mes anciens choix et leurs conséquences afin que toi, l’Amour, tu les brûles dans ton Feu de tendresse et dans les flammes de Ta miséricorde.

La douceur du Cœur de Jésus, je l’ai expérimentée en communiant au corps du Christ.

Depuis que je connais l’importance de la Sainte Messe, j’y participe tous les jours et j’ai beaucoup de respect pour les ministres de Dieu à qui ce grandiose pouvoir a été donné lors du Sacrement de l’Ordre… ! Leurs mains sont purifiées dans la Lumière de Dieu avant même que la transsubstantiation se produise.

Jésus, Le Fils de Dieu est réellement présent en la Sainte Hostie, et nous ne comprendrons ce miracle qu’au Ciel…"

L’Eucharistie est le moyen le plus rapide de venir à Jésus…"

Nul au Ciel n’a été aussi près de Jésus que nous, lorsque vous le recevons en nous-mêmes.

Frères et sœurs nous avons le Ciel devant nous, tout le Ciel est contenu dans ce petit morceau de Pain…

"… Qui se nourrit du corps et du Sang du Christ, se nourrit de la plénitude de l’Etre Suprême et devient reflet de lui-même.La beauté d’une telle âme ravit les anges du Ciel qui s’émerveillent de la Toute Puissance du Très-Haut et de son Amour pour les âmes…"

"…L’âme qui reçoit Jésus en elle irradie Son Amour et Sa Lumière.

"…L’Eucharistie est Magnificience Suprême, Grâce des grâces, Don des dons du Ciel.
Nous pouvons contempler aussi cette parole explicative du Saint Curé d’Ars qui nous dit:

"L’âme qui communie régulièrement au corps du Christ, à son entrée au ciel, Dieu Le Père ne peut pas ne pas l’accueillir car IL voit en elle le visage de Son Fils"

Profitons de ces grâces que le Père nous accorde, elles sont notre auréole de Sainteté…"

Jésus désire remplir nos coeurs assoiffés, de Bonheur… de Joie… de Paix… Il se délecte dans les âmes amoureuses de l’Amour… Jésus est à ces âmes là. Elles sont à Lui en ce cours moment d’adoration… En l’Eucharistie, les âmes sont à Jésus et le resteront…

"…Jésus est l’Entier qui s’offre au monde. Il se donne pleinement pour que nous le recevions pleinement…

En le recevant en nous, nous recevons le Sacré, le Fils de Dieu mort et ressuscité.

Comme le dit St. François d’Assise: " Ne gardez pour vous, rien de vous, afin que vous reçoive tout entier Celui qui s’est donné à vous Tout Entier "

Désirons souvent Jésus, l’Eucharistie est un don merveilleux du Ciel, Jésus est la nourriture de notre âme.

Nous grandissons en perfection parce que Jésus est la perfection même. Le Christ veut que nous devenions une icône vivante de lui, c’est ce qui se produit dans une âme assidue ; jamais créature sur terre n’a jamais été aussi proche de Dieu dans la Sainte Eucharistie.

Lorsque nous recevons la Sainte Eucharistie, il se passe dans notre corps et dans notre âme comme un éblouissement de tout notre être qui divinise petit à petit notre nature humaine.

Pendant ce laps de temps, nous devenons parfaits parce que Dieu est en nous et nous sommes en Lui.

Après chaque Eucharistie, prions que ses effets se multiplient et se prolongent en nous éternellement. De cette façon, Dieu pourra plus rapidement établir sa demeure permanente dans notre coeur.

J’aime tellement Jésus d’amour que, pour lui faire plaisir et en raison de Sa grande Sainteté, je le reçois à genoux et dans la bouche et puis pour ne pas répondre du corps et du sang du Seigneur, je me confesse toujours de mes péchés avant de communier car si je communie et que j’ai quelques péchés graves sur la conscience, alors je profane l’Eucharistie et mon âme, au lieu de recevoir des bénédictions, s’enfonce dans l’abîme. Donc souvent avant de communier, je me confesse afin de demeurer en état de grâce !

L’état de grâce mène à la sainteté et les sacrements reçus fréquemment et régulièrement sont un moyen sûr d’y arriver et d’y arriver plus rapidement, sans toutefois négliger de mettre en pratique les Saintes Ecritures.

Voila chers frères et sœurs, le témoignage d’une pauvre âme, très faible, très misérable que Dieu a consacrée pour Le servir, le glorifier et l’honorer et non pour Me servir et me glorifier moi-même.

Je n’ai jamais appris la théologie, mais l’Esprit de Dieu m’a instruit et m’a dit : « Réveille tes frères».

Alors je témoigne à temps et à contre temps depuis des années dans divers pays et îles où je suis invitée, avec l’aide de mon ange gardien.

Depuis que je sais ce qu’est l’enfer et ses tortures et que je l’ai expérimenté dans mon âme, je désire le salut de toutes les âmes, sans exception, les bons et les méchants pour lesquels je fais célébrer des messes, je prie et je jeûne. Dieu m’a demandé de faire beaucoup de sacrifices pour mes frères et soeurs d’amour et de pleurer avec lui pour leur salut.

Quand je paraîtrai devant Dieu pour le jugement particulier de mon âme, je devrais répondre de la conversion des âmes que j’ai rencontrées au cours de mon évangélisation dans le monde. Ces âmes, par milliers, c’est Dieu le Père qui les a appelées, de pays en pays, à venir écouter mon témoignage et si vous êtes là aujourd’hui c’est qu’un jour nous serons réunis au ciel.

Chers frères et sœurs, vous allez toutes et tous, à l’heure de votre mort, paraître devant Dieu pour votre jugement. C’est pourquoi j’espère que mon témoignage vous aidera à avoir plus de lumière.

La miséricorde de Dieu peut changer tous les coeurs. Vous savez, mon cœur était malade et Dieu la guéri et je lui ai dit : Seigneur Jésus, Mon Sauveur et mon Dieu, je veux faire mon purgatoire sur la terre pour que à ma mort tu m’emportes loin dans ton Sacré-Cœur.

Alors gardons la confiance et disons à Jésus : "Jésus, j’ai confiance en toi". Si Dieu a guérit la plus grande pécheresse du monde que je suis alors tout le monde peut être sauvé. Aucun péché n’épuisera la grande miséricorde de Dieu et plus on y puise, plus elle augmente. Plus le pêcheur est grand, plus il a droit à la miséricorde de Dieu !

J’ai écrit cinq livrets sur ma conversion qui ont été approuvés par l’église catholique (imprimatur et nihil obstat). Vous pouvez les lire sur mon site.

Voila, chers amis, le témoignage d’une âme misérable qui se sait aimée de Dieu et qui s’est découverte épouse du Christ par un don total de sa vie . Je parcours le monde pour la plus grande gloire de Jésus car Il me l’a demandé ! Et même si je n’ai pas envie de voyager, je le fais par amour pour lui qui a offert Sa vie pour moi et qui m’a invitée à l’imiter et à parcourir le monde comme l’a fait Saint Paul.

Vous savez pourquoi le Christ m’a choisie pour témoigner de Sa miséricorde ? Parce que sur terre, Il n’a pas trouvé plus grande misère et plus grande pécheresse que moi. J’étais hypocrite, menteuse, envieuse … Mais Le Christ m’a appelé à faire le tour du monde pour le salut des âmes ! C’est pourquoi Il m’a guérie pour le glorifier et m’a appelé à le faire aimer, moi une si grande blessée de la vie !

Chers frères et sœurs, je vous aime comme Jésus vous aime…. A la folie et j’ai besoin de votre amour. Aidez Jésus car il souffre beaucoup et Il pleure sur le monde.

Loué soit Jésus Christ et le cœur immaculé de Marie.

Alléluia ! Alléluia !

Fabienne, votre sœur

Soleil

Messages : 356
Date d'inscription : 05/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience mystique de Mme Guerréro Fabienne - Que disent les prêtres catholiques ?

Message par Soleil le Lun 21 Oct - 9:21

Au sujet du témoignage de Fabienne et de son expérience mystique

Présentation de plusieurs prêtres catholiques
(sur le témoignage « J’étais en enfer »)

Le témoignage de Fabienne est fort. Il montre l’immense tristesse qui s’empare d’une vie vécue loin de Dieu. Mais bien plus encore il révèle la source spirituelle de ce mal-être que seule une expérience de la miséricorde et de l'amour divins permet de connaître. Quel flot de lumière et de douceur pénètre dans l’âme lorsqu’elle se laisse rejoindre par la miséricorde et entre dans la vie par les sacrements ! On ne devrait jamais oublier la tristesse de nos contemporains qui vivent loin de Dieu. Le chrétien peut penser avec une certaine légèreté que ceux qui s’adonnent à leurs passions désordonnées ou construisent leur vie sur des croyances incertaines et obscures peuvent encore être heureux. La vérité est toute autre. Ils portent en eux une tristesse profonde et, dans le flottement de leur vie, ils sont en proie au pouvoir des esprits mauvais qui manipulent leur liberté. La joie qu’ils affichent relève de l’instinct de survie. Elle est factice mais ne se révèle sous ce jour que lorsque la lumière entre dans le cœur. Il n’est alors rien de plus fort que le témoignage de quelqu'un qui est entré dans la lumière après avoir connu ces ténèbres. Un seul regard sur le Sacré Cœur (cette peinture où Jésus montre la plaie de son Cœur, d’où jaillissent des rayons) et la vie de Fabienne, assoiffée d’amour et enchaînée par ses passions, bascule. Jésus la conduit alors à la source de la libération et de la guérison que sont les sacrements de la confession et de l’Eucharistie. Ah si on pouvait écouter ce témoignage ! On comprendrait quelles libérations et quelles illuminations procure le sacrement de la réconciliation. Comme prêtre j’ai vu des centaines de vies basculer des ténèbres à la lumière en une seule confession. Cela n’exclut pas qu’il faille alors du temps pour consentir progressivement à ne pas revenir aux servitudes du péché qui réactivent nos liens avec les esprits mauvais.

Ceux qui partagent ce mal être de la vie ancienne de Fabienne découvriront ici la face cachée de beaucoup de pratiques qu’ils pensaient être innocentes. Ce ne sont pas nécessairement les pratiques en elles-mêmes qui sont mauvaises mais, privées d’une véritable relation à Dieu, elles s’érigent en fausse religion et sont autant de portes par lesquelles les esprits mauvais prennent possession de l’âme et la lient progressivement en lui ôtant sa liberté. On devrait toujours se méfier de pratiques dont on ne connaît pas clairement « ce » qui se manifeste à travers elles. On les désigne à raison comme des pratiques occultes, au sens où elles servent de paravent. Derrière elles se cachent et opèrent en réalité des esprits aux intentions mauvaises car il n’existe pas de force impersonnelle. Dieu est personne, lumière, douceur et tendresse, Il a un visage. Tout visage qui se cache est suspect de faire une grimace ! Nous ne pouvons qu’inviter les personnes qui liront ces lignes à se méfier de toute relation avec les esprits, en marge d’une pratique religieuse. Qui se cache au juste derrière les esprits ou les morts qui parlent par la voie des mediums ? A quelle médiation se prêtent les dits mediums ? Le témoignage de Fabienne nous l’exprime. Derrière ces manifestations faussement compatissantes des morts qui s’adressent aux vivants se cachent le plus souvent – pour ne pas dire toujours - des esprits mauvais. A long où moyen terme, ces « consultations » entraînent ce qu’exprime très bien Fabienne pour l’avoir vécu: un mal être qui entretient une confusion insupportable pour l’âme. Ces esprits mauvais tissent des liens qui emprisonnent progressivement la liberté.) Ce témoignage rejoint chacun de nous en manifestant la face cachée non seulement de nos péchés mais aussi et surtout de toutes ces pratiques troubles qui envahissent notre société et se substituent à la religion véritable. Elles promettent l’apaisement du mal-être qui ronge notre cœur, blessé et assoiffé d’amour mais elles nous plongent dans un mal être indéfinissable. Plus nous cherchons à nous libérer et plus nous nous sentons liés et en proie à la tristesse. Lorsque la miséricorde de Jésus entre dans le cœur de Fabienne elle découvre en effet l’envers du décor. Tout d’abord sa propre responsabilité – très importante et très présente dans ce témoignage - puis le jeu des esprits mauvais qui cherchent à piéger sa liberté et s’infiltrent dans son âme jusqu'à la posséder presque entièrement. Elle prend conscience alors de l’ignorance où elle se trouvait et commence à goûter la liberté véritable, la lumière qui illumine le cœur et surtout la tendresse infinie de Dieu.
Dans le grand amour de Jésus,

Père Jean-Eudes – Docteur en théologie


C'est avec beaucoup de respect pour l'expérience de vie de Fabienne que j'écris ces quelques lignes. Si le Seigneur Jésus lui a permis de vivre une expérience mystique lui révélant Son Doux Amour, ce n'est pas à moi de la mettre en doute mais plutôt de revoir comment notre Seigneur Jésus Christ l'a conduite au cœur de Son Eglise, ce qui me laisse en émerveillement devant l'œuvre de Dieu. C'est pourquoi j'aimerai reprendre les paroles du Pape François qui dit : « Dieu surprend toujours, il rompt les schémas, bouleverse les projets, et dit : fais-moi confiance, n’aie pas peur, laisse-toi surprendre, sors de toi-même et suis-moi ! » C'est bien ce qu'a vécu Fabienne et son témoignage qui nous pousse à nous remettre en question devant Dieu.

Le Pape François nous y invite en faisant un examen de conscience, il nous propose la réflexion suivante : « Est-ce que je me laisse surprendre par Dieu, comme a fait Marie, ou est-ce que je m’enferme dans mes sécurités, sécurités matérielles, sécurités spirituelles, sécurités idéologiques, sécurité dans mes projets? Est-ce que je laisse vraiment Dieu entrer dans ma vie ? Comment est-ce que je lui réponds ? »
Dans le témoignage autobiographique de Fabienne Jésus l'appelle à une fidélité sans limites et à un « oui » sans conditions.
Si Dieu « surprend avec son amour », il demande aussi « la fidélité dans le fait de le suivre », et non pas un « enthousiasme » passager pour ensuite « jeter l'éponge », dès les « premiers problèmes».
Dans la vie de foi, il faut redire le « oui » initial « chaque jour », à l'exemple de Marie qui a dit « son « oui » à Dieu, mais ce « oui » n’a pas été l’unique, au contraire il a été seulement le premier de beaucoup de « oui » prononcés dans son cœur dans ses moments joyeux et douloureux.
Beaucoup de « oui » qui atteignent leur sommet dans celui dit au pied de la Croix ». Merci Fabienne pour avoir dit « oui » sur les pas de Marie, et aujourd'hui comme nous le dit le bienheureux Antoine Chevrier, celui qui suit Jésus dans le portement de la croix, le suivra dans Sa gloire, Courage, bonne continuation et surtout merci pour l'engagement et l'obéissance à notre Sainte-Mère l'Eglise.

Père Jean Marie - Fondateur


« Rendez grâce au Seigneur car il est bon, éternel est son amour » (Ps 118, 1) Le Seigneur poursuit merveilleusement son œuvre d’amour et de salut au sein de la race humaine. Il est le même hier, aujourd’hui et jusqu’à la consommation des siècles. Il est celui qui, ayant vu et éprouvé viscéralement la misère des foules dans le désert, leur offrit du pain et du poisson en abondance (Mc 6, 35-44) ; il est celui qui, ayant examiné la situation pitoyable de l’aveugle-né, procura la lumière à ce corps plongé dans les ténèbres depuis des années (Jn 9) ; il est celui qui, ayant vu la faiblesse de la chair humaine, offrit le pardon à la femme adultère (Jn 8, 11) ; il est celui qui rencontra un jour de l’histoire, Saul, jadis persécuteur de la Sainte Eglise, et lui assigna la charge de l’annonce évangélique (Ac 9, 1-28) ; il est encore le même qui choisit de se manifester à notre sœur en Christ Fabienne GUERRERO autrefois versée dans le mal et toutes sortes d’abominations, pour lui manifester sa Miséricorde et l’envoyer proclamer partout la conversion des pécheurs et le recours à sa Divine Miséricorde. « Honneur, louange et gloire à l’Agneau de Dieu ! » (Ap 5, 13). Fabienne après sa rencontre personnelle avec le Christ dans l’humilité, la prière, le jeûne et le partage, a accepté de vivre dans la lumière et la vérité, vérité qui la rend désormais libre et lui permet de rendre un témoignage très édifiant. Je vous propose de découvrir les belles pages de cette histoire qui vous aideront à vous ressaisir et à prendre plus au sérieux l’enseignement du Christ contenu dans la Bible et dans les écrits du Magistère de l’Eglise. La conversion est une question du moment et non du futur : « C’est maintenant le moment favorable, c’est maintenant le jour du salut » (2 Co 6, 2). Nous ne savons ni le jour, ni l’heure… Sainte lecture à vous, et que la Bénédiction de Dieu vous accompagne tous les jours de votre vie, Amen !

Père Gilles


La conversion pour un chrétien, c’est la découverte d’une lumière: Dieu n’est pas un être lointain, mais Père, Fils et Saint Esprit. Dieu le Père crée un monde débordant de bonté et de lumière, mais les hommes blessent la création par l’usage orgueilleux de leur liberté et la plongent dans les ténèbres d’une vie sans Dieu. Alors que ce sont les hommes qui ont péché, le Fils de Dieu lui-même se fait homme pour réparer cela et offrir le sacrifice de la Nouvelle Alliance par lequel il verse son sang sur la Croix pour que les hommes reçoivent le pardon de Dieu. Le Saint Esprit nous communique aujourd’hui les fruits de la rédemption par l’Église et ses sacrements, qui font de nous des enfants de la lumière. Toute personne convertie rayonne de cette lumière que Dieu lui a fait retrouver.

Sachons profiter de leur témoignage.

Père Pierre - Docteur en théologie


La vie de Fabienne est décrite à travers cet ouvrage, sans fard, ni fioritures, dans ses profondeurs. En plus d'être un récit autobiographique, elle est surtout une prière. J'ai pensé au Psaume 130(129) que j'ai récité ce matin à la messe et qui commence par ces mots "des profondeurs". Fabienne les avait certainement à la bouche en écrivant: "Des profondeurs, je crie vers toi, Seigneur. Seigneur, écoute mon appel. Que ton oreille se fasse attentive aux cris de ma prière." Fabienne est passée par toutes les étapes du déclin, de Charybde en Scylla (sexe, drogue, incroyance, magie..) mais elle voulait comme toute athlète, franchir elle aussi la ligne d'arrivée. Et soudain, cette vie qui roulait cents à l'heure, elle a eu un claquage au tendon et elle est tombée...Elle s'est mise à pleurer, voyant la victoire lui échapper. Que d'efforts engloutis dans cette compétition! Des médecins sont venus à son secours, elle a refusé leur aide. Elle s'est relevé et a continué à boitiller. Elle faisait de la peine à voir. Et puis soudain Dieu le Père, a bousculé le protocole et a franchi tous les obstacles de sécurité pour venir à l'aide de sa fille. Il l'a tenu dans ses bras et lui a murmuré: "Je suis ton Père... Tu n'as plus rien à craindre. Arrêtes de te torturer...Tu n'as pas à faire, ce que tu fais..."Elle a répondu: "Je dois le faire". Cette course, c'est l'histoire de ce livre. Fabienne voulait coûte que coûte le finir. Et je pense qu'elle voulait terminer cette course héroïque et elle a franchi la ligne d'arrivée. Les spectateurs du stade se sont tous levés pour l'ovationner. Merci Fabienne, merci pour cet acte d'héroïsme. Tu n'avais pas à faire cela. Mais tu as pensé à nous, les pauvres pécheurs qui te liront en ce moment et qui avons besoin de ce livre, comme d'une bouée de sauvetage

Père Patrice - Docteur en Philosophie

« Si vous revenez vers Dieu de cœur et d’âme pour vivre, dans la vérité, devant lui, alors il reviendra vers vous et jamais plus ne se cachera » (Tobie 13,6). Cette parole de Tobie a pris chair dans la personne de Fabienne GUERRERO, l’auteur de ce livret que vous avez la grâce spéciale de lire aujourd’hui. Il est d’une richesse incommensurable et d’une profondeur inestimable. Si nous voulons accompagner le Christ dans sa passion, regardons ce que Dieu à fait pour nous, allons sur ses chemins. Ce n’est qu’ainsi que Dieu lui-même humilierait nos ennemis, qu’il tournerait sa main contre nos oppresseurs, nous nourrirait de la fleur du froment et nous rassasierait avec le miel du rocher. Egarés dans le labyrinthe du péché, des sectes pernicieuses et diaboliques, Dieu, par le sang de son Fils, Jésus-Christ Notre Seigneur, nous libère. Voilà exactement et en des mots simples ce que l’auteur de cet opus partage avec nous. Cherchons Yahvé, tant qu’il se laisse trouver, invoquons-le tant qu’il est proche. Que le méchant abandonne et l’homme criminel ses pensées. Convertissons-nous à Yahvé qui aura pitié de nous. (Cf. Is 55,6-7)

Abbé Gabriel – Aumonier Diocésain


Témoignage de Fabienne

«J’étais en enfer»


La paix de Jésus soit avec vous !

Frères et sœurs bien aimés, je viens témoigner aujourd’hui que le Christ m’a ressuscitée.

Mes parents m’ont fait baptiser quelques jours après ma naissance, J’ai suivi tous les cours de catéchisme et j’ai fait ma première communion.
Maman, une sainte femme, m’avait appris à prier tous les soirs. Cependant, après ma communion je n’ai plus fréquenté l’église catholique jusqu’en 1996, date à laquelle Jésus est venu me sauver. J’avais 32 ans.

Je vais vous raconter un peu la vie que j’ai menée toutes ces années, loin de Jésus.

Dès l’âge de 15 ans ma vie a basculé. J’ai commencé à fumer, à fréquenter des bars sordides, à tirer les cartes, à pratiquer la numérologie, à écrire à des astrologues, Quand mes études scolaires furent terminées, j’ai passé tous les week-ends dans les discothèques fumant du haschich, buvant de l’alcool, vêtue de mini-jupes et d’habits de luxe et j’ai forniqué, sans culpabilité, avec les hommes que je rencontrais. J’étais à la recherche de l’Amour avec un grand A.

Satan me tenait liée et m’empêchait de me tourner vers l’amour du Christ. Il m’aveuglait avec ce que les hommes pouvaient me donner : le plaisir de la chair, l’argent, le bien-être et le monde. J’étais sous des liens infernaux, mais j’avais besoin qu’on s’occupe beaucoup de moi et je voulais mourir sans amour. J’étais suicidaire et destructrice après avoir subi beaucoup de méchancetés dans ma jeunesse et satan, dans sa cruauté, envenimait mes plaies douloureuses.

C’est lors d’une soirée dans un night club que j’ai fait la rencontre d’un garçon et, au bout de quelques mois, nous avons décidé de vivre en concubinage. Je ne savais pas que si j’avais des rapports sexuels alors que je n’étais pas mariée à l’église, mon âme s’unissait aux esprits impurs. Au bout de 5 ans, je l’ai quitté et j’ai déménagé dans une autre ville dans laquelle j’ai fait la rencontre d’une astrologue et d’une rosicrucienne de l’AMORC !

L’astrologue me proposa de faire mon thème astrologique karmique et j’ai accepté ! Elle m’expliquait qu’il s’agissait d’étudier mon thème astrologique sur la base de mes vies antérieures en étudiant mon karma !
Quelques temps après je suis allée dans un centre spirite pour écouter les enseignements d’un gourou dans lequel j’ai trouvé un livre que j’ai étudié, qui s’appelait "L’Evangile selon le spiritisme" d’Allan kardec.

Ce gourou proposa un jour à ceux qui le souhaitaient de participer le mercredi soir à des séances vivantes de spiritisme et dans mon innocence, j’ai accepté ! Et là, j’ai commencé à voir des médiums qui entraient en transe, qui recevaient des messages des supposés Saint Curé d’Ars, Saint Padre Pio, Sainte Thèrèse de l’enfant Jésus ou encore de la Mère de Dieu, voire quelquefois du Seigneur Jésus-Christ et même des extra-terrestres ! Si j’avais su que c’était les esprits déchus qui délivraient ces messages, j’aurai quitté le centre spirite de suite.
Et puis, un mercredi soir, le gourou a proposé à ceux qui le souhaitaient de faire un grand nettoyage de leur âme !

Intérieurement, je souffrais beaucoup, mais à ce moment là, je ne savais pas que c’était les péchés accumulés qui m’oppressaient. Moi je croyais que cette souffrance intérieure était due au karma que j’aurais accumulé dans mes soit-disant vies antérieures puisque je croyais à la réincarnation.

Croyant que le gourou avait le pouvoir de me libérer de mes vies antérieures, j’ai accepté sa proposition et je me suis assise à côté de lui. Il agissait au service du démon et, en acceptant de m’abandonner à son pouvoir, j’ai permis au démon de me posséder ».
Les mauvais esprits étaient entrés en moi à cause de mes erreurs de voie, cartomancie, pendule, astrologie, horoscope, lignes de la main, initiation au yoga, adoration de Bouddha, méditation ésotérique, ouverture des chakras, chi gong, etc…
Le gourou a imposé sa main avec les pouvoirs qu’il avait acquis du démon sur deux de mes chakras ! le chakra du cœur et le chakra du troisième œil !

Puis il me dit qu’il m’avait transmis la lumière. Mais malheureusement il s’agissait de la lumière de l’ennemi de Dieu.
Ensuite Je suis rentrée chez moi et j’ai commencé à me sentir mal. A la suivante séance de spiritisme, j’ai vécu une expérience très difficile. La kundalini, s’est levée.

La Kundalini, c’est une puissante énergie qui est logée dans l’os sacrum au bas du dos. Quand elle s’éveille, elle monte le long de la colonne vertébrale et travaille de centres en centres jusqu’au chakra coronaire qui est situé au dessus de la tête.

Pendant cette expérience j’ai eu l’impression que j’allais être enlevée au ciel tellement la puissance de cette énergie était forte.
"Ce que je n’avais pas compris à ce moment là c’est qu’à travers la pratique du yoga et de la kundalini j’ai laissé le pouvoir de Satan entrer en moi et me diriger de l’intérieur. Je ne savais pas que la pratique du yoga pouvait ouvrir la porte de mon âme à des entités spirituelles mauvaises. Le yoga n’est pas une simple pratique. Elle appartient à une véritable religion dont elle est difficilement séparable. Elle me fait adorer des divinités et elle a une fonction spirituelle. J’ai appris d’un prêtre instruit de ces questions que le yoga est une pratique hindoue qui réalise l’union du moi temporel « JIVA » à « BRAHMAN » l’infini, le concept hindou de Dieu. Ce Dieu est présenté comme une substance spirituelle impersonnelle. Il n’est pas Jésus-Christ, le Dieu personnel de la Révélation. En invoquant de divinités étrangères qui n’existent pas je risque en réalité d’entrer en contact avec des démons et de m’y soumettre. J’ai alors pris conscience qu’en pratiquant le yoga, j’adorai un autre Dieu que la Sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit et par voie de conséquence que je rompais le premier commandement de Dieu : « Tu n’auras pas d’autres Dieux que moi. »

Alors, me sentant de plus en plus mal, j’ai décidé de quitter ces techniques car à cause de l’ouverture des chakras j’ai été entre la vie et la mort pendant de très longs mois et si je suis en vie aujourd’hui, je peux dire merci à Jésus.
Ma soif de connaissance n’étant pas assouvie je me suis affiliée à l’Ordre de la Rose-Croix AMORC et rapidement j’ai commencé à recevoir des petits fascicules à étudier. Je me suis arrêté au 7ème degré du Temple. Je me suis aussi affiliée à une loge Rosicrucienne dans laquelle j’ai passé plusieurs initiations et ce n’est que plus tard, quand Jésus m’a libérée, que j’ai vu comment satan m’avait possédée à chaque initiation.
J’ai étudié dans cet Ordre différentes choses telles que le corps psychique de l’homme, le voyage astral, l’aura humaine, les chakras, les sons vocaux, les mantras …

A travers ces études, J’ai cherché à connaître et comprendre le Dieu de mon cœur qu’on appelait « Le cosmique ». Mais je n’ai rien compris à ce faux Dieu et à ces énergies. Imaginez-vous quelle relation d’amour j’avais avec ce Dieu là ! Aucune ! Aucun cœur à cœur d’amour brûlant tel que je peux maintenant le vivre avec Jésus d’amour dans l’Eucharistie

Dans ma recherche dans le Nouvel Age qui ne vient pas de Dieu, j’ai pratiqué le magnétisme, la télépathie, le pendule, toutes sortes de magie, l’hypnose, des respirations Nouvel Age, lecture de l’aura, toutes formes de guérison par les énergies, par les cristaux, la musique et les couleurs, les méditations sur des musiques du Nouvel Age, le reiki dont les êvêques des Evêques des Etats-Unis nous mettent en garde. Et puis, j’ai expérimenté dans mon corps que satan avait déposé son énergie en moi avec son pouvoir et là j’ai commencé à trembler.

Dans l’Ordre de la Rose Croix AMORC, j’ai rencontré un monsieur qui était seul depuis des années car sa femme l’avait quitté pour un autre homme. Quelques mois plus tard, nous avons décidé de nous marier civilement. Nous ne pouvions pas nous marier à l’église catholique car il avait déjà eu un sacrement de mariage.

Et voilà qu’un coup de grâce est arrivé ! En regardant un poster du Sacré cœur de Jésus j’ai entendu Sa voix qui me disait : « Mes saintes plaies te sauveront » ! Les plaies de Sa douloureuse Passion. Peu de temps après, lors d’un pèlerinage à Medjugorje, j’ai accepté de réintégrer l’église catholique. Me voilà devenue toute petite avec ma grande misère devant le Saint Sacrement exposé, devant la présence réelle de Jésus vivant, corps, sang, âme et divinité !

De retour en France, Dieu m’a donné une première expérience surnaturelle au cours de laquelle Il m’a demandé de faire pénitence !
Il m’a montré mon âme enfermée dans la Bête qui avait une tête de Lion tel qu’il est décrit dans l’Apocalypse. J’ai vu les démons qui m’entouraient et qui étaient prêts à m’emmener avec eux dans le lieu de ténèbres. Ces démons étaient liés à chacun de mes péchés.

Quand j’ai commencé à regarder plus profondément mon âme, je me suis vue comme une hyène et je suis descendue au fond de l’abîme, dans le cratère de feu, blasphémant et éprouvant de la haine pour Dieu comme les damnés. L’état de mon âme était la conséquence de mes désobéïssances à la Loi de Dieu et satan dans sa fureur m’a dit : « je t’ai condamné aux peines de l’enfer ». Je ne savais pas que satan brûlait en enfer et voulait que tous brûlent avec lui. Sa haine était entrée en moi. J’ai vu comment satan et les anges déchus avec les damnés attaquaient les âmes au niveau du cœur et du cerveau pour les détruire. Le plus terrible est que j’entendais mon âme dire : satan je t’aime !

C’était vraiment horrible ! J’étais un démon dans la putréfaction !

Vous savez, j’étais une femme du monde, séductrice, courtisée et dominatrice ; Je disais que j’étais une femme libérée mais en fait j’étais enchaînée à Lucifer. Ma rebellion avait commencé en écoutant du rock, les Beatles, ACDC et les esprits de ces mauvaises musiques étaient entrés en moi… et je disais partout : "Peace and love" qui signifie paix et amour. J’employais ces mots avec certains de mes amis hippies. Ma rebellion intérieure m’amena à être en faveur de l’homosexualité, du divorce, du concubinage, de l’avortement. A ce moment là, je n’avais pas pris conscience que j’étais une grande persécutrice de la loi du Christ, mais vous savez j’étais liée par l’abîme et je ne pouvais pas réagir autrement. C’est la lumière de satan, qui n’est autre que ténèbre, qui habitait en moi. Si ma mère n’avait pas beaucoup prié et ne s’était pas sacrifiée pour mon âme, je serai à l’heure actuelle toujours aveuglée par la lumière de Lucifer. Le jeûne et la prière m’ont beaucoup aidée.

Ensuite, j’ai entendu l’ennemi de Dieu parler à la Sainte Vierge dont il a une crainte terrible. Il disait en parlant des âmes : « Je les tiens toutes, je les aurais toutes » et j’ai aussi entendu qu’il tient beaucoup de prêtres (parce qu’ils ne font pas pénitence et ne prient plus). Si le démon réussit à damner un prêtre avec une femme, alors il jubile car pendant ce temps, le prêtre ne fait plus son devoir qui est de sauver les âmes. Malheur à ces femmes qui détournent les prêtres de leur vocation ! Elles sont déjà sous la justice de Dieu et les supplices de l’enfer les attendent si elles ne se repentent pas ! Si vous saviez combien la sainte Vierge verse des larmes car elle voit la Bête engloutir de plus en plus d’âmes. Alors elle verse beaucoup de larmes de sang.

Satan condamne les âmes avec l’amour du monde, de l’argent de la chair et du Nouvel Age. Si vous saviez la haine qu’il a pour chacun de nous et pour Dieu et pour les prêtres, c’est terrible. Dieu m’a dit : " Révère mes prêtres ". Les prêtres sont la prunelle des yeux de Jésus. Sans les prêtres, personne ne pourraient avoir accès au ciel car c’est eux seuls qui nous donnent les sacrements qui nous ouvrent la Vie du Christ en nous et nous donne Son pardon.

Après ses moments d’horreur intense, Jésus m’a remonté de l’abîme en me reprenant en lui et j’ai ressenti Sa puissance me sortir de cet état de ténèbres, dans lequel j’étais terrifiée de tout.

Dieu, dans sa grande bonté, m’a consolée et m’a dit avec grande charité: « Tu es à Moi » "Ne pense qu’à Moi" "Ne pense qu’à M’aimer" « Je te guérirai ». « Tu baignes dans mon sang » "Je t’ai créé de Mes mains." "Donnes-moi beaucoup d’amour et ne pêche plus." "Ne vends plus ton âme au diable" "Ne me trahis plus" "Je suis ton seul maître." "Je suis le chemin la vérité et la Vie." "Ne t’éloigne plus de moi." "Ecoute Ma parole, Observe mes commandements, Observe Mes sabbats, c’est à dire le jour du Seigneur"

Les commandements de Dieu, je savais qu’il y en avait dix mais je n’en savais pas plus. Alors j’ai pris la Bible, je les ai lus et après en avoir pris connaissance, j’ai découvert que je vivais depuis l’âge de quinze ans en état de péché très grave et certains étaient des péchés mortels.

Alors Jésus m’a dit :« Défends Ma loi ». Et c’est ce que je fais depuis 1996. Pour bien le servir, l’Esprit Saint m’a dit qu’Il m’a donné le charisme de Vérité !

Ensuite, j’ai retrouvé celui avec lequel je devais faire alliance et je lui ai expliqué que nous devions vivre dans la chasteté jusqu’au mariage civil. Quelques mois ont passé et nous sommes allés nous marier à la mairie et deux jours après le mariage, j’ai quitté la chambre conjugale car Jésus est venu m’en retirer en me disant : "Obéis-Moi" "Je demande réparation" « ton péché m’a offensé » « Soumets-toi Ma Fille » et Il m’a montré les démons auxquels j’étais liée à cause de mon péché d’adultère.
Imaginez mon désespoir ! Il m’était impossible de penser que je pouvais vivre sans un homme. J’avais besoin d’être surprotégée. Je venais de me marier pour fonder un foyer avec des enfants mais Dieu me dit à ce moment là qu’il était interdit de procréer parce que je n’avais pas de sacrement de mariage.

Le lendemain matin j’ai cherché un prêtre confesseur qui me reçu avec charité et je lui ai expliqué ce que Dieu me demandait. Le prêtre m’a confirmé qu’il fallait que nous vivions comme des frères et sœurs et il a ajouté que je ne pourrai communier que si je vivais la continence. Puis il m’a expliqué que le divorce ne rompt pas le mariage à l’église et que mon mari restait marié devant Dieu à son épouse légitime jusqu’à ce que la mort les sépare, même si elle avait refait sa vie. Ce que Dieu a uni que l’homme ne le sépare pas ! Je sais très bien que Dieu va demander des comptes à cette femme. Dieu m’a dit qu’il pleurait sur les femmes infidèles. Cette femme qui a quitté son mari se verra entendre dire par
Dieu lors de son jugement particulier : "Femme qu’as-tu fait de ton mari ?" Si elle avait prié Dieu, Il les aurait réconciliés, mais son coeur était très dur. Vous savez une femme qui ne pardonne pas à son mari ou qui le quitte, son âme est dans l’abîme. Bien sûr si elle le quitte parce que sa vie est en danger, c’est différent. Dans ce cas, l’église permet la séparation de corps, mais pas le divorce.

Frères et soeurs, qui sommes-nous pour ne pas pardonner alors que Dieu à pardonné à ses bourreaux sur la croix ? Comment voulez-vous être réunis au ciel avec vos ennemis si déjà sur terre vous ne les aimez pas. Vous savez Dieu m’a dit : Si tu veux que je te pardonnes, pardonne aux autres, comme Il nous l’a enseigné dans la prière du "Notre Père". Et j’ai été libérée en vérité quand j’ai pardonné à tous, quand j’ai fais célébrer des messes pour mes persécuteurs, quand j’ai prié pour ceux qui m’ont blessés….

Après avoir quitté le prêtre, de retour chez moi, j’ai commencé à sentir beaucoup d’angoisses car il fallait que je parle à mon mari qui était devenu mon frère en quelques heures et qui a accepté cette situation avec beaucoup de difficultés, mais l’a quand même accepté car il s’agissait du salut de son âme.

Je lui ai ensuite expliqué que j’allais quitter l’Ordre de la Rose Croix AMORC.

Persuadée que j’étais dans une profonde erreur de voie, j’ai commencé à déchirer en petits morceaux tous les livres d’auteurs rosicruciens, tous les livres sur la numérologie, les lignes de la main, la cartomancie les livres sur le spiritisme d’Allan Kardec et de Léon Denis et les livres du New Age comme ceux d’H. Blavatsky ou d’A. Bailey ou encore les livres sur les sciences occultes. Je m’en suis débarassée car tant qu’ils restaient chez moi, les démons y habitaient également. Une fois que la sainte Vierge a été intronisée dans le domicile, le calme est revenu dans ma maison. J’ai remplacé tous mes anciens livres, par la Bible, le catéchisme de l’église catholique, la vie des saints, des révélations des âmes du purgatoire aux saints de l’église catholiques et j’ai été très touchée.

Etant donné que je souffrais beaucoup intérieurement à cause de mes nombreux péchés, j’ai commencé, sous la mouvance de l’Esprit Saint, à faire célébrer de nombreuses messes pour mon âme afin de retrouver la paix. Lors de la célébration de ces messes, l’Esprit Saint me faisait remonter à ma conscience tous les péchés que j’avais commis depuis mon enfance et quand j’ai décidé d’aller voir un prêtre, le démon dans sa fureur m’a dit : Va en enfer ! Alors j’ai aussitôt couru à l’église et le démon m’a poursuivie en me disant : « Tu es pardonnée, tu es pardonnée ». Mais je savais très bien que si je me confessais directement à Dieu sans passer par le prêtre, je ne pourrais jamais entrer au ciel et je savais que si je n’entrais pas à l’intérieur du confessional, je ne serais pas déliée de mes péchés par l’église qui seule détient ce pouvoir. Alors j’ai tenu bon. Le démon m’a quitté et le prêtre m’a reçue avec beaucoup de charité mais il a été un peu étonné de voir que j’avais en main de nombreuses feuilles sur lesquelles j’avais noté tous mes péchés. Je les avais écris afin de ne pas les oublier.
Alors j’ai commencé à citer mes péchés sans regarder le prêtre dans les yeux car à ce moment là, j’avais beaucoup de honte. Je ne savais pas encore que Jésus était présent dans le prêtre pour me prendre dans ses bras et me laver dans son précieux sang. Alors j’ai plongé ma tête dans mes papiers et j’ai lu ce que j’avais noté.

J’ai confessé tout ce dont je vous ai parlé précédemment (mariage civil, concubinage, alcool, drogue, tabac, ésotérisme, croyance en la réincarnation, Nouvel Age…) et j’ai ajouté, en parlant doucement : j’ai commis beaucoup de péchés de chair, j’ai pris la pilule, j’ai porté des mini-jupes et j’ai fait pécher les hommes par le regard, j’ai eu des paroles et des pensées impures et sans charité, je ne suis pas allée à la messe le dimanche, j’ai conduit une amie se faire avorter dans une clinique, j’ai commis beaucoup de péchés de gourmandise, je n’ai pas prié, je n’ai pas partagé avec les pauvres, j’ai eu beaucoup d’idoles avec la musique et les artistes, j’ai vu des films X, des films de peur, j’ai lu de mauvais livres et j’ai aussi ajouté tous les péchés capitaux que j’avais commis tels que l’orgueil, l’avarice, l’envie, la colère, la luxure, la gourmandise, la paresse.

Le prêtre m’a écoutée avec patience et charité et depuis ce temps, je me confesse règulièrement.
Ensuite je suis allé faire ma pénitence devant le tabernacle et là Jésus m’a dit avec tout Son Amour de Père « Ton péché est effacé ». Quelle grâce !

Oui, chers frères et soeurs, Mes péchés, Jésus les a effacés. Mes misères, Il les a consumées. Ma faiblesse, Il la soutient tant que je reste très pauvre intérieurement.

Après avoir reçu de nombreux sacrements de la réconciliation, j’ai rencontré plusieurs prêtres qui m’ont fait des prières de coupures de liens en rapport avec mes études ésotériques et j’ai reçu plusieurs fois le sacrement pour les malades car mon état était très critique à cause de l’ouverture des chakras et de l’agir de satan qui m’avait détruite intérieurement.

Les divers sacrements m’ont aidée à guérir et j’étais tellement attirée par Jésus que je passais mes après midi près du tabernacle dans une église.

Dès ces moments, j’ai commencé à faire le chemin de croix tous les jours pour la libération des âmes du purgatoire. Dieu m’a demandé de continuer cette œuvre de miséricorde et Il m’a expliqué que le purgatoire était Sa miséricorde et l’enfer Sa justice et j’ai compris que beaucoup d’âmes étaient perdues. Alors j’ai dit à Dieu : Mais c’est vous Seigneur qui avait condamné les âmes qui sont en enfer ? et Il m’a répondu : « les âmes se sont condamnées elles-mêmes ». Comme le dit l’apôtre Jacques dans son épître: C’est notre péché qui nous tente et non pas Dieu.

Dieu ne condamne personne mais Il laisse l’âme libre de l’aimer ou d’aimer satan ! Dieu est Amour !
Alors je me suis dit que j’allais consacrer ma vie à prier pour le salut de toutes les âmes. Jésus m’y a encouragée. Il m’a dit un jour à 15 heures. Implore Ma pitié sur les âmes. Prie moi par Ma Passion. Et comme je souffrais de savoir que beaucoup de mes amis étaient loin de l’église, Jésus m’a dit : Ne cesse jamais de Me prier pour eux et je vous assure que je n’ai jamais cessé parce que je les aime et parce que je connais les souffrances des âmes en enfer pour l’avoir vécue un court instant moi-même.

Pendant deux ans, j’ai passé toutes mes après midi près du Christ dans une église proche de mon domicile et le soir je rentrais chez moi pour retrouver le monsieur avec lequel je vivais fraternellement.

Et puis un jour en écoutant une cassette sur la vie de Saint François D’assise, j’ai été fortement touchée par sa très haute pauvreté.

Avec mon premier père spirituel, un père dominicain, on décida que je quitte le domicile, que je divorce puisque mon mariage n’en était pas un devant Dieu, afin que je puisse cheminer avec l’église catholique et je suis entrée dans l’Ordre des Clarisses avec les sœurs, j’étais cloîtrée. Ce fut un temps de grâce. Au bout de quinze mois, je suis sortie du monastère et j’ai répondu à l’appel de Dieu qui me demandait de le servir dans le monde pour témoigner de Sa miséricorde.
Jésus, avec une grande charité, m’avait demandé de lui offrir ma vie et devant autant d’amour j’ai accepté car le ciel me demandait de ne rien refuser à Dieu.

Pour avoir un toit, je suis revenue chez mes parents et j’ai commencé à travailler avec plusieurs éditeurs à enregistrer des conférences que j’ai données sur le Saint Esprit, sur les âmes du purgatoire, sur les apparitions reconnues par l’église catholique, sur les dangers du Nouvel Age, sur l’Eucharistie, sur la vie des saints, sur le message de Jésus miséricordieux à Sainte Faustine.

Vous connaissez sûrement les paroles de Jésus miséricordieux :

“Je donne aux hommes un vase, avec lequel ils doivent venir puiser la grâce à la source de la miséricorde. Ce vase, c’est ce tableau, avec l’inscription: Jésus, j’ai confiance en Toi” (PJ 327).

“Par cette image j’accorderai beaucoup de grâces ; que chaque âme ait donc accès à elle” (PJ 570).

“Je promets que l’âme qui honorera ce tableau ne sera pas perdue.
Je lui promets aussi la victoire sur ses ennemis d’ici-bas, spécialement à l’heure de la mort. Moi-même, Je la défendrai, comme Ma propre gloire” (PJ 47).

“Ces deux rayons indiquent le sang et l’eau: le rayon pâle signifie l’eau, qui justifie les âmes; le rayon rouge signifie le sang, qui est la vie des âmes. Ces deux rayons jaillirent des entrailles de ma miséricorde, alors que mon Coeur, agonisant sur la Croix, fut ouvert par la lance. (…) Heureux celui qui vivra dans leur ombre” (PJ 299).

Personnellement, j’essaye de réciter tous les jours le chapelet à la miséricorde divine à 15 heures car Jésus a promis ceci : « Même le pécheur le plus endurci, s’il récite ce chapelet une seule fois, obtiendra la grâce de mon infinie miséricorde (PJ 687) ». Il a dit également « Il me plaît d’accorder aux âmes tout ce qu’elles me demanderont en disant ce chapelet (PJ 1541) si c’est conforme à ma volonté (PJ 1731).

Au cours d’une conférence sur la miséricorde divine, j’ai rencontré un homme qui n’avait jamais été marié auparavant. Rapidement, nous nous sommes fiancés à l’église et avons gardé la chasteté mais deux mois avant le mariage, nous nous sommes quittés car ce n’était pas la personne qui me fallait. Dieu m’avait dit auparavant, par deux fois « Je te veux corps et âme », mais vous savez, je lui ai beaucoup résisté avant de m’abandonner à Sa divine volonté ! Il m’a aussi dit : "Laisse-moi décider de ton salut éternel". J’ai alors laissé la divine volonté diriger mon âme pour la sauver, car de part ma volonté propre, je me dirigeais une fois de plus vers l’enfer éternel. Je me suis donc soumise à Dieu en accord avec mon père spirituel. La Sainte Vierge m’a invitée à ne plus laisser un homme entrer dans mon coeur et alors j’ai fait un voeu de chasteté, cœur à cœur avec Jésus d’amour, devant le Saint Sacrement exposé.

Et voilà que Dieu m’a donné une autre expérience mystique !

Mon âme s’est retrouvée dans un lieu désert. J’étais sur un genre de plateforme et il y avait un sentier.

J’ai avancé dans ce sentier et je me suis retrouvée devant une mer de feu dans laquelle se trouvaient des âmes. J’ai vu un trou avec un feu crépitant à l’intérieur. Il y avait beaucoup de flammes. Les damnés étaient en colère et très menaçant quand je les regardais et ils m’ont dit : on te hait. Leur haine me brûlait et leur mépris me blessait le coeur.

Le gourou qui m’a ouvert les chakras, à sa mort, est descendu dans ce lieu de ténèbres. Son âme était perdue éternellement, car il a refusé Jésus. Il a voulu librement rester dans son orgueil et il ne regrettait pas ses fautes. Alors Dieu l’a abandonné à lui-même. Dieu fuit les âmes orgueilleuses. Il m’a dit qu’Il aimait les âmes petites, les âmes humbles !

Dieu m’a montré que ce gourou qui est devenue une âme maudite de Dieu pour l’avoir beaucoup offensé sans repentir, travaillait dans mon âme pour me tenter à chaque seconde. Je l’entend pleurer lui et satan quand ils n’arrivent pas à me faire succomber aux tentations qu’ils envoient sans cesse pour la perte de mon âme. Il fait tout pour me damner. La Sainte Vierge m’a dit qu’il fallait résister aux suggestions diaboliques et j’ai souvent succombé. C’est grâce à la confession que je peux encore être dans la miséricorde.

Je n’en veux pas à cette âme damnée de me pousser dans les tentations car je sais bien que c’est le travail de toutes les âmes damnées. Elles ne veulent rien savoir, ni de nous ni de Dieu. Elles ne changeraient pas les peines ni la douleur pour aller au Ciel ! Leur mission est la haine, la destruction, le manque d’amour. C’est un tourment qui ne finira jamais. C’est un feu dévorant, qui dévore leurs entrailles. Mais ils sont maudits de Dieu parce qu’ils n’ont pas voulu l’aimer. Ils entraînent toutes les âmes qu’ils peuvent dans ce lieu où la haine, la destruction sont toujours présents ! Tout n’est qu’amertume et leur mission est de détruire les âmes.

Vous savez si Dieu m’a laissé une écharde dans la chair comme Saint Paul, c’est pour que je lutte et que devienne Sainte. Sa grâce me suffit !
J’ai remarqué qu’il y a dans cet état de ténèbres certaines âmes que j’avais averties sur terre mais qui ne se sont pas repenties. Et de leur vivant, certains se moquaient de ce que je leur disais. Alors, Dieu d’un ton très sévère, m’a dit : "Ne t’occupe plus d’eux" et j’ai compris combien ils allaient affronter la justice de Dieu au moment de leur jugement. Et c’est ce qui s’est passé !

Au dessus de moi, il y avait le purgatoire, les flammes étaient très hautes. Les âmes qui sont dans cet état de purification sont unies en tout à la volonté divine. Leur plus grande souffrance est de ne pas pouvoir encore voir Dieu face à face. Elles l’ont vu, lors de leur jugement particulier, dans une lumière qui n’est pas encore celle du ciel et alors elles ont gardé une grande nostalgie pour Dieu, mais elles ne veulent pas paraître devant lui avec leurs souillures. Elles se purifient et réparent ce qu’elles n’ont pas réparées sur terre et beaucoup d’entre elles apprennent à aimer.

Alors j’ai prié pour elles et à leur tour, elles ont prié pour la misère que je suis et ensembles, dans la communion des saints, nous nous sommes aidées à avoir plus de lumière pour nous approcher de Dieu sans crainte et sans tâche. Et Jésus m’a dit : je veux que tu sois plus proche de moi puis Il a ajouté : Continue ton œuvre de miséricorde (en priant pour elles). Les âmes du purgatoire sont devenues mes sœurs bien aimées, mais je ne leur parle pas car Dieu ne le permet pas. Je les prie simplement pour qu’elles m’aident dans ma mission d’évangélisation.
J’ai vu plusieurs marches blanches que j’ai rapidement gravies et en arrivant en haut de ce grand escalier blanc un homme habillé en rouge m’a ouvert la porte et puis il s’est retiré. Aussitôt je suis entrée dans un océan de paix où j’ai senti très fort la présence de Dieu le Père. Il était la Source. C’était un père bienveillant, rempli d’amour et de paix. Sa présence inondait cet océan de paix. Dieu le Père est très doux et très aimant et Il m’a dit sans que je puisse le voir : « Je suis un Père plein d’amour pour Mes enfants ».
Moi qui croyait que Dieu n’était qu’un père fouettard, je pris alors conscience de Sa grande sainteté et même si Dieu est Amour, miséricorde et Justice, son plus grand attribut reste la miséricorde et Il m’a dit : Dieu est avant tout Père. Alors je l’appelle « Papa d’Amour » « Papa chéri » et je me suis jetée dans ses bras d’amour. Et puis j’ai suivi la voie de l’enfance spirituelle. Dieu ne pense qu’à nous guérir et à panser nos plaies. Dieu est Amour comme l’apôtre Saint Jean nous l’a enseigné.

Je vis ensuite Jésus au ciel entouré d’une belle lumière dorée. C’était très beau. Mon âme ressentait une grande paix et une grande envie de m’approcher de lui. J’aurais voulu rester près du Fils de Dieu, tellement je me sentais bien. Jésus m’a demandé de pleurer avec lui pour les pauvres pêcheurs. Il m’a dit avec beaucoup de compassion « Pleure ma Fille pour le salut des âmes ».
Dans cette expérience spirituelle, j’ai porté en moi tous les péchés que je n’avais pas encore confessés, ce qui m’a beaucoup fait souffrir. Pour pallier à cela, je me confesse toutes les semaines afin de ne plus avoir à les affronter lors du jugement particulier de mon âme à l’heure de ma mort.

Dieu m’a ouvert mon intérieur et m’a fait voir qu’avant de revenir à lui, je refusais Sa miséricorde, mon cœur était dur et Il m’a dit « je ne peux pas entrer dans un cœur dur et orgueilleux ». Il m’a fait voir toutes mes pensées qui n’étaient pas dans Son Amour, toutes mes complicités avec le mal, tous mes mauvais sentiments, mes critiques et jugements sur autrui et Il m’a dit : Garde toi de juger quelqu’un. Ne les accuse pas. Vous savez j’accusais tout le monde. Puis Il m’a dit : Ne les juge pas. Je vous assure que j’étais experte dans la matière. C’était les blessures de la vie qui m’avaient rendue amère envers mes frères et soeurs et Dieu m’a fait voir que je n’étais pas mieux que Judas ! Alors Il m’a dit : Il faut aimer et ce n’est qu’après seize ans de souffrances et de persécutions continues que Jésus a transformé mon âme démoniaque en apôtre pour Sa gloire et Il m’a demandé de l’imiter et de faire comme Saint Paul en voyageant comme lui.

Il m’est arrivé quelquefois d’avoir peur lors de persécutions. Alors Dieu m’a dit : Garde toi de la peur ! Il est vrai que tous mes ennemis se sont brisés aux pieds du Christ. Chaque fois que je parts dans un pays différent, l’Esprit Saint prend toutes mes peurs et toutes mes angoisses, si bien que je ne ressent que de la paix, la Paix du Christ !

Quand Dieu m’a ouvert mon intérieur, j’ai vu et revécu tout le mal que j’ai fais à mon prochain et en ai beaucoup souffert.
Alors j’ai crié vers Dieu et lui ai dit : Jésus, aie pitié de moi. Aie pitié de la grande pécheresse que je suis. et Il m’a répondu : "Tu fais toute ma Joie" et je lui ai dis : toutes les personnes que j’ai fais tomber dans ma vie, à partir de maintenant, je vais prier pour elles et faire célébrer des messes pour qu’un jour nous soyons réunis en paradis. Et là, comme pour Zaché le salut est entré dans mon âme !

J’ai alors donné à Jésus d’amour tous mes mauvais choix et leurs conséquences et Il est lui-même venu réparer mes propres erreurs de voie avec Ses grâces et Son amour. Dieu est Amour avec un grand A. Vous savez l’amour humain n’est qu’un faible reflet de l’amour divin, tout comme la tendresse humaine n’est qu’un faible reflet de la tendresse divine. Et j’ai encore crié vers lui en lui disant : «Guéri moi Jésus, guéris moi Papa d’amour ».

Et dire que je disais à Jésus qu’il ne m’aimait pas assez ! Aussitôt Il m’a répondu : Tu ne t’imagines même pas à quel point Je t’aime. Je t’appelle à la Sainteté, Je t’appelle à M’aimer ! Médite Ma Passion ! Et là, j’ai enfin compris tout son Amour et en lisant les écrits de Sainte Brigitte, j’ai appris qu’Il avait subi 5480 coups pendant Sa douloureuse Passion ! Quel amour du créateur pour sauver Sa créature.

C’est la très Sainte Vierge qui m’a beaucoup aidée à me rapprocher de Dieu. Une des premières fois qu’elle m’a parlée, elle m’a dit "Mon Fils est mort à cause de tes péchés" et puis elle m’a dit "Tu n’aimes pas assez la croix". Alors elle m’a appris à accepter le martyr, elle m’a appris le silence, l’abandon et m’a formée pour ma vie spirituelle et je la remercie aussi car elle m’a libérée de tous les démons qui m’oppressaient en priant le rosaire.

J’ai fais un pacte d’alliance avec elle au cours d’une messe et c’est pourquoi je porte un anneau au doigt et j’ai voulu librement en plus de ma consécration au cœur immaculé de Marie, revêtir le scapulaire de Notre Dame du Mont Carmel, par la grâce duquel la sainte Vierge Marie m’a protégée de bien des dangers.

Moi qui ai connu dans l’ésotérisme un Dieu cosmique, un Dieu énergie, je peux vous témoigner que c’est dans l’église catholique que j’ai rencontré un Dieu de tendresse dont le cœur fond d’amour pour chacun d’entre nous. Moi qui croyait que l’église était une veille institution avec des dogmes rigoureux, je m’aperçus que l’Eglise est Sainte, qu’elle est Amour avec un grand A et que sans elle et sans les prêtres, je ne pouvais pas entrer au ciel. Alors l’Eglise catholique est devenue comme une maman bienveillante pour moi et j’ai compris tout l’Amour de Jésus qui l’a fondée sur Saint Pierre, le premier Pape et quand j’ai regardé le Pape François, j’ai vu en lui tout l’Amour du Christ pour ses enfants. J’ai vu en lui l’Amour d’un Père et je me suis mise à beaucoup aimer l’église et à prier pour elle et ses consacrés.

Plusieurs fois Jésus d’amour m’a fait connaître la profondeur de son cœur dans lequel j’ai été transportée pour y reposer dans Sa tendresse exquise et sa douceur inégalable.

Pour remercier Jésus de Sa bonté, je récite le chapelet tous les jours car Il m’a promis que par la prière du Rosaire, Il me sauverait et Il ajouté : « Je prie pour ta libération » et j’ai compris que Dieu était en moi pour lutter contre la puissance du serpent. Je prie aussi le chapelet de Saint Michel Archange aux 9 chœurs des anges, et termine ma journée de prières en récitant plusieurs fois cette petite prière très féconde qui est un acte d’amour : « Jésus, Marie je vous aime, sauvez les âmes ». Dieu a promis à Sœur Consolata Betrone, religieuse capucine dont la cause en béatification a été ouverte en 1995, que chaque fois que l’on récite avec le cœur « JESUS, MARIE JE VOUS AIME SAUVEZ LES AMES » une âme est sauvée pour l’éternité.

Vous savez j’ai dis à Jésus : Je te donne mon « Oui » car je voudrais tant que toutes les âmes connaissent ton cœur brûlant d’amour. Je te donne tous mes anciens choix et leurs conséquences afin que toi, l’Amour, tu les brûles dans ton Feu de tendresse et dans les flammes de Ta miséricorde.

La douceur du Cœur de Jésus, je l’ai expérimentée en communiant au corps du Christ.

Depuis que je connais l’importance de la Sainte Messe, j’y participe tous les jours et j’ai beaucoup de respect pour les ministres de Dieu à qui ce grandiose pouvoir a été donné lors du Sacrement de l’Ordre… ! Leurs mains sont purifiées dans la Lumière de Dieu avant même que la
transsubstantiation se produise.

Jésus, Le Fils de Dieu est réellement présent en la Sainte Hostie, et nous ne comprendrons ce miracle qu’au Ciel…"
L’Eucharistie est le moyen le plus rapide de venir à Jésus…"

Nul au Ciel n’a été aussi près de Jésus que nous, lorsque vous le recevons en nous-mêmes.

Frères et sœurs nous avons le Ciel devant nous, tout le Ciel est contenu dans ce petit morceau de Pain…

"… Qui se nourrit du corps et du Sang du Christ, se nourrit de la plénitude de l’Etre Suprême et devient reflet de lui-même. La beauté d’une telle âme ravit les anges du Ciel qui s’émerveillent de la Toute Puissance du Très-Haut et de son Amour pour les âmes…"

"…L’âme qui reçoit Jésus en elle irradie Son Amour et Sa Lumière.

"…L’Eucharistie est Magnificience Suprême, Grâce des grâces, Don des dons du Ciel.
Nous pouvons contempler aussi cette parole explicative du Saint Curé d’Ars qui nous dit:

"L’âme qui communie régulièrement au corps du Christ, à son entrée au ciel, Dieu Le Père ne peut pas ne pas l’accueillir car IL voit en elle le visage de Son Fils"

Profitons de ces grâces que le Père nous accorde, elles sont notre auréole de Sainteté…"
Jésus désire remplir nos coeurs assoiffés, de Bonheur… de Joie… de Paix… Il se délecte dans les âmes amoureuses de l’Amour… Jésus est à ces âmes là. Elles sont à Lui en ce cours moment d’adoration… En l’Eucharistie, les âmes sont à Jésus et le resteront…
"…Jésus est l’Entier qui s’offre au monde. Il se donne pleinement pour que nous le recevions pleinement…

En le recevant en nous, nous recevons le Sacré, le Fils de Dieu mort et ressuscité.
Comme le dit St. François d’Assise: " Ne gardez pour vous, rien de vous, afin que vous reçoive tout entier Celui qui s’est donné à vous Tout Entier "

Désirons souvent Jésus, l’Eucharistie est un don merveilleux du Ciel, Jésus est la nourriture de notre âme.
Nous grandissons en perfection parce que Jésus est la perfection même. Le Christ veut que nous devenions une icône vivante de lui, c’est ce qui se produit dans une âme assidue ; jamais créature sur terre n’a jamais été aussi proche de Dieu dans la Sainte Eucharistie.
Lorsque nous recevons la Sainte Eucharistie, il se passe dans notre corps et dans notre âme comme un éblouissement de tout notre être qui divinise petit à petit notre nature humaine.

Pendant ce laps de temps, nous devenons parfaits parce que Dieu est en nous et nous sommes en Lui.

Après chaque Eucharistie, prions que ses effets se multiplient et se prolongent en nous éternellement. De cette façon, Dieu pourra plus rapidement établir sa demeure permanente dans notre coeur.
Voila chers frères et sœurs, le témoignage d’une pauvre âme, très faible, très misérable que Dieu a consacrée pour Le servir, le glorifier et l’honorer et non pour Me servir et me glorifier moi-même.

Je n’ai jamais appris la théologie, mais l’Esprit de Dieu m’a instruit et m’a dit : « Réveille tes frères».
Alors je témoigne à temps et à contre temps depuis des années dans divers pays et îles où je suis invitée, avec l’aide de mon ange gardien.
Depuis que je sais ce qu’est l’enfer et ses tortures et que je l’ai expérimenté dans mon âme, je désire le salut de toutes les âmes, sans exception, les bons et les méchants pour lesquels je fais célébrer des messes, je prie et je jeûne. Dieu m’a demandé de faire beaucoup de sacrifices pour mes frères et soeurs d’amour et de pleurer avec lui pour leur salut.

Quand je paraîtrai devant Dieu pour le jugement particulier de mon âme, je devrais répondre de la conversion des âmes que j’ai rencontrées au cours de mon évangélisation dans le monde. Ces âmes, par milliers, c’est Dieu le Père qui les a appelées, de pays en pays, à venir écouter mon témoignage et si vous êtes là aujourd’hui c’est qu’un jour nous serons réunis au ciel.
Chers frères et sœurs, vous allez toutes et tous, à l’heure de votre mort, paraître devant Dieu pour votre jugement. C’est pourquoi j’espère que mon témoignage vous aidera à avoir plus de lumière.

La miséricorde de Dieu peut changer tous les coeurs. Vous savez, mon cœur était malade et Dieu la guéri et je lui ai dit : Seigneur Jésus, Mon Sauveur et mon Dieu, je veux faire mon purgatoire sur la terre pour que à ma mort tu m’emportes loin dans ton Sacré-Cœur.
Alors gardons la confiance et disons à Jésus : "Jésus, j’ai confiance en toi". Si Dieu a guérit la plus grande pécheresse du monde que je suis alors tout le monde peut être sauvé. Aucun péché n’épuisera la grande miséricorde de Dieu et plus on y puise, plus elle augmente. Plus le pêcheur est grand, plus il a droit à la miséricorde de Dieu !

J’ai écrit cinq livrets sur ma conversion qui ont été approuvés par l’église catholique (imprimatur et nihil obstat). Vous pouvez les lire sur mon site. (http://fabienne.guerrero.free.fr/)

Voila, chers amis, le témoignage d’une âme misérable qui se sait aimée de Dieu et qui s’est découverte épouse du Christ par un don total de sa vie . Je parcours le monde pour la plus grande gloire de Jésus car Il me l’a demandé ! Et même si je n’ai pas envie de voyager, je le fais par amour pour lui qui a offert Sa vie pour moi et qui m’a invitée à l’imiter et à parcourir le monde comme l’a fait Saint Paul.

Vous savez pourquoi le Christ m’a choisie pour témoigner de Sa miséricorde ? Parce que sur terre, Il n’a pas trouvé plus grande misère et plus grande pécheresse que moi. J’étais hypocrite, menteuse, envieuse … Mais Le Christ m’a appelé à faire le tour du monde pour le salut des âmes ! C’est pourquoi Il m’a guérie pour le glorifier et m’a appelé à le faire aimer, moi une si grande blessée de la vie !

Chers frères et sœurs, je vous aime comme Jésus vous aime…. A la folie et j’ai besoin de votre amour. Aidez Jésus car il souffre beaucoup et Il pleure sur le monde.

Loué soit Jésus Christ et le cœur immaculé de Marie.

Fabienne, votre sœur


Soleil

Messages : 356
Date d'inscription : 05/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum