Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Medjugorje : la position de l'église catholique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Medjugorje : la position de l'église catholique

Message par Soleil le Mar 30 Juil - 11:11

Sujet: Medjugorje : la position de l'église catholique

http://maranathajesus.files.wordpress.com/2013/07/medjugorje-348-pages.pdf

Quelle est la position du Magistère de l'Église par rapport à Medjugorje ?


Honduras : Le Cardinal Maradiaga se prononce en faveur de Medjugorje

Interviewé en marge du Festival américain de la Jeunesse de Danli au Honduras, le cardinal Oscar Andres Martinez Maradiaga, archevêque de Tegucigalpa, a dit tout le bien qu'il pensait du phénomène de Medjugorje, cette ville de Bosnie-Herzégovine où quatre voyants prétendent avoir des apparitions mariales:
"Dans la simplicité du message de Marie, nous trouvons les valeurs qui attirent les petits coeurs des jeunes. Ce message est fondé sur l'amour, la paix et la justice, en toute liberté. [...] Une fois que nous discutions de Medjugorje, Sa Sainteté m'a dit: 'C'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez', et les fruits que je vois sont des fruits très positifs, et je dis pareil que lui".



Le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d'Etat du Saint-Siège et ancien secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi, écrit dans un ouvrage publié en 2007 en italien :

« Les déclarations de l'évêque de Mostar reflètent une opinion personnelle, elles ne sont pas un jugement définitif et officiel de l'église. Tout est renvoyé à la déclaration de Zadar des évêques de l'ex- Yougoslavie du 10 avril 1991, déclaration qui laisse la porte ouverte à de futures enquêtes.

Les vérifications doivent donc se poursuivre. Dans l'entre-temps, les pèlerinages privés sont permis avec un accompagnement pastoral des fidèles. Finalement, tous les pèlerins catholiques peuvent se rendre à Medjugorje, lieu de culte marial où l'expression de toutes les formes de dévotions est possible. »



MEDJUGORJE : LE PAPE JEAN-PAUL II PRIAIT CHAQUE JOUR POUR QUE LA CONCLUSION SOIT POSITIVE

En 1986, le Père Ivan Dugandzic (qui a exercé son ministère à Medjugorje pendant 5 ans) a rencontré le Pape Jean-Paul II au Vatican.

Avec le Saint Père, ils ont parlé de Medjugorje.

Une partie de leur conversation a été rapportée en 1990 dans le journal "Medjugorje Messenger" (qui était alors édité par le Père jésuite Richard Foley, décédé en 2003).

Voici ce que l'on peut lire dans l'article :

Après l'audience générale du 2 avril 1986, j'ai eu la grande joie de rencontrer le Saint Père personnellement. Bien entendu, nous avons parlé de Medjugorje. Il a montré une grande tristesse concernant le fait qu'un sujet aussi important n'ait pas été étudié de manière plus approfondie... Il m'a dit qu'il suivait les événements continuellement, et nous savons qu'il demande des vidéos ainsi que d'autres documents.

Alors que je partais, il m'a rappelé et m'a chuchoté à l'oreille : "Vous pouvez dire à tout le monde que je prie chaque jour pour que la conclusion de ces événements soit positive".




LE CONFESSEUR DU PAPE EST UN TRES GRAND DEFENSEUR DE MEDJUGORJE

Mgr Eduard Pericic est professeur d'histoire de l'Eglise à Zadar, en Croatie. Il est membre de l'Académie Mariale Internationale et il est également le confesseur du Pape. A l'occasion du trentième
anniversaire des apparitions de la Vierge à Medjugorje, il a préfacé le superbe livre de Kresimir Sego : "A conversation with the visionaries" ("Une conversation avec les voyants"), qui est disponible en anglais et en italien dans le sanctuaire de Medjugorje.

Voici un extrait de cette préface :

D'autre part, je ne peux moi-même que croire à la réalité de Medjugorje. Mes pensées sont là-bas nuit et jour. Je lis et rassemble tout ce qui concerne les événements et traduis de merveilleux témoignages écrits dans toutes les langues : Dieu agit à travers la Gospa de Medjugorje. Je me soumets uniquement au ritère de Jésus : "On reconnaît l'arbre à ses fruits". Et ces fruits sont : les rencontres avec Dieu, avec Jésus- Eucharistie et avec la Gospa. Tous les pèlerins retournent chez eux avec le même souhait de revenir et avec la même décision : si nous vivons les messages de la Gospa, nous construisons un monde meilleur sur les bases de l'Evangile.




LE CARDINAL RATZINGER ET MEDJUGORJE

A l'époque où il n'était pas encore le pape Benoît XVI, le cardinal Ratzinger a eu une conversation amicale avec le cardinal Schönborn au sujet de Medjugorje. Le cardinal Schönborn lui a dit que s'il voulait fermer Medjugorje, il faudrait qu'il ferme aussi son séminaire de Vienne (en Autriche) car tous les candidats ont reçu
l'appel au sacerdoce à Medjugorje. Le cardinal Ratzinger lui a alors répondu la chose suivante : "Mais il n'est pas question de fermer Medjugorje !"

(source : EDM)




La Place de Medjugorje dans l'Église
Mgr René Laurentin


La place de Medjugorje dans l'Église est un sujet difficile, contesté, objet de confusion et ambiguïtés qu'il importe de dissiper.

Medjugorje n'a pas besoin d'explications parmi nous.

C'est un lieu de grâce où la Vierge s'est manifestée par des fruits tout à fait exceptionnels : vie spirituelle, conversions, guérisons, " On juge l'arbre à ses fruits," dit le Seigneur et c'est le seul critère de discernement qui vienne de Lui (Mt 7,20 ; 12,33)




Les Cardinaux à Medjugorje

Ci-après, vous trouverez ce qui suit :

Déclaration du Cardinal Tonini sur Medjugorje
Declaration du Cardinal Wamala sur Medjugorje,

Visite de Deux Cardinaux a Medjugorje
Le Cardinal Hans urs von Balthasar ecrit a Mgr Zanic
Declaration de Frantisek Tomasek, Cardinal de Prague
Declaration du Cardinal Croate Franjo Kuharic sur Medjugorje
Déclaration du Cardinal Tonini sur Medjugorje
Le Cardinal Esilio Tonini, archevêque émérite de
Ravenne, a préfacé le livre " Parole de Marie ", publié
récemment par l'auteur italien Luciano Moia.


Nous reportons ici une déclaration très concise sur Medjugorje, en réponse à une question qui lui a été posée.

Question : Dans tous les lieux d'apparitions, réelles ou présumées on assiste à des phénomènes de dévotion extraordinaire. De nombreuses conversions se produisent accompagné d'un retour à
la prière, et d'une redécouverte de la foi.

Ceux qui se sont rendu à Medjugorje déclarent que dans ce lieu tout semble respirer la foi, le surnaturel semble devenir une réalité tangible. Cela ne peut-il pas déjà être considéré comme un miracle, petit ou grand, dans une société comme la notre, froide et indifférente.

Réponse : " Oui, je sais que tout cela se vérifie. A Medjugorje, des milliers de pèlerins viennent, prient, retrouve la foi. Cela est un grand don et nous en remercions le Seigneur.

Mais, l'Église attend encore avant de se prononcer. C'est une attitude prudente. Il faut se pencher sur tout doute et résoudre toute incertitude.

Personnellement, j'estime que la perplexité de l'épiscopat local, avec toutes les nuances des différentes positions, doit être sujet à réflexion.

De toute manière, il est indispensable d'attendre que le Vatican se prononce officiellement.

Je me fie à la promesse éternelle faite par le Christ aux apôtres et à leurs successeurs: Le jugement qui sera prononcé par l'Église au nom du Christ me convaincra de la crédibilité d'une apparition ou d'un événement
surnaturel ".




Declaration du Cardinal Wamala sur Medjugorje, Juillet 1995

Le Cardinal Emmanuel Wamala venu d'Ouganda s'est rendu à Medjugorje début juillet.
De retour dans son pays il nous a envoyé une lettre dans laquelle, entre autres choses, il nous dit: "Le souvenir de mon pèlerinage à Medjugorje est encore très vivant en moi.

Mon expérience de ce lieu saint pourrait être résumée en trois points :

La prière, la pénitence et l'attachement à la foi.

Il me semble que ce sont les choses les plus importantes à noter en ce lieu. Vous avez toutes les raisons d' être reconnaissant envers Dieu.

Je partage également votre joie.





Visite de Deux Cardinaux à Medjugorje

En mai 1995, deux cardinaux ont visité Medjugorje :

Le Cardinal Wamala d'Ouganda ainsi que le Cardinal Margeot de l'Ile Maurice.

A l'occasion de son séjour d'une semaine, le Cardinal Wamala a déclaré:

"En réfléchissant sur les épreuves que votre pays et le mien traversent avec l'humanité toute entière, en tant que cardinal je sens la nécessité de recommander à chacun de continuer à prier pour la paix dans le monde.

Medjugorje est vraiment un lieu de prière pour la paix. Mais nous devons savoir dans le même temps que la prière n'est pas suffisante, il faut aussi agir afin que la paix soit une réalité. Avant tout vous qui vivez ici. Ce matin, j'ai été frappé par le fait que la paix est au dedans de nous. A Medjugorje je me sens bien, le
climat est agréable, les gens sont sympathiques, pieux, il y a une manière toute spéciale de prier ici, de parler et d'aimer. C'est vraiment un lieu où les gens doivent partager leurs différents entre eux."



Le Cardinal Jean Margeot

Evêque à la retraite de Port Louis (Ile maurice), après avoir passé quelques jours dans le sanctuaire, déclara qu'il quittait ce lieu satisfait des expériences qu'il avait faite ici.

Le Cardinal Hans urs von Balthasar ecrit a Mgr Zanic.

Il est considéré comme l'un des plus grands théologiens de notre temps. Il fut un membre permanent des commissions théologiques pontificales et a écrit de nombreux livres de théologie et d'amendements. Il est également connu comme étant un excellent
guide de retraites spirituelles.

"Monsignor! Quel déplorable document vous avez répandu dans le monde entier! J'ai été profondément peiné de voir que vous dégradez la fonction d'évêque de cette manière. Au lieu de montrer la patience que vous ont recommandé vos supérieurs, vous tonnez et décochez des flèches enflammées, salissant des personnes innocentes et de bonne réputation, digne de votre respect et de votre protection.Vous portez constamment des accusations qui ont été prouvées fausses plus d'une centaine de fois.

(Ljudevit Rupcic, "The Truth about Medjugorje",
Ljubuski-Humac 1990, page 134)





Déclaration de Frantisek Tomasek, Cardinal de Prague

Célèbre dans le monde entier, il fut surtout connu pour ces positions contre le communisme dans l'ancien état de Tchécoslovaquie. Il a beaucoup souffert pour la foi catholique "Je pense que nous sommes redevables envers les évènements de Medjugorje, pour le grand renouveau de notre foi, que Dieu nous a donné à travers Marie. La prière et le jeûne, la foi et la conversion, puis l'invitation à la paix ne peuvent venir que de Dieu.

J'ai beaucoup de personnes qui se sont rendus en pélerinage à Medjugorje. Ils sont pleins d'espérance, de bonne volonté pour témoigner et être témoin de leur foi. Je connais beaucoup de groupes de prière qui m'ont montré combien ils jeûnent et prient, cela a commencé à Medjugorje. Le peuple a faim et soif de la parole de Dieu. Et lorsque les gens mettent des obstacles, de quelques manières que ce soit, Dieu trouve toujours un moyen pour aller chercher et pour rassembler ses enfants. Je suis profondément reconnaissant à Dieu pour Medjugorje. Et je pense que cela cadre bien avec le soixante-dizième anniversaire des apparitions à Fatima, en cette année Mariale. En un mot, j'entends beaucoup de choses, mais je suis toujours désireux d'en entendre davantage sur Medjugorje. Ho! comme j'aimerai me rendre en pélerinage à Medjugorje et boire de cette eau nouvelle.
Beaucoup de mes fidèles aimerait en faire autant.

(Slavko Barbaric, "Conversations", Sveta Bastina, Duvno 1990, page 182/183.)




Declaration du Cardinal Croate Franjo Kuharic sur Medjugorje

Cardinal Kuharic

« Après 3 ans de recherches poursuivies par la commission appropriée, nous les évêques, avons accepté Medjugorje comme lieu de prière, comme sanctuaire. Cela signifie que nous n'avons rien contre le fait que quelqu'un vénère la Mère de Dieu d'une façon qui est également en accord avec les enseignements et la foi de l'Eglise. C'est pourquoi nous remettons cette étude à plus tard. L'Eglise ne se précipite pas."
(Glas Koncila, 15 Août 1993)




SOEUR LUCIE DE FATIMA NOUS PARLE DE MEDJUGORJE

Soeur Lucie de Fatima est décédée. Son neveu, le père Valinho (un prêtre salésien), s'est rendu à Medjugorje il y a quelques années. Là-bas, il a dit que sa tante était encore gratifiée d'apparitions de la Vierge (quoi que très rarement), et que, pendant ces apparitions, la Vierge lui parlait (devinez de quoi)... de ce qu'Elle faisait à Medjugorje !!!




Interview du père Ljubo Kurtovic « Je ne laisserai pas ici Notre-Dame »


Fra Ljubo, je voudrais résumer dans cette entrevue ton expérience ici à Medjugorje en ces 7 années. Nous commençons par le début: quelle a été ton impression quand on t’a dit que tu devrais venir ici ?

J’étais un jeune prêtre, ordonné depuis à peine 4 ans.

A l’époque, le curé était le P. Pervan, et quand il m’a dit que je devrais venir à Medjugorje au titre d’aide spirituel, j’ai eu un peu peur; cela me semblait un défi, parce que je venais d’être ordonné et à Medjugorje, j’étais toujours venu comme pèlerin tant que je n’avais
pas mûri la décision de devenir frère. Et puis j’étais venu quelquefois donner un coup de main pour les confessions. C’est tout différent de venir ici de temps en temps, parce que quand tu vis à Medjugorje tu vis dans ton coeur la présence de Marie.

Mais à part ça, dès le début tu as senti en toi- même de l’enthousiasme ?

Je n’étais pas enthousiaste, parce que moi, je ne m’enthousiasme pas facilement et il m’a fallu du temps pour m’habituer. Au début il y avait aussi fra Slavko et c’est seulement au moment où il est venu à manquer que nous nous sommes rendus compte de ce
qu’il faisait. Il a bien fallu nous distribuer ses responsabilités. C’est à moi qu’incombait la traduction et l’interprétation du message des 25 du mois et aussi l’accompagnement des nombreux séminaires organisés par lui. Naturellement, il a bien fallu que je
me lance; de gré ou de force il fallait que je m’en tire...Chez nous il y a un proverbe qui dit: « L’âne ne sait pas nager, mais quand il se jette à l’eau, alors il apprend ». C’est comme ça que j’ai appris à « nager » ! Pendant ces 7 ans, beaucoup de choses ont changé à Medjugorje; est-ce en mieux ou en pire? En regardant les pèlerins, penses-tu que le niveau spirituel va « croissant » ?

Tout le monde dit que les deux ou trois premières années, c’est comme si on était en
paradis; on vit un temps de grand enthousiasme, mais rester enthousiaste 26 ans n’est pas réel. Même quelques phases d’enthousiasme sont filtrées.
Cependant il y a beaucoup de personnes qui ont fait route avec Marie et qui s’efforcent de vivre comme elle l’a indiqué. Parler de qualité est un peu difficile. Je pense qu’il est nécessaire de laisser l’enthousiasme et, avec le temps, de permettre que s’enfoncent les
racines; de cette façon celui qui a vraiment décidé de suivre le Seigneur peut persévérer, peut apprendre à souffrir et à rester fidèle aux messages de Marie. Nous sommes tous dans un chemin de recherche, on ne peut pas voir ce que nous réserve l’avenir. Il suffit de voir le pas suivant à faire et d’avancer avec confiance: le Seigneur dirige tout et tout tournera au bien.

Quel est le but de Marie; où veut-elle nous mener avec ces apparitions ?

Marie elle-même l’a dit: « Le message le plus important que je vous ai donné, c’est
l’invitation à la conversion »; au fond c’est le message de l’évangile, qui est toujours actuel et la Vierge désire seulement nous réveiller à la vérité de l’Evangile. Pour
sûr, elle ne serait pas apparue si tout avait été au point. Les apparitions sont bien une preuve que nous sommes endormis, que tout n’est pas au point ni dans l’Eglise, ni dans le monde. C’est pourquoi la Vierge qui est mère, vient, parle, conseille et nous réprimande:
c’est cela la tâche d’une mère.

Vingt-six ans, et reste encore à réaliser ce qui est annoncé...

Il y a un temps de l’homme et un temps de Dieu. Pour Dieu un seul jour est comme mille ans et mille ans sont comme un seul jour. Vingt-six ans c’est beaucoup, mais c’est peu également. Les voyants, trois ans après la première apparition ont demandé : «Comment se fait-il que tu restes avec nous si longtemps ?» et elle a répondu: «Vraiment je vous ai déjà fatigués ?». Bien sûr Marie peut nous fatiguer parce que son amour et ses messages sont exigeants, mais ce qu’elle fait c’est pour notre bien, car elle cherche notre bonheur ; elle n’est pas venue pour nous rendre malheureux. Dieu et la Vierge ne nous ont jamais
promis le paradis sur terre; nous sommes en chemin.

Après ton expérience ici, penses-tu avoir changé intérieurement ?
Qu’as-tu reçu ? Qu’as-tu appris ? En étant en contact avec tous les pèlerins, avec leurs exigences, nous mêmes, prêtres, nous nous formons, nous sommes éduqués; de quelque façon nous recevons d’eux quelque chose . Inévitablement nous nous influençons les uns les autres. J’ai compris que je devais encore faire beaucoup de pas. Je n’ai jamais vécu des conversions imprévues, je ne suis pas tombé de cheval comme St Paul; en moi tout s’est fait graduellement.
Je dois cheminer seul.

Au-delà de ton expérience avec les pèlerins, qu’est-ce qui a eu de l’influence sur toi?

En vivant ici je suis encore plus convaincu de la présence de la Vierge! Humainement ce serait plus facile de ne pas vivre à Medjugorje, parce que c’est une paroisse vraiment particulière. Elle apporte avec soi outre des grâces, beaucoup aussi de croix, beaucoup
de souffrances et, à travers tout cela quelqu’un peut devenir encore plus fort et plus convaincu dans sa foi, parce que, dans les souffrances on apprend à prier et si on se décide à souffrir avec Dieu, la foi, à son tour devient plus pure!

Quelles sont les difficultés que vous, frères, vous rencontrez à Medjugorje ?

Il vient tant de gens avec divers problèmes, avec des souffrances, avec des «esprits» divers...Il y faut vraiment un bon discernement il y faut de la sagesse, de l’amour, de la patience et aussi de la force pour répondre, en tant que prêtres, à toutes ces nécessités.

Tu guides l’adoration devant des milliers de personnes ...Comment ça s’est passé les
premières fois et actuellement comment le vis-tu ?

C’est exigeant ? C’est difficile et exigeant mais aussi très beau, parce que la force vient de la grâce. Dans la prière d’adoration je parle avant tout à moi-même de façon à introduire les gens dans la relation avec Dieu.

Ce n’est que si je sais être en relation avec Jésus que je pourrai guider aussi les autres vers Lui. Avant de venir ici à Medjugorje j’avais déjà fait cette expérience, mais
les gens n’étaient pas aussi nombreux! A peine arrivé, j’écoutais comment priait fra Slavko. Nous apprenons toujours quelque chose des autres; je peux dire avoir
beaucoup reçu de bien des personnes. Comme caractère tu n’es pas particulièrement
expansif, souvent tu cherches le silence en évitant beaucoup de monde. Et pourtant il semblait que c’était pour ça que les pèlerins recherchaient ta compagnie.


Qu’est-ce que tu sens devoir leur donner?

Il faut distinguer une chose fondamentale: ils me cherchent ou bien ils cherchent Jésus? Si c’est moi qu’ils cherchent, alors je suis bien content de m’enfuir, parce que, en me donnant moi-même, je ne leur donnerais rien. Ici c’est une bataille continuelle, ici c’est le vrai chemin vers Jésus. Je peux dire qu’ils sont nombreux à rechercher Jésus.

Penses-tu que le festival des Jeunes soit un événement important pour Medjugorje ?

Oui, sûrement. Tout a été mis en mouvement par fra Slavko, qui avait beaucoup de courage, beaucoup de foi et qui a grandi à l’école de Marie. Il a eu le courage de tout commencer avec un petit groupe de trente ou même moins et, de cette semence a poussé un grand arbre: actuellement plus de trente mille jeunes. Je ne regarde pas ça comme un mérite à moi; je me sens vraiment serviteur inutile.

Que voudrais-tu dire aujourd’hui de particulier à tous les jeunes qui liront cette entrevue?

Ce que dit Marie: «Chers enfants, ouvrez votre coeur, abandonnez-vous et jouissez de Jésus, consacrez-vous à mon Coeur et n’ayez pas peur, je suis avec vous». Et vous aussi, jeunes, soyez avec elle et soyez persévérants dans cette voie, même quand elle est difficile.

Penses-tu que ton transfert dans un autre couvent loin de Medjugorje sera un pas en avant dans ton cheminement ?

En mon coeur, je ne laisserai jamais Medjugorje. Je peux m’en aller de corps, mais ici sont les racines. Les branches peuvent être ailleurs...Ici à Medjugorje j’ai goûté la beauté d’être prêtre et j’ai vu combien les hommes ont besoin du prêtre, ou mieux, de Jésus à
travers le prêtre.

Tu lis donc la volonté de Dieu dans ce transfert, tu crois qu’il sera bénéfique pour ton âme?

Je ne sais comment ce sera, mais je crois que oui. C’est nécessaire de se trouver à une
certaine distance pour voir Dieu; si nous nous approchons trop nous ne réussissons plus à Le voir.

Depuis ces années quel événement est resté imprimé plus fortement dans ton âme ?
Je n’ai pas vraiment un événement concret à rappeler; je peux dire que chaque rencontre a été précieuse.

Mais voir comment Dieu opère dans les âmes qui ensuite repartent heureuses et pleines d’espérance, c’est ce qui vous comble le plus et vous donne l’enthousiasme de persévérer avec une force encore plus grande et d’être vraiment ce que Jésus veut de vous. Oui, cette image des personnes qui, en cherchant Dieu, repartent heureuses et renouvelées
intérieurement m’accompagnera dans les jours qui m’attendent. Je pense que c’est la chose la plus belle et ceci est vraiment Medjugorje.

Tu devras laisser cette réalité pour aller de l’avant, mais la Vierge est partout à l’oeuvre!
Je ne laisserai pas ici la Vierge . Je l’emporterai avec moi. Je dis toujours aux pèlerins de ne pas laisser ici la Vierge; nous pouvons l’emporter dans le coeur, en faisant concrètement tout ce qu’elle nous dit depuis 26 ans. C’est la meilleure façon d’être toujours avec elle et, à travers elle, avec Jésus.




Commission internationale d'enquête
sur Medjugorje de la Congrégation
pour la doctrine de la foi

Le 17 mars 2010, le Vatican a mis en place une commission d'enquête sur les phénomènes d'apparitions mariales présumées de Medjugorje.

« Une commission d'enquête internationale sur Medjugorje a été constituée, sous la présidence du cardinal Camillo Ruini, auprès de la Congrégation pour la doctrine de la foi », a indiqué, le 17 mars 2010, la salle de presse du Saint-Siège.

« Cette commission, composée de cardinaux, évêques, experts, travaillera de façon réservée, en soumettant le résultat de son étude aux instances du dicastère », a précisé le même communiqué.

Le cardinal Ruini, Vicaire émérite pour le diocèse de Rome, avait été pour trois mandats le président de la conférence épiscopale italienne, nommé par le pape Jean-Paul II puis par le pape Benoît XVI.

Avec la création de cette commission, l'affaire passe de la juridiction de l'évêque local, aujourd'hui Mgr Ratko Peric, sous celle de la congrégation romaine.

Cette commission avait été confirmée dans une interview accordée à l'agence catholique autrichienne « Kathpress » par le cardinal Christoph Schönborn le 22 janvier 2010.

L'archevêque disait avoir fait part à « Rome » de ses « impressions » après son voyage privé à Medjugorje, le 31 décembre 2009. Le président de la conférence des évêques d'Autriche a ensuite été reçu par le pape le 15 janvier 2010.

La commission sur les apparitions de Medjugorje, dont le Vatican a officiellement annoncé la création le 17 mars 2010, s'est ainsi réunie à huis clos dès le 26 mars 2010 au Vatican.

Les travaux de cette commission se déroulent de manière strictement réservée. Ses conclusions seront remises à la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Outre le cardinal Ruini, 12 personnes composent cette commission :

Le cardinal Jozef Tomko, préfet émérite de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples Le cardinal Vinko Puljic, archevêque de Sarajevo, président de la Conférence épiscopale de Bosnie-Herzégovine Le cardinal Josip Bozanic, archevêque de Zagreb (Croatie), vice-président du Conseil des Conférences épiscopales d'Europe Le cardinal Julián Herranz, président émérite du Conseil pontifical pour les textes législatifs et président de la Commission disciplinaire de la curie romaine Mgr Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints Mgr Tony Anatrella, psychanalyste français et spécialiste en psychiatrie sociale Mgr Pierangelo Sequeri, professeur de théologie fondamentale Le père David Jaeger, religieux franciscain, consulteur du Conseil pontifical pour les textes législatifs et conseiller juridique de la Custodie de Terre Sainte Le père Zdzislaw Józef Kijas, religieux franciscain, relateur de la Congrégation pour les causes des saints Le père Salvatore M. Perrella, professeur de mariologie à l'université pontificale de théologie "Marianum" Le père Achim Schütz, professeur d'anthropologie théologique à l'université pontificale du Latran et secrétaire de la commission Mgr Krzysztof Nykiel, membre de la Congrégation pour la doctrine de la foi et secrétaire adjoint de la commission. Cette commission est complétée de quatre experts : Sœur Veronica Nela Gašpar, professeur de théologie à Rijeka (Croatie) Le père Franjo Topic, professeur de théologie fondamentale à Sarajevo Le père Mijo Nikic, professeur de sychologie et de psychologie des religions à l'Institut philosophique et théologique de la Compagnie de Jésus à Zagreb Le père Mihály Szentmártoni, professeur de spiritualité à l'Université pontificale grégorienne.

Selon le père Federico Lombardi, directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, cette
commission travaillera dans la discrétion « en raison de la délicatesse du sujet», a précisé le P. Lombardi, et ce travail «prendra du temps ».

Elle « ne prendra pas elle-même les décisions, mais présentera les résultats de son travail à la Congrégation pour la doctrine de la foi".

http://maranathajesus.files.wordpress.com/2013/07/medjugorje-348-pages.pdf

Soleil

Messages : 356
Date d'inscription : 05/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum