Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Les Signes des Temps - Dislocation et Dérèglement Climatique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Signes des Temps - Dislocation et Dérèglement Climatique

Message par Her le Mar 6 Déc - 15:03

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/11/le-cardinal-pell-sen-prend-au-dogme-du-réchauffement-anthropique.html

29 novembre 2011

Le cardinal Pell s'en prend au dogme du réchauffement anthropique

C'était lors d'un congrès international à Londres, le 1er novembre. Extraits ici et ici :

"Beaucoup de choses sont opaques pour les non-spécialistes, mais des enquêtes et une étude persistante peuvent amener des clarifications utiles, comme les neuf erreurs identifiées par la Haute Cour britannique dans le film de propagande d'Al Gore Une vérité qui dérange. Le prétentieux appel au consensus scientifique est tout simplement un appel de plus à l'autorité, tout à fait inapproprié dans le domaine de la science ou de la philosophie. Thomas d'Aquin l'a fait remarquer il y a longtemps en expliquant que «l'argument d'autorité fondée sur la raison humaine» est la forme la plus faible de l'argumentation, toujours susceptible de réfutation logique. [...]

Il est peu connu qu'en 2001 au moins, l'un des groupes de travail du Troisième rapport d'évaluation du GIEC ( Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat ) a convenu: «Dans la recherche climatique, et la modélisation, nous avons affaire à un système couplé, non linéaire, chaotique, et donc la prévision à long terme des états du climat futur n'est pas possible». Notons que ce n'est pas seulement le «temps» qu'il fait, mais aussi les «états du climat futur» qui ne sont pas prévisibles de façon fiable dans le long terme. [...]

Le professeur Bob Carter, le Dr David Evans, le professeur Stewart Francs, et le Dr William Kininmonth ont succinctement expliqué le cas pour les sceptiques, une affaire qui a été jusqu'ici complètement ignorée par les médias et la classe politique australienne. Les conclusions du Quatrième rapport d'évaluation du GIEC, écrivent-ils, sont «essentiellement dépendantes de la modélisation informatique et manquent de support empirique»; les spéculations du rapport sur «l'influence funeste du dioxyde de carbone dans l'atmosphère reposent presque exclusivement sur une modélisation informatique non validée, qui s'appuie sur des hypothèses non fondées sur les effets d'amplification de la vapeur d'eau, des nuages et d'autres facteurs incontrôlables».

[...] Je n'ai pas été surpris d'apprendre que le GIEC a utilisé certaines des meilleures agences de publicité au monde pour générer un effet maximum auprès du grand public. [...] Par conséquent, le terme «négationniste du changement climatique» [terme utilisé notamment par Patrice de Plunkett, NDMJ], que ce soit une insulte ou une arme de propagande, avec ses connotations délibérée de comparaison avec la négation de l'Holocauste, n'est en aucune façon une description utile d'un participant quel qu'il soit à la discussion. [...]

Mes soupçons se sont approfondis au cours des années du fait de l'approche totalitaire du "mouvement du climat" envers les opinions opposées, de la diabolisation des opposants ayant abouti à des résultats, et de l'opposition à la publication d'opinions opposées, même dans les revues scientifiques. En règle générale, j'ai constaté que les personnes sûres de leurs explications n'ont pas besoin d'être violentes. [...] Un dernier point à noter dans cette lutte pour convaincre l'opinion publique, c'est que le langage utilisé par les partisans de l'AGW (rappel: anthropogenic global warming) vire à la contradiction d'une religion primitive. Les croyants s'opposent aux négationnistes, aux dubitatifs et aux sceptiques, même si je dois avouer que personne ne m'a encore qualifié d'hérétique du changement climatique. [...] L'histoire des changements climatiques ne donne aucune assurance que l'activité humaine peut contrôler ou même modifier sensiblement le climat global, bien que les humains puissent exercer des changements locaux importants en bien ou en mal. [...]

Les débats sur le réchauffement climatique d'origine anthropique ne peuvent être menés que par la reconnaissance et l'interprétation précises des preuves scientifiques. Les preuves des historiens sont également essentielles, car ce n'est pas simplement un problème mathématique, ce n'est pas de la science «pure». Des conditions d'épisodes météorologiques extrêmes sont à prévoir, mais elles sont à chaque fois inattendues. Personne, vers la fin du réchauffement médiéval en Europe n'avait prévu la descente rapide vers le froid et l'humidité du petit âge glaciaire, par exemple, ou les vents glacés et les pluies diluviennes, qui ont conduit aux étés courts et aux terribles famines qui se sont développées de 1315 à 1320. Des surprises telles que celles-là continueront dans le futur.

Pour cette raison (entre autres) je soutiens la recommandation de Bjorn Lomborg et Bob Carter selon laquelle, plutôt que de dépenser de l'argent pour le respect du Protocole de Kyoto, qui produirait un effet négligeable sur la hausse des températures, l'argent devrait être utilisé pour élever le niveau de vie et réduire la vulnérabilité aux catastrophes et au changement climatique (dans un sens ou dans l'autre), afin d'aider les gens à mieux faire face aux défis futurs. Nous devons être en mesure de pouvoir fournir aux "Noé" de demain le meilleur de ce que la science et la technologie peuvent offrir."

Posté le 29 novembre 2011 à 21h08 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Dislocation et Dérèglement Climatique

Message par Her le Mer 14 Déc - 22:47

http://trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com/article-signes-des-temps-des-fontaines-de-methane-s-echappent-de-l-arctique-92435657.html

Signes des temps : Des Fontaines de méthane s’échappent de l'Arctique !

Des «Fontaines» de méthane de 1.000 m crèvent la glace Arctique - un gaz à effet de serre 30 fois plus puissant que la dioxine de carbone

-Des «Champs méthane à une échelle jamais vue auparavant» - selon la recherche qui indique :
- Plus de 100 fontaines, mais il pourrait en avoir par «milliers»
- Pouvant provoquer un changement climatique rapide.


« Le navire Russe de recherche Académicien Lavrentiev » a mené une enquête sur près de 10.000 miles carrés de mer au large de la côte de la Sibérie Est.
Ils ont fait une découverte terrifiante – d’énormes panaches de bulles de méthane remontent à la surface du fond marin.
« Nous avons trouvé plus de 100 fontaines, sur un peu plus d'un kilomètre de diamètre, a déclaré le Dr Igor Semiletov,« Ce sont des champs de méthane sur une échelle jamais vue auparavant. Les émissions vont directement dans l'atmosphère.

« Auparavant, nous avons trouvé des structures torche ou type-fontaine comme ça», dit Semiletov à l'Independent. «C'est la première fois que nous en avons trouvé, de structures puissantes et impressionnantes suintant en continu, sur plus de 1000 mètres de diamètre. C'est incroyable. »
«Sur une zone relativement petite, nous en avons trouvé plus de 100, mais sur une zone plus large, il devrait y avoir des milliers. »

Pour en savoir plus allez à : Mailon-Line

Du blog : Le plateau continental arctique de la Sibérie Est est une zone riche en méthane qui englobe plus de 2 millions de kilomètres carrés de fonds marins dans l'océan Arctique. Il n’est qu’à, 50 mètres plus ou moins de profondeur, ce qui signifie que peu profond il a été soit immergé ou alternativement hors de l'eau, selon le niveau de la mer au cours l'histoire de la Terre.
En périodes « froides » de la Terre, la plaine côtière gelée et ne libère pas de méthane, mais compte tenu du réchauffement de la planète et de l’augmente du niveau des mers (suite à la fonte)….
Or si en eau profonde, le méthane s'oxyde en dioxyde de carbone avant d'atteindre la surface, en raison du peu de profondeur du plateau, ici, l’oxydation n’a pas le temps de s’opérer et le méthane s'échappe dans l'atmosphère, et risque ainsi de contribuer rapidement au changement climatique. En quel sens ?
Puisque selon les études en vigueur cela a pour conséquence un effet de serre plus marqué, et par suite un emballement du réchauffement climatique, qui fait fondre la glace encore plus vite. On parle aussi du ralentissement et la modification des courants océaniques et à terme…, qu'une forte perturbation du Gulf Stream serait envisageable avec pour conséquence une glaciérisation de l'Europe. Combien de temps nous sommes nous attribués pour cela ?
Car tout cela ne sont qu'études humaines. La nature, elle, réagit à toutes nos incartades et impose son « bonhomme » de chemin sans trop se préoccuper de nos « études » qui manifestement, quel que soit le plan sur lequel on se place, montrent que nous nous soyons « plantés ». Dieu et le respect de Ses Commandements ayant été jugés par nous comme facultatifs, voire même rétrogrades ! Aussi avançons-nous sans aucune maîtrise, mais avec notre « assurance intellectuelle » vers des lendemains tout aussi conformes à nos ignorances et erreurs !
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum