Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

M-J. Jahenny - Les Trois Crises et l'Ultime Passion de l'Eglise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: M-J. Jahenny - Les Trois Crises et l'Ultime Passion de l'Eglise

Message par Her le Jeu 1 Déc - 11:18

LES TROIS CRISES
Et l’ULTIME PASSION DE L’EGLISE
SCHISME, ANTIPAPE ET ANTICHRIST

(Extraits d’extases de Marie-Julie Jahenny)

(Mise-à-jour du 01-12-2011)

///////////////////////////////////////////////////////

1874-08-11 :

« Notre Dame annonce :
- Oh ! sans le Sacré-Cœur, nous périrons tous. Tous les prêtres douteux seront châtiés ».

///////////////////////////////////////////////////////

1874-09-29 :

« Notre Dame annonce :
- Au ciel, Saint Michel va célébrer avec le Sacré-Cœur le triomphe du Saint-Père et celui de l’Eglise. Il va terrasser les ennemis de la France ».

« Notre Dame :
- Vous ne serez sauvés que par la prière et par les pénitences. Priez le Sacré-Cœur de mon Fils ».

///////////////////////////////////////////////////////

1874-12-18 :

« Tous les prêtres qui ne seront pas bons, seront châtiés ».

///////////////////////////////////////////////////////

1875-01-10 :

« Saint Michel dit : Mes bien-aimés fidèles, courage ! Encore un peu de temps, et vous verrez tout l’enfer se déchaîner pour tout renverser. Vous verrez des choses abominables, des violations épouvantables. La malice des hommes va encore grandir en fureur et en méchanceté. La fille aînée de l’Église sera divisée, partagée, déshonorée, souillée de crimes... C’est mon dernier mot… »

///////////////////////////////////////////////////////

1877-04-16 :

« Toute la peine de Jésus, c’est que des Pères de l’Église trahiront le divin Sauveur au milieu des châtiments ».

///////////////////////////////////////////////////////

1877-05-25 :

Saint Michel annonce :
« La France est à la veille de son malheur et de son bonheur : le malheur pour les pêcheurs, le bonheur pour les justes ».
« Avant que la Paix refleurisse sur la terre, il faut qu’une grande pénitence fléchisse la colère divine. C’est le Seigneur Lui-même qui exerce Sa Justice. Il n’appartient qu’à Lui de châtier, mais en châtiant, Il purifiera la terre et son peuple. Il n’épargnera rien. Il cultivera la terre pour y semer une nouvelle semence ».

///////////////////////////////////////////////////////

1877-09-18 :

« Au pied de la montagne, sur un rocher, je vois comme une prison solitaire et, là, est enfermé un vieillard à cheveux blancs dont les traits sont resplendissants. Il porte une croix sur la poitrine. Le Bon Maître s’avance, le vieillard se prosterne et Jésus l'embrasse.

Mon fils bien-aimé, dit-il, martyr de la Sainte Eglise, prisonnier du Sacré-Cœur, repose-toi sur Moi et J’adoucirai ta peine. L’auguste vieillard verse des larmes de bonheur.
Mon fils bien-aimé, reprend le Sauveur, sèche tes larmes. Depuis longtemps tu portes la croix, mais bientôt, je te rendrai tous tes droits ravis et ta liberté ! Rien ne rompra le lien qui nous unit. L’enfer a voulu te faire plier mais, je t’ai soutenu et tu ne te courberas pas.

La Sainte Vierge passe au cou de l’auguste vieillard une belle petite croix.

Toute ma peine, dit-elle, c’est de voir l’Eglise submergée sous l’iniquité dans tous les pays. Elle souffre de plus en plus. Quand viendra la délivrance, entre toutes les nations, je distingue la France. Je l’aime et c’est de la France que sa vie dépend ».

///////////////////////////////////////////////////////

1877-11-29 :

La Sainte Vierge annonce :
« J’ai prié ; j’ai pleuré ; j’ai souffert... Je suis descendue sur la terre pour les avertir. J’ai promis le salut si l’on faisait pénitence...
J’ai annoncé au clergé de fatales perditions ; j’ai fait entendre pour lui mes menaces, s’il faiblissait dans l’orage et la tempête. J’ai pleuré sur la France. J’y ai tracé le chemin de la Croix. J’ai ouvert des fontaines pour laver les malades. J’ai consolé mon peuple, lui promettant de le sauvegarder. Tout cela n’a pas touché le coupable. Il est resté dans le crime ; son châtiment est proche... »

///////////////////////////////////////////////////////

1877-12-08 :

« À Rome la tempête sera la plus noire. L’orage de Rome sera encore pire que l’orage de France. Toute la colère de l’impie est à Rome. Toute la colère de l’impie est concentrée sur le Saint Siège. Les châtiments commenceront par Paris ».

///////////////////////////////////////////////////////

1879-01-23 :

« Notre Dame :
- Ce n’est que par la douce offrande de toutes les prières, les larmes, les douleurs, les croix de Mes pauvres enfants que je prolonge encore le répit, que je retiens le coup fatal contre les pécheurs. J’offre à mon Fils les sacrifices de Ses Ministres, leurs prières et leurs croix. Je serai avec vous ».

///////////////////////////////////////////////////////

1879-07-10 :

« Notre-Seigneur dit : Mes enfants, quand je regarde sur terre vos demeures mortelles, mes yeux se mouillent de larmes. Désormais mon heure n’est plus loin. Ma miséricorde est si large, pour mes amis véritables, que je ne peux vous en exprimer la grandeur ; mais aussi ma Justice est si effrayante que, si je vous en développais une étincelle, je vous causerais une douleur inguérissable. Mes enfants, ne vous effrayez pas. Désormais je ne puis plus attendre. Plus je fais pour mon peuple, plus il m’offense et me fait souffrir. Jamais il n’y aura de paix, d’union, de charité et de bonheur, tant que ma Justice ne sera pas venue sur la terre. Tout est méprisé partout : mon amour, ma bonté, ma Croix, mon Tabernacle.
Mon peuple semble rentrer dans l’incrédulité... Ce qui déchire mon divin Cœur, c’est la guerre que l’on déclare au saint temple dans lequel je fais ma résidence pour consoler et fortifier les âmes. Mes enfants, ce n’est pas seulement une guerre, c’est un acharnement épouvantable. L’esprit de la plupart des hommes est gâté, corrompu jusqu’à la dernière fibre.
- C’est bien vrai, mon Jésus.
- La religion, chaque jour, s’affaiblit. Bientôt elle sera désertée presque par toute la terre ; mais elle régnera dans des âmes isolées, poursuivies, frappées cruellement et sans pitié.
Bientôt, dans de grands endroits de cette terre des morts, il n’y aura plus de Sanctuaires. Les apôtres auront pris la fuite. Les âmes saintes pleureront sur les ruines et les abandons. La route qui s’ouvre va conduire là, en peu de temps... Voyez combien on m’insulte et combien on m’offense.
- C’est bien vrai, mon Jésus.
- Oh ! bientôt, terre de ma création, oh ! bientôt combien contiendras-tu de victimes sans vie ! Bientôt, terre de ma création, tu auras une parure frémissante : le sang des apôtres et des Chrétiens restés dans la foi !
Je vois la main de Notre-Seigneur levée et entourée d’un large éclair foudroyant. Cet éclair est si ardent qu’il faut, chaque jour, nous y attendre et nous y préparer.
Notre-Seigneur continue : " J’ai assez attendu ; j’ai assez invité ; j’ai assez supplié. Les ingrats ont eu leur triomphe ; il est temps que le juste entre dans la joie. Je n’ai plus qu’une parole, pour vous dire de n’être point surpris, jusqu’au jour où je viendrai vous proclamer : entrez maintenant dans la paix de la terre qui est venue pour vous du ciel... N’attendez rien des hommes ici-bas - je dis rien de bien - mais attendez tout en mal. Ils n’ont plus que cette force, que ce pouvoir. Les pécheurs de la terre n’ont plus qu’un désir: se repaître du mal, se nourrir de tous les sacrilèges. L’odeur de leur haleine est infecte... ».

///////////////////////////////////////////////////////

1879-09-29 :

« Il y a une loi à laquelle on veut en venir... Les ministres de Dieu seront poursuivis. Ils seront dévalisés, dépourvus de tout ce qui leur est absolument nécessaire... Viendra le temps où on les forcera de se vêtir comme l’homme ordinaire pour échapper à l’infernale cruauté de leurs ennemis.

Ces ennemis veulent que l’église soit le théâtre de danses infernales. Voilà ce à quoi ils visent, et cela sera, trop malheureusement, surtout dans ces villes où la Foi est dégénérée. Il y aura même des prêtres qui n’auront pas le courage de défendre la religion. C’est pour Dieu, la peine la plus déchirante... C’est la célébration des Mystères de la Sainte Religion qui fait enrager le plus ces ennemis... Ils offriront de l’argent à ceux qui quitteront l’Église... »

///////////////////////////////////////////////////////

1880-01-07 :

« Le projet des ennemis de l’Église serait de faire s’élever un grand bruit de ces voix qui sortent des instruments qui parlent (Médias et Internet), maniés par les hommes qui seront au pouvoir de l’Enfer ! »
Chose étonnante lorsque l’on sait que la première fréquence-radio fut précisément 666 !...

///////////////////////////////////////////////////////

1880-04-26 :

Les prodiges de la Croix :
« Je vois, dans le soleil, qu’un prodige éclatant est réservé pour notre France, au plus fort du déluge infernal, pendant que la terreur déchirera ce qui fait le bonheur du chrétien (La Sainte Eucharistie). Ce prodige se fera par la puissance de la Croix. Au moment où l’enfer se déchaînera, en ce moment et au milieu de notre patrie, il s’élèvera en face des ennemis, devant l’armée de Satan, une Croix de bois très simple, portant attaché le Fils de Dieu. Je vois que la première part de cette Croix miraculeuse prendra une forme ronde avec les bras égaux. Au-dessus, un calice d’où s’échapperont quelques gouttes de sang qui la rendront vermeille. A ce moment, les justes, noyés dans l’amertume, entendront les paroles qui se chantent avant l’élévation de l’Hostie entre les mains du prêtre : Saint, Saint, Saint est le Dieu des armées. Ces paroles seront entendues d’une multitude de justes. Ce touchant spectacle aura pour but de ramener les âmes au Seigneur. La seconde part formera la Croix telle que nous la connaissons dans sa forme entière. Elle portera le Divin Crucifié tourné vers la terre.

La troisième partie miraculeuse est réservée pour le temps où le Saint Sacrifice de l’autel sera suspendu. Alors le Saint Tabernacle sera désert. Si les ministres du Seigneur, dans la détresse et les angoisses, demandent à cette troisième parcelle un lieu de protection pour célébrer les augustes mystères, une lumière sera dans l’âme des prêtres pour les conduire à un lieu de protection. Je vois que cet effet merveilleux gagnera quelques âmes au Seigneur, mais en nombre bien faible. Les âmes, dans leur plus grande partie, s’irriteront devant ce fait de grâce, qui montre que le Seigneur les poursuit. […] Je vois que la charité et la délicatesse ne sont pas complètes. L’ennemi jette son grain maudit : la jalousie. Cela déplaît grandement au Seigneur, et retarde de grandes choses. La vertu vraie s’enferme dans l’étui de l’humilité. La vertu parfaite doit toujours conserver sa douceur et toujours s’excuser ce qui paraît faute du côté de nos frères ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-05-04 :

Dans l’extase du 4 mai 1880, nous trouvons un exemple de la Présence constante de Jésus auprès de Ses Justes, de ceux qui souffrent persécution pour Son Royaume de justice, et le rappel de la valeur fondamentale pour l’Église du Saint Sacrifice de la Messe, du Crucifix, du Précieux Sang comme Bouclier et comme Arme contre les forces du Mal, des cinq Plaies comme " mémoire de l’infinité de la faute, lavée dans l’infinité de la douleur, par l’infinité de l’amour. " On y voit aussi la vigilance des Saints Anges et leur amour du Saint Sacrement.

« Pendant la douleur qui fera fuir les habitants de la Ville éternelle, plusieurs ministres du Seigneur, désirant mourir pour la Foi, se réfugieront dans un Temple qui ne touche pas le sanctuaire du Vatican, mais qui en est le plus rapproché et à sa droite. (Église du Transtevere ?) Sous leurs yeux demeurera un Crucifix de moyenne grandeur.

Des cinq Plaies du Crucifix jailliront, à la fois, cinq flots de sang. Ce Sang jaillira si fort que deux Anges, dont la forme ne sera pas vue, le recueilleront dans deux calices qui seront vus, entourés d’une auréole.

Je vois aussi que les chaînes de Saint Pierre seront portées invisiblement et miraculeusement, au Christ qui laissera jaillir Son Sang. Ce miracle se fera pour toucher les cœurs impies, et desserrer un moment les liens du Père Commun des fidèles, qui sera sous les coups de ces cœurs sans pitié.

Les deux calices, où le Sang du Sauveur aura été recueilli, seront déposés, par les Anges, sur le grand Autel où le Saint-Père célèbre chaque jour le Saint Sacrifice. Personne ne pourra gravir les marches de cet Autel.

À une heure de la nuit, heure de l’Agonie au jardin des Olives, le Père des fidèles, pieds nus et accompagnés d’apôtres qui l’aiment et qui sont aimés de lui, par privilège, montera à l’Autel où se trouvent les deux calices.

Il ne pourra gravir ces marches, sans verser un torrent de larmes et sans être saisi d’un infini respect. Cet Autel sera le sien, comme Il fut celui de Pie IX...

Il verra, écrit dans le Sang du calice de gauche :

"Courage, très Auguste Pontife, le sang des Français, qui sont aussi tes enfants, vient s’offrir jusqu’à la mort pour ta défense".

Je vois le saint Pontife boire une goutte de Sang, de l’autre calice, de celui où il n’y a rien d’écrit.

Ce Sang le rendra conforme à son Sauveur mourant en Croix ».

///////////////////////////////////////////////////////

1880-06-28 :

« En ces années, dit Satan, je ferai beaucoup de révélations. Il sera impossible de démasquer mon langage. J’imiterai trop bien toutes les paroles du Christ et Ses révélations. En chargeant ces âmes, je veux perdre beaucoup de prêtres pieux, les égarer profondément dans toutes ces choses. Je veux en perdre aussi beaucoup qui ne sont pas prêtres. Si je ne parviens pas à perdre ces âmes, je perdrai au moins leur réputation ; je les ferai charger de lourdes calomnies ; je les ferai dénoncer jusque devant les conseils des lois humaines ».

///////////////////////////////////////////////////////

1880-11-04 :

« L'Église, dans un soupir voilé, vient faire retentir aux portes de mon âme brisée l'écho de sa voix mourante. Le pontife suprême lance une parole agonisante vers son peuple, vers les enfants dont il est le père. C'est un glaive pour mon âme. (...) Je vois tout cela dans mon Soleil mystique. Oh ! Que je souffre ! »

///////////////////////////////////////////////////////

1881-01-11 :

« L'Église n'aura plus sa voix, qui, aujourd'hui encore, parle bien haut. Le lien de la Foi boira bientôt dans l'exil l'amertume d'un long et douloureux martyre. Son cœur saisi d'angoisse ne vivra, pour ainsi dire, plus dans sa personne; il offrira tout pour ses enfants, pour son troupeau et pour son Église infaillible ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-01-11 :

« Le Lien de la Foi boira bientôt dans l’exil, l’amertume d’un long et douloureux martyre. Son cœur, saisi d’angoisse, ne vivra pour ainsi dire plus dans sa personne ; mais il offrira tout pour ses enfants, pour son troupeau et pour l’Église infaillible ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-01-18 :

« Dans Ma sagesse éternelle, J'ai le dessein de réserver la vie à un nombre immense de Juifs, car, au jour de Ma réjouissance, Je veux les confondre. L'œil impie de toutes ces âmes restera ouvert car Je veux qu'il voie Ma puissance... Je leur réserve de voir de leurs yeux l'astre radieux que Je ferai sortir du fond de l'exil (le Grand Monarque) sous un épouvantable orage de feu et sous les signes de Ma colère ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-01-25 :

« La pauvre Ville Éternelle sera livrée, pendant trois ans et demi, à une terreur continuelle ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-06-09 :

« Ma douleur la plus profonde, c’est de voir cette sorte de joie de cœurs chrétiens - qui ont été chrétiens, mais qui ont perdu la grâce - c’est de voir cette joie quand la puissance des hommes mortels va ordonner dans tout ce royaume, une religion affreuse, opposée à celle qui existe aujourd’hui et qui fait le bonheur de Mon peuple.

Je suis inconsolable. J’y vois courir, pour se soustraire à la mort et s’arracher aux supplices imposés, des multitudes de chrétiens. Je les vois embrasser cette religion d’un cœur joyeux, sans réflexion sur Moi, sur l’Église, sur leur Baptême et sur tout ce qui fait du bien à l’âme chrétienne... En manifestant ces signes à Mon peuple (les avertissements), je veux reprendre Mon peuple, avant de le punir, car Je l’aime... Du haut de Ma gloire, je vois entrer avec empressement dans cette religion coupable, sacrilège, infâme, en un mot semblable à celle de Mahomet... (Parce qu’elle nie la divinité de Jésus-Christ) j’y vois entrer des Évêques. En voyant ces Évêques, beaucoup, beaucoup, et à leur suite tout le troupeau, et sans hésitation se précipiter dans la damnation et l’enfer, Mon Cœur est blessé à mort, comme au temps de Ma Passion... Je vais devenir un objet d’horreur pour la plus grande partie de Mon peuple. Toute la jeunesse sera gâtée et bientôt tombera dans une putréfaction dont l’odeur sera insupportable... »

///////////////////////////////////////////////////////

1881-07-12 :

La Sainte Vierge Marie nous annonce :
« Mes enfants, la terre est à la veille de grands malheurs qui menacent mon peuple et l’Eglise entière… Après la fête dont l’Enfer aura répandu les jouissances et toutes les infâmes iniquités, il viendra le récit de terribles punitions. Celles-ci seront pour beaucoup de ceux qui, publiquement, auront fait retentir des chants obscènes, des appels aux malheurs et aux crimes de la révolution, des infamies contre l’Eglise, contre les prêtres et le clergé tout entier, contre les amis qui espèrent, avec tant de confiance, celui que le temps amène malgré ses prolongations. Désormais, le temps est étendu en mal, en crimes et en toutes sortes d’abominations. Jamais mon royaume ne sortira de là, sans plusieurs crises terribles, les deux dernières surtout où les armes retentiront partout, de leurs coups mortels. La première de ces crises sera l’ouverture du désordre, la clôture de l’Eglise, la suspension de toute sainte messe en France. Cette crise sera longue… Elle attirera un enchaînement infernal de maux, surtout en plusieurs villes de France, comme le Centre (Paris), Marseille, le Midi, Lyon et bien d’autres… Oh ! Quelle peine, mes enfants. Il y a quelques semaines, lors des belles Fête-Dieu, on a fermé les portes au Roi du ciel. Après demain, on ouvrira toutes les portes aux révolutionnaires. Toutes les rues seront remplies d’abominables cris. L’esprit change ; la foi s’affaiblit. Aujourd’hui, on ne veut pas reconnaître les puissances du Ciel ; on ne veut plus admettre l’autorité de mon Fils. …Mes enfants, mon Fils réclame sa demeure au milieu des mortels. Il veut que, jusqu’à la fin du monde, la terre atteste des merveilles de grâce (de la Fraudais) jusqu’au bout de l’Univers, avant que le monde soit consommé par le jugement dernier ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-07-21 :

« L’Église va souffrir des persécutions telles que l’enfer n’en aura jamais inventé de plus cruelles.

Bientôt, dans de grands endroits de cette terre des morts, il n’y aura plus de sanctuaires. Les apôtres auront pris la fuite. Les âmes saintes pleureront sur les ruines et les abandons ; Voyez combien on M’insulte et combien on M’offense... Il y aura un acharnement d’enfer contre la dévotion au Sacré-Cœur.

Il y aura un livre de la "seconde célébration" écrit par ces esprits infâmes qui M’ont de nouveau crucifié et qui attendent le règne d’un nouveau Messie pour les rendre heureux. Beaucoup de saints prêtres refuseront ce livre scellé des paroles de l’abîme ; malheureusement, il y en aura qui l’accepteront, et il en sera fait usage. Des Évêques trahiront. Ils donneront leur force et leur vie au gouvernement fatal.

Aujourd’hui, Moi, Dieu Créateur, Je perds toute l’autorité de Mes Puissances. Aujourd’hui, Je suis le plus méprisé et considéré comme le plus incapable des hommes.

En peu de temps, sur la terre menacée et qui n’est plus solide, car les blasphèmes l’ont ébranlée, les iniquités et les crimes l’ont comme séparée lambeau par lambeau ; en peu de temps sur la terre française, Je ne serai plus reconnu ; Ma dignité adorable sera profanée. On Me fera plus qu’on ne M’a fait au jour de la Passion ; on ne M’avait donné qu’un manteau écarlate. Avant que le siècle soit fini, longtemps avant, on M’aura couvert de toutes sortes d’injures.

La religion que J’ai établie, l’Évangile que J’ai prêché, tout cela, on le déchirera sous une forme épouvantable, à faire frémir, et l’on jettera toutes ces choses infâmes sur Mes épaules et sur tout Mon Corps Adorable. On changera Mes souffrances et Mes plaintes de Ma Passion, en des écrits qui feront trembler le cœur des justes et leurs cimes se fendront de douleur, comme la montagne, le jour de Mon Crucifiement. Avant que l’année qui porte un chiffre de consolation à Mon Peuple français, avant que cette époque soit sonnée, les saints sacrifices des autels auront pris une forme infernale.

Dans les rues, dans les villes, dans les campagnes et dans toutes les bourgades, le poison infect de ces maudits ouvrages va se répandre avec une immensité et une rapidité plus ardente que la marche du soleil, du lever au coucher ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-10-25 :

« Le démon criait à Saint Michel :
- J’attaquerai l’Église, je renverserai l’Église, je dominerai le peuple, je déposerai dans le cœur un grand affaiblissement de la Foi. Il y aura un grand reniement. Je deviendrai, pour un temps, le maître de toutes choses, j’aurais tout sous mon empire !

Ce même jour, Saint Michel nous prévenait du danger et nous assurait de son secours :
- Il n’y a jamais eu d’époque pareille. Il faut s’attendre et se préparer pour n’être pas surpris... Tous les démons vont se rassembler. Beaucoup sous la forme de l’homme ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-01-01 :

« Notre-Seigneur me dit encore que le martyre du deuxième Lien de la Foi serait encore plus pénible que celui du premier ; qu’il aurait les pieds et les mains fixés à la large pierre du mur du Vatican et qu’il resterait pendant cinq jours fixé à ce mur, rassasié d’insultes, les deux jambes coupées par les deux genoux, les deux bras coupés, non par la jointure du coude, mais par le milieu du bras près du poignet ;que sa poitrine serait ouverte avec une férocité que les animaux n’ont pas dans leur rage la plus envenimée ; que la tête du troisième Lien de la Foi serait placée au bout d’une barrière de fer et plantée à la porte de la grande Basilique de Saint Pierre et insultée, comme jamais temple n’a vu insulte pareille ; que son corps sera jeté à la rivière qui passe un peu au dessus du Vatican et qu’il sera retrouvé sain et sauf au pied d’une pierre du fleuve qui se trouve à droite en marchant vers le midi de cette terre au dessus du Vatican ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-02-02 :

« Mes enfants, je vous demande de ne jamais fouler aux pieds la Croix, de ne pas suivre l’exemple d’une foule immense qui va préférer damner son âme pour sauver son corps... Votre refus adoucira vos bourreaux ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-03-23 :

« La Flamme du Saint-Esprit dit :
- La religion d'aujourd'hui sera changée en ses études et ses institutions. Vont lui succéder d'abominables lois et des paroles si mortelles que les cœurs en seront corrompus, la vertu étreinte et le bon peuple effacé. Toute la population va souffrir et le bon peuple chrétien anéanti, comme s'il n'écoutait plus. Les ennemis vont triompher et tout leur sera accordé. On va les préférer au meilleur peuple, c'est-à-dire à ceux qui sont du côté de Dieu qui, lui pourtant, est le côté de la victoire".

La Flamme dit encore :
- En plusieurs terres, Satan sera publiquement invoqué, le vrai Dieu insulté. On évoquera, en plein public, Satan, le Maître des Puissances, le grand chef qui détournera les lois de leur bonne route, en une marche effroyable. L'heure vient où tous les clergés seront atteints et serrés de manière terrible.
Les ennemis ne vont rien écouter, mais continuer, de jour en jour, à produire leurs ignobles lois et ces travaux qui conduisent au jour qui vient... Lentement, à cause des prières qui ont été faites et qui sont encore faites par les bons chrétiens.
Les hommes de bien, défenseurs de Dieu, vont, cette fois, être écrasés dans leurs combats, comme le grain de poussière sous le pied du passant. Désormais, il ne faut plus s'attendre à gagner quoi que ce soit pour la défense du bien.
En beaucoup d'endroits de France, les ennemis, quoique unis dans le même parti et après ces accords terribles qui nous conduiront à l'abîme, les ennemis se battront entre eux.
Amis de Dieu, dit la Flamme, n'attendez aucune consolation... Chaque jour ne fera progresser que le mal, à un point où sa victoire couvrira la terre dans toute son étendue. Retrempez votre foi dans le souvenir de la Passion du Sauveur.

Les puissances ennemies auront le courage de proférer d'horribles discours contre le Seigneur. Ils pousseront "l'audace" jusqu'à dire ouvertement :
"Si l'Eglise triomphe et échappe des fureurs de l'époque, nous sommes prêts à jurer qu'il y a un Dieu et des puissances au-dessous de nous".
D'autres discours au sujet de Satan vont circuler sur les papiers que le monde parcourt de ses yeux mortels. La réalité de ces paroles arrivera vite au cœur du peuple de Dieu.
Pleurons et gémissons, ajoute la Flamme, le temps où tout annonce les pleurs est venu. Leurs lois ouvrent le corridor qui conduit au grand théâtre de la Révolution.

Les ennemis vont trouver le moyen -tous les moyens- pour exiler les troupes qu'on appelle gardiens de la paix. Ceux-ci seront réduits en plusieurs lieux, avec défense de circuler et d'entrer dans les villes où ils sont encore aujourd'hui, et où ils se sont dépensés longtemps. Ce sera le dernier moyen de laisser tout livrer, en liberté, au terrible pillage. Ce mot liberté va se crier dans toute la France, comme il l'a été, mais plus puissamment.
Priez ! Encore un effort ! Cet effort n'arrêtera pas la grande décision. Si celle-ci n'est pas arrivée déjà, c'est le Seigneur qu'il faut remercier et non ces malheureux. Cet effort de prière apaisera la justice de Dieu, l'empêchera de peser sur les justes qui s'échapperont au travers des combats de la guerre civile.
Cette guerre civile sera terrible, surtout au centre, dans le midi, et dans ce grand lieu, duquel Dieu se tient près, aujourd'hui, et dont le nom représente la force. Les puissants de la terre auront entre eux des disputes infernales : leur voix réclamera d'un coté, réclamera de l'autre. Ils ne s'entendront plus et Satan sera au milieu, avec ses signes visibles ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-03-29 :

« J’ai renouvelé bien des fois, dit le Seigneur, le secret de l’humble fille de la montagne. Ma sainte Mère portait l’instrument de ma Passion... Elle répétait : Les plantes chrétiennes seront si clairsemées que la terre ressemblera plutôt à un désert qu’à une terre habitée par des Chrétiens, qui sont si nombreux pourtant... »

« Il y aura si peu de monde resté dans ces contrées qu’un grand nombre d’églises ne seront plus occupées, même par une seule âme. Ce sera selon les contrées et selon les progrès de l’iniquité ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-04-20 :

« Cette loi infâme sortira avec un grand nombre d’autres. Personne ne pourra s’y soustraire, ou bien la mort au fond des prisons. Cette loi marchera sur tout ce qui est le plus sacré ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-05-04 :

« Dans toutes les maisons religieuses qui n'auront pas encore été livrées à la cruauté des hommes de la loi, avant qu'elles ne soient entièrement dévastées et vidées, on viendra les visiter et se rendre compte de tout, jusque dans les coins les plus reculés. Il n'y aura plus, dans toutes ces pauvres maisons, aucune sécurité chez soi.
Après six ou neuf semaines, à peine, de ce régime de fouilles apparentes, le crime s'accomplira sur les petites maisons comme sur les grandes. Il n'y aura plus de maisons religieuses en France : chacune sera sous le toit du firmament... »

///////////////////////////////////////////////////////

1882-05-04 :

Sur un fond général de confusion et de désordre, se détachent des "époques", qui sont comme les degrés d’une progression. C’est d’abord comme un orage qui gronde, puis éclate pour se terminer sur un " grand coup " qui ramène la paix.

Le Seigneur annonce deux époques :

- La première époque, c’est l’étendue des maux sur la Fille aînée de l’Église, la France.

- La seconde, c'est l'Eglise envahie, et le commencement de la lutte terrible dans la Ville Eternelle. Cette lutte, dans la Ville Eternelle, languira cinq mois sans que les conséquences, tristes jusqu'à la mort, ne s'aggravent...

Seigneur, dit la voix plaintive, ne tardez pas à avertir votre peuple, car la nuit sombre et triste vient rapidement à son époque :
- Je n'ai tardé en rien, répond le Seigneur... ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-05-09 :

« Les trois crises.


Première crise :

Dans le soleil la voix dit :
- Il y a quelque temps, le seigneur a marqué trois mois de fatals et terribles châtiments. Il abrégera beaucoup...
Le prochain commencement de la mortelle crise révolutionnaire - elle parle comme cela, la voix - ce commencement durera quatre semaines, ni un jour de plus, ni un jour de moins ; mais l'étendue en sera immense. Le nombre de ceux appelés meurtriers du peuple, sera d'une immensité inconcevable...
Lors de cette heure terrible, les étrangers, dont le désir est rempli d'une violence qui ne se possède pas, les étrangers seront maîtres en France. Dès la nouvelle du fatal évènement, leurs oreilles ne seront pas sourdes.
Pendant cette lutte première, en toute l'étendue de la France, il y aura liberté pour tout. Il n'y aura plus de captifs retenus pour crimes. La liberté sera en toute son étendue.
Un repos fort court suivra cette grande entrée dans le mal qui sera complet, surtout au Centre et dans les environs.

Deuxième crise :

La voix dit :
- La seconde et violente crise commencera. La France sera envahie jusqu'au diocèse qui commence la Bretagne. La voix ajoute : Le vôtre.

La Deuxième crise mettra le comble à toute chose et, du peuple, n'échappera que celui qui trouvera un refuge obscur.

A cette époque seconde, les hommes du pouvoir, après avoir livré le royaume au sang, s'assembleront dans un lieu de paix et formeront des projets définitifs et décisifs. Ils chercheront un sauveur pour le placer sur le trône de France.

Beaucoup de ces grands commandants du royaume se retireront dans un coin de la terre de France volée.... La voix dit : L'Alsace et la Lorraine. Retirés là, dans le secret, ils disposeront leur roi, celui qui est contre les desseins de la Providence. Ils décideront réellement, et rien ne pourra les en détourner de faire monter le coupable sur un trône qui ne lui appartiendra jamais.

Dans le soleil, la voix dit :
- La seconde époque dépassera un mois. Elle ira, sans repos ni arrêt de respiration, jusqu'au 37e ou 45e jour. Cette époque deuxième achèvera tout. Il n'y aura de sauvé que ce que Dieu a promis de protéger les endroits décrits par sa parole et gardés par sa gratuite bonté.
A mesure qu'elle s'étendra en France, la persécution recevra beaucoup d'aide de la part des puissances qui l'environnent, de tous ceux qui ressemblent à ceux qui, en France, livrent tout, sans pitié, au feu et au sang.

Troisième crise :
Pour la longueur de la Troisième époque, la voix dit qu'elle n'est pas dans ce passage-ci du soleil... ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-05-16 :

« Le Saint Siège suivra de près le renversement de la France ».
« L’ennemi de Dieu traversera la Perse et les autres royaumes et montera pour un an, sur le malheureux siège de celui qui fera trancher la tête des apôtres et qui fera un martyr de celui qui soutient l’Église et la Foi.
La voix dit que l’Église restera vacante de longs mois. Elle ajoute : le troisième Pape sera plus saint, mais ne régnera que trois ans avant que Dieu ne l’appelle pour la récompense ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-06-06 :

« (Au cours de la première moitié de la troisième année) Les serviteurs les plus proches du Pape oseront souiller leur dignité par des articles honteux et se faire, pour la sauvegarde de leur vie, meurtriers et bourreaux du Pauvre Martyr, dont la vue des maux soulevés sur Rome éteint les forces et abrègent d’avantage le martyre.
Depuis trois semaines ses souffrances redoublent : maintenant il entrevoit et il ressent le coup définitivement porté à l’Église, à sa personne et à la terre qu’il habite. Il ne verra pas la fin de la persécution ; celui qui le remplacera ne la verra pas non plus ; le troisième vivra longtemps, mais il sera difficile à trouver au milieu de tant de décombres ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-06-22 :

« Ce sont ces Saintes Communions d’aujourd’hui qui, dans un avenir prochain, quand il n’y aura plus de Pain Sacré, plus de Corps adorable pour soutenir les forces défaillantes, ce sont ces très Saintes Communions d’aujourd’hui qui donneront à Mes chères âmes la force et le courage d’affronter, dans la charité, le péril et le danger ; mais elles ne périront pas. Cette Manne Sacrée les élèvera au-dessus du péril, et les tiendra suspendues au-dessus du danger.

Elles accompliront, ces chères âmes, des actes de dévouement, même pour ceux qui ont été leurs épines. Ces épines auront été Mes épines, celles qui perceront Mon Cœur et Le percent déjà. Il n’y a, âmes fidèles et bénies, que vos approches qui puissent en guérir les piqûres, par la Sainte Communion, et en soulager les douleurs ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-07-20 :

L’heure d’annoncer :

« Au jour décidé pour que mes écritures soient envoyées à tous mes serviteurs et à mes victimes, pour leur indiquer mon heure et l'heure du miracle, à cet appel, rien ne les retiendra.

Je protégerai et garderai ceux qui seront obligés d'attendre un peu de temps avant de trouver refuge sous l'arbre divin de la Croix (les croix d’amour).

L'heure sera envoyée à toute la famille de la Croix dont le destin est d'être protégée. Cette heure viendra avant que les voies de la terre soient fermées (nous ne pourrons plus circuler), avant que l'ennemi ne soit embarqué sur l'étendue de la France entière pour la conquérir et la faire périr.

Je vais donner à mes chers serviteurs et victimes la réelle description de la croix qu'ils devront porter. Ils vivront comme les missionnaires de ma parole divine, les Pères de la Croix...

Je désire que mes serviteurs, servantes et jusqu'aux petits enfants puissent aussi se revêtir d'une croix. Cette croix sera plus petite et portera en son milieu comme l'apparence d'une petite flamme blanche. Cette flamme indiquera qu'ils sont fils et filles de la lumière.

Le mal inévitable s'avance. Bientôt la terre entière ne sera plus que sous la pluie des châtiments terribles de ma Justice. Le bien sera au tombeau et le mal élevé sur le sommet des montagnes pour attester son triomphe ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-08-22 :

« Mes enfants, avant même, peut-être que la première crise de la Fille aînée de l’Église ne soit commencée, il y aura des nouvelles douloureuses de ces peuples : Angleterre, Perse, Jérusalem. Tous auront subi de grands maux.

Mes enfants, je prévois qu’à la sortie de ce trouble, il y aura un nouveau règne pour la terre anglaise et un choix se fera, quand, soudain, la mort viendra frapper ceux qui ont en main le gouvernail de ce Royaume. Pour cette terre... il se fera bien du mal et elle sera divisée en quatre parties, car leurs volontés ne s’accorderont nullement... Le choix des Catholiques sera rejeté ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-08-25 :

« Avant que le châtiment de Mon Fils Adorable ne tombe sur la terre de France, il y aura beaucoup d’âmes qui perdront la Foi... Cette terre sera comme couverte de masses d’hommes coupables qui, du fond des loges, vont travailler à glorifier Satan, à lui élever des lieux de culte dans la plus grande partie de la France ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-09-29 :

« L'Église aura son siège vacant de longs mois... (...) Il y aura deux antipapes successifs qui régneront tout ce temps-là sur le Saint-Siège... »

///////////////////////////////////////////////////////

1882-10-12 :

« Les ennemis ont dessein de décréter le 29 juin une loi pour les prêtres et de les appeler en réunion pour leur imposer cette loi et les y soumettre. Ils devront jurer, main levée, foi et confiance aux lois de "leur divinité".

En plusieurs villes de France, se tiendront des réunions de pasteurs très nombreux, au sujet d’un appel fait par une loi impie et coupable.

Parmi ces nombreux apôtres de la France, je n’en compte que trois qui seront absolument dignes et qui se déclareront pour le côté que je préfère, pour le côté que je veux, malgré la grande opposition des hommes ».

« Dans le Midi, à Lyon, il y aura des représentations infâmes de la Messe, des profanations... À Lyon et dans d’autres endroits il y aura des apparitions sataniques ; il y aura des cultes de déesses infâmes, de faux miracles qui tromperont beaucoup de monde... Les évêchés, les monastères seront pillés... Les croix seront brisées... Des tabernacles profanés... Les enterrements religieux seront interdits… Les sacrements seront parodiés... Des baptêmes sacrilèges seront institués... Il y aura beaucoup d’âmes possédées qui feront grand bruit et feront des prophéties de bonheur... Les ennemis feront fouler au pied la croix... Profanations à Lourdes... On s’acharnera contre la dévotion au Sacré-Cœur...

La flamme du Saint-Esprit dit : " Mes enfants, vous lirez beaucoup de lettres, écrites par des prêtres de France, comme ne désapprouvant pas les lois du gouvernement. Le Lien de la Foi, à la vue empirante des mauvaises lumières, fera un appel de Foi au clergé français, comme s’il leur disait : " Prenez la Foi comme arme et bouclier ; avec elle, vous vaincrez tout ce qui s’oppose à la loi ecclésiastique.

Il y en a qui répondront à son appel, mais pas tous. Beaucoup resteront sous la mauvaise emprise, et les vrais prêtres seront en nombre très petit.

Mes enfants, le Seigneur qui voit une perte innombrable d’âmes chrétiennes, fait en ce moment, tous ses efforts pour montrer le péril et la gravité des temps qui s’appuieront sur la pierre révolutionnaire.
Et la Flamme ajoute : "Révolution rouge" ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-11-07 :

« La foudre gronde autour du Vicaire de Jésus-Christ.

Une assemblée de pères de l'Eglise formera ses conseils contre le Père de l'Univers. Il sera remis, aux mains du gouverneur dont dépend le Saint-Père, une pièce écrite et travaillée par des mains qui, bien des fois, auront touché le corps du Christ.

Cette pièce écrite comprendra trois choses :

La première sera celle-ci :

Que le Pape laisse une liberté plus grande à ceux sur qui il règne avec son autorité de Pontife.

Et voici la seconde :

Nous nous sommes réunis, diront-ils, et nous avons été d'avis que si le chef mortel de l'Eglise fait appel à son clergé romain pour reformer la foi plus forte ; si l'on veut nous obliger à répondre, si l'on déclare, à la face des puissances de la terre, qu'il doit y avoir obéissance et soumission, nous déclarons vouloir garder notre liberté.
Nous nous considérons comme libres de ne rien faire de plus aux yeux du peuple, que ce que nous faisons actuellement et que c’est nous qui ferons tout.

Une douleur amère et déchirante attend le Pape, devant l'insoumission et la désobéissance qui répondront à l'appel de son cœur. Ce ne sera pas de vive voix qu'il aura fait cet appel, mais par écrit.

La voix de la Flamme déclare que la troisième chose écrite fera frémir le petit peuple de la terre. Elle proviendra du clergé qui aspire à la large liberté : du clergé de France, de ceux d'Italie, de Belgique et de bien d'autres nations que Dieu fera Connaitre. Ceci ira s'aggravant devant le peuple qui pourra s'assurer du signe de sa colère.

Un appel prochain va jeter la consternation dans les cœurs où règne encore la foi. On veut briser l’Unité entre le Saint-Père et les prêtres de l'Univers, les séparer du Chef de l'Eglise, afin que chacun demeure libre de soi, et sans aucune surveillance.

En plusieurs coins du Centre, une feuille de papier sera fixée sur les murs des rues et au bord des grandes routes sur lesquelles le peuple circule. Cette affiche ne portera mention que de cette désunion et de cette séparation des apôtres de Dieu d'avec l'unité avec le Pape.

Ensuite, le peuple sera invité à prêter concours et accord à l'autorité si coupable de ce temps ».

///////////////////////////////////////////////////////

1883-09-21 :

La mission de souffrance de Marie-Julie :

« Pour toi, ma fille, il y a encore trois croix différentes sur lesquelles il va falloir t'étendre et souffrir douloureusement, mais peu de temps sur chacune.

La première, c'est celle de la sainte Eglise Catholique : c'est sur celle-là d'abord qu'il va falloir s'étendre. Il va te falloir souffrir douloureusement pour elle, avant que tu ne fermes les yeux sur la terre.

La seconde croix est celle de la fermeture du royaume de la Sainte Vierge, en conséquence des grands maux qui vont, prochainement, monter leur éclat. Il va falloir souffrir, en vue de cette heure chère au crime et au péché ; souffrir pour compenser la faiblesse de la foi ; souffrir un peu, aussi, pour les soldats du Seigneur qui iront, sous ses yeux divins, conquérir la couronne du royaume.

La troisième croix, c'est celle qui porte en elle le riche et magnifique bouquet qui sera présenté au Sauveur de ce royaume, quand il entrera sur cette terre du Centre (Paris) si souillé et si coupable. Sur cette même croix je vais te donner le chemin marqué, par où tu reviendras remercier tes amis fidèles, après les courses et les combats...

Ma fille, voilà la place où, du haut des frontières célestes, tu verras les départs des nobles soldats de la croix ; d'où tu verras entrer, sur le sol de France, celui qui vient apporter paix et joie à mon peuple ; d'où tu verras le Sanctuaire du Seigneur et ses fidèles ouvriers, en place, pour noter et contempler les œuvres du Seigneur et celles de sa sainte Mère et de ses anges ».

///////////////////////////////////////////////////////

1884-01-01 :

« J’ai envoyé Ma Mère, on n’a pas cru à Sa parole. J’ai fait entendre Ma voix, Me choisissant des victimes sur lesquelles J’ai opéré des merveilles. On les a méprisées et persécutées. Je vais Me livrer è Ma colère. Je vais rappeler à Moi Mes paratonnerres ».

///////////////////////////////////////////////////////

1884-01-04 :

« Lorsque mon peuple est tombé dans l’indifférence, J’ai commencé à le menacer. Aujourd’hui, il mérite Ma justice. Je suis venu sur la terre ; ils veulent Me chasser, M’enlever Mon Saint Tabernacle, renverser Ma Croix et méconnaître Ma Puissance.
- Ô Seigneur, dit Marie-Julie, ayez pitié !
- Oui, J’aurai pitié du bon peuple, mais l’autre, Je l’engloutirai. La terre s’entrouvrira et il disparaîtra pour toujours ».

///////////////////////////////////////////////////////

1884-10-27 :

« Ma fille, offre cette très douce communion pour réparer les outrages faits à mon Fils.

Oh ! Dit-elle, que le ciel est offensé par ceux qui immolent la sainte victime ! Chaque jour, mon divin Fils en reçoit de si nombreux crucifiements que, si les âmes qui ont la foi les connaissaient, elles ne s'en consoleraient jamais, jamais ! Oh ! Quel malheur pour l'âme de tant de prêtres ! Ca fait frémir.

Sous peu, ma fille, il n'y aura plus que quelques prêtres qui obéiront à la voix lumineuse qui commande à tous sur la terre, en tant que Chef de la très sainte Eglise…

Mon vouloir divin est qu'en bien peu de temps l'Eglise romaine connaisse la forme de sa SEPULTURE ; mais elle ressuscitera. L'Eglise sera un sépulcre, un tombeau de silence et d'abandon.

Préparez-vous, amis fidèles, à assister aux funérailles de la France. Préparez-vous à assister aux funérailles de l'Eglise, aux funérailles du Calvaire.

- Assez, Seigneur !

- Préparez-vous à assister aux funérailles du Siège du Centre qui tremble, bâti sur l'abîme.

- Préparez-vous à assister aux funérailles de celui qui est le soutien de toute l'Eglise, de celui qui a, en son pouvoir, toutes les lumières par son autorité de Saint-Père.

- Assez, Seigneur, assez !

- Mon peuple, je ne fais que prévenir. L'Apôtre de l'Eglise franchira le chemin de l'exil, poursuivi par la haine et la vengeance de ceux qui ont mis à mort le royaume de France. Ils tremperont leurs mains dans le sang de ces victimes qui m'immolent chaque matin.

Heureux ceux qui auront la foi et assez de fermeté pour plutôt mourir que de perdre leur baptême ».

///////////////////////////////////////////////////////

1895-07-02 :

Saint Michel dit :
«Mes bien-aimés fidèles, courage ! Encore un peu de temps et vous verrez tout l’enfer se déchaîner pour tout renverser. Vous verrez des choses abominables, des violations épouvantables. La malice des hommes va encore grandir en fureur et en méchanceté. La fille aînée de l’Eglise sera divisée, partagée, déshonorée, souillée de crimes… C’est mon dernier mot… »

Et la voix vibrante de l’extatique saisi les assistants :

« Mes bien-aimés enfants, consolez-vous à l’heure du désespoir terrible, sous le coup de la Justice, la fille aînée de l’Église verra se lever pour elle ceux qui ont été ses sincères amis. Elle sera sauvée et chantera le Te Deum d’actions de grâce ».

///////////////////////////////////////////////////////

1896-09-19 :

« Rappelez-vous mes graves paroles sur la montagne de la Salette. Le prêtre n’est plus humble et n’est plus respectueux... ».

///////////////////////////////////////////////////////

1898-05-19 :

« Le grand Coup de la main de Dieu ne sera pas de longue durée, mais il sera si terrible que beaucoup en mourront de peur. C’est après ce grand Coup qu’arrivera le triomphe de l’Église et de la France.
D’abord paraîtra celui que la France prendra pour son sauveur : mais ce ne sera pas le vrai Sauveur : celui qui est choisi et envoyé par Dieu et qui sera des lys »

///////////////////////////////////////////////////////

1901-09-19 :

« Quand la terre aura été purifiée, de beaux jours reviendront et le Sauveur choisi par Nous, inconnu de Mes enfants jusqu’ici, viendra. C’est une âme bien belle, c’est une fleur spéciale de vertu, et le Cœur adorable de Mon Fils commence à lui préparer ses nobles dignités. Il viendra au nom du Sacré-Cœur, avec la poitrine décorée de l’adorable Cœur de Jésus. Mes enfants, à bientôt La grâce du ciel sera avec lui et toutes les ruines seront relevées ».

///////////////////////////////////////////////////////

1901-09-29 :

« J’ai encore à mes yeux, dit la Sainte Vierge, la trace des larmes que j’ai répandues à pareil jour, en voulant apporter à mes enfants la bonne nouvelle, s’ils se convertissaient, mais la triste nouvelle s’ils persistaient dans leur iniquité. On a fait peu de cas de ce que j’ai révélé...
Mes enfants, quand je me rappelle, depuis le jour où, sur la sainte montagne, j’ai apporté mes avertissements à la terre menacée... quand je me rappelle la dureté avec laquelle on a reçu mes paroles... pas tous, mais beaucoup Et ceux qui auraient dû les faire passer dans le cœur de mes enfants, avec une confiance immense et une pénétration profonde, ils n’en ont pas fait cas. Ils les ont méprisées et, pour la plus grande part, ont refusé leur confiance.
Eh bien ! je vous assure que toutes ces promesses, mes secrets intimes, vont se réaliser. Il faut qu’ils passent visiblement... Quand je vois ce qui attend la terre, mes larmes coulent encore...
Quand la terre aura été purifiée, par les châtiments, de ses crimes et de tous les vices dont elle est revêtue, de beaux jours reviendront avec le Sauveur choisi par nous, inconnu de nos enfants jusqu’ici ».

///////////////////////////////////////////////////////

1904-08-04 :

« Dernièrement j’ai bien souffert. Quand de saints Pasteurs prêtres ont voulu que les dernières lignes de mes secrets, sur la montagne des douleurs, soient connues de tout mon peuple, d’autres pasteurs se sont révoltés. J’ai eu la douleur de voir remisées, sous scellés, ces dernières pages qui auraient dû être livrées au monde... C’est parce qu’il y est grandement question des pasteurs et du sacerdoce qu’on s’est révolté, et qu’on a replié les dernières pages de ce secret divin. Comment voulez-vous que les châtiments ne tombent pas sur la terre ? On va jusqu’à envelopper mes dernières paroles sur la sainte montagne, et à les faire disparaître... jusqu’à faire souffrir ceux qui se sont dévoués pour cette sainte cause, avec la joie de me glorifier dans cette solennelle prédiction. C’est parce que ces dernières lignes sont toutes au sujet du sacerdoce - et c’est moi-même qui les ai prononcées et révélées - et que je montre comment on sert mon Fils dans les saints ordres et comment on vit son sacerdoce... »

///////////////////////////////////////////////////////

1905-08-15 :

« Ce sera dans cette troisième crise que viendra le salut. Là, sortira du centre de son Sacré-Cœur, le salut ou, pour mieux dire, celui qui est destiné à apporter la paix. Avec son couronnement tous les maux finiront. Mes enfants, il descend de la branche de Saint-Louis mais cette Sodome coupable ne le possède pas ».

///////////////////////////////////////////////////////

1906-07-19 :

« La communion spirituelle produit dans l’âme de grands fruits...
Mes enfants, il y a des âmes qui ont gagné dix mille fois plus de mérites que par la communion sacramentelle, soit à cause de l’absence de prêtres, soit qu’elles aient été repoussées par l’autorité.

Profanation des croix et des temples, mais ces derniers seront conservés ; profanation du Saint-Sacrement. Le démon veut tout détruire. Il ne veut pas laisser pierre sur pierre, mais il ne le pourra pas. Nos temples seront gardés...

Des enfants n’ayant pas encore l’âge de raison insultent Dieu avant de Le connaître et le blasphèment.

Au moment de la persécution, ils seront Mes plus cruels ennemis, dit Jésus. Ils parcourront les rues en portant ces sentences : "Mort au Christ !", "Mort aux chrétiens !".

Bientôt vous verrez Satan et les suppôts de Satan parcourant la terre. Ils veulent anéantir jusqu’au Nom de Jésus, ils veulent tout faire disparaître. On va briser les croix même là où repose la poussière des chrétiens et on fera subir à cet arbre divin les insultes les plus grossières et les plus raffinées... Mon Cœur est comme réduit en miettes et dans une mare de sang. Je souffre des douleurs plus cuisantes que celles de Ma première Passion.

Ce temps qui vient n’aura jamais eu son égal sur la terre. Le Ciel s’entrouvrira et laissera voir les traits de Ma Justice irritée... Un grand nombre apostasiera, Je n’aurai plus qu’une petite poignée d’âmes.

Même dans les âmes chrétiennes, la charité diminue…

Aujourd’hui, les parents en grand nombre élèvent l’âme et le corps de leurs enfants pour les supplices éternels ».

///////////////////////////////////////////////////////
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum