Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Marie-Julie Jahenny - Evénements Annoncés pour la France - Extases de 1880 à 1941

Aller en bas

Marie-Julie Jahenny - Evénements Annoncés pour la France - Extases de 1880 à 1941

Message par Her le Lun 26 Sep - 14:04

EVENEMENTS ANNONCES POUR LA FRANCE
- Extases de 1880 à 1941 -

(Extraits d’extases de Marie-Julie Jahenny)

(Mise-à-jour du 27-11-2011)

///////////////////////////////////////////////////////

1880-01-01 :

« L'étranger entrera en France avec toute son armée. Il y fera une longueur d'espace mesurée par moi. Je les arrêterai et, dans cet arrêt, je susciterai le Sauveur du reste de mes enfants. Il traversera l'Est et semblera sortir du fond du Nord. Je le conduirai jusqu'au Midi et, de là, je le ramènerai... non pas sur le trône d'aujourd'hui, car il n'y aura plus de trône, même pas de base pour en fonder un autre.
Ce sera dans cette troisième crise que viendra le salut. Là sortira, de mon Sacré-Cœur... celui qui est destiné à apporter la paix. Avec son couronnement tous les maux finiront. Il descend de la branche de Saint Louis mais cette Sodome coupable ne le possède pas ».

///////////////////////////////////////////////////////

1880-01-01 :

« Les châtiments commenceront par Paris. Châtiments pour les villes du midi. Quelle boucherie! Dans la France il sera versé plus de sang qu'à Rome. Ce ne sera pas long ».

///////////////////////////////////////////////////////

1880-06-08 :

Concernant l’Isle-Bouchard :
« Je vois une église de France, un sanctuaire de la protection de Marie, en tirant sur la Bretagne. Il est petit, mais riche intérieurement. Il porte dans son intérieur la Mère des Douleurs et un Ange qui présente un lys. Sur l’emplacement de la vision d’amour fleurira un lys, dans une saison où son temps de floraison est à peu près passé ».

///////////////////////////////////////////////////////

1880-08-05 :

« Il y aura de graves maladies que l’art humain ne pourra soulager. Ce mal attaquera d’abord le cœur, puis l’esprit et, en même temps, la langue.
Ce sera horrible. La chaleur qui l’accompagnera sera un feu dévorant, si fort que les parties atteintes du corps en seront d’une rougeur insupportable. Au bout de sept jours, ce mal, semé comme le grain dans un champ, lèvera partout rapidement et fera d’immenses progrès.
Mes enfants, voici le seul remède qui pourra vous sauver :
Vous connaissez les feuilles des épines qui poussent dans presque toutes les haies (l’aubépine) Les feuilles de cette épine pourront arrêter les progrès de cette maladie.
Vous ramasserez les feuilles, non pas le bois. Même sèches, elles garderont leur efficacité. Vous les mettrez dans l’eau bouillante et les y laisserez pendant 14 minutes, couvrant le récipient afin que la vapeur y reste. Dès l’attaque du mal, il faudra se servir de ce remède trois fois par jour.
Mes enfants, cette maladie sera très grave en Bretagne. La pensée de Dieu y sera moins grande... Le mal produira un soulèvement continuel du cœur, des vomissements. Si le remède est pris trop tard, les parties atteintes deviendront noires, et dans le noir, il y aura des sillons tirant sur le jaune pâle ».

///////////////////////////////////////////////////////

1880-08-30 :

« " Je vois qu’au moment où le Seigneur monté au Ciel, prit possession de son Royaume Éternel, à ce moment, l’enfer devint le Royaume de l’Ennemi. Le Seigneur s’empara de son royaume terrestre et dit : " Je suis établi Roi Éternel. "
Satan, furieux, cherche quelque détour pour étendre malicieusement sa puissance. Il demande un partage.
Le Seigneur lui dit : " Tu Me seras soumis, tu ne feras que ce que te permettra la Loi Éternelle...
Je te laisse le pouvoir de tenter tous les hommes, de les faire souffrir jusqu’à une certaine mesure, mais Je serai présent... Au commencement, tu ne feras pas beaucoup de prodiges ; ils te serviront à faire le mal.
Je te laisse permission de tenter Mon peuple, mais Je ne te permettrai jamais de prendre la forme divine, ni celle de figures véritables. "
Satan dit : " Je transformerai tout en outil de travail contre Vous, je mettrai la révolte, la guerre, la division partout. Je renverserai le temple de Vos prières ; j’y établirai des idoles qu’on adorera. J’y briserai tout. "
Jésus dit : " J’écraserai sous la foudre du Ciel, tous ceux qui te seront donnés pour l’enfer. Je rétablirai Mon peuple ; Je le préserverai des fléaux ; Je relèverai les ruines. Je te précipiterai dans l’abîme, mais seulement après que tu auras usé des pouvoirs que Je te laisse pour le moment... Pendant les ténèbres, il y aura beaucoup de conversions ; beaucoup d’égarés reviendront à Moi par le repentir ».

///////////////////////////////////////////////////////

1880-09-20 : « Au moment où la rage des impies s’arrêtera pour un court répit, il arrivera une grande maladie, presque subitement. Ce châtiment laissera les victimes comme étant sans vie ; ils respireront encore sans pouvoir parler, la chair à vif comme après une profonde brûlure. Ce mal sera très contagieux et on ne pourra l’arrêter. C’est une punition du Seigneur afin d’en ramener plusieurs ».

///////////////////////////////////////////////////////

1880-09-29 :

« Pillage et Carnage – Cruelles Péripéties

Saint Michel dit :

"L'heure du combat va sonner. Je serai du côté des justes. Je marcherai avec eux, sous l'étendard du Sacré-Cœur. Nous nous rencontrerons avec l'étendard de l'enfer. Lequel des deux triomphera ?
Le nôtre tombera à terre. Nous le tiendrons tout de même. Celui de l'enfer ne bronchera pas. Il restera levé quand le nôtre sera prosterné.
Après que l'étendard de l'enfer aura triomphé quelques mois, l'étendard du Seigneur se relèvera à son tour pour triompher aussi, mais... Il retombera encore.
Dans cette seconde chute, l'effet sera si grand que la plus grande partie du peuple vivra, comme autrefois, sans prêtre, sans messe, sans réception du Corps adorable.
- Oh ! Saint Archange c'est tout de même terrible !
- J'affirme qu'il n'y aura jamais eu d'époque pareille. Jamais n'aura existé un temps si cruel... Il faut s'y attendre et se préparer pour ne pas être surpris.
Tous les démons vont se rassembler : il y en a beaucoup sous la forme de l'homme... Il leur faut, pour se rassasier, la chair des ministres du Seigneur, la chair des chrétiens et le sang des veines où la foi est florissante.
- Saint Michel, vous ne laisserez pas faire cela ?
- C'est le Seigneur qui m'envoie et me charge de tous ces avertissements. Je suis obligé d'obéir.
- Moi aussi, j'aimerais mieux ne pas ouïr cela mais, comme vous, je veux obéir" ».

///////////////////////////////////////////////////////

1880-11-30 :

« Les foudres du ciel se succéderont avec une violence rapide. Le feu du ciel parcourra la terre sur une largeur effroyable : cette foudre vengeresse brûlera toute pointe qui produit du fruit. Les terres cultivées seront ravagées par la puissance de ce feu ; les prairies seront brûlées et réduites à une terre complètement dépouillée. Les fruits ne paraîtront point ; toutes les branches d’arbres seront sèches jusqu’au tronc. Enfants de la Bretagne, vous userez, pour conserver vos récoltes, de ce que la bonté de mon Fils vous a révélé : c’est le seul moyen de sauver votre nourriture.
Mes enfants, pendant trois jours le ciel sera en feu, sillonné de frayeur par la colère divine. Ce qui m’attriste, c’est que cette colère n’arrêtera pas la force de l’enfer. On ne craint ni mon Fils ni l’enfer. Il faut que ce temps passe. Le péril de la France est inscrit au ciel par la puissance éternelle. Je ne peux plus intercéder ; je ne suis plus qu’une mère sans puissance.
Pendant plusieurs années, la terre ne produira rien. La France sera malheureuse, même après son triomphe. Pendant deux ou trois ans, elle se ressentira de ces ruines et de ces misères profondes. La misère sera grande, bien que mon peuple soit éclairci. La prière ramènera la bénédiction. Mon Fils et moi, nous aurons pitié de cette longue pénitence.
Mes enfants, priez pour l’Église ; priez pour tous ses ministres priez pour le Pape, car on attentera à ses jours. Ce lieu aussi sera criblé de vengeance, et le mal y fera des sans mesure, malgré la foi d’une grande partie de mon peuple. Le mal, que j’entrevois si proche, laisse à mon cœur une blessure qui durera toujours: une perte d’âmes considérable, la foi ruinée, le baptême souillé. Toutes ces lâchetés, que je vois, changeront en mauvais chrétiens beaucoup de mes enfants. La France périra - pas toute, mais beaucoup périront – Elle sera sauvée avec un nombre bien petit... O France, on apportera, jusque dans tes lieux, la poussière de l’étranger. Tu ne pourras renvoyer ces étrangers... Tu fus si noble, ta *noblesse sera perdue. J’ai vu tout passer sur terre. Jamais - je vous le dis avec un cœur de mère - jamais je n’ai eu sous les yeux l’attente de pareils crimes, de pareils malheurs : violations, sacrilèges, attentats. C’est dès aujourd’hui que je vois toutes ces peines. Oh ! priez, mes enfants ! Je m’arrête sur ces douleurs.
Reposez-vous, mes enfants ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-03-08 : « La terre tremblera depuis ce lieu jusqu’au lever du soleil, l’espace de six jours. Un jour de repos et le huitième jour, le tremblement recommencera. La France et l’Angleterre se répondront par leurs cris de désespoir. La terre tremblera si fort que le peuple en sera jeté à 300 pas. Le tonnerre retentira avec plus d’éclat que dans les mois qui précéderont la fin du monde, avec un bruit étrange ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-03-24 :

« La Bretagne sera protégée par la Sainte Vierge, mais selon la mesure de la Foi.

Notre-Seigneur la fit gardienne de notre Bretagne et elle obtint de Son Fils une large protection en tout temps ; mais le Seigneur poursuit ceux qui ont mis de côté la Foi, pour suivre les mouvements du temps présent...

Cinq fois, la Bretagne sera traversée et retraversée par ceux qui portent partout le désordre...

Dans le Nord de la Bretagne, il y aura un peu plus à souffrir. Là le mal sera proportionné : il y restera une lisière où chacun aura permission de marcher sur ses terres...

Sainte Anne protégera la région d’Auray, il y aura des punitions pour les rebelles, mais les justes ont la destination d’être protégés...

La région du Mont Saint Michel sera relativement protégée.

La Vendée sera protégée, sauf sur les frontières, au midi... Mais nombre de Vendéens verseront leur sang, car ils ont conservé leur Foi.

Nantes aura moins à souffrir. Le diocèse sera comparativement protégé, mais nulle grâce pour les impies et les mauvaises familles !...

D’autres malheurs à partir de Nantes vers le Sud. Pontchâteau sera épargné à cause du Père de Montfort... La Fraudais, le jardin de Marie sera protégé...

Le couchant, (l’Ouest), depuis la chapelle de Lourdes jusqu’au Nord sera épargné, sauf Bordeaux (conflit armé).

Toulouse sera épargnée à cause de Sainte Germaine de Pibrac, mais elle n’est pas au bout de ses peines. Mende et Rodez seront épargnées.

Saint Martin de Tours protégera surtout ceux qui le prieront.

À Lourdes, il y aura une protection pour les justes, mais je punirai le peuple ingrat qui donnera à boire aux animaux l’eau de la source que j’ai fait jaillir. Là, le peuple sera bien malheureux. On le fera souffrir, parce que je suis apparue en ce lieu. Les animaux des profanateurs perdront la vie.

Il y a du mauvais monde partout, et Dieu connaît le fond de tous les cœurs. " " Chaque endroit est désigné par le Doigt de Mon Fils, sur la page d’un livre caché sous Sa tunique divine. Sa Miséricorde serait prête à se laisser toucher, mais si peu d’âmes prient, un si grand nombre l’outrage ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-06-09 :

La Vierge Marie, apparue à Pontmain le 17 janvier 1881, manifestation reconnue par l’Eglise, révéla dix ans plus tard à Marie-Julie Jahenny, qu’elle s’y manifesterait de nouveau pour annoncer les guerres de la France :
« Je reviendrai à Pontmain comme la première fois pour annoncer les guerres de la France. L’invasion de armées Russo-Arabes viendra jusque là pour fondre sur la Bretagne. Je les arrêterai encore par un signe qui se manifestera dans les airs. Ce signe jettera à terre miraculeusement ces armées internationales à la Croix des 3 provinces, face à une petite armée d’une soixantaine d’hommes.
Je reviendrai à La Salette au moment où un roi mauvais placé, mais pour peu de temps, sur le trône de France. Ce roi est un descendant de la branche d’Orléans.
Je retournerai à Lourdes. Je punirai le peuple ingrat qui donne à boire aux animaux l’eau de la source que j’ai fait jaillir. Là, le peuple sera bien malheureux. On le fera souffrir parce que je suis apparue en ce lieu. Les animaux perdront la vie, et tous ceux qui seront au service des impies profanateurs ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-09-20 :

« Ce sera la " Troisième époque ", celle du grand Coup, celle du retour à l’ordre qui ne sera pas sans souffrances. L’ensemble de ces phases devrait s’étaler sur deux à trois années. Les pertes humaines seront très importantes. Il y aura divers avertissements du Ciel pendant ces épreuves, pour ouvrir les yeux des moins endurcis. (Signes dans le Ciel, ténèbres de quelques heures, miracles...) Mais ce n’est qu’après ces semonces que le Grand Châtiment universel des trois jours de ténèbres mettra un terme aux hostilités.., faute de combattants !

Mon peuple, demande pour le Centre (Paris), grâce et miséricorde. L’enveloppe de la mort est préparée ; il n’y a point de cercueil pour enfermer les restes du peuple malheureux.

En bien peu de temps, il ne restera guère de peuple. Les hommes seront si clairs qu’il faudra des lieues pour rencontrer une seule âme, surtout dans le midi, dans les grandes villes, dans le Centre. Il n’y aura plus guère que quelques âmes cachées sous terre qui auront pu échapper. La terre sera désolée, empoisonnée de cadavres, toute remplie du sang des chrétiens.

Un Miserere, Mon peuple, pour le Centre, pour le Midi, pour Lyon, Toulouse. Un Miserere pour les soldats, les enfants restés sur la terre d’exil entre la vie et la mort. Pour Mes prêtres, Mes serviteurs et Mes servantes ; un De profundis pour les pauvres âmes qui expirent là, sans prêtres, sans Sacrements. Voilà ce que Dieu vous demande pour ses chères âmes qu’Il a rachetées de Son Sang !... ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-10-05 :

« Il y aura des épidémies sur le Midi, Valence, Lyon, Bordeaux, tout ce qui suit cette terre en venant vers le Centre (Paris). Très peu de monde pourra en réchapper. Les cadavres auront répandu une odeur infecte qui donne la mort.
Je saurai protéger tous les miens. J’ai fait placer l’échelle qui conduit de la terre à Mon Cœur, route préparée pour les temps malheureux. Le temps ne sera pas bien long, mais il sera terrible dans les trois reprises différentes ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-04-20 :

« Les militaires seront éloignés de France, (dans l’Est et les terres arabes) et les forces de l’ordre seront réduites. C’est pendant cette période troublée, que seront promulguées des lois infâmes, visant entre autres à établir une mainmise du pouvoir sur la religion, asservissant le clergé au pouvoir révolutionnaire, persécutant toute opposition, coupant tout lien hiérarchique avec Rome. Des révolutionnaires instaureront la mise en place d’un pouvoir totalitaire avec son régime de justice expéditive des opposants, de surveillance, de dénonciations, etc. ceci sur fond de disette du fait des récoltes insuffisantes et des calamités. (Tremblements de terre, épidémies sur les hommes et les animaux). Des pluies torrentielles entraînant de grands retards dans les cultures seront un des signes précurseurs de cette révolution. " " J’avertirai Mes amis par des signes de la nature. Je les préviendrai. " " La guerre civile et les épidémies feront beaucoup de victimes surtout dans les grandes villes. " " Les ennemis se battront entre eux ! "
" Cette loi infâme sortira avec un grand nombre d’autres. Personne ne pourra s’y soustraire... ou bien la mort au fond des prisons... Cette loi marchera sur tout ce qui est le plus sacré ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-05-04 :

Sur un fond général de confusion et de désordre, se détachent des "époques", qui sont comme les degrés d’une progression. C’est d’abord comme un orage qui gronde, puis éclate pour se terminer sur un " grand coup " qui ramène la paix.

Le Seigneur annonce :

- La première époque, c’est l’étendue des maux sur la Fille aînée de l’Église, la France.

- La seconde, c'est l'Eglise envahie, et le commencement de la lutte terrible dans la Ville Eternelle. Cette lutte, dans la Ville Eternelle, languira cinq mois sans que les conséquences, tristes jusqu'à la mort, ne s'aggravent...

Seigneur, dit la voix plaintive, ne tardez pas à avertir votre peuple, car la nuit sombre et triste vient rapidement à son époque :
- Je n'ai tardé en rien, répond le Seigneur... ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-05-09 :

« Dans les années qui suivent la révélation de Notre-Dame à Marie-Julie Jahenny sur l’invasion russo-arabe, la Vierge Marie va lui apporter de nouvelles précisions concernant tout particulièrement la situation de la France à cet égard :
- Le commencement (de la grande révolution universelle) sortira d’abord de la France : c’est elle qui, la première, marchera à l’abîme et à la résurrection. Le peuple français n’aura même plus son regret d’avoir livré son pays à l’emprise barbare”.
- À mesure qu’elle s’étendra en France, la persécution recevra beaucoup d’aide de la part des puissances qui l’environnent, de tous ceux qui ressemblent à ceux qui, en France, livrent tout, sans pitié, au feu et au sang ».

« Le grand réveil de l’époque assoupie ne va pas tarder à lancer son premier éclat, le commencement d’une marche victorieuse qui mettra à mort le peuple de celle qui n’a plus d’espoir de se relever, sinon le jour où celui qui est appelé son Sauveur, mettra le pied sur le Trône assigné par le Ciel. La grande révolution universelle, le commencement en sortira d’abord en France ; c’est elle qui, la première, marchera à l’abîme et aussi à la résurrection ».

« Première crise en France. Il y a quelque temps, le Seigneur a marqué trois mois de fatals et terribles châtiments. Il abrégera beaucoup. Le prochain commencement de la mortelle crise révolutionnaire durera quatre semaines, mais l’étendue en sera immense. Le nombre de ceux appelés "meurtriers du peuple" sera d’une immensité inconcevable.

Lors de cette heure terrible, les étrangers, dont le désir est rempli d’une violence qui ne se possède pas, seront maîtres en France. Dès la nouvelle du fatal événement, leurs oreilles ne seront pas sourdes !

Pendant cette lutte première, en toute l’étendue de la France, il y aura liberté pour tout. Il n’y aura plus de captifs retenus pour crimes ».

« Un repos fort court suivra cette grande entrée dans le mal qui sera complet, surtout au Centre (Paris) et dans les environs... Le 24 mai, il se passera entre les hommes qui se disent vainqueurs et élevés en science, un éclat qui ébranlera cette Grande Ville où le sang a tant de fois rougi le pavé et ce branle ne s’apaisera pas... Tu sais que le nombre 14 a été choisi par Moi... »

///////////////////////////////////////////////////////

1882-05-16 :

« Le Saint-Siège suivra de près le renversement de la France ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-06-15 :

« Le Cœur Sacré de Jésus laisse échapper des rayons si multipliés que leur nombre dépasse celui des étoiles du firmament.

Le Seigneur dit : " Mes enfants, il y a autant de rayons que d’âmes inscrites dans mon Cœur divin et appelées à y trouver un refuge, à l’heure où vont retentir sur terre les coups des grands maux. L’heure n’est pas éloignée où mon peuple va pousser un nouveau cri de détresse. Ce sera l’ouverture première de profonds engloutissements du bien, et qui doit ensuite marcher vers une ruine épouvantable que le ciel et la terre n’auront jamais vue passer.

L’orage va éclater sur la France où j’ai voulu manifester les prodiges de mon divin Cœur et dévoiler ses secrets. Mes enfants, c’est la France qui, la première, sera meurtrie, déchirée, persécutée.

Quand je manifestais ce divin soleil à la bienheureuse Marguerite-Marie, je laissais tomber de mes lèvres cette parole. La terre qui t’a vue naître, et qui te verra expirer, sera terriblement menacée, depuis l’époque de 80 à 83 surtout. Je laissais entendre à mon humble servante, que la troisième serait bien douloureuse. Il n’y aurait que des glaives, que des apostasies et des violations dans cidres des personnes qui me sont consacrées, les unes par le sacerdoce, les autres par la vie religieuse…

Les mauvais Chrétiens ne se contenteront pas de se perdre. Ils chercheront à surprendre les âmes ; ils tendront, par tous les moyens, à les faire pécher contre tout ce qui est du devoir du Chrétien... Mes enfants, l’Église n’a pas bien des années à rester sans la douleur d’aujourd’hui augmente, mais bien des fois plus terrible. En cette douleur, il n’y aura ni borne, ni arrêt. Je garde l’Église à l’abri, jusqu’au jour où la terre devenue un désert et le monde une poussière, sur la terre désolée. Le Seigneur : " La France fait entrer parmi le sang et l’eau de sa blessure. Mes enfants, dit-il, elle est sortie avec joie de mon divin Cœur, elle n’y rentrera que parmi le sang et les pleurs ».

« Le divin Cœur dit encore. Sous peu, à l’époque marquée, il ne restera debout, en France, aucune maison religieuse ; pas un cloître n’échappera aux tyrans de l’époque. Il y aura une attitude de massacres, depuis le Centre (Paris) à Lyon, de Lyon sur le midi et jusqu‘aux bords de la Bretagne qui est encore catholique, mais plus comme autrefois. La génération de la foi se fait partout… En ces massacres, aux mois froids, la terre deviendra un déluge de sang, comme au temps de Noé elle devint un déluge d’eau. Tous ceux qui ne seront pas dans l’arche de mon Cœur périront, comme au temps du déluge ».

« Je lui disais encore : Moi-même, je choisirai ; je ferai nommer le véritable consolateur de mon peuple et de l’Église : celui qui reconstruira mes temples incendiés sous la violence d’une grande guerre civile, bien qu’elle ne sera pas longue. Je ne peux, dit-il, nommer autrement que guerre civile cette guerre à laquelle la France sera livrée. Mes enfants, combien l’âme de ma servante fut attristée de mes paroles si désolées ! Elle ne me répondit que par un soupir : " Seigneur, je prierai pour cette France, en la demeure où vous m’aurez introduite avec vous. " Mes enfants, aujourd’hui si peu d’âmes me demandent mon amour, si peu de cœurs me servent fidèlement. Jusque dans les cloîtres, je trouve indifférence, oubli et faiblesse. Je me plains amèrement. Si les bons chrétiens sont si lâches, que seront donc les coupables qui veulent tout détruire et renverser jusqu’à mon Règne Eternel ».

« Le Sacré-Cœur de Jésus dit encore : Il se lèvera soudain sur la France de grands fléaux et des calamités que rien ne pourra ni arrêter ni amoindrir.

Passeront, sur la France, une mortalité innombrable que jamais le monde n’aura vue et des maladies qui seront inconnues. C’est surtout au Centre que cette mortalité lancera son fléau. Elle viendra frapper jusque sur la paroisse qui est la vôtre, mes enfants ; mais ne craignez rien, mon Cœur sera une demeure pour vous protéger.
- Je me rappelle cela, divin Cœur de Jésus.
- Mes enfants, ceux qui me font la guerre depuis plus de 60 ans, guerre qui a redoublé depuis 11 ans, ne seront pas attaqués par le fléau de la mortalité. Je les attends d’une autre manière aussi courroucée...

Je préviens mon peuple qu’à la suite de ces nombreux fléaux en France, dont les premiers ne sont pas loin, et qui seront suivis de beaucoup d’autres, je vous préviens qu’un jour se trouvera - et il est marqué - où il y aura peu de soleil, peu d’étoiles ni de lumière pour faire un pas hors des demeures, refuges de mon peuple.

Le jour commencera à croître ; ce ne sera pas au fort de l’été, ni dans les jours les plus longs, courts encore. Ce ne sera pas à la fin d’une année, mais dans les premiers mois que je donnerai clairement mes avertissements...

Ce jour de ténèbres et d’éclairs, ce sera le premier que j’enverrai pour convertir les impies, et voir si un grand nombre reviendra à moi, avant le grand orage qui suivra de prés.

Ce jour, mes enfants, n’atteindra pas toute la France, mais une partie de la Bretagne en sera éprouvée. Le côté où trouve la terre de la Mère de ma Mère Immaculée ne sera obscurci par les ténèbres à venir, jusqu’à vous et, au-delà, sur le lever du soleil. Tout le reste sera dans l’effroi le plus terrible. Depuis la nuit jusqu’à la nuit, un jour entier, le tonnerre ne cessera de gronder ; le feu des éclairs fera beaucoup de mal, même dans les demeures fermées où l’on sera dans le péché...
Mes enfants, ce premier jour n’ôtera rien des trois autres marqués et décrits.

Ce jour particulier fut révélé à ma servante Catherine dans les apparitions de ma sainte Mère, sous le nom de Marie conçue sans péché. Ce jour se trouve noté dans cinq petits rouleaux bien fermés de la sœur Saint Pierre de Tours. Ce rouleau restera dans le secret, jusqu’au jour où une personne de Dieu portera sa main prédestinée sur ce que le monde aura ignoré, jusqu’aux habitants de ce cloître... »

///////////////////////////////////////////////////////

1882-07-20 :

L’heure d’annoncer :

« Au jour décidé pour que mes écritures soient envoyées à tous mes serviteurs et à mes victimes, pour leur indiquer mon heure et l'heure du miracle, à cet appel, rien ne les retiendra.

Je protégerai et garderai ceux qui seront obligés d'attendre un peu de temps avant de trouver refuge sous l'arbre divin de la Croix (les croix d’amour).

L'heure sera envoyée à toute la famille de la Croix dont le destin est d'être protégée. Cette heure viendra avant que les voies de la terre soient fermées (nous ne pourrons plus circuler), avant que l'ennemi ne soit embarqué sur l'étendue de la France entière pour la conquérir et la faire périr.

Je vais donner à mes chers serviteurs et victimes la réelle description de la croix qu'ils devront porter. Ils vivront comme les missionnaires de ma parole divine, les Pères de la Croix...

Je désire que mes serviteurs, servantes et jusqu'aux petits enfants puissent aussi se revêtir d'une croix. Cette croix sera plus petite et portera en son milieu comme l'apparence d'une petite flamme blanche. Cette flamme indiquera qu'ils sont fils et filles de la lumière.

Le mal inévitable s'avance. Bientôt la terre entière ne sera plus que sous la pluie des châtiments terribles de ma Justice. Le bien sera au tombeau et le mal élevé sur le sommet des montagnes pour attester son triomphe ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-09-28 :

La Sainte Vierge dit :

« Je laisserai mes pleurs apparents, tous les jours où je viendrai au milieu des Amis de la Croix. Mon front sera voilé jusqu'aux yeux ; mes vêtements seront noirs comme ceux d'une mère qui porte le deuil d'un royaume et, plus encore, comme ceux d'une mère qui porte le deuil de son pauvre peuple...

Je pleure sur la France qui va entrer dans le renversement et l'apostasie le plus affreuse... Je vois l'abomination sacrilège se placer sur l'autel ».

L'Archange saint Michel dit :

« Seigneur, jusqu'à quand me laissez-vous gémir au ciel, avant de me laisser descendre sur la terre ?

- Saint Archange, répond le Seigneur, toi, le prince des Amis de la Croix, attends que les autres aient signé la grande condamnation de la France, la signature qui va les conduire au péril et au règne de l'impiété dernière.

- Seigneur, vous ne devez pas aller loin avant d'agir car, en l'état du temps présent, la terre n'a plus que peu de pas à faire.

- Archange, dit le Seigneur, ils vont diviser le royaume en deux parties. Ceux qui sont nouvellement entrés vont résider au Centre ; l'autre partie sera donnée, comme commencement de la conquête, à celui dont le nom sortira bientôt pour être proclamé roi des Français ».

L'Archange dit :

« Amis de la Croix, ce sera après le retour de ces grands coupables dans le lieu où le ciel ne veut pas les punir : il les attend ailleurs pour mieux laisser voir l'affreux châtiment.

Lors de ce retour, ce sera encore pire en mal et en mauvaises paroles que dans tous les retours du passé. Ce sera lors de cette division que la France entrera dans les coupables desseins de ses ennemis par l'apostasie et de la violence complète. Ce seront jusqu'aux lois les plus faibles (les moins importantes ?) qui seront dénaturées.

Les ennemis de la France ne périront pas par le glaive de la terre, mais par l'épée que le ciel met aux mains des victorieux de la terre. L'armée que le Seigneur a choisie pour l'entrée glorieuse de la paix et de Henri V, cette armée sera invincible, quand toute la terre se rangerait à l'encontre de sa marche : elle l'affrontera et passera sans effort, fendant ces foules comme de la poussière. Cette armée invincible n'est pas voulue par les hommes mortels, elle est écrite de la main du ciel, établie et voulue par l'empire éternel dans l'étendue de sa glorieuse puissance ».

L'Archange dit :

« Frères et sœurs, nous sommes décidés... Nous aurons la tête des superbes ; nous leur réduirons la langue en poussière ; nous les renverserons sur cette terre de malédiction, où ils campent pour commettre des forfaits contre l'exilé de la France et contre les soldats français ».

Il dit encore :

« C'est moi qui ai choisi les quelques victimes qui, au combat de gloire, seront mêlées à nous, au ciel, à nous qui partirons avec vous, avec des anges, des rois, des docteurs, des apôtres et des reines.

Vous serez bien peu au-dessous de nous, avant d'arriver au Centre. C'est là que nous nous rejoindrons pour marcher du côté du levant. Nous serons mélangés. La force divine nous fera jouir ensemble d'une vie de jeunesse leste et vigoureuse, comme à la fleur de l'âge. Ce sera la jeunesse dans la joie ! »

« La seconde et violente crise commencera et ira jusqu’à 45 jours. La France sera envahie jusqu’au diocèse qui commence la Bretagne. La plus forte armée va tomber sur Orléans et envahir des espaces de terre que je ne peux limiter, dit Saint Michel. D’un seul élan, ils parviendront jusqu’aux alentours de la Grande Ville. (Paris) Ils n’y pénétreront qu’à la moitié de la crise ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-10-05 :

Avertissement :
« Mon peuple, mon peuple, mon peuple, tes yeux vont voir le commencement de l'heure épouvantable, quand le froment en herbe ne sera pas au troisième nœud de sa croissance (le froment est semé en février, le nœud 1 est situé en mars et le 3ème nœud en mai).

Au moment où mon peuple n'aura plus qu'à s'armer de foi et d'espérance, encore en la saison dure, pendant quatre heures - de midi à quatre heures en France - en des jours durs encore. Le soleil aura comme un voilement de deuil. Il sera obscurci, sans lumière.

Jamais personne sur la terre ne pourrait croire aux noirceurs de ces ténèbres. La terre n'aura plus rien. L'œil sera voilé, sans qu'il puisse apercevoir le moindre objet.

Mon peuple, ce sera le commencement des châtiments de Ma justice. C'est le soleil qui annoncera ces douleurs ; le ciel qui pleurera, sans pouvoir se consoler, parce que ce sera l'entrée du temps où les âmes se perdront, l'entrée, en un mot, de l'épouvantable malheur.

Mon peuple, cette obscurité, couvrira la Bretagne l'espace de quatre heures, mais il n'y aura pas de mal...
Petite frayeur simplement. Vous n'aurez pas peur !»

///////////////////////////////////////////////////////

1882-10-12 :

« Mes enfants, de la part de la Puissance Infinie, je vous révèle à haute voix que, sous peu, en Savoie, un vieillard, fils mortel d'Adam, se lèvera comme un flambeau de salut pour ces contrées.

Ce vieillard sera pauvre, vivant au milieu d'une campagne retirée du travail de chaque jour, saint et vénérable par sa foi et sa piété.

Il fera du bien à l'Exilé et à beaucoup d'hommes très haut placés. Du coté opposé, ce sera des cris épouvantables contre l'Exilé. Le dernier mot sera :

Il ne passera pas sur la terre de France, sans que les balles ne sifflent autour de ses armées et surtout à ses oreilles.

Mes enfants, ce sera au commencement de la grande crise. Le bien se fera par ce vieillard, appelé de dieu pour une mission peu longue, mais belle. Le peuple aura encore le temps de parcourir les lignes dictées par le Ciel sous la plume de ce vieillard ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-10-19 :

« " Le genre humain devra reconnaître qu’au-dessus de lui se trouve une Volonté qui fera tomber comme un château de cartes, les plans audacieux de son ambition. "
" Les apparitions fréquentes de Ma Bonne Mère sont l’œuvre de Ma Miséricorde. "
" Ma fille, maintenant Je vais faire passer à Mon vrai peuple, avant les grands jours sans repos, les principaux faits pour être publiés en France, dans ces lieux où se trouvent bons et mauvais. Je ne veux pas mêler ces annonces aux grands jours : il serait trop tard pour en prévenir Mon peuple " ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-11-16 :

« En la terre d’Amiens, la Mère de Dieu est sur le point de se fixer un nouveau séjour, pour y venir avec l’Enfant Jésus dans ses bras maternels, et prévenir le peuple, mélangé comme partout. Il y aura un signe dans le Ciel... La voix d’un petit enfant annoncera, par permission divine, les terribles malheurs qui attendent la Patrie ; Il l’annoncera très peu de temps avant que ces projets ne s’éveillent... Cet enfant parlera environ 27 minutes avec, dans la voix, des sanglots qui feront s’émouvoir jusqu’aux brins d’herbe. Cette annonce, terrible pour la France, sera universelle " ».

« II y aura de grands écroulements, surtout au Centre. Tous ces riches palais où sont produits les bénéfices de la nation, tout cela, le Seigneur va le détruire par un châtiment terrible, sous la forme d’un écroulement de terre. Tous ces hauts édifices, (Banques) qui sont une partie du pain de la France, s’écrouleront. Dieu va surprendre ceux qui travaillent sans penser à Lui, ni à Sa Puissance qui donne tout sur la terre ».

///////////////////////////////////////////////////////

1882-11-21 :

« L’armée des justes, des soldats de la Croix, mêlée à d’autres braves, traversera presque toute la France, sous le feu des signes de Dieu. Elle sortira de Bretagne pour se rendre jusqu’au fleuve où le Sauveur de la terre doit arriver avec sa propre armée (le Rhin). Ils se rejoindront tous ensemble, sous l’étoile de la victoire.
Ma fille, remarque bien cette parole : ce sera sous les signes du ciel semblables au sang des chrétiens. Au milieu de ces signes sanglants et effrayants, il y aura une blanche lumière qui surpassera la beauté de l’aurore. Cette blancheur fendra les sillons de sang et ira au-devant de vous, sur le bord du fleuve. Cette blancheur aura traversé ce sang le jour des souvenirs de la Passion de mon Fils.
- Oui, bonne Mère, un Vendredi.
- Mes enfants, dit la Sainte Vierge, pour que vous ne doutiez pas, je vous décris ce signe que Mon Fils vous manifestera à la chute du jour, une preuve véritable.., un signe blanc à l’Ouest de la France, environné d’un rideau de franges diamantées, énorme, l’espace de trois quarts d’heure. Vos demeures en seront éclairées comme par le soleil. Les rues seront aussi claires que dans le jour ordinaire.
" Au bout d’une demi-heure, une barre rouge se formera, vers l’ouest, en forme de branches ; et des gouttes de sang s’en échapperont.
" Cette barre rouge cernera la blancheur du signe et en envahira l’éclat de sa lumière (assaut du mal).
" Mes enfants, de l’ouest, ce signe remontera un peu ; puis, la barre rouge se dissipera, comme par la victoire de la blancheur (triomphe du Roi). Ce sera un samedi, entre 5 et 6 heures...
Après ces paroles, la Sainte Vierge tombe à genoux aux pieds du Père Éternel et voici les paroles du Père Céleste :
" Très digne Mère de Dieu, Mon Fils Éternel veut manifester le signe du Sauveur mortel (Le Roi) et tourner Sa Puissance du côté de l’étranger. Tous les yeux, en France pourront contempler cette faveur à son égard.
" Il sera, reprend la Sainte Vierge, comme un ornement au firmament, sous la forme d’une étoile carrée, portant en son milieu un sceptre et une couronne, que pourront bien distinguer tous les peuples de la terre.
" Et elle ajoute : Puisque mon Fils ne peut convaincre Son peuple du jour fortuné qui le surprendra au milieu de ses idées mauvaises et coupables, Il commencera par placer sous le firmament l’annonce des prédictions faites aux siècles passé et au siècle présent. Elle cite les secrets confiés à Sainte Marguerite-Marie, à Sœur Marie de Jésus-Crucifié, à Sœur Saint Pierre, à Marie Estelle et qui n’ont jamais été publiés " ».

///////////////////////////////////////////////////////

1883-09-06 :

« À la mort du Comte de Chambord, en 1883, il est dit :
- Il faudra rester où le Bon Dieu nous aura placé et beaucoup prier. La France n’ayant pas mérité celui qui devait la sauver, Dieu l’a enlevé de la terre ; C’est le premier châtiment ».

///////////////////////////////////////////////////////

1883-11-13 :

En extase, Marie-Julie avait eu la vision de la jeune arabe Mariam Baouardy (1846-1878), en religion Sœur Marie de Jésus crucifié, carmélite proclamée bienheureuse par Jean-Paul II le 13 novembre 1983, qui rapporta elle-même ces paroles du Christ : « Oui ! Je ferai Mes délices dans le sein de la France ; elle sera encore la reine de tous les royaumes. Mais avant, il faut que la passoire passe !... »
Ainsi voyait-elle le 16 juillet 1878, fête de Notre-Dame du Mont Carmel, le renouveau de la France affectueusement appelée “Rosier”, le Rosaire ayant été précisément donné en France par Marie... « O cher rosier, tu fais la joie de mon cœur ! Oh, qu’il sera beau le rosier !”

///////////////////////////////////////////////////////

1895-03-25 :

La Sainte Vierge dit :
« Mes chers enfants, mon cœur maternel est brisé de plus en plus ; mon royaume de France devient le centre de tous les abîmes du mal et, pour le sauver, que de victimes, que de sang répandu !...
Mon royaume, sous peu, sera divisé. Les enfants de la France vont devenir les enfants d’un autre royaume, malgré leur prétention de rester français ».

///////////////////////////////////////////////////////

1898-05-19 :

« Le grand Coup de la main de Dieu ne sera pas de longue durée, mais il sera si terrible que beaucoup en mourront de peur. C’est après ce grand Coup qu’arrivera le triomphe de l’Église et de la France.
D’abord paraîtra celui que la France prendra pour son sauveur : mais ce ne sera pas le vrai Sauveur : celui qui est choisi et envoyé par Dieu et qui sera des lys »

///////////////////////////////////////////////////////

1900-01-03 :

« La Sainte Vierge tendait les bras à la France en lui disant : "Souviens-toi des bienfaits de Mon Cœur et des prodiges de Mon Divin Fils. Tu t’es endormie dans l’iniquité sous le frein des lois où l’on veut chasser Mon Divin Fils et les belles vertus de Sa Sainte Mère.., O France, Ma Fille ! Je la réveillerai de son pénible sommeil et doucement Je la ressusciterai avec les prières, les souffrances, la foi et la confiance de Mes chers enfants. Avant le grand événement, elle semblera à jamais morte à tout sentiment Ce sera là, la lutte du ciel et de la terre. Elle sera courte, mais terrible et lugubre, et après, Mon bon peuple se réveillera et le Sauveur caché jus qu’ici sortira du Sacré Cœur, avec Sa fleur de lis et Son noble Cœur de Saint-Louis. En même temps, Je relèverai tous mes chers enfants élus pour le salut et le triomphe de la France. Priez, priez, priez Mes enfants, ne vous découragez pas. Parmi la colère, il y aura de belles merveilles" ».

///////////////////////////////////////////////////////

1922-11-26 :

« Le Sacré-Cœur annonce à Marie-Julie : " Mes petites âmes aimantes, Je l’avais fait belle cette terre que vous foulez... Je l’avais créée avec une grande ferveur et de nobles sentiments. Le règne du crime s’avance. J’ai tout permis, malheurs, tribulations, méchanceté des hommes... J’ai tout laissé au gré des consciences et à Mon tour... Je me lèverai terrible pour finir le règne qui éteint Mes lois saintes, le règne qui comble d’amertume Mes âmes justes, le règne qui Me fait tant de mal, en perdant tant d’âmes qui se précipitent dans l’éternel malheur... Je vous sauverai à travers le grand déluge de Ma Justice divine... J’ai tout laissé faire avant de Me lever, mais voilà que la mesure est pleine et que Mon heure approche...
II viendra le règne de Mon Sacré-Cœur... On ne Me demande pas assez cette grande merveille, surtout au pied du Saint Autel. Je voudrais que ce fût un cri retentissant, un cri de désir, un appel de Foi, pour finir le mal affreux qui perd tant d’âmes " ».

///////////////////////////////////////////////////////

1923-03-01 :

Notre Seigneur annonce :
« Ne vous découragez pas, je laisse faire l'ennemi de vos âmes, car il est à la dernière limite de son effort. Il sent qu'approche l'heure de la grande Justice. Je suis las de tant de péchés, de tant d'offenses. Je n'ai plus qu'à laisser sortir de ma bouche un souffle pour que la terre entière soit remuée jusque dans ses fondements.
Je m'effraie cependant de ce grand Coup annoncé depuis tant et tant d'années et qui n'est plus éloigné...
J’aime tant la France. Je me la suis choisie pour l'accomplissement de mes grands desseins ».

///////////////////////////////////////////////////////

1925-01-01 :

En 1880, Marie-Julie Jahenny entendit Notre-Dame dire au sujet de l’avortement : « O France, Je ne te demande qu’un seul acte de charité : épargne l’innocence au berceau. Laisse la vie aux anges de la terre, afin qu’il puissent attirer sur toi le commencement de la Miséricorde !»

///////////////////////////////////////////////////////

1982-08-25 :

« Mes enfants, avant même, peut-être que la première crise de la Fille aînée de l’Église ne soit commencée, il y aura des nouvelles douloureuses de ces peuples : Angleterre, Perse, Jérusalem. Tous auront subi de grands maux.

Mes enfants, je prévois qu’à la sortie de ce trouble, il y aura un nouveau règne pour la terre anglaise et un choix se fera, quand, soudain, la mort viendra frapper ceux qui ont en main le gouvernail de ce Royaume. Pour cette terre... il se fera bien du mal et elle sera divisée en quatre parties, car leurs volontés ne s’accorderont nullement... Le choix des Catholiques sera rejeté ».

L’Angleterre reviendra au Catholicisme, après les châtiments :
« Le pays qui aura été visité par son Roi (la France) ne pourra s’empêcher, à cause de sa charité, d’envoyer ses enfants au secours de ce peuple en péril (l’Angleterre). Le Dieu des armées saura les protéger. Ce royaume et la défense du Lien de l’Église seront les seuls endroits où il voudra bien prêter son secours ».

///////////////////////////////////////////////////////


Dernière édition par Hercule le Dim 27 Nov - 8:13, édité 2 fois
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

similitude avec les prophécies de Marie Mesmin

Message par Nona May le Mar 27 Sep - 20:24

Quelles similitudes entre les prophécies de Julie Jahenny et celles de Marie Mesmin.....(Vierge en pleurs de Bordeaux)

Nona May

Messages : 2
Date d'inscription : 05/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum