Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Marie-Julie Jahenny - Le Grand Monarque et Henri V de la Croix - Extases 1873 à 1881

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Marie-Julie Jahenny - Le Grand Monarque et Henri V de la Croix - Extases 1873 à 1881

Message par Her le Mer 7 Sep - 5:47

LE GRAND MONARQUE ET HENRI V DE LA CROIX
Extases de 1873 à 1881

(Extraits d’extases de Marie-Julie Jahenny)

(Mise-à-jour du 01-12-2011)

///////////////////////////////////////////////////////

Henri V de la Croix, Le Roi du Sacré-Cœur

Avant-propos :

Le Christ est le Roi de l’Univers et donc le Roi des rois et il est donc de droit absolument légitime Roi de France.

Comme Il délègue Ses pouvoirs spirituels au Pape, il délègue ses pouvoirs temporels au Roi de Son choix.

« Vois qu’à l’époque où Je sauverai Mon peuple, ce ne sera par aucune puissance des hommes. Mon Cœur divin sauvera seul ».

Le Roi qu’il donnera à la France ne sera que Son humble instrument, son fondé de pouvoir, conscient que tout pouvoir est donné " d’En-haut ". Par là, il réparera des siècles d’usurpation et de mépris insolent des droits absolus de Dieu sur Sa Création.

Jésus prévient les hommes trop curieux : il est inutile d’échafauder de subtiles généalogies à la recherche d’une légitimité selon les lois de la terre. Jésus seul connaît la profondeur du mystère de l’origine de l’Enfant du miracle. « En douter serait M’offenser ! »

Le mystère de ce Roi exilé et caché jusqu’au jour où il devra obéir aux ordres divins, et prendre en main les destinées de la France et aider au triomphe de l’Église et du Pape, est un mystère total et doit le rester.

Cette annonce prophétique de la restauration de la monarchie très chrétienne est maintes fois répétée tout au long de la vie de Marie-Julie. Car il s’agit d’une promesse divine : elle aura lieu, Dieu y engage Sa Parole, mais elle reste conditionnelle quant à l’époque de sa réalisation. C’est, en effet, par amour que le Sacré-Cœur donnera Son Roi. La relation entre un Roi catholique et son peuple doit être à l’image de celle qui unit le Christ à Son Eglise. II y faut beaucoup de charité vraie, de grâce, beaucoup d’aide du Ciel, beaucoup de prières, beaucoup de sacrifices.

Jésus se plaignit un jour de ce trop faible désir de la France du retour de son Roi. « Vous ne demandez pas assez La venue du Roi ! ». Ce reproche s’adresse aussi à nous.

En 1873, Marie-Julie du Crucifix annonçait un retour possible du Roi, si... on priait et si... la France faisait un effort de conversion.

Les conditions politiques étaient réunies. La place était libre pour le Comte de Chambord. Mais « la France n’a pas assez prié ! ».

Les monarchistes ont perdu leurs forces dans des querelles fratricides. Les forces obscures de l’anticléricalisme étaient déjà en pleine expansion. Bien sûr, ce fut la déception à La Fraudais, quand le Comte de Chambord renonça au trône, puis mourut en 1883, emportant avec lui tout espoir de restauration.

Malgré cela, Marie-Julie, reconnaissant que le Ciel n’avait pas donné de dates, et qu’il y avait des conditions, ne cessa pas de transmettre fidèlement la promesse divine. La Troisième République fut une succession d’insolents assauts de l’esprit antichrist déchaîné.

Malgré les avertissements du Ciel, la France s’enfonça, de jour en jour, dans l’athéisme et les reniements des promesses de son baptême. II s’en suivit deux guerres affreuses, mais la France ne se réveilla pas et s’enfonça de plus en plus dans l’ingratitude.

Dans les extases de Marie-Julie, les promesses de Notre-Seigneur sont les mêmes, mais elles s’appliquent désormais à "celui qui doit venir", ce Grand Monarque que personne ne connaît. Tout ce qui a été dit reste valable. Mais ces promesses sont accompagnées d’une annonce de la nécessité absolue d’une grande purification avant toute restauration. II ne faut pas attendre de paix consolante avant ce châtiment mérité par la France coupable.

La venue du Grand Monarque sera annoncée, par des signes et des révélations.

D’après les textes connus et regroupés sur ce blog, nous pourrions résumer les événements comme suit, sous réserve d’informations complémentaires.

Tout commence par une prise du pouvoir par les révolutionnaires à Paris, une période d’anarchie et de persécution religieuse, puis l’intervention de forces étrangères. La France sera divisée en deux zones "Ceux qui sont nouvellement entrés vont résider au Centre (Paris). L’autre partie sera donnée, comme commencement de conquête, à celui dont le nom sortira bientôt pour être proclamé roi des Français". Il s’agit du "prétendant que le Ciel refuse. " II siégera probablement à Lyon, devenue capitale de la 2ème zone.

C’est alors que le vrai Roi se fera connaître et que les signes seront donnés à ses amis de France et de l’étranger. II devra affronter les forces du pouvoir de la zone Nord et les forces de l’occupant du trône. D’où des combats sur le Rhin (Le grand torrent) puis autour de Lyon et enfin entre Paris et Lyon pour la reconquête de la capitale. Le grand châtiment atteindra les ennemis dans leur retraite. Le Roi sera sacré, mais dans les ruines de Paris (?) dévasté. Tout au long de ces rudes combats, il sera aidé et guidé par le Ciel. Cette reconquête devrait durer environ 7 mois. Ensuite le Roi s’alliera à Felipe d’Espagne, et de conquête en conquête, il ira à Rome délivrer le Pape. L’Italie sera alors en pleine persécution.

///////////////////////////////////////////////////////

1874-01-01 :

Marie-Julie a toujours assuré que Notre Seigneur et la Très Sainte Vierge lui avaient souvent affirmé que les d’Orléans ne régneraient jamais, le droit et la justice s’opposant à ce qu’on hérite de celui qu’on a assassiné. Elle n’a jamais cessé de dire qu’il descendrait du Roi et de la Reine Martyrs, donc de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Le Ciel lui a toujours parlé du Roi caché, car Dieu ne veut pas qu’on le connaisse afin que certains prétendants ne puissent tenter de l’assassiner. Laissons donc à Dieu le soin de nous désigner son Élu....

Marie-Julie Jahenny avait elle-même ainsi averti le Marquis de la Franquerie :
« Personne ne connaîtra le roi. Il est le roi caché et Dieu ne veut pas qu’on le connaisse avant l’Heure de sa Providence, car s’il était connu, les Francs-Maçons, les républicains, ou certains prétendants, essaieraient de le faire disparaître !»

A la fin des années 90, après la mort du Marquis, j’ai rencontré Madame de la Franquerie à trois reprises. Lors d’une de ses rencontres, elle m’avait confié que son époux se sentait comme missionné pour faire connaître les prophéties sur le Grand Monarque et que tout au long de sa vie, il avait recherché cette lignée cachée jusqu’au Canada. Il n’eut jamais aucune certitude à ce sujet. A la fin de sa vie, le Marquis de la Franquerie interrogea une âme privilégiée. Cette personne lui expliqua que parmi toutes ses recherches, il avait bien rencontré la lignée cachée authentique, mais le Ciel n’avait pas permis qu’il le comprenne car cette lignée devait resté cachée jusqu’au bout pour apparaître au grand jour, à l’heure de Dieu.

///////////////////////////////////////////////////////

1874-01-01 :

« Celui que l’exil réserve, c’est lui qui marchera sur la Ville Éternelle, avec les braves combattants qui l’auront assisté. L’Auguste Victime et tous ses enfants dans la Foi n’attendront plus qu’un miracle. Sans un miracle, rien ne pourra se faire : rien ne pourra rentrer dans la paix profonde ».

///////////////////////////////////////////////////////

1874-03-25 :

« Marie-Julie disait :
- La Vierge m’a beaucoup parlé de la France. Elle me demandait trois prières pour la France à réciter tous les jours : un Magnificat, un Ave Maris Stella et un Stabat Mater. Il faudra s’agenouiller, la supplier et regarder vers le Ciel. La Sainte Vierge Marie la délivrera par un Roi qui la sauvera et la gouvernera longtemps. Elle dit qu’on ne lui demande pas assez ce Roi et qu’on ne la supplie pas assez de nous l’accorder. Elle le nomme Henri V et nous recommande de prier aussi beaucoup Saint-Michel.

De son côté, le Sacré-Cœur s’est plaint, à plusieurs reprises, que les Français ne lui demandaient pas le Roi. Je crois bon de préciser - ainsi que je vous l’ai déjà dit - que ce Roi ne sera certainement pas un des Orléans puisqu’ils ne descendent pas par les mâles de la race des Rois de France qui seule est voulue par Dieu qui l’a instituée. Il a été précisé que ce grand Monarque descendrait du Roi et de la Reine martyrs ».

///////////////////////////////////////////////////////

1874-03-28 :

« Notre-Dame a fait à Marie-Julie cette confidence capitale sur l’identité du Grand Monarque, éliminant pareillement bien des prétendants contemporains... Confidence d’autant plus remarquable, qu’elle eut lieu un 28 mars (1874), en la fête de Saint Gontran, 1er roi de France canonisé (fils du roi Mérovingien d'Austrasie, saint Sigisbert III), en laquelle le Christ a demandé que l’on vienne se repentir au pied de la Croix Glorieuse de Dozulé en Normandie. Ainsi Notre-Dame en nous montrant ce lien séculaire fondamental et ininterrompu de la royauté française, nous préparait-Elle déjà à cette Annonce :
- Pourquoi ne priez-vous pas plus ? Pourquoi ne demandez-vous pas plus le salut de la France, votre Patrie ? Je lui donnerai un bon roi pieux. Il montrera le bon exemple à la France. Le Roi fera refleurir la foi et la religion sera triomphante. Le Roi, c'est un lys, c'est un héros, le monde ne le connait pas. Il règnera jusqu'à la fin des temps dans tout l'éclat de sa beauté et de sa gloire. Son nom n'est connu que du Ciel. Il sortira du Cœur adorable de Jésus quelques semaines avant la grande paix de la France. Elle se fera cette paix en plein trouble, en pleine révolte.
Ce n'est ni un descendant Louis-Philippe, ni un Naundorff, ni un Napoléon. Il n'est pas parmi les prétendants des Bourbons. C'est un Roi caché qui aura les belles vertus d'un Saint Louis et surtout sa belle foi… »

///////////////////////////////////////////////////////

1874-04-12 :

« Notre Dame délivrera la France par un roi qui sauvera et gouvernera longtemps. Elle dit à Marie-Julie qu’on ne lui demande pas assez ce roi et qu’on ne la supplie pas assez pour nous l’accorder. Elle le nomme Henri V de le Croix ».

///////////////////////////////////////////////////////

1874-04-20 :

Marie-Julie disait :
« La Sainte Vierge m’a dit qu’il fallait beaucoup prier pour détourner les malheurs qui doivent fondre sur la France. Je bouleverserai, dit la Sainte Vierge, je renverserai la bande des méchants et des impies. Je ferai triompher l’homme juste et les âmes ferventes. Je confondrai le mauvais que j’amènerai aux pieds du juste, de l’homme qui doit gouverner la terre de France. Le moment sera terrible mais je vous protègerai.

Il lui faudra hélas ! expier deux siècles d’athéisme politique et social, deux siècles de régime non chrétien. La démocratie est en effet le régime luciférien par excellence ».

///////////////////////////////////////////////////////

1874-05-23 :

Notre Dame annonce :
« Je bouleverserai, je renverserai la bande des méchants et des impies. Je ferai triompher l’homme juste et les âmes ferventes. Oui, je confondrai la terre que j’amènerai aux pieds du juste, de l’homme qui doit gouverner la terre de France… »

///////////////////////////////////////////////////////

1874-06-15 :

« Jésus annonce :
- Mon Cœur est ouvert, il le serait bien d’avantage, si on priait et si on demandait le roi, vous ne l’avez pas assez réclamé ».

///////////////////////////////////////////////////////

1874-06-21 :

Jésus annonce :
« Je ne suis pas le Roi des Français, ni de tel ou tel peuple, mais Je suis le Roi de l’Univers. J’ai voulu donner à la France un roi qu’elle a rejeté, mais celui que Je veux lui donner, elle l’acceptera et elle le demandera, elle le placera sur son cœur.

Mais, avant d’avoir ce Roi, la France aura une crise et une tempête violente ; le sang des chrétiens se mêlera avec celui de l’impie. Les justes tomberont, en petit nombre, mais il en tombera, car le sang des bons servira aux méchants... Le temps sera court, mais il vous paraîtra long ».

///////////////////////////////////////////////////////

1874-07-03 :

Notre Dame annonce :
« Je viendrai le placer au milieu de Mon Cœur. Mon Cœur sera au milieu de la Patrie, son courage sera inébranlable. L’innocence et la blancheur ont flotté à sa naissance et flotteront sur les cendres de son tombeau. Les jours d’orage et de deuil ne sont pas passés ; Je vous garderai et vous protégerai, ne craignez rien ».

///////////////////////////////////////////////////////

1874-08-11 :

Notre Dame annonce :
« Le Roi Henry V marchera le premier. Jésus-Christ lui montrera la route. Il viendra de l’Est et ira vers le Midi. Les amis du Roi marcheront à sa suite ».

Notre Dame annonce à son tour :
« Oh ! sans le Sacré-Cœur, nous périrons tous. Tous les prêtres douteux seront châtiés ».

///////////////////////////////////////////////////////

1874-08-25 :

Saint Louis annonce :
« Je veux que la France abjure ses erreurs… Marie Immaculée lui donnera un baptême nouveau, puis après, je lui rétablirai son trône. Je lui apporterai cette belle palme de pureté au milieu de ce trône. Mon frère en Jésus-Christ qui la gouvernera conservera l’innocence et la pureté et Jésus et Marie le béniront, béniront sa Charité et sa Foi héroïque ».

///////////////////////////////////////////////////////

1874-09-12 :

« Notre Dame annonce :
- Mon fils, sache bien que dans les jours de mon Rosaire, Je déciderai le jour de ton Triomphe, sache que Je te préviendrai et que tu sauras l’heure de ton Triomphe. Je le ferai aussi connaître aux âmes que J’ai choisies pour faire le bien et faire connaître mes révélations ».

///////////////////////////////////////////////////////

1874-12-31 :

« Viendra un Roi qui n’a pas terni sa couronne et qui a vécu au loin dans l’exil, qui a tant attendu et reçu de Marie. Il l’avait autrefois choisie pour sa Mère, ayant fait le vœu de lui appartenir. Et la France entière ressuscitera et sortira de sa captivité. Il va ressusciter l’Église et délivrer le Saint-Père ».

///////////////////////////////////////////////////////

1875-10-02 :

« Les régions du Nord, du Levant, du Midi, Paris seront très atteintes. Le territoire national sera partagé en deux. Il y aura des prétendants pour la restauration d’un pouvoir dans une des parties.

C’est à la moitié de ces mois terribles qu’apparaîtra le Roi Sauveur.
Mais il y aura un long combat de reconquête de plusieurs mois pour chasser les envahisseurs. Il n’établira pas son trône à Paris qui aura été détruit.

Quand l’étranger viendra fondre sur la France, ce sera par une prière révélée qu’il sera dispersé et refoulé (très certainement la prière "Auguste Reine des Cieux" du père Cestas)... Ma Main invisible le foudroiera et le renversera ».

///////////////////////////////////////////////////////

1876-02-18 :

« Le Christ est le roi de l’univers et donc le roi des rois et il est donc de droit absolument légitime roi de France. Comme il délègue ses pouvoirs spirituels au Pape, il délègue ses pouvoirs temporels au roi de son choix.

Le mystère de ce roi exilé et caché jusqu’au jour où il devrait obéir aux ordres divins, et prendre en main les destinées de la France et aider au triomphe de l’église et du Pape, est un mystère total et doit le rester.

Jésus se plaignit un jour de ce trop faible désir de la France du retour de son roi :
« Vous ne me demandez pas assez la venue du roi !

Ce n’est pas un pasteur du centre qui aura l’insigne honneur de couronner de gloire le roi, l’héritier qui aura mérité de gouverner sa patrie. Ce pasteur sera jeune ; ses 45 ans ne seront pas sonnés. Il viendra du diocèse d’Aix.
Le roi sera couronné dans la cathédrale de Reims toute dépouillée mais bien debout, la cathédrale de l’onction des rois depuis Clovis.
Henri V de la croix, descendant direct de louis XVI et de Marie Antoinette les deux martyrs de la Révolution Française ».

Marie Julie sait qu’il sera de la race de Saint Louis :
« Celui que Dieu prendra sera d’une parfaite pureté ; Il vivra en Dieu et pour Dieu.
Il se sera complètement abandonné à la volonté de Dieu pour la protection de l’église et le salut des âmes.

Le roi arrivera avec un tout petit cortège d’hommes animés comme lui de l’amour de Dieu et ne voulant rien autre chose que sa gloire. Mais ce petit cortège était précédé de l’Archange Saint Michel ouvrant la marche de son épée flamboyante… »

Le Seigneur nous dit :
« Mon dessein est, qu’après qu’il aura reçu la sainte bénédiction, Il s’achemine avec mes nobles défenseurs portant la bannière blanche, jusqu'a ce lieu d’où sont sortis les messages de salut, jusqu'à ce sanctuaire c'est-à-dire, la chaumière de la Fraudais, où déjà mes dons sont au comble de toute gloire et consolation, reposera ce signe de victoire, la bannière blanche (l’étendard du roi) ».

Jésus dit à Marie Julie :
« Un jour, mon serviteur Henri de la Croix demandera à mon église de te mettre sur les autels en même temps que son aïeul le roi Louis XVI ».

Par deux fois, Jésus dit à Marie Julie :
« Henri V de la Croix, c’est ton roi c’est toi qui l’as mérité et obtenu à la France. A cause de toi, il sera l’homme de tous les dons ».

Du ciel, Marie-Julie verra le triomphe de l’église planer sur le front du vrai serviteur de Dieu Henri V de la Croix ; il viendra consoler l’indigence, renouveler le sacerdoce dévasté, affaibli et tombé comme une branche sous la scie de l’ouvrier. Sa charité renouvellera le sacerdoce, relèvera les statues de ma mère, fera remonter les calvaires insultés et réduits en morceaux. Le roi aidera le Pape à vaincre les hérésies et les fausses religions. Le triomphe de l’église et de son chef, le triomphe du roi convertira un grand nombre d’infidèles. Henri V de la Croix n’établira pas son trône à Paris qui aura été détruit. Dieu viendra en aide au roi si puissamment que les hommes Ne pourront comprendre la rapidité avec laquelle la guerre et la paix seront faites. C’est après cela que le roi sera amené en France par ses partisans. Il recevra du Saint Père la communication qu’il est appelé de Dieu et que la sainte église a besoin de son aide. Les évêques l’inviteront aussi, car, invité par eux, ce sera comme l’invitation du Sacré Cœur… Mais il n’y en aura qu’un tout petit nombre ».

///////////////////////////////////////////////////////

1876-12-01 :

Jésus nous annonce :
« Jamais, pauvre France, tu ne seras gouvernée par un autre que ce Roi de Mon choix.

Je viendrai Moi-même au moment où il y aura le moins d’apparence d’espérance. Je Me placerai au milieu de la France ; J’appellerai tous Mes enfants autour de Mon Sacré-Cœur et Je donnerai au vainqueur de la France la bannière où est gravé Mon Sacré-Cœur.

Après cette terrible épreuve, J’abrégerai le temps des châtiments à cause de Mes victimes, à cause de Mon Sacré-Cœur et enfin pour donner plus vite le Roi choisi et élu par Mon Divin Cœur.

Je peuplerai la terre de France de fleurs, c’est-à-dire de cœurs purs, généreux, repentants qui aimeront la Sainte Église, le Saint Père et le Roi. Je bénirai cette terre et Mon peuple échappé. Je donnerai à la France une génération nouvelle. Ils grandiront dans Ma grâce ; ils suivront sous le règne d’un Roi très pieux qui, par ses vertus, fera le bel ornement de la France. J’aime mieux que tu oublies d’autres révélations que celle-ci ; il ne faut pas que Mon peuple soit surpris des châtiments promis ».

///////////////////////////////////////////////////////

1877-05-11 :

« La Croix allait vaincre les grands héros. Ils l’ont portée à la face de l’ennemi et elle leur a donné la victoire... Vous Chrétiens, qui allez passer un terrible moment, prenez la Croix pour soutien... Quand le Roi élu et Sauveur de la France aura vu le triomphe de la France, il fera écrire par tout : In hoc signo vinces ; par ce signe, tu vaincras ! La France sera sous le signe du Sacré-Cœur, de la Croix et de Marie ».

///////////////////////////////////////////////////////

1877-06-01 :

Jésus parle d’Henry V de la Croix :
« Il étendra davantage la dévotion de Mon Sacré-Cœur et de Ma Croix. Il sera un des plus illustre propagateur de mes œuvres, c’est-à-dire qu’il consacrera la France entière à Mon Sacré-Cœur. Il sera comme un nouveau Louis XVI avec son Crucifix dans la main quand il étendait cette main vers le ciel, en consacrant dans sa prison du Temple la France à Mon Cœur. O Bon Roi, que ton cœur a battu de fois près du mien ! Pauvre enfant exilé, tu vas donc revoir ta patrie ; la saluer par tes pleurs. La foi est gravée dans ton cœur et la consécration de la France à Mon Divin Cœur la fortifiera encore. O Henri, Mon serviteur, ne vois-tu pas la voile de mon Amour qui vogue vers tes régions lointaines. Cette voile se forme comme un pavillon. Tu marcheras sous cette voile avec tes chers compagnons et les soldats de ta cause.

Henri, en rentrant de France, tu as le dessein de défendre le Saint Père. Henri, mon serviteur, ces armes sont renfermées dans un anneau d’or. Ma victime (Marie-Julie), voilà les beaux desseins de mon serviteur !

Ma victime (Marie-Julie), mes desseins sont bien grands pour le roi de France. J’ai dans mon domaine de grands préparatifs qui ne se dévoileront qu’à mesure que la France fera des progrès ! Pauvre France, jamais tu ne te serais relevée !»

///////////////////////////////////////////////////////

1877-04-20 :

Notre-Dame confirme cette révélation sur l’origine du Grand Monarque assortie d’une mise en garde sur la nécessité de la discrétion :
« Jésus a un roi caché dans son divin Cœur, qui aura les belles vertus d’un Saint Louis et surtout sa belle foi. Son nom, dit Jésus, ne sortira qu’à l’heure de Ma Sainte Volonté ».

Notre Seigneur Jésus annonce :
« Il ne faut pas compter sur les Naundorff, ni sur les d’Orléans, pas même sur les prétendants de la famille des Bourbons.
Celui que je choisi pour l’heure de ma sainte Volonté, n’est pas connu des hommes, dit Jésus. Il n’est connu que de quelques âmes que J’aime bien, mais pas plus. Il va dans la ville éternelle, sur la terre des martyrs ».

Il faut donc comprendre que ce n’est pas un des prétendants “officiels” de la branche apparemment seule restante et envisageable pour tout historien actuel, mais, dès lors, selon le mystère de sa disparition, un des Bourbons de la branche cachée qui a survécu au Temple par Louis XVII, comme Notre-Dame le suggèrera à Marie-Julie, quelques années plus tard…

///////////////////////////////////////////////////////

1877-05-11 :

Notre Seigneur Jésus annonce :
« La Croix allait vaincre les grands héros. Ils l’ont portée à la face de l’ennemi et elle leur a donné la victoire...
Vous Chrétiens, qui allez passer un terrible moment, prenez la Croix pour soutien...
Quand le Roi élu et Sauveur de la France aura vu le triomphe de la France, il fera écrire par tout : - In hoc signo vinces ; par ce signe, tu vaincras ! –
La France sera sous le signe du Sacré-Cœur, de la Croix et de Marie ».

///////////////////////////////////////////////////////

1877-09-06 :

« La Sainte Vierge me montre la couronne de Pie IX, sur laquelle son nom est écrit en lettres d'or.
Elle me dit : "Allons, mes enfants, voilà donc ce côté fini. Mon Fils voulait que Sa volonté fut accomplie. En donnant ces détails, j'ai obéi à Ses desseins, et toi aussi, ma chère enfant. Maintenant, pour que vous ne soyez pas effrayés, voilà la couronne du roi Henri V, le roi du miracle, le sauveur de la France. Voilà l'offrande de ce roi, choisi dès sa naissance pour rapporter à la France le lys et le drapeau blanc ».

///////////////////////////////////////////////////////

1878-01-09 :

Notre Seigneur Jésus annonce :
« Mes enfants, je viens vous montrer la place de celui que vous aimez. Voilà sa couronne, son arme de bénédiction, de paix, de victoire, de triomphe et de délivrance.

Entends-tu ma voix, ô mon fils bien-aimé ? Toi qui depuis si longtemps foules la terre étrangère ! Ne vois-tu pas le chemin par lequel j'enverrai à ta rencontre les princes des armées célestes, afin que ce triomphe soit beau comme celui d'un roi de prédilection ? Mon fils bien-aimé, sèche tes pleurs.

Le lys sera ton frère et ma sainte Mère sera ta mère. Ta couronne portera l'emblème du lys et le lys s'épanouira toujours sur ton front. De ton front, il s'épanouira sur ton trône, de ton trône sur la France, ton royaume réservé et, de là, au-dehors des frontières françaises et jusqu'à la Ville Eternelle ».

///////////////////////////////////////////////////////

1878-01-22 :

La Sainte Vierge dit :
« Mes enfants, le Roi viendra dans la Croix, c'est-à-dire dans les peines, parce que le royaume ne sera pas encore entièrement calme.

Ce n'est qu'après avoir éprouvé des peines pour traverser le royaume qu'il recevra la couronne. Quand il y sera arrivé, le calme se rétablira, mais il y aura encore de la peine. Sa foi le fera maître et vainqueur de toutes les difficultés.

Le Roi aura, en lui, un don qu'aucun autre roi n'a eu. Saint Louis, roi de France, a fait son devoir, mais ce dernier sera encore plus merveilleux par son règne. Vous verrez dans cet homme ce que personne n'a vu dans les autres.

Si vous ne voyez pas le chemin de la venue de mon Roi, ne vous inquiétez pas. Ce chemin sera miraculeux comme le reste de sa vie. Rien n'est impossible à Dieu.

Ah ! pauvre espérance vaine d'hommes aveugles ! Ils croient que jamais le Roi ne sera le leur. Ils se trompent.

Vous serez bien étonnés, un jour, de voir mon Roi.

Sachez que ce n'est pas la France qui l'appellera. Sachez qu'il viendra pour ses amis. Le petit nombre de ceux qui le désirent sera bien récompensé. Les autres, le grand nombre seront justement punis.

Depuis son berceau, le cœur du Roi n'aura vécu que dans la Croix. Il l'aura bien portée depuis les longues années qu'il aura vécues en exil. Son cœur n'aura pas failli. Il sera récompensé ».

///////////////////////////////////////////////////////

1878-09-17 :

Saint François d’Assise est un saint d’une étonnante modernité. Il a un grand rôle à jouer dans le relèvement de l’Eglise - tout comme Marie-Julie - et, qu’à ce titre, il est le soutien tout particulier des chrétiens fidèles dans ces temps difficiles Guide de Marie-Julie dans son pèlerinage terrestre, il l’est aussi de ses amis ; et c’est à eux qu’il donnait ses directives, le 17 septembre 1878, afin de les fortifier en vue de la lutte qu’ils auront à subir par les ennemis jurés de la Foi catholique.

Saint François nous annonce :
« Chers frères de la Croix, ne vous inquiétez pas de ce qu’on dira de vous ! De ce qu’on fera contre vous ! Gardez la paix et l’espérance car le chemin qui conduit à l’honneur et à la gloire vous est ouvert... Pourquoi ne vous attaque-t-on pas en face ? Parce que Dieu a versé en vous un respect que vous avez mérité, en vous dévouant à Sa gloire. C’est ce respect, venant de Dieu, qui empêche les affronts et empêche vos ennemis de s’approcher en face de vous, la tête et les yeux levés. Voilà pourquoi ils vous respectent par force. Il y a encore quelque chose qui les renferme ; ils sont attaqués en eux-mêmes, sans savoir comment ils sont retenus par une puissance invisible qui leur souffle : " Tu respecteras l’âme choisie de Dieu, tu respecteras le corps de l’homme dont tous les mouvements se dévouent à l’œuvre de ton Dieu ". Voilà le souffle qu’ils ne voient, ni ne connaissent, ni n’entendent, mais qu’ils ressentent...

Chers frères de la Croix, pourquoi déchire-t-on votre réputation ? C’est que vous êtes des hommes d’une chair trempée et retrempée dans la source Divine qui n’est réservée qu’aux véritables et fidèles serviteurs de Dieu. Voilà pourquoi vous êtes solides comme le fer éprouve’ par le feu. Mais on ne peut déchirer votre honneur, parce que votre honneur n’est pas un honneur naturel, comme celui de tous les autres. Cet honneur ne vient que de Dieu, que de Sa Croix, que de Ses promesses. Il ne vient que de la Divine Volonté, que de la confiance que mes frères ont en Dieu. Pourquoi invente-t-on ? Parce que l’honneur jaloux des ennemis de mon Dieu s’élève en eux, qu’il les travaille, qu’il ne leur laisse aucun repos, c’est là un honneur, un orgueil qui vit dans les vices, dans la colère, dans la vengeance de tous vos ennemis qui sont les ennemis de Jésus-Christ... Cette rage vient de la jalousie, de l’orgueil, du désir que Dieu ne soit pas défendu, que Son Nom ne soit pas respecté, que Sa Croix n’ait pas de défenseurs, que tout ce qu’il fait soit oublié et anéanti.
Voilà pourquoi vous souffrez, pour Dieu, pour Son Nom, pour Sa Cause...

Le petit nombre des amis de la Croix est choisi et béni. C’est Dieu qui le veut ainsi, il a pour lui les plus belles promesses divines...

Dieu a dit : " C’est sur vous, sur toi et sur toi, que j’arrête Mon Regard adorable. Je veux que tu Me sois dévoué dans Mes desseins. Je te choisis pour soutenir, pour défendre le commencement de Mon œuvre. Je te place dans Mon œuvre comme un poteau solide ; tu l’appuieras, tu la soutiendras, tu la porteras sur tes épaules, quand elle sera dans les plus grandes menaces... " Les victimes et les serviteurs sont destinés à aider Notre-Seigneur à soutenir l’œuvre, les murs de l’œuvre, pour la placer sur de belles pierres taillées et polies. Quelle belle couronne de Gloire ! Quel honneur !... »

///////////////////////////////////////////////////////

1878-09-29 :

Saint Michel déclare :
« Les cadavres des ennemis de ce Roi seront foulés sous les pieds de tous les grands qui l'accompagneront sur le trône d'où il doit établir la paix et partout faire refleurir le bien.

Toutefois, il restera encore des ennemis debout, car le Roi doit venir au fort de l'orage. Il sera gardé sain et sauf parce que la Mère de Dieu le garde comme son propre fils et l'a réservé comme l'héritier d'une couronne méritée qui lui a été ravie.

Les jours d'exil auront coûté cher à ce Roi fidèle et catholique. Il en sera d'autant plus richement récompensé. Laissez dire aux hommes et affirmer qu'il ne viendra jamais, puis demandez-leur s'ils sont prophètes.

Quand viendra le règne de ce Roi, la France sera bien affaiblie, bien dépeuplée, mais Dieu la récompensera par de merveilleux prodiges. La paix règnera avec bonheur partout.

Toutes les autres puissances auront aussi leur justice après cet affreux malheur réservé à la France, car il s'agit d'un renouvellement de l'Univers entier. Il y aura partout des châtiments de la Justice divine. Il y a des puissances, que je ne nomme pas, qui auront à souffrir de longues années.

Je pense, dit Saint Michel, que les Amis de la Croix ont compris que leur avenir est assuré et qu'ils auront une pensée pour remercier leur Mère bien-aimée.

Ils lui présenteront un bouquet de lys et l'offriront ensuite au Roi".

///////////////////////////////////////////////////////

1879-08-05 :

Notre Seigneur Jésus annonce :
« Ne cherchez pas d’autre Sauveur ! Ne comptez pas sur les hommes ! Mon Cœur Divin seul sauvera ce royaume ».

///////////////////////////////////////////////////////

1879-09-29 :

« Celui que l'exil réserve (Henri de la Croix) c'est lui qui marchera sur la Ville Eternelle, avec les braves combattants qui l'auront assisté. L'Auguste victime (le Pape, le lien de la foi) serait encore en prison avant que l'année ne soit à la moitié ».

///////////////////////////////////////////////////////

1880-01-01 :

Notre Seigneur Jésus annonce :
« (...) "Je suis le Roi de l'Univers. J'ai voulu donner à la France un roi qu'elle a refusé; mais celui que je veux lui donner, elle l'acceptera, le demandera, le placera sur son cœur.
Mais, avant d'avoir ce Roi, la France aura une crise et une tempête violente... Après je vous donnerai un second Roi. J'ai déjà voulu vous le donner; je le redonnerai une seconde fois."(...)

Mes enfants, un grand nombre de ces malheureux qui vont livrer mon peuple à la fureur de ces tigres dévorants, un grand nombre ne périra pas pendant la grande terreur qui sera plus noire que le plafond des abîmes. Mon Fils en laissera beaucoup, presque jusqu'à la fin de cette terrible révolution sanglante.
Voici son dessein : il veut les laisser pour que, de leurs yeux corrompus et corrupteurs, ils voient celui qui est appelé le Sauveur de la France.

Ce sera après une perte immense de tant de chrétiens, de tant d'arbres qui peuplent la France. Ces arbres, c'est mon peuple. Le Sauveur viendra, sous leurs yeux, au milieu de son royaume dépeuplé. Ces arbres seront couchés à terre, sans mouvement... des corps sans vie. (...)

(...) Le Roi que le ciel a élu sera proclamé malgré les hommes, malgré la préférence pour un autre qui n'a ni titre ni dignité pour être proclamé. On ne voudrait pas sortir de la souche séparée qui régnait dernièrement (la famille d'Orléans).
- O Bonne Mère, ce serait pour notre royaume (la Bretagne) un autre poison à boire !
- Mes enfants, mon Roi est le proclamé du Ciel. Ses fidèles amis seront ses compagnons de triomphe. Tous les amis de ce noble Roi, de ce côté-ci, marcheront à sa rencontre, portant la noble bannière blanche décorée de fleurs royales. Cette bannière ne sera déployée, par les amis de ce côté-ci, qu'en approchant pour saluer le Roi.
Ensuite, cette bannière développée remontera dans ce pauvre royaume, foulant ses terres malgré le parti opposé. Elle flottera sous le souffle d'un vent froid, et sous un firmament étoilé, par un temps sec, malgré le peu de chaleur du soleil.
Mes enfants, la générosité de ce Roi ne se connaîtra pas. On voudra soumettre le peuple ignorant à cette persuasion...
- Je ne connais pas ce mot, Bonne Mère.
- Je veux dire : on voudra persuader que le royaume sera plus malheureux et plus étroitement soumis que sous le règne de celui qui prétendra venir.
Cette persuasion s'étendra partout rapidement. Dans le trouble à son sujet, il circulera des listes de signatures de la part de ceux qui ne veulent pas de son règne.
- Déjà, il en a passé, Bonne Mère.
- Celles qui ont passé, mes enfants, sont bien faibles à côté de celles que l'on fera passer... Tout ce qui se passera encore ne servira à rien. Il a, debout, de fidèles amis qui feront beaucoup pour lui.
Ce beaucoup viendra de mon Fils... Oui, il régnera. Il visitera la terre des martyrs et la Ville Éternelle.
Il sera d'une grande utilité pour l'Eglise, qui souffrira encore dans les autres nations, quand la paix régnera dans celle-ci. (...) ».

///////////////////////////////////////////////////////

1880-06-17 :

L'extase a été notée par Adolphe Charbonnier...
Ses lèvres répétaient, à voix basse, des prières qu'on ne pouvait entendre. Comme elle ne pouvait remuer son bras raidi le long du corps, sa mère lui a fait, avec de l'eau bénite, les purifications dont l'extase est toujours précédée.
Puis l'extase a commencé à voix haute.

Notre Seigneur Jésus annonce :
« Maintenant, je ne communiquerai plus mes révélations comme au temps passé.
Elles partiront de l'âme, dans le soleil, pour arriver aux oreilles attentives des serviteurs choisis. Toutes ces choses, qui vont sortir de moi-même, auront un cachet différent. Maintenant, que son âme entre dans la profondeur de sa mission divine ! Qu'elle développe, par mon Esprit divin, tout ce que la lumière ouvre devant elle !

La paix sera lente à entrer dans notre patrie (la France), une paix véritable aux yeux de Dieu, bonne et sainte. Quand on annoncera cette paix profonde, qui paraîtra ressembler à celle du temps des rois catholiques et fidèles, c'est à ce moment qu'une attaque violente et une tempête furieuse viendront tout agiter, en un bouleversement effroyable. Ce bouleversement ne viendra que des hommes qui n'auront pas cessé de régner avec leurs lois de la terre. Dans ce grand renversement qui, de notre patrie, se propagera ailleurs dans le monde, tout semblera atteindre la frayeur d'une nouvelle terreur. On verra tout se remuer et se renverser avec lenteur. Alors ce sera le dernier effort qui enveloppera presque toute la France, entrée dans l'épouvante et les gémissements.

C'est dans ce coup, dirigé contre la plus grande partie des hommes de ce siècle, qu'aura lieu le départ du Roi, attendu comme un autre Messie, pour rapporter l'honneur et la dignité avec la couronne profanée et le manteau blanc qui, maintenant, est changé en manteau rouge. Ce sera le départ du Roi Henri V : il viendra pendant que les voix terribles de l'orage et du tumulte retentiront encore. «A nous, diront-elles, d'être une fois de plus vainqueurs en tout !»

L'entrée du Roi sera une prédestination selon la grâce. Déjà toute la France lui est donnée ; elle est confiée à la sollicitude de son cœur. Déjà il règne, sans régner visiblement, mais il règne par la grâce d'une prédestination. C'est la grâce que le Seigneur fait à son peuple qui a persévéré dans l'attente du nouveau Messie, qui a conservé une croyance sincère en son retour, malgré la division du peuple, malgré les voix qui répètent comme impossible la rentrée du Messie nouveau que sera le Roi.

Cette furieuse tempête sera comme les tourbillons qui passent. Elle aveuglera les yeux de ceux qui s'opposeront à l'entrée du Roi. Il traversera leurs rangs ; il passera au milieu de leur cortège révolté, sans qu'aucun de ses ennemis ne puisse mettre obstacle à sa montée sur le trône.
A son arrivée, le trône ne sera pas vide. Le nouveau Messie, sans un mot, sans une parole, s'inclinera simplement devant la place qui est celle de son règne. II ne soufflera pas un mot. Alors il y aura deux combats : l'un à droite, l'autre à gauche. Ce sera une sorte de dispute violente.

Le nouveau Messie aura marché au milieu de tous les supplices qui tuent les chrétiens. Il arrivera, sain et sauf, près de la place qui lui est réservée. Il la saluera, genou en terre.

Mais, dans le soleil, je ne le vois pas saluer celui qui y sera et refusera de descendre. Celui-ci s'obstinera, avec rage, à persister dans le règne qui lui aura été donné par le droit des voix de la majorité.

A ce moment, le nouveau Messie aura une épreuve qui n'est encore connue de personne mais qui, aujourd'hui, sera révélée clairement. Du côté du midi, bien près d'une ville menacée, il se trouvera un religieux d'un ordre qui existe depuis longtemps. Le soleil ne dit pas son nom. Ce religieux, sur un ordre qu'il dira venu de Dieu ou de Saint Raphaël ou de Saint Paul, fera circuler partout les trois points suivants :
Il prétendra que le nouveau Messie, appelé Henri V, n'est pas élu pour sauver la France, et que jamais la pensée de Dieu n'a révélé cette élection à aucune âme, que c'est une fausse prophétie.
Il attaquera violemment le Sauveur de la France. Ses révélations seront écrites par volumes, avec rapidité, dans le but de jeter sur lui un affreux manteau de reproches aussi infâmes que pervers.
Une circulaire de ce religieux sera remise à ceux qui, déjà, auront placé sur le trône français celui que le Roi doit détrôner et renverser de fond en comble.
Ce religieux, déjà âgé mais pas encore dans l'âge mûr, aura assez d'expérience pour être conscient du mal qu'il se chargera de faire ».

///////////////////////////////////////////////////////

1880-09-21 :

Le Seigneur explique à Marie-Julie Jahenny :
« Voilà la jeune âme qui sous les rayons d’un appel privilégié, doit partir du fond de la Bretagne, pour porter à sa majesté le Roi, les paroles d’ “En Haut” ».

///////////////////////////////////////////////////////

1880-12-28 :

La Colombe dit :
« Ce sera la veille du magnifique triomphe, où les amis fidèles en cortège unis, se seront rendus sur les frontières françaises, pour lever la blancheur du noble étendard que J’ai destiné pour la France nouvelle.

Celui qui la renouvellera est appelé à travers d’immenses difficultés, périssables selon le monde.

Selon Ma Puissance éternelle, il est appelé comme l’homme enveloppé de prodiges ; son manteau sauvegardera sa noble personne et toute la cour qui l’assiste, unie aux amis de la France. Ils le conduiront aux chants de la victoire jusqu’au lieu où il y aura plusieurs combats, luttes, détrônements, sang versé, révoltes indignes, avant qu’il monte s’asseoir, ce noble et digne fils de Saint Louis, sur cette chaise dont la souillure n’est pas encore effacée ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-01-18 :

Le Roi aidera le Pape à vaincre les hérésies et les fausses religions. Le triomphe de l’Église et de son Chef, le triomphe du Roi convertiront un grand nombre d’infidèles :
« Dans Ma Sagesse Éternelle, J’ai le dessein de réserver un nombre immense de Juifs, car, au jour de Ma réjouissance Je veux les confondre...
Je veux que ce peuple voit Ma Puissance ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-03-15 :

Notre Seigneur Jésus annonce :
« Le prince de la terre digne d’honneur et louable, à cause de sa grande confiance et de la grande Foi qu’il a dans son attente, à cause de la blancheur qu’il aime et préfère à toutes les autres couleurs, sans que son cœur s’y attende, le Seigneur lui réserve de bien grandes paroles de grâce et de puissance qui lui seront remises par un messager de la terre, chargé des ordres du Seigneur. Avant que la langue reste sans mouvement, avant son repos tout entier, le Seigneur a de grands envois à laisser tomber de la bouche, sous la main de Ses serviteurs, pour celui qui n’est point appelé de Dieu en vain, qui n’est point acclamé par un vrai nombre, triomphateur des couleurs impures qu’on va lever dans la France et faire flotter dans toute sa longueur et largeur.
Vous, amis du grand destiné, vous porterez à sa rencontre la blancheur que son cœur aime tant. Le souffle du vent fera flotter sa bannière et, de loin, ses yeux mouillés de pleurs d’action de grâces, verront la bannière flotter sur son tombeau, au jour de ses religieuses funérailles ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-03-22 :

Notre Seigneur Jésus annonce :
« Toutes Mes paroles prophétiques véritables, ô Roi de l’exil, t’appellent et t’acclament. Sans trop tarder, Je te rendrai à tes sujets et à ton peuple qui porte sur sa tête la même fleur que tu aimes. Cette fleur, c’est le lys.., ô Roi, enfant du miracle, ne t’apprêtes-tu pas à venir de l’exil sous une épaisse poussière remuée par les fureurs des meurtriers de ton pays. Tu t’apprêtes à venir sur le bord de cette terre qui te fut étrangère. Du nord des frontières ta noble personne passera à travers les légions qui n’attendront que toi pour lever une vengeance. Mais, comme au jour des ténèbres, leurs yeux se voileront, l’exil s’éteindra et Ma Justice s’accomplira. Tu passeras pour aller reprendre le sceptre de gloire. Tu en tremperas la pointe dans le sang des Romains, pour la défense du Souverain Pontife, le lien de tous les fidèles.

J’aurai de profondes paroles de vie et d’encouragement. J’ai trouvé sur la terre de sages messagers tout prêts à obéir, pour porter ces paroles... ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-03-22 :

« Toutes Mes paroles prophétiques véritables, ô Roi de l’exil, t’appellent et t’acclament. Sans trop tarder, Je te rendrai à tes sujets et à ton peuple qui porte sur sa tête la même fleur que tu aimes. Cette fleur, c’est le lys.., ô Roi, enfant du miracle, ne t’apprêtes-tu pas à venir de l’exil sous une épaisse poussière remuée par les fureurs des meurtriers de ton pays. Tu t’apprêtes à venir sur le bord de cette terre qui te fut étrangère. Du nord des frontières ta noble personne passera à travers les légions qui n’attendront que toi pour lever une vengeance. Mais, comme au jour des ténèbres, leurs yeux se voileront, l’exil s’éteindra et Ma Justice s’accomplira. Tu passeras pour aller reprendre le sceptre de gloire. Tu en tremperas la pointe dans le sang des Romains, pour la défense du Souverain Pontife, le lien de tous les fidèles.

J’aurai de profondes paroles de vie et d’encouragement. J’ai trouvé sur la terre de sages messagers tout prêts à obéir, pour porter ces paroles... ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-07-07 :

Notre Seigneur Jésus annonce :
« Il sera facile de voir que l’on veut moins que jamais, de celui que le Ciel a dessein d’envoyer sous un ciel chargé encore des nuées du combat de ses ennemis et de ses amis ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-07-12 :

« L’heure est proche où beaucoup de monde sera ébranlé, où ceux qui n’auront pas voulu suivre les bonnes lois seront sous le grand coup du regret.

Il n’est plus temps ! Ils ont voulu partir pour l’abîme ! Il est ouvert ! Ils n’ont pas voulu Mon Roi, ils ont préféré le trône des hommes infâmes. Ils l’auront pour peu de temps. Ils seront bien malheureux. Ils ont voulu l’abîme ! Ils y sont arrivés. Ils ont méprisé l’avenir de Mon serviteur (le Comte de Chambord). Ils ont donné la préférence aux révolutionnaires. C’est leur temps. C’est leur temps qui commence et pour le petit nombre, c’est l’entrée des grands malheurs par leur faute.

Mais espérance ! Ils ont tout engagé avec eux, mais le Ciel saura conserver les amis de Sa promesse ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-07-14 :

Notre Seigneur Jésus annonce :
« Mes enfants, Il n’y a plus que deux choses qui dévorent la pensée de ces hommes d’autorité gouvernementale : c’est l’Église, c’est le Roi. Ces deux choses animent au fond de leur cœur une passion que rien ne pourra ternir, et cela parce que Je destine Mon serviteur exilé à rentrer sur la terre de sa naissance. Il sera l’appui et le soutien de l’Église, Mon Épouse, dans les dernières luttes que lui tiendront, à lui, les princes étrangers, jaloux d’un règne si plein de paix et de fidélité à l’égard de l’Église et de son Chef.

Ma Divinité va être déchirée ; toute Ma Puissance et Mon Règne vont tomber sous les noires peintures de leurs abominables paroles ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-07-19 :

Notre Seigneur Jésus annonce :
« Après qu’ils se seront vengés de tout, il viendra celui que la Bonté merveilleuse de Dieu a élu à travers tous les nuages obscurs, bien que cela paraisse impossible. Elle est si voilée, qu’il n’y arien d’apparent pour les aveugles et pour ceux qui ne voudraient jamais connaître son nom, ni le nom de tous ceux qui lui ressemblent par le caractère et surtout par la blancheur royale. Tout est possible au Seigneur. Cet arrêt est impossible aux hommes, mais quand l’univers serait rangé pour empêcher ce passage triomphant, Dieu a des aides, Il a Ses puissances, et sans effort, Il le rendra maître et sauveur.

Là où le serpent porte la dent, la morsure est ineffaçable. Le temps est bien proche où la dent du serpent déchirera la réputation, l’honneur, la royauté de l’Ami du Sacré-Cœur. Mais sa morsure ne l’atteindra pas ; elle ne fera que parcourir les régions depuis la France jusqu’à l’étranger.

Il faut que ce coup passe et que la violence décharge l’écume de sa rage. Tout cela est proche. Le mal a fait un long chemin en immenses profondeurs. Nul ne peut le réparer sans lutte, sans crise, sans combattre jusqu’au sang.
Il ne reste plus que le dernier effort. Tout est là dans cet effort, ses coups, ses iniquités, sa terreur tout entière. Je dis : tout est là ! Paroles claires et sans nuages ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-07-21 :

Notre Seigneur Jésus annonce :
« Mon peuple bien aimé de France, Je vais Me disposer à entrer sur la terre qui fut le trône de saint Louis… Cette même terre, Je la prépare à celui qui est méprisé des hommes et regardé comme incapable, parce qu’il est chrétien et qu’il croit à son retour sur la terre de son berceau. Ses épaules porteront comme les miennes le manteau de l’abomination, ainsi que celles de ceux qui espèrent le voir ramener la paix.

Je le vois venir de bien près de la terre des martyrs, sur le sol où l’Eglise a tant de fois prononcé, par la bouche de l’Esprit-Saint de la terre, le nom de tant de chrétiens jugés dignes de monter sur les autels, c'est-à-dire de ceux dont la sainteté a été reconnue ».

///////////////////////////////////////////////////////

1881-11-14 :

Notre Seigneur Jésus annonce :
« Pour sauver Mon peuple de France, il n’y a que Moi, par un miracle. L’homme qui doit sauver, aucune créature ne le connait ».

///////////////////////////////////////////////////////
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum