Le GRAND PAPE, le GRAND MONARQUE et HENRI V de la CROIX, le NOUVEAU ROI de FRANCE
Inscrivez-vous afin de lire et répondre plus facilement Smile

Les Signes des Temps - Les Chrétiens et l'Immigration ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Signes des Temps - Les Chrétiens et l'Immigration ?

Message par Her le Mer 19 Jan - 15:15

http://www.osservatore-vaticano.org/messages-du-pape/

Les chrétiens et l’immigration
Posté par Vini Ganimara dans Messages du Pape le 01 18th, 2011 | pas de réponse
Dimanche dernier était la journée de prière pour les migrants. A cette occasion, lors de la traditionnelle récitation de l’Angélus, Benoît XVI a déclaré:

« En la fête de la Sainte Famille, qui suivit la Nativité, nous avions rappelé que les parents de Jésus eux-mêmes durent fuir leur terre et se réfugier en Egypte pour sauver la vie de leur enfant. Le Messie, le Fils de Dieu a été un réfugié… L’Eglise, depuis toujours, vit elle-même l’expérience de la migration. Parfois, malheureusement, les chrétiens sont contraints de laisser, avec beaucoup de souffrances, leurs terres, appauvrissant ainsi les pays dans lesquels ont vécu leurs ancêtres. D’autre part, les déplacements volontaires des chrétiens, pour différentes raisons, d’une ville à l’autre, d’un pays à l’autre, d’un continent à l’autre, sont des occasions d’accroître le dynamisme missionnaire de la Parole de Dieu et font que le témoignage de la foi circule encore plus dans le Corps mystique du Christ, traversant les peuples et les cultures et atteignant de nouvelles frontières et de nouveaux endroits. »

Une bonne occasion de voir l’immigration avec d’autres yeux: elle n’est pas seulement une menace pour l’identité des anciennes nations chrétiennes, elle est aussi une possibilité d’accueil des chrétiens persécutés et une occasion d’annonce missionnaire.


Dernière édition par Hercule le Dim 19 Juin - 6:59, édité 2 fois
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Les Chrétiens et l'Immigration ?

Message par Her le Jeu 31 Mar - 7:46

http://www.osservatore-vaticano.org/relations-avec-les-etats/immigration-entre-dignite-humaine-et-bien-commun

Immigration: entre dignité humaine et bien commun
Posté par Vini Ganimara dans Relations avec les Etats le 03 30th, 2011 | pas de réponse
Stefan Kessler, représentant du Service jésuite pour les réfugies (JRS), a récemment déclaré:

« La crise actuelle des migrants à Lampedusa est un indicateur de la plus grande incapacité de l’Europe de faire respecter les droits les plus fondamentaux des migrants. »

Je n’ai aucune information particulière sur la situation à Lampedusa (en dehors de ce qu’en dit la presse), mais il me semble qu’en matière d’immigtation, il faut tenir deux éléments (et, malheureusement, ce que j’ai pu lire du communiqué du JRS n’en tient qu’un): 1) Les immigrés, même clandestins, sont des êtres humains qui méritent d’être traités selon cette éminente dignité; 2) Les Etats ont le devoir de se préoccuper du bien commun et ne peuvent donc pas accueillir tous les immigrés (et, tout spécialement, ce bien commun exige le respect de la loi que viole évidemment l’immigration clandestine).
Il est clair que l’on ne peut pas privilégier l’un de ces points au détriment de l’autre, sans poser de graves problèmes du point de vue de la morale sociale chrétienne.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Les Chrétiens et l'Immigration ?

Message par Her le Ven 1 Avr - 8:00

http://www.perepiscopus.org/identite-catholique/il-y-a-quelques-annees-des-politiques-ont-refuse-un-debat-sur-la-place-du-christianisme

Il y a quelques années, des politiques ont refusé un débat sur la place du christianisme
Posté par Maximilien Bernard dans Identité catholique le 03 31st, 2011 |

Mgr Michel Dubost, évêque d’Evry, à propos du débat sur l’islam et la laïcité :

Il y a quelques années, contre tout bon sens, des politiques ont voulu refuser un débat sur la place du christianisme dans notre histoire : Ce révisionnisme politique conduit à ce qui fait peur aujourd’hui : la France veut intégrer des citoyens à une histoire qu’elle refuse de voir en face. Pour qu’il y ait débat, naissance, il faut oser la confrontation démocratique avec chacun, tel qu’il est. En acceptant notre histoire et en accueillant, autant que faire se peut, ce que les temps actuels peuvent apporter à cette histoire.

Le goût de l’universel –puisque telle est notre spécificité française- ne peut se vivre dans un monde globalisé qu’avec une certaine humilité, l’acceptation du génie de notre histoire et de notre langue, le débat fraternel (la fraternité fait partie de notre devise), l’ancrage en Europe et l’ouverture au monde.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Les Chrétiens et l'Immigration ?

Message par Her le Jeu 14 Avr - 22:27

Immigration : L’attitude de l’UE suscite l’indignation au Vatican

« L’Europe a perdu son esprit de profonde solidarité »

ROME, Jeudi 14 avril 2011 (ZENIT.org) - « Immigration : L'attitude de l'UE suscite l'indignation au Vatican », a titré Radio Vatican, qui rend compte dans cette dépêche de la position exprimée par le cardinal secrétaire d'Etat Tarcisio Bertone pour qui « l'Europe a perdu son esprit de profonde solidarité ».

« Le Secrétaire d'État du Saint-Siège est profondément déçu par l'attitude de l'Union européenne face à l'afflux massif d'immigrés venus d'Afrique du Nord.

« En marge d'un congrès à Rome, le cardinal Tarcisio Bertone a estimé que les pères fondateurs de l'Europe seraient les premiers à être déçus car l'Europe a perdu son esprit de profonde solidarité.

« Réunis le 11 avril à Luxembourg, les ministres de l'intérieur de l'UE ont exhorté l'Italie à renvoyer chez eux les migrants récemment arrivés sur son territoire pour des raisons économiques.

« Tout en accueillant l'appel du président italien Giorgio Napolitano à ne pas dramatiser la confrontation entre l'Italie et l'Europe, un appel qui s'efforce de remettre de l'ordre, de reconstruire, de ressouder la confiance dans l'Europe, le cardinal Bertone a estimé que l'UE ne pouvait abandonner l'Italie.

« Il a évoqué la situation de l'Afrique que l'on a exploitée et à laquelle on tourne le dos. Il faut, selon le Secrétaire d'État, élever la voix pour que cette Europe retrouve son âme, une âme de grande solidarité et de générosité à l'égard des populations qui sont dans le besoin.

« Si l'Italie maintient sa décision de délivrer des permis de séjour temporaires aux immigrés, plusieurs pays ont menacé de rétablir des contrôles à leurs frontières. Le cardinal Paul Poupard, ancien président du Conseil pontifical pour la culture et pour le dialogue interreligieux s'est dit lui aussi bouleversé et indigné par l'attitude de l'Union européenne.

« On ne peut pas rester indifférent face à ce qui se passe à quelques kilomètres de la très riche Europe - a-t-il commenté dans les colonnes d'un quotidien italien - la tragédie qui se déroule en Méditerranée interpelle les consciences surtout celles des plus riches.

« Aux côtés des migrants économiques tunisiens arrivent également des réfugiés érythréens, soudanais et éthiopiens qui fuient la guerre en Libye. De passage en Europe, l'évêque d'Asmara a affirmé que leur situation était dramatique. Beaucoup sont morts noyés au cours des dernières semaines. »
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Les Chrétiens et l'Immigration ?

Message par Her le Jeu 28 Avr - 7:07

http://www.polemia.com/article.php?id=3743

Rubrique : Economie / A La Une

Le : 27 Avril 2011

Enjeu économique de l'immigration : trois bobards des « Echos »

Le quotidien économique et financier les Echos a consacré sa « une » du 26 avril et quatre pages aux enjeux économiques de l’immigration. L’occasion de défendre trois bobards : « L’immigration nette ne dépasse pas 100.000 personnes par an », « L’immigration ne pèse pas au total sur les comptes sociaux », « Seule l’immigration est capable de répondre à la pénurie de main-d’œuvre ». Polémia démonte ces bobards repris sur de nombreux médias audiovisuels dont BFM-TV, Europe1, RTL.

« L’immigration nette ne dépasse pas 100.000 personnes par an » : FAUX

Selon les statistiques du ministère de l’Intérieur, plus de 200.000 titres de séjour ont été délivrés en 2010. Dans le même temps, 50.000 personnes ont sollicité un titre de « réfugié politique », soit 250.000 personnes, non compris les entrées clandestines non déclarées. Certes, il a pu y avoir des départs de France. Mais il faut savoir que les trois quarts des entrées ont vocation à être permanentes puisqu’il s’agit :

-du regroupement familial ou nuptial (les mariages de franco-étrangers avec des hommes ou des femmes du pays d’origine de leur famille) ;
-de délivrance de titres de réfugié ou de travail qui ouvrent eux-mêmes droit au regroupement familial ;
-restent les étudiants qui entrent au rythme de 50.000 par an mais qui ressortent lorsqu’ils ne grossissent pas la masse des clandestins (cas de certains « étudiants » chinois ou africains notamment).
L’arithmétique conduit donc à retenir le chiffre de 200.000 entrées nettes comme un minimum.

Certes, les tenants de la thèse officielle évoquent les chiffres de l’INSEE : 75.000 entrées nettes en 2010… Mais il s’agit de données provisoires appelées à changer. Ainsi, de 1999 à 2005, l’INSEE avait évalué les entrées nettes à 90.000 par an en moyenne, avant, en 2008, de corriger ces chiffres d’un « ajustement » (sic) de 660.000 personnes, soit 95.000 par an de plus. Nous ne pouvons qu’inciter le lecteur à se reporter à ce tableau, ô combien éclairant, sur les méthodes statistiques de manipulation de l’opinion : http://insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATnon02151

Il y a donc eu, selon l’INSEE, de l’ordre de 180.000 entrées nettes de 1999 à 2005. On voit mal comment leur nombre aurait pu baisser depuis, alors même que les délivrances de titre officiel ont augmenté. Tout se passe comme si l’INSEE inscrivait clairement sa démarche dans un déni de réalité : sous-évaluer, année après année, les chiffres de l’immigration et les réévaluer, une fois tous les sept ans, en catimini, sous la rubrique pudique « Ajustement ».

« L’immigration ne pèse pas au total sur les comptes sociaux » : FAUX

Passons sur les nombreuses études sur le sujet : du Rapport Milloz de 1990 aux chiffrages récents de Jean-Paul Gourévitch qui évalue à plus de 30 milliards d’euros le surcoût de l’immigration. Les statistiques de l’INSEE (de 2006) suffisent à montrer la sur-sollicitation des systèmes sociaux (sauf les retraites, mais il s’agit alors de dépenses différées) par les immigrés venus du Maghreb et d’Afrique : 7,5% des dépenses de l’assurance maladie (alors même qu’il s’agit d’une population jeune), 12,6% des dépenses de l’assurance chômage, 25,1% du RMI.

Ces chiffres ne donnent qu’une faible idée du surcoût économique et social de l’immigration :

-ils sont déjà anciens ;
-ils ne prennent pas en compte la question de la deuxième génération (enfants d’immigrés nés en France) dont le taux de chômage est particulièrement élevé (trois fois plus élevé pour ceux venus d’Afrique, du Maghreb, de Turquie que pour ceux venus d’Europe du Sud, selon le recensement de 1999) ;
-ils ne prennent pas en compte les prestations familiales alors qu’en 2009 13% des naissances en France étaient de mère étrangère ;
-ils n’intègrent ni les autres dépenses sociales des communes et des départements ni les dépenses de logements sociaux ;
-ils ne prennent pas en considération les dépenses d’infrastructures nécessaires (routes, transports en commun, écoles, hôpitaux, logements, prisons) à l’accueil de populations supplémentaires ; investissements dont le montant a été évalué à quatre fois le salaire annuel d’un travailleur par le prix Nobel d’économie Maurice Allais.
« Seule l’immigration est capable de répondre à la pénurie de main-d’œuvre » : FAUX

L’argument est le plus éculé qui soit : « Ils font les travaux que les Français ne veulent pas faire ». Or la situation varie d’une région à l’autre : il y a des régions de France où l’on trouve des Français de souche (ou des immigrés de seconde génération) pour travailler comme terrassiers, aides cuisiniers, femmes de ménage ou aides soignants, et d’autres (l’Ile-de-France) non.

Par ailleurs, n’est-il pas surprenant de constater que la Seine-Saint-Denis, qui compte 115.000 chômeurs, soit aussi le premier département d’arrivée de l’immigration ? Cela s’explique : l’immigration nouvelle tire les salaires à la baisse, rendant l’accès à l’emploi sans intérêt pour ceux qui bénéficient de filets sociaux. Curieusement, les mêmes qui déplorent le chômage de masse dans les banlieues militent pour la poursuite de l’immigration.

Il y a pourtant un moyen simple, en économie libérale, de pourvoir les emplois dont « personne ne veut » : les revaloriser en augmentant les salaires et en améliorant les conditions de travail. Ce dont précisément le MEDEF ne veut pas : ce qui explique l’article de commande des Echos.

Immigration : privatiser les profits, collectiviser les pertes, le choix des oligarques

L’immigration est un élément de la mondialisation. C’est une délocalisation à domicile. Là aussi, c’est une logique financière qui s’applique : maximiser les profits immédiats des firmes (en baissant les salaires) ; transférer les charges collectives (sociales, d’investissement) à l’Etat, c'est-à-dire aux contribuables.

Il est naturel que les Echos, dont le propriétaire Bernard Arnault, patron de LVMH, quatrième fortune mondiale, est un éminent représentant de la superclasse mondiale (SCM), promeuve une telle position : un point de vue que la caste journalistique coupée des réalités défend sans vergogne. Régis Fortin, rédacteur en chef des Echos éditorialise ainsi : « Pour une partie de la population (…) ces évidences (les bobards que nous avons dénoncés – NDLR) sont inaudibles et (…) personne ne se risque à la moindre pédagogie sur le sujet. »

Un peu de pédagogie pour l’oligarchie

Nous aimerions, nous aussi, faire un peu de pédagogie pour les puissants et leur poser les questions suivantes : Régis Fortin a–t-il déjà vécu en banlieue ? Combien y a-t-il d’enfants d’immigrés noirs ou maghrébins dans l’école de ses enfants ? Combien de clandestins, tunisiens par exemple, Bernard Arnault est-il prêt à loger dans son hôtel particulier de 2000 m2 rue Barbet-de-Jouy ?

Les oligarques craignent la révolte du peuple : ils ont raison !

Polémia
27/04/2011
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Les Chrétiens et l'Immigration ?

Message par Her le Jeu 28 Avr - 7:18

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/04/pourcentage-de-la-population-africaine-dans-le-miracle-nataliste-français-presque-un-tiers.html

27 avril 2011

Pourcentage de la population africaine dans le miracle nataliste français : presque un tiers

Déduction d'un lecteur :

"Si les statistiques ethniques sont interdites en France, les statistiques médicales se révèlent fort intéressantes pour révéler le pourcentage de la population française d'origine immigrée et surtout sur la population d'origine africaine.
La drépanocytose est une maladie génétique qui touche les gens de couleurs et d'Afrique du Nord.

Les recherches effectuées en France sur les nouveaux nés à risque montrent qu'en 2007, 28.45% des nouveaux-nés ont fait l'objet d'une recherche de drépanocytose (25,6 en 2005, soit 1% de plus par an). 55,5% des nouveaux-nés d'Ile de France ont fait l'objet d'une telle recherche".

Posté le 27 avril 2011 à 09h41 par Lahire |
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Les Chrétiens et l'Immigration ?

Message par Her le Mer 3 Aoû - 8:14

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/07/limmigration-un-droit-mais-pas-un-bien.html

16 juillet 2011

L'immigration : un droit mais pas un bien

Lu dans le dernier numéro de Monde & Vie :

"La position de l’Eglise sur l’immigration s’enracine dans le récit de la Genèse et la paternité de Dieu sur tous les hommes, issus à l’origine d’un couple unique. La paternité de Dieu fonde à la fois la maternité universelle de l’Eglise et la fraternité entre les hommes. Le Catéchisme de l’Eglise catholique affirme: «Grâce à la communauté d’origine le genre humain forme une unité.» De la paternité de Dieu procède aussi le commandement d’amour du prochain, et le devoir pour les plus riches de partager avec les plus pauvres, rappelé avec force par Léon XIII dans l’Encyclique Rerum Novarum et récemment encore par Benoît XVI dans Caritas in Veritate. C’est pourquoi l’Eglise, établissant la destination universelle des biens, "reconnaît l’émigration comme un droit naturel", notamment lorsque des personnes cherchent à échapper à des conditions de vie éprouvantes pour en trouver de plus décentes [...] si l’Eglise considère l’immigration comme un droit, elle ne la tient pourtant pas pour un bien. Dans l’encyclique Laborem Exercens, en 1981, Jean Paul II écrivait que l’émigration est «en des circonstances déterminées, ce que l’on appelle un mal nécessaire», puisque, comme le soulignait déjà Léon XIII, personne «ne consentirait à échanger contre une région étrangère sa patrie et sa terre natale, s’il y trouvait les moyens de mener une vie plus tolérable». En outre, l’émigration constitue, rappelait Jean Paul II, «une perte pour le pays d’où on émigre», puisque «vient à manquer un sujet du travail qui, par l’effort de sa pensée ou de ses mains, pourrait contribuer à l’augmentation du bien commun dans son pays».

Cette notion de bien commun [...] concerne aussi les pays d’accueil, comme l’enseigne le Catéchisme de l’Eglise catholique : «Les nations mieux pourvues sont tenues d’accueillir autant que faire se peut l’étranger en quête de sécurité et des ressources vitales qu’il ne peut trouver dans son pays d’origine. Les pouvoirs publics veilleront au respect du droit naturel qui place l’hôte sous la protection de ceux qui le reçoivent. Les autorités politiques peuvent en vue du bien commun dont elles ont la charge subordonner l’exercice du droit d’immigration à diverses conditions juridiques, notamment au respect des devoirs de migrants à l’égard du pays d’adoption. L’immigré est tenu de respecter avec reconnaissance le patrimoine matériel et spirituel de son pays d’accueil, d’obéir à ses lois et de contribuer à ses charges». [...]

Le pape Benoît XVI, qui insiste sur le «développement dans une société en voie de mondialisation», aborde dans son encyclique le phénomène des migrations, «qui impressionne en raison du nombre de personnes qu’il concerne, des problématiques sociale, économique, politique, culturelle et religieuse qu’il soulève, et à cause des défis dramatiques qu’il lance aux communautés nationales et à la communauté internationale.» « Nous pouvons dire, écrit-il, que nous nous trouvons face à un phénomène social caractéristique de notre époque, qui requiert une politique de coopération internationale forte et perspicace sur le long terme afin d’être pris en compte de manière adéquate. Une telle politique doit être développée en partant d’une étroite collaboration entre les pays d’origine des migrants et les pays où ils se rendent; elle doit s’accompagner de normes internationales adéquates, capables d’harmoniser les divers ordres législatifs, dans le but de sauvegarder les exigences et les droits des personnes et des familles émigrées et, en même temps, ceux des sociétés où arrivent ces mêmes émigrés. Aucun pays ne peut penser être en mesure de faire face seul aux problèmes migratoires de notre temps. Nous sommes tous témoins du poids de souffrances, de malaise et d’aspirations qui accompagne les flux migratoires. La gestion de ce phénomène est complexe, nous le savons tous ; il s’avère toutefois que les travailleurs étrangers, malgré les difficultés liées à leur intégration, apportent par leur travail, une contribution appréciable au développement économique du pays qui les accueille, mais aussi à leur pays d’origine par leurs envois d’argent. Il est évident que ces travailleurs ne doivent pas être considérés comme une marchandise ou simplement comme une force de travail. Ils ne doivent donc pas être traités comme n’importe quel autre facteur de production. Tout migrant est une personne humaine qui, en tant que telle, possède des droits fondamentaux inaliénables qui doivent être respectés par tous et en toute circonstance. » Pour Benoît XVI, le défi que pose les migrations est donc lié à la mondialisation."

Posté le 16 juillet 2011 à 12h00 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Les Chrétiens et l'Immigration ?

Message par Her le Mer 26 Oct - 11:22

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/10/evangéliser-les-immigrés.html

25 octobre 2011

Evangéliser les immigrés

« Migrations et nouvelle évangélisation » : tel est le thème choisi par le Saint-Père pour la prochaine Journée mondiale du Migrant et du Réfugié. Extraits du message du Pape :

"En effet, le moment présent appelle l’Eglise à accomplir une nouvelle évangélisation également dans le phénomène vaste et complexe de la mobilité humaine, en intensifiant l’action missionnaire tant dans les régions de première annonce que dans les pays de tradition chrétienne. [...] En effet, les migrations internes ou internationales, comme issue pour rechercher de meilleures conditions de vie ou pour fuir la menace de persécutions, de guerres, de la violence, de la faim et de catastrophes naturelles, ont produit un brassage de personnes et de peuples sans précédent, avec des problématiques nouvelles non seulement d’un point de vue humain, mais également éthique, religieux et spirituel. Les conséquences actuelles et évidentes de la sécularisation, l’apparition de nouveaux mouvements sectaires, l’insensibilité diffuse à l’égard de la foi chrétienne, la nette tendance à la fragmentation, rendent difficile de se concentrer sur une référence unifiante [...]. Notre époque est marquée par des tentatives d’éliminer Dieu et l’enseignement de l’Eglise de l’horizon de la vie, tandis que progressent le doute, le scepticisme et l’indifférence, qui voudraient éliminer jusqu’à toute visibilité sociale et symbolique de la foi chrétienne.

Dans ce contexte, les migrants qui ont connu le Christ et l’ont accueilli sont souvent poussés à ne plus le considérer comme étant important dans leur vie, à perdre le sens de la foi, à ne plus se reconnaître comme faisant partie de l’Eglise et conduisent souvent une existence qui n’est plus marquée par le Christ et son Evangile. Ayant grandi au sein de peuples marqués par la foi chrétienne, ils émigrent souvent dans des pays où les chrétiens constituent une minorité ou dans lesquels l’antique tradition de foi n’est plus une conviction personnelle, ni une confession communautaire, mais est réduite à un fait culturel. Là, l’Eglise est placée face au défi d’aider les migrants à maintenir solide la foi, même lorsque manque l’appui culturel qui existait dans le pays d’origine, en identifiant également de nouvelles stratégies pastorales, ainsi que des méthodes et des langages pour un accueil toujours vital de la Parole de Dieu. [...]

Le phénomène migratoire actuel est également une occasion providentielle pour l’annonce de l’Evangile dans le monde contemporain. Des hommes et des femmes provenant de diverses régions de la terre, qui n’ont pas encore rencontré Jésus Christ ou ne le connaissent que de façon partielle, demandent à être accueillis dans des pays d’antique tradition chrétienne. Il est nécessaire de trouver à leur égard des modalités adéquates afin qu’ils puissent rencontrer et connaître Jésus Christ et faire l’expérience du don inestimable du salut [...]."

Posté le 25 octobre 2011 à 14h17 par Michel Janva
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Les Chrétiens et l'Immigration ?

Message par Her le Mer 23 Nov - 10:45

http://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/mgr-delmas-desavoue-le-dal

Mgr Delmas désavoue le DAL
23 novembre 2011 | Enregistrer sous: Diocèses,Eglise en France,Perepiscopus | Publié par: Maximilien Bernard

Le DAL (Droit au logement), a ouvert un squat à Angers, rue de l’Esvière, pour abriter des clandestins. Mgr Delmas, évêque d’Angers, a réagi aussitôt :

Nous ne pouvons cautionner des solutions d’hébergement dans des lieux impropres, obligeant les personnes à vivre dans une grande promiscuité. Nous ne pouvons qu’approuver des solutions concertées avec les responsables politiques qui ont mission de veiller à la sécurité des personnes et des biens. Cet événement révèle une situation où l’Église se sait concernée et qu’il importe de rechercher des solutions respectueuses de la loi et des personnes.
La charité exercée par le DAL est de ce genre de vertu devenue folle : soutien aux clandestins, transgressions de la loi, mépris de l’autorité publique… C’est une fausse charité.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////

Commentaire d'Hercule : Il vaut mieux un toit et des "lieux impropres, obligeant les personnes à vivre dans une grande promiscuité" que de laisser vivre des sans-logis dans la jungle qu'est devenue la rue, et sans toit ni chauffage à l'entrée de l'hiver.
Parmi les nombreux bâtiments propriétés de son association diocésaine, je ne doute pas que Mgr Delmas, évêque d’Angers, saura certainement trouver une meilleure solution en prêchant la vraie charité par le bon exemple.
avatar
Her

Messages : 9481
Date d'inscription : 01/05/2009
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Signes des Temps - Les Chrétiens et l'Immigration ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum